Yahou ! Youpi ! Marmottus est enfin allé voir sous d'autres cieux s'il ne pouvait pas pourri la vie de quelq'un d'autre. Ceci dit, il n'a pas eu à aller bien loin puisqu'Azraël a malencontreusement réalisé le rituel idoine pour qu'il lui tombe dessus. Le docteur a été formel : il finit sa laryngite et là, il vous fait une petite grippette. J'adore cette expression, grippette ! C'est juste que la fièvre elle monte pas à 40°C mais pour le reste, tout est là et en particulier l'humeur de chien de Sir Azraël qui est certainement le plus mauvais malade que l'univers ait jamais engendré (non franchement, à ce stade de ronchonnerie, chouinerie, pleunicherie, bouderie et mauvaise volonté, je réfute tout lien filiation quelconque avec l'individu concerné, et pourtant, je suis pas un cadeau !).

Enfin bref, ce détail mis à part (oui oui, je sais, j'exagère et je suis une mère indigne mais il n'avait qu'à pas me réveiller à 2h du mat puis à 4h puis à 7h non mais des fois), j'ai enfin recupéré l'énergie nécessaire pour retrouver le chemin de ma machine à coudre et c'est bien le plus important. Enfin, j'ai retrouvé le chemin de ma machine, c'est vite dit quand même. Parce que bizarrement, le silence couturesque de ces derniers jours a eu des effets pervers sur les monstros. Ils se sont soudain mis à se plaindre dès la mise en route de la MAC.

Mais euh mamaaaaan, arrêtes !

Hein ? Quoi ?

Arrêtes de faire du bruit, tu me casses les oreilles. M'entends plus le dessin mamimé !

Chut ! Pas de bruit !

...

(profond soupir de lassitude devant ce complot manifeste et un retard supplémentaire de ma couture)

J'ai tout de même réussi à négocier quelques heures de calme par çi par là (si si, j'ai dû négocier, vous ai-je dit que j'ai parfois l'impression de n'avoir aucune autorité sur ma démoniaque progéniture ?). Et voilà, ma fameuse robe chasuble est enfin terminée.

Alors ce n'est pas franchement ma réalisation la plus réussie ni ma préférée. Il s'agit du modèle 4a (parce qu'il y a aussi un modèle 4b et un 4c) du livre japonais 276. Je l'ai cousu dans des chutes de velours jaune pale (déjà utilisé pour la jupe de Bouclette) et dans de la suédine d'habillement bleue, tissus choisis parce que je voulais une robe d'automne, le modèle que j'avais choisi étant conçu principalement pour porter superposé à un T-shirt. Sauf que visiblement, j'ai enchainé les âneries et les erreurs de débutante.

D'abord, la suédine. Dans sa version habillement (parce qu'il en existe une version plus épaisse pour l'ameublement que j'emploie régulièrement pour faire des sacs et autres accessoires), c'est un tissu plutôt agréable à coudre. Il ne s'effiloche pas trop vite, se travaille bien et présente l'avantage de ne pas glisser quand on le pique à la machine. En plus, il a généralement un bon tombé. Malheureusement, il ne brille pas spécialement par sa souplesse et ça, c'est incompatible avec l'esthétique d'une robe trapèze. Oui, parce qu'un tissu raide pour une robe trapèze, ben ça donne un gros sac à patates ! Et en plus, on oublie rapido l'utilisation de la ceinture pour tenter de contrecarrer cet effet, ça ne fonctionne pas, la quantité de tissu à ceinturer étant nettement trop importante ! Pour poursuivre dans le mauvais choix des tissus, le velours de l'encolure. Ben lui, c'était l'inverse, beaucoup trop mou ! Résultat, une encolure qui a été une horreur totale à monter et ne cessait de faire des petits plis. Conclusion, des finitions tout juste acceptables (non, je ne vous montrerai pas de photos en gros plan des plis, j'ai trop honte !).

Bref, j'aurais carrément dû inverser le choix de mes tissus. En même temps, si je n'avais pas déjà été sous l'influence de Marmottus, j'aurais peut-être remarqué en recopiant le patron que c'était une robe de type trapèze au lieu de m'en apercevoir en assemblant les différents morceaux déjà coupés (mouais, je demande encore comment j'ai même réussi à la finir celle-là).

IMG_1858

La robe de face : on se demande vraiment comment j'ai fait pour pas voir le trapèze !

IMG_1860

Gros plan sur la dentelle rajoutée en bas pour rappeler la couleur de l'encolure

IMG_1861

Le petit plus de ce modèle, un empiècement pressionnable au niveau de la poitrine qui permet d'ajuster la robe à ce niveau

IMG_1854

La traditionnelle photo portée avec un T-shirt en dessous comme prévu par le modèle choisi

IMG_1857

Et la version été, sans le T-shirt

Bon, comme on peut le voir, le résultat est tout de même portable (à condition de ne pas être trop exigent) mais je sens qu'il ne va pas sortir souvent de mes placards.