lundi 22 décembre 2014

Joli bouquet

Après avoir souffert sur la réalisation de ma robe de réveillon et son tissu caoutchouteux, après le marathon couture pour les cadeaux de Noël, je pensais passer quelque temps à vider les rayons de ma bibliothèque de livres pas encore lus pour continuer à consciencieusement faire déborder ceux de ma bibliothèque déjà lus. Mais c'était sans compter sur le petit démon de la couture et son influence pernicieuse.

Jusqu'à présent, j'avais été relativement protégé de la dite influence vu qu'il y avait quand même quelques projets prioritaires à faire. Et puis en plus, pour les autres projets, Couturus avait tellement d'idées en tête qu'il s'est retrouvé incapable de choisir par quoi commencer, ce qui faisait bien mes affaires vu que je venais d'entamer une série de bouquins parlant de Lords, de Ladies, de vampires, de loup garous, de paranaturels et de bébés qu'on peut pas avoir normalement parce que c'est pas possible que les lois de la physique et la science moderne du 18ème-19ème siècle elles l'ont dit, bref, un truc hautement philosophique et d'une portée intellectuelle majeure. Oui mais voilà, c'était sans compter sur l'arrivage d'un nouveau stock de tissus de luxe.

Euh, Couturus, c'est quoi encore CA !

Ben, c'est du tissu. Ca se voit non. Il est beau non ?

Oui oui, il est très beau mais je peux savoir d'où il vient.

Ben, du Japon et des States. Tu l'as commandé il y a 15 jours

QUOAAAA ! Non mais ça va pas la tête ! T'as encore piqué ma carte de crédit. Et je le mets où moi ce tissu, le placard déborde.

Huuum, ils sont vraiment magnifiques ces iris. Et les couleurs ... SPLENDIDES. Allez, c'est décidé, on commence par ça.

Eh oh, tu m'écoutes oui !

Et voilà, j'étais fichue. En plus, c'est vrai qu'ils étaient splendides ces tissus. Chers, mais splendides. Oui parce que les tissus japonais et américains, c'est un peu comme le Liberty. Pour en trouver du pas cher, ben ... ben tu peux pas en fait. Tu peux seulement limiter la facture en trouvant le bon fournisseur sur le net soit entre 12 et 16€ le mètre pour des tissus en 110 cm de large. Par contre, tu en as définitivement pour ton argent. Ils ne bougent pas au lavage, les couleurs sont toujours resplendissantes et ne déteignent absolument pas (en tout cas, jamais jusqu'à maintenant sur ceux que j'ai déjà utilisé) et les motifs sont très souvent originaux vu que je ne prends que des tissus de "designers". Genre Michael Miller ou Robert Kaufman pour ceux qui connaissent. Et hop, je me suis retrouvée à me coudre une nouvelle petite robe noire pas si noire que ça au lieu de lire tranquillou le dernier tome de ma série (mais comment que je vais pouvoir survivre à ce suspense insoutenable moi ! Et pourquoi elles ont pas 72h les journées histoire que je puisse faire tout ce que j'ai à faire ?).

Fidèle à sa philosophie du Si c'est sans manche, tu pourras le mettre en été comme en hiver, suffit de mettre un pull en dessous, Couturus avait sélectionné un joli petit modèle japonais, le modèle 16 du célèbre et excellent Élégance et Sobriété (livre 05-fr en code JCA). Je dis excellent car franchement, les modèles de ce livre en particulier sont vraiment sympas, avec pas mal de patrons pour des robes ajustées et qui taillent correctement. Les 2 défauts signalés de façon récurrente des patrons japonais étant l'effet "sac à patate" de leurs robes et le fait qu'ils taillent souvent très très larges, c'est une précision qui a son importance. Par contre, contrairement au cas habituel, ce n'est pas un livre que je conseillerais aux couturières débutantes car les explications sont plutôt sommaires (même si en français puisqu'il a été traduit) et les schémas quasiment absents (et ça, c'était une grosse surprise, les livres japonais m'ayant plutôt habitués à la présence de nombreux schémas détaillant les étapes de confection).

Le gros avantage du modèle 16, c'est qu'il ne présente qu'un nombre de pièces très réduit avec pourtant une belle ampleur de jupe. Et vu la taille du motif de mon tissu, c'était exactement ce qu'il me fallait pour le mettre en valeur. Ben oui, c'est quand même ballot d'avoir un super grand motif et d'être obligée de le débiter en petits morceaux parce que la robe est constituée de 256 pièces de tailles lilliputiennes. Coté modif, pratiquement rien. Le patron était impeccable et taillait parfaitement. La seule liberté que j'ai prise, c'est de réduire l'ampleur des plis creux vu que je n'avais pas assez de tissu pour les faire à la dimension d'origine. Coté réalisation, pas de surprise non plus. Et même si le corsage était doublée d'une parmenture, j'ai maintenant suffisamment d'expérience pour que cela ne présente aucune difficulté. Comme prévu, le tissu étant un coton d'excellente qualité, c'était un vrai bonheur à coudre et à travailler. N'ayant pas de fermeture invisible de la bonne couleur sous la main, et la flemme d'aller dans les magasins en acheter une (non, Couturus n'a pas réussi à m'influencer sur ce coup-là, la folie des courses de Noël de dernières minutes a eu un effet suffisamment puissant pour m'immuniser temporairement contre ses attaques), je me suis rabattue sur une fermeture classique. Résultat, je me demande sérieusement si je ne devrais pas m'abstenir d'acheter des fermetures invisibles hors de prix vu qu'il semblerait que je arrive mieux à coudre les fermetures classiques que les invisibles. Allez comprendre ?

En tout cas, j'adore le résultat final. Le tissu est vraiment magnifique et bien mis en valeur par le modèle qui préserve au mieux le motif. La taille un peu haute mais pas trop permet d'avoir une jolie silhouette même avec un petit ventre et son décolleté devant et dos en fera une robe idéale pour l'été. Avec un petit pull ou un gilet, elle sera tout aussi parfaite pour l'hiver. En plus, elle est ajustée juste ce qu'il faut pour être bien confortable. Ce sera à n'en pas douter une de mes petites robes favorites.

IMG_0191IMG_0196IMG_0198

Et hop, devant / coté / dos

IMG_0200

Gros plan sur le corsage

IMG_0185

Et sur sa très très heureuse propriétaire

IMG_0186

IMG_0187

Posté par reyhaziel à 12:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :