Lors de ma dernière crise de possession démoniaque, Couturus s'était lâché sur les commandes de tissus japonais et américains. Eh oui, car les américains, grands quilter devant l'éternel, font aussi des tissus de super qualité qui bougent pas au lavage avec des couleurs splendides même si les motifs des tissus japonais ont tout de même ma préférence. En plus, ce petit malin de démon de la couture avait trouvé l'argument imparable pour me faire passer la pilule de ses différents achats : le mélange des tissus. Car il faut dire que depuis quelque temps, ça y est, j'arrive enfin envisager en amont d'assortir des tissus pour faire mes réalisations et pas seulement à les subir parce que j'ai pas assez de métrage dans mon coupon pour faire ce que je veux.

C'est comme ça que Couturus m'a fait miroiter que, grâce à ses judicieux achats, j'allais enfin pouvoir utiliser au moins en partie mon coupon en maille violet sombre acheté pour faire un gilet que je n'ai finalement jamais fait parce que ça m'enquiquinait trop de schotcher les différentes parties du patron téléchargeable trouvé sur internet que j'avais imprimé. Ben oui, parce qu'aller savoir pourquoi, autant j'ai aucun problème à recopier n'importe quel patron à partir d'une planche papier, voir en faire un de toute pièce à partir de simples mensurations, autant passer des heures à assembler des feuilles A4, j'y arrive pas !

Brefle, après les iris, c'est au tour des papillons de débarquer dans ma garde-robe d'hiver avec un ensemble haut et jupe tous 2 tirés de livres japonais pour changer (je sais, je sais, il est tout pourri mon sens de l'humour).

Pour la jupe, j'ai choisi un modèle portefeuille, le modèle 7b du livre 276 (code JCA) "One piece and shirt", même si ce n'est pas ce que je préfère porter habituellement. Mais vu que c'était seulement le 2ème patron que je réalisais à partir de ce bouquin et que j'avais eu quelques surprises au niveau taille avec ma précédente réalisation, je me suis dit qu'avec un modèle portefeuille, je pourrais toujours jouer de quelques centimètres sur le tour de taille au cas où ça serait trop juste. Et grand bien m'en a pris, car c'était effectivement le cas. A vue de nez, je dirais que leur taille XL est plutôt un grand L. Ce modèle de jupe nécessitant un tissu avec un minimum de tenue, je l'ai réalisé uniquement avec mon coton imprimé papillons. Et je suis plutôt contente du résultat (même s'il y a quand même quelques petits défauts). En plus, pleine d'audace depuis que j'ai enfin compris comment fonctionnait les boutonnières automatiques sur ma Milady d'amour, j'en ai profité pour tester la pose des boutons. Car oui, comme toute Lady qui se respecte, ma MAC sait AUSSI coudre les boutons toute seule comme une grande. Le rêve total !

Et ça donne ça.

IMG_0212IMG_0216IMG_0217

Devant, coté et dos. Dommage, on ne voit pas bien mes jolis boutons couleur blanc nacré assortis au tissu.


Pour le haut, j'ai opté pour la tunique modèle 15 du désormais célébrissime Élégance et sobriété (tout moi ça non !) ou en le livre 05 ou 05-fr en code JCA que l'on ne présente plus. Comme je voulais une tunique confortable, assez chaude et que je puisse mettre avec autre chose que la jupe coordonnée, j'ai apporté quelques modifications au modèle d'origine. D'abord, je me suis rendue aux arguments de Couturus et j'ai opté pour un mélange de tissus me permettant de mettre au chaud les parties de mon anatomie que j'aime garder au chaud (et arrêtez de fantasmer, il n'y a aucun sous-entendus ici), c'est à dire mes bras et mon petit bidon bien rond. Seul l'empiècement de devant est donc en coton imprimé et j'ai crée un empiècement au dos (normalement qu'un seul tenant) pour le raccorder aux empiècements de devant. La partie "jupe" de la tunique ainsi que les manches sont réalisés dans un tissu maille tout doux et ultra confortable. Avec ma petite taille et mes hanches rondes, une tunique trop longue n'aurait pas manqué de m'agacer prodigieusement en passant son temps à me remonter sur les fesses, j'ai donc raccourci le modèle original de 20 bons centimètres. Et en rappel du tissu des empiècements, j'ai posé un biais maison fait dans mon coton papillons pour l'ourlet des poignets et du bas. J'avoue que c'est là ma toute première tunique depuis mes tout débuts de couturière (même avant la naissance des monstros, j'en avais jamais fait) et je suis assez fière du résultat.

IMG_0222IMG_0223IMG_0224

Comme d'hab, devant coté et dos. Comme d'hab aussi, pas une photo n'a la même taille. Promis, un jour, je comprendrais comment on fait pour qu'elles aient toutes la même hauteur.

IMG_0227

Gros plan sur les finitions

IMG_0228

Gros plan sur l'encolure

En dehors d'être parfaitement coordonné (en même temps, ce serait vraiment étonnant qu'il en soit autrement), cet ensemble présente un second avantage. Je n'y suis d'ailleurs pour rien, il faut bien l'admettre, c'est un hasard total. On peut le porter version décontractée (tunique sur la jupe) ou habillée (tunique rentrée dans la jupe).

IMG_0235

Version décontractée
IMG_0233

IMG_0229

Version habillée : C'est marrant, je trouve que ça lui donne une ressemblance flagrante avec ma petite robe d'hiver bleue
IMG_0230

Mais la cerise sur le gâteau, c'est qu'il va super bien avec mon beau foulard reçu pour mon Noël. La preuve !

IMG_0237

Ça se voit pas bien sur les photos mais le collant aussi est dans les tons violets ("Sombre Violet" pour être exacte). Merci Inferno Gran Mom pour ce don généreux.

IMG_0240

IMG_0242