mardi 27 janvier 2015

Torture en plein ciel

L'avantage quand on part peu à l'étranger, c'est qu'on a le temps d'oublier les désagréments des voyages en avion. L'inconvénient, c'est que, du coup, on n'est pas préparé du tout quand commence la séance de torture.

Bien sûr, je passerai sur les joies des services de sécurité à l'aéroport (avec tout ce qui s'est passé dernièrement, ça se comprend un peu). Ceci dit, j'ai quand même dû ôter les armes mortelles que je portais aux pieds, à savoir mes escarpins, quand j'ai passé le portique. Dire que j'allais simplement en Allemagne ! J'ose pas imaginer ce que ça aurait été si je m'étais rendu aux USA.

Non, la vraie torture, c'est dans l'avion que je l'ai subi. Parce que, après 10 ans sans prendre l'avion (ben oui, économie oblige, tous mes derniers déplacements professionnels bien que très peu nombreux ont été faits en train ou en bus), j'avais oublié un tout petit petit détail : mes oreilles sont hyper méga sensibles à la pression. Résultat, dès que l'avion passe au dessus de la couche nuageuse, je ressens une douleur intense dans les tympans et jusque dans les dents, exactement comme si j'avais une rage de dents. Un vrai délice ! Et là, on oublie les anti-douleurs classiques, ils n'ont strictement aucun effet.

Alors quand le steward est arrivé avec son café et surtout son petit pain avec des raisins secs dedans, j'ai hésité entre lui sauter dessus pour l'embrasser ou à me prosterner à ses pieds. Hein, quoi ? Non mais je vous vois venir ! Pas du tout, il n'était ni particulièrement beau ni particulièrement sexy. On est dans la vraie vie là je vous rappelle, pas dans un feuilleton. Et le seul truc qui m'intéressait, c'était la BOUFFE !

Euh, la Puce, la douleur t'a fait perdre la tête ? C'est quoi le rapport avec ton problème d'oreilles ?

Ben si vous avez la chance de ne pas être ou peu sensible au changement de pression, vous pouvez pas comprendre, pas plus que ceux d'entre vous qui ne sont encore jamais montés dans un avion. Pour tous ceux qui n'ont encore jamais fait de voyage en avion, sachez donc qu'un truc qui marche particulièrement bien (en tout cas pour moi) pour soulager la douleur, c'est de mâcher. Alors il n'avait peut-être rien d'extraordinaire ce petit pain mais je peux vous garantir que je l'ai savouré, lentement, en prenant tout mon temps, et en mâchant bien chaque bouchée. Et que j'en aurai pleuré de bonheur quand la douleur a commencé à refluer.

Bon, ben maintenant, il ne me reste plus qu'à mettre la main sur des chewing gums pour le retour, ou à me préparer psychologiquement à une nouvelle séance de torture. Ou plus simplement à barboter un stock de petits pains au petit déj de l'hôtel !

Posté par reyhaziel à 08:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :