Depuis fort fort longtemps, je rêve d'avoir un beau manteau cintré et ajusté en haut mais long et dansant en bas, avec un joli tombé, un truc bien chaud que je pourrais porter l'hiver (ou au moins à la mi-saison). Un truc en drap de laine quoi !

Eh la Puce, c'est quoi le rapport avec Azraël. Et pourquoi tu n'en as pas déjà fait un ?

Le rapport, vous le verrez plus tard. Et j'en ai pas encore fait simplement parce que, étant allergique à la laine de mouton. Oui, ma peau a des goûts de luxe, elle ne supporte pas le mouton (même pas le mérinos si c'est pas malheureux) mais l'angora (lapin), le mohair (chèvre) et le cachemire (chèvre aussi) ne lui pose pas de problème (pour info, j'ai encore jamais testé l'alpaga (lama) mais un jour peut-être ...). Étant allergique donc, un manteau en laine signifie un manteau entièrement doublé en tissu épais sinon c'est fichu et je suis bonne pour me gratter toute la journée. Et là, je ne me sentais pas le niveau pour coudre un truc pareil.

Sauf que, suite à mon premier essai de patronnage avorté (fichu Couturus alors, on peut jamais compter sur lui quand on en a besoin) mais qui a quand même donné lieu à la réalisation d'une jolie robe d'après un patron fortement modifié, je me suis rendu compte que, si je n'en étais pas au niveau d'expert capable de dessiner ses propres vêtements à partir de rien, je n'étais plus non plus une débutante. Et c'est comme ça que j'ai décidé de me lancer dans la réalisation du manteau de mes rêves.

Il me fallait donc un beau drap de laine et une belle doublure que je me suis procuré illico (mais ça, je vous en parlerai dans un autre post) et un patron. Oui parce que comme j'avais quand même été un peu échaudée par ma première tentative de patronnage, j'ai décidé d'attendre un peu pour remettre ça et d'utiliser un patron tout prêt correspondant au manteau que je voulais, le patron de ce manteau là.

1595815958-1

Bien sûr, comme ça ne pouvait quand même pas être aussi facile, j'attends toujours mon patron commandé sur le woueb alors que mes tissus sont arrivés depuis longtemps. Résultat, mes petits doigts me démangeaient. Rien à voir avec mon allergie, je mourrais simplement d'envie de coudre un truc dans mes beaux tissus. Et c'est là qu'Azraël entre en scène !

Car le sieur Azraël nous a fait une jolie poussée de croissance. Résultat, manteau d'hiver trop petit et rien de potable dégoté pendant les soldes. Alors j'ai foncé sur mes bouquins de couture pour trouver un patron de manteau pour enfants. Et j'en ai trouvé un. Un seul ! Encore heureux que j'ai trouvé le modèle chouette. Pour une fois, il ne vient pas d'un bouquin japonais mais d'un des bouquins que j'ai acheté pour avoir des patrons à la taille de Gargamel, "Modèles chics pour enfants, à réaliser pas à pas". Un livre plein de modèles très sympas mais plus pourri (excusez-moi du terme mais j'en trouve pas de plus flatteur), je pense pas ça possible. Même Burda et ses explications cryptiques fait mieux, c'est tout dire. Déjà, les patrons sont de simples lignes, aucuns repères de raccordement des pièces entre elles, pas de sens pour l'assemblage des manches qui sont pourtant dissymétriques (faut deviner où est le devant et où est le derrière), aucun repérage pour les boutonnières et j'en passe. Quant au pas à pas, j'aime mieux ne pas en parler. Mais le pire, c'est les schémas de montage, plus que peu nombreux mais finalement c'est tant mieux parce qu'ils vous embrouillent encore plus que les explications incompréhensibles du pas à pas. Bref, un bouquin à bannir pour les couturières débutantes.

A ce stade, j'ai pu continuer à apprécier à quel point j'avais pu progresser en couture car au lieu de me décourager, j'ai simplement coupé mes pièces, enfin, celles que j'estimais nécessaire car pour un certain nombre d'entre elles, je ne voyais vraiment pas en quoi elles pouvaient être utiles. Non, c'est vrai quoi. A quoi ça sert de couper 2 revers en doublure pour les enfermer entre 2 revers en laine comme une tranche de jambon entre 2 tranches de pain. Ca fait juste des épaisseurs supplémentaires et des surplus de couture abominables. Si c'est pour gagner en tenue, autant mettre un renfort thermocollant sur le tissu en laine. Et il y en avait pas mal des trucs comme ça. Et puis ensuite, j'ai rangé mon bouquin et j'ai assemblé mes pièces de la façon qui me paraissait logique à moi. Alors pour le choix des tissus, l'extérieur est un drap de laine et cachemire Bleu de Delph relativement doux, chaud mais fin et très souple grâce à ses 17% de cachemire. Pour l'intérieur, c'est une polaire peluche dans les tons bleus et verts d'une douceur à tomber, fine mais très chaude et très très souple. L'ensemble était tellement agréable à travailler que j'ai fini le manteau en un weekend et sans me presser malgré les désastreuses explications de mon bouquin. Au final, ça a donné ça.

20150215_21031120150215_210404

Le devant et le dos

20150215_210512

L'intérieur entièrement doublé, manches comprises

20150215_213519

Même les poches sont doublées avec ma super polaire.

20150215_203249

20150215_203235

20150215_203329

Azraël a immédiatement adopté son nouveau manteau et est allé très fier le montrer à son père dont je retiendrais la mémorable remarque qui a inspiré le titre de ce post.

Waouh Azraël ! Eh bien, je connais des rocks stars moins bien habillés que toi !

Voilà voilà voilà ! Je me demande encore comment je dois le prendre.