lundi 16 mars 2015

Représailles monstrosiennes

L'un des avantages du métier d'enseignant-chercheur, ben oui, faut bien qu'on en ait quelques uns quand même en dehors de notre amour immodéré pour la science. Hein, de quoi ? J'en vois qui s'insurge qu'on est jamais content et qu'avec toutes nos vacances faudrait pas qu'on se plaigne !

Alors là, je vous arrête, un enseignant-chercheur est, certes, un enseignant mais c'est aussi un chercheur. Conclusion, les vacances scolaires, il connaît pas ! Faudrait pas confondre avec prof en secondaire ou instit. Ça n'a RIEN à voir. Sans oublier que pour ne pas risquer de s'ennuyer (ce serait dommage quand même), l'enseignant chercheur fait aussi un tas de petits boulots à côté : nounou pour ses doctorants, post-doctorants, stagiaires et nétudiants adorés, plombier, électricien, chauffagiste, secrétaire pour ses collègues, manager/psychologue/assistante sociale à ses heures perdues et surtout collecteur de fonds doublé de rédacteur de rapports. En tout cas, moi, je dois faire tout ça régulièrement. non mais qui c'est qui a dit qu'un chercheur passait son temps à glander sans rien trouver !

Bref, passons ! Un des avantages donc, c'est que souvent (mais pas toujours parce que ça dépend quand même du labo où on bosse), on a la possibilité de voir du pays. Un petit plaisir avec lequel j'ai renoué il y a peu (merci à Inferno Gran Mom sans qui rien n'aurait été possible). La semaine dernière, j'ai donc pu profité honteusement de mes privilèges et jouer 3 jours les babysitters pour petits nétudiants, 3 jours de liberté et surtout de calme loin des monstros. Et pour en profiter, j'aime autant vous dire que j'en ai profité (nan, j'ai absolument pas honte de l'avouer, tout parent un tant soit peu honnête de monstros à tendance gremlinsienne sera pleinement d'accord avec moi).

Seulement voilà, ma désertion n'est pas passée inaperçue et j'aurais bien dû me douter, au manque flagrant d'enthousiasme à mon retour, que les monstros, et Azraël, plus particulièrement me préparaient une petite vengeance de derrière les fagots. Eh mes aïeux, ça n'a pas loupé. On a passé tout le week-end en compagnie d'un Enquiquinus Démonicus dans une forme olympique qui avait pour l'occasion invité tous ses potes soit un Pavarotus Infernatus gavé d'amphétamines, un Tyranicus Familias lui-même possédé par Hystéricus (si si, c'est possible), un Negarus Perpetualis plus négationiste que jamais et un Lavatorius Lingua marchant main dans la main avec un Prolixus verbus. A tel point qu'Inferno Gran Mom, pourtant un modèle de patience, de tolérence, de douceur, d'abnégation, de gentillesse, de persévérance, de .. (euh, j'ai passé assez de pommade là hein, tu reviendras ! Pitiééééééé !), a fini par lâcher non mais c'est pas possible, ils sont vraiment infects ce week-end !

Ce en quoi j'étais parfaitement d'accord. Mais si l'objectif c'était de me dissuader de repartir en congrès, j'aime autant vous dire que c'est raté. Ah ça non ! Hors de questions que la clique des Monstros Démonicus ait le dernier mot !

 

Posté par reyhaziel à 17:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,