mercredi 29 avril 2015

Haute couture

Pour ceux qui ne suivraient pas bien ce blog (ou qui ont, comme moi par moment, une mémoire de poisson rouge), Chéri a dernièrement émis quelques critiques quant à mes talents couturesques. Ou plutôt envers mon bon goût car attention, il est ravi de tous les vêtements que je couds pour moi et des bricoles que je fais pour offrir. Non, ce qui lui pose problème, c'est les vêtements que je fais pour les monstros, pas assez virils à son goût.

Mais voilà. Tous les matins avant de partir au boulot, Chéri a l'habitude de regarder les infos de Télématin pendant que je bouquine en profitant de mes 5 mn de répit avant le lever des fauves. Or lundi, au programme du journal, il y avait les derniers défilés de haute couture masculine.

Non mais c'est quoi ce truc ? J'y crois pas !

Hum, qu'est-ce qu'il y a ?

Non mais regardes ces horreurs ! C'est pas des trucs pour hommes ça !

Qu'est-ce que tu veux, c'est la haute couture ! C'est cher et c'est moche.

Ouaip ! Ben je retire ce que j'ai dit. Tu peux continuer ta couture pour les enfants comme elle est. C'est vachement bien !

Waouuuh, alors là, je crois bien que pour la première fois, j'apprécie pleinement le Jean-Paul Gauthier ! Merci la haute couture !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


mardi 28 avril 2015

Et ils pompaient, ils pompaient ...

Si aux dernières vacances j'avais privilégié les sorties en individuel avec les monstros, ce coup-ci, j'ai opté plutôt pour le collectif (oui parce que dédoubler les sorties, perso, ça me fatigue un brin quand même. Et puis très accessoirement, j'ai un boulot aussi !). Donc après le parc Floreval, c'est à la Cité des Sciences et de l'Industrie que j'ai emmené les monstros, toujours accompagnée de notre fidèle Super Nanny vu que sans elle, une sortie en lieu non clôturé de fils barbelés et miradors, c'est mission impossible !

Alors, ce n'est pas la première fois qu'on visite la cité des sciences. L'an dernier, on avait testé la cité des 2-7 ans. Et j'avais été un petit brin déçue d'ailleurs. Ce coup-ci, c'était au tour de la cité des 5-12 ans, parce que du haut de ses 4ans 9mois et de sa stature d'enfant de 6 ans, je me suis dit qu'Azraël devrait y être tout à fait à l'aise et que Gargamel était trop grand pour retourner chez les 2-7 ans. Et j'ai très bien fait !

Mais avant de vous raconter la sortie, quelques considérations pratiques à l'usage des parents débutants, de ceux qui cherchent des bons plans pas cher pour occuper leurs monstros et de tous les parents qui ont un enfant handicapé à distraire.

Alors côté bon plan pas cher, ben vous oubliez. Parce que la cité des sciences, c'est bien mais ça reste relativement onéreux pour une visite d'1h15 (en tout cas, c'est mon opinion). Comptez environ 18€ pour un adulte et un enfant. Par contre, ils font un truc super sympa : la gratuité pour les personnes handicapées, ce qui est déjà très bien car souvent cela se limite à une réduction. Mais surtout, et ça c'est SUPER COOOOOL, la gratuité pour l'accompagnant de la personne handicapée. Jusqu'à présent, c'est la première fois que je vois ça. Enfin un endroit où on pense qu'une personne en situation de handicap, adulte ou enfant, pourrait peut-être être incapable de faire la visite seule et que le coût que cela représente pour l'accompagnant pourrait être un obstacle à sa sortie. Franchement, cela mérite d'être souligné. Et on a testé, c'est bien vrai. Sur présentation de la carte de personne handicapée (oui, il faut quand même avoir la carte sinon ça marche pas. En même temps, je le comprends. C'est pas écrit sur la figure de Gargamel que c'est un enfant TED), on nous a remis un billet d'accès gratuit pour lui et Super Nanny sans aucune difficulté et en passant par un guichet d'accès prioritaire ce qui nous a évité la queue en prime. Du coup, ça m'a fait passer le coût de la sortie de 9€ par personne à 4,5€ ce qui devient plutôt bon marché.

Côté considérations pratiques, il faut y aller de bonne heure et éviter les week-ends parce que les activités sont en nombres restreints et souvent uniques (comprenez qu'on ne trouve pas la même activité en plusieurs exemplaires) ce qui peut générer des bouchons sur les plus populaires. Et qui dit bouchons dit arrivée en fanfare d'Enquiquinus, d'autant que le seuil de tolérance à la frustration d'Azraël frise actuellement le néant absolu. Et surtout, n'oubliez pas d'emporter un truc à grignoter et à boire parce que les monstros attrapent très faim et très soif pendant la visite et vous tomberont dessus dès qu'elle sera terminée.

Alors coté visite justement. Ben si j'en crois la réaction des monstros à peine franchi le guichet de validation des tickets, la Cité des Sciences, c'est trop top. Et heureusement que Super Nanny était là et qu'elle coure vite quand il faut vu qu'en moins de 2 secondes, Azraël a piqué un sprint dans une direction et Gargamel dans une autre. On s'est donc pris chacun le sien et on les a laissé découvrir le site. Si Gargamel s'est montré relativement pondéré (yeeeesss! il grandit !), Azraël était particulièrement déchaîné, courant d'une activité à l'autre et boudant outrageusement dès qu'il lui fallait attendre plus de 5 secondes.

IMG_0123IMG_0126

On met la balle dans le trou. Et on mouline pour faire fonctionner la télé.

IMG_0147

On cherche la petite bête dans les ronds verts et on l'écrabouille joyeusement.

IMG_0151

On se cause à travers des tuyaux.

Contrairement à ce que j'aurais pensé, la partie jardin avec "ferme aux papillons et fourmilière" ne les a guère passionné, très certainement parce qu'en fait, les dits insectes n'étaient quasiment invisibles. Par contre, comme prévu, ils ont été fasciné par les jeux d'eau et surtout, par les colonnes de fluide à pomper.

IMG_0131IMG_0186

IMG_0188Petite

Hieeen ? C'est quoi ce truc la Puce ? Imaginez 3 colonnes remplies de liquide de viscosité différentes (genre eau, huile et sirop épais) illuminées par 3 lampes de couleurs différentes et des pompes en face. Quand l'enfant pompe, il injecte de l'air à la base de la colonne et on voit une bulle qui remonte. Bien sûr, plus le liquide est visqueux, plus c'est dur de pomper, moins il y a de bulles et plus elles sont lentes à remonter en haut de la colonne. Et bien les monstros se sont passionnés pour ce truc et ils ont passé un temps pas possible à pomper. Surtout Gargamel d'ailleurs. Faudrait peut-être que je trouve une de ces lampes vintage avec des bulles de liquide coloré qui se déplacent dans de l'eau, ça l'hypnotiserait j'en suis certaine !

IMG_0138

IMG_0142IMG_0145

Brefle, on a tous passé un bon moment. Une expérience qu'on reproduira certainement.

Posté par reyhaziel à 22:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 25 avril 2015

Le Tarzraël est de retour ...

... et il a trouvé un copain !

Alors, le Tarzraël, vous connaissez. Mais si, rappelez-vous. Non ? Ben retournez voir ici alors. Et bien aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous annoncer que, contrairement aux croyances transmises par les anthropologues de tout horizon, l'espèce des Tarzgamel n'est pas éteinte.

Car voilà, vacances et retour du soleil obligent, il a bien fallu trouver quelques occupations pour les monstros ces jours derniers. C'est ainsi que mardi, on s'est retrouvé Azraël, Gargamel, Super Nanny et moi-même en route pour le parc accrobranche de Floreval. Au programme, promenade en poney et balade dans les arbres. Je ne reviendrais pas sur les mérites et les faiblesses du parc Floreval, vous les trouverez en détail dans le post concernant le Tarzraël. Mais la grande nouveauté, c'est que suite à la substitution de mon Azraël par un Tarzraël (oui, je vous rappelle que les monstros sont substitués instantanément par des animaux sauvages totalement incontrôlables dès le passage des grilles du parc), il s'est produit un phénomène de substitution en cascade. Résultat, Gargamel s'est lui aussi fait kidnapper et substituer par une espèce qu'on croyait éteinte, le Tarzgamel.

Par certains côtés, les 2 espèces sont très semblables. En particulier, toutes les 2 aiment particulièrement :

  • courir dans tous les sens examiner l'ensemble de la flore autour d'eux (la faune ayant compris depuis longtemps qu'elle avait tout intérêt à se planquer dare dare).
  • franchir autant que possible les lignes qu'on n'a pas le droit de franchir (parce que franchir les autres, c'est pas drôle).
  • se coller le nez à l'enclos des poneys histoire d'être sûrs qu'on va bien pouvoir en trouver un sur lequel grimper et demander en boucle pourquoi ils sont en train de manger.
  • se précipiter sur tous les gentils animateurs qui passent pour leur expliquer que c'est cro long d'attendre et qu'on veut un poney tout de suite parce qu'on va se promener dans les arbres (si si, tous les 2 parce que le Tarzgamel fait et dit tout ce que fait et dit le Tarzraël).

Je suis d'ailleurs entièrement d'accord avec cette affirmation des monstros. Oui, l'attente est beaucoup trop longue quand on a sur les bras deux Tarz surexcités qui ne pensent à leur promenade.

L'un comme l'autre sont également très à l'aise à dos de poney même si le Tarzgamel a les jambes à 2 doigts de traîner par terre. Mais fort heureusement pour mes petites oreilles délicates, le Tarzgamel aime savourer sa promenade dans le calme et le silence contemplatif (le Tarzraël démarrant quant à lui la mitraillette à paroles, histoire qu'on comprenne bien tout ce qui lui et son poney sont en train de faire, de sentir et de regarder). Et puis le Tarzgamel n'est pas pressé alors que le Tarzraël veut absolument arriver le premier. Enfin, il n'est pas pressé ? Non, pas vraiment, mais pas question non plus de se laisser trop distancer. Alors s'engage une course poursuite entre le Tarzraël, ses 19kg, son poney noir pas chiant qui voudrait bien galoper et le Tarzgamel, ses 34 kg, son poney tacheté qui voudrait bien avoir un truc moins lourd sur le paletot et prendre le temps de se goinfrer de fougères. Je vous laisse deviner qui n'a eu aucun mal à gagner la course.

IMG_0088IMG_0093

Une fois l'odyssée équestre achevée, on s'est attaqué à la randonnée en altitude. De ce côté là, le Tarzgamel souffre du même handicap que Sir Gargamel. C'est un gros gros pétochard ! Si si, je vous jure. Mais attention hein, sa pétochardise est ultra sélective.

Ah bon ! C'est comme le Tarzraël alors, il aime pas la corde raide. Ben non, c'est pas ça. C'est plutôt du genre, Super Nanny est là, j'ai un peu les jetons mais je me lance. Tiens, la maman de Gargamel me regarde, allez hop, larmes de crocodile et je bouge plus. Flûte, elle regarde plus. Bon ben j'y vais alors. Un véritable escroc ce Tarzgamel. Mais le Tarzraël ne vaut pas mieux.

Maman regardes, moi me suis crès fort !

Oh oui mon Tarzraël ! Bravo! Alors Tarzgamel, ça va ?

Mamaaaaaan ! (larmes de crocodiles)

Mais enfin, faut pas avoir avoir peur ! Tu l'as déjà fait.

Tarzgamel t'arrête ta comédie ! Allez, on y va.

Mamaaaaan ! Mé a peur ! Moi mi arrives pas ! Viens m'aider.

Non mais tu te fiches moi là. Y a 2 secondes tu courais presque !

IMG_0115      IMG_0116

Huum, j'y vais ou j'y vais pas ?       Allez, j'y vais !

IMG_0108

Voyons voyons, comment vais-je franchir l'obstacle ? Mais oui, au pas de charge !

Heureusement, on peut aussi compter sur la rivalité inter espèces pour faire progresser sans trop de mal ces 2 spécimens uniques au monde sur leur parcours accrobranches.

IMG_0117

La corde raide ? Ah ah, même pas peur. D'ailleurs, j'ai peur de rien ! Enfin presque.

 IMG_0103

Si le Tarzraël le faire, alors moi aussi !

IMG_0104

 Psssssf, je te l'avais dit que je pouvais le faire !

Et finalement, entre 2 crises de larmes de crocodiles, de hurlements et de refus d'avancer, les 2 Tarz ont fini leur parcours, sans même générer un seul bouchon ce qui n'a pas été le cas pour tous les enfants présents je peux vous le dire. Ils n'étaient donc pas peu fiers de leur performances. Et comme il fallait s'y attendre, ils ne voulaient plus repartir.

IMG_0119

Tarzraëëëël, attends moi !

Tiens, ça me donne une idée. Allez, la prochaine fois, on les lâche en solo dans la nature ! Un petit kohlanta monstrosien. Et on les récupère le mois suivant ! Non, c'est pas possible ? Bon, tant pis ! Mais ça valait le coup d'essayer non ?

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 22 avril 2015

Et la fête continue

Eh oui, ce mois-çi, c'est vraiment le mois des fêtes. Après celle de la nounou d'Azraël, celle d'Azraël, c'est au tour de Gargamel et comme son petit frère, il a eu droit à son pantalon rien qu'à lui comme cadeau (entre autres choses).

Alors les coutimiers de ce blog le savent bien, Gargamel et les pantalons, en fait et les vêtements en général, c'est toute une histoire. Eh oui, en bon enfant souffrant de troubles autistiques, je vous rappelle qu'il a quelques ... comment dire ... règles vestimentaires ultrastrictes ? Et encore, c'est un doux euphémisme. En résumé, Sir Gargamel ne supporte que les T-shirts et les joggings. Pas de boutons, pas de pièces métalliques, pas de tissus raides, pas de fermeture éclair autre que sur les blousons (allélouia sinon je me demande comment on ferait). Du jersey et du tissu à sweat et rien d'autre. On oublie le synthétique et les cotonnades. Faut que ce soit doux et souple.

Alors pour l'habiller, je vous raconte pas la galère. J'ai l'impression d'avoir un rappeur quasi permanence à la maison, et un gros flemmard en pyjama le reste du temps (je soupçonne d'ailleurs que cela ne le dérangerait pas le moins du monde d'aller à l'école en pyjama, ou même à poil quand il fait chaud). Mais depuis que je me suis remise à la couture, j'essaie de contourner le problème. Mes premiers essais n'avaient rien donnés. Normal, j'avais tenté un pantalon en coton standard. Depuis, j'ai trouvé un fournisseur de tissus à sweat pas cher (oui parce que Gargamel étant un killer de pantalons, pas question non plus de dépenser une fortune pour l'habiller) et tenter quelques joggings. Et là miracle, il les mets avec plaisir. Ce qui, à défaut de changer son style vestimentaire, a au moins permis de varier un peu les couleurs. Exit le noir et le gris, bonjour le bleu canard et le rouge (j'aurais bien tenté le mûre mais bizarrement, Chéri n'était pas d'accord du tout).

Alors pour sa fête, j'ai tenté le tout pour le tout. Enfin presque faut pas pousser non plus. Un pantalon qui ressemble enfin à un vrai pantalon avec une coupe un peu à la mode (du moins je crois parce que la mode et moi .... ). Toujours en tissu à sweat bien sûr, ben oui, histoire de pas tout changer d'un coup (faut y aller mollo avec les enfants TED) mais avec des poches en double gaze de coton à l'imprimé voilier.

Pour le patron, j'ai sorti comme d'habitude mes bouquins japonais, en l'occurence, le livre Jupes et pantalons pour les enfants ,un de mes rares livres traduits en français. C'est d'ailleurs de ce même livre que j'ai tiré les patrons du pantalon à carreaux d'Azraël et de ma jupe écossaise à fleur. Cette fois, j'ai opté pour le modèle 26, Pantalon Bootcut qu'il s'appelle. Dans le descriptif du modèle, ils expliquent que cette coupe allonge la silhouette et ma foi, c'est assez vrai. Dans l'absolu, c'est un modèle plutôt facile à réaliser vu que les poches sont simplement plaquées mais je me suis heurtée à 2 petits soucis. D'abord, cette coupe est assez ajustée. Du coup, en me basant uniquement sur la stature et n'ayant comme référence que le taux de remplissage de ses joggings par Gargamel, j'ai misé sur une taille 10 ans (ce qui est normalement la taille qu'il porte en T-shirt et jogging). Sauf que le sieur Gargamel, n'ayons pas peur des mots, fait nettement plus envie que pitié. Du coup, la coupe assez ajustée est devenue une coupe très ajustée. Et moi, j'ai eu très peur d'un rejet total du pantalon lié à la perte de l'aisance à laquelle il est habitué. Par contre, niveau longueur de jambe, j'aurai facilement pu prendre une taille en dessous. Ensuite, j'étais à court de tissu à sweat pour réaliser le modèle dans les règles de l'art. En fait, je ne pouvais tailler qu'une seule jambe dans le droit fil. Du coup, j'ai rusé. J'ai taillé les 2 devants de jambe dans le droit fil, et les 2 derrières perpendiculairement au droit fil. En théorie, sur un tissu uni, ce n'est guère gênant. Sauf que voilà. D'une part, le jersey ayant un sens de tissage, la lumière ne fait pas ressortir la couleur de la même façon selon le sens dans lequel est coupé la pièce par rapport au droit fil : on a l'impression de 2 rouges différents. Pour moi, ce n'était pas un problème puisque les 2 devants étaient identiques et les 2 derrières aussi mais c'est une bonne chose à savoir pour une débutante. Dans le même ordre d'idée, sachez qu'un velours uni ne présente pas la même couleur, même pour 2 pièces taillées dans le droit fil si l'une est coupée dans le "sens du poil" et l'autre à "rebrousse poil". Je trouve d'ailleurs intéressant de jouer sur ce phénomène quand on coupe des pièces de vêtements car cela permet du jouer avec la couleur et la lumière alors qu'on taille entièrement le vêtement à partir du même tissu. L'autre inconvénient d'avoir coupé des pièces perpenticulairement au droit fil, c'est que j'ai perdu l'élasticité en largeur (car un tissu est toujours légèrement plus élastique dans le sens perpendiculaire au droit que dans le sens du droit fil, ce qui est particulièrement vrai pour du jersey). Et cela n'a pas arrangé mon problème de coupe ajustée. A part cela, je n'ai pas apporté de modification majeure au modèle. J'ai simplement remplacé la ceinture d'origine par une ceinture en bord côte.

IMG_0832IMG_0833

Vue de devant et vue de dos : on voit bien la coupe bootcup, resserrée autour du genou et légèrement évasée en bas (attention hein, ça fait pas du tout patte d'éléphant)

IMG_0835IMG_0834

Gros plan sur les poches plaquées avant et la poche plaquée arrière.

Heureusement, au final, Gargamel a beaucoup apprécié son nouveau pantalon et il a enfin dans sa garde-robe un truc qui ressemble à un VRAI pantalon. Je vais très certainement lui en refaire d'autres dès que je me serais réapprovisionner en tissu à sweat. Et pour l'été, je vais tester une version en double gaze de coton. Bien sûr, il faudra faire un petit ajustement en longueur et en largeur pour lui donner plus d'aisance. Par contre, pour une fois pour un modèle japonais, j'ai une critique à faire sur ce patron. En fait, j'ai l'impression que c'est une constante sur ce livre car le pantalon à carreaux d'Azraël souffre du même défaut (qui n'était pas visible avant sa poussée de croissance mais l'est maintenant). Contrairement aux premiers modèles de pantalons que j'ai cousu à partir de livres japonais, ces modèles-ci ne semblent pas avoir de ceintures réhaussées au dos, c'est-à-dire qui montent plus haut sur les reins. Conclusion, quand ces monsieurs se penchent, on peut admirer leur raie des fesses. Et moi, ça, ça m'agace prodigieusement !

IMG_0060

Alors, vous la voyez bien la différence de couleur entre l'avant et l'arrière de la jambe de pantalon !

IMG_0062

Il est pas beau comme ça mon Gargamel !

Je pense donc modifier légèrement la coupe à ce niveau. Mais cela reste vraiment un très joli modèle. D'ailleurs, il existe aussi en version pantacourt pour filles et je sens que cela va faire un cadeau parfait pour la fête de Bouclette.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 20 avril 2015

Un week-end bien occupé

Piiiiouuu, ben dis donc, on n'a vraiment pas chômé ce week-end. C'est qu'avec le beau soleil de ces derniers jours, l'herbe s'est mise à pousser à vitesse grand V dans le jardin de l'Inferno House et les monstros n'avaient plus qu'une seule idée en tête : jouer avec le tuyau d'arrosage. Du coup, avec Chéri, on s'est dit que, quitte à jouer avec l'eau, autant jouer utile. Et en bons exploiteurs d'enfants, on les a mis au boulot.

D'abord, une bonne petite séance de tonte de gazon parce qu'il faut pas rigoler, on n'arrose pas une forêt vierge. Hors de questions que des anacondas et autres bestioles aient la moindre chance d'élire domicile dans le jardin. Déjà que d'après Azraël, il faut faire attention aux crocodiles et aussi à la terreur de la jungle, la Bête crainte par toute la population animale, celle qui fait hurler Azraël de terreur, la terrrrrriiiiiible ... fourmi noire des jardins ! Eh oh, on arrête de rigoler là, c'est très dangereux une fourmi. Moi, j'en trouve régulièrement dans mon café au bureau vu qu'elles ont envahi le distributeur automatique et je manque de m'étrangler avec ! Vous voyez bien que c'est dangereux !

Une fois la jungle domptée, on est passé aux choses sérieuses : le lessivage des transats, chaises et table de jardin ! Ça, on peut dire que les monstros s'y sont mis avec enthousiasme, surtout dans la phase de rinçage d'ailleurs où leurs chers parents ont été rincés presque aussi largement que le salon de jardin. 

IMG_0071IMG_0072

On lessive

IMG_0078

On rince

IMG_0081

Et on arrose Papa et Maman parce qu'ils le valent bien !

Devant tant de bonne volonté, j'ai embauché Azraël pour laver ma voiture en plus du reste ce qui n'était pas du luxe. Il semblerait d'ailleurs que Lessivus Junius Démonicus (Junior quoi) ait vu là une opportunité de tenter une petite prise de possession démoniaque et de démontrer qu'il était le digne fils de Lessivus Démonicus puisqu'on a pu admirer le sieur Azraël poursuivre son oeuvre de nettoyage en s'attaquant 6 fois à l'aile avant gauche de la voiture (qui n'a jamais été aussi propre) avant d'enchaîner avec le lessivage en règle de l'allée du jardin puis de la terrasse du garage. Il semblait prêt à enchaîner avec le lessivage du gazon quand on a enfin réussi à exorciser Junior.

IMG_0828

Après tout ce boulot, on a bien gagné le droit de tester les chaises longues !

Ben dis donc, il a l'air redoutable ce démon la Puce ! En fait, pas tant que ça. Comme tous les démons obsessionnels, il suffit de fournir à sa victime une autre occupation suffisamment attractive pour qu'il se retrouve renvoyer illico dans sa dimension. Dans le cas qui nous occupe, la fabrication d'un hybride de macaron et de meringue a fait l'affaire.

Euh ... c'est quoi ce délire la Puce ? Un quoi ? Ben une sorte de croisement entre une meringue et un macaron, une mutation pâtissière quoi. C'est pas clair ? Alors essayez de visualiser les macarons qu'on peut acheter chez le boulanger. Faut savoir que j'adore ça moi, les macarons. Mais j'ai jamais été fichue d'en faire. Toutes les recettes que j'ai essayé ont toujours lamentablement échoué. Des galettes toutes plates et toutes dures (ou toutes molles selon de degré de ratage de cuisson), voilà ce que j'avais à chaque fois. Et les meringues à la française, vous voyez ce que c'est ? Ça par contre, j'ai jamais eu de mal à les réussir mais je n'apprécie pas beaucoup. J'ai toujours eu l'impression de manger un truc sans goût à part celui du sucre, et beaucoup trop sucré justement. Ben vous réunissez les 2 dans la même pâtisserie tout en mettant moins de sucre et vous obtenez ce qu'on a cuisiné avec Azraël, soit une adaptation à ma façon d'une recette de macaron avec une technique de réalisation inspirée de la meringue. Et c'est absolument DE LI CIEUX !

IMG_0826

Les macameringues en train de refroidir

Hum, de quoi ? Ça vous fait envie. Pas de problème, je vous donne la recette à la fin de ce post.

Après tout ce travail, on avait tous bien mérité un peu de calme et de repos. Alors pour laisser Chéri regarder son sport sur grand écran tranquille, j'ai organisé une petite séance ciné dans la chambre de Gargamel. Hop, les 2 monstros installés confortablement sur le lit, mon portable et son grand écran sur une chaise juste en face avec Cendrillon dedans. Et c'était parti pour 1h30 (environ) de calme.

IMG_0827

Manquait que le popcorn et on se serait cru au ciné !

Le seul truc auquel on avait pas pensé avec Chéri, c'est qu'une fois bien reposé, les monstros voudraient reprendre leurs activités dans le jardin mais attention, pas n'importe quelles activités. Pas le genre où ils s'épuisent tous seuls sous notre oeil attendri et notre petit coeur réjoui parce qu'on sait qu'ensuite qu'ils vont tomber complètement amorphes dans le canapé et qu'on aura la paix pour le reste de la soirée. Non, ça aurait été bien trop facile. Ils ont donc choisi l'activité qu'on redoute le plus avec Chéri, celle qui nous laisse le dos en compote avec les orteils et les tibias endoloris en sus, j'ai nommé, la séance d'initiation aux patins à roulettes ! Ah ça, ils ont adoré les monstros, il n'y a pas à dire, en particulier Gargamel dont j'ai enfin réussi à trouver comment régler la taille des patins. Ils se sont essayés au patinage sur tout type de revêtement : dans l'herbe, dans l'allée, sur la terrasse .... Et avec Chéri, on a bien sûr dû les retenir pour les empêcher de tomber (et tenir respectivement 19kg et 34kg à bout de bras, c'est vraiment mortel pour les lombaires et les trapèzes). En prime, on s'est pris de ces coups de patins dans les tibias, je vous raconte pas. On a fini ... ben lessivés pour rester dans le thème de la journée.

Bon allez, je vous ai promis une petite recette alors la voilà.

Pour une vingtaine de macameringues :

  • 2 blancs d'oeufs
  • 70 gr de sucre semoule ou fin
  • 90 gr de poudre d'amande
  • 60 gr de sucre glace
  1. Battre les blancs en neige à vitesse moyenne. Quand la mousse commence à faire des vagues (les blancs ne sont donc pas encore vraiment montés en neige), ajouter la moitié du sucre semoule sans cesse de battre. Continuer à battre à vitesse moyenne. Quand les blancs forment un bec quand vous enlevez le batteur (les blancs sont bien montés et sont fermes), ajouter le reste du sucre semoule et battre à vitesse maximum jusqu'à obtention d'un mélange bien lisse, brillant et très ferme.
  2. Dans un récipient à part, mélanger le sucre glace et la poudre d'amande jusqu'à obtenir un mélange homogène.
  3. Ajouter le mélange sucre/amande aux oeufs montés en neige et mélanger en partant du bord du récipient vers le centre jusqu'à obtenir d'un mélange homogène. Normalement, le mélange se tient bien et ne doit pas couler si vous soulevez votre spatule.
  4. Mettre votre four à chauffer thermostat 5 (150°C)
  5. Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, former vos macamerringles en faisant des petites tas de pâte de la taille de votre choix (moi, c'était une grosse cuillère à café bien bombée) et mettre à cuire 10-12 mn.
  6. Attendre juste un peu après la sortie du four (la coque durcie un peu et est plus facile à détacher) pour détacher délicatement du papier sulfurisé.

Vous obtenez des petits gâteaux dont la croûte extérieure fait penser à de la meringue avec un petit coté croquant et l'intérieur est tout moelleux comme celui d'un macaron. Et le tout à un bon goût d'amande. Bon appétit !

Posté par reyhaziel à 23:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 19 avril 2015

Zone de guerre

Alerte à la population des gastéropodes d'île de France. Si vous avez prévu un déplacement prochainement, évitez dans la mesure du possible la région villebonnaise et plus particulièrement le jardin de la famille Inferno. En tout cas, si vous tenez un tant soit peu à la vie (ou à défaut, à votre santé mentale).

Deux monstros en tenue de combat (maillot de bain, T-shirt et arrosoir, si si, l'arrosoir est un élément essentiel de la tenue de combat) sévissent actuellement dans la région.Visiblement déterminés à s'assurer qu'aucun dénommé Turbo ne s'est glissé parmi les résidents de leur jardin, les 2 monstros sus-mentionnés, sous l'influence machiavélique d'un Escargus Démonicus en mode ultra maléfique,se livrent à toute une pléthore d'expériences toutes plus horribles les unes que les autres sur les pauvres malheureux qui tombent entre leurs mains.

turbo

Cela commence généralement avec une douceur trompeuse : un léger arrosage parce que le soleil tape dur. Mais en fait, attention mes amis à coquille, ce n'est qu'une ruse destinée à vous faire sortir les cornes. Une fois assurés que la coquille est habitée, ils passent à l'attaque. Au programme, enterrement vivant sous une tonne de feuilles arrachées aux haies. Le taux de survie étant conséquent, on passe à l'étape 2, noyade dans un seau d'eau. Là encore, nombre de gastéropodes arrivent au bout de l'épreuve sains (enfin peut-être) et saufs (oui, mais plus pour longtemps). On passe alors en phase 3, celle dont on ne revient pas si on n'est pas un escargot de course, avec au choix, l'épreuve de l'écrabouillage sous semelle ou le pilonnage par arrosoir. Dans les 2 cas, une vitesse super sonique est fortement recommandée pour espérer un taux de survie ne frisant pas le néant.

Nous avons eu beau envoyé nombre de signaux de fumée à la SPG (société protectrice des gastéropodes), aucun représentant n'est venu faire cesser ses séances de tortures multiquotidiennes. Quant aux géniteurs des monstros sus-mentionnés, dûment contactés par notre amicale des gastéropodes en goguette pour réfréner les instincts de chercheurs fous de leur progéniture, ils ont eu l'outrecuidance de nous répondre que :

  1. ils ne pouvaient pas passer leur temps coller à leurs enfants pour vérifier qu'ils ne faisaient pas de bêtises au lieu de jouer dans le jardin.
  2. vu que les monstros attendaient justement qu'ils aient le dos tourné pour les faire, les bêtises, ils arrivaient généralement trop tard pour réfréner quoique ce soit.

experience

Non mais franchement, si c'est pas des parents indignes ça !

Posté par reyhaziel à 23:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 17 avril 2015

Résurrection

Vous, je ne sais pas comment ça se passe mais moi, dès que je donne un doigt aux monstros, ils essayaient systématiquement de me boulotter le bras !

C'est ainsi que, ayant eu un jour l'idée saugrenue de récupérer Azraël à l'école avec un paquet de bonbons dans la voiture, j'ai droit régulièrement à la question fatidique maman, t'as des bonbons dans la vouature ? Et quand la réponse est non, Enquiquinus et Hystéricus rappliquent dare dare ! Et cette semaine bien sûr n'a pas fait exception à la règle.

Maman, t'as des bonbons dans ta vouature ?

Non Azraël, j'ai pas de bonbons.

Maiiis, moi mé a paim !

(oui, les f veulent toujours pas sortir malgré l'orthophonie)

Huum, t'as vraiment bien travaillé aujourd'hui à l'école m'a dit la maîtresse. Alors si tu veux, on va à la boulangerie acheter un petit paquet de bonbons.

OUIIII ! ... Maman, tu te dépêche d'aller à la boulangerie pour les bonbons sinon moi me suis morte !

T'exagère pas un peu là.

Maman, regardes ! Mé suis morte !

Ben pourquoi tu parles alors ?

Pakeu moi me a cro paim alors moi mé suis morte !

(un rapide coup d'oeil dans le rétro me montre un Azraël "évanoui" avec la langue pendant hors de la bouche. On se demande où il a appris ça !)

Hum Azraël, on est arrivé à la boulangerie.

OUIIIIII, mé suis vivante !

Voilà voilà. J'en conclus 3 choses. D'abord, il ne faut pas grand chose pour tuer un monstros apparemment mais un monstros mort étant quasiment aussi bavard qu'un monstros vivant, je ne pense pas vraiment exploiter cette sensationnelle découverte. Ensuite, le pouvoir de résurrection des bonbons est admirable. Il semblerait même qu'un effet secondaire soit une capacité de concentration accrue chez l'orthophoniste. Et ça, c'est nettement plus intéressant. Enfin, y a rien à faire : je suis une mère profondément indigne que l'idée de soudoyer honteusement ses enfants ne dérange absolument pas !

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 15 avril 2015

Cours, courses et couture

Après 3 semaines infernales à enchaîner cours, réunions, manips et sorties scolaires, j'aurais bien besoin de vacances. D'autant qu'entre Super Nanny qui me lâche à l'improviste pour cause de gastro, le taxi qui oublie d'aller chercher Gargamel, les professionnels de santé qui m'appellent un peu affolés parce qu'ils ne savent pas quoi faire de lui ni surtout quoi lui expliquer, je passe mon temps à courir à droite et à gauche dans l'urgence et je commence à regarder mon beau portable tout neuf d'un très sale oeil dès qu'il sonne (en particulier quand cela se produit en pleine présentation de projet devant des responsables de la DGA. Ça m'apprendra à oublier de le couper tiens !)

Alors du coup, le soir, étant un petit poil fatiguée (oooh le bel euphémisme !), j'ai une certaine tendance à rêvasser à toutes les belles choses que je vais me coudre et ... ben je couds pas, je légumise à fond en fait ! Hum, de quoi, vous connaissez pas le verbe légumiser ? Nooon ? Pas possible ? Mais si enfin, vous savez bien, l'état qui consiste à avoir une activité cérébrale et physique pratiquement aussi intense que celle d'un légume, mais pratiquement seulement hein, le légume étant encore capable de vous battre à plate couture.

Heureusement, les fêtes sont là pour me réveiller ! Comment ça on n'est pas au mois de décembre. Ben oui, je sais bien ! Ah mais attendez, il y a erreur là. Je ne parle pas des fêtes de fin d'année, je parle des fêtes des Saints. Le truc avec les prénoms quoi. Ce mois-ci par exemple, j'ai 3 personnes à fêter dont 2 monstros. Les miens ça tombe bien !

Mais pour le coup, vu que même l'influence pernicieuse de Couturus a du mal à s'exprimer (et pourtant, c'est pas faute de me faire miroiter des tonnes de fringues super sympas et totalement IN DIS PEN SABLES à ma garde-robe), j'ai choisi de remettre à plus tard les exploits couturesques et de miser sur des valeurs sûres : mes sacro saints livres japonais.

Et pour commencer, une jolie tunique pour la nounou d'Azraël parce qu'elle le vaut bien. Et vu ce qui lui tombe sur le coin du nez en ce moment (et un peu sur le mien aussi vu que ça m'a valu un petit tour à la gendarmerie pour témoignage, je vous raconterai un jour), un petit cadeau, ça peut pas faire de mal et ça remonte toujours le moral. Il s'agit du modèle 5 du livre Élégance et Sobriété (livre 5 en code JCA) dont j'avais déjà piqué le patron du bustier cache-coeur pour faire ma robe bleue qui brille. Cette fois, à part la longueur que j'ai un peu raccourci pour que cela tienne dans mon restant de voile Liberty (déjà grandement utilisé pour mon beau manteau et la tunique de fête des mères d'Inferno Gran Mom). On pourra dire que je l'ai bien amorti celui-là. D'habitude, je suis nettement plus robes que jupes et haut. Faut dire que je trouve rarement des hauts dans le commerce qui soient compatibles avec ma rondeur et ma petite taille. Mais maintenant que je me débrouille pas si mal en couture, je crois que je vais réviser mon jugement et étoffer ma garde-robe, surtout avec des hauts vu que j'ai pas mal de jupes que je ne mets jamais parce que j'ai rien pour aller avec. Et là, ben il se trouve que je l'aime bien cette tunique. Je l'aurais d'ailleurs bien gardé pour moi en fait. Côté technique, c'est un modèle parfait pour une débutante. Toutes les finitions se font au biais ou presque. Personnellement, vu le tissu utilisé (un voile de coton), j'ai choisi de réaliser des coutures anglaises, plus solides et plus esthétiques que les coutures classiques.

IMG_0805IMG_0806IMG_0807

Vue de face, de coté et de dos : on remarquera la jolie dentelle du col pour réhausser le modèle sinon un peu fade.

IMG_0816IMG_0817

Des photos portées par moi, vu que j'ai à peu près la même stature que la nounou d'Azraël.

Ouvrez grand vos mirettes parce que je porte un corsaire et que c'est pas demain la veille que vous me reverrez avec un truc qui ressemble à un pantalon !

Ensuite, un nouveau petit pantalon pour la fête d'Azraël. Vu qu'il adore les poches, j'ai opté pour le modèle 14 du livre Polka Drops (livre 373-fr en code JCA). Toutefois, étant momentanément atteinte d'une crise de fainéantite aiguë, je me suis contentée de réaliser les poches avant et j'ai laissé tomber les poches arrières (trop petites au goût de monsieur de toute façon). Avec les températures plus que clémentes des derniers jours, j'ai choisi pour le tissu un coupon de gaze double dans les tons bleus qui traînait dans mon placard depuis un bon moment. Et pour casser l'uniformité du modèle (et aussi, avouons le, pour le plaisir de faire tiquer Chéri), j'ai réalisé les détails du modèle (poches avant et empiècement arrière) avec mon tissu coupe du monde. Là aussi, aucune difficulté technique majeure, un modèle parfait pour débuter et que je referais très certainement car il a beaucoup plu à son heureux propriétaire. Sir Azraël a catégoriquement refusé de l'enlever après l'essayage. Les photos ne sont donc pas terribles vu que le pantalon a fini tout froissé et plein de taches avant que je puisse les faire.

 IMG_0822IMG_0823

Vue de face (oh les belles poches !) et de dos (oh, le joli petit empiècement)

IMG_0818IMG_0819IMG_0820

Et porté pour la cueillette intensive de pissenlit.

Pour la suite, il faudra attendre vu que ma rapidité d'exécution actuelle équivaut à celle d'un escargot asthmatique. Mais avec un peu de chance, pour la fête de Gargamel, je prendrais la première photo de lui depuis 3 ans avec autre chose qu'un jogging. Allez, on croise les doigts !

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 13 avril 2015

Quand le popcorn va, tout va !

Depuis que nous avons découvert le super cinéma d'Ivry sur Seine, les monstros se montrent généralement enthousiastes dès qu'on évoque ce genre de sortie qui est devenu un grand classique chez nous. Ainsi, il y a 15 jours, nous sommes allés voir les aventures de "Gros Points et Petit Pois" à l'occasion du ciné ptit déj mensuel. Comme souvent quand on fait des sorties ciné avec les monstros, c'était un ensemble de court-métrages mettant en scène 2 petits personnages, l'un plein de gros points et l'autre plein de petits pois, des bestioles qui m'ont fortement fait penser au marsupilami, la longue queue en moins. Question intérêt du film, ben il a beaucoup plu aux monstros mais perso, euuuuh .... joker ! Peut-être parce que graphiquement, cela ne me plaisait pas du tout.

393337

Comme d'hab, on a raté le petit déj mais, pour une fois, on a fait l'atelier gommettes qui suivait la séance ciné sans stress, avec un sieur Gargamel très occupé à résoudre des casse-têtes sur sa tablette et un sieur Azraël très concentré sur son coloriage parce que les gommettes c'est pas grôôôle maman !

IMG_0042

On admira l'unique gommette collée sur le dessin (oui oui, c'est bien la pustule sur le nez) et le short arc-en-ciel (si si, arc-en-ciel, c'est Azraël qui l'a dit d'abord!)

Mais depuis quelque temps, la programmation au ciné de Palaiseau près de chez nous s'améliore (même si les horaires eux ne s'améliorent pas). Au point que ce dimanche, ce n'est pas un mais 2 films qui pouvaient intéresser les monstros qui étaient programmés, au même horaire bien entendu sinon, ce serait pas drôle. Pour une fois, ne voulant pas me conduire en mère dictatoriale, j'ai passé les bandes annonces des 2 films aux monstros pour qu'ils choisissent. Le verdict a été unanime et sans appel : entre un piaf qui voyage et la fée Clochette, Clochette l'emporte haut la main.

CLOCHETTE+ET+LA+CREATURE+LEGENDAIRE

C'est donc en courant que les monstros se sont engouffrés dans le ciné pour aller voir "Clochette et la créature légendaire" mais surtout, surtout ... pour faire le planton devant le stand de popcorn ! Car, ami(e) lecteur(rice), la grosse grosse différence entre le ciné d'Ivry et celui de Palaiseau, c'est le popcorn ! Et ça, les monstros l'ont parfaitement enregistré. Hors de question donc d'oublier sa petite monnaie et d'aller s'installer sans son cornet débordant de mais soufflé bien sucré (quand on sait que la séance démarre au mieux à 11h, on imagine l'appétit des monstros pour les légumes du déjeuner ensuite). Mais en même temps, vu que c'est pas souvent, je cède volontiers à cette exigence.

Et puis il faut dire que le popcorn a un effet secondaire des plus remarquables, même que ça mériterait très certainement de faire une petite thèse sur le sujet. Sur Gargamel, il agit comme un inhibiteur à tablette et un élixir de concentration puisque quelque soit le temps d'attente avant le début du film, Sir Gargamel se concentre sur sa dégustation et sur l'écran, suivant attentivement bandes annonces, pub et bien sûr ensuite le film, ceci tant que le cornet n'est pas vide. D'ailleurs, il convient de bien étudier le volume du cornet en fonction de la longueur du film car il vaut mieux qu'il dure jusqu'à la fin. Faute de quoi, vous êtes bon pour un je veux popcorn maman s'il te plait toutes les 2 mn jusqu'au retour de la lumière. Quant à Azraël, le popcorn semble gripper le mécanisme de sa mitraillette à questions qui reste alors silencieuse jusqu'à remplissage complet de l'estomac du monstros sus-nommé. Le remplissage se produisant généralement avant la fin du cornet (et aussi du film ce qui est bien dommage car la mitraillette se dégrippe alors instantanément), cela permet de refiler le restant au frangin qui retombe illico en mode concentration intense et surtout SILENCIEUSE !

Indépendamment de ces considérations popcornesque, le film était plutôt chouette. Bon certes, je suis toujours aussi choquée de découvrir que Clochette sait parler (ben oui, moi, jusqu'à présent, je ne l'avais entendu que sonner comme toute Clochette qui se respecte). Niveau message hautement philosophique, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Et puis surtout, il n'y a pas ce gros macho de Peter Pan que je me demande encore comment j'ai pu avoir envie de regarder ce truc et surtout de le faire regarder à mes enfants. Enfin bref, on a tous passé un très bon moment et je vous le recommande si vous avez des jeunes enfants (ou des moins jeunes) à occuper. Attention toutefois, si je suis arrivée au ciné avec 2 monstros, j'en suis repartie avec 2 Grognon (Grognon étant le petit nom tout mignon de la créature légendaire) grognant et grondant. Heureusement, ils ne sont pas allés jusqu'à construire une tour en pierre avec des crachats en guise de mortier ! (si si monsieur dame, on peut parfaitement faire du Disney avec des passages bien dégueu).

Posté par reyhaziel à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 11 avril 2015

Influence monstrosienne

On est samedi soir, et c'est Finale de la Coupe de la Ligue (pour les ignorants, c'est du foot, non je dis ça parce que j'ai longtemps cru que c'était du rugby). Après 20 mn de jeu (enfin, je crois parce que j'étais très occupée avec un ourlet récalcitrant) voilà Chéri qui se met à râler.

Et voilà, l'arbitre vient de tuer le match !

Hien ? Pourquoi ?

Ben un pénalty et une exclusion, m'étonnerais que Bastia s'en sorte.

Bon, je précise que Chéri n'était pour aucune des 2 équipes, l'autre étant le PSG. Il voulait juste un match intéressant à regarder. Une fois le match fini (et le PSG vainqueur), on a religieusement écouté les commentateurs sportifs. Perso, j'aime bien écouté les commentateurs après le match. Je trouve leurs efforts pour inventer des excuses ou des raisons pour que le score soit ce qu'il est absolument bidonnant.

Pensez vous qu'il y ait eu une erreur d'arbitrage ?

Non, l'arbitre a appliqué strictement la régle. Mais bon il y a la lettre et l'esprit.

Il aurait donc été un peu trop strict.

Oui, il faudrait quand même qu'on pense à libérer un peu les arbitres.

Huum... Libéréééé Délivréééé ....

Je n'arbitrais plus jamais ais ais ...

Pffffff Pffff Pfff Pffff

(2 cloches, vu que c'est la saison, mortes de rire)

Oui oui, je sais, c'est pourri comme blague mais bon, on est grave influencer par les monstros en ce moment !

Posté par reyhaziel à 23:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,