vendredi 29 avril 2016

Une robe de Noël au printemps

Eh oui, je sais, ça peut avoir l'air bizarre un titre pareil et pourtant !

L'an dernier, ce tissu, acheté chez ce vendeur sur le site "alittlemercerie", m'avait tapé dans l'oeil allez savoir pourquoi.

tissus-habillement-magnifique-tissu-japonais-haute-qua-4499967-41-9f2e1-74ba8

Et comme cela arrive parfois quand on achète du tissu en ligne, ce qui est arrivé dans ma boite aux lettres ne correspondait pas du tout à l'idée que je m'en faisais. Une fois déballé, j'avais l'impression d'avoir un coupon de tissu de nappe de Noël. Non pas qu'il ne correspondait pas au descriptif ou qu'il était de mauvaise qualité, hein. Il était très bien, et parfaitement fidèle aux photos. Seulement dans ma tête, j'avais tout transformé au point que je me suis même demandé pourquoi diable je l'avais acheté (encore un coup de Couturus à n'en pas douter). Profondément déçue donc, je l'avais remisé au fin fond de mon placard et il était bien parti pour y rester des années.

Mais c'était sans compter sur Hiro, son MOOC et les exigences vestimentaires qui vont avec. Car, suite à la dernière remarque sur le choix des couleurs de mes vêtements (pour ceux qui suivent pas, honte à vous, je rappelle que le bleu et toutes couleurs proches comme violet, mauve, aubergine, parme et j'en passe sont prohibées), j'ai sorti tous mes coupons de tissus en stock et je me suis aperçue, pas vraiment surprise, qu'à part les tissus à sweat des monstros, je n'avais rien dans les bonnes couleurs. Acheter un nouveau coupon ? Hors de question ! C'est là que ce crêpe aux couleurs de Noël s'est rappelé à mon bon souvenir, bien caché derrière mes autres tissus japonais. Si les couleurs me faisaient penser aux fêtes de fin d'année, la légèreté du tissu, elle, correspondait indubitablement à la belle saison. Et le fait que c'était de toute façon mon seul tissu en stock susceptible de convenir a achevé de me décider. Restait à trouver quoi en faire. Pas un ensemble. J'étais assez pressée par le temps niveau réalisation et je n'avais aucune inspiration pour la jupe de toute façon. Et puis j'avais repéré une petite robe, le modèle 20, sur le dernier Tendance Couture (le n°20 donc) qui me faisait de l'oeil, un truc fluide avec une découpe un peu empire qui descendait en arrondi dans le dos, le genre de coupe qui permet de mettre sa cambrure et son popotin en valeur tout en planquant son petit ventre, bref, le truc parfait pour moi. En plus, on pouvait lui faire des manches longues, celle du modèle 18 (ça tombait bien, il fait friquer dans le studio d'enregistrement). Malgré ses 16 pièces, il ne présentait aucune difficulté technique et, en théorie, je pouvais le coudre tranquillement avant le jour J.

C'est donc avec un bel enthousiasme que je me suis lancée dans sa réalisation, pour me mettre à paniquer 2 jours plus tard. Car voilà, une fois les différentes pièces assemblées et un premier essayage sur Madonna, j'ai tout de suite vu que ça n'allait pas (et un essayage sur moi a confirmé que non, décidément, les mensurations de Madonna étaient toujours les mêmes que les miennes et que ça n'allait vraiment pas). J'aurais pourtant dû le voir venir vu que ce n'est pas ma première réalisation Simplicity (oui, je vous rappelle que Tendance Couture, c'est des patrons Simplicity) mais dans mon optimisme délirant, je me suis dit que ce ne serait pas vraiment un problème puisque mes autres réalisations avaient pu être facilement corrigées.

Et là, vous vous demandez avec angoisse quel était le problème. Et bien, à part que la taille ne tombait pas au bon endroit mais 10 cm trop bas au moins (oui, je suis loin des 1m68 de stature moyenne et j'ai un buste bien court), que l'encolure baillait comme pas permis, que les manches étaient beauuuuucoup trop longues (bon, ok, ça, c'est pas bien grave) et que leur forme arrondie aux épaules en plus d'être moches me faisaient passer pour un déménageur bodybuildé, tout allait trèèèès bien ! En voyant le massacre, j'étais à 2 doigts de pleurer.

Huuum ? C'est moi où il y a comme un problème là ?

Nooon, sans blague !

Elle te va pas très bien je trouve !

Chéri.

Oui ?

Retourne à ton match et laisse moi de suicider tranquille.

Bon, d'accord, c'était un chouia excessif comme réaction mais il était tard et j'avais plus que 2 jours pour finir la robe. En plus, hors de question de démonter quoique ce soit pour corriger la coupe, le tissu n'y aurait pas résisté. Une fois de plus, j'ai béni Madonna d'exister ce qui m'a permis de faire les ajustements directement sur la bête, une chose impossible à faire sans devenir folle si j'avais dû le faire en aveugle. J'ai donc réhaussé la taille en créant de toute pièce une sorte de ceinture, une modif que je ne regrette pas car je trouve qu'elle met en valeur la forme particulière de la coupe et souligne la cambrure des reins et du popotin.

IMG_3181IMG_3183IMG_3182

On n'hésite pas à cliquer sur les photos pour agrandir et admirer la fausse ceinture.

Pour ajuster le corsage, j'ai créé 2 pinces à l'arrière et 2 sur la ceinture à l'avant. Pour ajuster l'encolure, j'ai également fait des pinces au niveau des épaules. Pour les manches, après plusieurs essais pour redessiner leur forme, j'ai finalement opté pour leur réduction sauvage en version courte soit un grand coup de ciseaux dedans et une légère reprise de l'arrondi aux épaules.

Après toutes ces transformations, j'ai finalement obtenu cette robe.

IMG_3173

IMG_3174IMG_3175IMG_3176

Honnêtement, je trouve qu'elle ne ressemble plus vraiment au modèle d'origine mais ça m'est également. Je l'aime bien cette robe et je me suis réconciliée avec son tissu.

IMG_3186

IMG_3188IMG_3189IMG_3190

Pour les besoins des enregistrements, je suis obligée de la porter avec une ceinture, une vraie, obligatoire pour accrocher la batterie du micro mais le monteur en chef me bénit de ne plus avoir à s'arracher les cheveux pour faire les incrustations. Pour la petite histoire, il a quand même trouvé encore un défaut. Le tissu fait du bruit quand on bouge, un bruit que nos oreilles n'entendent pas mais que le micro, lui, entend. Donc cette fois, c'est sur la bande son qu'il va s'arracher les cheveux.

Huuum, faudrait peut-être éviter ce type de tissu pour la prochaine fois hein ! En plus, il est assez fluide, c'est pas évident pour y accrocher le micro.

Pas de problème, il n'y aura pas de prochaine tenue. C'est le dernier exo que j'ai à enregistrer.

Et voilà, j'ai relevé avec succès le défi lancé par Hiro et mes prochaines réalisations ne devront rien au MOOC (ça vaut mieux d'ailleurs car je suis pas sûre qu'enregistrer un exo de mécanique quantique en pyjama soit très crédible). Mais franchement, j'en reviens pas du nombre d'exigences vestimentaires qu'il y a eu pour un truc où normalement, il n'y en avait aucune. J'ose pas imaginer ce que ça aurait été s'il y avait eu des exigences au départ !

Posté par reyhaziel à 22:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 25 avril 2016

Inferno déco du week-end

Il y a quelque temps, nous avons eu la désagréable surprise de constater que notre toit avait une fuite. Pas de quoi s'affoler non plus, on n'en est pas arrivé à mettre des bassines partout dans la chambre d'Azraël (car bien sûr, c'est en plein dans sa chambre juste au niveau de son lit que la fuite s'est produite) pour recueillir l'eau de pluie par seau entier. Non, non. En fait, si le mur n'avait pas commencé à cloquer au point qu'Azraël fasse un trou dedans pour voir ce qui se passait padon maman désolé maman je le ferai plus maman promis maman oups j'ai recommencé maman désolé ...., bref, s'il n'avait pas fait un trou et que, pile poil pendant un orage, je ne m'étais pas trouvé dans la chambre à constater qu'un très très mince filet d'eau suintait du dit trou, je serais encore en train de me demander pourquoi la peinture du mur s'abimait.

Brefle, on avait une fuite qu'il fallait faire réparer, ce qu'on a fait. Au passage, je remercie les assureurs de peaufiner aussi bien leurs contrats ce que leur permet de ne rien débourser pour les réparations de toiture car, c'est bien connu, une toiture qui fuit c'est forcément la faute aux propriétaires que n'ont rien fait pour l'entretenir et n'a absolument aucun rapport avec le fait que la toiture en question soit âgée de plus de 55 ans. Très gentillement, la madame de l'assurance m'a tout de même confirmé qu'ils prenaient à leur compte la réparation du dégât des eaux, c'est-à-dire la remise en état du mur et que cela ne nous coûterait rien si on faisait les travaux nous-mêmes. Oui parce que, si on faisait venir quelqu'un pour faire les travaux à notre place, ça nous coûterait une franchise ! Non franchement, j'adore mon assureur, il a un merveilleux sens de l'humour non ? Alors ok, je suis pas complètement manchotte et j'aurai certainement pu me débrouiller pour les faire ces fichus travaux. D'autant que niveau déco, c'est minimaliste dans les chambres des monstros. Murs peints en blanc avec stickers et frises, le tout autocollant repositionnable (en théorie on y reviendra) pour changer facilement (teuf teuf teuf, excusez moi je m'étrangle) en grandissant. Sauf que :

  1. j'avais pas le temps
  2. j'avais pas envie
  3. j'avais vraiment vraiment pas le temps et vraiment vraiment pas envie

C'est ainsi qu'après 4 semaines de temps de séchage, un ouvrier très sympa est venu s'acquitter de la mission délicate de décoller stickers et frise du mur, gratter le mur, poncer le mur, enduire le mur et repeindre le mur (ou plutôt les car il y en avait 2). Seulement voilà, le gentil ouvrier avait des enfants à peu près du même âge qu'Azraël.

Et alors me direz-vous ? Alors, allez savoir pourquoi, il s'est imaginé qu'Azraël serait tout déçu de voir ses belles décos parties alors il en a enlevé le moins possible (en conservant précieusement celles enlevées) et n'a pas touché à la frise. Bref, le mur a été réparé (et bien réparé avec un travail d'une propreté exemplaire qu'Inferno Gran Mom n'a même pas eu à passer un coup d'aspirateur ensuite) et l'histoire aurait dû s'arrêter là. Après une âpre discussion avec Azraël pour savoir ce qu'on allait faire exactement, on est tombé d'accord pour ne pas toucher à ses sacro saints Winnie l'ourson, Tigrou et Porcinet que le soleil n'avaient pas abîmé et pour virer le reste, essentiellement cette frise sur 3 pans de mur (les 2 pans refaits suite au dégât des eaux et un troisième faisant toute la profondeur de la chambre soit à peu près 6 mètres de frise au total).

Après un saut chez Leroy Merlin (n'y allez jamais le week-end si vous pouvez faire autrement, surtout avec un monstros surexcité qui voudrait acheter tout le magasin, c'est l'enfer. Le terme bricoleur du dimanche a pris un tout nouveau sens pour moi) à la recherche de stickers et frises à l'effigie de la Reine des neiges, on est reparti avec des stickers de fée, d'arbre rose et de petits trains car de Reine des neiges, il n'y en avait point (grâces en soit rendu à tous les saints du paradis et tous les démons bricoleurs parce que je sais pas si j'aurais supporté). On était alors samedi et il était 10h45. Si, ce détail a son importance. Avec Azraël, on a immédiatement fondu sur la frise comme Gargamel sur des cookies sortant du four avec la ferme intention que tout soit décollé à 11h30, heure de s'activer sur la préparation du déjeuner. A 11h30, justement, nous avions décollé à peu près ... oh oui, bien 50 cm de frise en tout et pour tout du côte où elle était le plus abimée. Car voilà, le soleil l'avait complètement cuite ! Impossible de la décoller normalement, elle s'écaillait comme de la peinture. Un vrai casse-tête !

IMG_3140

Ce qu'on avait péniblement retiré après 1h30 de boulot

IMG_3141

Ce qu'il restait encore à faire uniquement sur ce mur.

Bon, pas grave, j'avais décidé de m'occuper du problème toute seule pendant qu'Azraël s'occuperait de la partie la moins abîmée qui semblait se décoller plus facilement et pour cause.

Voilà Azraël, j'ai coupé ici, tu peux commencer à décoller pendant que je m'occupe de l'autre mur.

D'accord maman

Tu fais doucement pour que la frise ne casse pas d'accord.

Oui maman. Mamaaaan ?

Oui ?

J'ai pas cassé la frise !

Ouiiii ?

(je continue mon mur mais je me sens inquiète)

Mais je crois que le mur il est cassé !

QUOAAAAA !

Et là, horreur, Azraël mortifié me montre son oeuvre. Pauvre chou, ce n'était absolument pas sa faute mais la frise s'était parfaitement détachée du mur. Elle avait juste emporté toute la peinture avec elle, laissant le placoplâtre complètement nu. Ce que personne n'avait vu, c'est que sous la frise, à certains endroits, il y avait aussi eu stagnation d'humidité. Il était 12h, on avait 1m de frise d'enlever, des trous dans la peinture d'un mur et d'autres trous prévisibles dans le second mur. Un second voyage chez Lerou Merlin s'imposait. A 14h30, de retour donc pour la seconde fois avec peinture, pinceau et rouleau, me voilà prête à reprendre mon entreprise de décollage, seule, Azraël ayant jeté l'éponge et préférant jouer au ballon avec Chéri. Après avoir expérimenté différentes techniques allant du grattage avec les ongles aux prières au pied du mur pour qu'un miracle se produise et que ça se détache tout seul, c'est finalement la lame de cutter utilisée comme une raclette qui est venue à bout de la monstruosité ! 5 mètres de frise gratter à la lame nue, avec la colle qui se déposait dessus et qu'il fallait nettoyer régulièrement, le tout en faisant un minimum de dégâts sur le mur pour ne pas avoir TOUT à repeindre !

IMG_3145

Grattée au cutter, ça donne ça quand on a de la chance. De longues bandes de frise qui cassent comme du verre et se collent partout (dans tes cheveux de préférence). Et quand on a pas de chance, ça donne pareil mais en petit morceau de 1 cm de long.

A 17h30, je ne sentais plus le bout de mes doigts, j'avais mal aux bras et au dos, des morceaux de frise collés un peu partout mais j'avais fini ! La frise était vaincue. Il ne restait plus qu'à peindre et en vitesse pour que ce soit sec avant le coucher des monstros. Heureusement, on avait eu de la chance question vendeur chez Leroy Merlin.

Rhaaa, je trouve pas la peinture, ya que des gros pots ! Viens Azraël, on va demander à la vendeuse.

Dis madame, ma maman elle trouve pas la peinture.

Ah mais je te connais toi. Bonjour Azraël !

???

(non mais comment qu'elle le connaît)

Bonjour, vous cherchez quoi comme peinture.

Euuuuh, c'est pour sa chambre, je veux juste un petit pot c'est pour des raccords.

Tu me connais toi ?

(merci Azraël, j'osais pas poser la question)

Mais oui, tu vas à l'école à Palaiseau. Mon fils va à la même école que toi, c'est pour ça que je t'ai reconnu. Tenez, c'est ça qu'il vous faut.

Tout s'expliquait donc. Ouf ! Quoique, je devrais peut-être m'inquiéter qu'une maman d'un enfant qui n'est même pas dans la classe d'Azraël connaisse sa tête et son prénom. J'ai comme l'impression qu'Azraël se fait quelque peu remarqué là ! En tout cas, elle connaissait bien son affaire car elle nous a filé LA peinture parfaite, c'est que t'as besoin de mettre qu'une seule couche mais j'en ai mis 2 quand même parce que ça me plaisait bien et que ça comblait mieux les trous, qui s'étale comme un rêve sans faire plein de traces disgracieuses, qui sèche en 30 mn chrono et que t'as donc tout le temps pour une seconde couche, voir une 3ème parce que c'est fun, et qui sent pratiquement rien, à 20h tu peux fermer la fenêtre sans finir asphyxier et dormir tranquille.

IMG_3142

Ouf ! Fini !

IMG_3146

Le lendemain matin, la peinture étant bien sèche, nous avons pu clôturer l'opération décoration en collant les stickers choisis par le sieur Azraël (à ce propos, je décline toute responsabilité sur l'esthétique de la chose, c'est pas moi qui ait choisi les motifs ni les endroits où les coller, je me suis contentée de suivre les ordres du chef décorateur). Après avoir frôlé une grave crise de phosphorescence, une partie des stickers étant sensée briller dans le noir alors qu'il n'en a rien été, crise désamorcée par l'installation d'étoiles phosphorescentes achetées il y a plusieurs mois pour décorer les lettres ornant les portes des chambres des monstros, Azraël s'est déclaré enchanté par sa nouvelle déco et peut désormais dormir tous les soirs la tête sous les étoiles.

IMG_3161

IMG_3162

IMG_3163

IMG_3164

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 24 avril 2016

Le samedi, c'est Tarte aux fruits

Eh oui, cette fois, on a fait dans le classique et la simplicité. Quoique, pas si simple que ça tout de même car avec Gustus, rien ne saurait être simple. Il faut toujours qu'il ajoute son grain de sel ou plutôt sa crème d'amande. Car aujourd'hui, c'est la recette pour une tarte aux fraises ou aux framboises (j'ai fait les 2 et j'en ai tiré quelques leçons) que je vous propose, une recette très largement inspirée de celle de Maîtresse Valérie du blog C'est ma fournée.

IMG_3131

IMG_3197

Le week-end dernier, c'est la version Fraise de cette tarte que j'avais essayé et je n'en étais pas entièrement satisfaite. Fond de tarte trop épais, pâteux en bouche et un goût qui éclipsait tous les autres. J'y ai donc apporté quelques modifications et la version Framboise de ce week-end aurait été parfaite avec quelques framboises de plus. J'avais prévu un peu juste mais je vous ai corrigé ce détail dans la recette que je vous fais donc partager sans crainte.

IMG_3130IMG_3133

IMG_3198

Cette tarte se compose d'une pâte sucrée comme base. La pâte sucrée, contrairement à la pâte sablée, est nettement plus molle et très collante à la confection. Elle contient de la poudre d'amande et un oeuf entier. La pâte sablée, elle, contient plus de beurre et seulement un peu de jaune d'oeuf comme liant ce qui la rend beaucoup plus friable mais moins collante que sa cousine. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Pour cette tarte, je préfère la pâte sucrée car elle est plus fondante et plus facile à découper je trouve. Après, c'est vous qui voyez selon vos goûts.

Sur cette pâte sucrée, on vient ajouter une crème d'amande. Je suis une accro de la crème d'amande et j'attends avec impatience le jour où je trouverais enfin la recette de tarte aux poires amandine de mes rêves (si vous avez des tuyaux, n'hésitez pas). Par dessus, et parce que sinon l'ensemble serait assez sec, on ajoute une crème pâtissière délicatement parfumée à la vanille. Et enfin, les fraises ou les framboises (ou les 2 pourquoi pas). Et ça vous donne un truc comme ça.

IMG_3139IMG_3202Moyenne

Deux points sont essentiels pour bien réussir cette tarte. Ne pas commettre l'erreur d'avoir un fond de tarte trop épais (pour les raisons évoquées plus haut) et ne pas le faire cuire suffisamment. Comme la pâte sablée, la pâte sucrée, pour être bien fondante et sans effet carton pâte à la dégustation, doit être bien cuite. Donc avant de couper son four, on démoule rapidement le fond de tarte et on s'assure qu'il est bien doré partout DESSOUS sinon, on remet à cuire. Si vous n'avez pas beaucoup de temps devant vous, on peut facilement tout préparer la veille et dresser quelques heures ou juste avant (sauf les fioritures à faire impérativement au dernier moment). On peut congeler la pâte sans problème pour une utilisation différée (sortir du congel la veille et laisser décongeler tranquillement au frigo toute la nuit) et on doit même pouvoir congeler le fond de tarte mais ça, j'ai pas testé alors je ne l'affirmerai pas. Par contre, hors de question de congeler la crème pâtissière ou les fruits mais la crème peut patienter sans difficulté jusqu'à 48h au frigo sous certaines conditions. Allez, c'est parti pour la recette. Elle peut paraître longue mais en fait, vous en avez pour 1h-1h30 pour la préparation, 20 mn de dressage et une période de refroidissement des préparations (allez, on ajoute 1h pour être tranquille) mais si vous préparez, elle ne compte pas.

Tarte aux fraises ou aux framboises (ou à autre chose on n'est pas sectaire)

Pour un moule ou un cercle de 24 cm soit 6 à 8 personnes

Pâte sucrée :

  • 190g de farine T55
  • 20g de maïzena (ou de fécule de pomme de terre selon ce que vous avez)
  • 90g de sucre glace
  • 130g de beurre pommade (c'est du beurre bien mou)
  • 35g de poudre d'amandes
  • 1 grosse pincée de sel (soit environ 1g)
  • 50g d'oeuf battu (un oeuf moyen)

Crème d'amande :

  • 50g de beurre très pommade (donc très mou)
  • 50g de sucre
  • 50g de poudre d'amandes
  • 1 oeuf moyen (50g)
  • 15g de crème liquide entière (ou 25g si vous ne mettez pas de rhum)
  • 10 g de rhum

Crème pâtissière :

  • 265g de lait entier ou demi-écrémé
  • 60g de sucre
  • 22g de maïzena
  • 3 jaunes d'oeuf
  • Les graines d'une belle gousse de vanille
  • 22g de beurre froid en dés

500g de fraise ou 300g de framboises (moi, je n'en avais que 250g et ça manquait un peu j'ai trouvé).

On commence par préparer la pâte sucrée. Dans un saladier, on tamise ensemble farine, poudre d'amande, sucre et maïzena. Ça aère le tout et ça permet de mélanger les ingrédients de façon plus homogène mais on peut s'en passer si vous avez la flemme (ou tout simplement pas de passoire pour le faire). On ajoute le sel et le beurre pommade. On mélange bien de façon à sabler tout ça. On doit obtenir un mélange homogène et bien sablé. On ajoute l'oeuf battu et on mélange à nouveau pour obtenir une pâte homogène. Attention à ne pas trop la travailler sinon, elle va se rétracter à la cuisson. Même homogène, cette pâte va rester très molle et collante. Inutile d'espérer en faire quoique ce soit dans l'immédiat. On forme une boule avec, on la place entre 2 silpats ou 2 feuilles de papier sulfurisé et on l'étale en un cercle suffisamment grand pour pouvoir garnir notre moule de 24 cm. Le fait d'étaler entre 2 feuilles rend difficile l'appréciation de l'épaisseur mais tachez tout de même de ne pas dépasser 3 mm d'épaisseur pour faciliter la cuisson et éviter l'effet carton pâte. N'ayez aucune inquiétude. Si, crue, la pâte est très molle, une fois cuite, c'est un modèle de tenue même à si faible épaisseur. Une fois étalée, on la place au frigo pour 1h et on préparer la suite pendant ce temps.

Pour la crème d'amande, dans un saladier, on met le beurre pommade (j'insiste, il faut vraiment qu'il soit très très mou mais pas fondu), la poudre d'amande, la crème, le rhum et le sucre. On mélange bien à la cuillère magique ou au fouet en évitant d'incorporer trop d'air (donc on mélange, on fouette pas). On ajoute alors l'oeuf et on mélange. L'idée est toujours d'incorporer parfaitement l'oeuf sans ajouter trop d'air dans la préparation sinon la crème gonflera à la cuisson. On filme le saladier et on réserve. Surtout, ne mettez pas au frigo sinon ce sera galère à étaler ensuite. Normalement, l'heure n'est toujours pas terminée et vous pouvez passer à la confection de la crème pâtissière.

Dans un saladier, on met les jaunes d'oeuf ainsi que les graines de la gousse de vanille. On mélange bien à la cuillère magique ou au fouet. On ajoute le sucre et la maïzena et on mélange à nouveau. Inutile de chercher à blanchir le mélange, il suffit qu'il soit homogène. Dans une casserole, on met le lait à chauffer avec la gousse de vanille (dont on a déjà enlevé les graines je vous le rappelle). Quand le lait bout, on l'enlève du feu, on enlève la gousse de vanille et on verse en 3 fois le lait sur le mélange précédent en n'oubliant pas de bien remuer entre chaque ajout. On retransvase le mélange obtenu dans la casserole (en le filtrant avec une petite passoire, c'est mieux pour enlever les éventuels morceaux d'écorce de vanille mais ce n'est pas obligatoire). On racle bien le saladier à la marise pour ne rien perdre, surtout les graines de vanille. On remet sur feu vif (7-8 sur une plaque montant à 12) et on fouette sans discontinuer jusqu'à ce que le mélange commence à épaissir. On enlève du feu sans cesser de fouetter. La crème va finir d'épaissir et on n'aura au final une texture bien lisse et sans grumeaux. On ajoute enfin les dés de beurre froid et on mélange pour obtenir une crème bien lisse et brillante. On verse tout ça dans un plat et on filme au contact avant de placer au frigo. Si vous avez opté pour la préparation en avance, vous ne toucherez plus votre crème avant qu'on en soit au dressage final. Bien filmée, vous pourrez la conserver au frigo jusqu'à 48h. Attention quand même, la crème pâtissière est un produit fragile qui ne se conserve pas très longtemps. N'imaginez pas la faire une semaine à l'avance.

La pâte à tarte doit maintenant être bien froide et dure. On met le four à préchauffer à 180°C chaleur tournante et on sort la pâte du frigo. On enlève la première feuille (papier sulfurisé ou silpat) qui doit se détacher facilement. Si vous utilisez un cercle pour votre tarte, placer un papier sulfurisé sur une plaque à pâtisserie et mettez votre cercle dessus sans rien graisser. Si vous utiliser un moule à tarte, graisser le fond à la bombe (ou beurre-farine). En effet, même si elle est riche en beurre, la pâte peut adhérer au fond du moule, en particulier si la cuisson est insuffisante. Mieux vaut donc prendre ses précautions. Poser la pâte sur votre moule, côté papier ou silpat vers vous. Vous pouvez normalement enlever facilement cette seconde feuille. Foncez votre moule. Si la pâte se casse, pas d'affolement, elle va rapidement se ramollir et vous pourrez facilement faire tous les raccords nécessaires. Piquez la bien à la fourchette, il ne faut surtout pas qu'elle gonfle à la cuisson  puis enfournez pour 10 mn sur une grille placée au 2ème gradin en partant du bas. Après 10 mn, sortez le moule du four. Si la pate a un peu gonflée, c'est le moment de l'applatir délicatement. Versez la crème d'amande dans le moule. Comme c'est très chaud, le beurre de la crème d'amande va commencer à fondre ce qui peut rendre l'étalage un peu délicat (d'où l'intérêt qu'elle soit restée à température ambiante). Quand la couche est uniforme, remettez au four pour 30 mn. Selon le four, pour une même température, la cuisson n'a pas forcément la même intensité. A partir de 20 mn de cuisson, commencez à surveiller régulièrement votre fond de tarte pour vous assurer de sa coloration. La crème d'amande doit être parfaitement dorée (brune, pas jaune d'or) et le bord de la pâte sucrée doit limite être en train de noircir. Sinon, le dessous ne sera pas assez cuit. Quand la bonne couleur est atteinte, sortez le fond de tarte du four et démoulez sans attendre pour contrôler la couleur du dessous. Si c'est bon, placez sur une grille pour refroidir, sinon, c'est parti pour 5 mn de cuisson supplémentaire. Si vous avez opté pour une préparation la veille, enveloppez le fond de tarte dans du papier alu une fois bien froid et réservez dans un endroit frais et sec, à température ambiante.

C'est le jour J, le jour où vos invités ou votre famille ont prévu de se jeter sur un dessert de rêve, on va donc passer au dressage. A part les finitions, vous pouvez dresser quand vous voulez, de quelques heures à 20 mn avant (20 mn étant à peu près le temps de dressage). En fait, vous pouvez même dresser la veille mais je trouve personnellement que la crème pâtissière se dessèche un peu et les fraises peuvent rendre un peu d'eau donc je préfère éviter. Placez le fond de tarte sur le plat de service. Sortez la crème pâtissière du frigo et fouettez à la cuillère magique ou au fouet. Le but est de rendre toute sa souplesse à la crème. Il faut donc mélanger jusqu'à éliminer tous les grumeaux. On la verse dans une poche à douille, nue ou muni d'une douille et on garnit le fond de tarte avec TOUTE la crème. Il ne reste plus qu'à placer artistiquement fraises ou framboise.

IMG_3128

IMG_3129

Juste avant de servir, on saupoudre de sucre glace et on décore de pistaches caramélisées, de coeurs en chocolat, de fleurs en pâte à sucre, d'autres choses ou de rien du tout. Et voilà, il n'y a plus qu'à se régaler. Si vous avez des restes, protégez les d'une feuille de papier alu et conservez au frigo. Ils seront toujours aussi délicieux le lendemain (plus longtemps je sais pas, le temps de survie d'une tarte fraise/framboise dans l'Inferno House ne va pas au delà de 24h et encore).

Insert du 29 mai : Dans cette recette, il va vous rester une quantité non négligeable de pâte sucrée. Normalement, le restant vous permet de faire une tarte de 18 cm. Sinon ces proportions sont parfaites pour 2 tartes de 20 cm.

 

Posté par reyhaziel à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 21 avril 2016

Nouvelle rubrique

Vous en avez assez de chercher désespérément dans les tags la super recette de biscuits que vous aviez repéré le mois dernier ?

Une envie subite de chouquettes mais l'idée de parcourir des dizaines de posts pour mettre la main dessus vous rebute ?

Vous n'avez pas de compte pinterest pour épingler les recettes ou trop peur d'ouvrir votre compte et de vous laisser lobotomiser ?

Aucun problème ! L'auteur de ce blog est comme vous et moi, elle aussi a trouvé que c'était le bazar et qu'il était grand temps de faire quelque chose. Non, franchement la Puce, il était temps !

Voici donc une toute nouvelle rubrique accessible par le menu, Keskébon aussi appelé l'index pas alphabétique de toutes les recettes testées et approuvées par la famille Inferno (et accessoirement des collègues de bureau qui ont le sourire jusqu'aux oreilles dès que je me pointe avec une boite Tupperware).

Bon appétit tout le monde !

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 20 avril 2016

De l'utilité d'un dragon

Cher Lecteur, chère lectrice,

Les laboratoires en cosmétiques La Puce ont aujourd'hui le plaisir de vous présenter, en avant première mondiale, ses toutes dernières créations. Oui, vous ne rêvez pas, après des dizaines d'années de recherche ... quoi ? J'exagère ? Bon ok, des années alors ? Non plus ? Des mois ? Si si, en fait, des mois. Non sérieux ! Vu comment je suis totalement psychorigide concernant les produits dont je peux me badigeonner (d'ailleurs, s'il y en a très peu, c'est bien pour ça), je ne vous dis pas le nombre d'essais qu'on a dû faire avec Cosmétus et Aromathus avant de trouver LA formule, celle que j'ai finalement définitivement adoptée et déclinée sous de multiples formes car, pour une fois, je voulais une gamme complète de soin.

Après des mois de travail acharné donc, de mes chaudrons d'apprentie sorcière (comme dirait Chéri qui a subi un peu trop souvent le visionnage de Rebelle et de Blanche Neige) sont sortis un lait pour le corps, une crème pour le visage, un contour des yeux et, accessoirement, un baume pour les lèvres qui ne relève pas de LA formule (mais il est hach'tement bien quand même alors je vous donnerai aussi sa composition). Mais pourquoi est-ce que cela m'a pris si longtemps pour mettre tout ça au point vous demandez-vous ? Ben parce que je suis maniaque tendance enquiquineuse (d'autres utiliseraient une expression légèrement plus fleurie) car pour être acceptable, le soin devait répondre à un cahier des charges long comme le bras.

Point essentiel, vital, primordial, incontournable, le plus important bref le sésame reléguant le produit aux oubliettes avec une clé perdue pour l'éternité en cas de fausse note, la TEXTURE. Oui madame, je fais une fixette sur les textures et c'est rien de le dire. Il me la fallait crémeuse, onctueuse et douce mais rapidement pénétrante, non grasse et sans effet film sur la peau (bien qu'elle doive aussi nécessairement en laisser un pour un effet protecteur et hydratant sinon t'as qu'à t'asperger avec de l'eau ce sera pareil). Un vrai casse-tête. A ce sujet, si vous vous lancez dans la cosmétique maison, quelques conseils qui vous ferons gagner du temps. Si, comme moi, vous n'aimez pas l'effet film (je ne sais pas trop comment décrire cet effet à part qu'on a la sensation d'avoir pendant des heures un truc qui reste coller sur la peau), oubliez les cires dans vos compositions et réservez les aux soins traitant spécifiques (genre crème pour peaux atopiques), aux baumes pour les lèvres ou aux crèmes de nuit à la rigueur. Pour l'effet film, il n'y a pas pire. D'accord, niveau protection, c'est le top mais même la meilleure protection ne me fera pas endurer cette épreuve. Du coup, trouver la bonne combinaison d'émulsifiant/agent de texture pour avoir la consistance et la texture voulue était une vraie gageure. Objectif atteint grâce à la combinaison de mon émulsifiant favori, l'émulsan, et de l'alcool cétylique, un composé tiré de la noix de coco. L'émulsan permet d'obtenir des émulsions très fines et très pénétrantes avec un fort pouvoir hydratant et un effet longue durée. En contre-partie, les textures obtenues manquent de consistance et de stabilité. L'ajout de l'alcool cétylique comme co-émulsifiant permet d'épaissir l'émulsion jusqu'à la consistance parfaite. On obtient ainsi une émulsion riche et nourrissante, très émolliente et très onctueuse.

Comme je suis d'une logique impitoyable, si je ne voulais pas d'effet film, je voulais tout de même que la crème laisse sur la peau un toucher velouté tout doux tout en laissant parfaitement cette dernière respirer. Oui, je sais, je veux pas d'effet film mais je veux un effet film quand même sauf que c'est pas le même et là, je tire mon chapeau à celle/celui qui a tout compris ! L'effet velours, c'est facile à obtenir : un peu de poudre d'avoine colloïdal et le tour est joué. Sauf que, ce serait trop facile ! Eh oui car si ce composé est génial en utilisation ponctuelle pour soulager les peaux irritées ou abîmées, genre après la piscine ou un gommage, en utilisation quotidienne sur le visage, je déconseille si on a une peau à tendance acnéique. C'est comme le talc, ça bouche un peu les pores et bonjour les boutons ! Que faire alors ? Dire merci à Cosmétus qui m'a sorti de derrière les fagots les 2 ingrédients MAGIQUES : le squalane et les phytostérols.

Hein, de quoi ? Mais c'est quoi ces trucs la Puce ? Le squalane est un composé très proche du sébum, tiré de l'huile d'olive, qui présente donc une parfaite affinité avec la peau. C'est un composé huileux au toucher sec et soyeux, très pénétrant et ayant des propriétés émollientes, réparatrices, protectrices et anti-déshydratation. Bref, parfait pour lutter contre la sécheresse cutanée et laisser la peau douce sans la graisser. Les phyrostérols, eux, sont des composés que l'on trouve dans de nombreux végétaux (ils participent à la constitution de la membrane cellulaire). Ils constituent un actif remarquable pour la régénération cellulaire et l'apaisement des peaux irritées. Favorisant l'hydratation de la peau, ils en améliorent l'élasticité et la rendent plus douce. Cerise sur le gâteau, ils améliorent la viscosité et la consistance des émulsions, ce qui permet de limiter l'apport en émulsifiant. Et je peux vous dire que la combinaison de ces 2 actifs vous donnent une peau de pêche dès la première application garantie sans boutons.

Et là, vous vous dites que je suis bien gentille mais que vous commencez à vous demander où est le dragon dans l'histoire. C'est qu'à mon âge avancé, j'ai découvert récemment que je n'avais pas une ride et très envie que ça reste comme ça encore longtemps. Du coup, je voulais une action anti-âge pour cette nouvelle gamme de soins. C'est là qu'Harold, de passage dans la région avec son dragon Krocmou (si vous me croyez pas, z'avez qu'à demander à Azraël s'ils sont pas venus à la maison !), m'a livré un secret ancestral transmis de dresseur de dragon en dresseur de dragon depuis la nuit des temps. Pour atténuer vergétures et cicatrices après une bonne bataille, pour lutter contre le vieillissement prématuré d'une peau de viking tannée par le vent et les embruns, lui redonner souplesse, tonus et fermeté, rien ne vaut le sang de dragon ! Oui madame, le sang de dragon, il n'y a que ça de vrai !

non tauras pas mon sang

Huuum, j'ai comme l'impression que Krocmou n'est pas chaud pour me filer un peu de son sang !

Bon alors, inutile de porter plainte à la société protectrice des dragons, je peux vous garantir qu'aucun dragon n'a été maltraité pour réaliser mes belles crèmes. N'étant pas viking moi-même et n'ayant aucun gros lézard sous la main, je me suis contentée de la sève d'un rouge profond tirée de la racine du "Dragonnier", une plante originaire d'amazonie, et que l'on nomme justement Sang du dragon (et dont Harold m'a certifié qu'elle avait le même effet que le sang de ses copains cracheurs de feu).

krocmou tecrit la recette

Ah par contre, il veut bien me filer une recette !

En résumé, voilà donc les 5 composés essentiels que l'on va retrouver dans ma crème, mon lait et mon contour des yeux : l'émulsan, l'alcool cétylique, le squalane, les phytostérols et le sang du dragon, ce dernier faisant toute la différence concernant l'aspect anti-âge de cette gamme de soin, aspect dont je ne m'étais encore jamais préoccupée.

krocmou finit la recette

Bougez pas, il a presque fini d'écrire la recette !

Allez, c'est pas tout ça, mais si on passait à la formulation. Sortez vite vos grimoires de sorcellerie, vos chaudrons et vos flacons, c'est parti pour le contour des yeux, les autres venant dans un futur post parce que celui-ci est bien assez long comme ça.

Crème contour des yeux (pour 50 ml environ)

Composition :

  • 31,5 gr d'hydrolat de Bleuet : cet hydrolat est un incontournable des soins pour les yeux. Décongestionnant, calmant, astringent, il permet de soulager les yeux bouffis et irrités. Il est également antiseptique et anti inflammatoire. Comme tous les hydrolats, si vous n'en avez pas, vous le remplacez simplement par de l'eau minéral. Le soin sera moins sympa mais très bien tout de même. Petite précision, l'odeur de cet hydrolat est assez persistante.
  • Xanthane (facultatif) : 2 cuillères drop. Le xanthane est un gélifiant. Ici, il est ajouté pour apporter une touche d'effet fraîcheur au soin et permet de finaliser sa stabilisation. Il n'est toutefois nullement indispensable.
  • 4,2 gr d'huile végétale de Carthame : Cette huile restructurante, réparatrice, relipidante, nourrissante et anti oxydante est un allié de choix pour les soins anti âge et lutte efficacement contre les cernes. Elle est particulièrement fluide, légère et très pénétrante.
  • 1,65 gr d'huile végétale de Jojoba : Nourrissante, calmante, rééquilibrante et cicatrisante, cette huile va protéger la peau, l'assouplir et l'adoucir. Elle possède en outre une action sébo-régulatrice et anti-vieillissement. Une huile recommandée pour le traitement des cernes.
  • 1 gr de Phytostéroles : on l'a déjà mais bon, on peut toujours répéter. Cet actif cosmétique régénère la peau, soulage les irritations, hydrate, nourrit et établit une barrière cutanée protectrice.
  • 2,5 gr de Squalane végétal : Proche du sébum, il est parfaitement absorbé sans effet gras. Cet actif possède les propriétés très intéressante d'atténuer les cicatrices et d'affiner le grain de peau.
  • 1,65 gr d'Emulsan (émulsifiant) : il donne des émulsions très pénétrantes et très hydratantes mais peu épaisses et non grasses. On l'associe généralement à un autre émulsifiant pour augmenter la consistance de l'émulsion. A d'aussi faible dosage, c'est même indispensable.
  • 0,83 gr d'alcool cétylique : Co-émulsifiant et agent texturant, il permet d'ajuster la consistance du soin. Il permet d'obtenir des émulsions riches et onctueuse, nourrissantes et émollientes.
  • 10 gouttes de complexe d'hydratation intense (facultatif) : il s'agit d'un mélange de produits spécifiques près à l'emploi vendu par Aroma Zone. Je l'utilise personnellement régulièrement mais il n'est pas indispensable.
  • 1 gr de cosgard : conservateur certifié écocert.
  • 2 gr de Sang du dragon : un actif phare des soins anti-âges, il est régénérant, anti oxydant, réparateur et raffermissant.
  • 30 gouttes d'huile essentielle de Romarin à cinéole : cette HE sent divinement bon et fait merveille pour la revitalisation cutanée.
  • 30 gouttes d'huile essentielle de Citron : antiseptique, anti oxydante et anti-vieillissement, elle est également excellente pour le traitement des peaux à problèmes.

Fabrication :

  • Mettre huiles végétales, phytostérols, squalane, emulsan et alcool cétylique dans un bol. Mettre l'hydrolat dans un autre bol et saupoudrer avec le xanthane tout en fouettant. Mettre les 2 préparations à chauffer au bain marie à 70°C pour l'hydrolat et à 80°C pour la phase huileuse car les phytostérols ont besoin d'être portés à plus haute température pour une parfaite dissolution.
  • Quand la température est atteinte, sortez du bain marie puis verser la phase huileuse dans l'hydrolat en filet et petit à petit en fouettant vigoureusement pendant 3 mn pour réaliser votre émulsion.
  • Placer dans un bol d'eau froide en continuant à fouetter pendant encore 3 minutes.
  • Ajouter l'un après l'autre, toujours en fouettant après chaque ajout, les autres ingrédients.
  • Voilà, c'est fini

on a dit du sang pas de la bave

Mais non Krocmou, on a dit du sang de dragon, pas de la bave enfin !

Il suffit d'une toute petite quantité de crème en utilisation quotidienne. Elle pénètre très rapidement et laisse la peau douce, non collante et non brillante. Si on le souhaite, on peut l'utiliser en masque. On applique alors une couche épaisse sur le contour de l'oeil et on laisse agir une dizaine de minute puis on essuit avec un mouchoir.

Posté par reyhaziel à 23:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 14 avril 2016

Baby or not baby ?

Certains matins, quand Azraël se réveille, ça donne à peu près ça.

Allez mon Azraël, il faut se lever maintenant. Sinon tu n'auras pas le temps de déjeuner avant d'aller à l'école.

Je suis crop fatigué, faut que papa me porte.

Papa est déjà parti au travail.

Maiiiis, pourquoi il est toujours parti ! Faut qu'on me porte ! Je suis crop petit moi !

Mais non, t'es pas trop petit ! Bon, t'as vraiment besoin de tout ça ?

(il vient de me fourer dans les bras ses 2 doudous, 2 gros nounours, 2 souris, 1 teddy, un chien, un chat et 2 petits nounours bleus sans oublier une tétine)

Ben oui, je suis un bébé moi !

 

Mais certains matins, quand Azraël se réveille, ça donne plutôt ça.

Allez mon Azraël, il faut se lever maintenant. Sinon tu n'auras pas le temps de déjeuner avant d'aller à l'école.

Je suis crop fatigué, faut que papa me porte.

Papa est déjà parti au travail.

Maiiiis, pourquoi il est toujours parti ! Faut qu'on me porte ! Je suis crop petit moi !

Mais non, t'es pas trop petit ! Euh Azraël, tu prends rien ?

(le dit Azraël ayant quasiment sauté de son lit et sortant déjà de sa chambre sans le moindre doudou ni la moindre tétine)

Mais enfin maman, bien sûr que non ! Je suis un grand voyons !

Et après, il y en a qui s'étonne quand je dis que les monstros me rendent folle à changer d'avis sans arrêt !

tas de ces questions maman

Non mais t'as vraiment de drôles de questions maman des fois !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 12 avril 2016

La femme en rouge !

Décidément, en ce moment, dur dur d'avoir le temps de s'atteler à un projet couture quelque peu ambitieux. Pourtant, il me fallait encore 2 tenues à l'épreuve du MOOC pour valider le défi lancer par mon collègue Hiro. Et la situation se compliquait après chaque séance d'enregistrement vu que, finalement, on ne peut certainement pas porter ce qu'on veut pour passer devant la caméra.

Dernière restriction en date, qu'on m'en avait jamais parlé avant, tenez vous bien accrochez vous à vos chaussettes, la ..... COULEUR ! Et oui, parce que voilà, nous, on trouve en "fond vert", sauf que notre fond vert, ben il est bleu. Vous voyez le petit problème ? Non ? Bon, je vous explique. En télé, le fond vert, c'est le truc qui sert à faire les incrustations, comme pour les présentateurs météo. On se place devant, on est filmé et au montage, on sélectionne la couleur du "fond vert" et on peut la remplacer par ce qu'on veut. Le problème, c'est que si vos vêtements ont une couleur proche du fond vert, ils sont effacés en même temps que le fond (nooooon, on se retrouve pas à poil ! On est plutôt comme l'homme invisible). Donc si on veut pas que nos étudiants virtuels s'évanouissent en voyant une tête de prof toute seule leur débiter son petit discours sur le spin de l'électron (le premier qui dit que le sujet en lui-même est suffisant pour causer un évanouissement, je le mets au coin !), ben faut pas s'habiller en bleu. Et devinez quoi ... j'adore le bleu ! J'ai une majorité de vêtements bleus, tout comme mon stock de tissus.

Euuuuh, et si le fond est blanc mais qu'il y a des petites étoiles bleues dessus, ça va pas le faire non plus ?

Non. Et faudrait aussi éviter les couleurs proches du bleu. Bon, pour le violet là, ça va parce qu'il y est dans un motif et qu'il n'y en a pas trop.

(Là, je cause fringues avec le monteur et il faisait référence à cette tenue là)

Donc prune et aubergine, c'est pas bon non plus?

Hein ?

C'est violet foncé.

Ben non alors.

J'ai donc gentillement rangé dans mon placard mon ensemble prune et mis de côté les pièces de tissus déjà préparées pour une robe puisque ce n'était pas la bonne couleur. Sauf que du coup, il me fallait une tenue d'urgence ! Et c'est là que j'ai repensé à ma petite robe en chirimen rouge qui flashe. Niveau contraste des couleurs, ce serait parfait. Mais il me fallait une petite veste pour aller avec sous peine de claquer des dents pendant l'enregistrement. Aucun problème, il me restait justement du tissu précieusement garder faire un boléro assorti à la robe et que je n'avais encore jamais pris le temps de faire.

Comme j'étais pressée, il me fallait un truc simple et rapide à coudre. J'ai donc ressorti mon patron de gilet ample déjà cousu pour faire un cadeau à Super Nanny, le modèle 36 du Tendance Couture 16.

IMG_3088IMG_3097

IMG_3089IMG_3100

IMG_3090IMG_3095

Pour tenir dans mon reste de tissu et être dans l'esprit boléro, j'ai nettement raccourci le bestiaux et redessiner un peu l'encolure. Pour rallonger les manches, j'ai ajouté des bracelets de manche en jersey noir et fait le col châle dans ce même jersey ce qui me permettait de rester dans l'esprit de la robe et d'apporter un peu de contraste au vêtement. Afin que la coupe soit un peu plus près du corps, j'ai également ajouté 2 pinces au dos afin d'en mettre la cambrure en valeur. On peut placer le col selon 2 positions selon ses envies, le rendu est alors plus ou moins décontracté.

IMG_3076IMG_3078

IMG_3080

Pour un truc improvisé à la dernière minute et cousu à la va vite, je suis plutôt contente du résultat.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 avril 2016

Azraël se fait de nouveaux amis

Cette semaine, Azraël s'est fait des nouveaux amis dont deux jumelles (ou peut-être des siamoises, je sais pas bien mais elles sont toujours fourrés ensemble en tout cas). J'ignore à quand exactement remonte leur première rencontre mais ce fut immédiatement l'amour fou entre ces 3 là qui sont rapidement devenus inséparables. Et dès le mardi matin, 2 squatteuses s'invitaient à la maison pour une durée encore indéterminée.

Mais qui sont donc ces 2 sirènes qui ont su envoûter Azraël ? La première répond au doux nom de Copine Bassine. Avec sa bouille toute ronde et ses poignées d'amour, elle est toute meugnonne et Azraël ne peut s'empêcher de se coller régulièrement à elle, son visage surtout d'ailleurs. Copine Bassine est en plus particulièrement docile et répond instantanément dès qu'Azraël l'appelle de sa douce voix. Mamaaaaan, je vais vomiiiiiiir ! Et hop, Copine Bassine se précipite.

Sa jumelle répond, quant à elle, au joli nom de Gastro Entérite (nom de famille : Carabinée). Gastro est une petite coquine qui vous captive et vous chavire le coeur. Rapidement, vous brûlez littéralement de passion pour elle, passion que vous ne tardez pas à répandre aux 4 coins de la maison avec une préférence notable pour votre literie (quand je vous disais que c'était une petite coquine) et le tapis du salon. Il ne vous reste plus alors qu'à vous nourrir d'amour et d'eau sucrée-salée (enfin, d'essayer pour cette dernière).

Mais parfois, comme Azraël a pu l'expérimenter, Gastro se montre un peu trop affectueuse, un peu trop passionnée et l'objet de son affection commence à déborder un peu trop d'amour ! On attrape alors son Azraël sous le bras et on fonce découvrir les urgences pédiatriques du coin pour se faire de nouveaux amis. C'est ainsi qu'Azraël s'est lié avec Bob, Bob avec sa silhouette mince et élancée et ses 5 pieds (oui, Bob tient un peu de l'extraterrestre). Ils sont devenus positivement inséparables, reliés par le lien bien visible d'une amitié éternelle de 24h facile. Toute une journée et toute une nuit (et même un peu plus) à ne pouvoir se passer l'un de l'autre. Bob suivait Azraël partout, comme un petit chien, même aux toilettes ! Une amitié pareille, j'avais jamais vu ça et je suis pas pressée d'en revoir une, je vous prie de le croire. Comment ça j'ai pas l'air d'apprécier Bob. Que nenni, je l'adore. Ne serait-ce que parce qu'il a permis à Azraël d'oublier sa folle passion pour Gastro. Ou encore parce que leur rencontre fut l'occasion pour moi d'observer ce que donnerait un Azraël avec un coup dans le nez (c'est incroyable l'effet du gaz anesthésiant). Mais franchement, il est du genre encombrant et bruyant, Bob. Mais Azraël l'aimait vraiment beaucoup et il aurait bien aimé le ramener à la maison. Comme à l'hôpital, l'infirmière lui a expliqué que Bob était aussi le grand copain de plein d'autres enfants et qu'il ne pouvait donc pas l'emmener, Azraël a accepté de se contenter d'une photo (pour montrer à la maicresse).

IMG_0991

A droite de la photo, un Azraël, à gauche, parfaitement reconnaissable avec ses 5 pieds, Bob. Et si vous regardez bien, vous verrez le lien d'amitié éternelle de 6h renouvelable 4 fois y compris au beau milieu de la nuit qui reliait Bob au bras d'Azraël.

Là, vous vous demandez sûrement ce qu'il est advenu de Gastro et Copine Bassine après qu'Azraël les aient lachement laissé tomber pour Bob. Rassurez-vous, elles ne sont pas à plaindre. Loin de se morfondre dans leur coin, elles ont trouvé un nouvel ami, Gargamel ! Reste à espérer que Gastro s'enflammera un peu moins pour son nouveau copain parce que moi, je ne suis pas pressée de retrouver mon copain Fauteuil qui avait si gentillement accepté de loger mon postérieur pour une nuit inoubliable aux urgences.

Posté par reyhaziel à 23:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 6 avril 2016

Azraël orthophoniste

Celles et ceux qui connaissent les joies des consoles de jeux portables, et particulièrement la Nintendo 2DS pour ne point la nommer, savent certainement aussi que, dans la plupart des boites de cartouches de jeux, on trouve des pubs pour d'autres cartouches de jeux. Ben oui, les éditeurs sont loin d'être bêtes alors autant donner envie au maximum aux enfants, histoire qu'ils persécutent leurs parents jusqu'à ce que, pour avoir enfin la paix, ils ne cèdent.

Ca sent le vécu vous dites vous ? Eh bien vous avez parfaitement raison. C'est ainsi qu'après avoir vu un Gargamel ne pas quitter le facicule de pub trouvé dans un de ses jeux pendant 15 jours et subi pendant aussi longtemps ses larmes dès qu'il l'égarait et sa supplique culte Je veux Mario s'il te plait maman pardon maman Mario maman je veux le jeuuuuuu (c'est fou les progrès qu'il a pu faire en langage verbalisé hein !), j'ai fini par craquer un beau matin sur le chemin de l'école.

Mais avant de vous raconter, il faut également savoir que, jusqu'à il y a 3 semaines, l'orthophoniste d'Azraël n'était pas très contente après lui car il ne faisait aucun progrès faute de bien vouloir travailler ses praxies. Elle l'avait donc copieusement grondé (ce dont il se moque royalement) et signalé également que, n'étant plus un bébé, il serait temps qu'il lâche sa tétine qui ne fait rien pour arranger sa prononciation (là, il rigolait nettement nettement moins, la tétine étant encore plus sacro sainte que le doudou). En bonne mère indigne, j'ai donc pratiqué la bonne vieille technique du chantage affectif : tu veux ta tétine d'amour, ok, mais uniquement pour le temps calme et pour dormir et à chaque fois, tu dois travailler tes praxies mon coco. Je vous raconte pas les progrès spectaculaires obtenus en moins de 3 semaines.

C'est donc ainsi que, ce fameux beau matin.

Maman, je veux Mario s'il te plait maman.

Bon ok, ça va. D'accord Gargamel. On ira au magasin ce soir mais seulement si tu travailles bien.

Ben oui Gagamel ! Faut cravailler ! Répète. Maaa rrrio

Maaayo !

Luigi

Luigi

Raquette de Mario

Raquette de Mayo

Méchant bowser

Mé chant bow ser

Maaarrrrio tenni

Té ni se Azraël

Té ni se

Maayo té ni ne

C'est bien Gagamel, t'as bien cravaillé.

J'ai bien travaillé ?

Oui, t'es un grand maintenant !

Maman, j'ai bien travaillé. Je suis un grand ! Ce soir le magasin !

...

(qu'est-ce que vous voulez que je réponde à ça !)

Bien sûr, vous aurez remarqué la diversité du vocabulaire prononcé pas du tout orienté vers l'objet central de l'obsession du moment de Gargamel.

bravo gagamel

Yeah Gagamel ! Si tu continues, tu seras bientôt aussi grand que moi !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 4 avril 2016

Trucs en vrac

Je suis en retard, je suis en retard, j'ai ... beaucoup beaucoup de retard quoi. Comme le lapin d'Alice, je cours partout, je m'agite, je me presse, toujours pour les mêmes raison. Et comme je n'ai pas envie de vous soûler avec ça, je n'y reviendrais pas (et pour les nouveaux venus, cliquez ici). Manque de temps oblige, les posts se font rares, les projets ultra rapides s'enchaînent et j'aurais des tonnes de trucs à vous montrer mais bon, je suis en retard je suis en retard, j'ai ... vraiment beaucoup de retard. Alors voilà un petit tir groupé de trucs en vrac à vous présenter.

On commence par l'aberration du moment, le truc de dingue qu'il n'y a qu'une folle surchargée de boulot pour mettre en oeuvre, la réalisation de 5 jupes de cowgirls pour la fête de fin d'année à l'école des monstros.

IMG_2947

IMG_2948

Pourquoi une aberration ? Ben parce que jamais, au grand jamais, la maîtresse d'Azraël ne m'a demandé de coudre ça en plus du reste. Eh non, j'ai décidé ça toute seule comme une grande, vu que je n'avais vraiment rien d'autre à faire et que je m'ennuyais à mourir (humour noir bien sûr). Bon, en même temps, il me restait 2 coupons de 1,5mx1,6m de tissu imprimé peau de vache (oui oui, vous ne rêvez, 3m au total en grande largeur) du tissu utilisé pour faire les gilets de cowboys pour ce même spectacle. Qu'est-ce que vous auriez voulu que j'en fasse franchement ? Au moins, dans l'opération, j'ai éliminé un des coupons (YOUPIIIII).

IMG_2950

IMG_2949

Comme à chaque fois que je fais des déguisements de ce type en série, j'ai réalisé une ceinture ajustable pour tenir compte de la variété de gabarit des enfants dans la classe. Ultra simple à coudre, le patron est un simple rectangle replié en haut pour faire la ceinture et frangé en bas à coup de ciseaux (on dit merci au tissu qui, s'il peluche à mort, ne s'effiloche pas). Du coup, 2 soirées ont suffi pour réaliser les 5 jupes.

Avec les températures de ces derniers jours et les angine et laryngite des monstros, Azraël a réussi à me faire payer à prix d'or un pingouin en peluche, qui fait bouillotte sèche, à la pharmacie du coin. Une petite chose adorable qui m'a rudement donné envie d'en faire d'autres à offrir. Aussitôt dit aussitôt fait, et hop, un petit hibou ou bien une chouette (j'ai jamais compris la différence entre les 2) est sorti de mon coin couture.

IMG_3073

Le corps de la chouette est réalisée en polaire peluche bleu pétrole et les ailes et les pattes en velours fleuri. Yeux et bec sont en feutrine autocollante. A glisser dans la poche au dos, une petite bouillotte sèche constituée d'une poche en coton (pour passer sans problème au micro-onde) rempli de riz.

IMG_3074IMG_3075

Comme toute cette agitation, ça creuse et puis que mercredi, on organisait une chasse aux oeufs pour les copines d'Azraël (qui semble avoir agrandi son harem d'une 3ème fiancée), il me fallait des petites gourmandises pour requinquer des mamans à peu près aussi épuisées que moi. Pas question toutefois de cuisiner des trucs compliqués vu le peu de temps que j'avais. Alors j'ai rusé. Mini tartelettes au citron ou au caramel beurre salé. Un maximum d'effet pour un minimum d'effort. Aucune photo malheureusement, j'ai complètement oublié d'en faire avant que tout ne soit englouti. Le principe de ces tartelettes, faire les fonds de minitartes en suivant la recette des krunchys (sinon, vous pouvez les acheter tout fait) puis les garnir avec du Salidou maison ou du Lemon Curd maison. C'est tout simple et super bon. Et comme les garnitures peuvent servir pour un tas de choses et sont simplissimes à faire, je vous donne les recettes.

Lemon Curd (pour environ 18 mini tartelettes ou 1/2 pot à confiture) :

  • 1 citron
  • les zestes très très fins d'un 1/2 citron
  • 1 oeuf
  • 50g de sucre
  • 1 cuillère à café de maïzena
  • 15g de beurre

Dans un bol, battre l'oeuf en omelette et réserver. Couper le beurre en petits dés et réserver. Presser le citron et mettre le jus dans une casserole avec les zestes. Ajouter le sucre et la maïzena. Bien mélanger au fouet ou à la cuillère magique.

Faites chauffer à feu doux en fouettant bien sans interruption et ajouter progressivement l'oeuf battu sans cesser de fouetter. Mettre à feu fort (7-8 sur une plaque montant à 12) sans cesse de remuer. Après quelques minutes, le mélange commence à épaissir. Retirer du feu et continuer à mélanger jusqu'à obtention d'une texture bien lisse. Ajouter tout le beurre d'un coup et continuer à remuer jusqu'à obtention d'un mélange bien homogène. Le Lemon Curd prend alors un aspect bien brillant. Mettre dans une poche à douille sans douille (ou avec selon que vous voulez faire un effet déco ou non) et garnir vos tartelettes. Réserver au frais. Il ne vous reste plus qu'à déguster quand tout a bien refroidi.

Vous pouvez au choix les déguster tel quel ou encore ajouter une meringue italienne. Je vous conseille de les préparer la veille. La recette de la pâte sablée des krunchys tient très très bien à l'humidité et elles ne seront donc pas ramollo du tout. Par contre, le fait d'avoir été faite à l'avance va permettre à la pate de prendre le parfum du Lemon Curd et elles n'en seront que meilleures. Vous pouvez aussi choisir de mettre votre lemon curd en pot.

Le lemon curd seul va se conserver au frigo environ 1 mois.

 

Salidou (crème de caramel au beurre salé) maison (pour 1 petit pot à confiture) :

  • 100g de sucre en poudre
  • 40g de beurre salé de bonne qualité
  • 20cl de crème liquide entière

Mettre une petite assiette ou un bol ou ce que vous voulez en porcelaine ou ferraille au congélateur. Vide hein ! Faire chauffer 30s votre crème au micro-onde. Puis faire un caramel à sec. C'est-à-dire mettre dans une casserole à fond épais un tiers du sucre et mettre sur feu moyen (6-7 sur une plaque allant jusqu'à 12). Le laisser fondre le mélanger (on n'y touche pas avec une spatule, une cuillère ou rien). On peut cependant faire tourner la casserole pour faire glisser le sucre non fondu vers le sucre fondu. Quand presque tout le sucre est fondu et qu'il commence à peine à se colorer, ajouter un nouveau tiers, puis le dernier tiers. Surtout, ne pas hésiter à faire "tourner" le sucre dans la casserole pour que toute la masse fonde sans que le caramel ne brûle. C'est opération la plus délicate de la recette. Si ça brûle, c'est fichu. Le caramel sera amère et rien n'y fera. Si le sucre n'a pas assez caramélisé, le Salidou n'aura qu'un goût de sucre et aucun parfum de caramel. On retire du feu quand le caramel a une belle couleur ambrée.

IMG_3030

On ajoute le beurre en une seule fois et on mélange à la cuillère magique ou au fouet. Ça donne un truc assez immonde, impossible à mélanger et qui donne vraiment vraiment pas envie. Pas d'affolement, c'est normal. Sucre et graisse ne sont pas miscibles.

IMG_3031

Non non, soyons honnête, c'est quand même assez beurk comme aspect !

On ajoute alors progressivement la crème fraîche en fouettant énergiquement (gare aux projections, c'est très chaud quand même tout ça). A ce stade, il est possible que vous vous retrouviez avec des "blocs" de sucre et caramel tout durs et figés. C'est pas grave, on va recuire et tout ça va fondre gentillement.

IMG_3032

A ce stade, la préparation est aussi liquide que si c'était de la crème liquide sans rien dedans. On remet sur feu assez vif (7-8 sur 12). A partir de la reprise de l'ébullition, baisser à 6 et laissez cuire environ 5-7 mn.La crème a épaissi mais parait encore beaucoup trop liquide. C'est normal, elle va encore épaissir en refroidissant. Pour savoir si elle est suffisamment cuite, on va faire le test de l'assiette froide (très pratique pour ne pas avoir à tout ressortir des pots et recuire quand on s'aperçoit après mise en pot que le salidou ne veut pas prendre).

IMG_3033

Votre préparation a épaissi suite à la cuisson.

On sort donc son assiette de congélateur et on laisse tomber quelques gouttes de préparation dessus. Si elle se fige immédiatement, le Salidou est assez cuit sinon poursuivre la cuisson quelques minutes. Il ne vous reste plus qu'à mettre en pot et à laisser refroidir. Elle devrait alors prendre la consistance idéale pour le tartinage.

IMG_3038

Texture juste après la cuisson. Ca fait vraiment sirop épais

IMG_3044

Après environ 1h, on a une texture nettement plus épaisse

IMG_3045

Après une nuit au frigo, la crème se tient parfaitement, on en mangerait bien directement à la petite cuillère.

Ce salidou a un petit goût de caramel très agréable et n'est pas trop écoeurant. Sur des crèpes ou du pain grillé, c'est un vrai délice. Inutile de faire des tartelettes pour en profiter.

La durée de conservation est inconnue (on a toujours mangé tout bien trop vite pour en juger) mais c'est plusieurs mois au frigo. Pour une version plus ligth, on peut très bien remplacé la crème entière par de la 15-12%. C'est tout aussi délicieux.

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,