Eh oui, ces derniers jours, j'ai été totalement désoeuvrée, sans rien à faire d'autre que glandouiller sur mon canapé, surfer sur le net, rêver devant Pinterest et blogger à donf ! Hein ? Comment ça vous n'en croyez pas un mot ? J'ai rien posté depuis une semaine moi ? Allons, bavarde comme je suis, c'est tout bonnement impossible.

Ah ben si tiens, c'est possible. Bon ok, j'avoue. En vrai, j'ai été débordée vu qu'Agendus Démonicus continue obstinément à sévir. Il est même devenu totalement hors de contrôle, au point de me suivre jusqu'au bureau et de squatter chez mes collègues. La preuve, sous son influence pernicieuse, Hiro a décalé les horaires de tous les cours de mécanique quantique de sorte à ce qu'ils se finissent 30 mn après l'heure à laquelle je dois impérativement être à l'école des monstros. Je vous raconte pas la panique pour rectifier tout ça. Et s'il n'y avait que ça, mais Agendus s'amuse à mettre le bazar jusque dans les emplois du temps de mes collègues du labo voisin avec lequel on organise conjointement certains cours.

Histoire de corser un peu les choses (ben oui, sinon c'est pas drôle), Enquiquinus Majorus a décidé de se mettre aussi de la partie. Et quand un démon majeur s'y met, ça fait mal ! La machine à café est donc tombée en panne pour la nième fois ce mois-ci, j'ai passé une semaine avec 17,5°C dans le bureau, ce que se révèle très frisquet quand on est assise toute la journée et, coup de grâce, vendredi matin, l'eau a été coupée dans la quasi totalité des bâtiments avec annonce qu'elle ne serait remise que le lundi suivant. C'est quoi le problème exactement avec une coupure d'eau vu qu'il n'y a de toute façon pas de café ni de chauffage ? Ben c'est que si j'arrive à me passer de café (même si je deviens fort grognon alors) et de chauffage (j'ai toujours un châle en stock au bureau), j'ai beaucoup plus de mal à me passer pour une journée entière de ... toilettes ! Vous y arrivez vous ?

Et encore, là, je ne vous parle que du boulot. Mais ce n'était guère mieux à la maison, Inferno Gran Mom qui passait quelques jours avec nous peut en témoigner. Bref, autant dire que depuis une semaine, pas moyen de blogguer, de coudre, de fimoter, de pâtisser. C'est à peine si j'ai pu tricoter. Et ça fait un petit moment que ça dure cette histoire en plus. Songez donc, moi qui d'habitude arrive à finir une robe en 10 jours maxi, ça fait presque un mois que je suis scotchée sur le même projet, une superbe robe Vogue, que je viens seulement de finir. Et ce délai n'a pas été sans conséquence.

Ce patron, c'est le Vogue 9076 et c'était la première fois que je cousais un truc de cette marque.

pdtimg_2871428b

Pour l'occasion, j'ai sorti un peu de tissu à sweat noir et surtout un de mes précieux coupons de jersey viscose Liberty. Ce type de jersey est nettement plus fin que le jersey de coton. Il est aussi beaucoup plus mou et sa fluidité se rapproche vraiment d'une viscose classique. Mais il est nettement plus lourd ce qui lui donne un tombé parfait. Alors, que peut-on dire de ce patron ? D'abord, niveau schémas techniques, s'ils ne sont pas toujours assez clairs à mon goût, ils sont nombreux et c'est tant mieux parce que les instructions sont intégralement en anglais. Et voyez-vous, sous l'effet d'un très très léger stress, il semblerait que j'ai complètement oublié comment on parle anglais (ou alors, c'est que c'était du chinois parce que j'y comprenais encore moins de trucs qu'aux explications Burda ce qui n'est pas peu dire).

Question difficulté technique, il n'est peut-être pas à la portée d'une débutante mais il n'est pas si compliqué que ça non plus. En fait, c'est surtout un modèle long à coudre en raison du nombre conséquent de pièces (26 au total en comptant les parties doublées). Mais avec de la patience, on y arrive.

Et dis la Puce, est-ce qu'ils taillent bien les patrons Vogue, toi qui te plains souvent des Burda ? Excellente question que celle-ci. Sauf que j'en sais rien. Ok, là, j'en vois qui comprennent pas comment je peux ignorer si les patrons taillent bien ou non. A priori, si j'en crois le fait que la robe finie allait parfaitement à Madonna (et qu'elle semblait aussi m'aller aux essayages intermédiaires), je dirais oui.

IMG_0027IMG_0026IMG_0025

Le fameux tryptique

IMG_0031IMG_0032

Gros plan sur l'encolure et le tissu, histoire qu'on voit bien le motif plume de paon rouge orangé

IMG_0035

Et les maintenant classiques boutons en FIMO créés spécialement pour être assortis au motif du tissu. Bon, c'est un peu raté mais j'aime bien quand même. C'est le principal non !

Seulement voilà, quand je l'ai passé une fois achevée, horreur ! Je flottais littéralement dedans. Incompréhension totale ! Mais qu'est-ce qui s'était donc passé ? C'est là que le délai d'exécution entre en jeu. Car entre le moment où j'ai commencé cette robe et celui où je l'ai fini, j'ai perdu environ 1 cm de tour de poitrine, 2 cm de tour de hanche et surtout 5 cm de tour de taille. Du coup, elle se révèle d'un confort incomparable. Je peux me goinfrer tranquille, aucun risque de se sentir engoncée dedans au niveau du bidon. Mais en contre partie, elle a quelque peu perdu en seyant. Enfin, je l'aime bien quand même et cela ne m'empêchera pas de la porter mais pour une prochaine version, je viserai quand même la taille en dessous.

IMG_0040

IMG_0041IMG_0039