Chose promise, chose due comme on dit. Après la super sortie anniversaire à Disney, voici le reste des sorties des vacances pour les monstros, essentiellement hautement culturelles avec Opéra, Musée et Théâtre bien évidemment. Naaaan, je blague ! Et pourtant, j'aimerais bien mais c'est certainement pas pour demain la veille vu le caractère de mes 2 petits gremlins !

Nos sorties culturelles se sont donc réduites à de simples sorties cinéma mais elles étaient particulièrement chouettes. Au programme, l'incontournable Vaiana, un Disney au sujet duquel la grande polémique du moment est de savoir s'il va ou non détrôner La reine des neiges au hit parade de nos chères têtes blondes. Pour les monstros, je sais pas, mais pour moi, il n'y a pas photo : c'est beauuuuuucoup mieux !

vaiana

L'histoire en 2 mots (ou peut-être un peu plus, il paraît que je suis légèrement bavarde) : Maui, demi-dieu de son état, a volé le coeur de la déesse de la création. Non, ce n'est pas le début d'un grand roman d'amour, il a vraiment volé le coeur, c'est à prendre au premier degré. Mais il lui a pas arraché non plus hein, c'est un Disney je vous le rappelle ! Malheureusement, il n'était pas le seul à le vouloir et en affrontant un grand méchant, il le perd, ainsi que tous ses pouvoirs, au fond de l'océan. A partir de cet instant, les ténèbres commencent à se répandre sur le monde, anéantissant la vie. Bien des années plus tard (plusieurs centaines quand même, les ténèbres ne sont pas pressés), sur une île, une princesse voit le jour et l'océan est son ami. Il décide de lui confier le coeur de la déesse avec une grande mission, le lui ramener pour chasser les ténèbres. Pour cela, elle aura besoin de l'aide de Maui et doit donc commencer par le trouver. Et à eux 2, ils s'embarquent pour sauver le monde.

On s'arrêtera là pour le résumé. Alors franchement, j'ai adoré. D'abord, parce que la princesse est sympa comme tout. Pas bimbo pour 2 sous, elle est volontaire, indépendante, décidée avec ses moments de doutes et de faiblesse comme tout le monde. Mais elle fait face à l'adversité sans jamais abandonner ni se décourager. Pas de grands sentiments un peu gnangnan non plus. Ça parle plutôt du respect de l'autre, des traditions, de la culture (et de la planète au passage pour faire bonne mesure). Mais notre personnage préféré, aux monstros et à moi, c'est le gros carré (dixit Azraël) alias Maui, métamorphe, demi-dieu du vent et de la mer, idole des Hommes ... et des Femmes (il veut pas de problème !), bref, le mâle macho imbu de lui-même par excellence mais qui cache en fait un énorme complexe de rejet et un coeur gros comme ça. J'avoue avoir piquer quelques fous rires devant les réactions caricaturales du gros carré et les dialogues entre nos 2 héros sont savoureux et plein d'humour.

Dernière preuve de la haute qualité du dernier né des studios Disney, à peine sortis, les monstros voulaient qu'on se précipite acheter le DVD (et ça, c'est bien la première fois) et Azraël m'a tanné pendant une semaine pour retourner le voir au cinéma (là aussi, c'est une première).

Dans un style tout à fait différent, nous sommes également allés voir Ballerina, une production franco-canadienne si j'ai bien compris. J'avoue qu'en regardant la bande-annonce, j'étais restée assez dubitative. J'avais un peu l'impression d'une histoire de Candy à la sauce bretonne. Ben oui, notre héroïne est une gentille orpheline bretonne qui monte à Paris pour réaliser son rêve d'être danseuse mais se heurte à l'hostilité d'une vilaine méchante petite fille riche qui la rabaisse. Sauf qu'en fait, cette impression est quand même un peu réductrice. Niveau histoire, soyons honnête, il n'y en a pas beaucoup et ça ne casse pas 3 pattes à un canard. On a la classique histoire d'amour non partagé avec l'ami d'enfance, la rivalité entre adultes qui se poursuit à la génération suivante, l'apparition du jeune premier qui s'intéresse à notre héroïne, bref, rien de bien transcendant mais c'est plaisant, ça se laisse regarder et c'est une bonne leçon sur le thème Accroches-toi à tes rêves, bosse dur et tu pourras y arriver. En prime, cerise sur le gâteau, perso, je me suis bien marrée.

ballerina

Bon, faut dire que mon cas est particulier car voilà, dans mon jeune temps, j'ai quand même fait 11 ans de danse classique. Alors ce monde ne m'est pas tout à fait inconnu. Du coup, voir une parfaite débutante sans aucune formation ne connaissant même pas les positions de base classiques savoir faire un grand écart dès le premier jour (alors qu'elle n'en avait jamais fait un avant) et être en passe d'obtenir le premier rôle dans le prochain ballet de l'opéra de Paris au côté de la danseuse étoile au bout d'une semaine, ça ne pouvait que me faire bien rigoler. Là encore, les monstros ont beaucoup apprécié et étaient partant pour le voir de nouveau le plus rapidement possible (même si je me demande quand même un peu pourquoi).

Bref, si vous voulez passer un moment agréable au cinéma et que ces films passent encore près de chez vous, n'hésitez pas.