Euh, la Puce ?

Oui Chéri ?

Tu fais quoi là ?

Ben tu vois bien. Je couds ! 

Euh rassures-moi. C'est pas pour Azraël quand même ! Parce que là, ça va pas le faire !

Comment ça, ça va pas le faire ? Un splendide tissu violet à licornes, ça n'irait pas pour un petit garçon ? Quelle drôle d'idée ? Bon ok, j'admets. Il a raison Chéri, ça le ferait pas. Le truc, c'est que c'est reparti ! Me voilà à nouveau frustrée de la robe fillette pour la plus grande joie de Couturus dont le problème majeur n'est pas de savoir quoi coudre mais plutôt que choisir parmi la multitude de modèle qu'il rêve de réaliser (et moi aussi par extension). Mais c'est pas ma faute aussi. Avec l'été qui arrive, on voit fleurir sur la toile une multitude d'adorables petites robes de toutes sortes. Comment voulez-vous que je résiste moi ? D'autant que ça fait des semaines que je n'ai pas eu le temps de me coudre un vêtement digne de ce nom et que je suis cantonnée au même modèle de pantalon pour les monstros faute de temps pour en tester d'autre. Alors la pression monte, monte, monte et soudain ... je me retrouve à trier mes tissus pour choisir en choisir un pour faire une jupe à Azraël. Ben quoi, il avait qu'à pas me réclamer une robe d'abord ! (véridique, je vous jure)

Bon, je vous rassure. Aussi frustrée que je sois, je ne suis pas allée jusqu'au bout de ma démarche. D'abord parce que Chéri ne me l'aurait jamais pardonné. Ensuite parce qu'une fois que ses copains d'école se seraient bien fichus de lui, Azraël aussi m'en aurait probablement voulu à mort. Heureusement pour moi, avant de perdre complètement la boule (enfin, avant de la perdre davantage qu'à ce jour car je suis un cas totalement irrécupérable je le crains), il y a les copines de blog qui ont le bon goût d'avoir des filles, elles ! Contrairement à mes adorables collègues du boulot qui ont, soit des garçons, soit des adolescentes, l'adolescente étant apparemment une espère à part, peu désireuse d'être vêtue sur mesure et préférant visiblement les vêtements de marque. A moins que je n'ai simplement pas de bol (encore que, vu le prix que ça coûte les vêtements de marque, je crois que c'est plutôt ma collègue qui n'a pas de bol).

Bref, en remettant la main sur une splendide double gaze de coton acheté il y a belle lurette pour tout exprès pour coudre des robes de fillettes (ouais, je sais, c'est glauque d'entretenir comme ça ses frustrations mais il était vraiment trop beau ce tissu, et puis en promo en plus à l'époque, et puis c'est pas ma faute d'abord c'est Couturus !), ben j'ai craqué. D'autant qu'en tournant la tête, le numéro nov/déc 2016 de la maison Victor m'a littéralement sauté dessus aux yeux avec la petite robe Freya en couverture, un modèle parfait pour mettre en valeur l'imprimé licorne de mon tissu. Un modèle simplissime au niveau du patron et donc réalisable en un temps record. Et comme en plus, ça allait l'être l'anniversaire de Gruffalotte, j'y ai vu un signe du destin !

IMG_1117

Le devant

IMG_1119

Le dos

IMG_1115

Et le gros plan sur l'imprimé et le bouton décoratif maison.

J'avoue avoir eu quelques inquiétudes au niveau de la taille vu que je couds très peu de modèles de ce magazine. Histoire d'assurer le coup, même si la demoiselle devait fêter ses 5 ans, j'ai préféré couper un 6 ans (comme dirait l'autre, mieux vaut trop grand que trop petit, c'est quand même plus facile à rattraper). Comme j'aimais pas trop les petites manches du modèle, je les ai purement et simplement virée et j'ai fait les finitions des emmanchures avec un biais maison dans le même tissu. Eh oui, quand je couds ce type de tissu, je ne fais jamais de mélange de matière parce que franchement, c'est tellement confortable et léger la gaze de coton que j'aurai peur d'en perdre tout le bénéfice avec les finitions et des parmentures dans une autre matière.

IMG_1120

Question difficulté technique, je dois dire que le modèle est d'une simplicité trompeuse. Les plis plats qui donnent toute l'ampleur à cette robe ne sont pas si facile à réaliser du fait que tout est coupé d'une seule pièce. Former de beaux plis avec des angles bien nets pour la partie centrale et qui tiennent bien en place n'a finalement rien de trivial. J'ai d'ailleurs pris l'option de faire une surpiqûre sur tous les plis pour être certaine que tout tombe correctement. Donc sans être trèèèès compliqué, je ne pense tout de même pas que ce modèle s'adresse aux grandes débutantes.

Au final, il semble que la robe ait beaucoup plu (et c'est le principal), je me suis bien amusée à la faire (et ça c'est chouette aussi), elle me permet de participer à l'opération Déstockage de Ta'Thilde (youhou!) et j'ai en prime pu agrandir ma collection de photos compromettantes d'Azraël. Et oui, ce dernier a décrété qu'il était une mariée et qu'il devait absolument essayer sa robe de mariée !

IMG_1106

La mariée, tout en retenue, qui se dirige vers l'autel en portant délicatement sa robe.

IMG_1109

Puis qui, ayant changé d'avis sur la question, fait un pied de nez à son ex futur époux

IMG_1111

Avant de partir en courant !

Bon allez, c'est pas tout ça, mais j'ai un jersey fantastique qui attend impatiemment que je le coupe pour coudre une nouvelle robe de fillette. Ben oui, une seule robe, c'est loin d'être suffisant pour faire passer ma frustration. Et puis il faut que j'aille admirer les réalisations des autres déstockeuses pour y trouver plein d'inspiration.