Bon, c'est officiel, la rentrée s'annonce catastrophique !

Rhooo, la Puce, t'exagère pas un chouia là ! Tu nous ferais pas une petite attaque d'Hystéricus des fois ? Ben non, je préférais presque d'ailleurs. Ça prouverait que je fais un drame d'un rien alors que là, nada. Je reste d'un calme olympien et quand on me connaît, c'est pas bon signe du tout du tout. Parce que quand je vais craquer. Et là, je vous le dis tout de suite, je suis à un poil de cuisse de grenouille comme dirait ma grand-mère (maman d'Adamsfamilly elle est pour toi celle-là) de faire le plus gros pétage de plomb de ma très longue carrière de nerfs fort fragiles. Bref, comme je disais, quand je vais craquer, ça va faire mal.

Mais qu'est-ce qui se passe me direz-vous ? Oh, 3 fois rien. Allez, je vous fais une petite liste.

  • Sur les 13 dossiers de demande d'IME (institut médico éducatif pour ceux qui n'ont pas le plaisir de connaître) envoyé pour Gargamel, soit la totalité des établissements de l'essonne, pour lui trouver un point de chute en 2018, tous sauf 2 ont répondu d'office NON (c'est à dire sans prendre aucun critère médical ou de place disponible en compte) parce que ... et là accrochez-vous bien à vos chaussettes ... on habite pas du bon côté de la N20 !
  • Le big boss du Master international dont je m'occupe avec une collègue s'en va et la collègue risque fort de prendre sa place ce qui fait que, moi, je prendrais la sienne et que j'aurais 2 fois plus de boulot pour gérer le master (alors qu'on avait déjà du mal à 2)
  • La secrétaire pédagogique qui nous aidait pour toute la logistique du dit master va occuper d'autres fonctions et d'ici que sa remplaçante soit opérationnelle, ça va pas être simple (bon, elle est remplacée alors faut pas que je me plaigne non plus, ça pourrait être encore pire)
  • L'emploi du temps de mes petits nétudiants, toujours du même master, est bourré d'erreurs et de cours pas à la bonne place ce qui fait qu'ils devraient posséder le don d'ubiquité (ce qui n'est pas sans me rappeler des souvenirs. Agendus Démonicus a sûrement frappé un petit coup là!). Et quand je signale les problèmes à la personne en charge de l'emploi du temps, devinez quoi ... ben je me fais engueuler parce que je signale les erreurs et que j'ose demander qu'elles soient corrigées avant de contacter les profs en charge des cours pour savoir s'ils sont bien disponibles pour les assurer. C'est vrai quoi, pourquoi prendre le risque d'éviter qu'ils fassent cours à une classe vide. C'est tellement plus sympa de faire venir des industriels renommés pour leur annoncer au dernier moment que, oups, on a fait une erreur, les petits nétudiants sont pas là ! Mais vous n'auriez aucun problème à revenir plus tard n'est-ce pas !
  • Certains de mes adorables collègues de bureau (si si, je vous jure, ils sont adorables), quelques peu têtes en l'air, viennent de se rendre compte qu'ils ont des soutenances de stages à organiser pour cette semaine et personne pour constituer leur jury et devinez un peu qui vient de se récupérer les soutenances à faire (donc les rapports à lire) !
  • On est à une semaine de la rentrée scolaire et c'est officiel. Super Nanny nous quitte le 1er septembre au soir et part découvrir les joies de la vie londonienne et je n'ai absolument personne pour la remplacer après pourtant 3 mois de recherche (respire à la Puce, respire !).
  • C'est toujours les vacances et pourtant, Gargamel commence déjà à hurler qu'il veut rester à la maison avec papa, maman et Azraël et qu'il ne veut ni l'école, ni l'hôpital de jour ni Super Nanny (ça, c'est parce qu'il espère que papa et maman le laisseront jouer toute la journée sur sa tablette).
  • Azraël, lui, ne cesse de paniquer à l'idée de changer de maîtresse et qu'elle ne soit pas super hyper méga gentille et puis il a rien dans la tête et tout oublié et il va bientôt se transformer en âne (mais qui a eu l'idée de le laisser regarder Pinochio, hein, je vous le demande) et moi, je dois le rassurer pratiquement tous les soirs.
  • Le taxi qui gère leurs déplacements est toujours en vacances et ne m'a bien sûr toujours pas confirmé que le planning était bon pour la rentrée. J'aurais donc la surprise le jour J. Yahouuuuuuuu !
  • La psychomot est elle aussi toujours en vacances et ne m'a donc toujours donné ni les heures, ni les jours, ni la fréquence des séances d'Azraël ce qui simplifie considérablement mon organisation pour la rentrée scolaire n'est-il pas ?
  • Et, cerise sur le gâteau, Chéri est en train de me faire un Burn out pas piqué des hannetons, au point qu'il envisage sérieusement d'entamer une carrière de père au foyer et de nounou à domicile pour les monstros. Seule restriction, non, je les emmènerais pas à la piscine, j'aurais trop honte en maillot de bain (oui, Chéri est très très pudique). Et ça, quand on connaît Chéri, on peut mesurer à quel point il n'en peut vraiment plus de son boulot.

Et au milieu de tout ça, il y a moi, qui m'accroche désespérément à mon filin de sécurité, le fil ténu mais parfois au combien solide de l'espoir, pour ne pas sombrer définitivement au fond du gouffre. Parce que quand il va lâcher le filin, ben ça risque fort de pas être beau à voir !

Mouais, je sais pas pourquoi, mais je la sens pas super bien cette rentrée !