mercredi 30 août 2017

Opération déstockage #6 : Pour la rentrée

Ben oui quoi ! C'est qu'elle approche à grand pas cette rentrée. Et les monstros, surtout Azraël d'ailleurs, ont des besoins à satisfaire pour que leurs cartables soient parfaitement opérationnels. Et puis moi, quand le moral est bas, en plus de la blogothérapie (ah la la, mais qu'est-ce que je deviendrais sans vos petits messages d'encouragement !), je pratique activement la couturothérapie (et la tabletto d'chocolat thérapie aussi mais ça, c'est moins cool pour ma ligne). Conclusion, même si j'ai pas beaucoup publié ces temps derniers, Milady n'a pas chômée et Couturus est sur un petit nuage. Faut dire que ce qu'il y a de bien avec la rentrée, c'est que les projets couture sont simples, rapides à faire et peu gourmands en tissu, ce qui m'a permis écluser des chutes et des petits coupons de mon stock. Bref, l'occasion idéale pour relever le défi Déstockage de Ta'Thilde.

Au programme, des tabliers (bon, je vous montrerai que celui d'Azraël, celui de Gargamel n'est pas encore tout à fait fini), une pochette pour ardoise et ses accessoires et un pantalon pour Azraël histoire de le changer des éternels joggings récupérés de son frangin.

Pour l'occasion, j'ai sorti de mes placards toute une sélection de coupons et de chutes de tissus, montrer aux monstros les modèles que je comptais faire et je leur ai demandé de choisir quel tissu ils voulaient pour quelle réalisation. Et ma foi, ça a plutôt bien fonctionné.

Comme je m'y attendais, Gargamel a opté pour un reste de tissu à dominante rouge (tissu de Noël acheté en solde à la maison d'Ursule) dédaigné par Azraël au motif que y a des petits coeurs dessus et les coeurs c'est pour les filles ! Du coup, en parfait accord avec sa nature profonde d'aventurier intrépide, de tyran tyrannique et escroc à bouille d'ange, le sieur Azraël, lui, a choisi un tissu pirate dégoté chez Butinette.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4ebUNADJUSTEDNONRAW_thumb_4ed

De devant et de dos

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4ee

C'est un peu dur à voir mais si si, je vous jure qu'il y a 2 pinces plates !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4ec

Les 3 sortes de pressions différentes

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4ef

Et les poignets élastiqués

Pour le tablier, comme je n'avais pas de patron à la bonne taille, j'ai pris celui d'une chemise assez simple : il s'agit du modèle 37, la chemise Jonny P. du magazine Ottobre 4/2016. L'avantage de cette chemise, c'est qu'elle a un empiècement dos très simple (il est tout droit) et 2 petites pinces pour l'aisance. En ne faisant ni pied de col, ni col ni bracelet de poignet, on se retrouve avec très peu de pièce et donc un tablier facile et rapide à réaliser. Pour la fermeture, j'ai utilisé des pressions KAM de mon stock (3 sortes différentes quand même parce qu'Azraël n'arrivait pas à se décider pour le modèle) et pour l'encolure, j'ai juste posé un biais du même tissu que le tablier.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4e6UNADJUSTEDNONRAW_thumb_4e9

Et un petit pirate paré pour la grande aventure du CE1

Dans la liste des fournitures scolaires, il était explicitement marqué qu'il fallait fournir une ardoise blanche avec feutre et chiffon DANS un sac ou une pochette. L'an dernier, même si on m'avait rien demandé, j'avais récupéré un petit sac en tissu dans lequel je mettais tout en vrac. Cette année, allez savoir pourquoi, je fais une fixette sur les coordonnés. Alors comme il restait du tissu pirate, ben j'ai fait une pochette assortie pour bien ranger tout ce petit matériel. Comme il ne restait pas assez de tissu pour tout faire, j'ai complété avec un tissu en flanelle motif hibou pour la doublure (et la petite chiffonnette parce que ça efface super bien la flanelle sur les ardoises blanches). Alors je sais, vous allez me dire pourquoi des hiboux et pas des perroquets pour être raccord avec le thème pirate. Ben parce que 1) j'en avais pas et 2) c'est Azraël qui a choisi donc je décline toute responsabilité !

IMG_1589

La pochette se ferme grâce à 2 petits aimants cachés dans le tissu

IMG_1590

IMG_1591

IMG_1592

La petite chiffonnette est rembourrée avec une chute de molleton

IMG_1593 

Gros plan sur la flanelle.

Pour le patron, désolée, j'ai pas de référence à vous donner, c'est un patron maison inspiré des différents modèles de pochette d'artistes que j'ai pu trouver sur Pinterest.

Et pour finir, le pantalon spécial rentrée d'Azraël réalisé dans un tissu en pur coton très léger et très souple (presque trop en fait mais tellement doux que s'il y en avait eu assez, je l'aurai gardé pour mon corsaire) avec un imprimé tête de mort. Pour le modèle, il s'agit du pantalon Cargo (modèle 38) du Ottobre 3/2016, un modèle déjà réalisé pour le spectacle de l'école l'an dernier mais qui avait eu un succès mitigé auprès de son propriétaire parce que le tissu grattait. Pour cette nouvelle version, aucun problème et l'adoption a été immédiate.

IMG_1582

Ah ah, c'est moi le plus costaud, j'ai vaincu la panthère de Gargamel

IMG_1585

IMG_1588

J'avoue que sur ce coup, je suis très fière de moi car l'intégralité des fournitures vient de mon stock et Azraël est trop content à l'idée de montrer son tablier de pirate à ses copains (il en oublie même qu'il a peur de retourner à l'école, c'est trop cooooooool !).

Allez, je files voir ce qu'on fait les autres participantes.

Posté par reyhaziel à 22:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 28 août 2017

Au fond du gouffre

Bon, c'est officiel, la rentrée s'annonce catastrophique !

Rhooo, la Puce, t'exagère pas un chouia là ! Tu nous ferais pas une petite attaque d'Hystéricus des fois ? Ben non, je préférais presque d'ailleurs. Ça prouverait que je fais un drame d'un rien alors que là, nada. Je reste d'un calme olympien et quand on me connaît, c'est pas bon signe du tout du tout. Parce que quand je vais craquer. Et là, je vous le dis tout de suite, je suis à un poil de cuisse de grenouille comme dirait ma grand-mère (maman d'Adamsfamilly elle est pour toi celle-là) de faire le plus gros pétage de plomb de ma très longue carrière de nerfs fort fragiles. Bref, comme je disais, quand je vais craquer, ça va faire mal.

Mais qu'est-ce qui se passe me direz-vous ? Oh, 3 fois rien. Allez, je vous fais une petite liste.

  • Sur les 13 dossiers de demande d'IME (institut médico éducatif pour ceux qui n'ont pas le plaisir de connaître) envoyé pour Gargamel, soit la totalité des établissements de l'essonne, pour lui trouver un point de chute en 2018, tous sauf 2 ont répondu d'office NON (c'est à dire sans prendre aucun critère médical ou de place disponible en compte) parce que ... et là accrochez-vous bien à vos chaussettes ... on habite pas du bon côté de la N20 !
  • Le big boss du Master international dont je m'occupe avec une collègue s'en va et la collègue risque fort de prendre sa place ce qui fait que, moi, je prendrais la sienne et que j'aurais 2 fois plus de boulot pour gérer le master (alors qu'on avait déjà du mal à 2)
  • La secrétaire pédagogique qui nous aidait pour toute la logistique du dit master va occuper d'autres fonctions et d'ici que sa remplaçante soit opérationnelle, ça va pas être simple (bon, elle est remplacée alors faut pas que je me plaigne non plus, ça pourrait être encore pire)
  • L'emploi du temps de mes petits nétudiants, toujours du même master, est bourré d'erreurs et de cours pas à la bonne place ce qui fait qu'ils devraient posséder le don d'ubiquité (ce qui n'est pas sans me rappeler des souvenirs. Agendus Démonicus a sûrement frappé un petit coup là!). Et quand je signale les problèmes à la personne en charge de l'emploi du temps, devinez quoi ... ben je me fais engueuler parce que je signale les erreurs et que j'ose demander qu'elles soient corrigées avant de contacter les profs en charge des cours pour savoir s'ils sont bien disponibles pour les assurer. C'est vrai quoi, pourquoi prendre le risque d'éviter qu'ils fassent cours à une classe vide. C'est tellement plus sympa de faire venir des industriels renommés pour leur annoncer au dernier moment que, oups, on a fait une erreur, les petits nétudiants sont pas là ! Mais vous n'auriez aucun problème à revenir plus tard n'est-ce pas !
  • Certains de mes adorables collègues de bureau (si si, je vous jure, ils sont adorables), quelques peu têtes en l'air, viennent de se rendre compte qu'ils ont des soutenances de stages à organiser pour cette semaine et personne pour constituer leur jury et devinez un peu qui vient de se récupérer les soutenances à faire (donc les rapports à lire) !
  • On est à une semaine de la rentrée scolaire et c'est officiel. Super Nanny nous quitte le 1er septembre au soir et part découvrir les joies de la vie londonienne et je n'ai absolument personne pour la remplacer après pourtant 3 mois de recherche (respire à la Puce, respire !).
  • C'est toujours les vacances et pourtant, Gargamel commence déjà à hurler qu'il veut rester à la maison avec papa, maman et Azraël et qu'il ne veut ni l'école, ni l'hôpital de jour ni Super Nanny (ça, c'est parce qu'il espère que papa et maman le laisseront jouer toute la journée sur sa tablette).
  • Azraël, lui, ne cesse de paniquer à l'idée de changer de maîtresse et qu'elle ne soit pas super hyper méga gentille et puis il a rien dans la tête et tout oublié et il va bientôt se transformer en âne (mais qui a eu l'idée de le laisser regarder Pinochio, hein, je vous le demande) et moi, je dois le rassurer pratiquement tous les soirs.
  • Le taxi qui gère leurs déplacements est toujours en vacances et ne m'a bien sûr toujours pas confirmé que le planning était bon pour la rentrée. J'aurais donc la surprise le jour J. Yahouuuuuuuu !
  • La psychomot est elle aussi toujours en vacances et ne m'a donc toujours donné ni les heures, ni les jours, ni la fréquence des séances d'Azraël ce qui simplifie considérablement mon organisation pour la rentrée scolaire n'est-il pas ?
  • Et, cerise sur le gâteau, Chéri est en train de me faire un Burn out pas piqué des hannetons, au point qu'il envisage sérieusement d'entamer une carrière de père au foyer et de nounou à domicile pour les monstros. Seule restriction, non, je les emmènerais pas à la piscine, j'aurais trop honte en maillot de bain (oui, Chéri est très très pudique). Et ça, quand on connaît Chéri, on peut mesurer à quel point il n'en peut vraiment plus de son boulot.

Et au milieu de tout ça, il y a moi, qui m'accroche désespérément à mon filin de sécurité, le fil ténu mais parfois au combien solide de l'espoir, pour ne pas sombrer définitivement au fond du gouffre. Parce que quand il va lâcher le filin, ben ça risque fort de pas être beau à voir !

Mouais, je sais pas pourquoi, mais je la sens pas super bien cette rentrée !

Posté par reyhaziel à 22:37 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

lundi 21 août 2017

A vous rendre fou - le retour

Le retour oui, mais pas du téléphone. Pour ceux qui auraient raté l'épisode 1, un bref (si si, je vous jure) résumé. L'iphone de Chéri est tombé en panne il y a plusieurs mois : blocage total suivi d'une surchauffe à se faire griller des saucisses dessus avant un retour inexpliqué à la normale. Mais comme il était encore dans sa 2ème année de garantie, j'ai voulu le faire réparer. Et là, début des ennuis, un problème de géolocalisation qui n'aurait pas été défaite, un téléphone pas réparé et oublié dans un coin pendant 1 mois sans prévenir personne, Apple et Darty qui se renvoient la balle sur les responsabilités de chacun et moi au milieu passablement excédée.

Au final, après avoir perdu mon sang froid et une bonne demi-journée, la géolocalisation a été désactivée chez Apple et le téléphone est reparti en réparation chez Darty. Tout ça, c'était avant les vacances et depuis, pas de nouvelles.

Alors forcément, la date limite de réparation étant dépassée, je suis allée aux nouvelles. Et devinez un peu ce qui s'est passé.

Bonjour, j'aimerais savoir où vous en êtes de la réparation de mon téléphone.

Attendez je regarde. Tenez, le voilà. Vous pouvez repartir avec.

Euh, attendez un peu là. Vous avez fait quoi dessus ? C'était quoi le problème ?

Ah ben je sais pas. On va regarder. Ah, ils ont rien fait. Vous avez pas enlevé la géolocalisation.

Gargamel, Azraël, vous bougez plus. Maman doit s'expliquer avec le monsieur là

(et oui, les monstros étaient avec moi ce jour-là)

Bien, vous vous foutez moi là je suppose.

(pardon Gran Mom, ta fille oublie la politesse quand on lui prend un peu trop le chou)

Mais non madame voyons.

On va faire court alors et vous m'appelez tout de suite le responsable du magasin.

Bonjour madame. Il y a un problème ?

Oh oui, il y a un problème. C'est la seconde fois que mon téléphone part en réparation chez vous, revient sans que rien ne soit fait parce que la géolocalisation n'est soit disant pas enlevée et que personne ne nous prévient de rien.

Ah mais madame, c'est qu'il faut enlever la géolocalisation.

Ça a été fait. Par vous, puis par les techniciens de chez Apple. Et contrôler avec votre fichue notice.

Mais vous avez fait ça directement sur le téléphone. Il faut le faire par internet.

On a fait les 2 cher monsieur. De toute façon, si les techniciens de chez Apple savent pas le faire, je me demande qui saura.

Euh oui bon mais vous voulez qu'on fasse quoi madame ?

Ben que vous répariez mon téléphone

(non mais franchement, si elle est pas con sa question !)

Oui et bien on va le renvoyer au SAV. Vous l'aurez dans 3 semaines.

Ah oui, vous le renvoyez comme ça. C'est tout.

Ben oui pourquoi ?

Non parce que là, il va revenir à nouveau pour problème de géolocalisation et ça va recommencer et j'en ai un peu marre de perdre mon temps. Donc vous allez être gentil et inscrire noir sur blanc sur la fiche que Apple s'est chargé d'enlever la géolocalisation, que tout ce que vous demandiez a été fait et que si ça ne leur suffit pas, ils se débrouillent avec. Mais qu'il est HORS DE QUESTION que ce téléphone soit renvoyé pour problème de géolocalisation.

Ah euh oui, ce serait peut-être mieux

(tu m'étonnes !)

Euh, ce sont vos enfants ?

Oui

Ils font quoi là ? Parce que c'est peut-être pas très prudent. Faudrait qu'ils se calment.

Certes. Mais vous voyez le grand est autiste et le petit hyper actif et moi, ça fait plus de 3 mois et 2 déplacements que j'attends que vous répariez mon téléphone alors s'ils veulent jouer à la balle dans le magasin, ben vous allez gentillement faire avec !

Eh oui, quand j'ai l'impression qu'on se fiche de moi et qu'en plus on me fait poireauter au SAV, j'ai pas vraiment envie d'être sympa et de faire la guerre aux monstros pour qu'ils se tiennent tranquilles et ne fassent pas de bruits. Je sais, c'est méchant et c'est mesquin mais bon, honnêtement, ils le méritaient bien chez Darty (en plus, il n'y avait pas un chat dans le magasin ce jour-là sinon on serait pas resté alors à part les employés, les monstros ne dérangeaient pas grand monde).

Alors voilà, le téléphone est reparti pour la 3ème fois. Reste à espérer que ce sera la bonne cette fois. Imperturbable, le monsieur du SAV m'a conseillé de surveiller régulièrement le suivi des réparations sur internet parce que les sms je suis désolé mais c'est pas vraiment fiable qu'il m'a dit (non sans blague, je m'en étais pas rendue dites donc). Et qu'il faudrait aussi que j'appelle le technicien aux services techniques pour m'assurer que tout est bien fait. En gros, que je fasse leur boulot quoi !

Allez, la suite à la rentrée, quand je l'aurai récupéré pour la 3ème fois. Peut-être même que ce coup-ci, il sera réparé. On y croit !

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 18 août 2017

Les bons mots d'Azraël - tome 13

Au fil de ce blog, j'ai souvent dit d'Azraël qu'il était une véritable mitraillette à paroles. Quelque part, heureusement, parce qu'avec son trouble du langage, si en plus on avait du mal à lui faire desserrer les dents, ce serait pas cool ! Mais je me suis souvent demandé pourquoi diable il passait son temps à parler, à nous interrompre ou à poser des questions sur tout, sur rien et surtout sur des histoires qu'on a déjà vu ou lu 100 fois. Du coup, il te la pose 100 fois aussi sa question et à la 101 fois, t'as une furieuse envie de lui balancer le livre ou la télécommande dans la chetron. Oui parce que la graaaaande spécialité d'Azraël, c'est pas d'attendre la fin du truc pour te poser ses questions, non non. Rends toi compte, t'aurais une chance de suivre l'histoire sinon. Non Azraël pose ses questions au fur et à mesure, de préférence pile à propos du dialogue qu'il est en train de t'empêcher de lire ou d'écouter.

Bref, j'arrivais pas à comprendre cette façon de fonctionner mais maintenant, je sais, j'ai tout compris grâce à cette édifiante conversation en voiture sur le chemin de l'orthophoniste (c'est fou le nombre de trucs qu'Azraël peut t'expliquer en voiture mais faut dire aussi qu'il a toute latitude de parler à ce moment là surtout que tu peux pas vraiment te débiner en plus). Ce jour-là, j'avais les 2 monstros dans la voiture et Gargamel chantait pour la nième fois la chanson de Sonic (non non, inutile de demander un extrait, j'ai pitié de vous).

Rhaaaaa, il m'énerve Gargamel !

Qu'est-ce qui t'arrive Azraël ?

C'est Gargamel ! Il m'énerve ! Il fait trop de bruit !

Pfffpfffpfffpfff

(une Puce qui essaie désespérément de ne pas pouffer de rien et qui échoue lamentablement)

Maaaiiiiiis, c'est pas drôle maman !

T'as pas un peu l'impression que c'est l'hôpital qui se moque de la charité là. 

Ça veut dire quoi ?

C'est quand on reproche aux autres des choses qu'on fait soi-même.

Mais je crie pas moi !

Oui, mais tu fais trop de bruit aussi.

Alors faut que je parle comme ça

(dis en chuchotant)

Non Azraël. Il y a plusieurs façons de faire trop de bruit.

Je comprends rien.

Ben imagine que je suis en train de regarder un film et toi tu me parles. Pas fort, normalement simplement. Mais tu parles, tu parles, tu parles tout le temps. Et du coup, ben j'entends rien au film. Tu vois là, tu fais trop de bruit. A parler sans arrêt.

Je fais trop de bruit quand je parle tout le temps ?

(d'un ton quelque peu étonné)

Ben oui

Oui mais maman, tu comprends, je peux pas m'empêcher de parler. Parler ... c'est ma vie !

 

Allez savoir pourquoi, ce jour-là, je suis arrivée hilare chez l'orthophoniste. Y des jours comme ça !

gif23

Ah d'accord, c'était donc ça l'explication !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mardi 15 août 2017

Défi Couture Adulte - 2 : Globe-trotter

Il faut croire que, pendant que je m'épuisais à gratter consciencieusement Azraël à Oléron pour cause de lucite estivale (non mais c'est vraiment une cochonnerie ce machin), ma chère petite horde démoniaque s'offrait des vacances dans les plans infernaux histoire de refaire le plein d'énergie (et peut-être même apprendre quelques nouvelles techniques de possession). En tout cas, c'est l'unique explication que je trouve à l'explosion d'activités pâtisseresques et couturesques qui s'est produite à peine les valises déballées. Ah ça, je vais en avoir des trucs à vous montrer avec Couturus qui a réussi à me scotcher à ma machine tous les soirs depuis notre retour (mais ce sera pas encore pour tout de suite). Et visiblement, c'est pas fini. Le pauvre doit être en manque de câlins avec sa Milady chérie. Pensez donc, 15 jours loin d'elle sans pouvoir la toucher, même pour un démon, c'est dur !

D'ailleurs, il avait dû prévoir qu'il serait en manque, le Couturus, vu la pression qu'il m'avait mis pour multiplier les projets avant de partir. Mais bon, je ne lui en veux pas. Etre amoureux comme ça, à son âge, c'est beau quand même ! Et puis il a été sympa parce que, dans son orgie couturesque pré-vacancière, il a pensé au traditionnel cadeau d'anniversaire fait maison que je prépare toujours pour Chofie, talentueuse couturière, blogeuse assidue et grande défendresse de la science tout comme moi (même si on bosse pas vraiment dans le même domaine mais on s'en fiche, la science, c'est beau et pis c'est tout).

Cette année, pour réaliser son cadeau, j'ai été inspirée par le nombre impressionnant de congrès où elle et l'Homme ont dû se rendre pour faire progresser la recherche scientifique (oui, son mari est aussi un chercheur émérite). Il faut dire que moi, à cause des contraintes liées à Gargamel principalement, j'aurais plutôt tendance à éviter les congrès et autres séminaires comme la peste (et que les rares fois où je peux partir, j'ai l'eurostar qui fait des siennes ou les attentats qui annulent mes déplacements). Bref quand j'ai vu le sac Week-end du livre Mes jolis sacs mais pas que ... d'Hélène Mora, j'ai tout de suite su que je lui en coudrais un. Au départ, j'avais prévu de n'utiliser que des tissus de mon stock, histoire de le faire diminuer et d'avoir une bonne excuse pour me ruiner pendant les soldes, mais j'ai vite réalisé que ce ne serait pas possible. Ben oui, un sac de ce type, il faut quand même le faire dans un tissu un minimum résistant et cotonnade et Liberty, c'est pas forcément le plus indiqué. Alors j'ai bien farfouillé dans mes placards et mis de côté une énorme chute d'un tissu américain que j'adore mais dans lequel je n'ai jamais été fichu de coudre autre chose que des accessoires parce que je n'arrive pas à visualiser un quelconque vêtement dedans? J'en ai tout un tas des tissus comme ça dans mon stock. Je craque sur le motif et quand je l'ai, ben je sais pas quoi en faire. Et comme en plus, ils sont trop beaux, je mets des mois avant de me décider à couper dedans parce que bon, pour un accessoire, c'est gâché quand même non, je vais bien finir par trouver un vêtement à coudre dedans non mais quelle idée il a eu de me faire acheter ce truc ce fichu Couturus à la fin ! Ça vous arrive jamais à vous ? Si ? Ah ben vous avez sûrement un Couturus à la maison aussi alors. Bref, ce tissu, ce serait pour doubler le sac. Puis je suis allée à la maison d'Ursule me procurer un morceau de tissu résistant pour l'extérieur.

Et devinez quoi ! J'ai trouvé un très beau tissu d'ameublement à motif un peu géométrique dans les tons .... ben bleus pour changer. Ah ça, que voulez-vous, on ne se refait pas. Après quelques soirées de boulot, j'ai obtenu un joli sac dont les dimensions devraient en faire un parfait bagage cabine.

IMG_1515

IMG_1506IMG_1514

Une fermeture à glissière pour ... ben le fermer quoi !

IMG_1512IMG_1507

Des poches latérales et des anses assez grandes pour le porter à la main ou sur l'épaule.

IMG_1513

Un joli tissu vert à hiboux bleus signé Robert Kaufman pour la doublure intérieure.

Bien évidemment, une fois le sac achevé, il me restait encore du tissu d'ameublement et de la doublure. Parfaitement inadmissible ça ! Tout à fait scandaleux même ! Pensez donc, encore des chutes alors que mon sac de chutes déborde déjà. Il fallait faire quelque chose. Heureusement, une fois de plus, tel un chevalier blanc (à l'odeur quelque peu sulfureuse quand même), Pinterestus est venu à la rescousse. Afin d'utiliser mes chutes, il m'a dégoté des petits accessoires tout simples (ou presque) à faire dans l'esprit Globe-trotteur : une pochette de voyage où ranger billet de train ou d'avion, passeport ou autres papiers, une petite pochette origami pour ranger cartes d'identité ou autres et un joli porte-monnaie toujours dans l'esprit des origamis.

IMG_1517

Toutes les pochettes pliées

IMG_1518

puis ouvertes

Pour la pochette de voyage, je me suis inspirée de celle du blog "Etpuisd'abord" et j'ai créé mon propre patron à partir des photos du site. C'est donc forcément l'accessoire qui m'a demandé le plus de travail.

IMG_1521IMG_1522

La pochette de voyage : intérieur et extérieur

Pour les autres, c'était nettement plus facile car j'ai simplement récupéré les tutos et patrons tout prêts de Lililudi et de La mercerie de l'étoile. Les tutos sont plutôt bien faits (même si on s'interroge quelques minutes sur le sens des pliages pour le porte-monnaie) et ces 2 projets ne présentent vraiment aucune difficulté technique et sont parfaits pour des débutants.

IMG_1523IMG_1525

Porte monnaie origami : le volume intérieur est obtenu par un jeu de pliage. 

IMG_1528IMG_1529

Pochette origami en Liberty

IMG_1535 

A l'intérieur de la pochette, un jeu de pliage permet d'obtenir 2 poches sans découpe ni couture.

J'avoue que je suis plutôt contente de moi sur ce projet. Heureusement d'ailleurs que je pars très très peu en conf parce que sinon, j'aurai bien été capable de garder tout ça rien que pour moi. Cerise sur le gâteau, vu que ce projet était destinée à une adulte, il me permet de valider ma participation au défi Couture adulte de L'arbre à sucettes. Et peut-être même que, si j'ai la chance que les monstros me laissent respirer 5 mn, je vais pouvoir rattraper mon retard de mail et aller jeter un coup d'oeil aux réalisations des autres participantes.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 9 août 2017

La brioche tressée pour les nuls !

Houla houla, mais ça fait des siècles que je vous ai promis des recettes de brioches testées et validées par l'ensemble des Inferno (et accessoirement une bonne partie de mon labo). Heureusement pour vous (et malheureusement pour moi), nos vacances oléronnaises sont terminées et, pour la plus grande joie de Pâtissus, j'ai retrouvé le chemin de mon four et de D'artagnan, ce qui m'a permis de prendre plein de photos pour vous aider à réaliser une superbe brioché tressée inratable. Attention toutefois, si c'est une brioche au bon goût de beurre frais que vous voulez, passez votre chemin et attendez mes prochains posts sur le sujet. Cette brioche là est faite pour épater la galerie, avec une plastique à faire pâlir d'envie un top modèle, mais n'a rien à voir avec les briochettes pur beurre de votre boulanger.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_346 

Alors, elle est pas glamour ma brioche !

La recette que je vous présente aujourd'hui, je l'ai trouvé sur Cuisine de GUT et comme souvent pour les pâtes levées, j'ai changé en partie la façon de procéder. Mais pourquoi que j'me fatigue à changer la façon de faire pour une recette qui a l'air de fonctionner, et ça sans même me donner la peine de tester la méthodologie d'origine vous demandez-vous ! Mais pour 2 raisons très simples. D'abord, parce que quand j'ai commencé la pâtisserie, je n'avais pas de robot donc je faisais tout à la main. Et quand on doit tout faire à la main, on aime quand c'est simple et pas trop long (et pas trop fatigant non plus si possible). Sinon, avec les pâtes levées, on finit avec des épaules de camionneur je vous le rappelle. Ce qui m'amène à la seconde raison : je suis une énoooorme FAINÉASSE ! Si si, j'ai pas l'air comme ça mais en pâtisserie, moins je peux en faire et mieux je me porte. C'est vrai en général (et encore plus pour les pâtes levées qui demandent un long pétrissage) et si je peux squizer une étape, ben j'aime autant vous dire que je ne vais pas me gêner. Alors quand j'ai lu la recette de Gut et que j'ai vu le nombre d'interruptions pour rajout d'ingrédients, avec la levure déshydratée incorporée sans la moindre réhydratation (et ceux qui me suivent savent ce que je pense de la chose sinon ils peuvent se rafraîchir la mémoire par ici), j'ai tout de suite décidé de simplifier tout ça.

Alors je sais, j'ai l'air de critiquer et tout et on se demande ce qu'elle a de bien cette fichue recette finalement. Ben plein de choses en fait. D'abord, la texture de la pâte. Elle ressemble fortement à une pâte à pain au lait ou à pain brioché, plutôt légère en beurre ce qui explique que cette brioche tressée soit facile à réussir (pour rappel, plus la pâte est riche en matière grasse, plus elle est dure à faire lever). Elle est donc peu sucrée mais reste bien moelleuse à l'intérieur après cuisson, avec une mie légère et filante (pour ceux qui connaissent pas le terme, la mie semble former des fils quand on rompt la brioche).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_34e

Là, vous les voyez les fils ?

Et avant cuisson, cette pâte est suffisamment ferme pour être travaillée facilement. On échappe ainsi aux étapes de réfrigération généralement nécessaire pour pouvoir tresser la brioche. Encore mieux, elle gonfle très bien et ne s'effondre pas sous son propre poids lors de la levée. Pas de top modèle anorexique donc mais une brioche aux courbes voluptueuses et tentatrices. Bref, cette pâte est parfaite pour réussir une tresse magnifique qui laissera pantois vos invités et les fera littéralement baver d'envie (prendre alors garde à ce que la brioche soit suffisamment éloignée pour ne pas finir détrempée et perdre nettement côté glamour). Non sans rire, la première fois que j'en ai apporté une au labo, tout le monde croyait que je l'avais acheté chez le boulanger tellement qu'elle était belle et qu'elle sentait bon.

Ensuite, la technique de cuisson avec son démarrage à froid. Absolument génial en cas de brioche pétocharde qui aurait des velléités de se dégonfler face à un four débordant d'une passion brûlante.

Enfin, car si les stars aiment se faire désirer, perso, j'aime pas trop attendre, un temps de levée relativement réduit pour ce type de brioche (2h environ au total) ce qui permet de la faire sans stress en début d'après-midi pour le goûter. Et on peut alors la déguster directement à la sortie du four (ou presque) et franchement, c'est top ! 

Niveau gustatif, elle est bonne mais pas transcendante (et le premier qui dit le contraire est un vilain menteur) ce qui est parfaitement normal vu qu'elle est pauvre en beurre. Ben oui, chacun sait que la meilleure brioche, c'est celle où il y a quasiment autant de beurre que de farine, qui te fond sur la langue et se suffit largement à elle-même. Mais avantage de son inconvénient, elle peut soit se manger telle quelle (vu qu'elle est quand même légèrement sucrée), soit en tartine car elle se tient parfaitement après découpe. Gargamel en est fou avec du nutella maison et Azraël l'adore avec un peu de confiture de fraises. C'est la brioche que je recommanderais pour le petit déj ou le goûter accompagnée d'un chocolat chaud ou toute autre boisson où lui faire faire trempette. Oui parce que mon honnêteté foncière m'oblige à préciser que, sans un liquide quelconque d'accompagnement, vous risquez fort de finir à la une du 20h pour avoir fait trépasser par étouffement l'ensemble de vos convives. Bon ok, j'exagère un chouia, mais un chouia seulement.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_34b

Allez, trêve de blabla. C'est parti pour la recette.

La brioche tressée pour les nuls tellement belle qu'Adriana Karembeu peut aller se rhabiller (permettant que couper une vingtaine de tranches de 1 à 2 cm d'épaisseur)

  • 250 gr de farine T45 
  • 100 gr de lait + un peu pour la dorure
  • 75 gr de beurre bien mou coupé en petits morceaux
  • 40 gr de sucre en poudre
  • 1  oeuf entier + 1 jaune pour la dorure
  • 6 gr de sel
  • 1 sachet de levure déshydratée (sans faire de pub, j'utilise des sachets de 8 gr de levure de boulanger Vahiné équivalent à 24 gr de levure fraîche)
  • Sucre en grains pour la déco

Dans un petit bol, on met le lait à tiédir 20 secondes au micro-onde puis on y verse la levure (on s'assure avant que le lait est bien tiède) pour qu'elle se réhydrate pendant une dizaine de minute. Astuce : quand la levure remonte en paquet à la surface du lait, c'est qu'elle est suffisamment hydratée. Mettre le four à chauffer en position étuve (position étuve, décongélation ou autre, il faut simplement que la température dans le four reste comprise entre 25°C à 50°C).

IMG_0659IMG_0664

La levure bien hydratée qui remonte à la surface du lait et la pâte bien pétrie qui se détache des bords.

Dans un saladier, on met la farine, le sel et le sucre. On mélange bien à la cuillère. On ajoute l'oeuf entier préalablement battu et le mélange lait-levure et c'est parti pour 10 mn de pétrissage (manuel ou mécanique). Le but du jeu, c'est d'obtenir une pâte parfaitement homogène et qu'on pourrait presque mettre en boule. On ajoute alors le beurre bien mou petit morceau par petit morceau et on pétrie encore pendant 6 mn au moins. En fait, il faut pétrir jusqu'à ce que le beurre soit parfaitement incorporé et que la pâte se détache des parois du saladier. Si on fait le pétrissage à la main et qu'on est courageux, ne pas hésitez à pétrir jusqu'à 10 mn au lieu de 6. Sortez la pâte du saladier et farinez très très légèrement celui-ci (le but est que la pâte n'attache pas trop pendant la levée). Faire une belle boule avec la pâte que l'on remet dans le saladier. Filmez ou couvrez d'un linge humide et mettre à pousser pendant 1h15 dans votre four transformé en étuve.

IMG_0665IMG_0671

La pâte avant et après la levée. Elle a bien doublée de volume.

Au bout de ce temps, la pâte a largement gonflé. On farine le plan de travail, on y met la pâte, on la dégaze en l'écrasant bien puis on la coupe en 3 morceaux de même poids. On fait des boules avec ces morceaux puis on les transforme en 3 boudins que l'on étire jusqu'à une longueur d'environ 50 cm chacun.

IMG_0672

On dégaze ( je sais, ce n'est pas élégant pour un futur top modèle)

IMG_0673

On coupe en 3 parts de même poids que l'on transforme en ...

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_33d

... boudins (décidément, on est encore très loin du top modèle)

On étale une feuille de papier sulfurisé ou une silpat sur la plaque à pâtisserie qui nous servira à cuire la brioche et on y dispose nos 3 boudins en les soudant à une extrémité. A ce stade, il est en effet important de se placer sur la plaque servant à la cuisson car il ne faudra plus manipuler la brioche après sa seconde levée sous peine de voir notre future reine de beauté perdre ses courbes voluptueuses durement acquises et tendre vers le top modèle squelettique. Une fois en place, on va pouvoir commencer à tresser nos boudins, exactement comme on le ferait avec des cheveux. On rabat donc par dessus le boudin central un des boudins latéraux puis l'autre en alternance. On fait attention à ne pas tresser trop serré car il faut penser que ça va encore gonfler.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_33eUNADJUSTEDNONRAW_thumb_33fUNADJUSTEDNONRAW_thumb_340

Et on commence à tresser.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_341

On laisse un peu d'espace pour que les boudins puissent gonfler tranquillement.

IMG_0686 

Sinon on obtient un truc dans ce genre.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_342

La tresse terminée

Une fois la tresse terminée, on soude les brins de la seconde extrémité puis on rabat les 2 extrémités sous la tresse. De cette façon, on a de jolies finitions (on planque les parties moches quoi).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_343

Et une partie moche de planquée, une !

Il ne reste plus qu'à faire pousser pendant 45 mn en étuve pour la seconde fois. Mais avant ça, vous allez, au choix, pulvériser de l'eau ou badigeonner votre tresse avec du lait. L'objectif est de limiter le dessèchement de la pâte pendant la seconde pousse. Certains préconisent plutôt de placer un linge humide sur la brioche pour cette levée. Perso, ça fait longtemps que j'ai laissé tomber la chose. D'abord parce qu'un linge humide, c'est lourd et que ça freine la montée de la brioche qui tente plutôt à s'étaler qu'à prendre de la hauteur. Et comme chacun sait, un top modèle se doit d'être grand, pas large ! Ensuite parce que mes linges humides à moi doivent pas être comme les autres vu qu'ils se collent systématiquement à mes pâtes. Et ensuite, au décollage, traumatisées par cette séparation après une étreinte longue, torride et fusionnelle, ben mes top modèles poussent de tels soupirs dépressifs qu'elles se dégonflent complètement.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_344

Quand une brioche tressée bien lâche a poussé.

Après 45 mn, votre brioche a pris de l'ampleur. C'est le moment de lui passer sa robe haute couture. On commence par couper son four et ouvrir la porte histoire qu'il refroidisse bien puis qu'on veut faire un démarrage de la cuisson à froid. Puis on sort son jaune d'oeuf que l'on bat avec une cuillère à soupe de lait. On badigeonne alors généreusement mais délicatement (c'est pas le moment de l'effaroucher la pauvre) notre jolie tresse. Afin qu'elle brille de mille feux sur le podium, on la parsème de centaines de diamants. Bon, si on a pas de diamants sous la main, on pourra se contenter de grains de sucre, ça marche aussi (et il paraîtrait que ce serait plus digeste aussi).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_345

La brioche en habit de lumière

On enfourne le tout sur le second gradin en partant du bas et on allume le four à 160°C chaleur tournante. Avec le démarrage à froid, la brioche va continuer à prendre de l'ampleur en début de cuisson sans risquer le dégonflage que l'on peut parfois observer quand on attend trop longtemps pour mettre une brioche ou une pâte levée à cuire. Après 40mn de cuisson, la brioche est cuite et bien dorée. Si ce n'est pas le cas, on la laisse un peu plus longtemps. Si vous avez l'impression qu'elle dore trop vite, vous pouvez mettre un papier alu dessus à mi-cuisson. Dans tous les cas, je vous conseille de surveiller l'état de votre brioche dès 20 mn de cuisson.

Il ne reste plus qu'à la sortir du four et la laisser refroidir sur une grille.

Posté par reyhaziel à 23:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 2 août 2017

Quoi faire à la mer ?

Eh oui, mine de rien, cela fait déjà plus d'une semaine que nous avons rejoins Inferno Gran Mom sur son île et c'est l'heure d'un premier bilan spécial activité de vacances. C'est qu'il y a plein de trucs sympas à faire sur Oléron.

Alors bien sûr, vous allez me dire, quand on va à la mer, il y a forcément le lézardage sur la plage. Eh ben non, chez les Inferno, le lézardage, on ne connaît pas. Déjà, les monstros sont parfaitement incapables de tenir en place alors s'allonger sur une serviette vous pensez ! Même la construction de châteaux de sable est vite barbante pour mes charmants bambins. Mais cette année, on a innové question empêchage de lézardage puisqu'après seulement quelques heures d'xposition, que dis-je, non en fait, après 45 mn d'exposition à 10h du mat par ciel couvert (autant vous dire que, normalement, on risquait pas grand chose), Azraël nous a déclenché une crise de lucite estivale pas piquée des hannetons. Alors pour ceux qui connaissent pas la lucite, ça fait des boutons et boursouflures rouges mais surtout, ça progresse jour après jour et ça gratte à mort ! Chez Azraël, ça a commencé sur le dos et chaque matin voyait une nouvelle zone atteinte. Les épaules, puis les bras, le haut du torse et le visage, le bas du torse et les cuisses, les mains et le reste des jambes et pour finir les zones les plus sensibles et charnues de son anatomie. Bref, que du bonheur !

Bon, que je rassure tout le monde, c'est pas dangereux, c'est pas contagieux et une fois que tous les boutons sont sortis, on est tranquille pour le reste de l'année mais c'est hyper soûlant. Aussi bien pour la personne atteinte qui passe son temps à râler et à se gratter que pour son entourage qui passe son temps à l'entendre se plaindre et à gratter les zones qui ne lui sont pas accessibles (je suis devenue une méga pro de la grattouille qu'on se le dise).

Alors quoi faire quand on est interdit d'exposition solaire et qu'il faut s'occuper pour oublier qu'on veut se gratter ? Et bien d'abord, il y a le mini golf. De 3€ (moins de 8 ans) à 3€50 par joueur et par partie selon l'âge (tarif pratiqué au mini golf de Saint Denis d'Oléron), c'est une petite activité sympa plutôt bon marché. En tout cas, avec Azraël, on a passé un excellent moment à faire nos 18 trous. Le secret d'une partie réussie avec les enfants ? Ne pas être trop regardant au niveau du respect de règles et de la maîtrise de la balle. En fait, c'était la première fois que je voyais quelqu'un jouer au golf comme on joue au hockey mais bon, on a bien rigolé et c'était le principal.

L'an dernier, on avait testé le pilotage de petits bateaux électriques sur plan d'eau. Les enfants ayant adoré, on a récidivé. Le plaisir était toujours au rendez-vous et les monstros n'ont pas cessé de demander à monter encore sur un bateau. Alors pour leur faire plaisir mais changer tout de même d'activité, cette année, on a testé la balade en kayak en mer proposé par Sur une île. Si si, le kayak en mer. Bon d'accord, pas en pleine mer et pas en solitaire (je suis pas suicidaire et même si parfois, j'ai des véléités à me laisser tenter, je ne suis pas encore prête à faire la une des faits divers pour infanticide par imprudence, ou préméditation vu qu'il faut réserver pour cette activité donc la planifier).

Alors c'est quoi le kayak à Saint Denis d'Oléron. Et bien c'est une balade sur un kayak 1 ou 2 places encadrée par un guide qui vous explique comment on manie la pagaie, vous accompagne en kayak monoplace histoire de vous filer un coup de main en cas de problème, vous raconte l'histoire des écluses à poissons du coin et vous montre 2-3 bricoles intéressantes. Si vous n'êtes pas nocive, il vous emmènera là où c'est fun (dans les vagues et les rouleaux quoi, histoire de se prendre une bonne gamelle avant d'apprendre à négocier les dites vagues). Pour nous, c'est-à-dire moi, les monstros et la babysitter, c'était plutôt eaux calmes et échouage sur banc de sable (ouaip, on n'est pas doué que voulez-vous). Bon, je ne sais pas trop comment ça se passe ailleurs (car je suppose qu'on peut faire du kayak un peu partout sur l'île) mais avec Sur une île, c'est super top. Au moment de la réservation, j'avais bien prévenu des handicaps des enfants et le guide-moniteur a été génial. Par exemple, il n'a pas hésité à ralentir son allure pour que Gargamel reste en tête des embarcations parce qu'il crisait sinon, il a pris mon propre kayak biplace en remorque pour que je ne me fatigue pas trop (vu qu'Azraël est le roi de la pagaie qui ne touche jamais l'eau), il a échangé sa place avec la babysitter pour qu'elle puisse s'éclater un peu pendant que Gargamel était aux anges puisqu'il allait super vite avec un pro aux commandes. Et même, même, il a échangé sa place une nouvelle fois pour aller avec Azraël et que je puisse tester le kayak monoplace.

Pour cette activité, il vous en coûtera 2h de balade, 25€ par personne ou 20€/pers à partir de 4 et quelques courbatures au niveau des bras, des épaules et du dos (oui, si vous avez des problèmes de dos ou d'épaule, oubliez le kayak immédiatement). Et si vous aviez prévu de vous laver les cheveux en rentrant, priez pour qu'une bonne âme le fasse pour vous parce que vous aurez du mal à lever les bras pour atteindre votre tête. Mais malgré tout ça, si c'était à refaire, je le ferai sans hésiter. Les monstros ont adoré.

Dernière activité de la semaine, la réalisation d'un vieux rêve d'Azraël, la balade en Rosalie. Vous savez, ces voitures à pédales qu'on ne voit quasiment qu'au bord de la mer et que, quand on est au volant de sa voiture, on voue aux gémonies tellement elles nous cassent les pieds. Et bien après cette expérience, je peux vous jurer que plus jamais jamais jamais, je ne râlerai après une Rosalie. Ce truc est un enfer sur roue. C'est hyper lourd et pas maniable pour 2 sous. Ca freine comme une savonnette sous la douche et c'est tape cul comme pas possible. Par contre, si on veut connaître l'horizontalité d'une route, c'est le top du top. Vous saurez immédiatement si la route est bien plate ou non, même pour un micro angle d'inclinaison vu comment on galère pour grimper le moindre dénivelé. Pour une dizaine d'euros à peine, vous bénéficierez donc d'une petite heure d'agréable torture pour le plus grand bonheur de votre progéniture hilarde et parfaitement reposée vu qu'elle n'arrive pas à atteindre les pédales et n'est donc pas prête de vous filer un coup de main (ou plutôt de pédalier). Bref, une activité mémorable à tester au moins une fois dans sa vie mais pas plus (ah ça non alors !).

Bon allez, c'est pas tout ça mais j'ai un voilier qui m'attend.

Posté par reyhaziel à 23:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,