lundi 30 octobre 2017

Opération Déstockage #8 : Tête de linotte

Il y a un peu plus d'un an et demi maintenant, Hiro, mon super sympathique collègue italien, m'avait convaincu de faire un MOOC avec lui et, pour l'occasion, je n'avais pas pu résister à l'envie de me coudre une garde-robe spéciale portage de micro compatible. Un ensemble de 5 tenues différentes donc.

Pourquoi je reviens là-dessus. Simplement parce que Dulcinéa, la chère et tendre d'Hiro, m'avait fait beaucoup de compliments sur ces tenues et que, du coup, je lui avais proposé de lui coudre une robe si ça lui faisait envie. Je lui avais donc passé une partie de ma patronthèque pour qu'elle fasse son choix, qui s'est porté sur le modèle 19 du Tendance Couture n°21 dans les couleurs présentées sur le magazine, approvisionner le tissu en conséquence et cousu le modèle désiré. Il ne restait alors plus qu'à faire les essayages. Sauf que, complètement débordées toutes les 2, on a mis des mois et des mois avant pour trouver un créneau, créneau annulé au dernier moment et reporté puis reporté puis reporté encore.

Alors forcément, au bout d'un moment, j'ai fait le truc que je ne dois jamais, jamais, mais absolument JA MAIS faire : j'ai rangé la robe ! Et puis il y a 3 semaines, Dulcinéa et Hiro étaient enfin disponibles en même temps que nous pour faire les fameux essayages. Tout s'était décidé très rapidement, le lundi pour le samedi en gros. Pour l'occasion, j'avais préparé un beau gâteau qui attendait sagement dans le congel son glaçage, fait provision de thé et mis le chauffage dans la chambre d'Inferno Gran Mom où il y a un grand miroir pour que Dulcinéa puisse passer la robe sans se geler et s'admirer tout à loisir. Bref, tout était prêt pour l'occasion quand le mercredi, je ne sais pas pourquoi, j'ai décidé de sortir la robe du placard pour lui donner un coup de fer avant le jour J.

Oui, enfin, ça, c'était en théorie parce qu'en pratique, la robe n'a jamais quitté le placard. Ou alors elle n'y est jamais entrée. Je sais pas vu qu'à ce jour, ben je ne l'ai toujours pas retrouvée. Eh oui, j'ai réussi l'exploit de perdre une robe entière, tout ça parce que j'ai pas voulu qu'elle continue à prendre la poussière et que je l'ai rangé ! Vous y croyez vous ? Non ? Ben moi, après avoir retourné tous les placards de la maison, j'ai bien été obligée d'y croire. Et après avoir mis un an (si si, UN AN), pour fixer une date sûre et certaine pour ces fichus essayages, j'étais un tantinet contrariée.

Heureusement pour moi, et pour Dulcinéa, j'avais précieusement conservé les restes de tissus achetés pour la robe : un coupon de 3 mètres de velours ivoire provenant des Coupons de Saint Pierre et un mètre de velours mille raie couleur rouille provenant de Butinette. Si on ajoutait à cela des restes de gabardine noire d'un pantalon d'Azraël, il me restait encore largement de quoi tailler une nouvelle robe et 3 soirées pour la coudre. Impossible ? Que nenni ! Car rien n'est impossible à une Puce déterminée. Après tout, le patron était déjà prêt, mon Karma devait être éblouissant car j'avais même une fermeture éclair parfaite pour ce modèle en stock et j'en faisais une question d'honneur. Résultat, en 2 soirées de torture auditive de ce pauvre Chéri privé de films et de foot, la robe était prête. Allez, quelques photos, au grand désespoir de Madonna qui devrait faire un sérieux régime pour porter cette robe correctement. Ben oui, Madonna au meilleur de sa forme fait un petit 42 alors que Dulcinéa oscille entre le 38 et le 40. Pas de photo portée malheureusement, on n'a pas eu le temps d'en faire.

IMG_1705IMG_1707

Bon, on voit bien qu'elle devrait se mettre au régime Madonna. Elle peut pas remonter la fermeture éclair. Ou alors, c'est parce qu'elle a pas de bras ?

IMG_1706

IMG_1710 

Un gros plan sur le décolleté.

Et comme j'avais encore du temps devant moi (ben oui, il me restait une soirée), j'en ai profité pour coudre la veste assortie, le modèle 22 du même magazine. Normalement, elle aurait dû être réalisée entièrement en velours rouille mais, comme j'avais déjà fait la robe en 2 exemplaires, il ne m'en restait plus assez. J'ai donc réalisé les bandes de poignets et celle du bas de la veste dans la même gabardine noire que la robe. Et finalement, je trouve que cela rend encore mieux.

IMG_1698IMG_1701IMG_1700

IMG_1704

Gros plan sur la bande de poignet.

Avec ces réalisations, j'ai pratiquement liquidé mon coupon de velours ivoire, mon reste de gabardine noire et totalement fini mon velours rouille. En plus, cela me permet de participer à l'opération Déstockage de Ta'Thilde. Et surtout, j'ai fait une heureuse et ça, ça n'a pas de prix !

Posté par reyhaziel à 23:12 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


vendredi 20 octobre 2017

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 1

Euuuh, Couturus ?

Ouiiiii ?

C'est quoi ce truc que t'as mis sur les fesses d'Azraël ?

Ben un pantalon pourquoi ?

Un pantalon ? Ça ? Un sac à pattes oui !

Un sac peut-être, mais un Victor !

Ah la la, sacré Couturus ! Il a la mémoire courte le pauvre. Je me demande parfois s'il n'a pas encore moins de neurones fonctionnels que moi (ce qui se réduirait vraiment à pas grand chose quand on pense à l'unique encore en état de fonctionnement que je possède). C'est qu'il les cumule en ce moment. Rendez-vous compte : il a réussi à perdre une robe en cours de réalisation (oui oui, une robe entière mais je vous raconterai ça bientôt), à oublier qu'il devait participer à un défi couture et choisi de coudre en express un petit quelque chose pour le dit défi en oubliant de le coudre une taille au dessus et pas 2 !

Ce défi, rendez-vous avec Victorc'est celui d'Elisabeth du blog le chat et la marmotte. Car Elisabeth, non contente d'être la reine incontestée toute catégorie du recyclage de vêtements (c'est absolument dingue ce qu'elle arrive à faire, vraiment !) est une fan du magazine La maison Victor et elle nous a mises au défi de coudre un modèle issu de ce magazine tous les 2 mois. Vi vi, tous les 2 mois seulement, ça doit être son côté marmotte (pitiéééé Elisabeth, te fâche pas, c'est une blaguuuuuue !).

Pour le 20 octobre, il fallait donc réaliser un joli vêtement en couture ou en tricot, au choix, puisque le magazine propose les 2 types de réalisations. Bien sûr, comme à son habitude, Couturus a planifié tout ça fort longtemps à l'avance, repérant modèle, tissu et fournitures, passant commande immédiatement pour tout recevoir dans les temps et établissant un calendrier de réalisation pro-réactif glissant en cas de problème avec réunions d'avancement pré-programmées et café et petits gâteaux intégrés. Naaan, je blague ! En fait, si Elisabeth ne nous avait pas gentillement rappelé l'échéance mardi, Couturus n'y aurait pas pensé un seul instant. Et comme il ne m'avait jamais jamais jamais prévenue qu'il comptait participer, fallait pas qu'il compte sur moi pour y penser à sa place (c'est quoi, c'est que j'ai toujours mon problème de fond de robe à résoudre moi!) . Il ne lui restait donc plus qu'à coudre un truc en 2 jours. Une chance pour lui, si je ne couds pratiquement jamais du Victor, ça m'arrive quand même de temps en temps. C'est comme ça qu'Azraël s'est retrouvé l'heureux propriétaire d'un short Cyriel (Maison Victor mai-juin 2016) transformé en pantalon qui pique les yeux, un modèle qui lui a fait un long usage contrairement à la plupart des pantalons que j'ai pu lui coudre jusqu'à présent. Un petit détail qui aurait dû lui mettre la puce à l'oreille au Couturus soit dit en passant.

Ce pauvre Azraël manquant cruellement de sacs à pattes de pantalons à sa taille, mon petit démon couturier a donc sauté sur l'occasion et vu la vitesse actuelle de pousse du monstros, il a décidé de coudre le biniou une taille au dessus de sa taille actuelle pour qu'il puisse le mettre plus longtemps. Mouais, une taille au dessus. Tu parles ! L'idée aurait peut-être été bonne si le patron n'était pas déjà prévu à la base pour satisfaire 2 statures à la fois (genre 146/152 ou 158/164) et qu'il n'était pas également prévu à l'origine pour faire un short large. Résultat, un truc dans lequel mon monstros bien en chair semble avoir la taille crevette. En contre-partie, il est imbattable niveau confort, d'autant qu'il est cousu majoritairement dans un tissu à sweat bleu marine tout doux et quelques touches de jersey contrastant pour .... ben le contraste ! En bref, je ne saurais trop conseillé à celles qui voudraient transformer ce modèle de short en pantalon de réduire fortement l'ampleur des jambes en plus de les allonger histoire d'avoir un meilleur seyant.

IMG_1715

Devant

IMG_1722 

Dos

Techniquement parlant, les schémas du magazine sont assez clairs et le modèle se coud tout seul (ou presque). J'adore le système de poche en un seul morceau qu'on plie pour former le devant et le fond de la poche. Ça limite les coutures et les pièces à couper et quand on est pressé, c'est le pied ! Le dos du pantalon est bien conçu et couvre bien les reins ce qui n'est pas le cas de tous les modèles. Et avec ses empiècements, il permet de jouer sur les tissus ou la pose de passe-poils pour le personnaliser.

IMG_1716

Taille élastique bien pratique

IMG_1721IMG_1720

Fausse braguette et jolies poches

IMG_1723 

Empiècements dos

La fausse braguette est enfantine à réaliser et la taille entièrement élastiquée en fait un modèle idéal pour le plus jeune âge, les psychorigides du jogging et les gros fainéants. Ceci dit, je reprendrais le patron avant d'en coudre un autre parce que bon, quand même, là, il va lui en falloir du temps et des litres de crème glacée avant de le remplir ce futal au Azraël !

IMG_1724

Non, j'ai pas ajouté un gros bouton qui sert à rien, c'est un reflet

!IMG_1725

Et un nouveau pantalon de valider par son heureux propriétaire !

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 17 octobre 2017

Les bons mots d'Azraël - tome 14

Ce que j'adore avec Azraël, c'est qu'il n'hésite jamais à te demander le sens des mots qu'il ne connaît pas. Bon, ok, des fois, ça m'agace quand c'est la 12ème fois qu'il te demande le sens du même mot et que tu sais parfaitement qu'il le fait exprès. Mais quand même, c'est chouette. Et parfois, tu te rends compte qu'il en connaît que tu lui as jamais appris et que t'aimerais bien savoir d'où il le sort celui-là.

Dis maman, ça veut dire quoi "passa" ?

Hein ?

Là, dans le dessin animé. Elle dit qu'il va être installé comme un "passa".

Pas un "passa", un pacha. Et être comme un pacha, ça veut dire qu'on est bien installé, qu'on ne fait rien et qu'on se fait servir.

Ah d'accord.

Et un peu plus tard, Chéri installe Azraël sur son réhausseur dans la voiture.

Voilà Azraël, t'es bien installé. Un vrai Pacha !

Mais enfin papa ! Je suis pas un Pacha, moi, je suis un glandeur !

Mouahahahaha mouahahahaha

( Puce hilarde qui n'arrive pas à se retenir de rigoler)

Euh, il a dit quoi là ?

(du ton de celui qui n'arrive pas à croire qu'il a bien entendu ce qu'il a entendu)

Il a bien dit glandeur.

A ce jour, on n'a toujours pas découvert d'où il tenait ce mot et on a quand même dû lui expliquer qu'il ne faisait pas très bon être un glandeur. Mais bon, en attendant, on s'est bien marré.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 15 octobre 2017

Défi Couture Adulte - 4 : Plagiat

Il y a quelques années, à l'époque où je ne faisais pas encore de couture, j'ai acheté cette robe qui j'adore parce qu'elle a tout ce que j'aime : une taille empire bien placée pour ma stature, une coupe seyante qui met en valeur la courbure de mon dos tout en cachant mon petit bidon, une longueur pile poil au genou et une encolure de forme originale.

IMG_1713

En prime, elle est en jersey hyper confortable. Cerise sur le gâteau, elle est parfaite pour l'hiver ou la mi-saison avec un pull en dessous et pour l'été sans rien (oui, bon, avec un soutif tout de même hein !). Seul petit problème, sa couleur. Ben oui, du gris, en hiver, ça passe. Mais quand il commence à faire beau, avouez que c'est quand même un peu tristounet même s'il y a de petite touche de rouge. Malheureusement, je n'avais jamais réussi à la trouver dans des coloris plus attrayants. Mais ça, c'était avant que Couturus ne s'installe à la maison.

Bon, je l'avoue, au départ, je n'y croyais pas trop mais il m'a convaincu qu'il serait capable de faire un patron à partir de la robe et ça, sans abîmer celle-ci. Et il a tenu parole. Il ne restait plus qu'à trouver des jerseys pour la réaliser. Et ça tombait bien, j'avais justement des chutes dont j'avais hâte de me débarrasser histoire de faire un peu de place dans mon sac à chutes dont un joli morceau de jersey Liberty. Et en prime, ce projet me permettait de participer au défi Mais où est la couture adulte de L'arbre à sucettes.

IMG_1617IMG_1618IMG_1619

Mon jersey multicolore étant très mou, j'ai préféré faire l'encolure en jersey Liberty, un jersey 100% coton avec une bonne tenue et je suis vraiment très satisfaite du résultat. Si la partie bustier est d'un seul tenant, la jupe comprend plusieurs plis ce qui lui donne son seyant à la taille et son ampleur ensuite.

IMG_1622

IMG_1627

Niveau difficulté technique, obtenir de jolis angles bien nets au niveau de l'encolure est un peu délicat à obtenir. Il faut également être un peu soigneux dans la réalisation des plis sur la jupe mais franchement, ce qui m'a donné le plus de mal, c'est de faire le patron sans démonter ni découper la robe d'origine.

IMG_1615

IMG_1613

IMG_1616

Le résultat est à la hauteur de mes espérances. Une robe ayant le seyant et le confort de l'original tout en étant nettement plus colorée. A n'en pas douter, dès que j'aurai de nouvelles chutes de jersey sympa, je m'en ferai une seconde, peut-être ne rajoutant un jeu de découpe aux épaules. En attendant, je sens qu'elle va être beaucoup portée.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 13 octobre 2017

Démolition Puce - 3ème partie (et c'est fini, promis !)

Yes Yes Yes ! Ça y est ! On a terminé ! Les travaux dans la chambre d'Inferno Gran Mom sont finis et ma foi, avec Azraël, on est assez fier du résultat. On a posé la nouvelle moquette ce week-end et j'ai découvert à cette occasion l'existence de certains muscles du corps humain dont je n'avais jamais soupçonné l'existence.

Qui a dit que le bricolage, ce n'était pas du sport mais un simple loisir, hein, qui ? Non parce que franchement, décoller une moquette avec un dessous en mousse qui part en poussière, gratter tout le sol au couteau à enduire pour ôter les restes de la dite mousse, tout aspirer, poser de l'adhésif double face et surtout SURTOUT maroufler à la mimine 20 mètre carré de moquette, je peux vous jurer que c'est du sport. Mes courbatures qui me font grimacer dès que je pose mes fesses sur une chaise peuvent en attester. D'ailleurs, si vous voulez des cuisses et des fessiers en béton, oubliez la salle de sport. Et foncez maroufler la moquette !

En tout cas, on ne pourra pas dire qu'il ne s'est pas investi dans cette opération de rénovation le Azraël car non content de décoller le papier peint, il a insisté pour participer aux travaux de peinture et de pose de cette fameuse moquette. Sans oublier bien sûr la visite guidée en image de cette chambre modèle grand luxe. Promis, on vous fait la visite dans 5 minutes, juste après la leçon de peinture.

Car oui, une fois encore, je vais vous faire profiter de mes découvertes en matière de rénovation. Comme je l'ai signalé précédemment, dans une pièce humide ou en sous-sol, il faut utiliser une sous-couche et une peinture spéciale. Pour la sous-couche, j'avais opté pour une sous-couche pour salle de bain (celle-ci) et je ne regrette pas mon choix. Une seule couche suffit à faire le job. Pas la peine d'en mettre une seconde (contrairement à d'autres marques). Elle est vraiment bien couvrante, sèche rapidement mais se nettoie parfaitement à l'eau. J'ai récupéré mes pinceaux, mes rouleaux et tout mon matos en parfait état après nettoyage. Si j'insiste sur cet aspect, c'est que cela n'a pas été le cas pour la peinture de finition mais on va y revenir. Petite précision sur cette sous-couche, c'est une peinture assez dense et épaisse. Elle présente donc les inconvénients de ses avantages car si une seule couche est suffisante, comme elle est très visqueuse, elle est dure à étaler, tant au pinceau qu'au rouleau.

Première erreur à ne pas commettre, si vous avez besoin de l'appliquer au pinceau, prenez en un à poils courts (1,5 cm pas plus si possible). Parce qu'avec des poils longs (moi, ils faisaient dans les 4 cm parce que j'avais plein de pinceaux et pas du tout envie d'en acheter encore un), c'est bien galère à étirer sur le mur et on passe son temps à passer et repasser le pinceau pour bien tout étaler (j'aurais peut-être dû investir finalement).

Seconde "erreur" : bien choisir son rouleau. Bon, dans les faits, n'importe quel rouleau fonctionne plutôt bien. Au départ, j'avais choisi un rouleau premier prix (dans le genre de celui-ci) mais franchement, c'était pénible. Et avec la peinture de finition, c'était encore pire. Alors, vu que j'allais quand même pas continuer à galérer comme ça, je suis retournée chez mon enchanteur préféré et j'ai dégoté celui-là. Les "poils" sont plus courts (0,6 mm au lieu de 1 cm) et traités au Téflon. Du coup, la peinture très visqueuse accroche moins au rouleau et mieux au mur ce qui la rend plus facile à appliquer (et en prime, le rouleau est plus facile à nettoyer).

Les murs étant fins prêts, il ne restait plus qu'à appliquer la peinture de finition, la fameuse peinture spéciale anti-moisissure pièce humide. En matière de peinture, ce qu'il faut savoir en général, c'est qu'il y en a de 3 types de finition : aspect brillant, satiné ou mat. Si vous optez pour du brillant, sachez qu'il vous faudra des murs nickel chrome, ultra lisses garantis zéro défaut sinon, ce sera la cata. Car l'aspect brillant met en relief TOUS les défauts, même les tout petits petits petits. Par contre, elles sont d'un entretien très facile (genre tu peux lessiver à grande eau sans problème). Les peintures mates, au contraire, permettent de masquer les défauts. Par contre, elles sont dures à lessiver (voir non lessivables). Il faut y penser quand on veut repeindre une chambre d'enfant par exemple (moi je dis ça, je dis rien et c'est pas du vécu de traces de mains pleines de chocolat sur murs blancs qui sont restés marron à vie non non non, pas du tout). Les peintures satinées sont un bon compromis. Elles camouflent pas trop mal les défauts et sont d'un entretien correct. Pour la chambre de Gran Mom, c'est ce type de peinture qu'on a choisi, en blanc pour pouvoir la teinter facilement.

IMG_1654

Selon les volontés de Gargamel, la peinture blanche a donc été teintée en bleu turquoise clair pour les murs, et bleu turquoise un peu plus soutenu pour les fenêtres. A ce propos, pensez que la peinture fonce légèrement en séchant !

Ce type de peinture spécial, contrairement aux peintures intérieures classiques, est encore plus dense et visqueuse que la peinture de sous-couche et là, vous gagnerez vraiment un temps non négligeable avec le bon rouleau pour l'application. Son pouvoir couvrant est très bon mais, comme elle est dure à étirer, sur une surface qui n'est pas impeccablement lisse, il faudra impérativement passer 2 couches pour avoir un beau fini au rouleau (au pinceau, comme on a dû mal à étirer, on en met naturellement plus épais donc je suppose qu'une seule couche pourrait suffire mais par précaution, j'en ai mis 2). Par contre, on n'a ni coulure ni éclaboussure et protéger les sols devient quasiment optionnel. Dernière chose, ces peintures sèchent vite. Certes, c'est cool en ce qui concerne les murs mais beaucoup moins pour le matériel de peinture. Donc ne faites pas comme moi. Dès que vous avez fini les parties au pinceau, nettoyez le ou au moins, mettez le à tremper avant de vous attaquer à la partie au rouleau et réciproquement. J'ai attendu trop longtemps (en me disant que je pourrais avoir des raccords à faire et qu'il ne fallait donc pas nettoyer le matos tout de suite) et la peinture a commencé à sécher. Du coup, impossible de ravoir pinceau et rouleau qui sont devenus inutilisables ! Heureusement que j'en avais en réserve. Si vous prenez la précaution de faire tremper votre matériel dès la fin de son utilisation, pas trop de souci. C'est de toute façon plus dur à nettoyer que la sous-couche mais le matériel reste utilisable après nettoyage.

A noter qu'Azraël a peint son propre mur tout seul comme un grand et qu'il s'en est super bien sorti. La preuve s'il en est que c'est vraiment un jeu d'enfant !

IMG_1652

Le mur peint par Azraël (les 2 couches et même une partie de la sous-couche). Il est beau non ?

Pour la moquette, rien de particulier à dire, ça se pose tout seul. Huuuuum ... Oui .... Vraiment ! Faut la poser tout seul et pas avec un Azraël enthousiaste sur le paletot qui vous la piétine allègrement en plein sur le double face pile à l'endroit où vous n'avez pas encore maroufler. Parce que sinon, ben vous vous retrouvez avec des petits plis fort disgracieux et par forcément récupérables (bon, je vous rassure, on les voit pas trop, surtout si on les cherche pas). A part ce détail, les moquettes d'aujourd'hui sont assez faciles à poser si elles ne sont pas trop épaisses et que vous avez une petite pièce (moins de 20 mètres carré). Dans ce cas, si le dessous est en feutre, on peut même se dispenser de la coller, son propre poids suffit qu'il paraît. Sinon, on met de l'adhésif double face sur le pourtour et tous les mètres en travers de la pièce et c'est bon. Pas besoin d'encoller le sol. Prévoyez un bon cutter bien solide et oubliez les ciseaux (même ceux dit pour moquette). Les lames ne vont pas arrêtés de se coincer, c'est super agaçant.

Et maintenant, le résultat !

IMG_1662 

Tadam !

IMG_1661 

Le coin repos testé et approuvé

IMG_1663

 Le coin rangement

IMG_1665 

Le coin télé et sa vue panoramique

IMG_1666

Le coin toilette de chat

IMG_1672 

Les beaux rideaux faits l'an dernier motif fleurs et mésanges

IMG_1674

IMG_1669

Des stickers motif oiseaux pour une touche de déco en harmonie avec les rideaux.

Il ne reste plus qu'à espérer que tout ça plairait à sa future locataire et vieillira bien (parce que je suis sur les rotules et que je vais pas tout refaire tout de suite). L'an prochain, on s'attaque à la douche !

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 octobre 2017

Pire

Par moment, quand je regarde et que j'écoute Azraël, je comprends pleinement d'où viennent un certain nombre de clichés sur les hommes. Ainsi, la semaine dernière, Sir Azraël s'est enrhumé.

Rhaaaaaa, mamaaaaaaan ! Ça va être la pire journée de ma vie, je le sens !

Ben pourquoi ? Qu'est-ce qui t'arrive ?

Maiiiiiiis, ça fait 3 fois que j'éternue !

Oui bon ben t'es en train de t'enrhumer, c'est pas la mort non plus !

MAIS SI ! Je vais être malade et je vais vomir ! Ça va être horrible !

Eh oh, tu es juste éternué et t'as même pas de fièvre alors on se calme.

Oui, parce qu'il faut savoir qu'Azraël monte très rapidement en température donc honnêtement, même une mère indigne comme moi sait parfaitement que si le sieur Azraël reste à 37,5, c'est qu'il n'a rien ! En tout cas rien qui justifie d'aller chez le docteur et de rester à la maison pour jouer et se gaver de DVD  au lieu d'aller à l'école comme il a tenté de m'en persuader. Et le lendemain...

Rhaaaaaa, mamaaaaaaaaaan ! Ça va être la pire nuit de ma vie !

Qu'est-ce qu'il y a encore Azraël !

C'est horrible ! Je vais jamais pouvoir dormir et je vais vomir !

Ben qu'est-ce qui se passe ?

(un peu inquiète quand même là pour le coup à l'idée d'avoir les mains dans le vomi durant la nuit)

J'ai une narine de bouchéééééééééééer !

...

(gros gros soupir de lassitude)

Azraël, c'est qu'un rhume ! T'as toujours pas de fièvre en plus ! C'est vraiment rien. Allez, tu laves ton nez et tu te mouches et tu dormiras très bien.

Et le mercredi

Rhaaaaaa, mamaaaaaaaan ! C'est la pire journée de ma vie ! J'ai mal au ventre !

(ah tiens, j'ai pas eu besoin de demander ce qu'il avait ce coup-ci, il anticipe)

Vu la façon dont t'arrêtes pas de renifler en avalant de l'air, ça m'étonne pas. Et puis dis moi, t'es allé aux toilettes ce matin ?

Euh non.

Ben lâche un peu tes vidéos et vas-y !

(oui parce qu'après une nuit et une matinée entières sans aller au petit coin, vous, je sais pas, mais moi aussi je commencerai à avoir mal au ventre)

Alors, ça va mieux ?

Oui maman. Dis maman, j'ai encore un peu mal, je peux avoir ma tétine ? Ça irait beaucoup mieux avec

(ah ben voilà ! Je me disais aussi)

Et finalement jeudi soir, à la sortie des classes, Gargamel se précipite vers moi en hurlant MAMAAAAAN (j'adore son enthousiasme, ça fait chaud au coeur, on se sent désirer) et me fait un énorme câlin sous le nez d'Azraël arrivé quelques secondes plus tard et se mettant instantanément à faire la tête parce qu'il n'était pas le premier à câliner maman. Une mauvaise humeur encore renforcée par les ricanements fort peu subtils de Gargamel, trop content d'asticoter son petit frère.

Alors Azraël, ça va ? C'était bien l'école ?

NON ! C'était la pire journée de ma vie !

Ah bon ? Ben qu'est-ce qui t'est arrivé ?

M'en souviens pas. Mais c'était la pire journée de ma vie !

Huuum, t'es sûr que c'est pas plutôt parce que Gargamel vient de t'embêter ?

Sais pas ... Dis maman ?

Oui Azraël ?

On pourrait aller à Gulli Parc ce week-end et inviter mon copain Riri ? Elle serait beaucoup moins pire ma journée et ça irait mieux !

Après ça, comment voulez-vous qu'on n'accorde pas foi au cliché comme quoi les hommes ne sont en fait que des petites natures agonisant à la moindre coupure par une feuille de papier (n'est-ce pas madame Forresti) et de gros comédiens manipulateurs ! Hein ! Franchement !

Posté par reyhaziel à 23:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 5 octobre 2017

Démolition Puce - 2ème partie (et c'est pas fini)

Eh oui, La Puce Damidot est de retour ! Les travaux continuent dans la chambre d'Inferno Gran Mom et comme on pouvait s'y attendre, Bricolus est aux anges tandis que le reste de la clique démoniaque fait la tête (bon Couturus un peu moins que les autres vu que j'ai quand même trouvé le temps de coudre un petit pantalon à Azraël entre 2 couches de traitement).

Bien évidemment, comme je suis une fille hyper sympa, j'ai décidé de continuer à vous faire profiter de mon incommensurable expérience. La suite de ce post s'adresse donc aux billes en bricolage. Eh qui a dit que j'avais chopé la grosse tête ! Alors là, je vous arrête tout de suite, c'est pas ça du tout. C'est jusque que JE suis une bille en bricolage (nan, la FIMO et les ailes de fée ça compte pas, je cause des trucs sérieux là) donc si moi, j'y arrive, vous aussi, c'est obligé !

Comme me l'a fait si judicieusement remarqué Bricolus, c'est bien beau de donner des conseils sur les meilleures peintures pour mettre sur les murs d'une chambre en sous-sol mais si on sait pas comment préparer le dit mur, ça sert pas à grand chose. Alors bien sûr, je peux pas parler en détail de la préparation de surfaces déjà peintes même si je sais qu'en gros il faut les lessiver, les poncer (pas pour enlever la peinture mais pour rendre la surface rugueuse et faciliter l'accroche de la sous-couche) et enfin les aspirer pour enlever toute la poussière du ponçage. Dans mon cas, c'était du papier peint alors on va revenir 5 mn sur les techniques pour décoller le papier peint.

Le papier peint, j'en avais déjà fait (décollage, nettoyage et pose) il y a fort longtemps (plus de 20 ans en fait). Et qu'est-ce que j'avais galèré ! Ben figurez-vous que pour le décollage, les techniques n'ont pas bougé d'un poil ... mais les produits si ! Si vous connaissez bien la nature du mur sous votre papier, que vous aimez le sauna et que vous n'avez pas peur de transformer votre moquette en piscine, la décolleuse vapeur, c'est pas mal. Ceci dit, dans une pièce humide, mal ventillée ou en sous-sol, je conseille pas. Parce qu'une fois le papier enlevé, il va falloir un sacré bout de temps avant que ça sèche correctement (surtout la moquette si c'est ce que vous avez au sol). En plus, dans mon cas, avec des murs dont je soupçonnais le revêtement d'être des carreaux de plâtre ou de placo, j'aurais eu bien trop peur de faire partir le mur en même temps que le papier ! Ceci dit, je n'étais guère plus enthousiaste à l'idée de la seconde solution : le produit pour dissoudre la colle. Car voilà, dans mon jeune temps, j'avais testé et c'était l'horreur. Ca sentait pas bon, fallait badigeonner les murs à l'éponge imbibée, tu t'en mettais partout, ça te coulait jusqu'au dessous de bras à t'en faire des auréoles d'un glamour à tomber et en prime, tu devais quand même gratter comme un malade pour tout faire partir. Du coup, au début, pleine d'enthousiasme, je m'étais naïvement convaincue que, puisque le papier se décollait déjà tout seul du mur, il ne devrait pas être bien dur à enlever et qu'on pourrait se dispenser de tout ça. Alors, avec Azraël, on y est allé à l'arrache (c'est le cas de le dire).

Mouais ! Bof ! Ok, par endroit, là où le tapissier avait en fait été radin sur la colle, le papier partait effectivement tout seul. Mais ailleurs, des nèfles ! Il s'y accrochait à son mur ce fichu papier, une vraie sangsue ! Et malgré mes prières, quelques cierges brûlés et des croisements de doigts à répétition d'Azraël (lequel est persuadé que ça marche à tous les coups depuis qu'on a trouvé une place de parking à l'instant même où il a croisé les doigts à ma demande un matin à l'école), rien à faire. Alors après m'être obstinée tout un après-midi, je me suis décidée à retourner voir les apprentis de mon Merlinou adoré et on est tombé sur un charmant jeune homme (meuh non, son physique ne m'a pas influencé du tout enfin !) qui m'a recommandé un dissolvant pour colle à papier peint. Et franchement, avec Azraël, on était à 2 doigts d'élever une statue à sa gloire tellement on s'est amusé à décoller notre papier ensuite. Alors voilà, je ne suis pas pour faire de pub mais bon, quand on trouve un truc qui fonctionne bien, autant citer la marque, ça peut toujours aider. Le nôtre de dissolvant, c'était le Dissoucol de Quelyd. Un truc vraiment génial, surtout si on suit pas la notice d'utilisation mais les conseils de l'apprenti. Première chose à savoir, produit génial ou pas, décoller du papier, c'est du boulot et selon votre type de papier, ça peut même être beauuuuucoup de boulot. Le pire, c'est le papier lessivable, car il y aura une phase préparatoire pour que tout se passe bien. Si votre papier est donc lessivable, il faudra essayer d'arracher au maximum la couche supérieure du papier, celle qui le rend imperméable. En général, c'est assez facile car le papier a tendance à se dédoubler  (comme les étiquettes collées depuis longtemps sur les produits. On tire dessus et le dessus vient en laissant une fine couche de papier sur l'objet). Sur ce que vous n'avez pas réussi à enlever, faire des rayures (à la brosse métallique ou, comme moi, avec la pointe de votre spatule à enduire). Ça fait pas de miracle mais ça permet à un peu de produit de pénétrer et ça donne une accroche pour mieux enlever la fameuse couche imperméable restante.

Ensuite, on prépare sa solution eau dissoucol (il faut très peu de dissoucol, vous en aurez pour des années ou une maison entière) et là, surtout, on n'y va pas à l'éponge. Non non, pas nécessaire. Tout ce qu'il vous faut, c'est un pulvérisateur. Alors si vous avez un pulvérisateur de jardin, c'est le pied ! Sinon, vous faîtes comme moi, vous recyclez un pshitt de produit à vitre, ça fonctionne tout aussi bien. Et on asperge gentillement son mur. Le gros avantage d'avoir enlever la première pellicule de papier c'est qu'on voit parfaitement l'endroit où on pulvérise. Pas besoin de chercher à saturer le papier en produit. S'il dégouline le long du mur, c'est que vous en mettez trop. On attend quelques minutes (10 à tout casser) et hop, il n'y a plus qu'à décoller un petit coin de papier et tirer et ça part tout seul. Un vrai jeu d'enfant. Je vous raconte pas l'éclate avec Azraël ! En fait, c'est simple, il décollait le papier plus vite que je n'arrivais à vaporiser le produit sur les murs ! Il était même persuadé qu'il avait des pouvoirs magiques et que le papier et le mur étaient ses amis. Un grand moment !

papier decolle toi

 Papier décolle toi ! La force est avec moi !

Bon, vous avez à présent décoller le papier, le plus dur est fait !

danse de la victoire

 On a enlevé tout le papier ! On a enlevé tout le papier !

Hein, comme ça il y a le ponçage ? Mais c'est pas un problème ça le ponçage. Vous n'avez pas de ponceuse ! Ben moi non plus. Et pourtant, j'ai poncé mes 25 mètres carré en moins de 20 mn, y compris derrière les tuyaux qui courent sur presque tous les murs. Mon secret ? L'éponge ponceuse.

eponge-abrasive-3m-228-x-84-mm-grains-moyen-et-fin

Un truc dans ce genre en fait mais il y en a plein de modèles différents selon le type de surface à poncer.

Moi, j'ai pris le modèle grand format pour plâtre et c'était le rêve. On finit couvert de poussière de plâtre mais les murs sont nickels à une vitesse incroyable. Mon seul conseil, poncer le lendemain du jour où vous avez décollé le papier, histoire que les murs soient bien secs. Ça vous permettra en plus de vous débarrasser des réduits de colle ou de papier en même temps. Bien sûr, si votre mur présentait des trous ou des fissures, vous aurez pris soin de les boucher à l'enduit et de laisser sécher ce dernier avant de procéder au ponçage.

Et voilà, il ne vous reste plus qu'à aspirer tout ça pour avoir des murs bien propres. Pour cette étape, je ne saurais trop vous conseiller soit d'utiliser un vieil aspirateur déjà atteint d'un cancer du tuyau et en phase terminale soit de louer un aspirateur de chantier parce que bon, si vous utilisez votre bel aspirateur tout neuf et en parfaite santé, vous risquez fort de le voir contracter une forme agressive de cancer du tuyau, lequel cancer présente les symptômes classiques d'un essoufflement de l'aspiration qu'un asthmatique à côté fait figure de champion d'apnée. Alors certes, l'issue du cancer du tuyau n'est pas nécessairement fatale mais le traitement est long et méticuleux. Comptez au moins 3-4 jours de dépoussiérage/mise en route successifs et changement d'un certain nombre d'organes vitaux (essentiellement des filtres) avant d'espérer une rémission. Et restez convaincu que malgré vos soins attentifs, votre patient ne présentera plus jamais une santé éclatante.

Vos murs sont tout propres ? Ben c'est parfait. Vous êtes prêts pour l'étape du traitement si vous avez à traiter les murs (bon, je vous ai déjà dit quels produits prendre, on va pas y revenir et il n'y a qu'à suivre les instructions sur le paquet) ou pour la pose de la sous-couche. Et sur cette dernière, ainsi que la pose de la peinture, ben ce sera pour la prochaine fois parce qu'elle m'attend justement.

bon a la peinture maintenant

Bon, finie la pause ! Sus à la peinture !

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 2 octobre 2017

Opération déstockage #7 : En toute transparence

Oui, bon ok, je sais, pour le défi de Ta'Thilde, je suis en retard. Mais de publication seulement en fait parce que ma cousette, ça fait 10 jours qu'elle est finie ... finie ? Est-ce bien certain ça ? Huuuum, pas sûr ! Mais que je sois déprimée par le résultat, ça, c'est certain. Et c'est sûrement pour ça que j'ai refusé d'interrompre mes travaux de rénovation pour écrire mon petit post. Mais comme là, faut que j'attende que ça sèche et vu que je commence à surmonter ma déception, ben autant prendre 5 mn pour l'écrire mon petit post.

Mais au fait, c'est du Burda que j'ai cousu, alors je pourrais peut-être participer au défi Burda de Zélie Décousue ! Ah ben non ! Flûte ! Là aussi je suis en retard ! Rhaaaaa, décidément, rien ne va avec cette robe. Oui parce que voilà, ma penderie étant vide et le temps fraîchissant, je n'ai plus rien à me mettre et il me fallait absolument une nouvelle robe ! Comment ça je dis n'importe quoi et mon armoire déborde ? Noooon, pas possiiiiible ! Couturus m'aurait MENTI en affirmant que toute ma garde robe était démodée et donc à renouveler d'urgence, qu'il me fallait IMPÉRATIVEMENT une robe à manches longues, taille haute et en Liberty parce que sinon ce serait la honte, que je ne pourrais plus jamais me montrer en société et qu'il me faudrait rester cacher au fin fond de la Creuse profonde jusqu'à la fin des temps. Ah ben ça alors ! Mais il n'est pas gentil Couturus ! Bon, en même temps, pour un être venu des plans infernaux, c'est peut-être normal et je devrais peut-être arrêté de croire tout ce qu'il me raconte.

Faut dire que depuis le temps qu'on se connaît, j'avais l'impression qu'on s'était apprivoisé et qu'on était presque devenu des copains. Mais visiblement, j'aurai dû me méfier quand ce petit démon couturier m'a poussé à acheter le patron téléchargeable de la Long sleeve Dress modèle 110 du Bruda 11/2016. C'est vrai quoi, j'ai jamais aimé les patrons téléchargeables. Je suis une grosse fainéante de l'assemblage des 10 millions de feuilles A4 nécessaires pour reconstituer le patron. J'aurai dû être interpelée quand, en l'assemblant justement, je me suis aperçue qu'il y avait des pièces en trop appartenant à un autre modèle. Et quand il a passé 3 jours à choisir le coupon de Liberty de mon stock avant de se décider, j'aurais vraiment dû le sentir venir qu'il y aurait un problème. Mais non, j'ai rien vu venir du tout. Pas même quand j'ai foiré mes fronces sur l'empiècement devant. Mais c'est rien qu'il me susurrait le Couturus, ça lui donne du style qu'il disait ! Et puis tu pourras toujours redéfaire plus tard si vraiment ça t'embête.

IMG_1641

IMG_1642

IMG_1643

Madonna, revêtue de la chose !

Mouais, redéfaire plus tard après avoir tout surpiqué ! C'est ça ! Mais vous pensez que j'aurais sorti le matos d'exorciste pour limiter les dégâts ? Que nenni ! Et c'est donc joyeusement que j'ai achevé la robe. Soit dit en passant, elle est classée niveau intermédiaire comme difficulté par Burda et c'est assez bien vu. Une partie du corsage est à doubler et c'est ce qui en fait la difficulté (toute relative tout de même) car pour le reste, ça se coud plutôt bien. Au premier essayage du corsage seul, j'étais même très contente puisque la taille avait l'air de tomber où il faut pour une fois (un détail à souligner car la femme Burda et moi sommes 2 créatures originaires de planètes complètement différentes ce qui fait que nos morphologies n'ont pas suivi du tout la même évolution). Et c'est le coeur en fête que j'ai achevé ma robe, raccourci de 20 bons centimètres l'ourlet (tiens, ça, ça n'a pas changé) et montré toute fière le résultat à Chéri.

Alors, t'en pense quoi de ma nouvelle robe ?

Euuuuh, elle est finie là ?

Ben oui pourquoi ?

(d'un ton légèrement inquiet)

Parce que ça va pas être possible là ! Tu peux pas sortir comme ça

(d'un ton catégorique et sans appel assez étonnant de la part d'un Chéri qui est généralement très content de ce que je couds pour moi)

Ben qu'est-ce qui se passe ?

Ta robe, ben on voit à travers ! TOUT ! Et t'es à peine à contre-jour là avec la lumière du couloir qu'éclaire presque pas. Alors au soleil ....

IMG_1646

IMG_1649IMG_1650

Hé oui, avec le flash, on voit pas du tout que c'est transparent ! Et pourtant !

Sur le moment, j'y ai pas cru. Parce que j'avais bien vérifier qu'il était pas transparent mon tissu, au sens où, même la lingerie noire, on ne la voyait pas par transparence. Et effectivement, comme ce tissu est foncé, il donne l'impression qu'on ne voit rien à travers. Mais ça, ce n'était vrai que si on l'éclairait par dessus. Parce qu'éclairer par derrière, ben il avait parfaitement raison Chéri, c'était un véritable attentat à la pudeur. Impossible de porter ça, tout à fait inimaginable ! Bref, l'horreur !

Oh mais allons la Puce, c'est pas grave ! On va trouver une solution !

Ah oui ? Et quoi donc Couturus ? La doubler peut-être ?

Ben oui tiens, c'est une excellente idée ça !

Dois-je te rappeler que tout a été bâti, piqué et surpiqué ! T'as une idée du temps que je vais mettre à arranger tout ça ! Et si j'abime le tissu hein ! Il y en a plus ! On a utilisé tout le coupon je te rappelle

(une grande joie sur le moment qui s'est transformé en problème à présent)

Ah ça, il était pas très fier de lui le Couturus, et moi, franchement déprimée. Découdre puis doubler, doubler sans découdre, fabriquer un jupon à mettre dessous, le choix n'est toujours pas arrêté et Madonna supporte stoïquement de continuer à arborer cette création indécente. La pauvre, je crois bien qu'elle va devoir prendre son mal en patience et vaincre sa pudeur naturelle jusqu'à la fin des travaux dans la chambre d'Inferno Gran Mom.

Depuis ce lamentable épisode couturesque, j'ai quand même pardonné à Couturus. D'abord parce qu'il m'a fait une autre robe, un succès celle-là mais surtout parce que je me suis rendue compte que ce n'était pas vraiment sa faute. Ben oui quoi, quand on coud du Liberty, vu le prix même en solde, on s'attend à quelque chose de bien.

Je m'explique. Liberty of London, c'est une grande marque synonyme de qualité normalement. Perso, j'achète principalement du Tana Lawn et toujours sur internet en regardant les photos, le descriptif du tissu et surtout son grammage. Et bien figurez-vous que c'est la seconde fois que, alors que le grammage indiqué est le même que pour des tissus plus épais, celui que je reçois ressemble plus à du voile de coton qu'à un Tana Lawn classique. La première fois, j'ai mis ça sur le compte du site de revente qui avait dû se planter dans le descriptif mais comme cela restait un tissu de qualité, simplement transparent (nettement cette fois car à fond clair), j'ai rien dit et j'ai fait avec. Mais là, je l'ai commandé directement à la maison mère. Pour info, c'est le Wild at Heart toujours en solde apparemment. J'ai commandé le même jour du Ten Six dont l'imprimé me rappelait certains tissus japonais. J'ai bien vérifié, le grammage est le même et pourtant, je peux vous certifier que la qualité n'est pas du tout la même. Franchement, ça m'agace un peu (bon ok, ça m'agace beaucoup) parce que quelque part, c'est quand même une arnaque. Ben oui, car je me trompe peut-être mais j'ai du mal à imaginer qu'un tissu tissé plus serré et parfaitement opaque puisse peser le même poids au mètre qu'un tissu type voile de coton. Et même si c'était le cas, vous croyez pas que ça pourrait tout de même figurer quelque part dans le descriptif qu'il faut le doubler ce fichu tissu !

Et vous, ça vous est déjà arrivé ce genre de mauvaise surprise ? Sur ce, je réexpédie Couturus cogiter sur mon problème de doublage parce que ça me fait mal au coeur de laisser cette jolie robe à l'usage exclusive de Madonna (et puis elle commence à râler qu'elle est pas exhibitionniste).

Posté par reyhaziel à 23:50 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,