samedi 18 novembre 2017

Souvenirs souvenirs !

Samedi dernier, Gargamel était invité à l'anniversaire de Mister T, un copain de classe : après-midi bowling au programme et un Azraël jaloux comme un poux. Alors comme en prime il faisait très moche et que le dimanche s'annoncait encore pire d'après météo france, j'ai pris mon courage à 3 mains (minimum, peut-être même 4) en revenant du bowling et j'ai regardé si, par le plus grand des hasards, il n'y aurait pas un truc potable qui passerait au cinéma le dimanche.

Et là, le destin s'en est mêlé. Car sortait à mon horaire préféré en plus (celui où il n'y a personne et où c'est tarif unique de 0 à 99 ans d'un montant astronomique de 3€ la place qui dit mieux) le dernier dessin animé d'Astérix et Obélix : Le domaine des Dieux ! Tout un programme et plein de souvenirs pour l'afficionado des 2 gaulois que je suis.

546054

Oui, bon, c'est jamais qu'un dessin animé la Puce quand même, et pas tout jeune, il est sorti en 2014. Pas vraiment le destin quoi ! Faut pas exagérer. Mais si malheureux ! C'est LE DES TIN ! Parce que Mister T, ben il adooooooore Astérix et Obélix et le cinéma aussi, parce qu'il habite à 5 mn du cinéma justement et que c'est aussi un grand copain d'Azraël ! Alors après quelques échanges de sms avec sa maman, tout était organisé pour que mes 2 monstros, tout excités à cette idée, et leur copain assistent sur grand écran à une mémorable leçon d'histoire.

J'avoue que je ne savais pas trop ce que ça allait donner car, d'une part, c'était ma première sortie ciné toute seule avec 3 enfants à gérer et ensuite ni Azraël ni Gargamel ne connaissaient vraiment cette bande dessinée et je n'avais aucune idée de s'ils allaient accrocher ou non. Au final, ce fut une des sorties ciné les plus agréables que j'ai jamais eu jusqu'à présent. La séance du dimanche 11h15 s'est révélée une fois de plus idéale avec, certes, un peu de monde mais pas la cohue non plus. Trop contents d'avoir leur copain avec eux, les monstros se sont montrés d'une sagesse exemplaire, Gargamel lâchant sa sacro sainte tablette pour mieux regarder l'écran à chaque remarque de Mister T. Et elles ont été très très très nombreuses ses interventions, pour mon plus grand bonheur car une conséquence secondaire est qu'elles ont cloué le bec à Azraël. Du coup, pour la première fois depuis bien longtemps, je n'ai pas eu à subir les habituelles questions en rafale de la mitraillette à parole, c'est Mister T qui s'est chargé des questions ET des réponses : le RÊVE !

Bon, et le film dans tout ça vous allez de me dire. Ben c'est pas le dessin animé du siècle mais il est bien, autant pour l'histoire que graphiquement. Sur ce dernier point d'ailleurs, moi qui gardait en mémoire les premiers dessins animés de nos célèbres gaulois, j'ai été très agréablement surprise. Alors certes, les puristes pourront râler en disant que la BD n'a rien à voir. Mais le fil conducteur est là tout de même si bien qu'on n'est pas dépaysé, l'histoire est différente juste ce qu'il faut pour qu'on s'ennuie pas quand on connaît déjà et l'humour est bien présent (en tout cas, moi, j'ai bien rigolé). Pour ceux qui connaîtrait les dessins animés précédents, sachez que cette fois, l'histoire occupe 100% du temps. Pas de chansonnette, des dialogues, encore des dialogues et rien que des dialogues.

L'histoire en gros (si par extraordinaire, il y en a qui ne connaisse pas) : César ayant admis que ses armées étaient impuissantes face aux irréductibles gaulois (et surtout face à la potion magique du druide Panoramix), il décide de les transformer en romains en les cernant par la civilisation. Il envoie donc son meilleur architecte construire tout autour du village un ensemble d'immeubles, une immense résidence baptisée le domaine des dieux. Tout comme dans la BD, on va retrouver le centurion qui ne veut pas attirer l'attention des gaulois et exige de travailler la nuit et en silence, l'architecte qui veut absolument réussir sa mission contre vents et gaulois, les esclaves en charge de construire le domaine qui cherchent à négocier leur liberté (et si pour cela ils doivent trahir ceux qui ont voulu les aider c'est pas bien grave), les soldats plus trouillards et revendicateurs tu meurs qui mettent leur grain de sel, l'attitude des gaulois qui se modifie au contact des locataires du domaine et plein d'autres petits détails.

La différence majeure entre le film et la BD vient du couple romain locataire du domaine et tenant un des rôles principaux. Dans la bande dessinée, ce couple joue un rôle clé concernant le retournement de situation qui aboutit à la défaite romaine. Dans le film, c'est toujours le cas mais le rôle en question est totalement différent, différence rendue possible par l'adjonction d'un adorable bambin en son sein. Bien sûr, d'autres différences existent aussi (assez nombreuses d'ailleurs) mais on peut les considérer comme anecdotique comparées à celle-là.

On retrouve bien sûr les valeurs défendues dans l'album : la solidarité entre amis, le sens du devoir, la critique du matérialisme en général et du snobisme des citadins envers les campagnards en particulier, sans oublier un petit brin de syndicalisme. Mais à ces valeurs sont venus s'ajouter un petit clin d'oeil sur l'enfer de la paperasserie (qui n'a pas été sans me rappeler la "maison des fous" des 12 travaux d'Astérix) et un plaidoyer sous-jacent sur le fait qu'il faut s'ouvrir aux autres et accepter leurs différences sans préjuger de leurs origines sociales, plaidoyer plus soutenu que dans la BD.

Bref, même s'il n'a rien de transcendantal, c'est un bon petit film familial que je vous recommande, où chacun, enfant comme parents, devrait passer un bon moment. En tout cas, chez nous, on ne regrette pas.

Posté par reyhaziel à 22:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,