Eh oh la Puce, t'émerge là !

Huuuuumm ?? Koikinya ???

Mais c'est pas vrai ! Tu dors encore ? Mais tu fais que ça depuis 3 jours !

Rho, zut hein Couturus ! Laisse moi agoniser en paix !

(ok ok, j'étais nettement moins polie en réalité mais bon, je tiens à ce que ce blog conserve un certain standing)

Ouais ben je te rappelle qu'on est le 30 et que tu as un post à écrire Madame la marmotte ! Alors BOUGES TOI !

C'est donc contrainte et forcée que me voilà derrière mon clavier à rédiger un petit quelque chose pour le défi Déstockage de Ta'Thilde. Un tout petit quelque chose parce qu'entre le boulot, les monstros et les microbes, je suis entrée en phase active d'hibernation. En même temps, comme me l'a si gentillement fait remarquer mon docteur préféré, c'est un peu normal d'être fatiguée quand on cumule une extinction de voix, une laryngite, une otite et une "p'tite grippounette" (en gros, la grippe que vous vous choppez malgré la vaccination de l'an dernier et que ça vous apprendra à avoir oublié de faire la nouvelle en temps et en heure non mais des fois). Que voulez-vous ? Ça faisait trop longtemps que j'avais pas été malade, fallait bien que je me fasse remarquer d'une façon ou d'une autre.

Heureusement, juste avant de céder au chant de sirène de mon oreiller (il est vachement doué quand même en chant de sirène mon oreiller, si si, je vous jure, que même avec 2 monstros dans la maison, il arrive encore à m'avoir), j'ai réussi à coudre quelques bricoles. En premier lieu, un second coussin magique. Pas d'appliqués renard cette fois, l'âge vénérable de sa future propriétaire ne me paraissant quand même pas renard compatible. A la place, j'ai opté pour un travail de patchwork assez simple me permettant d'écluser mon restant de velours mille raies ivoire et d'utiliser un coupon de viscose qui traînait depuis des lustres dans mon placard. Pour doubler le plaid, là encore, j'ai sorti du stock un coupon de polaire double face achetée pour faire des joggings à Gargamel à l'époque où je reprenais tout juste la couture et jamais utilisée vu que Sieur Gargamel était alors allergique à toutes mes créations (fils ingrat va !).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_544

Le plaid déplié

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_541

Le motif en gros plan

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_548

Le plaid plié

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_549

Le coussin formé

J'avoue que j'aime bien le résultat final. Le contraste entre les 2 tissus est assez réussi, la polaire est bien douce et, même s'il n'est pas très épais, le plaid est bien chaud. Bref, un petit cadeau de Noël qui devrait faire son petit effet.

Pour continuer sur ma lancée des cadeaux fait maison, j'ai enchaîné avec une paire de chaussons et un masque pour globe-trotter. Oui parce que vous, je sais pas, mais moi, dès que je suis dans un vol long courrier, j'ai les pieds qui prennent 2 pointures et je n'ai plus qu'une seule idée, enlever mes chaussures. Sauf que rester pied nus dans un avion, c'est pas cool non plus. Avec ces petits chaussons tout légers mais bien chauds, faciles à transporter dans son sac à main, on est tranquille et on peut faire le voyage à l'aise et les doigts de pied en éventail. En plus, on peut même en profiter une fois à l'hôtel si on a envie. Pour les réaliser, un reste de velours fleuri super doux pour l'extérieur, de la polaire peluche pour l'intérieur afin d'avoir bien chaud à ses petons et du simili cuir pour la semelle.

IMG_1906IMG_1907

IMG_1912IMG_1914

Oui, ils sont un peu grands mais bon, c'est normal, c'est une pointure au dessus de la mienne. Normalement, ils devraient parfaitement être à la taille de leur future propriétaire.

IMG_1915

Le masque, quant à lui, est basé sur un modèle trouvé sur Pinterest et sur lequel j'ai craqué tellement je le trouvais chou. Mais bon, je suis fan de Totoro, et je ne suis pas la seule si j'en crois le sourire béat et les exclamations enthousiastes d'un Gargamel qui l'aurait bien gardé pour lui.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_54e

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_54f

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_54c

Un Gargamel qui a gentillement accepté de jouer les mannequins

Ooooh, mais qu'entends-je ? Le doux chant de sirène de mon oreiller recommence. Pauvre Couturus, j'ai l'impression qu'il va encore devoir attendre avant de zzzzzz rooooooon zzzzzzz rooooooooon zzzzzzzzz ....