vendredi 20 avril 2018

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 3

Ah ça, il était beau ce tissu. Il était bleu, ben oui, BLEU quoi, donc forcément merveilleux. Il était doux, tout doux, comme une peau de pêche et fin avec un tombé fantastique. Il était léger et en prime légèrement extensible comme un jersey. Et il était en super promo à La maison d'Ursule pour un prix imbattable (moins de 5€ le mètre). Il ressemblait à du daim en plus alors forcément, quand j'ai vu la jupe Suzy de La maison Victor édition Septembre/Octobre 2017, j'ai tout de suite pensé que ce serait le modèle idéal à coudre pour le défi d'Elisabeth du blog Le-chat-et-la-marmotte.

Bref, il avait tout pour lui ce tissu, le rêve de toute couturière, une petite merveille. Pensez donc, il avait même le bon goût de ne pas glisser sans arrêt de la table du salon et je pouvais recopier mon patron tranquillou sans aucun vautrage de toute façon parfaitement impossible avec mon armure de stormtropper. En moins d'une heure, j'avais découpé mon patron, recopié les pièces sur mon tissu, découpé mes pièces et épingler les premiers panneaux à assembler. Le rêve je vous dis ! Couturus était sur son petit nuage et moi extatique à l'idée de me coudre enfin un truc rien que pour moi.

IMG_2336

IMG_2339

IMG_2338

Oui, il était vraiment parfait ce tissu. J'avais juste oublié un petit détail : la perfection n'existe pas ! Et Enquiquinus, jubilant à l'idée de jouer un bon tour à son lointain cousin Couturus, s'est rapidement chargé de me le démontrer, transformant le rêve en cauchemar. Car mes petits amis, ce merveilleux tissu, c'est le truc le plus pourri qu'il m'ait été donné de coudre. Ah ça, il peut en avoir des qualités pour rattraper le fait que, quelque soit le type de fil et d'aiguille, la machine rate au moins un point sur 5 dans le meilleur cas (Milady était vexée comme un poux et totalement mortifiée la pauvre), qu'il refuse de glisser correctement pour le pied de biche, qu'il est impossible de poser une fermeture éclair sans qu'elle ne gondole (une horreur que j'ai refusé de recommencer une 3ème fois) et que le fil casse sans arrêt (pas moins de 12 fois sur un simple ourlet en point droit). Pour un peu, je me serais crue revenue quelques années en arrière avant l'arrivée de Milady dans notre vie. Seules les aiguilles cassées m'auront été épargnées.

IMG_2343

Et une fermeture éclair invisible pas invisible du tout et qui gondole à mort !

Non vraiment, on pourra pas dire que je ne l'ai pas méritée ma petite Suzy ! C'est d'autant plus dommage que le modèle lui-même est plutôt simple à coudre puisqu'il s'agit juste d'une jupe cercle. L'originalité vient du fait que le cercle est découpé en 14 morceaux. Ok, on a l'impression que c'est beaucoup mais en fait, c'est bien pratique pour les handicapés du dos comme moi car du coup, ça ne fait que des petites pièces à reporter sur le tissu (sinon, j'aurai eu aucune chance de pouvoir la coudre). Et puis en prime, ça permet d'optimiser son coupon. Pour moi, ce modèle taille plutôt pas mal. J'ai suivi le tableau de mensurations de LMV et à part une taille peut-être un peu large (mais ça pourrait venir de l'élasticité du tissu), tout est tombé pile poil ce qui m'arrive suffisamment rarement pour être souligné.

Vu mes difficultés, je n'ai pas surpiqué mes coutures d'assemblage de part et d'autre partout comme préconisé par le patron, je me suis contentée d'une seule surpiqûre. Et pour renforcer la ceinture que je trouvais un peu "molle", j'ai sorti une magnifique dentelle de mon stock que j'ai posé sur l'intégralité de la dite ceinture. Bien évidement, hors de question de faire des boutonnières dans ce fichu tissu. Et hop, mes pressions en résine sont ressorties du tiroir.

IMG_2344

IMG_2345

Au final, même si j'ai bien galèré, Suzy est plutôt réussie et elle me permet de participer au rendez-vous avec Victor d'Elisabeth. Elle est agréable à porter à condition de ne pas s'assoir sur un canapé en tissu et de ne rien porter en dessous car le tissu a tendance à s'accrocher à tout et n'importe quoi. Reste à voir ce que cela donnera par temps chaud (ce que je devrais savoir rapidement si j'en crois la météo). Désolée, pas de photos portées cette fois. Avec le corset, c'était juste pas possible !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


dimanche 15 avril 2018

Les monstros ont fait leur choix

Et oui, on est le 15, lendemain de la clôture de mon petit concours d'anniblog. Et comme il serait cruel de faire durer le suspense, entre 2 forgeages de plastron d'armure, plusieurs séances de support moral à des combats épiques des monstros à Zelda (oui, les monstros ont découvert Zelda et c'est épuisant !) et le découpage d'un nouveau pantalon pour Azraël, j'ai réussi à les convaincre d'être les mimines innocentes de mon tirage au sort.

C'est donc chose faite et les gagnantes sont Ozéli et Terpsi. Bravo à vous les filles. Il ne vous reste plus qu'à cogiter sur ce qui vous ferait plaisir et je verrai ce que je peux faire (pitiéééé, ni épée ni armure soyez sympa !). Sinon, ce sera la surprise.

Ne soyez quand même pas trop pressées, je ne suis pas une foudre en ce moment et n'oubliez pas de me donner l'adresse où envoyer le petit paquet (Ozéli, si t'as pas déménagé, j'ai toujours la tienne).

qui veut une epee

Alors laquelle a osé demander une épée hein ? Allez, qu'elle se dénonce !

Posté par reyhaziel à 21:56 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 13 avril 2018

Une épée fut forgée

Chose promise, chose due. Voici l'histoire passionnante de la création d'une épée de légende, la fabuleuse Trollcalibur, l'épée du Chasseur de trolls. Bon en fait, elle a pas de nom c't'épée mais j'aime bien celui-là alors on va le garder (et puis c'est quand même plus court que "l'épée du chasseur de trolls" non ?).

Comme je le disais la dernière fois, Azraël me fait une méga fixette sur ce dessin animé. M'ayant bassiné longuement avec son amulette, son armure et son épée, mes défenses se sont considérablement affaiblies. Vous imaginez bien qu'il n'en fallait pas plus à Pinterestus et Bricolus pour enclencher une attaque conjointe foudroyante d'une efficacité redoutable si j'en crois les 3 semaines d'intenses recherches et de bricolage qui ont suivi.

C'est que j'en ai passé des heures sur Pinterest et Youtube à écumer les sites et les démos de cosplayers chevronnés. Eh oui, quand on veut créer des costumes délirants, le cosplay, il n'y a que ça de vrai. A ce propos, je salue la solidarité féminine qui poussent ces dames à partager leurs trucs et astuces concernant la création de leurs armes et armures parce que pour ce qui concerne les mecs, ben j'ai pas trouvé grand chose de leur part ! Je regrette donc fortement qu'Azraël ne soit pas doté d'une poitrine généreuse car je me poserais infiniment moins de questions sur la façon de concevoir son armure et que je suis devenue incollable en taille de bonnet de plastron d'armure ! Etant donné qu'il était trop tard pour convaincre Azraël qu'une armure de Barbarella, c'est cool, j'ai dû me faire une raison et m'inspirer de tout cela pour concevoir ma propre méthode de fabrication d'une Trollcalibur digne de ce nom (et accessoirement de la façon dont je pourrais enchaîner avec l'armure). Et non seulement Bricolus m'a trouvé la solution mais il est allé plus loin encore car Trollcalibur est LU MI NEUSE. Mais oui, vous avez bien lu, malgré mes dénégations à Azraël, j'ai trouvé une technique permettant de rendre facilement (euh, enfin, relativement facilement) et pour un prix raisonnable son épée un minimum lumineuse.

IMG_2306

Trollcalibur au repos

IMG_2314

Et Trollcalibur parée pour la baston !

Trop content de lui, Bricolus a mitraillé cette petite merveille à toutes ses étapes de fabrication, depuis le croquis initial au rendu final en passant par le façonnage de l'acier, son trempage, son martelage, la taille des joyaux hyper précieux qui l'orne et tout et tout. Bon ok, j'avoue ! Chéri n'étant pas du tout d'accord pour que j'installe une forge au milieu du salon, Bricolus a dû se résoudre à utiliser de la mousse EVA au lieu d'acier trempé mais bon, c'est sûr que si on avait eu une vraie forge, on aurait cartonné ! Alors avec toutes ses photos, initialement, j'avais pensé vous faire un petit tuto sur le sujet mais comme cette épée est tout de même assez spécifique, je préfère finalement vous présenter la méthode générale agrémentée de quelques photos et d'explications plutôt que de faire un vrai tuto. Ainsi, ce sera plus facile à adapter à la réalisation de l'épée de votre choix. Comme j'ai eu beaucoup de matériel à acheter, je vais en profiter pour vous faire une estimation du prix de revient de la bestiole et du prix de l'outillage si vous n'avez rien chez vous. Parce que le cosplay, quand on part de rien (ou de pas grand chose), c'est pas donné. Par contre, c'est beaucoup beaucoup moins compliqué que ce que j'aurais imaginé. En tout cas pour la fabrication d'une arme, parce que pour l'armure, je ne sais pas encore. Je vous mettrais tout ça en fin de post avec les noms des sites où je me suis fournie si ça peut vous rendre service.

Avant de passer aux étapes de fabrication, quelques précisions s'imposent sur le choix de mes matériaux. D'abord, je n'ai pas choisi la mousse, le matériau de base, la moins cher. On peut donc très certainement baisser encore le prix de revient. J'ai simplement porté mon choix sur de la mousse EVA parce que :

  • on peut la trouver en petit métrage et pour un essai, je trouvais que c'était mieux
  • on peut la faire livrer directement à la maison et vu que je ne peux pas trop me déplacer en ce moment, c'était plus simple
  • elle est thermoformable, c'est-à-dire qu'on peut la "mouler" en la chauffant ce qui en fait un matériau de choix pour la fabrication des armures. Ça me permettait donc de tester sa facilité d'utilisation avant d'en acheter une plus grande quantité en vue de la fabrication de l'armure
  • on la trouve en plein d'épaisseurs différentes et même colorées. Figurez-vous que les dalles des tapis de sol pour enfants sont en mousse EVA, de même que les feuilles A4 de mousse de 2 mm d'épaisseur qu'on trouve pour les loisirs créatifs.
  • parce qu'en 10-12 mm d'épaisseur, elle est suffisamment rigide en en collant plusieurs épaisseurs pour faire une arme et suffisamment souple pour se taper dessus sans se faire mal (une condition non négociable avec les monstros !!! )
  • parce que la mousse EVA est, pour moi, le matériau le moins cher pour faire une armure légère et confortable pour un enfant.

Allez, je vous sens impatients à l'idée de devenir pro du forgeage d'épée alors c'est parti. En tout premier lieu, il vous faudra savoir si vous souhaitez un modèle sobre ou lumineux et comment vous allez la rendre lumineuse. En gros, vous voulez des points lumineux ? Alors optez pour de simples leds, câblées ou autonomes selon le cas de figure. Si vous voulez des lignes lumineuses, le mieux c'est le fil électroluminescent ou le ruban mais ce dernier est nettement plus cher. Moi, je la voulais lumineuse à l'aide d'un fil électroluminescent. Pourquoi un fil ? Parce que c'est fin (2,5 mm d'épaisseur) donc facile à intégrer dans la lame. Parce que c'est long (on trouve des fils de 1m, 2m, 3m et 5m) et que Trollcalibur présente des lignes lumineuses sur la lame. Parce qu'on en trouve avec toute la connectique déjà faite et qu'on n'a qu'à mettre les piles dans le boîtier d'alimentation. Bref, le rêve quand on est fainéante ou nulle en électronique (waouuuh, mais je remplis les 2 critères en plus !). A partir de là, il vous faudra bien penser à la forme finale que devra avoir votre épée, et la penser en VOLUME ! Dans le chasseur de trolls, armure et épée existent en 2 versions : Astre solaire et Eclipse lunaire. Les 2 versions sont exactement identiques sauf que la première brille en bleue et la seconde en rouge. Pour Trollcalibur, je me suis inspirée de cette photo tout en sachant que je la ferai en bleu et comme je devais planquer le boîtier de mon fil lumineux dans la garde, j'ai dû augmenter les dimensions de celle-ci afin de pouvoir l'y loger.

Dreamworks-Trollhunters-2-6_eclipse_modelsheet-post-3

C'est l'épaisseur du boîtier soit 2cm qui a déterminé l'épaisseur de la garde soit 4cm( 2cm pour intégrer le boîtier + 2 cm pour la rigidité) et donc le nombre de couches de mousse à superposer soit 4 couches de mousse de 1 cm d'épaisseur. A partir de là, l'épaisseur de la lame a été fixée à 2 cm soit 2 couches de mousse. Il ne reste alors plus qu'à faire un patron taille réelle et à le reporter sur la mousse. Une astuce : épingler le patron sur la mousse. Les petits trous ne se verront pas après traitement et ça évitera à votre patron de bouger parce qu'une erreur de report, ça ne pardonne pas !

IMG_2226

IMG_2230

On découpe les différents éléments avec un "gros cutter" (le cutter de Monsieur tout le monde quoi, celui avec une lame de 9 mm ou de 18 mm de large) et on commence par l'assemblage de la lame. Pour solidariser la lame et la garde, j'avais prévu d'utiliser 2 baguettes chinoises de récup (les baguettes jetables du resto asiatique du coin). Cela permet d'éviter que la lame puisse tourner sur la garde et donc déchirer la mousse ce qui briserait l'épée.

IMG_2233

On évide donc une des 2 moitiés de la lame de façon à y loger les baguettes. Toute l'épaisseur des baguettes doit être contenue dans cette demi lame afin que la surface soit plane et que la seconde demi lame vienne s'y coller bien à plat. Les baguettes sont alors collées à la colle chaude.

IMG_2235

IMG_2237

On utilise ensuite la colle néoprène pour coller les 2 demi lames ensemble en veillant à ce qu'elles soient parfaitement collées sur toute la périphérie. Des défauts de collage à l'intérieur sont sans conséquence mais comme on doit retailler les bords, il est important que le collage sur ces bords soit soigné. La colle néoprène est une colle dite de contact et bien utilisée, c'est juste génial. Je vous conseille de la choisir en gel et non liquide. Ça évite que ça coule partout et c'est franchement plus pratique. On doit étaler la colle en fine couche sur les 2 parties que l'on souhaite coller et on attend que la colle soit sèche au contact (c'est facile à voir même sans toucher, la colle ne brille plus quand c'est sec). Avec la colle gel, c'est assez rapide ce qui évite d'avoir à poireauter 10 mn comme pour certaines néoprènes liquide. On met alors en contact les 2 parties à coller avec grand soin car dès que c'est en contact, c'est collé, on n'a pas de seconde chance. Et on presse bien fort sur toute la longueur, la qualité du collage et sa longévité dépendant de la pression appliquée (moi, j'ai carrément marché dessus pour avoir la plus grande pression possible). Si vous collez les pièces alors que la colle n'était pas sèche, ben en fait, ça collera pas vraiment. Il faudra attendre plusieurs heures pour que les pièces soient solidement collées, alors que si on attend que la colle sèche avant l'assemblage, le collage est instantané et solide. Ça a son avantage quand on a un doute sur les parties où mettre la colle. Par exemple pour coller une pièce évidée sur une pièce pleine. On met alors de la colle sur la pièce évidée, on la plaque sur la pièce pleine à sa place définitive, on presse un peu pour étaler la colle puis on décolle. Ça vient tout seul car la colle n'est pas sèche et la pièce pleine non encollée. On se retrouve alors avec une empreinte en colle de la pièce évidée sur la pièce pleine. On ajoute éventuellement un peu de colle là où ça manquerait, on attend que ça sèche puis on recolle la pièce évidée sur la pièce pleine. Et là, ça tient !

IMG_2240

Les 2 épaisseurs de la lame collées

Vos 2 demi lames sont collées, vous avez formé votre lame complète. On va maintenant la travailler pour y loger le fil lumineux. On reporte dessus le dessin que doit former les zones lumineuses.

IMG_2241

On évide le chemin que doit prendre le fil avec un cutter de précision, c'est bien plus facile qu'avec un cutter classique.

IMG_2242

Le cutter de précision, c'est la lame à manche rose en haut à gauche sur la photo

IMG_2243

IMG_2244

Pour un premier essai, j'ai choisi de limiter le coût en prenant un fil de 1m seulement ce qui ne me permettait pas de mettre mon fil sur tous les traits lumineux de ma photo modèle. Alors pour la partie centrale où je prévoyais de placer le fil, j'ai évidé largement afin que la lumière diffuse du trait extérieur vers le trait intérieur en laissant tout de même quelques zones pleines.

IMG_2245

Ces zones doivent servir de renfort de collage à la plaque de mousse de 2 mm qui viendra camoufler le fil lumineux. On réalise cette opération sur les 2 faces de la lame. On procède ensuite au façonnage des bords de la lame. Avec le gros cutter, on taille donc la mousse afin de s'approcher au mieux de la forme finale puis on ponce avec du papier de verre fin pour adoucir et lisser tout ça.

IMG_2252IMG_2248

IMG_2251IMG_2250

A gauche, la lame brute après façonnage et à droite après ponçage. On a gommé des encoches de découpes et la surface est toute douce comme du velours.

Pour assurer la diffusion de la lumière dans les zones évidées, il va falloir peindre ces zones intérieures en blanc. On commence donc par étaler de la colle à bois sur toute la surface que l'on prévoit de peindre. Il faut prévoir 2 couches de colle qu'on laisse bien sécher. Alors certes, cette étape est facultative mais la colle à bois va vous permettre de faire de grosses économies en peinture. En effet, la mousse EVA est très poreuse. Elle boit donc littéralement la peinture. Résultat, il vous faudra 4 ou 5 couches de peinture pour obtenir le même niveau d'opacité que celui obtenu avec 2 couches de peinture et l'utilisation de colle en sous-couche.

IMG_2256IMG_2257

 Sans sous-couche de colle à bois à gauche : le blanc n'est pas très franc. Avec sous-couche à droite, le blanc est bien blanc.

En fait, la colle à bois va créer un film imperméable à la surface de votre mousse qui permettra une application beaucoup plus agréable et uniforme de votre peinture et des couleurs bien plus soutenues. Une fois la colle sèche, on applique 2 couches de peinture blanche et c'est bon pour cette partie.

IMG_2253

On s'occupe ensuite des caches qui viendront protéger et camoufler le fil lumineux qu'on installera dans cette partie blanche. On prend donc un peu de mousse EVA de 2 mm d'épaisseur et on reporte dessus les motifs de la partie centrale. Puis on découpe la mousse en laissant une marge de 6-7 mm sur tout le contour qui servira à coller les caches sur la lame de l'épée. Enfin, on évide les parties destinées à faire passer la lumière du fil électroluminescent.

IMG_2246

On reporte la forme sur la mousse

IMG_2273

Les 2 caches prêts pour être enduits de colle et peints

On s'attaque alors à la garde composée de 4 plaques superposées. On commence par évider, sur une des 4 plaques de la garde, les 2 logements pour les baguettes permettant de solidariser lame et garde ainsi que le passage pour le fil électroluminescent afin qu'il puisse aller d'une face de la lame à la seconde face. On colle alors la lame à cette plaque à la colle chaude.

IMG_2260IMG_2267

Le point blanc à la jonction lame-garde est le trou destiné à faire passer le fil électroluminescent

IMG_2269

On évide 2 des autres plaques afin d'y créer le logement pour le boîtier d'alimentation et on colle à la néoprène, l'une après l'autre, ces 2 plaques à la plaque précédente. Si la garde, avec sa 4ème plaque semble assez solide, on colle à la néoprène cette dernière plaque. Sinon, on peut renforcer la rigidité de la garde en ajoutant à l'intérieur de cette 4ème plaque une baguette chinoise supplémentaire (désolée, j'ai oublié de prendre la photo).

IMG_2276

 On peut à présent sculpter la garde pour lui donner sa forme définitive avant de la poncer. Une fois bien poncée, on lui ajoute ses motifs décoratifs. On colle ainsi à la néoprène des anneaux de mousse EVA 2mm sur la poignée et 2 plaques dont l'une va servir à camoufler l'emplacement du boîtier d'alimentation du fil lumineux sur le haut de la garde.

IMG_2277

On voit bien les différentes épaisseurs de mousse

IMG_2278

Poignée en cours de mise en forme

Afin qu'il soit possible de récupérer facilement le boîtier (pour changer les piles par exemple), j'ai imaginé un système de fixation par aimant (collés à la néoprène).

IMG_2287

IMG_2289

L'épée est achevée, il ne reste plus qu'à la peindre et à installer le fil lumineux. On commence donc par enduire intégralement l'épée de colle à bois, en ne laissant qu'une lisière de 6-7 mm autour de la zone centrale de la lame afin d'avoir une zone propre et sans colle où coller à la néoprène les caches centraux. Une fois cette première couche sèche, vous allez sentir comme une croûte dure à la surface de l'épée et les zone poncée seront très abrasives. On va donc reponcer tout ça un petit coup pour que ça redevienne lisse. On ajoute ensuite 2 couches supplémentaires de colle en attendant que ça sèche bien entre chaque.

IMG_2290

IMG_2291

Juste après application, la lame paraît blanche car la colle à bois est blanche

IMG_2297

Après séchage, la colle devient translucide

Une fois la sous-couche prête, on peint intégralement en noir. L'objectif est de partir d'un fond uniforme avant de donner un aspect "métallique" à notre Trollcalibur. Selon la viscosité de votre peinture, une ou deux couches seront nécessaires. Ce qu'il faut, c'est que l'ensemble paraisse uniformément noir et qu'on ne puisse plus savoir que différentes couleurs de mousse ont été utilisées.

IMG_2298

Il ne reste plus qu'à peintre la lame avec la peinture argentée. En générale, 2 couches sont nécessaires pour obtenir un bon rendu mais encore une fois, ça dépend de la qualité de votre peinture. A présent, on installe notre fil électroluminescent que l'on fixe à la colle chaude puis on recouvre avec les caches et on fait les finitions.

IMG_2299

IMG_2300

IMG_2301

IMG_2304

IMG_2313

Perso, j'avais en stock de la peinture dorée. Je l'ai dilué dans un peu d'eau, tartinée sur la garde et essuyé avec un chiffon pour estomper. Cela permet de donner un aspect bronze à la garde. J'ai utilisé des strass que j'avais en stock pour décorer la garde et pour me rapprocher au mieux de l'image d'origine de Trollcalibur, j'ai fabriqué en pâte fimo les joyaux qui me manquaient. Comme je n'avais pas l'intention de me compliquer la vie davantage, j'ai fait l'impasse sur la pierre au bout de la poignée. Enfin, j'ai réalisé les dernières lignes décoratives avec des paillettes et de la colle standard que j'avais en stock. Dernière subtilité, comme je ne voulais pas qu'Azraël risque de tout déchirer en ouvrant lui-même le compartiment du boîtier d'alimentation pour actionner le bouton poussoir, j'ai mis un point de colle chaude juste à l'endroit du bouton sur le cache. Comme ce cache est très souple, le fait d'appuyer sur le point de colle agit comme un second bouton poussoir qui actionne celui du boîtier. Et Azraël Dulac peut allumer et éteindre son épée super facilement sans rien avoir à ouvrir. En fait, il ne sait même pas comment ça marche à l'intérieur.

IMG_2308

Le point bizarre à côté du 2ème strass en bas n'est pas une tache, c'est le fameux point de colle chaude qui sert d'interrupteur.

Et voilà, Trollcalibur est forgée et moi j'avais super mal aux pieds parce que tout ça, corset oblige, c'est debout qu'il a fallu le faire ! J'ose même pas imaginer comment ça sera pour l'armure. A présent, il est temps de parler gros sous et fournisseurs. Voilà donc la liste du matériel et outillage nécessaire avec les prix correspondants.

outils (environ 20 € si vous n'avez vraiment rien) :

  • mini pistolet à colle (mon meilleur ami depuis un moment déjà) : on en trouve des très bien dès 5€ fourni avec quelques bâtons de colle
  • bâton de colle chaude pour mini pistolet : 2,5€ les 12
  • cutter à lame 18 mm (je préfère cette largeur de lame car je la trouve plus sécurisante mais si vous en avez un de lame moins large, ça va très bien aussi) : dès 4€
  • cutter de précision : 3,20€ lames incluses
  • pinceaux : on trouve des sets de pinceaux très bien à moins de 5€. Perso, les miens étaient des pinceaux plats, d'une largeur de 15 et 7 mm.
  • papier de verre grain fin pour le ponçage de la mousse.

cutter-scalpel-de-precision-15-cm-xs

Comme le terme ne parle pas forcément à tout le monde, voilà à quoi ressemble un cutter (ou scalpel) de précision

 Comme j'avais déjà tout ça à la maison, je n'ai rien eu à débourser en outillage. Et niveau bâton de colle chaude, j'en ai utilisé 2 grand maximum.

Matériaux et fournitures (environ 31€50 si vous devez tout acheter):

  • une dalle de mousse EVA de 60 par 60 cm, épaisseur 12 mm (5€ la dalle) : c'est ce que j'aurai voulu mais mes fournisseurs n'en avaient plus alors je me suis rabattue sur une plaque d'EVA de 10 mm d'épaisseur de 50 cm par 100 cm à 16€
  • chutes de mousse EVA épaisseur 2 mm (feuille de 40 cm par 60 cm pour 1,5€)
  • peinture acrylique noire (pébéo acrylcolor 150 ml pour 3€25)
  • peinture acrylique argent (pébéo acrylcolor 150 ml pour 3€25)
  • peinture acrylique blanche (Maildor 20 ml pour 1€25)
  • colle à bois (UHU 250gr pour 5€95)
  • colle néoprène (UHU gel 46ml pour 4€15)
  • pâte polymère blanche (fimo pour 2€)
  • fil électroluminescent bleu à 5€ boîtier d'alimentation inclus
  • 2-3 baguettes chinoises de récup du traiteur chinois du coin (0€)

Les marques sont données à titre indicatif parce que c'est ce que j'ai trouvé de dispo immédiatement et de moins cher sans avoir à multiplier les fournisseurs (et donc les frais de port). On peut sûrement trouver mieux, ou moins cher ou les 2. Je ne fais pas de pub. En revanche, sur des petites quantités comme ça, n'espérez pas trouver moins cher dans les magasins de bricolage, vous risqueriez d'être déçus (je le sais, j'ai fait la comparaison pour ceux près de chez moi). Pour les fournisseurs, je me suis limitée à 2 : Creavea et Cosplaycraft. Je n'ai eu aucun problème à commander chez eux, tout est arrivé assez rapidement et était conforme à ma commande. Par contre, faites attention sur le site de Cosplaycraft. Certains prix sont anarchiques (par exemple, mon fil bleu de 1m était à 5€ alors que le même en route était à 14€. Allez comprendre). Pour le cosplay, Cosplaymat a l'air intéressant également mais je n'ai pas encore testé.

Au final, entre les fournitures et les outils que j'avais déjà, Trollcalibur m'est revenu à 36€. Ce n'est certes pas donné mais le résultat n'a rien à voir avec les épées que l'on peut trouver dans les magasins de jouet. Et surtout, la bouille d'Azraël quand il l'a enfin eu en main et qu'il l'a allumé lui-même est sans prix ! D'autre part, n'ayant aucune idée des quantités de colle peinture etc ... qui me serait nécessaire, je n'ai pas voulu prendre en trop petit contenant. Du coup, à part de la mousse, je n'aurais rien à racheter pour faire son armure ce qui amortira sensiblement cet investissement. Et j'envisage même de fabriquer d'autres armes pour rentabiliser mon restant de mousse EVA de 10 mm.

Voilà, j'espère que ça pourra vous être utile. En toute honnêteté, la seule difficulté de ce bricolage, c'est de trouver comment intégrer le fil lumineux et son boîtier. Si vous ne le mettez pas, c'est super simple à faire. Ça demande juste un peu de patience.

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 10 avril 2018

Bloganniversaire en retard !

Comme me le faisait gentillement remarquer ma clique démoniaque, je suis comme le lapin d'Alice, la vitesse en moins. Là pour le compte, si on ajoute ma carapace, je tiendrais plutôt de la tortue ! Bref, comme le lapin, je suis en retard, je suis en retard. Pour à peu près tout d'ailleurs : les posts, la couture, les défis, répondre à vos adorables encouragements et commentaires, corriger mes copies de mécanique quantique (ah non, ça, c'est bon, enfin façon de parler parce que j'ai jamais corrigé un aussi mauvais tas de copies !).

Mais bon, comme dit le dicton, mieux vaut tard que jamais. Alors pour fêter dignement, avec grosso modo 1 mois de retard, les 4 ans de ce blog (oh et puis soyons fou, fêtons également mon âge vénérable tant qu'on y est puisqu'en mars c'était aussi mon anniversaire et un grand merci à toutes celles et ceux qui me l'ont souhaité), je vous propose un petit concours, ou plutôt un tirage au sort. Pour participer, rien de plus simple. Vous avez jusqu'au samedi 14 avril minuit pour me laisser un petit commentaire et les mimines innocentes mais poisseuses des monstros tiront 2 gagnants au sort parmi les participants.

Et comme d'hab, les gagnants recevront un petit paquet surprise avec des trucs faits maison dedans (même qu'ils auront le droit d'émettre des suggestions sur le contenu à prévoir dans leur paquet).

Pour patienter en attendant le jour J, je vous suggère de vous installer devant une bonne tasse de café, ou de thé, ou de tisane avec quelques petits financiers noisette. Quoi ? Comment ? Vous connaissez pas le financier noisette ? Damned, mais il faut remédier immédiatement à cette lacune pâtissière totalement inadmissible d'autant que le financier noisette, c'est IN RA TABLE ! Si si je vous jure. Même cramés, ils sont bons ! Et pour ceux qui se demanderaient ce que c'est que ce machin-là, c'est simplement un financier dont on a remplacé la poudre d'amande par de la poudre de noisette. Ça peut paraître idiot comme ça au premier abord (c'est très bon le financier amande, pourquoi remplacer TOUTE la poudre d'amande par de la poudre de noisette). Le truc, c'est qu'à la maison, je suis la seule fan des amandes. Mes hommes, eux, leur truc, c'est plutôt la noisette (ça doit être le gêne creusois qui s'exprime). D'ailleurs, entre le financier noisette et le gâteau creusois, il y a un air de famille indéniable. Cette recette, plutôt simple à réaliser, est idéale pour liquider ses blancs d'oeuf. En plus, c'est rapide à faire et à cuire, bref parfait si on a besoin de petits gâteaux à la dernière minute.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5ec

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5ef

Financiers noisette (pour 20 mini financiers)

Première remarque, perso, pour mes mini financiers, j'utilise un moule silicone à mini muffins, celui-ci pour être exact acheté chez amazon mais on trouve la même chose pour moitié prix maintenant. Et franchement, pour des biscuits standard, les moules que l'on trouve en supermarché fonctionne parfaitement alors c'est vraiment pas la peine de dépenser une fortune. La quantité de pâte me permet de remplir 20 cavités sur les 24 mais pour des moules spécifiques à mini financiers, je ne sais pas combien vous en remplirez.

  • 75g de beurre
  • 80g de sucre glace
  • 80g de blancs d'oeufs (soit les blancs environ 3 oeufs moyens)
  • 45g de poudre de noisettes
  • 25g de farine
Pour cette recette, vous avez différentes façons de procéder. Mais on va commencer par préchauffer le four en chaleur tournante à 170°C et faire fondre le beurre.
Là, on a 2 options. Soit on fait fondre le beurre au micro-onde et on réserve. Soit on prépare un beurre noisette.
Euuuh, la Puce ? C'est quoi est-ce que cette chose ? Ben le beurre noisette, c'est du beurre qu'on fait fondre et colorer sur une poële bien chaude. Il tire son nom de sa couleur et de l'odeur de noisette qu'il dégage et qui est juste à tomber. Gustativement, il paraît que ça donne un petit goût inimitable aux financiers aux amandes mais j'ai jamais senti la différence au goût. A l'odeur, oui, mais au goût .... Ceci dit, je n'ai aucun palais alors je ne suis pas une référence mais rien que pour l'odeur, je vous suggère de ne pas faire l'impasse sur le beurre noisette.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e3

Et voilà un beau beurre noisette

Alors je vous vois venir, vous avez peur de cramer votre beurre. Meuuuh non, aucun risque si on a la technique. On commence par bien faire chauffer sa poële ou sa casserole. Quand c'est chaud, on met tout le beurre d'un coup. Ça va grésiller à mort. Et là, on tend l'oreille tout en remuant son beurre de temps en temps. Tant que ça grésille, on laisse cuire. Mais quand ça ne grésille presque plus, on retire du feu. Vous ne comprenez pas de quoi je parle ! Pas de problème, je vous ai enregistré les grésillements.

Bruit du beurre mis dans la poële chaude en début de cuisson

Bruit du beurre en fin de cuisson : le grésillement baisse en intensité jusqu'à devenir très faible

On verse alors dans un récipient froid tout en filtrant avec une passoire fine. On obtient alors un beau beurre couleur noisette qui sent divinement bon. Et dans la passoire, on récupère la caséine du beurre. C'est elle qui a brûlé et fait les grains noirs. On réserve le beurre et on passe à la suite.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e4

Caséine du lait après cuisson du beurre noisette

A nouveau, on a le choix. Soit vous tamisez directement farine, sucre glace et poudre de noisette dans un saladier et vous mélangez bien à la cuillère magique pour que ce soit homogène. Soit vous les mixez ensemble au préalable pour obtenir une poudre très fine (comme on le ferait pour des macarons) avant de tamiser la poudre obtenue (le mixage rendra le mélange homogène d'office). Perso, je préfère cette seconde solution car elle donne des financiers très fondants en bouche, sans la texture granuleuse que l'on peut avoir si la poudre de noisettes n'est pas très fine à la base.
On ajoute les blancs d'oeufs tels quels à nos poudres, pas besoin de les monter en neige, et on mélange bien.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e5UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e6

Puis on ajoute le beurre fondu et on remélange.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e7UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e8

Il ne reste plus qu'à répartir la pâte dans les cavités du moule. Quelques astuces à ce propos. Si le silicone est censé se démouler facilement et les financiers être riches en beurre, ils sont aussi riches en sucre. Graissez donc les cavités (à la bombe, ça prend 10 secondes, au pinceau, c'est un poil plus long), ça vous évitera bien des déboires. D'abord parce que vous aurez la garantie d'un démoulage sans problème. Ensuite, parce que cela contribuera à éviter d'emprisonner de l'air sous la pâte et de voir la forme de vos financiers devenir totalement anarchiques (du genre allure bien gonflée dessus et gros trou dessous). Ensuite, la viscosité de la pâte changeant rapidement avec le refroidissement du beurre, elle peut être très liquide au début et bien pâteuse à la fin du remplissage. Pour éviter les problèmes, mettez la pâte dans une poche à douilles sans douille. On coupe ensuite le bout de la poche et remplir les cavités est un jeu d'enfant. En prime, ça évite d'en mettre partout. Pour le remplissage à la poche, placez bien le bout de la poche quasiment en contact avec le fond de la cavité et pressez doucement pour faire sortir la pâte. Il faut remplir les cavités à moitié environ. Comme le graissage, cela vous assurera de ne pas emprisonner d'air "sous" la pâte.
Bien évidemment, ce ne sont que des astuces et cela n'a rien d'obligatoire.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5e9

Il ne reste plus qu'à enfourner à mi-hauteur pour 10-13 mn selon votre four. Il faut sortir les financiers dès qu'ils commencent à se colorer sinon ils seront trop cuits. Le temps de cuisson détermine le moelleux du financier. Pas assez cuit, le coeur sera pâteux et peu agréable en bouche. Trop cuits, ils vont durcir en refroidissant et se transformer en biscuits aux noisettes. Si tel était le cas, surtout, ne les jetez pas. Ils restent délicieux avec un café.
UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5ea
UNADJUSTEDNONRAW_thumb_5eb
On voit ici que seul le pourtour du financier a coloré. Il restera bien moelleux.
Et voilà, bon appétit. Ces petits financiers se conservent plusieurs jours dans une boite ou un sachet hermétique, combien exactement je ne sais pas, leur durée de vie à la maison frise la vitesse de la lumière même dans leur version trop cuite. Mais le plus grand risque étant de voir le beurre rancir, je pense qu'on peut miser sur une bonne semaine, peut-être 2.

Posté par reyhaziel à 21:13 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 avril 2018

Azraël a de la suite dans les idées

Chez vous, je ne sais pas comment ça se passe mais dans l'Inferno House, les monstros font régulièrement des fixettes (sous l'influence pernicieuse d'un Enquiquinus et d'un Hystéricus hilares). Elles peuvent être variées ces fixettes : un dessin animé regardé en boucle, une chanson qui revient à tout bout de champ, les mêmes bouquins à leur lire encore et encore et encore et encore et ... ok ok, j'arrête ! Mais elles obéissent tout de même à une règle simple : une seule fixette à la fois par monstros et elle dure au minimum 3-4 semaines (ouais, c'est looooooong !).

La dernière en date d'Azraël, c'est sa passion pour le "Chasseur de Trolls", une série diffusée sur Netflix dont il a déjà vu tous les épisodes un nombre incalculable de fois.

Trollhunters

Pour ceux que ça intéresserait, ça raconte l'histoire d'un ado, James Dulac Junior, Jimmy pour les intimes, qui est choisi par une amulette fabriquée par Merlin et qui le désigne comme le chasseur de trolls. Il revêt alors une armure étincelante et brandit une énorme épée pour vaincre les méchants trolls, gobelins et autres changelins et protéger le marché des trolls et ses copains les gentils trolls (oui, parce qu'il y a des gentils ET des méchants trolls). Le truc, c'est que contrairement à d'autres fixettes, la passion d'Azraël pour cette série ne faiblit pas, bien au contraire. Et c'est ainsi qu'il y a quelques temps ...

Coucou maman

Coucou mon Azraël

Mais non, tu dois pas m'appeler Azraël. Mon nom maintenant c'est Azraël Dulac !

Ah bon ? T'es un chasseur de trolls alors ?

Ben pas encore. Je peux pas. J'ai pas d'amulette. Ce serait trop bien si j'avais une amulette de chasseur de trolls. Tu crois que ça existe ?

Je ne pense pas non. Désolée.

L'histoire aurait pu s'arrêter là mais bien sûr, quand Enquiquinus s'empare d'un monstros, ce dernier n'est pas prêt de vous lâcher. Durant toute une semaine, j'ai donc eu droit à des remarques du style J'aimerais bien avoir une amulette de chasseur de trolls, ce serait trop cool si j'avais une amulette de chasseur de trolls ou ma préférée j'ai vraiment pas de chance de pas avoir d'amulette de chasseur de trolls. Au final, après une semaine à ce régime, Hystéricus n'était pas loin de gagner la partie et de provoquer un court-circuit dans mon unique neurone survivant. C'est alors que profitant éhontément de mon état de faiblesse extrême, Fimus a pointé le bout de son museau, escorté par un Pinterestus aux anges à l'idée des heures et des heures qu'il me ferait perdre à chercher images et tutos pour fabriquer la dite amulette en pâte fimo.

Après moult recherches totalement infructueuses, c'est en totale impro et armée uniquement de 2 photos que je me suis lancée dans la fabrication de la dite amulette.

amulette1

Photo ayant servi de base à la fabrication de la face avant de l'amulette

amulette3

Photo montrant face avant et face arrière

Maman, tu fais quoi ?

Je fais des recherches

Pourquoi t'as plein de photos du chasseur de trolls sur ton ordi ?

C'est pour te faire une surprise. Tu veux bien me laisser tranquille maintenant.

OHHHHH ! JE SAIS ! TU VAS ME FAIRE UNE ARMURE DE CHASSEUR DE TROLLS !!!

(sur un ton enthousiaste frisant le délire hystérique)

Ah ça non alors

(sur un ton désespéré frisant le délire hystérique aussi)

C'est pour te faire une amulette.

Rhooo, c'est trop chouette. T'es la meilleure maman du monde ! Elle pourra s'accrocher mon amulette ?

Oui, c'est possible. Mais alors je ne te fais que le devant et pas le dos. Ça te va ?

OK !

Et c'était donc parti pour la fabrication de la face avant de l'amulette. Je vous passerai les détails de fabrication. Sachez seulement qu'elle est entièrement réalisée en fimo blanche et grise. Le bleu brillant vient de l'application de paillettes turquoises sur la fimo blanche (les paillettes collent toutes seules à la fimo avant cuisson et résistent à la cuisson à 110°C), toutes les "petites" pièces grises sont bien sûr gravées main et pour donner un aspect vieilli et faire ressortir les gravures, de la peinture noire fortement diluée a aussi été appliquée et délicatement essuyées avant cuisson. Un petit coup de vernis après cuisson assure la bonne tenue de tout ça dans le temps. Au final, j'étais plutôt contente du résultat mais c'était sans compter sur une nouvelle attaque d'Enquiquinus.

image3

image8

image9

Tiens mon Azraël, voilà ton amulette. T'es content ?

Wouah maman c'est super !

Tant mieux. Il ne me reste plus qu'à coller la broche et tu pourras l'accrocher.

Euh maman ... t'en a oublié la moitié !

Hein ?

Ben oui, t'as pas fait derrière.

Ben c'est normal, sinon on ne peut pas mettre la broche et tu ne pourras pas l'accrocher.

Oui mais moi, je préfère que tu fasse le derrière finalement.

...

(énorme soupir un tantinet contrarié mêlé des cris de joie de Fimus qui imaginait déjà comment compléter l'amulette)

Me revoilà donc en train de plancher et de confectionner, directement sur la partie avant, la face arrière de la fameuse amulette.

image11

Et là, vous croyez qu'il était enfin satisfait le Azraël ? Eh bien oui, très satisfait même ... pendant 2 jours. Et ensuite ...

Elle est super cette amulette maman.

Je suis bien contente qu'elle te plaise.

Mais c'est dommage que j'ai pas les 3 pierres de Gunmare ! Tiens regardes, elles ressemblent à ça. Oui vraiment, c'est dommage. Ce serait trop bien si j'avais les pierres.

Tu veux que je te fasse les pierres c'est ça ?

(d'un ton lasse et fataliste)

Tu pourrais ? T'es la meilleure ! Si tu les fais, je te fais au moins 1000 bisous !

Pour 1000 bisous, vous pensez bien que je me suis immédiatement exécutée et après avoir produit les pierres demandées, j'ai royalement été gratifiée de 10 bisous (oui, c'est la crise du bisou) par un Azraël éperdu de reconnaissance ... pendant 2 jours (oui, 2 jours de paix, il semblerait que ce soit le max).

Maman maman regardes ! En fait, il y en a plein des pierres de chasseurs de trolls ! Je t'ai trouvé une image. Tu pourrais les faire aussi ?

...

(soupir consterné d'une maman qui sait pertinemment qu'ayant déjà confectionné 3 pierres de chasseur de trolls, elle n'aura la paix que quand les autres seront faites).

Pour faire bonne mesure, j'ai poussé mon dévouement jusqu'à bricoler un de mes coffrets à bijoux pour qu'il puisse y ranger ses fichus pierres. Allez, soyons honnête. Ce n'est pas par abnégation que j'ai sacrifié mon coffret mais bien parce qu'il n'arrêtait pas de les perdre et de pleurnicher ensuite parce qu'il les avait perdu. Là au moins, il est trop heureux de les ranger dans leur beau coffret et on ne les perd plus.

image16

Pour info, la plus grosse pierre reste plus petite que l'ongle de mon petit doigt

Sir Azraël Dulac étant enfin équipé, vous vous dites évidemment que c'est tout bon cette fois. Qu'il va me laisser tranquille plus de 2 jours. Que nenni, c'est bien mal connaître le pouvoir de nuisance d'Enquiquinus, la détermination d'un Azraël obnubilé par l'objet de sa fixette et le réveil tout à fait inopportun d'un Bricolus refusant d'être en reste dans cette histoire.

Alors Azraël, t'es content cette fois.

Oh oui, c'est trop méga super génial

(piouuu, je respire)

Mais quand même, c'est dommage que j'ai pas une épée de chasseur de trolls. Ce serait trop bien si j'avais une épée hein maman. Tu crois que ça existe une épée de chasseur de trolls.

Là, j'ai eu comme un blanc. Il semblerait que j'ai momentanément quitté mon corps et que Bricolus en ait profité pour promettre une épée à Azraël, et une armure aussi pour faire bonne mesure. En tout cas, c'est ce que m'a soutenu Azraël quand j'ai finalement repris mes esprits. J'ai fort heureusement réussi à limiter les dégâts en lui expliquant que :

  • il me faudrait du temps pour voir comment j'allais réussir à me transformer en maître forgeron
  • que si je trouvais comment faire, il me faudrait encore du temps pour me procurer le matériel nécessaire (c'est qu'une forge, ça se trouve pas sous le sabot d'un cheval)
  • et surtout qu'il n'était pas question que l'épée soit lumineuse comme dans le dessin animé (non mais eh oh hein ! c'est que je suis ni soudeuse ni électricienne moi)

Et là, vous vous demandez, fébriles, si ma reconversion dans la métallurgie a été couronnée de succès. Eh bien oui. L'épée fut forgée. Et en plus, contrairement à mes affirmations, elle brille ! Alors la prochaine fois, je vous expliquerai comme on peut passer d'une plaque de mousse à une épée de chasseur de trolls.

image15

Plaque de mousse de 1cm d'épaisseur constituant le matériau brut de l'épée

IMG_2306

L'épée une fois forgée

Posté par reyhaziel à 23:55 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 avril 2018

La cosméto maison par une puce # leçon 1

Ces derniers temps, ma pauvre peau ne cessait de pousser des hauts cris comme quoi je la privais délibérement d'eau et de nourriture, pire qu'un bagnard condamné au pain sec et à l'eau vu qu'elle n'avait ni l'un ni l'autre. Faut dire qu'entre le temps froid d'abord (avant et après ma chute malencontreuse) puis l'hôpital (mortel pour la peau ça, l'atmosphère surchauffée de l'hôpital, c'est dingue), mon épiderme ressemblait à un parchemin ayant séjourné au minimum un mois dans le désert. Ca picotait et ça tiraillait de partout et mes petites crèmes de jour habituelles n'arrivaient pas à rééquilibrer tout ça. Heureusement pour moi, mon Cosmétus adoré a accepté d'interrompre ses vacances aux sports d'hiver pour venir me concocter une recette de derrière les fagots.

Rhaaaaaaa

(cri horrifié du Cosmétus face au machin rèche et terne sensé être mon doux épiderme satiné)

Non mais c'est quoi ce truc immonde ! Coldcream immédiatement et que ça saute !

Ah ça non alors. Les coldcream, ça colle, c'est lourd, c'est gras et ça me files des boutons !

Dis donc toi, c'est qui le spécialiste ici ?

Euuuuuuh, c'est toi ?

Exactement alors tu t'écrases et tu te mets au boulot !

Oui, le Cosmétus devient très agressif quand on ne prend pas soin de sa peau et qu'on interrompe sa semaine de ski. C'est donc toute penaude que je m'en suis allée rassembler le nécessaire à la confection de la dite crème. Force m'est d'admettre qu'une fois de plus, Cosmétus avait raison. C'est bien lui l'expert puisque me voici nantie d'une crème de jour bien hydratante et dotée en prime d'un léger effet coldcream.

Alors je vous vois venir, vous vous demandez ce que peut bien être un léger effet coldcream. C'est juste que, pour bien protéger la peau quand il fait froid, il n'y a pas de secret, il faut appliquer un film protecteur sur la peau. Dans les coldcream classiques, il est généralement obtenu avec des cires ou des émulsifiants spécifiques. Du coup, on a un effet film important et qui dure. Parfait en montagne et par grand froid mais le truc dont j'ai personnellement horreur, d'abord parce que j'aime pas la sensation, ensuite parce que c'est gras et ça fait la peau qui brille et qu'en prime, je redeviens rapidement une adolescente boutonneuse ! Beurk ! Les crèmes que je fabrique habituellement ne laissent donc aucun effet film, ce qui convient parfaitement à ma nature de peau et à mes goûts. Sauf que, quand la situation est catastrophique, ben ça suffit plus. Ma nouvelle crème donc, contrairement aux autres, va bien laisser un petit film protecteur mais léger. Elle est ainsi plus protectrice et équilibrante tout en restant très légère. Je doute toutefois qu'elle soit suffisante si je devais aller en montagne.

Alors bien sûr, je pourrais vous parler de tous les avantages que je lui trouve et tout et tout mais finalement, j'ai renoncé car j'ai repensé à une question que toutes les personnes à qui j'ai fait profiter de mes crèmes maison dans mon entourage m'ont posé : mais ça coûte pas cher de faire tout ça soit même ? Ça doit être difficile ? Et il faut quoi ? Bon d'accord, ça fait plus d'une question mais vous voyez l'idée. En gros, nombreuses sont les personnes qui hésitent à se lancer parce qu'elles ont peur d'investir beaucoup de temps et d'argent pour un résultat qui n'est pas garanti. Alors aujourd'hui, on va parler matos et gros sous et on va évaluer le prix de revient de cette crème si vous êtes un parfait débutant qui s'équipe ou si vous avez seulement les ingrédients à acheter.

Pour faire une émulsion (nom du processus aboutissant à la création de votre crème), il vous faudra au minimum 2 bols en inox (2,9€ le bol de 100 ml et 3,5€ le bol de 200 ml), un mini fouet (0,8€) et une balance de précision (celle qui permet de peser des fractions de gramme pour 15€). Mon fournisseur principal étant Aroma Zone (j'ai pas de part chez eux et je ne leur fais pas de pub, je tiens à être claire), je me base sur leurs prix simplement parce qu'ils ont à peu près tout et que ça me facilite donc la tâche. Mais on peut trouver la même chose chez d'autres fournisseurs sur internet ou même pour certaines choses dans des magasins spécialisés en pâtisserie. Si vous avez quelques euros en plus à dépenser, je vous conseille de vous procurer également des coupelles de pesée (2,5€ le lot de 2), une cuillère doseur 2ml (0,2€ le modèle en plastique très suffisant) et des pipettes graduées 3ml (0,8€ le lot de 10). Les coupelles vous permettront de peser les actifs cosmétiques à ajouter dans l'émulsion, la cuillère à prélever les ingrédients solides en paillettes ou granules et les pipettes à prélever les ingrédients liquide quand les digigouttes se bouchent ou qu'il faudrait compter trop de gouttes. Pour les autres ingrédients solides, un couteau de cuisine bien propre fait parfaitement l'affaire.

IMG_2320

 Matériel de base. La cuillère à café est là uniquement pour vous donner une idée des tailles de tout ça.

Au final, pour 26€ environ, vous êtes équipés de l'essentiel et du superflus pour la fabrication, vous n'aurez guère que les pipettes à racheter de temps en temps. Honnêtement, j'ai plus de matériel que ça à la maison mais franchement, il est très rare que je m'en serve et si je l'avais su, je m'en serais passé.

Ensuite, il vous faudra encore conserver vos préparations. Pour les crèmes, j'utilise essentiellement des pots de 30 et 50 ml (double paroi 30 ml à 0,70€, double paroi 50 ml à 0,8€ ou pot PET à 0,55€) et quelques pots de 10 ml pour certains baumes ou des échantillons (0,8€ le lot de 3). Pour débuter, je vous conseillerais d'investir dans 3 pots de 30 ml et 2 pots PET de 50 ml, c'est suffisant pour 3-4 recettes en petite quantité ce qui vous laisserait une facture de 3,2€. A propos de quantité, justement, d'expérience, il est plus facile de préparer en petite quantité qu'en grosse ou en toute petite. On évitera donc de se lancer directement dans la fabrication de 200 ml de crème ou 10 ml de crème. On privilégiera les préparations de 30 à 100 ml max. Sachez également que les crèmes maison se conservent moins longtemps que les "industrielles" et qu'on en utilise généralement des doses plus faibles. Elles durent donc longtemps. Mes pots de 50 ml me font facilement 2 mois voir 3 si j'oublie d'en mettre tous les jours.

Au final, niveau matos, l'investissement de départ est d'un peu moins de 30€. Ensuite, pour quelques euros, il vous faudra simplement renouveler votre stock de pots et autres contenant si nécessaire.

L'autre source d'investissement non négligeable, c'est les ingrédients. Si certains sont vraiment chers ou à renouveler très régulièrement, d'autres peuvent sembler un peu cher mais vous ferons un très long usage. Je vais donc vous faire la liste du nécessaire et de son coût en investissement pour les quantités les plus proches de celles réellement utilisées, puis on rapportera ça au prix de revient de la crème elle-même (qui sera alors majorée car les ingrédients peuvent revenir moins chers si on les achète en plus grosses quantités). 

Allez, c'est parti pour la recette

Crème de jour effet coldcream pour peau sèche à mixte (pour 50 ml) :

  • 5g (ou 5,5 ml) d'huile végétale (HV) de dattier du désert (10ml pour 1,25€ soit 0,69€) : huile au toucher très sec, très pénétrante, non comédogène, elle est hydratante, nourrissante et assouplissante. Régénérante, réparatrice et riche en anti-oxydant, c'est aussi une huile intéressante dans les soins anti-âge.
  • 2,5g (ou 2,8 ml) de beurre végétal de Kpangnan (10ml pour 1,75€ soit 0,49€) : Beurre très riche en phytostérols, il est comparable au karité mais a une texture plus onctueuse. Anti-inflammatoire, anti-oxydant, réparateur et nourrissant, il permet de faire des soins apaisants, réhydratant et anti-âge. Il présente également une bonne pénétration dans l'épiderme.
  • 3g d'emulsan (30g pour 2,30€ soit 0,23€) : c'est l'émulsifiant principal de cette crème, le produit qui rend l'émulsion (pour les néophytes, le mélange huile/eau) possible et stable. En gros, c'est ce qui permet de transformer votre vinaigrette en crème. Celui-ci est d'origine végétal (c'est un dérivé du sucre), donne des crèmes légères et fines et est utilisable pour tous les types de peau.

Une parenthèse sur les émulsifiants : Chaque émulsifiant a ses propres caractéristiques. Certains sont plus hydratants, d'autres plus protecteurs, certains sont plus pénétrants et d'autres plus onctueux. Certains ont besoin d'un co-émulsifiant pour obtenir la bonne texture ou une composition stable, certains sont difficiles d'utilisation. Bref aucun n'est parfait. Vous avez donc le choix. Soit vous choisissez votre émulsifiant en fonction de sa facilité d'emploi soit en fonction de ses propriétés. Perso, j'en ai testé plusieurs (6 au total) et au final, je reviens toujours au même : l'émulsan. D'abord parce que ses propriétés me conviennent. Il est très hydratant et très pénétrant. Les textures que l'on obtient sont très fines et douces, très agréable sur la peau. Enfin, sa facilité d'utilisation est considérée comme moyenne. Par contre, il offre peu de protection (faible film protecteur sur la peau) et donne des crèmes assez liquides si on ne force pas la dose et qu'on l'utilise seul. Mais l'utilisation seul reste tout à fait possible. L'usage d'un co-émulsifiant permet toutefois d'avoir accès à l'intégralité des textures possibles, du lait à la crème riche et épaisse. Mon co-émulsifiant préféré pour aller avec, c'est l'alcool cétylique. Ce dérivé de l'huile de coco permet d'épaissir les préparations et les rend encore plus onctueuses. Très pénétrant également, il a un petit effet filmogène protecteur préservant l'hydratation de la peau. Bref, c'est pour moi le complément idéal pour ajuster les textures de mes crèmes sans les alourdir.

  • 1,5g d'alcool cétylique (100g pour 1,9€ soit 0,03€) : agent épaississant pour ajuster la texture de la crème et lui donne un petit effet film protecteur.
  • 38g d'eau minérale
  • 0,25g d'actif cosmétique Allantoïne (50g pour 2,90€ soit 0,02€) : L'allantoïne s'obtient à partir de l'urée. On l'utilise pour ses propriétés hydratantes, adoucissantes et apaisantes. C'est un produit de choix pour soulager les peaux sensibles et irritées. Son action réparatrice et kératolytique régénère la peau et lui redonne de l'éclat.
  • 2g d'urée (100g pour 2,5€ soit 0,05€) : c'est la championne de l'hydratation. Son action kératolytique plus prononcé que celle de l'allantoïne permet d'affiner le grain de peau tout en douceur. Non seulement elle pénètre facilement dans la peau mais elle favorise la pénétration des autres actifs. Enfin, son action purifiante limite la prolifération des bactéries sur la peau ET dans les préparations.
  • 0,15g soit 5 gouttes (0,15ml) de bisabolol végétal (5ml pour 3,5€ soit 0,10€) : cet actif cosmétique est utilisé principalement pour son action apaisante très puissante et son action réparatrice. Dans cette préparation, il n'est pas indispensable mais ajoute au confort apporté par la crème sur une peau très déshydratée.
  • facultatif : 2 gouttes de vitamine E (5ml pour 2,5€ soit 0,03€) : cet actif est surtout intéressant car il allonge la durée de vie des beurres et des huiles en leur évitant de rancir. C'est aussi un très bon actif anti-âge et anti-inflammatoire à utiliser dans les soins anti-âge et après coup de soleil.
  • 0,3g (0,3ml) de cosgard (5ml pour 1,5€ soit O,09€) : il s'agit du conservateur, indispensable aux émulsions maison si on ne veut pas les voir moisir rapidement. Perso, je n'utilise que  celui-ci même s'il est d'origine synthétique (il est toutefois écocert) pour plusieurs raisons. D'abord, son efficacité. Si on a souvent des surprises avec les conservateurs d'origine végétales, on n'en a jamais avec celui-ci. Ensuite, il fonctionne quelque soit la préparation alors que les conservateurs végétaux sont à prohiber avec certaines préparations. Enfin, il est économique à l'achat et à l'usage car il suffit d'une petite quantité pour avoir l'effet souhaité.
  • facultatif : 16 gouttes (0,45ml) d'huile essentielle de lavande vraie (10ml pour 4,5€ soit 0,2€) et 8 gouttes (0,2ml) d'huile essentielle de romarin (10ml pour 3,2€ soit 0,07€). J'ajoute généralement toujours de la lavande à mes préparations car cette HE est très polyvalente. Elle est en particulier assainissante, anti-septique, relaxante et anti-stress. Associée au romarin revitalisant, elle permet d'allonger la durée de conservation des préparations tout en leur donnant une bonne odeur.

IMG_2322

L'alcool cétylique se présente sous forme de paillettes

IMG_2324

L'allantoïne est une fine poudre blanche, l'émulsan des petites billes

IMG_2325

 A gauche, le beurre de kpangnan et à droite, l'urée qui ressemble un peu à du sucre en poudre.

Au total, si vous devez tout acheter, il vous en coûtera donc 28€, produits facultatifs inclus. Le prix de revient réel de la crème, lui, est seulement de 2€ pour votre pot de 50 ml. On voit donc qu'une fois l'investissement de départ réalisé, on peut très rapidement rentrer dans ses frais pour peu qu'on choisisse judicieusement ses produits. Car la plupart des beurres et des huiles peuvent être utilisées dans de nombreuses préparations différentes. En cosméto par exemple, j'utilise en gros 3 beurres (kpangnan le plus souvent, kokum ensuite et sal pour ajuster les textures des baumes) et 5 huiles majoritaires. C'est largement suffisant pour réaliser crème et lait pour tous les jours. En stock, j'ai une bonne vingtaine d'huile différente en comptant les macérât mais c'est parce que je fabrique également des soins traitants spécifiques. De la même façon que les cosmétiques, vous aurez un peu d'investissement de base à faire mais le prix de revient des soins sera ensuite très réduits.

Ce qui pourra vraiment faire grimper votre facture, si vous regardez les prix que je vous ai indiqué, ce sont certains actifs spécifiques mais surtout les huiles essentielles. Je vous montrerai ça plus tard, avec la réalisation d'un baume pour maux de tête.

Réalisation de la crème : les émulsions comportent toujours 2 phases : la phase huileuse et la phase aqueuse. C'est le mélange des 2 phases qui donne l'émulsion. On peut soit verser la phase aqueuse dans la phase huileuse, soit l'inverse. Perso, j'ai remarqué que j'avais toujours beaucoup moins de problèmes quand je versais la phase huileuse dans la phase aqueuse et je procède donc toujours ainsi maintenant, même pour les quantités de phase huileuse importantes.

  • on met dans le plus petit bol l'huile, le beurre, l'émulsan, l'alcool cétylique : c'est la phase A, phase huileuse
  • on met dans le plus grand bol l'eau minérale : c'est la phase B, phase aqueuse. On y ajoute l'urée.
  • on met les 2 phases à chauffer jusqu'à 70°C au bain marie en remuant doucement pour bien faire fondre émulsifiants, beurre et urée. Si vous n'avez pas de thermosonde, pas de souci. En général, quand tout est fondu dans la phase huileuse et que de toutes petites bulles apparaissent au fond du bol de la phase aqueuse, c'est tout bon. On sort alors les 2 bols du bain marie.
  • on verse immédiatement en filet la phase A dans la phase B en fouettant celle-ci en continu. Elle commence alors rapidement à blanchir. Quand toute la phase A est incorporée, on continue à battre pendant 3 mn.
  • on place alors le bol contenant l'émulsion dans un récipient rempli d'eau froide et on continue à battre pendant 3 mn. L'émulsion est prête, il ne reste qu'à lui ajouter les actifs les uns après les autres en mélangeant bien entre chaque ajout.
  • on commence par l'allantoïne, puis le bisabolol, la vitamine E, le cosgard et enfin les HE.

Et voilà, c'est prêt ! Cette crème peut se conserver facilement 3 mois à température ambiante dans votre salle de bain. Vous pouvez prolonger cette durée jusqu'à 6 mois sans problème au frigo.

En résumé, pour un parfait débutant l'investissement de départ tournera autour des 60€ ce qui n'est pas si élevé quand on pense au prix des produits de très grandes marques comme Clarins, Yonka ou autres. Si vous n'avez que les ingrédients à acheter, la facture tombera autour de 30€ et refaire la crème une fois votre pot terminé vous reviendra ensuite dans les 2€.

Posté par reyhaziel à 16:32 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :