Tout a commencé il y a plusieurs semaines quand j'ai commis l'incommensurable erreur de me laisser surprendre en pleine partie de Zelda par les monstros.

Maman maman, mais qu'est-ce que tu fais ? C'est quoi ça ? On peut jouer ?

Euh, ça ? Ben c'est le jeu de Papa. Celui qu'on lui a acheté pour son anniversaire.

Ben pourquoi c'est toi qui joue alors ?

Euuuh ...

Parce que j'aime bien regarder maman jouer.

Maman, je peux jouer sur ta partie ? Dis ouiiiii ! S'il te plaîîîîîîîîît !

Rhaaaa, bon d'accord.

(oui, je suis faible devant les yeux de cocker larmoyant d'un Azraël quasiment à genou les mains jointes)

Et voilà comment les monstros sont devenus des accros à Zelda. Ah ça, j'aurais dû savoir que c'était une grosse grosse erreur. D'autant qu'évidemment, en voyant jouer son petit frère, Gargamel a rappliqué dare dare pour se taper l'incruste lui aussi. Résultat, après m'avoir tuée par arme blanche une bonne dizaine de fois en moins d'une heure (ce qui, sachant que j'avais tout de même 14 coeurs de vie constituent un exploit non négligeable), tuée pratiquement autant de fois par noyade, réduit en bouille toutes mes armes (oui, les armes s'usent et se brisent dans Zelda), boulotté toutes mes provisions et écrasé par mégarde ma sauvegarde, j'ai décidé de stopper net les dégâts en imposant à ma chère progéniture de jouer sur leur propre partie. D'ailleurs bizarre, Link (le héros) s'est mis brutalement à mourir nettement moins vite alors qu'il n'avait pourtant que 3 coeurs de vie à ce moment là.

Bien sûr, cela ne m'a en rien dispensé de rester des heures durant (bon ok, peut-être pas des heures mais moi ça m'a paru des siècles) à leur disposition afin de lire les différents dialogues, leur apprendre les commandes et les guider dans toutes les phases du jeu. Fort heureusement, de tant à autre, quelques scènes savoureuses m'ont permis de tenir le coup et de ne pas mourir d'ennui (ou d'énervement, de frustration et d'exaspération). Il faut dire que les 2 frangins se sont révélés étrangement complémentaires sur ce jeu puisque le grand plaisir d'Azraël était d'aller activer les tours permettant d'obtenir des morceaux de la carte et de résoudre les énigmes des temples tandis que celui de Gargamel était de taper comme une brute sur tous les méchants, et plus particulièrement les gros.

Maman maman, on doit aller où maintenant.

Ben il faudrait aller chez les zoras mais ce serait bien de ramasser des trucs pour faire des petits plats avant d'y aller.

(oui, Link est un homme moderne, il cuisine !)

Et c'est où chez les zoras ?

C'est par là mais il faut faire attention, il y a plein de méchants. Donc faudrait vraiment faire des petits plats avant.

Les méchaaaants ! Je veux taper les méchaaaants !

Oui oui Gargamel ça va, on y va.

Euh, ce serait bien de se promener un peu en chemin pour ramasser de quoi manger et faire des petits plats quand même.

Maiiiiis je veux les méchaaaaants !

Gargamel Gargamel y a des méchants, vite prends la manette ! Je vais pas y arriver ! J'ai trop peur ! Je suis une vraie poule mouillée !

Mais enfin Azraël, calme-toi ! C'est qu'un jeu !

Mais je sais maman

(t'es bête ou quoi fortement sous-entendu dans le ton employé)

mais je suis vraiment trop une poule mouillée moi !

(totalement hilare, un sourire jusqu'au oreille et parfaitement fier de lui)

Azraël Azraël regarde ! J'ai tapé les méchants ! Ha ha ha ils ont perdu ! J'ai gagné !

Super Gargamel. Rends moi la manette maintenant !

Ce scénario s'est bien évidemment répété encore et encore. Deux bulldozers traversant le royaume d'Hyrule au pas de charge, détruisant tout sur son passage. Si si, tout ! Gobelins, moblins et autres trucs en in sans oublier les gros cailloux (des énormes golems de pierre répondant au doux nom de Lithoroc) évidemment mais aussi la faune et la flore pour faire bonne mesure. Quant à l'activité de chasseur cueilleur, complètement passer à la trappe.

Or ce qu'il faut savoir avec Zelda, c'est que pour survivre, il faut non seulement renouveler régulièrement son stock d'armes mais aussi et surtout, récolter de la nourriture et la cuisiner pour récupérer de l'énergie avant, pendant et après les combats. Sans parler de faire des potions sans lesquelles vous décéderez inévitablement dans certaines zones de la carte (genre tu prends carrément feu sur les pentes du volcan si tu n'as pas de potions ignifuge).

Maman maman au secours je brûle !

Comment ça tu brûles ? Mais t'es où là ?

Ben sur le volcan.

Je veux le gros méchant. Je veux le lézard !

Mais je vous ai dit que vous ne pouviez pas y aller maintenant. Vous n'avez pas ce qu'il faut.

Maiiiiiiis SIIIIIIIII ! JE VEUX LE MÉCHANT !

Mamaaaaan, on va mourriiiiiir !!!!

(ton totalement hystérique que je suis sûre qu'Hystéricus était dans le coup c'est pas possible autrement)

Rhooo, ça va hein

(ton particulièrement excédé vu que c'était au moins la 5ème fois qu'ils m'appelaient pendant la préparation du dîner)

Vous avez qu'à manger des trucs jusqu'à ce que vous arriviez au village. Y a des vêtements là-bas qui vous protégeront.

D'accord mais on n'a rien à manger.

Comment ça vous n'avez rien à manger ? Ah ben oui, vous n'avez rien. Bon ben vous êtes morts alors.

Et que je t'ai planté là les monstros. Ils n'avaient qu'à m'écouter et faire la cueillette avant d'aller n'importe où et surtout pas là où j'avais dit qu'il fallait pas aller non mais des fois. Après leur nième décès prématuré, les monstros ont finalement décrété que maman avait peut-être raison et qu'ils feraient peut-être bien de se préparer un minimum avant d'aller affronté le lézard.

Dernière petite précision qui a son importance. A force de me regarder jouer puis de regarder jouer les monstros et de leur apporter son aide, Chéri s'est finalement décidé à entamer sa propre partie, thésaurisant comme une petite fourmi armes et ingrédients.

Mamaaan, on a ramassé plein de choses à manger. Tu viens nous aider à faire la cuisine !

(eh oui, même dans les jeux vidéo, c'est Bibi qui doit se mettre aux fourneaux)

Non mais vous pouvez pas essayer tous seuls ?

Oui mais toi tu sais bien faire et puis tu connais les recettes parce que t'es trop forte toi maman

(il semblerait que les leçons de diplomatie que j'ai tenté d'inculquer à Azraël portent enfin leur fruit)

Oooh, mais tu deviens diplomate mon grand

(immense sourire roublard d'Azraël)

Ok, je vous aide. Mais ensuite vous me laissez tranquille d'accord.

Promis maman !

Et effectivement, ils ont tenu leur promesse puisqu'une fois la popote faite, ils ont refilé la console à leur père pour aller faire les zouaves à l'étage. Et moi, je suis retournée tranquillement dans ma cuisine tenter encore une fois de préparer le dîner quand tout à coup 

Euuh, la Puce ! Tu peux venir une minute ?

...

(gros soupir résigné)

Qu'est-ce qu'il y a ?

Tu voudrais pas m'aider ? Je sais pas trop comment faire à manger là. Et puis toi, tu connais bien les recettes

(avec un grand sourire qu'on se demande qui copie sur qui dans cette maison)

Au final, mes hommes n'ont pas arrêté de faire la popote ce jour-là et pourtant au dîner, on a dû se contenter d'une assiette de pâtes. Non franchement, mes hommes, ben ils abuseraient pas un chouia quand même ?