jeudi 20 septembre 2018

Un monstrueux cadeau...

ou un cadeau monstrueux ? Je ne sais pas trop. J'hésite encore. Là où je n'ai pas hésité par contre, c'est quand j'ai décidé de me lancer dans sa réalisation. Tout est parti des vacances de Chofie et de sa visite des studios Warner Bros où ont été tournés les Harry Potter. Son bon plan pour se faire à moindre frais et moindre peine un uniforme d'élève à Poudlard m'a donné une grosse envie de nouveaux costumes pour les monstros mais bon, rien à faire, j'avais pas le temps. Mais l'envie de faire un truc d'inspiration potterienne était là et bien là.

Et puis j'ai vu sa version d'uniforme aux couleurs de Serdaigle réalisé pour l'anniversaire de Totorelle et là, j'ai craqué sous la pression de la Potter mania. J'ai illico abandonné mon idée de peluche Hedwige sur laquelle je planchais (comme cadeau pour Totorelle justement) parce qu'avec un aussi bel uniforme (et je vous parle même pas de la cape que j'ai découverte aujourd'hui qui est encore plus réussie), tout élève de Poudlard qui se respecte se devait d'avoir les livres de sorcellerie qui conviennent. Et je me suis lancée dans la confection du plus célèbre bouquin à destination des jeunes sorciers avides d'apprendre : le Monstrueux Livre des Monstres. Bon ok, c'est peut-être pas le plus célèbre mais c'est celui qui m'a le plus marqué (on se demande bien pourquoi tiens !)

Alors, comme à mon habitude, j'ai écumé Youtube à la recherche de tuto pour sa fabrication et j'ai sélectionné ceux-là.

Celui-ci pour le réalisme de ses détails et en particulier des tentacules
Celui-là pour la simplicité de mise en oeuvre de l'habillage en fausse fourrure

Alors bien sûr, ils ont tous les 2 leurs avantages et leurs inconvénients. Le premier a un rendu des plus réalistes mais l'habillage poil par poil, très peu pour moi. C'est qu'à force de changer sans arrêt d'idées pour ce cadeau, je commençais à manquer singulièrement de temps pour le réaliser. Et puis je n'aurais jamais eu la patience. Le second était incontestablement plus rapide à réaliser mais niveau rendu, j'étais un peu déçue par les détails. Alors j'ai fait un mix des 2.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6fb

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6fd

Toutes les pièces en fimo s'inspirent des techniques de "TheCraftMaiden" et l'habillage de fourrure s'inspire de la technique de "Jessica Ptitatelier". Je vous aurais bien fait un tuto détaillé mais, prise par le temps, je n'ai fait que peu de photos des étapes de réalisation. Mais voilà les grandes lignes.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_704

Pour réaliser ma version, je me suis d'abord procurée une boite en bois en forme de livre. Totorelle pourrait ainsi y cacher tous ses petits trésors qui seraient, à n'en pas douter, impitoyablement défendus !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_72b

Un petit coup de peinture et de vernis en bombe sur la tranche pour donner une illusion de feuilles de papier (le bois naturel me semblant un peu trop pâle) et c'était bon. Pour les gencives et les dents, en gros, on fait une galette de pâte fimo (un mélange chair et rouge) qu'on met en forme puis on fait des trous dans la tranche de la galette. On pourra alors y insérer les crocs réalisés en fimo blanche. Cette technique permet un rendu assez convaincant du gonflement de la gencive lié à la présence des racines des dents et un rendu assez réaliste. Elle permet en plus de coller facilement les dents sur la gencive, sans tout déformer. Un petit travail de façonnage autour de ces trous permet ensuite d'en accentuer les reliefs. Pour améliorer encore le rendu, j'ai passé partout un mélange très dilué de peinture noire et d'eau, essuyé immédiatement après l'application. Cela permet de mettre en valeur les reliefs et de jaunir les dents pour un aspect plus naturel. Il ne reste plus qu'à cuire et à vernir. Et quand le vernis est sec, on colle les gencives sur la boite avec une bonne couche de colle chaude. Il est important de fixer les gencives avant de passer à la confection des tentacules car vous pourrez ainsi vous assurer du nombre, dela position et de la forme de ces derniers pour qu'ils ne viennent pas buter dans les gencives au moment où vous voudrez les fixer à leur tour.

On peut à présent s'attaquer à la fabrication des tentacules. On va commencer par fabriquer une armature pour chaque tentacule (sauf les tous petits) en fil de fer. Cette armature est importante car elle va vous permettre d'une part de fixer plus facilement le tentacule sur la boite au moyen d'une bande de fixation mais surtout, elle va vous assurer que le tentacule ne se déformera pas sous son propre poids à la cuisson.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_72e

Quand les armatures sont prêtes, on les enrobe de pâte fimo couleur chair que l'on met en forme pour qu'elles ressemblent vraiment à un tentacule. Pour imiter les ventouses, on pose une minuscule boule de pâte fimo sur notre tentacule formé et on perce la boule avec un cure-dent. Effet bluffant garanti. Quand les tentacules sont prêts, on prépare une bande de pâte à laquelle on donne une forme d'équerre pour qu'elle épouse le contour de la boite au niveau des coins. On vient alors y presser la base des armatures des différents tentacules puis on prend le livre en bois et on écrase tout ça. On peut ainsi finir de bien mettre en place chaque tentacule et s'assurer du rendu que cela aura sur la boite. On lisse délicatement la pâte au niveau de la jonction tentacule/bande de fixation (inutile d'être perfectioniste, le tissu en fausse fourrure viendra camoufler tout ça) et on décolle bande de fixation et tentacules de la boite puis direction le four pour cuisson.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6ef

Les tentacules façonnés et fixés sur la bande de fixation avant cuisson.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6f0

Les mêmes tentacules, après cuisson. La forme n'a pas bougé mais on voit que la cuisson a légèrement modifié la couleur.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6f1

Gros plan sur les tentacules après cuisson

Il n'y a plus qu'à répéter cette opération pour les 4 coins. Une fois cuits, comme pour les gencives, on passe une couche de vernis pour fimo pour l'ensemble des tentacules. Il ne reste plus alors qu'à fixer chaque bande de tentacules sur le coin qui lui est destiné à grand renfort de colle chaude.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6f2

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6f3

Les tentacules du bas et les gencives collées sur la boite

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6f6

Et on ajoute les tentacules du haut

On peut ensuite faire la langue en ruban de notre livre. Une bande de fimo rouge découpée en fourche genre langue de serpent à laquelle on donne des ondulations, cuite et vernis et le tour est joué.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6f9

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6fa

La langue a été ajoutée

Pour les yeux, petite astuce de radine qui veut économiser sa pâte. Prenez du papier aluminium que vous allez rouler en boule puis compacter très serré en lui donnant grossièrement la forme de la partie bombée que vous voulez obtenir pour les yeux de votre livre. Outre le fait que cela évite de consommer une grosse quantité de pâte, cela allège le poids de la pièce. Ici, ce n'est pas très important mais pour certaines réalisations, c'est essentiel. Une fois votre forme en alu prête, vous la recouvre d'une couche de fimo marron foncé que vous pouvez ensuite sculpter comme vous l'entendez. On creuse les orbites pour 4 yeux, on les remplit avec de la fimo jaune et on ajoute une pupille en fimo noire. On cuit et on vernit comme d'habitude. Autre astuce : si vous avez de la fimo liquide (moi, j'en ai pas, c'est horriblement cher ce truc), on peut en ajouter sur la partie jaune des yeux pour plus de brillant. Sinon, le vernis à ongle transparent (type Durcidiamant. Je fais pas de pub, c'est simplement ce que j'avais sous la main), c'est bien aussi. Moins brillant mais bien.

Il ne reste plus que les plaques de titre à confectionner. Pour cela, on prépare 2 plaques de fimo marron foncé ou noir. Le plus simple pour les inscriptions, c'est le stylo à peinture dorée mais de la peinture dorée, je n'en avais point, ni en stylo ni autrement. Du coup, j'ai improvisé. J'ai gravé mes inscriptions dans la pâte que j'ai ensuite fait cuire car une fois cuite, la pâte fimo n'adhère plus. J'ai alors remplis mes gravures avec de la poudre d'or (pas de la vraie hein, la poudre d'or spécial fimo) et j'ai délicatement essuyé les plaques pour enlever le trop-plein. D'où l'intérêt d'avoir fait cuire la fimo avant parce que sinon, la poudre d'or colle absolument partout. La technique a plutôt bien marché au sens où mes gravures étaient bien remplies de poudre et le reste de la plaque bien propre ce qui faisait parfaitement ressortir les inscriptions. Restait à fixer la poudre pour qu'elle ne se sauve pas en recouvrant le tout avec mon vernis pour fimo. Là, je me suis un peu loupée. J'ai voulu trop bien faire et mettre une couche fine de vernis si bien qu'en l'étalant, j'ai aussi partiellement étalé ma poudre. Mais bon, le rendu final n'est tout de même pas mal.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6fc

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_703

A présent, tout est prêt. Il ne reste plus que l'assemblage final. On découpe un morceau de fourrure de la taille du livre, tentacules inclus et on fait chauffer son pistolet à colle. Pour recouvrir le livre, on commence par le dos, là où il n'y a aucun élément à rajouter. On dépose une généreuse couche de colle au bord de la boite sur une largeur de 3-4 cm. On place son tissu en le faisant dépasser de sorte qu'il puisse recouvrir les tentacules et on presse pour bien coller. On continue à encoller le fond de la boîte, bande par bande jusqu'à la tranche et on continue sur la tranche. Il est impératif de procéder par étape car la colle chaude refroidit très vite et durcit alors sans rien coller. Il n'est donc pas possible de coller tout le fond en une fois.

Quand la tranche du livre est recouverte, on retourne la boite. On marque au crayon sur le couvercle l'emplacement où on compte mettre les yeux. On va ensuite recouvrir le dessus en déposant la colle toujours bande par bande mais uniquement à l'extérieur de la zone où on a prévu de coller les yeux. Quand tout est collé, on cherche la zone restée non collée du dessus et on va la découper en laissant une petite marge. On pourra ainsi venir placer les yeux à coller directement sur le bois de la boite dans la découpe et recouvrir les bords de notre pièce en fimo par la marge de tissu fourrure. On aura ainsi l'illusion que les yeux sont incrustés dans la fourrure. Si votre fourrure à des longs poils, vous allez maintenant les coller entre eux avec un peu de colle chaude dans la zone où vous prévoyez de fixer les plaques de titre (sinon, vos plaques se baladeront au bout des poils après collage). Vous pouvez aussi choisir de les "raser" dans cette zone. On dépose encore une généreuse dose de colle chaude sur les plaques de titre et on les fixe sur le livre.

Il ne vous reste plus qu'à vous transformer en coiffeur pour livre, un métier délicat et pas franchement plein d'avenir mais indispensable à tout bon éditeur de Monstrueux Livre des Monstres. Mais c'est quoi donc un coiffeur pour livre ? Rien de plus simple. C'est le fou, ou plutôt la folle en l'occurence, qui va découper la frange de tissu laissée libre sur tout le contour du livre de sorte à ne laisser que des petits triangles qui vont venir recouvrir individuellement chaque tentacule. Ensuite, elle va déposer un peu de colle chaude sur un tentacule et venir y coller le triangle de tissu en se brûlant consciencieusement les doigts car il faut faire très vite et en prenant soin de bien faire remonter le tissu sur les bords des tentacules. Enfin, elle va venir faire une coupe brushing à chacun des tentacules et au bord de tout le contour du livre pour que les poils offrent un bel aspect et pas l'impression que le livre s'est coiffé à coup de pétards.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6ff

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6fe

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_701

Histoire que vous compreniez bien à quel point le métier de coiffeur pour livre est délicat, sachez que j'ai passé autant de temps à cette étape de découpe, fixation coiffage de la réalisation du livre que pour faire l'intégralité du reste. Mais une fois que cette étape est réalisée, vous avez terminé et franchement, le résultat final en vaut la peine (en tout cas, je trouve et j'espère que sa nouvelle propriétaire sera du même avis).

Si vous avez envie de vous lancer dans une confection similaire, voilà la liste du matériel que j'ai utilisé

  • livre en bois
  • peintures acryliques cuivre et ivoire pour la tranche du livre, noire pour les effets réalistes 
  • pâte fimo rouge, blanche, chair, marron foncé, jaune et noire
  • vernis en bombe
  • vernis pour pâte fimo
  • fil de fer fin (enfin, de fer, j'en sais trop rien, ca pourrait aussi être du laiton ou de l'alu, un câble en métal quoi)
  • pistolet à colle et bâtons de colle chaude (il en faut pas mal)
  • tissu en fausse fourrure

Je ne fais pas de pub (oui, je me répéte) mais comme j'ai bien savoir où trouver les trucs pas toujours simple à dénicher, sachez que j'ai trouvé la boite en forme de livre chez Rogier&Plé. Le reste du matériel très classique vient des magasins (en ligne ou non) de loisirs créatifs (Rogier&Plé, Zodio et Créavéa). La fausse fourrure, je l'ai trouvé en solde chez Toto.

En toute honnêteté, cette création est longue (faut bien compter une dizaine d'heure minimum) mais elle n'est pas vraiment compliquée si, comme moi, vous ne cherchez pas un niveau de réalisme trop important. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'elle est à la portée du néophyte mais pas loin si vous suivez bien les tutos vidéo que j'ai inclus dans ce post. Et si vous n'êtes pas à cheval sur le coiffage, vous pouvez facilement réduire le temps de réalisation à 6-7h.

Posté par reyhaziel à 23:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


jeudi 13 septembre 2018

Couronnement !

Oyez oyez amis lecteurs, amies lectrices ! C'est un grand jour, ou plutôt une grande semaine que celle-ci puisse que les Inferno viennent d'acquérir leur premier titre de noblesse. Et quitte à devenir noble, autant viser le plus haut possible et c'est donc avec une fierté incommensurable que j'ai le plaisir de vous annoncer mon accession à la royauté.

Eh oui, votre ex humble servante vient de se voir décerner sans rougir (non, à ce stade, on ne rougit plus, on vire carrément à l'écarlate mais vous allez bientôt comprendre) le titre tant convoité de Reines des Pommes, ou des Quiches ou encore Truffes voir même des Cruches (en tout cas, un truc à boire ou à manger). Mais quel exploit inaccessible au commun des mortels ai-je donc accompli pour me voir sacrer Reine vous demandez-vous avec impatience ! Rien de plus simple, j'ai résolu un problème de plomberie. Je vous raconte ? Ok, c'est demandé avec tant d'enthousiasme que ma royale personne ne peut que condescendre à éclairer votre humble lanterne.

Tout a commencé à notre retour de vacances, quand on s'est aperçu avec Chéri qu'on avait un petit problème de pression d'eau dans la maison. Oui parce que quand l'eau de la douche coule tellement doucement qu'il vous faut vous coller au mur pour vous lavez ou que vous ne pouvez plus aller aux toilettes quand une lessive est en train de tourner, on peut légitimement décider qu'on a un petit problème. Il faut aussi savoir que la dernière fois qu'on a eu un problème de pression d'eau dans la maison à un retour de vacances, c'est parce que le tuyau d'arrivée principale qui passe dans le jardin avait une grosse fuite et que le jardin venait de se doter de son propre marécage personnel. Le rêve pour tout rôliste en manque de GN (Grandeur Nature pour les incultes) mais nettement moins sympa pour le citoyen lambda ! Alors bien sûr avec Chéri, on a commencé par arpenter le jardin à la recherche du Saint Graal (une fuite d'eau) tout en évitant les zombis monstrosiens mais rien, nada, que tchi, des nèfles ! Dans les jours qui ont suivi, on a yeuté tous les tuyaux visibles de la maison, testé les chasses-d'eau, contrôlé le chauffe-eau, sondé les murs, cherché les traces d'humidité sur les cloisons mais toujours rien de rien. On a poursuivi notre enquête en interrogeant les voisins histoire de voir si on était les seuls touchés par cette chute de pression et oui, on était les seuls ! J'ai ensuite missionné Chéri pour qu'il mette à contribution ses dons d'archéologue (pour dégager l'arrivée d'eau au fond du jardin enfouie sous une tonne de branchages et de feuilles mortes) puis de spéléologue pour descendre au fond du trou voir si la dite arrivée d'eau n'était pas engloutie sous les flots mais au fond du trou, il n'y a trouvé que notre moral. On a même interrogé la compagnie des eaux pour savoir s'ils avaient détecté une consommation anormale, signe d'une fuite qu'on arriverait pas à trouver mais non, tout était normal, on avait même moins consommé que l'an dernier à la même période.

Alors, en désespoir de cause, je m'apprêtais à appeler un plombier pour qu'il démarre une recherche de fuite ou de tuyau bouché quand tout à coup ...

Bon ben t'appelles le plombier ?

Je crois qu'on a plus le choix. C'est à peine si on peut prendre une douche à l'étage.

Ok. T'appelle qui ? Le voisin ?

(oui, on a justement un plombier dans notre rue)

Pourquoi pas. Huuuum, attends, je pense à un truc là. Mais non voyons ! C'est pas possible ! Ça peut pas être ça !

Ça quoi ?

Je vais voir, je te dis après

Et 5 mn après

Ok c'est bon, on devrait à nouveau avoir de la pression !

Non c'est vrai ? Ah ben oui, t'as raison. Ben c'était quoi ?

J'ai pas ré-ouvert correctement l'arrivée générale de l'eau quand on est rentré de vacances. Donc le robinet n'était qu'à moitié ouvert !

Voilà voilà. Vas-y ami(e) lecteur(trice), marres-toi un bon coup ! Vraiment, là, je le mérite bien quand même. Chéri, en tout cas, n'a pas boudé son plaisir. Mais j'ai eu ma revanche quelques temps plus tard. Mais ça, je te le raconterai une autre fois !

harry-potter-gifs-animes-9704355

Retraite stratégique d'une dignité royale irréprochable face aux ricanements d'un Chéri menacé d'un coupage de tête imminent !

 

Posté par reyhaziel à 23:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 8 septembre 2018

L'Agendus de la rentrée

Quand vient la rentrée des classes, certains sortent leur agenda scolaire. Chez les Infernos, c'est plutôt Agendus Démonicus qui sort de sa retraite et se lance dans sa grande opération de pourrissage de planning. Déjà en 2016, Agendus m'avait bien fichu le bazar dans la rentrée de Gargamel. Et puis, en 2017, en association avec ses collègues démoniaques, il avait largement contribué à me conduire à 2 doigts de la dépression nerveuse. Alors bien sûr, cette année, il a mis un point d'honneur à récidiver, s'acharnant à me bousiller à la fois le planning des monstros mais aussi, histoire de faire bonne mesure, mon planning au bureau et l'emploi du temps de mes petits nétudiants de master adorés.

Ça a commencé avec Gargamel et l'organisation de sa rentrée à mi-temps à l'IME, 2 matinées à l'Hôpital de jour, 3 après-midi à la maison et 2 séances chez Super Ortho (oui, je vous rappelle que, miraculeux miracle, Gargamel a obtenu une place en IME pour cette année). Après moult aller-retours téléphoniques, le planning avait enfin été établi, les difficultés aplanies et le taxi averti. Bref tout semblait rouler et pour une fois, ça me changeait.

Pour Azraël aussi tout était prêt. L'orthophonie était calé, la psychomot était demandé, l'AVS était accordée et restait inchangée et bien sûr, les trajets en taxi étaient réservés.

Et pour mes petits nétudiants adorés, joie suprême, zenitude absolue, les visites de site en lien avec leur formation dans le nucléaire étaient bloquées dans leur agenda (histoire de ne pas y planifier de cours au mauvais moment), tout comme des journées pour des colloques spécifiques dans le domaine et leur 2 jours de formation sur simulateur de conduite de centrale. Eh oui, ça rigole pas chez nous, encore que quand je les regarde s'affoler quand toutes les lumières du simulateur s'allument parce qu'ils savent pas lire les procédures assez vite pour empêcher la fusion du coeur du réacteur suite à une rupture du circuit de refroidissement, finalement, moi, je rigole bien ! (Je rassure tout le monde, aucun réacteur n'a jamais été maltraité pendant les simulations, inutile d'appeler la société protectrice des réacteurs, ni Greenpeace d'ailleurs).

Bref, tout semblait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles quand, tout à coup, ça s'est mis à déraper (ben oui, sinon, ce ne serait pas drôle) :

  • j'ai d'abord découvert que la secrétaire pédagogique du master, la même qui faisait des erreurs dans le planning en 2017 et que je me faisais engueuler parce que je les faisais remarquer, avait purement et simplement fait disparaître des séances de cours, bloqués des journées pour des colloques qui n'existaient pas et oublier de bloquer les jours pour les colloques qui, eux, existaient. Il y avait comme un air de déjà vu tiens.
  • j'ai aussi découvert que les industriels organisant les visites de site avaient finalement changé de dates pour la visite de mes petits nétudiants à moi ce qui fait qu'à présent, il nous faut simultanément visiter des installations en Bourgogne tout en suivant des cours à Palaiseau. Je ne sais pas pourquoi, j'ai la sensation que ça va être coton et pourrait poser un tout cht'i problème de rien du tout !
  • la psychomot a fini par me donner un créneau pour les séances d'Azraël sauf que l'horaire choisi nous contraignait Chéri et moi à nous trouver en 3 endroits différents en même temps (décidément, faut vraiment que je fasse un truc pour le don d'ubiquité, ça devient récurent)

minion

Ah ben voilà, la démultiplication, c'est ça qui réglerait mon problème

  • l'IME m'a informé qu'ils ne pouvaient pas prendre les 2 séances d'orthophonie de Gargamel en charge donc il faudrait faire une double prise en charge par la sécu et que, du coup, on n'aurait plus droit au taxi pour gérer ses transports (non mais il veut ma mort l'Agendus là ou quoi !)
  • l'hôpital de jour nous a informé que l'organisation péniblement négocié avant les vacances ne leur convenait plus finalement (et ne leur avait jamais convenu, c'est pas possible que la dame au téléphone m'ait dit que c'était bon, c'est sûr que j'entends des voix ma bonne dame) et que, ou on changeait les horaires de prise en charge pour Gargamel, ou ils ne le prenaient plus le mardi matin
  • le taxi gérant les transports des monstros chez l'orthophoniste et à l'hôpital de jour demeurait obstinément aux abonnés absents si bien que, jusqu'au dimanche soir 21h30,  j'ignorais totalement si on aurait un taxi le jour de la rentrée
  • et quand j'ai enfin eu des nouvelles (du taxi enfin faut suivre tout de même), c'était pour apprendre que, comme la sécu refusait d'acquitter les factures pour le transport des enfants chez les orthophonistes libéraux, il risquait fort d'arrêter d'assurer les trajets pour Azraël sauf si la situation se débloquait d'ici le mercredi
  • le transporteur gérant les transports de Gargamel pour l'IME avait bien prévu son transport les bons jours mais pas aux bons horaires (tu voudrais pas quand même, ce serait trop simple) si bien qu'à un moment, on s'est finalement retrouvé avec 2 chauffeurs chez l'orthophoniste se disputant pour savoir qui avait le droit de l'embarquer pour le ramener à la maison après avoir failli, la veille, n'avoir personne pour l'amener à l'IME.

Bref, une semaine de rentrée calme et tranquille quoi ! Car tout ça n'est arrivé qu'en l'espace d'une semaine, entre le 29 août et le 6 septembre en fait. Bon, en même temps, faudrait pas que je me plaigne, sur cette même période, je n'ai eu que 5 réunions, 1demi journée de soutenance de stage soit 3 rapports à lire (et encore, ça aurait pu être pire mais j'ai refusé de jouer les rapporteurs en étant prévenu seulement 2 jours à l'avance), 2 réunions de rentrée pour mes nétudiants, une réunion de rentrée pour Azraël et 7 autres rapports de stage à lire pour des soutenances devant se dérouler cette semaine. Non vraiment, chaque année, Agendus se montre de plus en plus inventif.

Heureusement, voir maman rentrer à pas d'heure et courir partout n'a pas semblé trop perturber les monstros qui ont plutôt bien vécu leur rentrée. Ni Chéri d'ailleurs qui a joué son rôle de père au foyer avec stoïcisme. Après une semaine, l'IME ne m'a pas encore appelé en panique parce qu'un ado gargamelien est ingérable (mais l'hôpital de jour semble tenter de se plaindre lui puisqu'il me demande un rdv pour discuter de son niveau d'agressivité grandissant, O joie). Quant à Azraël, il était trop impatient de montrer à tous ses copains son magnifique sac à dos Mario confectionné par maman et pleinement rassuré par la présence de l'AVS pour poser le moindre problème. Peut-être que je devrais faire un sac à dos Sonic à Gargamel tiens ? Ca calmerait peut-être ses hormones en ébullition !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6ed

Un appliqué Mario entièrement fabriqué par mes soins et dont je ne suis pas peu fière, je l'avoue

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6e9

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6e2

Entièrement doublé en coton enduit pour protéger les affaire à l'intérieur en cas de pluie

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6ee

Et que tout le monde se rassure, après 3 jours d'intenses négociations en tout genre, le cas des monstros semble rentrer dans l'ordre. Il me reste encore à réparer les dégâts d'Agendus dans mon planning (ce qui ne saurait tarder, mais si, allez, soyez sympa et laissez moi rêver) et dans l'emploi du temps de mes petits nétudiants mais là, je crois que c'est mort !

scarlet

Bon allez, c'est pas le tout, mais j'ai un casque de chasseur de troll à finir moi !

Posté par reyhaziel à 23:03 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 4 septembre 2018

Un ado comme les autres ?

Est-ce que je vous ai déjà parlé de la faille inter-dimensionnelle qui se trouve dans mon salon ? Vous savez ... celle par laquelle passe tous ces petits démons qui adorent me pourrir l'existence. Bien sûr que je vous en ai déjà parlé, même si ça fait un petit mot que je n'avais pas remis ça sur le tapis.

C'est que cette faille, vu que j'ai bien atteint le stade d'exorciste niveau 12 maintenant (ça commence à être calé le niveau question exorcisme, si si), j'avais plus ou moins réussi à la refermer. En gros, plus rien ne passait en provenance des plans infernaux. Trop cool non ? Bon, plus rien n'y repartait non plus (moins cool ça) ce qui fait que je continuais à me coltiner ma horde habituelle. Sauf que, avec le temps, on avait appris à s'apprivoiser un peu quoi. Alors je m'y étais habitué moi, à ma horde. Ils me pourrissaient raisonnablement la vie, je les laissais s'amuser un peu (surtout Couturus, Pâtissus et Fimus en fait parce qu'Enquiquinus, Hystéricus et moi, on n'est toujours pas franchement copains copains). Bref, c'était le statut quo et ça m'allait très bien comme ça. Sauf qu'apparemment, les protections que j'avais mises en place ont dû prendre du plomb dans l'aile car un nouveau petit démon a fait son apparition. Et lui, ce n'est pas qu'il n'est pas mon copain, c'est qu'il est plutôt en passe de devenir mon pire cauchemar, mon ennemi mortel, l'immonde bête à traquer et à abattre avant que ce ne soit lui qui ait ma peau.

Son petit nom : Hormonicus Démonicus. Et il est fort, très fort. Et sournois aussi. Et en prime, il se balade toujours accompagner de ses 2 comparses, Pilosius Démonicus et Boutonus Démonicus. Mais ce dernier reste encore extrêmement discret. Il attend patiemment son heure, en embuscade. A eux 3, ils sont capables de vous transformer un monstros doux comme un agneau et un truc totalement schizophrène oscillant aléatoirement entre un écorché vif doublé d'une fontaine copie conforme des chutes du niagara et un gremlin sur-vitaminé. Avec, quand vous avez de la chance, une période d'acalmie entre les 2. Bref, vous l'aurez compris, il s'agit ni plus ni moins du triumvirat démoniaque qui va transformer votre adorable chérubin en ce monstre horrible et terrifiant qu'est l'adolescent boutonneux !

Hormonicus a démarré son infiltration en douceur il y a quelques mois, modifiant de moins en moins subtilement l'attitude d'un pauvre Gargamel sans défense aucune. Rejet de l'école, rejet de l'hôpital de jour, volonté d'aller voir le docteur parce qu'on est malade et qu'il faut donc rester à la maison, crise de larmes à la moindre contrariété (la dite contrariété pouvant aller de la défaite à son jeu vidéo au simple fait de ne pas avoir de pâtes au dîner), autant de manifestations de l'influence pernicieuse d'Hormonicus. Sauf que, comme tout se passait en fin d'année, on a mis ça sur le compte de la fatigue d'une année particulièrement riche en stress. Ah ça, il est fort le Hormonicus, il n'y a pas de doute. Il a su agir tout en douceur, exacerbant des réactions somme toute classique de Gargamel jusqu'à un niveau inhabituellement élevé d'agressivité et/ou de sensibilité selon les cas. Et on n'y a vu que du feu, incapable de comprendre ce qui pouvait bien se passer. Et on aurait continuer à se torturer les méninges pour comprendre sans une série d'évènements.

Le premier incident aurait franchement pu nous faire passer Chéri et moi pour des idiots intégraux auprès des services de santé alors, au risque de donner dans le graveleux, je vais tout vous raconter en détail.

Alors voilà, ami lecteur, si tu as un petit garçon mais que c'est ton premier, tu n'es pas probablement au courant (et si tu n'en as pas, tu l'es sûrement encore moins) mais quand Hormonicus et Pilosius font leur apparition, il n'y a pas que les poils qui grandissent : le service 3 pièces de ton monstros, ben il grandit aussi. Tout particulièrement le truc avec lequel ils aiment beaucoup jouer, à qui ils donnent un petit nom (j'y croyais pas mais c'est véridique, Azraël m'en a fait clairement la démonstration) et qu'ils trouvent hilarant de t'agiter sous le nez, en un mot comme en 100, leur zizi ! Et oui, d'un coup le truc dont la taille semblait immuable depuis leur naissance (que tu commences même à te poser des questions sur le sujet) se met à grossir et à s'allonger et pas forcément les 2 en même temps en prime, ce qui a son importance.

Pourquoi je dis ça ? Simplement parce qu'un matin, Gargamel s'est plaint d'avoir mal au zizi alors je lui ai demandé de me montrer. Et il se trouve qu'il avait enfin perdu l'habitude de se promener à la maison à quéquette au vent et que ça faisait donc un moment que je n'avais pas vu l'engin de près (ce qui ne me manquait absolument pas non mais c'est quoi cet esprit mal tourné enfin !!). Et là, le choc ! C'était bien bien plus gros que dans mon souvenir. Branle-bas de combat général et examen approfondi de l'engin par l'expert : Chéri !

Alors ? T'en pense quoi ?

Ah ben ouais. Ca a l'air plus gros.

On fait quoi ? C'est dimanche. On attend lundi pour aller voir le médecin ?

Le truc, c'est qu'il a mal. Il a de la fièvre ?

Ben non mais bon ...

Je sais pas ... On devrait peut-être l'emmène aux urgences ?

(bon, à notre décharge, on a un peu paniqué parce que voilà, on a plusieurs cas de cancer dans cette région anatomique parmi nos connaissances et qu'on avait vu une émission médicale sur les différentes maladies fréquentes chez les petits garçons aboutissant à des gonflements de cette partie sensible quelques jours avant alors forcément ...)

Non. On va pas encombrer les urgences. Je vais plutôt appeler les urgences pédiatriques. On verra ce qu'ils disent.

Résultat de l'appel : pas de rougeur, pas de fièvre, pas de consommation d'eau inhabituelle et urinage sans problème = un monstros qui reste tranquillement chez lui.

Et effectivement, le lundi, une fois qu'il a eu compris qu'il irait de toute façon à l'école et à l'hôpital, Gargamel a miraculeusement cessé d'avoir mal ce qui ne nous a pas empêcher de devenir des obsédés du zizi et qu'on l'a surveillé très régulièrement au cas où son état aurait évolué. Et pour évoluer, il a évolué puisqu'au fils des semaines, on l'a vu s'allonger avant de voir les premiers poils apparaître. Eh oui, il avait grandi mais en largeur d'abord avant d'attaquer la longueur. Le mystère était résolu et quand mes collègues m'ont demandé des nouvelles de Gargamel (oui, vu mon état de panique, j'en avais parlé à quelques collègues bien choisis des fois qu'ils aient des infos) et que je leur ai raconté, ça a bien rigolé dans les couloirs, je vous prie de le croire. Allez, vas-y ami(e) lecteur(trice), toi aussi marre-toi un bon coup. Tu l'as bien mérité après avoir tout lu jusqu'ici.

Alors certes, ce n'est peut-être pas très politiquement correct de parler de ces choses dans un blog mais bon, je me suis quand même dit qu'on était sûrement pas les seuls à avoir été confronté à l'angoisse existentielle de la taille de l'engin de son fiston adoré (perso, on est passé de "waouuuh, c'est énorme" à la naissance à "nondidiou qu'est-ce qui se passe" dernièrement avec un "euh, pourquoi ça reste tout petit" entre les 2) alors si ça peut rassurer un seul parent (et faire marrer les autres en bonus), ça aura valu la peine d'écrire ce post.

Après ce premier incident majeur, une série de comportements particulièrement agressifs a continué à nous mettre la puce à l'oreille, d'autant que Pilosius continuait allègrement à frapper, la lèvre supérieure de Gargamel commençant à être atteinte également. Jusqu'au jour où Kokeshi (la maman d'un copain de Gargamel) me répond alors que je me plaignais d'avoir du mal à gérer l'agressivité et l'émotivité de Gargamel ah ben attends, il aura bientôt 12 ans, il devient un ado.

Et là, ça a fait tilt. Car comme tout le monde le sait, qui dit ado dit Hormonicus et ses attaques à base d'hormones en tout genre. Oui, on est un peu lent à la comprenette avec Chéri parfois et on n'a pas pensé que les hormones à l'adolescence, ça pouvait aussi influencer le comportement. Nous, on a juste retenu que plein de trucs poussaient et c'est tout. Mais alors serait-il possible que, même si Gargamel n'était pas un enfant comme les autres, qu'il ressemblait toujours par bien des côtés à un petit garçon, il se transforme soudain en un ado tout ce qu'il y a de plus ordinaire. C'est la question que j'ai posé au pédopsy la semaine dernière, histoire d'en avoir le coeur net et de voir comment gérer le comportement nouvelle version de mon gremlin.

Gargamel devient vraiment hyper sensible et très agressif ces derniers temps.

Ah bon ?

Oui, à l'anniversaire de son petit frère, il s'en est pris violemment à lui parce qu'il était contrarié. Et pourtant Azraël lui avait rien fait.

Effectivement, c'est un problème

Et hier il s'est mis à pleurer parce que la glace d'Azraël lui a fait la langue bleue et que sa glace à lui lui avait pas fait la langue rouge.

Huuum, il va avoir 12 ans bientôt. C'est les hormones. C'est courant chez les enfants comme lui. Ca arrive plus tard et c'est bien plus violent.

Et voilà, j'étais donc rassuré. Non non non, Gargamel ne serait pas un ado comme les autres ... il serait pire !!!! Et j'ai comme l'impression qu'Hormonicus et ses acolytes n'ont pas finis de nous en faire voir de toutes les couleurs !

Posté par reyhaziel à 22:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,