Eh oui, ami(e) lecteur(trice). Je te l'avais dit que je prendrais ma revanche sur Chéri suite à mon titre de Reine des Truffes. Et pour cette revanche, je tiens à adresser mes plus sincères remerciements à la Nouvelle Calédonie et au sens aigu de la pédagogie de Chéri.

Huuum, je vous sens perplexe là. Pas d'inquiètude, je vais développer (oui oui, je sais, vu la pipelette que je suis, le contraire aurait été étonnant). La première chose à savoir, c'est que chez les Infernos, vers l'âge de 3 ans, on passe du lit à barreaux au lit évolutif. Vous savez, le lit qui grandit avec l'enfant. Azraël, comme Gargamel avant lui, a eu droit à son lit évolutif dont il était particulièrement fier. Ce qu'il faut également savoir au sujet de ces lits c'est que le système qui permet de l'allonger d'une longueur de 140 à une longueur de 190 possède une petite faiblesse structurelle au niveau du pied de soutien latéral du sommier. Vous la sentez venir la suite là ?

C'était donc l'heure de se coucher pour les monstros et c'était au tour de Chéri de lire son histoire à Azraël (pendant que je me chargeais de lire la sienne à Gargamel). Et ce soir-là, comme tous les autres soirs d'ailleurs, Azraël avait choisi une histoire des p'tites poules.

Ce qu'il faut savoir au sujet d'Azraël et des p'tites poules, c'est que, pour une obscure raison, il adore qu'on lui lise aussi les dédicaces des auteurs et ce soir-là la dédicace s'adressait à de la famille résidant en Nouvelle Calédonie.

Au fait Azraël, tu sais où c'est la nouvelle Calédonie

(le sens pédagogique de Chéri en pleine action)

Ben non, c'est où ?

Attends, je vais te montrer sur le globe-terrestre

(et Chéri qui se lève pour récupérer le globe-terrestre sur la commode dans la chambre)

Tiens regardes (puis qui se laisse tomber pile poils sur le pied latéral du lit d'Azraël)

P.... M.... Fais ch..... !!!!

Mais qu'est-ce qui se passe ?

Mamaaaaaan ! Papa il a dit le mot qu'on doit pas dire !

...

(silence perplexe devant un Chéri en train de débiter des gros mots à tour de bras en se massant le postérieur)

Et puis il a cassé mon lit !

C'est là que j'ai réalisé qu'effectivement, le lit était complètement effondré, le bois de lit étant fendu en 2 et que si Chéri se massait le postérieur, c'était parce que le lit l'avait mordu, fait indéniable confirmé par le bleu splendide apparu dès le lendemain et longuement admiré et commenté. Pas perturbée pour 2 ronds (c'est Hystéricus qui en était fort dépité) vu que, depuis plusieurs semaines, j'avais repéré que le pied latéral avait du jeu pire qu'une dent de lait sur le point de tomber et que je m'attendais à un truc du genre à tout moment, j'ai constaté stoïquement l'étendue des dégâts.

Face à un Azraël en larmes se demandant où il allait bien pouvoir dormir et un Chéri bien embêté qui lui proposait d'installer son matelas par terre, j'ai immédiatement pris le taureau par les cornes ou plutôt la boite à outils par la poignée.

Azraël, t'arrêtes de pleurer sinon tu pourras pas m'aider à démonter ton lit

C'est vrai, c'est vrai, je peux t'aider !!!

(cris de joie d'un Azraël instantanément consolé à l'idée d'avoir le droit de toucher aux outils)

Ben oui, c'est vrai. Et après, on installera le sommier de Mamie et on mettra son matelas dessus.

Mais, eh Mamie alors ?

Mamie n'est pas là, elle n'en a pas besoin. Et demain, on ira t'acheter un nouveau lit. Un lit de grande personne.

Wouaaaais ! Trop cool !

Et voilà comment, à 23h, Azraël avait un nouveau lit provisoire installé dans sa chambre et on recommençait la cérémonie du coucher avec Chéri.

Allez, bonne nuit mon Azraël. Tu vas voir, tu vas bien dormir avec le sommier de Mamie.

Mais oui, ce sera très confortable.

Nooooon papa ! T'approche pas !

Ben pourquoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

Mais maman je ne veux pas que papa casse aussi le lit de Mamie !

Sachant que le sommier d'Inferno Gran Mom a un cadre en acier et donc fort peu de chance de casser même en sautant dessus, c'est un Chéri vexé comme un poux qui est ressorti de la chambre pendant que j'expliquais, hilare, à Azraël que son lit provisoire ne courait aucun risque.