Ah ça, 2018 vient de finir et je vous avouerais que ce n'est pas trop tôt parce qu'elle m'en aura fait voir de toutes les couleurs cette année de m... ! Angoisse de trouver un point de chute à Gargamel pour la rentrée, intégration dans un nouveau groupe de recherche à enfin réussir (au bout de 2 ans, il serait temps), hyperactivité d'Azraël en augmentation à gérer, fracture d'une vertèbre, petits nétudiants à traumatiser, intervenants industriels dégoûtés par mes petits nétudiants à convaincre de revenir faire cours parce que la nouvelle fournée de nétudiants sera mieux c'est promis juré craché (gare au premier qui dit beurk), réactions de l'hydre IME à combattre ... Ah ça, on pourra dire que les vacances de Noël étaient plus que bienvenues. Il ne reste plus donc qu'à espérer que 2019 sera l'année du renouveau et surtout ... SURTOUT ... des bonnes nouvelles !

En même temps, côté renouveau, ça s'annonce plutôt bien parti vu que votre humble servante est sur le point de basculer du côté obscur de la Force. Alors je vous rassure tout de suite, non, ce n'est pas la dépression qui guette (quoique ... parfois ... ça me tenterait presque). Quand on est enseignant-chercheur, la Force, c'est les manips, la recherche, l'analyse des résultats, la mise en place de solutions, les discussions avec les collègues et même les cours pour moi (vu qu'en fait, j'en donne pas beaucoup des cours donc j'ai pas trop la pression). Et le côté obscur alors ? Ben c'est tout l'administratif qui va avec : les dossiers à monter pour obtenir des contrats de recherche, les rapports à rédiger, les rapports à lire, les réunions sans fin, la gestion des plannings, l'organisation des soutenances, les audits, les évaluations HCERES à préparer et j'en passe.

Par chez vous, je ne sais pas comment ça passe mais dans mon labo, plus tu avances en âge et tu prends du galon, plus tu te fais envahir par le côté obscur. Alors évidemment, ça se fait graduellement. Au début, confiante dans ta maîtrise de la Force, tu passes ton temps en salle de manip à t'éclater sur tes lasers. Et puis tout doucement, tu commences à obtenir tes premiers contrats de recherche avec tes rapports trimestriels à rédiger, ta synthèse annuelle et ton dossier de renouvellement. Et là on te demande de faire quelques cours supplémentaires alors tu délègues une partie des manips à des stagiaires, des doctorants et des collègues. Puis de prendre la responsabilité pleine et entière d'un cours, puis d'un module de cours et enfin d'un master et tu délègues un peu plus à chaque fois. Et sans que tu t'en aperçoives, un beau jour, tu réalises que t'as pas posé un orteil en salle de manip de toute l'année. Et là, ils t'en veulent à mort tes orteils, ils se rebiffent, ils renâclent, ils menacent de se chercher une autre paire de pieds parce qu'ils en ont assez que tu aies troquer tes chaussures plates et confortables pour des escarpins à talon nettement plus classe quand tu pars en réunion à l'extérieur avec des gens importants.

Bref, tu te retrouves à un tournant de ton existence où il te faut choisir : soit tu retournes dans la lumière soit tu t'abandonnes au côté obscur sans espoir de retour. Et pour peu qu'au même moment des agents Sith te proposent de régner sur un des mondes de l'empire, t'as fortement tendance à opter pour la seconde solution.

Alors je l'avoue, je suis faible. Les agents Sith m'ont convaincue. Je m'apprête donc à quitter le labo pour rejoindre la maison mère, mon école d'ingé, non plus comme simple enseignante-chercheur mais comme directrice des études. Une opération qui sera l'occasion d'échanger ma vingtaine de petits nétudiants à traumatiser contre un cheptel de plus d'une centaine d'individus à torturer à l'envie. A moins que je n'ai pas bien compris ma mission et que ce soit moi qui me fasse torturer, allez savoir !!!

directrice

Tremblez petits nétudiants !

Eh oui, La Puce est perdue pour la science, quoique, j'aurais certainement l'occasion de continuer à oeuvrer pour elle mais sur un autre registre. N'empêche que ça va me faire un sacré changement, et à la maison aussi parce que le rythme de travail ne va pas franchement être le même. Et en attendant de voir ce que ça va donner, je vous souhaite à tous et à toutes une excellente année 2019, pleine de joie, de bonne santé, de bonne humeur, de bonnes nouvelles, de chouettes coutures, de bricolages encore plus chouettes et de lecture de posts passionnants !

Mais mais, La Puce, et tes résolutions du nouvel an alors ? Mes résolutions du nouvel an ? J'en ai une seule en fait, mais pas très politiquement correct : faire la peau à l'hydre IME qui m'a mise dans une rage noire. Mais je vous raconterai ça une autre fois. En ce premier jour de l'an, restons zen !

Bonne année

Attention, attention, elle arrive ... Tadam ! Voilà la nouvelle année !