jeudi 12 mai 2016

Sortie cinéma

Le week-end dernier, pour la première fois depuis un bon moment, on a fait une petite sortie cinéma avec les monstros pour aller voir Robinson Crusoé. Ben mes aïeux, quelle déception ! Et pourtant, la bande annonce avait enthousiasmé Azraël.

robinson

Les ennuis ont commencé dès le début du film avec Gargamel. Car voilà, cette semaine sort au cinéma Angry Birds, le film. Et des affiches et des pubs sur le sujet, il en a vu le Gargamel et pas qu'un peu. A peine arrivé au ciné, c'était donc des Les oiseaux au cinéma en boucle et à n'en plus finir avec comme réponse invariablement Oui Gargamel on ira mais pas aujourd'hui, c'est pas encore sorti. Le problème, c'est que juste à côté de la porte de notre salle, il y avait une magnifique affiche des Angry Birds. Alors quand le film a commencé et que Gargamel a constaté que ce n'était pas ses oiseaux adorés, ça a été la cata.

Mamaaaaan, ils sont où les oiseaux ? Je veux les oiseauuuuux !

Je sais Gargamel mais auujourd'hui, c'est Robinson. La prochaine fois ce sera les oiseaux.

Je veux les oiseaux au cinémaaaaa !

Dimanche prochain Gargamel.

JE VEUX LES OISEAUX AU CINEMAAAA !

Silence Gargamel ! Tu déranges tout le monde là !

Je veux rentrer à la maison !

(en boudant et en commençant à se sauver de la salle).

J'ai finalement réussi à le convaincre de revenir s'assoir et de profiter de la séance. Enfin, si on peut appeler ça profiter parce qu'il a passé son temps à gigoter dans tous les sens, à se laisser tomber par terre, à réclamer du popcorn, à boire et j'en passe.

On aurait pu penser qu'à défaut d'avoir satisfait Gargamel, le film aurait fait plaisir à Azraël vu son enthousiasme face à la bande annonce. Que nenni mais franchement, je ne lui en veux pas. Tout comme lui, j'ai été fort déçue. C'est plat, totalement invraisemblable et en plus, certains passages n'ont à mon sens rien à faire dans un dessin animé pour enfants. Non mais quelle idée franchement de faire brûler dans un incendie un pauvre chien sans défense au début du film. Et puis pas de problème, tu comprends trèèèès bien qu'il va brûler vif le toutou, en tout cas, Azraël a parfaitement compris et il ne l'a pas vraiment bien vécu. Et quand en plus, on menace de réserver le même sort au héros vers la fin, on se retrouve avec un monstros qui hurle qu'il a peur. Si encore il y avait un brin d'humour pour faire passer la pilule mais non. Entre ça et le manque d'intérêt de l'histoire, même Azraël demandait à quitter la salle dès la première moitié du film passé (et pourtant, il est plutôt bon public le Azraël d'habitude).

Bref, une séance ciné plutôt ratée et un film que je ne recommanderais pas, ni pour les grands ni pour les petits. Reste à espérer que, dimanche prochain, Angry Birds le film sera à la hauteur des attentes de Gargamel car la sortie est déjà programmée (et je risque pas de l'oublier, quelqu'un se charge de me le rappeler tous les soirs en allant se coucher).

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


mercredi 11 mai 2016

De l'utilité d'un dragon - épisode 2

Cher Lecteur, chère lectrice,

Réjouissez-vous, le suspense insoutenable touche à sa fin. Après sa mirifique crème contour des yeux au sang de Krocmou. Oups pardon, c'était le don d'un dragon anonyme. Après son mirifique contour des yeux donc, les laboratoires en cosmétiques La Puce ont aujourd'hui le plaisir de vous présenter, toujours en avant première mondiale, ses crèmes visage en 2 versions, l'une onctueuse et l'autre fluide.

Bon, je vais vous épargner un nouveau cours de sorcellerie cosméto-aromatique. Pour tous les détails sur le pourquoi du comment du choix des principaux ingrédients (tous à commander sur le net une nuit de pleine lune pour un effet optimal bien sûr ou à Beltane c'est encore mieux), merci de vous reporter au grimoire de base que vous trouverez ici. Entrons donc directement dans le vif du sujet : pourquoi 2 versions différentes de crème visage ?

Mais voyons, c'est évident la Puce ! Une crème de jour et une crème de nuit.

Biiiiiip ! Tout faux ! C'est point cela du tout. En fait, il y a 2 raisons majeures à la mise au point de ces 2 crèmes. D'abord, simplement parce que tout le monde n'a pas les mêmes goûts en matière de texture (et puis accessoirement parce que moi aussi, j'aime bien changer de temps en temps) et que je trouvais sympa de montrer comment quelques ajustements de proportions pouvaient permettre à chacun de trouver son bonheur. Ensuite parce que je discute pas mal avec la gérante d'un institut de beauté à la sortie des classes (vu que nos monstros respectifs fréquentent la même école) et qu'elle m'a appris qu'il faut régulièrement changer de crème de soin car à force d'utiliser toujours la même, la peau s'habitue à son action qui devient alors de moins en moins efficace. Un peu comme la désensibilisation des allergiques. L'idéal serait de changer de crème tous les 3 mois environ ou d'alterner régulièrement.

J'ai donc décidé de formuler 2 crèmes à action complémentaire (texture différente pour le fun). La première est une crème plutôt cocooning, épaisse, assez riche mais non grasse et très onctueuse. On peut la conditionner en pot et je trouve qu'elle fonctionne également très bien pour adoucir les mains après une "agression" (comme faire la vaisselle par exemple). La seconde a une texture plus fluide, légère et fraîche. Elle est plus agréable à appliquer quand il fait très chaud que la première. Niveau conditionnement, un flacon pompe est préférable mais un pot fonctionne aussi. Pour l'une comme pour l'autre, la sensation laissée sur la peau une fois que la crème a entièrement pénétrée, à savoir sensation de douceur, de souplesse et de toucher velouté, est identique. Normal puisqu'elles contiennent les mêmes ingrédients principaux que l'on trouve également dans le contour des yeux.

Mais qu'est-ce qui change alors ? Eh bien ce sont les huiles végétales et l'hydrolat, qui vont conférer des propriétés différentes à ces 2 crèmes. L'idée, c'était d'avoir d'un coté un produit très nutritif, réparateur et anti-âge, spécialisé dans les peaux sensibles, fragiles, sèches et/ou irritées. De l'autre côté, un produit nourrissant et rééquilibrant, spécialisé dans les peaux à problèmes (type rougeur et acné).

Crème onctueuse nourrissante et apaisante (pour 50 ml environ)

Composition :

Phase A (phase aqueuse)

  • 11 gr d'hydrolat de Jasmin Sambac : cet hydrolat est utilisé principalement pour son parfum mais il a aussi une action tonifiante et revitalisante sur la peau tout à fait appréciable. Vous pouvez parfaitement moduler les proportions respectives d'hydrolat et d'eau minérale pour avoir au final une crème plus ou moins odorante. Je vous déconseille toutefois de n'utiliser que l'hydrolat car son parfum est assez puissant.
  • 20,5 gr d'eau minérale

Phase B (phase huileuse)

  • 4,5 gr de macérât de vanille : Ce macérât provient de la macération de vanille dans de l'huile de sésame et combine les propriétés de ces 2 produits. Il est donc adoucissant, nourrissant, régénérant et assouplissant. Produit très pénétrant, il laisse un touché sec et velouté. Il possède également une action antioxydante intéressante et convient parfaitement aux peaux sèches, irritées ou abîmées.
  • 1,35 gr d'huile végétale de Germes de blé : Nourrissante, émolliente, réparatrice et protectrice, cette huile va protéger la peau, l'assouplir et l'adoucir. C'est une incontournable des peaux sensibles, fragiles, déshydratées et très sèches.
  • 1,5 gr de Phytostéroles
  • 2,5 gr de Squalane végétal
  • 2,7 gr d'Emulsan (émulsifiant)
  • 1,35 gr d'alcool cétylique

Phase C (tout le reste)

  • 0,4 gr de cosgard (13 gouttes)
  • 10 gouttes d'huile essentielle de Romarin à cinéole : cette HE sent divinement bon et fait merveille pour la revitalisation cutanée.
  • 10 gouttes d'huile essentielle de Lavande vraie : antiseptique, régénérante et cicatrisante, elle est également excellente pour le traitement des peaux à problèmes.

Fabrication :

  • Mettre tous les ingrédients de la phase B dans un bol. Mettre tous les ingrédients de la phase  A dans un autre bol. Mettre les 2 préparations à chauffer au bain marie à 70°C pour la phase A et à 80°C pour la phase B car les phytostérols ont un peu de mal à fondre sinon.
  • Quand la température est atteinte, sortez du bain marie puis verser la phase B dans la phase A en filet et petit à petit en fouettant vigoureusement pendant 3 mn pour réaliser votre émulsion.
  • Placer dans un bol d'eau froide en continuant à fouetter pendant encore 3 minutes.
  • Ajouter l'un après l'autre, toujours en fouettant après chaque ajout, les ingrédients de la phase C.
  • Voilà, c'est fini.

On remarquera qu'il n'y a pas de "Sang du dragon" ici. C'est volontaire. Cet actif étant assez puissant et entrant dans la composition de la seconde crème, je n'ai pas voulu en faire un usage redondant (justement dans le souci d'accoutumence de la peau).

Crème fluide hydratante pour peau à problème (pour 50 ml environ)

Composition :

Phase A (phase aqueuse)

  • 11 gr d'hydrolat de Jasmin Sambac
  • 20,5 gr d'eau minérale

Phase B (phase huileuse)

  • 4,2 gr de huile de Jojoba : Nourrissante, calmante, rééquilibrante et cicatrisante, cette huile va protéger la peau, l'assouplir et l'adoucir. Elle possède en outre une action sébo-régulatrice et anti-vieillissement qui en fait une huile de choix pour le traitement des peaux à problèmes et/ou irritées.
  • 1,65 gr d'huile végétale de Nigelle : cette huile très puissante ne doit jamais être utilisée seule. Anti inflammatoire, cicatrisante, anti infectieuse cutanée, nourrissante et régénérante, elle a également une action anti oxydante. C'est l'huile de référence dans le traitement des peaux à tendance acnéique, en particulier lorsqu'elle est utilisée en synergie avec l'huile essentielle de citron et de romarin.
  • 2 gr de Phytostéroles
  • 2,5 gr de Squalane végétal
  • 2,2 gr d'Emulsan (émulsifiant)
  • 1 gr d'alcool cétylique

Phase C (tout le reste)

  • 0,4 gr de cosgard (13 gouttes)
  • 15 gouttes d'huile essentielle de Romarin à cinéole
  • 62 gouttes d'huile essentielle de citron : antiseptique, anti oxydante et anti-vieillissement, elle est également excellente pour le traitement des peaux à problèmes.
  • 1gr de Sang du dragon

Fabrication :

  • Mettre tous les ingrédients de la phase B dans un bol. Mettre tous les ingrédients de la phase  A dans un autre bol. Mettre les 2 préparations à chauffer au bain marie à 70°C pour la phase A et à 80°C pour la phase B car les phytostérols ont un peu de mal à fondre sinon.
  • Quand la température est atteinte, sortez du bain marie puis verser la phase B dans la phase A en filet et petit à petit en fouettant vigoureusement pendant 3 mn pour réaliser votre émulsion.
  • Placer dans un bol d'eau froide en continuant à fouetter pendant encore 3 minutes.
  • Ajouter l'un après l'autre, toujours en fouettant après chaque ajout, les ingrédients de la phase C.
  • Voilà, c'est fini.

Le petit plus pour l'été : avec les beaux jours qui arrivent (enfin qui arrivaient parce que là maintenant, c'est plutôt pluie pluie et encore pluie), on peut s'amuser à ajouter de la poudre de mica or ou cuivre dans ces crèmes en toute petite quantité. Cela ne colore pas la peau mais la fait scintiller. Attention, je dis bien scintiller, pas briller comme si elle était toute grasse. Grâce à l'hydrolat de jasmin, elles sont également naturellement parfumées mais vous pouvez parfaitement ajouter une vingtaine de gouttes d'une fragrance "assortie" si le coeur vous en dit.

Allez, la prochaine fois, je vous livrerai tous les secrets de mon lait pour le corps et de mon baume pour les lèvres.

Posté par reyhaziel à 12:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 mai 2016

Le samedi, c'est les 1001 nuits

En farfouillant dans mes grimoires, j'ai découvert un truc trèèèès intéressant à propos des petits démons de base. Quand ils se sont incrustés suffisamment longtemps quelque part, ils évoluent, un peu à la manière des Pokémons (huuum, je m'interroge d'un coup, le Pokémon serait-il une sous espèce de démons ? M'est d'avis que certains parents en sont convaincus !). Et quand ils ont pris leur forme évoluée, ils te poussent à faire des trucs que t'avais jamais fait avant.

C'est comme ça que le Couturus, suite à une mutation (non identifiée à l'époque), m'avait poussé à ma première tentative de patronnage et ma première tentative de manteau. Cette fois, c'est Pâtissus Gustus, le petit démon de la pâtisserie qui a opéré sa première transformation, celle qui fait que tu te prends pour un grand chef pâtissier qui n'a pas son pareil pour inventer de nouveaux desserts et peut facilement viser 3 étoiles au guide Michelin.

Inutile donc de chercher cette recette dans les livres des grands chefs, elle sort tout droit de l'esprit tordu d'un démon pâtissier. Gustus voulait de la légèreté, une texture aérienne, qui fond sur la langue et glisse toute seule pour se loger directement .... sur les hanches ou la bedaine de l'inconscient qui n'a pas su résister à cette douceur infernale. Car oui, si tu es au régime, arrête immédiatement ta lecture et fuiiiiiiis ! Avec mon entraînement, j'aurais peut-être su résister à cette prise de possession démoniaque mais Gustus a eu un véritable trait de génie pour me faire succomber sans coup férir. Il s'est inspiré de la Sultane, un gâteau que confectionnait mon boulanger adoré et qu'il a arrêté de faire (ouiiiiin !) avec comme ingrédients principaux du chocolat et des framboises, une alliance à laquelle j'ai toujours été incapable de résister.

IMG_3331

Pour la base, il fallait donc un biscuit léger, aérien. Aucun problème, ce serait une Dacquoise, un biscuit très proche de la génoise mais encore plus léger. La Sultane de mon boulanger manquait de croquant (génoise, coulis gélifié et bavarois, c'est quand même bien mou tout ça). Une Sultane mollassonne et soumise ? Hors de question. C'est une Shéhérazade que je voulais moi, douce en apparence mais pleine de ressources, piquante et forte à l'intérieur. Et pour cela, un croustillant de gavottes et gianduja s'imposait accompagné d'un coulis de framboise gélifié à peine sucré qui lui donnerait une touche de fraîcheur et d'acidité. Restait la question du bavarois au chocolat.

IMG_3333

Car voilà, je ne sais pas si vous avez l'habitude de faire ce type d'entremet mais l'ingrédient de base est généralement ... la crème fraîche montée en chantilly. Alors certes, c'est délicieux, c'est léger en texture mais au final, c'est trèèèès copieux et lourd sur l'estomac (et je ne vous parle pas de vos hanches). Donc à la fin d'un bon repas, ce n'est pas forcément le meilleur choix ou alors il faut de toutes petites portions. C'est en tout cas la conclusion à laquelle on est arrivé dans l'Inferno House après la réalisation d'un entremet citron passion, d'un entremet à la framboise, d'un aux poires et d'un mangue noix de coco. Alors ce coup-ci, j'avais prévenu Gustus, entremet d'accord, mais aussi léger sur le plan digestif que sur le plan gustatif. Exit donc le bavarois et bonjour à la mousse au chocolat inspirée de celle de Michalak.

Le résultat final a vraiment dépassé toutes mes espérances. Un gâteau équilibré au niveau des textures et du goût, ni trop sucré, ni trop peu. La framboise apporte de la fraîcheur et un petit goût acidulé juste ce qu'il faut, la mousse au chocolat est riche en goût, très légère et a une tenue parfaite et le croustillant au gianduja ajoute la note de croquant qui réveille nos papilles. La meilleure preuve qu'il était particulièrement réussi ce gâteau : Azraël s'est spontanément extasié dessus et n'en a pas laissé une miette.

IMG_3337

IMG_3339

Côté réalisation, il n'y a vraiment rien de difficile. Cela peut paraître un peu long parce que j'ai essayé de bien détailler les étapes dans le déroulement de la recette mais en une soirée, c'était prêt et on peut tout faire à la suite. Il est par contre préférable de faire le gâteau la veille car il faut le temps que la mousse prenne bien. Côté matériel, il vous faudra soit un cercle ajustable soit du rhodoïd. Pour les finitions, vous pouvez choisir de le réaliser avec les strates apparentes comme moi, ou bien tout cacher sous la mousse au chocolat.

Shéhérazade Framboise Chocolat noir (pour un cercle de 18cm soit 6-8 personnes)

Dacquoise

  • 75g de poudre d'amande
  • 10g de noix de coco rapé
  • 10g de maïzena
  • 75g de blanc d'oeuf (environ le blanc de 2 gros oeufs)
  • 70g de sucre

On met son four à chauffer à 180° chaleur tournante.

Dans un bol, on met poudre d'amande, noix de coco et maïzena. On mélange au fouet ou à la cuillère magique pour que ce soit bien homogène. Dans un saladier, on met les blancs et le sucre. On monte tout ça en meringue avec un batteur électrique. Petite astuce : il est inutile de monter les blancs en neige puis d'ajouter le sucre. On peut mettre tout le sucre dès le début. Il suffit ensuite de battre en augmentant progressivement la vitesse. Mon batteur (datant de l'époque de mon arrière grand mère je vous dis pas l'antiquité) a 3 vitesses. On commence à battre à la vitesse 1 jusqu'à ce que le mélange blanchisse et mousse un peu, on passa à la vitesse 2 et on continue à fouetter jusqu'à ce que le mélange fasse des vagues et on passe à la vitesse 3 jusqu'à ce que le mélange soit ferme mais pas trop (on doit faire le bec d'oiseau). On verse alors dessus le mélange amande coco maizena et on mélange doucement à la marise en soulevant l'appareil pour ne pas casser les blancs.

IMG_3311

On prend son cercle réglé sur 20 cm de diamètre (ou un moule de 20 cm). Si on utilise un cercle, on le chemise à l'extérieur pour éviter les fuites avec du papier alu. On graisse avec un coup de bombe type ouragan (ça prend 10s) ou un peu de beurre (ça prend nettement plus longtemps) et on verse la préparation dedans.

IMG_3312IMG_3313

Il n'y a plus qu'à bien répartir et à lisser avant d'enfourner pour 18 mn. Une fois cuit, on démoule de suite et on met à refroidir sur une grille. Normalement, le biscuit s'est rétracté à la cuisson et on n'est pas loin d'avoir un disque de 18cm au lieu de 20. Une fois le biscuit froid, on va utiliser le cercle réglé à 18cm pour détailler un cercle parfait dans notre biscuit. Si vous ne voulez pas qu'on voit le biscuit, détaillez un disque de 16.

IMG_3314

Coulis de framboise gélifié

  • 200g de coulis de framboise
  • 75g de sucre
  • 4g de Pectine NH

Pour ceux qui ne connaissent pas la pectine, c'est le truc qu'on ajoute aux confitures ou aux gelées pour qu'elles prennent. Ça a donc à peu près le même effet que la gélatine (d'ailleurs, si vous n'avez pas de pectine ou un substitut, vous pouvez la remplacer par de la gélatine mais je ne sais pas en quelle proportion) sauf que cela donne une texture plus souple et plus agréable en bouche (enfin, c'est mon opinion à moi, rien ne vous oblige à la partager). Le problème de la pectine NH, c'est que c'est pas évident à se procurer. On en trouve sur le web ou dans des magasins spécialisés (ils en ont part intermittence chez Zodio par exemple) donc si c'est une réalisation de dernière minute, du genre, je fais les courses ce soir il me faut absolument ma pectine à la superette du coin, ça risque d'être chaud. Heureusement pour vous, la Puce est là et elle vous a trouvé de quoi remplacer la pectine. La solution, c'est le "Vitpris" (marque Alsa mais tout autre gélifiant pour confiture fait parfaitement l'affaire, j'en ai testé plusieurs et ça fonctionne tout pareil). Tout ce que vous avez à faire, c'est lire sur l'étiquette le pourcentage de pectine de fruits contenu dans le produit et faire une division.

Par exemple, dans le "Vitpris", il y a 18% de pectine de fruits. Donc pour avoir 4g de pectine dans votre coulis, vous devez verser 4/0,18 soit 22g de "Vitpris". Dans le Priz extra (marque Dr Oetker), il y a 24% de pectine. Il vous faudra donc 16,7g de Priz extra. Etc ...

Dernière précision : on va avoir besoin de congeler la bête à un moment ou un autre alors pas question d'utiliser de l'agar agar pour gélifier le coulis. Ce produit ne supporte pas la congélation.

On commence par régler ou prendre un cercle de 16cm de diamètre (ou un moule, une tourtière, ce qu'on veut mais faut que ça fasse 16 de diamètre) et on le chemise de film alimentaire ou de papier alu. Dans une casserole, on met le coulis. Dans un bol, on mélange le sucre et la pectine (ou le vitpris). Très important ça, on ne met jamais la pectine directement dans le coulis, on la mélange toujours avec le sucre d'abord. Me demandez pas pourquoi, j'en ai pas la moindre idée. On verse ensuite le mélange sucre pectine dans le coulis et on porte à ébullition pendant 3 mn. Quelques instants après avoir arrêté de chauffer le mélange, on voit comme une peau se former sur le coulis en cours de refroidissement. C'est le signe que la pectine agit. On verse la préparation dans le cercle et on laisse revenir à température ambiante avant de mettre 1 à 2 heures au congélateur. Il faut faire assez vite car le coulis gélifie rapidement. Le fait de mettre au congélateur va accélérer la prise et donner de la tenue au coulis pour la suite des opérations mais en théorie, ce n'est pas indispensable. C'est juste plus pratique et plus rapide.

Le biscuit doit à présent être froid, on va pouvoir passer à la réalisation du croustillant.

Croustillant gianduja

  • 70g de brisures de gavottes (crêpes dentelle)
  • 75g de gianduja maison (à défaut, de la pralinoise)

Si vous ne trouvez pas de brisures toutes prêtes (oui, je sais, je suis très fainéante), vous prenez des gavottes entières et vous les passez sous le rouleau à pâtisserie.

Hum, de quoi, vous ne savez pas faire de gianduja maison. Pas de problème. Faites fondre 50g de chocolat au lait. Prenez 50g de pâte de noisette et 50g de sucre glace. Mettez les dans un mixer et mixer. Ajouter le chocolat fondu et mixer à nouveau. Voilà, vous avez fait votre gianduja. Pesez en 75g que vous verser directement sur les brisures de gavottes et vous mélangez bien le tout. Voilà, c'est fini.

IMG_3318

Réglez votre cercle sur 18 cm de diamètre, chemisez les cotés de rhodoïd si vous en avez, cela facilitera grandement le démoulage dans le cas où votre cercle ne serait pas réglable. Sinon, n'hésitez pas à graisser le cercle ou bien utilisez du papier sulfurisé pour chemiser. Placer votre biscuit dans le cercle et étaler dessus la couche de croustillant. N'hésitez pas à bien tasser pour faire adhérence. Réservez au frais.

IMG_3319

Il est temps de s'attaquer à la mousse au chocolat.

Mousse au chocolat

  • 120g de chocolat noir à 70% (si vous prenez du chocolat avec moins de cacao, il faudra réduire la dose de sucre de 25g à 15g)
  • 25g de sucre
  • 2 oeufs
  • 2 blancs d'oeufs
  • 40g de beurre coupé en dés
  • 5g de gélatine (soit 2,5 feuilles)

Mettre la gélatine à tremper dans de l'eau froide avant de peser le reste des ingrédients. On sépare les blancs des jaune de nos 2 oeufs entiers. On met les jaunes dans un bol et les blancs dans un saladier (on aura au total donc 4 blancs dans le dit saladier). Dans une casserole, on met le chocolat, le beurre et la gélatine essorée. On chauffe à feu doux jusqu'à ce que tout soit bien fondu.

IMG_3320IMG_3321

On fait alors blanchir au batteur nos 2 jaunes d'oeuf dans leur bol (cette étape est facultative mais paraît que ça rend la mousse encore plus aérienne) puis on y ajoute le mélange beurre, gélatine et chocolat et on mélange délicatement.

IMG_3324

La texture risque fort d'être alors granuleuse. Pas de panique, ça s'arangera ensuite. Dans le saladier contenant les blancs, versez le sucre et monter le tout en neige. On procède comme pour la dacquoise pour cela. Il faut s'arrêter avant que les blancs soient trop fermes sinon on aura du mal à mélanger. Il faut simplement avoir le bec d'oiseau. Versez la préparation au chocolat dans les blancs et mélangez délicatement à la marise jusqu'à ce que ce soit bien homogène.

IMG_3325

On récupère alors notre cercle garni de son biscuit et son croustillant. On fait un boudin de mousse sur tout le contour et on met une fine couche sur toute la surface du croustillant pour faire adhérence avec le coulis qu'on sort du congélateur. Il doit être suffisamment dur pour être démouler facilement. On le met dans le cercle et on appuie bien partout. La mousse va alors remonter sur les côtés du cercle et bien couvrir le coulis qui sera enfermé comme un insert.

IMG_3328

On verse enfin le restant de mousse et on lisse bien la surface.

IMG_3330

A ce stade, vous avez le choix. Si vous voulez préparer votre gâteau plusieurs jours à l'avance, vous mettez tout au congélateur. Si vous n'aviez qu'un cercle fixe et que vous ne l'avez pas chemisé, vous mettez tout au congélateur. Sinon, vous pouvez laisser prendre la mousse au frigo mais avant le démoulage, il faudra quand même le mettre 1h au congélateur pour que le démoulage donne des bords plus nets. Le jour J, vous sortez votre gâteau du congélateur au moins 3h avant de servir, histoire qu'il ait le temps de décongeler mais dès la sortie du congélateur, vous démoulez pour installer sur le plat de service. Pour la déco, vous pouvez saupoudrer de cacao amer et mettre quelques framboises fraîches ou ce que vous voulez. Conservez le au frais jusqu'au moment de servir.

Il ne reste qu'à vous régaler.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 6 mai 2016

Sexy, même pour aller au lit

Et là, juste après avoir lu le titre, vous entendez Chéri et le Couturus qui se bidonnent à mort ! Oui parce qu'il faut bien être honnête, dans le genre tenue sexy, on fait mieux, beauuuuuucoup mieux.

Mais enfin la Puce, de quoi tu parles ? Mais de mon dernier pyjama bien sûr ! Car si ma garde-robe est ma fois assez bien fournie en tenues de jour, pour ce qui est des nuits, c'est la Bérézina. Tout est vieux et usé jusqu'à la corde, à part le pyjama rose que je me suis fait l'été dernier. Il était donc grand temps que je fasse quelque chose, en l'occurence, que je me couse les modèles 37 (pantalon) et 38 (haut mais avec les manches longues du 39) du Tendance n°19. Ce fut chose faite ce week-end, dans des mini coupons de jersey tout légers noir et dans les tons vert amande. Et oui, j'ai dû utiliser 3 coupons parce qu'initialement, c'est une chemise de nuit que j'avais prévu mais avec le froid de canard des jours derniers, ça me tentait plus trop. Sauf que mes 2 coupons vert amande, qui allait parfaitement pour une chemise de nuit, cela ne suffisait pas pour un pyjama d'où l'utilisation d'un restant de jersey noir. Normalement, ça aurait dû donner un truc dans ce genre là.

IMG_3045

Bon ok, c'est pas hyper sexy mais ça a l'air drôlement confortable. Et bien mes petits amis, je vous confirme. C'est pas sexy, mais alors pas du tout du tout mais c'est hypeeeeer confortable. Je n'en suis pas à mon premier modèle Tendance Couture et j'avoue que j'ai encore un peu de mal avec leur tableau des tailles. Si je les en crois, avec mes mensurations, j'aurai dû coudre un XL soit une taille 46/48. Là déjà, je m'interroge car pour moi, un XL, c'est un 42-44. Et moi, ça fait un petit moment que ma taille est plutôt du genre 42 voir 40 que 44. Du coup, après avoir longuement hésité, j'ai opté pour un L soit un 42-44 d'après leur tableau de mesure. Et bien moi qui aime avoir mes aises pour dormir, j'ai été bien servie. Niveau pantalon, ça pouvait encore aller avec la taille élastiquée et à condition de résister à la crise cardiaque ou à l'envie de suicide quand on regarde le sac monstrueux que ça donne une fois fini qu'on se dit qu'un éléphant y tiendrait à l'aise. Sans oublier que les patrons sont certainement prévus pour des girafes obèses vu que j'ai dû réduit la longueur des jambes de 15 bon cm. Mais le pire, c'était le haut ! Il était tellement grand que le décolleté m'arrivait sous la poitrine (ah ben tiens c'était sexy ça pour le coup !). Heureusement, une petite réduction entre les 2 milieux devant et le problème était résolu. Mais la prochaine fois, je prévoirais une taille encore en dessous pour leurs modèles en jersey. Oui, parce que leurs modèles en tissu non extensible n'ont pas le même problème allez comprendre !

A part ce détail, aucune difficulté niveau réalisation technique. C'est un modèle hyper simple et assez rapide à faire. Quand je me serais remise du choc moral, j'envisagerais certainement de me coudre le même version chemise de nuit pour cet été (en taille M cette fois). Bon, vous voulez vraiment voir à quoi ça ressemble ? Ok, mais je nierais jusqu'à mon dernier souffle être le mannequin des photos !

IMG_3244IMG_3245IMG_3246

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 4 mai 2016

Après le TED, le THA

Bon ben voilà, c'est officiel. Bilan psychologique à l'appui, Azraël vient de faire son entrée dans le monde merveilleux du THA.

Hein ? De qouâ ? THA, mais c'est quoi ça un THA ?

Comment, tu ne le sais pas ?

Le THA ça a ... la bougeotte, une grosse bougeotte.

Le THA, il a une incapacité chronique à s'arrêter de parler.

Et son symptôme préféré c'est ... la capacité d'attention du poisson rouge.

Oui oui, je sais, je fais une crise de Gruffalottite aiguë. Bref, THA, c'est le sigle pour Troubles de l'Hyperactivité et de l'Attention. Bon, ça faisait un petit moment qu'on s'en doutait vu les commentaires des spécialistes de l'hôpital Saint Anne mais là, c'est officiel puisque j'ai enfin eu ma réunion de bilan avec l'équipe qui a procédé aux tests sur Azraël.

A cette occasion, j'ai eu le plaisir d'apprendre que, ouf, Azraël n'était pas TED comme son grand frère mais que bon, quand même, il était juste en dessous du seuil pathologique pour un certain nombre de traits caractéristiques. D'ailleurs, si ses capacités sont normales dans la plupart des domaines, il a, comme les enfants TED, un score largement au dessus de son âge pour les capacités visio spatiales ce qui devrait en faire en théorie un champion du jeu du Lynx (le jeu où tu dois repérer des images précises perdues au milieu de dizaines d'autres). Mais comme il n'a quasiment aucune concentration et une capacité gargantuesque au découragement, il est totalement nul à ce jeu passé les 2 premières minutes (et encore, les jours fastes).

Tout à fait adorable, la pédopsychiatre qui m'a fait le compte-rendu de bilan de restitution, comme on dit là-bas, m'a expliqué tout ce qu'il faudrait mettre en place pour son suivi (va bientôt falloir que je change de boulot et que je m'installe taxi professionnel moi je sens ça). Tout aussi gentillement, elle m'a proposé de m'inscrire dans un groupe de soutien pour les parents d'enfants THA, groupe où tu peux discuter avec des gens qui rencontrent les mêmes difficultés que toi et des médecins prêts à te fournir le guide de survie à l'usage du parent soucieux de préserver un minimum sa santé mentale.

Alors, d'habitude, c'est ouvert qu'aux habitants du secteur mais je pourrais vous faire inscrire à un groupe de soutien pour les parents.

Ah oui ? Ça pourrait être bien effectivement

(oui parce que là, entre Gargamel et Azraël, je commence un peu à criser quand même)

Et c'est où ?

Dans le 16ème

Dans le 16ème ! Et, euh, quel jour et à quelle heure ?

Le mardi à 16h.

Ah oui mais non. Ça va pas être possible là.

A cause du travail ?

Oui aussi, mais c'est surtout parce que j'ai personne pour aller chercher Azraël à l'école ce jour-là. Et si je dois courir partout un jour supplémentaire dans la semaine, je vais devenir dingue ! Mais c'est gentil d'avoir proposé.

Oui, vraiment, c'était très gentil, juste totalement irréaliste et c'est bien dommage. En plus, comme chez les Inferno on peut rien faire dans la simplicité, Azraël a le bon goût de nous doubler son petit THA d'un bon gros trouble du langage. Mais duquel peut-il bien s'agir ? Les médecins sont encore dubitatifs (même si son orthophoniste adorée penche actuellement pour une dyspraxie ou une dysphasie je sais plus bien ça a changé trop souvent et je m'y perds) car Sir Azraël a le chic pour fausser les tests en te menant en bateau mieux qu'un acteur hollywoodien primé à l'oscar du meilleur acteur. D'ailleurs, c'est dans la joie et la bonne humeur que, le mois prochain, on va repartir pour une série de tests, orthophoniques ceux-là, toujours à Saint Anne, justement pour essayer de déterminer la nature exacte des troubles orthophoniques. Ce que j'ai hâte d'y être je vous raconte pas ! Ou plutôt si, je vous raconterai. Si c'est comme à ses derniers tests orthophoniques, on va passer des moments mémorables !

suivi traitement azrael

Emmener Azraël régulièrement au CMP, augmenter le nombre de séances d'orthophonie, mettre en place un suivi psycho avec au moins une séance par semaine. Oui, je le sens bien, figger in the nose c'est sûr !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


lundi 2 mai 2016

Gargamel tout puissant

Pendant 15 jours, Gargamel nous a fait l'extrême plaisir d'arrêter un peu ses sempiternels refrains issus de jeux vidéos et de dessins animés. Fini le générique de Trotro en boucle, alléluia. Mouais, bof, pas vraiment en fait. Car en remplacement, on a eu droit à ça.

Maman, je veux Mario s'il te plaît maman.

Mario ? Euh, mais lequel tu veux. Cherches dans le placard.

(oui, l'ensemble des jeux pour les DS des monstros sont dans le même placard que l'ensemble de leurs DVD et ça commence à faire du monde)

Maman, il est où Marioooooooo !

Ben t'as regardé dans le placard ?

Il est où Marioooooooooooooooooo !

Ça, c'était pendant les 4 premiers jours. On a eu beau sortir l'intégralité de la collection de jeux des monstros, rien à faire. Gargamel appelait désespérément Mario et se révélait incapable de nous expliquer son problème. C'est là que j'ai eu l'idée de poser LA question qu'il fallait pas.

Mais Gargamel, je comprends pas ! Tu veux un nouveau de Mario ?

OUIIIIIIIIIIIIII ! Je veux Mario. Mario au magasin !

(où encore, en version développée, maman emmènes moi au magasin qu'on aille acheter un nouveau jeu et fissa fissa)

Et là, on s'est heurté à un gros problème. C'est qu'il les avait déjà tous les jeux avec Mario sur la DS. On a eu beau expliquer, raisonner, se fâcher, tous les jours, c'était le même refrain. Gargamel appartenant à la catégorie des joueurs hyper doués capables de te finir un Super Mario Bros avec 230 vies d'avance en moins d'une semaine, il avait fait le tour de ce qu'il avait sous la main et il s'ennuyait. Et comme en plus, c'est un pro du visionnage de vidéo sur Youtube, il était parfaitement conscient qu'il existait d'autres jeux avec le célèbre plombier, il n'avait juste pas compris qu'ils fonctionnaient avec d'autres consoles. Et ça en était arrivé au stade des crises de larmes de sa part sous l'effet de la frustration et de l'incompréhension et de la mienne sur l'effet de l'exaspération. On a bien tenté de résoudre le problème en sortant nos vieilles consoles de salon d'il y a plus de 15 ans, manque de chance, elles étaient toutes HS.

Alors après 10 jours à ce régime, j'ai craqué et j'ai emmené Gargamel au magasin constater de visu qu'il n'y avait pas de nouveaux jeux pour lui. Risqué oui, je sais. Mais on avait prévu le coup et après en avoir longuement discuté avec Chéri, on s'était dit que ça faisait maintenant 3 ans qu'on refusait de céder aux demandes de Gargamel pour une console de salon et que cette fois, il la demandait, on dirait oui, ce qui n'a pas loupé évidemment. On est donc reparti avec une Wii U, quelques jeux et tout ce qu'il faut pour qu'Azraël puisse également en profiter (c'est vrai quoi, vu le prix, y a pas de raison).

Parmi les jeux rapportés ce jour-là, il en est un que je n'aurais jamais choisi moi-même mais sur lequel Gargamel s'est littéralement jeté, comme s'il savait exactement ce que c'était, repoussant toute autre proposition quand je lui expliquais que sur les 6 qu'il aurait voulu que je prenne, il n'avait droit qu'à un seul (ben oui, je ne suis ni un pigeon ni crésus quand même). C'est quoi ce jeu ? C'est MARIO MAKER. Et j'ai vite compris pourquoi Gargamel le voulait. Avec ce jeu, il avait le contrôle ABSOLU de ce pauvre plombier et de tout son environnement. Oui, de TOUT ! Pour un enfant TED, un peu obnubilé du contrôle, avouez que c'est franchement tentant. C'est donc avec un sentiment de toute puissance que Gargamel a pu construire le niveau dans lequel Mario allait évoluer, positionnant à sa guise obstacle, monstres, surprises, récompenses et passages secrets, pouvant interrompre à sa guise la progression du personnage pour modifier ce qui ne lui plaisait pas et reprendre la partie à l'infini de l'endroit exact de son choix ! Si c'est pas beau ça.

Petit exemple de Gargamel jouant puis modifiant le niveau où évolue notre plombier.

J'aime autant vous dire que l'effet maître du monde dieu le père a rapidement contaminé son petit frère qui n'a pas perdu de temps pour comprendre le pourquoi du comment de la chose et se mettre lui aussi à martyriser ce pauvre plombier.

Azraël m'expliquant comment on doit créer le niveau où va évoluer Mario.

Et depuis, on a à nouveau la paix à la maison. Mouais, bof, pas vraiment en fait. Maintenant c'est la guerre entre les monstros parce qu'ils peuvent jouer à 2 à Mario Kart et qu'il n'y en a pas un qui accepte de perdre face à l'autre. Pitiéééé, achevez moi !

Posté par reyhaziel à 18:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 29 avril 2016

Une robe de Noël au printemps

Eh oui, je sais, ça peut avoir l'air bizarre un titre pareil et pourtant !

L'an dernier, ce tissu, acheté chez ce vendeur sur le site "alittlemercerie", m'avait tapé dans l'oeil allez savoir pourquoi.

tissus-habillement-magnifique-tissu-japonais-haute-qua-4499967-41-9f2e1-74ba8

Et comme cela arrive parfois quand on achète du tissu en ligne, ce qui est arrivé dans ma boite aux lettres ne correspondait pas du tout à l'idée que je m'en faisais. Une fois déballé, j'avais l'impression d'avoir un coupon de tissu de nappe de Noël. Non pas qu'il ne correspondait pas au descriptif ou qu'il était de mauvaise qualité, hein. Il était très bien, et parfaitement fidèle aux photos. Seulement dans ma tête, j'avais tout transformé au point que je me suis même demandé pourquoi diable je l'avais acheté (encore un coup de Couturus à n'en pas douter). Profondément déçue donc, je l'avais remisé au fin fond de mon placard et il était bien parti pour y rester des années.

Mais c'était sans compter sur Hiro, son MOOC et les exigences vestimentaires qui vont avec. Car, suite à la dernière remarque sur le choix des couleurs de mes vêtements (pour ceux qui suivent pas, honte à vous, je rappelle que le bleu et toutes couleurs proches comme violet, mauve, aubergine, parme et j'en passe sont prohibées), j'ai sorti tous mes coupons de tissus en stock et je me suis aperçue, pas vraiment surprise, qu'à part les tissus à sweat des monstros, je n'avais rien dans les bonnes couleurs. Acheter un nouveau coupon ? Hors de question ! C'est là que ce crêpe aux couleurs de Noël s'est rappelé à mon bon souvenir, bien caché derrière mes autres tissus japonais. Si les couleurs me faisaient penser aux fêtes de fin d'année, la légèreté du tissu, elle, correspondait indubitablement à la belle saison. Et le fait que c'était de toute façon mon seul tissu en stock susceptible de convenir a achevé de me décider. Restait à trouver quoi en faire. Pas un ensemble. J'étais assez pressée par le temps niveau réalisation et je n'avais aucune inspiration pour la jupe de toute façon. Et puis j'avais repéré une petite robe, le modèle 20, sur le dernier Tendance Couture (le n°20 donc) qui me faisait de l'oeil, un truc fluide avec une découpe un peu empire qui descendait en arrondi dans le dos, le genre de coupe qui permet de mettre sa cambrure et son popotin en valeur tout en planquant son petit ventre, bref, le truc parfait pour moi. En plus, on pouvait lui faire des manches longues, celle du modèle 18 (ça tombait bien, il fait friquer dans le studio d'enregistrement). Malgré ses 16 pièces, il ne présentait aucune difficulté technique et, en théorie, je pouvais le coudre tranquillement avant le jour J.

C'est donc avec un bel enthousiasme que je me suis lancée dans sa réalisation, pour me mettre à paniquer 2 jours plus tard. Car voilà, une fois les différentes pièces assemblées et un premier essayage sur Madonna, j'ai tout de suite vu que ça n'allait pas (et un essayage sur moi a confirmé que non, décidément, les mensurations de Madonna étaient toujours les mêmes que les miennes et que ça n'allait vraiment pas). J'aurais pourtant dû le voir venir vu que ce n'est pas ma première réalisation Simplicity (oui, je vous rappelle que Tendance Couture, c'est des patrons Simplicity) mais dans mon optimisme délirant, je me suis dit que ce ne serait pas vraiment un problème puisque mes autres réalisations avaient pu être facilement corrigées.

Et là, vous vous demandez avec angoisse quel était le problème. Et bien, à part que la taille ne tombait pas au bon endroit mais 10 cm trop bas au moins (oui, je suis loin des 1m68 de stature moyenne et j'ai un buste bien court), que l'encolure baillait comme pas permis, que les manches étaient beauuuuucoup trop longues (bon, ok, ça, c'est pas bien grave) et que leur forme arrondie aux épaules en plus d'être moches me faisaient passer pour un déménageur bodybuildé, tout allait trèèèès bien ! En voyant le massacre, j'étais à 2 doigts de pleurer.

Huuum ? C'est moi où il y a comme un problème là ?

Nooon, sans blague !

Elle te va pas très bien je trouve !

Chéri.

Oui ?

Retourne à ton match et laisse moi de suicider tranquille.

Bon, d'accord, c'était un chouia excessif comme réaction mais il était tard et j'avais plus que 2 jours pour finir la robe. En plus, hors de question de démonter quoique ce soit pour corriger la coupe, le tissu n'y aurait pas résisté. Une fois de plus, j'ai béni Madonna d'exister ce qui m'a permis de faire les ajustements directement sur la bête, une chose impossible à faire sans devenir folle si j'avais dû le faire en aveugle. J'ai donc réhaussé la taille en créant de toute pièce une sorte de ceinture, une modif que je ne regrette pas car je trouve qu'elle met en valeur la forme particulière de la coupe et souligne la cambrure des reins et du popotin.

IMG_3181IMG_3183IMG_3182

On n'hésite pas à cliquer sur les photos pour agrandir et admirer la fausse ceinture.

Pour ajuster le corsage, j'ai créé 2 pinces à l'arrière et 2 sur la ceinture à l'avant. Pour ajuster l'encolure, j'ai également fait des pinces au niveau des épaules. Pour les manches, après plusieurs essais pour redessiner leur forme, j'ai finalement opté pour leur réduction sauvage en version courte soit un grand coup de ciseaux dedans et une légère reprise de l'arrondi aux épaules.

Après toutes ces transformations, j'ai finalement obtenu cette robe.

IMG_3173

IMG_3174IMG_3175IMG_3176

Honnêtement, je trouve qu'elle ne ressemble plus vraiment au modèle d'origine mais ça m'est également. Je l'aime bien cette robe et je me suis réconciliée avec son tissu.

IMG_3186

IMG_3188IMG_3189IMG_3190

Pour les besoins des enregistrements, je suis obligée de la porter avec une ceinture, une vraie, obligatoire pour accrocher la batterie du micro mais le monteur en chef me bénit de ne plus avoir à s'arracher les cheveux pour faire les incrustations. Pour la petite histoire, il a quand même trouvé encore un défaut. Le tissu fait du bruit quand on bouge, un bruit que nos oreilles n'entendent pas mais que le micro, lui, entend. Donc cette fois, c'est sur la bande son qu'il va s'arracher les cheveux.

Huuum, faudrait peut-être éviter ce type de tissu pour la prochaine fois hein ! En plus, il est assez fluide, c'est pas évident pour y accrocher le micro.

Pas de problème, il n'y aura pas de prochaine tenue. C'est le dernier exo que j'ai à enregistrer.

Et voilà, j'ai relevé avec succès le défi lancé par Hiro et mes prochaines réalisations ne devront rien au MOOC (ça vaut mieux d'ailleurs car je suis pas sûre qu'enregistrer un exo de mécanique quantique en pyjama soit très crédible). Mais franchement, j'en reviens pas du nombre d'exigences vestimentaires qu'il y a eu pour un truc où normalement, il n'y en avait aucune. J'ose pas imaginer ce que ça aurait été s'il y avait eu des exigences au départ !

Posté par reyhaziel à 22:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 25 avril 2016

Inferno déco du week-end

Il y a quelque temps, nous avons eu la désagréable surprise de constater que notre toit avait une fuite. Pas de quoi s'affoler non plus, on n'en est pas arrivé à mettre des bassines partout dans la chambre d'Azraël (car bien sûr, c'est en plein dans sa chambre juste au niveau de son lit que la fuite s'est produite) pour recueillir l'eau de pluie par seau entier. Non, non. En fait, si le mur n'avait pas commencé à cloquer au point qu'Azraël fasse un trou dedans pour voir ce qui se passait padon maman désolé maman je le ferai plus maman promis maman oups j'ai recommencé maman désolé ...., bref, s'il n'avait pas fait un trou et que, pile poil pendant un orage, je ne m'étais pas trouvé dans la chambre à constater qu'un très très mince filet d'eau suintait du dit trou, je serais encore en train de me demander pourquoi la peinture du mur s'abimait.

Brefle, on avait une fuite qu'il fallait faire réparer, ce qu'on a fait. Au passage, je remercie les assureurs de peaufiner aussi bien leurs contrats ce que leur permet de ne rien débourser pour les réparations de toiture car, c'est bien connu, une toiture qui fuit c'est forcément la faute aux propriétaires que n'ont rien fait pour l'entretenir et n'a absolument aucun rapport avec le fait que la toiture en question soit âgée de plus de 55 ans. Très gentillement, la madame de l'assurance m'a tout de même confirmé qu'ils prenaient à leur compte la réparation du dégât des eaux, c'est-à-dire la remise en état du mur et que cela ne nous coûterait rien si on faisait les travaux nous-mêmes. Oui parce que, si on faisait venir quelqu'un pour faire les travaux à notre place, ça nous coûterait une franchise ! Non franchement, j'adore mon assureur, il a un merveilleux sens de l'humour non ? Alors ok, je suis pas complètement manchotte et j'aurai certainement pu me débrouiller pour les faire ces fichus travaux. D'autant que niveau déco, c'est minimaliste dans les chambres des monstros. Murs peints en blanc avec stickers et frises, le tout autocollant repositionnable (en théorie on y reviendra) pour changer facilement (teuf teuf teuf, excusez moi je m'étrangle) en grandissant. Sauf que :

  1. j'avais pas le temps
  2. j'avais pas envie
  3. j'avais vraiment vraiment pas le temps et vraiment vraiment pas envie

C'est ainsi qu'après 4 semaines de temps de séchage, un ouvrier très sympa est venu s'acquitter de la mission délicate de décoller stickers et frise du mur, gratter le mur, poncer le mur, enduire le mur et repeindre le mur (ou plutôt les car il y en avait 2). Seulement voilà, le gentil ouvrier avait des enfants à peu près du même âge qu'Azraël.

Et alors me direz-vous ? Alors, allez savoir pourquoi, il s'est imaginé qu'Azraël serait tout déçu de voir ses belles décos parties alors il en a enlevé le moins possible (en conservant précieusement celles enlevées) et n'a pas touché à la frise. Bref, le mur a été réparé (et bien réparé avec un travail d'une propreté exemplaire qu'Inferno Gran Mom n'a même pas eu à passer un coup d'aspirateur ensuite) et l'histoire aurait dû s'arrêter là. Après une âpre discussion avec Azraël pour savoir ce qu'on allait faire exactement, on est tombé d'accord pour ne pas toucher à ses sacro saints Winnie l'ourson, Tigrou et Porcinet que le soleil n'avaient pas abîmé et pour virer le reste, essentiellement cette frise sur 3 pans de mur (les 2 pans refaits suite au dégât des eaux et un troisième faisant toute la profondeur de la chambre soit à peu près 6 mètres de frise au total).

Après un saut chez Leroy Merlin (n'y allez jamais le week-end si vous pouvez faire autrement, surtout avec un monstros surexcité qui voudrait acheter tout le magasin, c'est l'enfer. Le terme bricoleur du dimanche a pris un tout nouveau sens pour moi) à la recherche de stickers et frises à l'effigie de la Reine des neiges, on est reparti avec des stickers de fée, d'arbre rose et de petits trains car de Reine des neiges, il n'y en avait point (grâces en soit rendu à tous les saints du paradis et tous les démons bricoleurs parce que je sais pas si j'aurais supporté). On était alors samedi et il était 10h45. Si, ce détail a son importance. Avec Azraël, on a immédiatement fondu sur la frise comme Gargamel sur des cookies sortant du four avec la ferme intention que tout soit décollé à 11h30, heure de s'activer sur la préparation du déjeuner. A 11h30, justement, nous avions décollé à peu près ... oh oui, bien 50 cm de frise en tout et pour tout du côte où elle était le plus abimée. Car voilà, le soleil l'avait complètement cuite ! Impossible de la décoller normalement, elle s'écaillait comme de la peinture. Un vrai casse-tête !

IMG_3140

Ce qu'on avait péniblement retiré après 1h30 de boulot

IMG_3141

Ce qu'il restait encore à faire uniquement sur ce mur.

Bon, pas grave, j'avais décidé de m'occuper du problème toute seule pendant qu'Azraël s'occuperait de la partie la moins abîmée qui semblait se décoller plus facilement et pour cause.

Voilà Azraël, j'ai coupé ici, tu peux commencer à décoller pendant que je m'occupe de l'autre mur.

D'accord maman

Tu fais doucement pour que la frise ne casse pas d'accord.

Oui maman. Mamaaaan ?

Oui ?

J'ai pas cassé la frise !

Ouiiii ?

(je continue mon mur mais je me sens inquiète)

Mais je crois que le mur il est cassé !

QUOAAAAA !

Et là, horreur, Azraël mortifié me montre son oeuvre. Pauvre chou, ce n'était absolument pas sa faute mais la frise s'était parfaitement détachée du mur. Elle avait juste emporté toute la peinture avec elle, laissant le placoplâtre complètement nu. Ce que personne n'avait vu, c'est que sous la frise, à certains endroits, il y avait aussi eu stagnation d'humidité. Il était 12h, on avait 1m de frise d'enlever, des trous dans la peinture d'un mur et d'autres trous prévisibles dans le second mur. Un second voyage chez Lerou Merlin s'imposait. A 14h30, de retour donc pour la seconde fois avec peinture, pinceau et rouleau, me voilà prête à reprendre mon entreprise de décollage, seule, Azraël ayant jeté l'éponge et préférant jouer au ballon avec Chéri. Après avoir expérimenté différentes techniques allant du grattage avec les ongles aux prières au pied du mur pour qu'un miracle se produise et que ça se détache tout seul, c'est finalement la lame de cutter utilisée comme une raclette qui est venue à bout de la monstruosité ! 5 mètres de frise gratter à la lame nue, avec la colle qui se déposait dessus et qu'il fallait nettoyer régulièrement, le tout en faisant un minimum de dégâts sur le mur pour ne pas avoir TOUT à repeindre !

IMG_3145

Grattée au cutter, ça donne ça quand on a de la chance. De longues bandes de frise qui cassent comme du verre et se collent partout (dans tes cheveux de préférence). Et quand on a pas de chance, ça donne pareil mais en petit morceau de 1 cm de long.

A 17h30, je ne sentais plus le bout de mes doigts, j'avais mal aux bras et au dos, des morceaux de frise collés un peu partout mais j'avais fini ! La frise était vaincue. Il ne restait plus qu'à peindre et en vitesse pour que ce soit sec avant le coucher des monstros. Heureusement, on avait eu de la chance question vendeur chez Leroy Merlin.

Rhaaa, je trouve pas la peinture, ya que des gros pots ! Viens Azraël, on va demander à la vendeuse.

Dis madame, ma maman elle trouve pas la peinture.

Ah mais je te connais toi. Bonjour Azraël !

???

(non mais comment qu'elle le connaît)

Bonjour, vous cherchez quoi comme peinture.

Euuuuh, c'est pour sa chambre, je veux juste un petit pot c'est pour des raccords.

Tu me connais toi ?

(merci Azraël, j'osais pas poser la question)

Mais oui, tu vas à l'école à Palaiseau. Mon fils va à la même école que toi, c'est pour ça que je t'ai reconnu. Tenez, c'est ça qu'il vous faut.

Tout s'expliquait donc. Ouf ! Quoique, je devrais peut-être m'inquiéter qu'une maman d'un enfant qui n'est même pas dans la classe d'Azraël connaisse sa tête et son prénom. J'ai comme l'impression qu'Azraël se fait quelque peu remarqué là ! En tout cas, elle connaissait bien son affaire car elle nous a filé LA peinture parfaite, c'est que t'as besoin de mettre qu'une seule couche mais j'en ai mis 2 quand même parce que ça me plaisait bien et que ça comblait mieux les trous, qui s'étale comme un rêve sans faire plein de traces disgracieuses, qui sèche en 30 mn chrono et que t'as donc tout le temps pour une seconde couche, voir une 3ème parce que c'est fun, et qui sent pratiquement rien, à 20h tu peux fermer la fenêtre sans finir asphyxier et dormir tranquille.

IMG_3142

Ouf ! Fini !

IMG_3146

Le lendemain matin, la peinture étant bien sèche, nous avons pu clôturer l'opération décoration en collant les stickers choisis par le sieur Azraël (à ce propos, je décline toute responsabilité sur l'esthétique de la chose, c'est pas moi qui ait choisi les motifs ni les endroits où les coller, je me suis contentée de suivre les ordres du chef décorateur). Après avoir frôlé une grave crise de phosphorescence, une partie des stickers étant sensée briller dans le noir alors qu'il n'en a rien été, crise désamorcée par l'installation d'étoiles phosphorescentes achetées il y a plusieurs mois pour décorer les lettres ornant les portes des chambres des monstros, Azraël s'est déclaré enchanté par sa nouvelle déco et peut désormais dormir tous les soirs la tête sous les étoiles.

IMG_3161

IMG_3162

IMG_3163

IMG_3164

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 24 avril 2016

Le samedi, c'est Tarte aux fruits

Eh oui, cette fois, on a fait dans le classique et la simplicité. Quoique, pas si simple que ça tout de même car avec Gustus, rien ne saurait être simple. Il faut toujours qu'il ajoute son grain de sel ou plutôt sa crème d'amande. Car aujourd'hui, c'est la recette pour une tarte aux fraises ou aux framboises (j'ai fait les 2 et j'en ai tiré quelques leçons) que je vous propose, une recette très largement inspirée de celle de Maîtresse Valérie du blog C'est ma fournée.

IMG_3131

IMG_3197

Le week-end dernier, c'est la version Fraise de cette tarte que j'avais essayé et je n'en étais pas entièrement satisfaite. Fond de tarte trop épais, pâteux en bouche et un goût qui éclipsait tous les autres. J'y ai donc apporté quelques modifications et la version Framboise de ce week-end aurait été parfaite avec quelques framboises de plus. J'avais prévu un peu juste mais je vous ai corrigé ce détail dans la recette que je vous fais donc partager sans crainte.

IMG_3130IMG_3133

IMG_3198

Cette tarte se compose d'une pâte sucrée comme base. La pâte sucrée, contrairement à la pâte sablée, est nettement plus molle et très collante à la confection. Elle contient de la poudre d'amande et un oeuf entier. La pâte sablée, elle, contient plus de beurre et seulement un peu de jaune d'oeuf comme liant ce qui la rend beaucoup plus friable mais moins collante que sa cousine. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Pour cette tarte, je préfère la pâte sucrée car elle est plus fondante et plus facile à découper je trouve. Après, c'est vous qui voyez selon vos goûts.

Sur cette pâte sucrée, on vient ajouter une crème d'amande. Je suis une accro de la crème d'amande et j'attends avec impatience le jour où je trouverais enfin la recette de tarte aux poires amandine de mes rêves (si vous avez des tuyaux, n'hésitez pas). Par dessus, et parce que sinon l'ensemble serait assez sec, on ajoute une crème pâtissière délicatement parfumée à la vanille. Et enfin, les fraises ou les framboises (ou les 2 pourquoi pas). Et ça vous donne un truc comme ça.

IMG_3139IMG_3202Moyenne

Deux points sont essentiels pour bien réussir cette tarte. Ne pas commettre l'erreur d'avoir un fond de tarte trop épais (pour les raisons évoquées plus haut) et ne pas le faire cuire suffisamment. Comme la pâte sablée, la pâte sucrée, pour être bien fondante et sans effet carton pâte à la dégustation, doit être bien cuite. Donc avant de couper son four, on démoule rapidement le fond de tarte et on s'assure qu'il est bien doré partout DESSOUS sinon, on remet à cuire. Si vous n'avez pas beaucoup de temps devant vous, on peut facilement tout préparer la veille et dresser quelques heures ou juste avant (sauf les fioritures à faire impérativement au dernier moment). On peut congeler la pâte sans problème pour une utilisation différée (sortir du congel la veille et laisser décongeler tranquillement au frigo toute la nuit) et on doit même pouvoir congeler le fond de tarte mais ça, j'ai pas testé alors je ne l'affirmerai pas. Par contre, hors de question de congeler la crème pâtissière ou les fruits mais la crème peut patienter sans difficulté jusqu'à 48h au frigo sous certaines conditions. Allez, c'est parti pour la recette. Elle peut paraître longue mais en fait, vous en avez pour 1h-1h30 pour la préparation, 20 mn de dressage et une période de refroidissement des préparations (allez, on ajoute 1h pour être tranquille) mais si vous préparez, elle ne compte pas.

Tarte aux fraises ou aux framboises (ou à autre chose on n'est pas sectaire)

Pour un moule ou un cercle de 24 cm soit 6 à 8 personnes

Pâte sucrée :

  • 190g de farine T55
  • 20g de maïzena (ou de fécule de pomme de terre selon ce que vous avez)
  • 90g de sucre glace
  • 130g de beurre pommade (c'est du beurre bien mou)
  • 35g de poudre d'amandes
  • 1 grosse pincée de sel (soit environ 1g)
  • 50g d'oeuf battu (un oeuf moyen)

Crème d'amande :

  • 50g de beurre très pommade (donc très mou)
  • 50g de sucre
  • 50g de poudre d'amandes
  • 1 oeuf moyen (50g)
  • 15g de crème liquide entière (ou 25g si vous ne mettez pas de rhum)
  • 10 g de rhum

Crème pâtissière :

  • 265g de lait entier ou demi-écrémé
  • 60g de sucre
  • 22g de maïzena
  • 3 jaunes d'oeuf
  • Les graines d'une belle gousse de vanille
  • 22g de beurre froid en dés

500g de fraise ou 300g de framboises (moi, je n'en avais que 250g et ça manquait un peu j'ai trouvé).

On commence par préparer la pâte sucrée. Dans un saladier, on tamise ensemble farine, poudre d'amande, sucre et maïzena. Ça aère le tout et ça permet de mélanger les ingrédients de façon plus homogène mais on peut s'en passer si vous avez la flemme (ou tout simplement pas de passoire pour le faire). On ajoute le sel et le beurre pommade. On mélange bien de façon à sabler tout ça. On doit obtenir un mélange homogène et bien sablé. On ajoute l'oeuf battu et on mélange à nouveau pour obtenir une pâte homogène. Attention à ne pas trop la travailler sinon, elle va se rétracter à la cuisson. Même homogène, cette pâte va rester très molle et collante. Inutile d'espérer en faire quoique ce soit dans l'immédiat. On forme une boule avec, on la place entre 2 silpats ou 2 feuilles de papier sulfurisé et on l'étale en un cercle suffisamment grand pour pouvoir garnir notre moule de 24 cm. Le fait d'étaler entre 2 feuilles rend difficile l'appréciation de l'épaisseur mais tachez tout de même de ne pas dépasser 3 mm d'épaisseur pour faciliter la cuisson et éviter l'effet carton pâte. N'ayez aucune inquiétude. Si, crue, la pâte est très molle, une fois cuite, c'est un modèle de tenue même à si faible épaisseur. Une fois étalée, on la place au frigo pour 1h et on préparer la suite pendant ce temps.

Pour la crème d'amande, dans un saladier, on met le beurre pommade (j'insiste, il faut vraiment qu'il soit très très mou mais pas fondu), la poudre d'amande, la crème, le rhum et le sucre. On mélange bien à la cuillère magique ou au fouet en évitant d'incorporer trop d'air (donc on mélange, on fouette pas). On ajoute alors l'oeuf et on mélange. L'idée est toujours d'incorporer parfaitement l'oeuf sans ajouter trop d'air dans la préparation sinon la crème gonflera à la cuisson. On filme le saladier et on réserve. Surtout, ne mettez pas au frigo sinon ce sera galère à étaler ensuite. Normalement, l'heure n'est toujours pas terminée et vous pouvez passer à la confection de la crème pâtissière.

Dans un saladier, on met les jaunes d'oeuf ainsi que les graines de la gousse de vanille. On mélange bien à la cuillère magique ou au fouet. On ajoute le sucre et la maïzena et on mélange à nouveau. Inutile de chercher à blanchir le mélange, il suffit qu'il soit homogène. Dans une casserole, on met le lait à chauffer avec la gousse de vanille (dont on a déjà enlevé les graines je vous le rappelle). Quand le lait bout, on l'enlève du feu, on enlève la gousse de vanille et on verse en 3 fois le lait sur le mélange précédent en n'oubliant pas de bien remuer entre chaque ajout. On retransvase le mélange obtenu dans la casserole (en le filtrant avec une petite passoire, c'est mieux pour enlever les éventuels morceaux d'écorce de vanille mais ce n'est pas obligatoire). On racle bien le saladier à la marise pour ne rien perdre, surtout les graines de vanille. On remet sur feu vif (7-8 sur une plaque montant à 12) et on fouette sans discontinuer jusqu'à ce que le mélange commence à épaissir. On enlève du feu sans cesser de fouetter. La crème va finir d'épaissir et on n'aura au final une texture bien lisse et sans grumeaux. On ajoute enfin les dés de beurre froid et on mélange pour obtenir une crème bien lisse et brillante. On verse tout ça dans un plat et on filme au contact avant de placer au frigo. Si vous avez opté pour la préparation en avance, vous ne toucherez plus votre crème avant qu'on en soit au dressage final. Bien filmée, vous pourrez la conserver au frigo jusqu'à 48h. Attention quand même, la crème pâtissière est un produit fragile qui ne se conserve pas très longtemps. N'imaginez pas la faire une semaine à l'avance.

La pâte à tarte doit maintenant être bien froide et dure. On met le four à préchauffer à 180°C chaleur tournante et on sort la pâte du frigo. On enlève la première feuille (papier sulfurisé ou silpat) qui doit se détacher facilement. Si vous utilisez un cercle pour votre tarte, placer un papier sulfurisé sur une plaque à pâtisserie et mettez votre cercle dessus sans rien graisser. Si vous utiliser un moule à tarte, graisser le fond à la bombe (ou beurre-farine). En effet, même si elle est riche en beurre, la pâte peut adhérer au fond du moule, en particulier si la cuisson est insuffisante. Mieux vaut donc prendre ses précautions. Poser la pâte sur votre moule, côté papier ou silpat vers vous. Vous pouvez normalement enlever facilement cette seconde feuille. Foncez votre moule. Si la pâte se casse, pas d'affolement, elle va rapidement se ramollir et vous pourrez facilement faire tous les raccords nécessaires. Piquez la bien à la fourchette, il ne faut surtout pas qu'elle gonfle à la cuisson  puis enfournez pour 10 mn sur une grille placée au 2ème gradin en partant du bas. Après 10 mn, sortez le moule du four. Si la pate a un peu gonflée, c'est le moment de l'applatir délicatement. Versez la crème d'amande dans le moule. Comme c'est très chaud, le beurre de la crème d'amande va commencer à fondre ce qui peut rendre l'étalage un peu délicat (d'où l'intérêt qu'elle soit restée à température ambiante). Quand la couche est uniforme, remettez au four pour 30 mn. Selon le four, pour une même température, la cuisson n'a pas forcément la même intensité. A partir de 20 mn de cuisson, commencez à surveiller régulièrement votre fond de tarte pour vous assurer de sa coloration. La crème d'amande doit être parfaitement dorée (brune, pas jaune d'or) et le bord de la pâte sucrée doit limite être en train de noircir. Sinon, le dessous ne sera pas assez cuit. Quand la bonne couleur est atteinte, sortez le fond de tarte du four et démoulez sans attendre pour contrôler la couleur du dessous. Si c'est bon, placez sur une grille pour refroidir, sinon, c'est parti pour 5 mn de cuisson supplémentaire. Si vous avez opté pour une préparation la veille, enveloppez le fond de tarte dans du papier alu une fois bien froid et réservez dans un endroit frais et sec, à température ambiante.

C'est le jour J, le jour où vos invités ou votre famille ont prévu de se jeter sur un dessert de rêve, on va donc passer au dressage. A part les finitions, vous pouvez dresser quand vous voulez, de quelques heures à 20 mn avant (20 mn étant à peu près le temps de dressage). En fait, vous pouvez même dresser la veille mais je trouve personnellement que la crème pâtissière se dessèche un peu et les fraises peuvent rendre un peu d'eau donc je préfère éviter. Placez le fond de tarte sur le plat de service. Sortez la crème pâtissière du frigo et fouettez à la cuillère magique ou au fouet. Le but est de rendre toute sa souplesse à la crème. Il faut donc mélanger jusqu'à éliminer tous les grumeaux. On la verse dans une poche à douille, nue ou muni d'une douille et on garnit le fond de tarte avec TOUTE la crème. Il ne reste plus qu'à placer artistiquement fraises ou framboise.

IMG_3128

IMG_3129

Juste avant de servir, on saupoudre de sucre glace et on décore de pistaches caramélisées, de coeurs en chocolat, de fleurs en pâte à sucre, d'autres choses ou de rien du tout. Et voilà, il n'y a plus qu'à se régaler. Si vous avez des restes, protégez les d'une feuille de papier alu et conservez au frigo. Ils seront toujours aussi délicieux le lendemain (plus longtemps je sais pas, le temps de survie d'une tarte fraise/framboise dans l'Inferno House ne va pas au delà de 24h et encore).

Insert du 29 mai : Dans cette recette, il va vous rester une quantité non négligeable de pâte sucrée. Normalement, le restant vous permet de faire une tarte de 18 cm. Sinon ces proportions sont parfaites pour 2 tartes de 20 cm.

 

Posté par reyhaziel à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 21 avril 2016

Nouvelle rubrique

Vous en avez assez de chercher désespérément dans les tags la super recette de biscuits que vous aviez repéré le mois dernier ?

Une envie subite de chouquettes mais l'idée de parcourir des dizaines de posts pour mettre la main dessus vous rebute ?

Vous n'avez pas de compte pinterest pour épingler les recettes ou trop peur d'ouvrir votre compte et de vous laisser lobotomiser ?

Aucun problème ! L'auteur de ce blog est comme vous et moi, elle aussi a trouvé que c'était le bazar et qu'il était grand temps de faire quelque chose. Non, franchement la Puce, il était temps !

Voici donc une toute nouvelle rubrique accessible par le menu, Keskébon aussi appelé l'index pas alphabétique de toutes les recettes testées et approuvées par la famille Inferno (et accessoirement des collègues de bureau qui ont le sourire jusqu'aux oreilles dès que je me pointe avec une boite Tupperware).

Bon appétit tout le monde !

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]