mercredi 11 février 2015

Expérimentations couturesques

Depuis maintenant des années, je ne vais jamais nulle part sans ce truc là dans mon sac à main.

DSCN0447

Eh toi là-bas, au fond du blog, je te vois qui rigole sous prétexte que ça n'a rien d'extraordinaire d'avoir un porte-monnaie dans son sac et que le mien, il craint parce qu'il est tout petit, tout vieux et maintenant tout moche. Sauf ce n'est pas un porte-monnaie.

Eh non, c'est une trousse de couture de voyage. A l'époque, c'était révolutionnaire et il y avait même des mini ciseaux dedans (que j'ai perdu il y a fort longtemps maintenant). Mais aujourd'hui, ma trousse a bien souffert. Et le simili cuir intérieur part en poussière ce qui me pollue tout le matériel à l'intérieur. Il était donc grandement temps de faire quelque chose.

DSCN0448

Oui, les petits blancs sur la photo ne sont pas des défauts, c'est la poussière de simili cuir

Alors au début, vu que j'ai quand même pas que ça à faire, je pensais bêtement me trouver un kit de couture de remplacement sur internet. Sauf que voilà, je suis compliquée. Je voulais pas un truc moche, je voulais pas un truc hors de prix, je voulais un contenu précis, je voulais du matériel de qualité (pas le truc qui va se casser après 2 utilisations), bref, je voulais un truc qui n'existe pas.

Zut zut et triple zut ! Ça non plus ça fera pas l'affaire.

Mais pourquoi tu te le couds pas toi-même et tu mets le matos que tu veux dedans.

J'ai pas trouvé de tuto pour une trousse de couture qui corresponde à ce que je veux.

Eh dis donc la fainéante. Quand on peut modifier un patron comme ta dernière robe, on peut se coudre une trousse de couture sans tuto.

Mouais, t'as pas tort là. Mais ça va me prendre un temps fou si je dois trouver toute seule comment faire !

Et alors ? T'as rien d'autre à faire en ce moment vu que tu attends ton tissu pour ton manteau et ton biais pour la chemise d'Azraël.

Et effectivement, il avait pas tort le Couturus. Donc voilà, j'ai pris mon courage à 3 mains (si si, il m'en fallait au moins 3 sur ce coup), j'ai longuement cogité (c'est fou ce que je peux cogiter quand même en ce moment, je vais finir par me faire un claquage de cerveau) et je me suis lancée dans la confection d'une trousse de couture de voyage pour remplacer mon vieux machin décrépit.

Alors ma nouvelle trousse, je voulais qu'elle puisse être modulable (qu'on puisse faire varier un peu son contenu en fonction de ses besoins). J'ai donc prévu une grande poche à 2 compartiments pour pouvoir y ranger fils à coudre, boutons, pressions, rubans, thermocollants etc ... Avec ma vue qui baisse, il me fallait aussi un enfile aiguille. Et l'indispensable paire de ciseaux bien sûr. Pour le confort, une pelote à épingle amovible, un mètre ruban, un découd-vite, un dé à coudre et un crayon. Et naturellement, des aiguilles, des épingles et des épingles à nourrice. Bref, un vrai kit de survie de la couturière en goguette.

Je ne voulais qu'elle prenne trop de place dans mon sac mais elle devrait être assez grande pour tout faire tenir dedans. Je suis donc partie sur un modèle qui, entièrement ouverte, aurait les dimensions d'une feuille A4 mais se réduirait au dimension de mon porte-chéquier (soit une feuille A4 pliée en 3) une fois fermée. En plus, ma hantise étant que son contenu puisse se déverser dans mon sac, je voulais qu'elle se ferme entièrement (pas question d'avoir un truc qui se roule et qu'on ferme d'un ruban comme j'ai pu voir sur le net, mais ça, c'est mon côté paranoïaque qui s'exprime). Et surtout, pas question d'aller acheter du tissu pour faire ça. Le tout serait cousu dans mon stock de chutes (après tout, si je les garde, c'est bien pour leur trouver une utilisation).

Là, je vous sens impatient de savoir ce que ça a donné. Ben ça a donné à peu près ça.

DSCN0439DSCN0440

Devant et dos de la pochette : l'intérieur est en tissu japonais et Liberty, l'extérieur est en velours.

DSCN0441DSCN0443

La pochette une fois garnie

DSCN0444

La pochette une fois repliée

J'en suis plutôt contente, même si j'envisage d'autres systèmes de fermeture possibles, plus faciles à réaliser pour des débutants en couture (la pose de fermeture éclair est toujours un souci quand il faut la poser dans des coins) que je testerai dans mes prochaines versions. Eh oui, car il y en aura d'autres vu que je prépare une petite surprise pour le mois prochain. Mais chuuuuuut, c'est une surprise ! Et comme mon pauvre cerveau a subi plus d'une surchauffe à élaborer cet engin, j'ai décidé de vous épargner le même désagrément en vous faisant un petit tuto (lequel est actuellement en cours de réalisation) au cas où vous souhaiteriez vous lancer. Il arrivera prochainement, c'est promis. Et non, c'est pas ça ma surprise du mois prochain.

 

Info de dernière minute : le tuto est prêt, vous le trouverez ici.

Posté par reyhaziel à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


lundi 9 février 2015

Les Infernos adoptent un ours

Azraël, mais qu'est-ce que tu fais ?

Maiiiis moi me cravaille !

Sur MON ordinateur !

Ben oui. Moi me raconte avec Gusto pour l'histoire pour ma maîcresse.

Hein ??? Ah, tu veux raconter ton week-end avec Gusto. Ben tu fais attention à mon ordi.

Aaaah, maman est enfin patie. Moi, mé m'appelle Azraël ! Mé a fait beaucoup de cravail ce week-end paque on a Gusto à la mayon. Tu connais pas Gusto ? C'est la maîcresse qui me l'a donné. C'est un ouse cuiyinier. Et moi mé dois raconter tout ce qu'on a fait pou dire aux copains et aux copines et à la maîcresse à l'école.

Tu veux savoir ce qu'on a fait ? Gusto, il a dormi dans ma chambre dans unPetite petit lit rien que pou lui. Mais Gusto il a peur dans le noi. Alors moi me lui a prêté mon Teddy pour faire dodo mais pas Doudou ! Ben oui, Doudou il est pou moi !

Diapositive4

Gusto, il aime beaucoup les bonbons et le cocoya. C'est bon les neufs en cocoya. Il en voulait beaucoup Gusto alors maman elle lui en a donné et Gusto il a patagé avec moi. Et puis on a fait un GROOOOOOS gâteau paque Gusto est crès fort pour faire les gâteaux. Et moi, me suis un grand chep cuiyinier. D'ailleurs, maman, elle m'a pait un beau papo comme Gusto.

DSCN0385

La poule sur la bayère sur mon tabier.

IMG_0436

Mon beau papo paque me suis un gan chep cuiyinier.

Mé mis le bôôô tabier avec une poule dessus et on a mis un camapé pou Gusto pou qu'il puisse m'aider à paire le gâteau. Papa a pait plein de coto pou mettre dans le cahier de Gusto pou montrer à la maîcresse.

DSCN0386Diapositive2DSCN0391

Gusto met le yaourt dans le pot et moi me mélange

Diapositive3

Papa il prend plein de coto.

Et puis le chevalier Gagamel est arrivé et mé a dû me battre en duel. Mais un dragon est arrivé et avec Gagamel, on est allé l'attaquer.

IMG_0441

 Deux chevaliers à l'assaut d'un dragon

Et puis diman, on est allé voir un dessin mamimé au cinéma à Palaiseau. Moi, m'aime bien le cinéma de Palaiseau paque on peut manger du pop cone. Gusto aussi il aime bien le pop cone.

Diapositive1

Et puis après, moi mé a coyé les cotos dans le cahier de Gusto pou montrer aux copains et aux copines et à Bouclette et ma maîcresse. Maintenat mé suis fatigué. Moi mé vas me coucher.

Avis au lecteur méritant qui sera arrivé au bout de ce post :

Promis, juré, plus jamais je ne laisserai Azraël raconter lui-même ses aventures. Franchement, sans décodeur d'Azraëlien intégré, c'est un tantinet difficile à lire, non ?

Hein, de quoi ? Il est où le dragon. Ben il vous présente actuellement ses plus plates excuses pour la diction et l'orthographe lamentable de sa progéniture. C'est moi quoi ! Bon, en même temps, je suis passée du statut de crocodile à celui de monstre puis de dragon. J'estime qu'il s'agit là d'une promotion inconstable. Vous n'êtes pas d'accord ?

 

Posté par reyhaziel à 22:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

samedi 7 février 2015

Thérapie aquatique

Mais qui a dit que faire parler correctement un monstros TED, de lui faire faire des phrases complètes et conjuguées était difficile ? Qui a dit qu'il fallait des semaines de séances de soins et d'efforts constants ? Alors qu'en fait, il n'y a rien de plus facile ! Si si, je vous jure. Je viens de trouver LE remède miracle, celui qui va incontestablement me valoir le Nobel de médecine.

Non, c'est vrai la Puce ? C'est quoi, c'est quoi ? C'est dur à mettre en oeuvre ? Ça prend longtemps ? Ah ah, je vous sens tout frétillant d'impatience ! Et bien non, c'est pas dur à mettre en oeuvre et l'effet est quasi instantané. Et Le remède miracle c'est ......... TADAAAAM .... la PISCINE !

Il semblerait en effet que le contact de l'eau chlorée sur les cordes vocales du monstros ait un effet libérateur de l'articulation. Et je vous raconte pas ce qui se passe quand les molécules atteignent finalement le cerveau.

Alors Gargamel, tu es content d'être à la piscine ?

Oh oui ! Je veux la pis cine. Je veux maillot de bain.

Ça y est ? T'es prêt ? On y va ?

Non, je vais toilettes. Je veux pipi.

Ok, vas y.

Gargamel, on ne court. Et tu ne vas pas dans le grand bain. On reste là-bas.

Mamaaan, je veux faire le toboggan !

D'accord. J'arrive.

Non maman. Tu bouges pas, tu reste là et tu attends.

...

(1er état de choc devant la longueur intelligible du discours)

Après plusieurs tours de toboggan.

Euh, j'ai froid là Gargamel. On retourne dans l'eau ?

Non, je veux encore faire le toboggan.

...

(gros soupir résigné)

Allez viens maman. Dépêches-toi ! Allez maman, tu m'accrapes !

...

(2ème état de choc)

Alors de 2 choses l'une. Soit l'immersion en piscine a véritablement un effet miraculeux sur les capacités linguistiques (mais j'ai des doutes vu que je n'ai pas réalisé plus de progrès que ça en japonais depuis que j'emmène les monstros faire trempette). Soit Gargamel vient d'entrer dans une phase ascendante niveau langage, ascendance encore augmentée par l'attractivité de la dite piscine, et j'espère qu'elle va durer longtemps longtemps longtemps !

Posté par reyhaziel à 15:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 5 février 2015

Gargamel fait des phrases

Quand il y a un peu plus de 2 ans, Gargamel s'est initié au MAKATON, la fameuse technique basée sur la communication en langage des signes, on a franchi un premier pas dans la communication et l'échange. Enfin, il était capable d'exprimer des désirs par des mots et non des cris.

Quand on a introduit ensuite les PECS (communication par pictogrammes), il a pu commencer à structurer ses paroles et on a obtenu des ébauches de phrases. Enfin, nous pouvions envisager d'avoir une "vraie" conversation avec lui.

Puis tout doucement. Parce que oui, apprendre à parler quand on est un petit garçon ordinaire, ça prend déjà pas mal de temps mais quand on est un petit garçon pas ordinaire, ça en prend encore beaucoup plus. Tout doucement donc, les mots se sont ordonnés, les phrases se sont complexifiées mais tout en restant balbutiantes, elles prenaient du sens et devenaient compréhensibles.

Bon, faut pas pousser non plus, si je suis positivement ravie que Gargamel se mette parfois (voir souvent) à parler comme un moulin à paroles et à déclamer de grands discours, dans ces cas là, même moi qui suis pourtant censée disposer d'un décodeur de monstrosien intégré, je comprends pas 1 mot sur 20. Et il y a encore de sacrés progrès à faire. Mais de temps en temps, le moulin à paroles se calme et on a un moment de grâce.

Maman, ye veux Oggy et cafa.

Oggy et les cafards ? Ok.

Maman, maman !

Oui Gargamel, qu'est-ce qu'il y a ?

Maiyon Oggy tout là-haut !

Ah oui, t'as raison. La maison de Oggy est tout en haut de l'arbre.

Et là, on est super content. D'abord parce que ça ressemble à de vraies phrases. Mais surtout parce que, si avant il nous a déjà sorti de vraies phrases complètes avec sujet verbe complément, c'était toujours uniquement pour exprimer des désirs ou une satisfaction toute personnelle. Alors que là, c'est pour nous faire partager quelque chose qu'il voit, pour nous décrire un évènement. Mais comme l'être humain est un éternel insatisfait, on se demande comment corriger la syntaxe et obtenir la conjugaison des verbes. Oui oui, je sais, je suis jamais contente !

Et puis un jour, ou plutôt un soir, au moment du gros bisou du coucher, il se passe un petit miracle.

Maman ? Câlin maman !

Oui Gargamel, câlin

(et là je fourre mon nez tout froid, détail qui a son importance, dans son cou pour un bisou)

Maman ! Ton nez il fait tout froid ! Pffff pffff pffff

(ça, c'est un monstros qui vous souffle copieusement sur le nez pour le réchauffer avant de le tâter pour voir si ça a été efficace)

C'est parfait !

Et là, on fait calmement le dernier bisou et le dernier câlin et on file dans le couloir verser discrètement une petite larme de bonheur.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 3 février 2015

Quand la radinerie produit une robe

Comme je le disais il n'y a pas si longtemps, en faisant du lèche vitrine virtuel sur les sites de ventes privées (vous savez, les sites avec des super promos sur des tonnes de trucs de marques), je suis tombée en arrêt devant une petite robe qu'elle était cro cro belle mais aussi cro cro cher, même à -70%. Oui non parce que psychologiquement, plus de 100€ pour une robe, j'y arrive pas ! En plus, vu sa coupe et le volume de mon popotin, aucune chance pour que j'arrive à rentrer dans ce modèle sans que, au choix :

  • le corsage fasse des tas de plis disgracieux pour ménager la place au popotin sus mentionné
  • que le corsage tombe parfaitement mais que la descente de la robe s'arrête brutalement au niveau de la taille, la circonférence de la dite robe et celle de mon postérieur étant incompatibles.

Heureusement pour moi (ou malheureusement, par moment, je ne sais plus trop), le petit démon de la couture regardait pas dessus mon épaule.

....

(ENORME soupir d'envie)

Ben qu'est-ce qui t'arrives ?

(oui, Couturus commence à parler comme moi maintenant, on en arrive au stade avancé de la fusion)

Elle a l'air trop top cette robe mais elle est définitivement trop cher !

Pas de problème. Chope les photos et je te fais un patron. Tu l'auras pour 3 francs 6 sous.

Bien que fortement dubitative, je me suis exécutée et j'ai récupéré les dites photos où on voit la robe sous plusieurs angles.

ZZL86P052-A00@2ZZL86P052-A00@3ZZL86P052-A00@4

Alors, elle est pas cro belle cette robe !

Alors bien sûr, comme je le disais, je n'ai pas la plastique du mannequin mais les découpes de la robe qui lui donnait une impression de taille haute et le côté très cintré me plaisait vraiment beaucoup. Et l'optimisme démoniaque de Couturus commençant sérieusement à déteindre sur moi, on s'est lancé dans une première tentative de patronnage.

Mouais, ben sur ce coup-là, je connais un petit démon qui a pris pleinement conscience de la différence fondamentale existant entre un démon mineur et un seigneur démon confirmé. Car là où le seigneur démon va renifler d'un air méprisant et son patron va se tracer tout seul, un petit démon mineur va suer sang et eau pour comprendre le pourquoi du comment avant de laisser tomber et passer à autre chose. Bref, pour la couturière amateur que je suis, créer un patron à partir de rien, c'est totalement différent et d'un autre niveau que modifier un patron existant ou recréer le patron d'un vêtement qu'on a sous la main et qu'on peut dépiauter.

Je comprends pas, ça avait pourtant pas l'air bien compliqué ! Allez, on tente le coup !

Non mais ça va pas là ! Tu crois quand même pas que je vais prendre le risque de massacrer mon beau jersey alors que tes bouts de patron donnent n'importe quoi sur mon mannequin !

Y a qu'à faire une toile

(Alors, pour le néophyte, une toile, c'est un brouillon du vêtement fait dans un tissu pas cher pour voir si ça va aller)

Naaan ! J'ai pas de jersey pas cher, le jersey pas cher, c'est l'enfer à coudre et faire une toile, ça me gonfle !

(si si, vu le nombre de soupir que je pousse à l'idée de faire un truc pareil, je dois effectivement être pleine d'air et le terme s'impose).

Plan B : éplucher tous mes bouquins de couture à la recherche de la perle rare, un patron se rapprochant vaguement du résultat escompté et le modifier. Heureusement, Inferno Gran Mom avait apporté dans ses bagages tout un tas du magazine "Fait main" et dedans, on a trouvé ça :

IMG_0424

"Fait main" d'octobre 2014 pour ceux que l'info intéresse

Alors certes, la ressemblance avec le modèle désiré est lointaine mais elle est là ce qui fait de ce patron une bonne base de départ. Avec Couturus, on s'est donc consciencieusement vautré sur le tapis du salon pour recopier les différentes pièces du modèle (oui parce que perso, je trouve les tables toujours trop petites pour bosser dessus alors j'occupe toute la surface au sol disponible) et on les a modifié jusqu'à obtention du résultat désiré. Au final, cette opération m'a pris énormément de temps, surtout parce que je voulais être sûre d'avoir le bon rendu. Et avec un total de 17 pièces à assembler, un record pour moi, je suis franchement assez fière.

Pour sa réalisation, j'ai choisi un beau jersey Liberty (on prend vite goût à la qualité) et un tissu pour sweatshirt couleur mûre normalement destiné à la réalisation de pantalons pour les monstros. Oui, je ne sais pas pourquoi, dans un moment d'égarement pantalonesque, j'ai osé acheter un truc de cette teinte là pour 2 petits mecs ! Mais comme les fleurs de mon jersey avaient exactement la même teinte que ce tissu à sweat, ça tombait bien pour moi. Et comme dans mon délire j'avais poussé le vice jusqu'à acheter du bord cote assorti pour les joggings que je pensais faire avec, j'ai pu faire de beaux poignets aux manches de ma robe.

Côté technique, plus il y a de pièces, plus c'est long mais ça, tout le monde peut s'en douter. La vraie difficulté, ce sont les angles des empiècements. Il y en a quand même beaucoup et ils sont très aigus. Et ça, ça fait des pièces difficiles à assembler pour que ça tombe bien. J'ai d'ailleurs pas mal galèrer et décousu plusieurs fois certaines parties pour recommencer l'assemblage. L'autre petit problème que j'ai eu, c'est la taille. Car pour que le corsage tombe bien, j'ai choisi de tailler pour le haut un 42 (d'après leur tableau, c'était ça ma taille) en me disant que je prendrais la taille au dessus pour le bas et mon fameux popotin. Seulement voilà, une fois le corsage assemblé, ça baillait pas mal et j'ai dû réajuster le tout (rien de trop compliquer heureusement et en plaçant judicieusement les diminutions, j'ai conservé la forme que je voulais pour les différents empiècements). Du coup, j'ai conservé le 42 pour la jupe en me disant que ça taillait grand. Et là, j'aime autant vous dire que je n'ai pas intérêt à reprendre un seul des kilos que j'ai perdu mais bon, je rentre dedans, c'est l'essentiel. Bizarrement, c'est un problème que je n'ai jamais eu avec les modèles japonais. Pourtant, j'ai pas vraiment la morphologie japonaise. Ça doit être une histoire de stature.

Alors vous allez me dire c'est bien beau tout ça mais là, on aimerait bien savoir à quoi elle ressemble à ta robe. Alors la voilà. Avec tout plein de photos parce que je suis vraiment cro cro fière.

IMG_0426IMG_0427IMG_0432

Le triptyque habituel

IMG_0428

La découpe de coté

IMG_0430IMG_0429

Gros plan sur les empiècements de poitrine et le poignet en bord cote. C'était la première fois que j'en posais comme ça alors c'est pas parfait mais ça me plaît bien
IMG_0407
IMG_0410IMG_0414

Et le chef d'oeuvre sur mon petit dos

Chéri l'apprécie bien. Il paraîtrait qu'elle met ma devanture en valeur (c'est pas de moi !). Du coup, je me demande si je devrais pas éviter de la porter pour faire mes cours. A méditer !

Posté par reyhaziel à 19:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


dimanche 1 février 2015

Les bons mots d'Azraël, tome 3

Tout récemment, j'ai décidé d'initier les monstros aux joies de la piscine. Faut dire qu'avec notre pèlerinage annuel à la mer et l'attraction irrésistible de l'eau sur les monstros, j'avais envie depuis un petit moment qu'au moins Gargamel prenne des leçons de natation.

J'ai donc successivement emmené Azraël et Gargamel à une petite séance piscine. Oui successivement parce que j'ai beau n'avoir qu'un seul neurone en état de quasi fonctionnement, je suis pas complètement suicidaire ni candidate pour la crise cardiaque donc les 2 en milieu aquatique inconnu (parce que c'était une nouvelle piscine que j'avais jamais fréquenté), ben t'oublie, et t'oublie très très vite ! Et je vous prie de croire que j'ai eu bien raison puisque l'un comme l'autre était obnubilé à l'idée d'aller faire un plongeon dans le grand bassin, là où même moi j'ai pas pieds, mais c'est pas grave puisque de toute façon, tu peux me porter maman  (ben voyons !). Je tiens également à préciser que je nage à peine mieux qu'une pierre qui coule.

De ce premier contact avec la piscine et les maîtres nageurs, je retiens 3 choses essentielles.

  • il est indispensable de prévoir une looooonguuuue période de trempage pour les monstros car l'un comme l'autre n'apprécie pas de repartir une fois immergés dans une quantité conséquente de liquide (les lèvres bleues et l'heure du dîner passée depuis longtemps n'étant pas à leurs yeux des arguments valables).
  • il faut être riche pour qu'un enfant handicapé puisse apprendre à nager car les cours collectifs ne sont pas pour lui (dixit le maître nageur), il faut demander des cours individuels soit à peu près 3 fois le prix des stages piscines et il faut être Crésus pour apprendre l'autonomie aquatique aux moins de 6 ans pour lesquels seuls un abonnement annuel de presque 300€ est disponible.
  • si Azraël est si rapide dans l'eau, il y a une excellente raison.

Maman maman, tu m'accrappe !

Oh là là, t'es trop rapide Azraël, j'y arrive pas !

(oui, je sais, je suis une grosse menteuse)

Ben oui, moi me suis crès rapide parce que moi mé a le peu !

Hein ? t'as le feu ? Mais où ça ?

Ben oui ! Moi mé a le peu aux pesses.

T'as le feu aux fesses ?

Eeeeh oui ! Comme ça moi mé vas crèèèèès vite !

Voilà voilà. Qu'on se le dise, Azraël a le postérieur équipé d'un système de propulsion qui lui permet d'aller très très vite. Je vous laisse méditer sur le type du système de propulsion en question. Perso, les différentes images qui me sont venues à l'esprit m'ont fait éclater de rire et les personnes qui ont entendu notre échange aussi.

 

Posté par reyhaziel à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 31 janvier 2015

Interludes

Il y a quelque temps, en surfant sur les sites de ventes privées, j'ai littéralement flashé sur une robe, pas du tout adaptée à la silhouette mais bon, on peut toujours rêver qu'on est jeune et svelte. Seulement vu le prix de la robe, même en super soldes, hors de question de l'acheter, d'autant qu'elle aurait nécessité un nombre conséquent d'ajustements pour que j'ai une chance de pouvoir la porter.

Qu'à cela ne tienne, ni une ni deux, voilà le petit démon de la couture qui me tombe dessus sous prétexte que rien n'est plus facile que de confectionner une robe à partir d'une photo. Ben voyons !

Résultat, voilà maintenant plus de 2 semaines que monsieur Couturus cogite sur le projet. Parce qu'avec son optimisme typiquement démoniaque (si si, à ce niveau d'optimisme, ça en devient carrément démoniaque), il pensait qu'il suffisait de voir la robe sous toutes les coutures pour en déduire le patron. Seulement partir de rien, ben c'est pas facile quand on n'a pas l'habitude. Et il a rapidement laissé tomber. Étape suivante quand on est couturier démoniaque amateur (mais qu'on continue à se prendre pour un pro quand on est dans sa phase optimisme démoniaque), on cherche un patron tout fait qui ressemble vague de loin à ce qu'on voudrait et on l'adapte. Par chance, Inferno Gran Mom avait dans ses bagages tout un tas de magazines de couture et dedans, il y avait justement un modèle adaptable.

Alors ces 2 dernières semaines, j'ai passé mon temps à 4 pattes dans mon salon à tracer des patrons en suivant les directives de Couturus pour essayer d'avoir enfin ma robe. Et aujourd'hui .... ben elle est toujours pas finie, loin s'en faut. En fait, je n'ai encore réussi qu'à faire l'assemblage des 12 pièces du haut (et encore, j'ai pas encore mis les manches ni fait les finitions du col). Heureusement que ça commence à ressembler à quelque chose, sinon j'aurai déjà laissé tomber.

Tout ça pour dire que, entre 2 phases de cogitations intenses et d'assemblage précautionneux, j'avais besoin de faire des petites pauses avec des petits projets tout simples et tout rapides. Alors quoi de mieux que quelques petits cadeaux coutures maison. Et comme j'ai adoré le beau foulard qu'on m'a offert à Noël et que j'ai trouvé l'idée excellente, ben je l'ai copié sans vergogne au grand dam de Couturus qui trouve que je manque cruellement d'originalité (mais je m'en ficheuuu, na na na na nèreuuuuu, comme dirait Azraël). Alors voilà les 2 jolis foulards que j'ai réalisé.

Celui-ci est fait dans une chute du tissu Liberty de ma robe Game of Thrones et d'un tissu de composition indéterminée rapporté par une copine du Vietnam. Elle est persuadée que c'est de la soie mais perso, j'ai de gros gros doute. Enfin, il est très joli et c'est bien l'essentiel. Il est parti ce matin pour rejoindre sa future propriétaire.

IMG_0394

IMG_0386

IMG_0387IMG_0389

Et celui-là est fait encore dans une chute de tissu Liberty, le même que celui que j'ai utilisé pour faire des petits sacs à Inferno Gran Mom et à Chofie, et une chute de soie sauvage jaune pale. Et lui aussi devrait partir prochainement rejoindre sa future propriétaire.

IMG_0405

IMG_0398IMG_0399

Le commentaire de Chéri : eh mais je connais ça ! La princesse Amidala avait le même dans Stars Wars !

IMG_0400

Et ne vous en faites pas, dès que j'ai fini ma robe, je vous raconte tout sur sa création.

Posté par reyhaziel à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 28 janvier 2015

Physique et parité

Me voilà de retour de cette petite escapade berlinoise. Et si tout s'est très bien passé, j'ai tout de même été quelque peu interlockée par un léger, un insignifiant petit détail.

Alors voilà, dans mon école d'ingé, je suis impliquée dans un certain nombre d'instances régissant les conditions de travail et le fonctionnement de l'école et pour faire partie de certaines d'entre elles, même si personnellement je ne fais pas de politique, j'ai dû me syndiquer. Et dans la cellule syndicale de mon école, 50% des membres sont des femmes.

Dans mon école d'ingé toujours, dans les différentes instances administratives où je siège (hors instance où il faut être syndiqué), 50 % des personnes siégeant sont des femmes.

C'est chouette non, on est drôlement bien représenté vous ne trouvez pas ? Oui, coté administration, on est vraiment bien représenté !

Pour le coté scientifique des choses par contre, ça commence à se gâter quelque peu. Car voyez vous, dans mon labo, dans les différentes instances administratives dont je fais partie et qui décide de la politique scientifique notamment, le nombre de femmes ayant voix au chapitre passe à 33%.

Et ce pourcentage tombe à 10% quand on s'intéresse au nombre de femmes chef de groupe de recherche (il passera à 0% d'ailleurs en 2016). Ce qui m'amène au point essentiel de la répartition homme/femme des intervenants à la conf à laquelle j'assistais. Eh bien ici, à Berlin, sur les 24 intervenants de ma session (celle dans laquelle je faisais mon petit speech), le pourcentage de femmes à prendre la parole pour présenter des résultats en science physique de haut niveau atteignait le chiffre astronomique de ..... TADAM .....0,04%

Ouaip, autant vous dire que je me sentais un peu toute seule là quand même.

Alors je m'interroge. Nous les femmes, on est vraiment pas faite pour la physique ou bien faudrait faire encore quelques efforts question parité ?

Posté par reyhaziel à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 27 janvier 2015

Torture en plein ciel

L'avantage quand on part peu à l'étranger, c'est qu'on a le temps d'oublier les désagréments des voyages en avion. L'inconvénient, c'est que, du coup, on n'est pas préparé du tout quand commence la séance de torture.

Bien sûr, je passerai sur les joies des services de sécurité à l'aéroport (avec tout ce qui s'est passé dernièrement, ça se comprend un peu). Ceci dit, j'ai quand même dû ôter les armes mortelles que je portais aux pieds, à savoir mes escarpins, quand j'ai passé le portique. Dire que j'allais simplement en Allemagne ! J'ose pas imaginer ce que ça aurait été si je m'étais rendu aux USA.

Non, la vraie torture, c'est dans l'avion que je l'ai subi. Parce que, après 10 ans sans prendre l'avion (ben oui, économie oblige, tous mes derniers déplacements professionnels bien que très peu nombreux ont été faits en train ou en bus), j'avais oublié un tout petit petit détail : mes oreilles sont hyper méga sensibles à la pression. Résultat, dès que l'avion passe au dessus de la couche nuageuse, je ressens une douleur intense dans les tympans et jusque dans les dents, exactement comme si j'avais une rage de dents. Un vrai délice ! Et là, on oublie les anti-douleurs classiques, ils n'ont strictement aucun effet.

Alors quand le steward est arrivé avec son café et surtout son petit pain avec des raisins secs dedans, j'ai hésité entre lui sauter dessus pour l'embrasser ou à me prosterner à ses pieds. Hein, quoi ? Non mais je vous vois venir ! Pas du tout, il n'était ni particulièrement beau ni particulièrement sexy. On est dans la vraie vie là je vous rappelle, pas dans un feuilleton. Et le seul truc qui m'intéressait, c'était la BOUFFE !

Euh, la Puce, la douleur t'a fait perdre la tête ? C'est quoi le rapport avec ton problème d'oreilles ?

Ben si vous avez la chance de ne pas être ou peu sensible au changement de pression, vous pouvez pas comprendre, pas plus que ceux d'entre vous qui ne sont encore jamais montés dans un avion. Pour tous ceux qui n'ont encore jamais fait de voyage en avion, sachez donc qu'un truc qui marche particulièrement bien (en tout cas pour moi) pour soulager la douleur, c'est de mâcher. Alors il n'avait peut-être rien d'extraordinaire ce petit pain mais je peux vous garantir que je l'ai savouré, lentement, en prenant tout mon temps, et en mâchant bien chaque bouchée. Et que j'en aurai pleuré de bonheur quand la douleur a commencé à refluer.

Bon, ben maintenant, il ne me reste plus qu'à mettre la main sur des chewing gums pour le retour, ou à me préparer psychologiquement à une nouvelle séance de torture. Ou plus simplement à barboter un stock de petits pains au petit déj de l'hôtel !

Posté par reyhaziel à 08:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 26 janvier 2015

La chasse est ouverte

Ah la la ! Qu'il est dur parfois d'être un papa. Surtout quand la saison de la chasse aux papas est ouverte. Chéri en a fait récemment la douloureuse expérience. Enfin, son postérieur surtout !

Et un petit conseil. La prochaine fois que votre nounou offrira un petit cadeau à votre adorable monstros pour son anniversaire en vous disant Ca va beaucoup lui plaire, mais je ne suis pas sûre que ça vous plaise à vous MÉFIEZ VOUS ! D'abord parce qu'effectivement, le pistolet NERF (vous savez, le truc qui tire des fléchettes en mousse) a beaucoup plus à Azraël qui s'est ensuite fait un plaisir de tirer sur tout et tout le monde (certains de mes bibelots n'ont pas résisté, le voisin a retrouvé des flèches dans son jardin pendant des jours et on a dû bien faire comprendre au sieur Azraël qu'une flèche dans la figure, molle ou pas, ça fait MAAAAAL). Ensuite, parce que la compet étant de rigueur chez les monstros, il a bien fallu se résoudre à acheter un second pistolet NERF pour Gargamel et qu'on a donc maintenant 2 chasseurs sur les bras au lieu d'un seul.

Ceci dit, perso, ça me dérange pas.

Maman, me peux tirer sur toi ?

N'y pense même pas ou ça va chauffer pour tes fesses.

Maman, me peux tirer sur les carreaux ?

Huum, j'aimerais mieux pas. Mais bon, si tu y tiens, tu fais ça de loin.

Maman, me peux tirer sur les pesses à Papa. (ses fesses quoi)

C'est pas mon problème. Tu vois ça avec lui

(oui, parce que Chéri et moi, on n'a pas le même seuil de tolérance aux persécutions).

Papa, me peux tirer sur tes pesses.

Hein ? Quoi ? Ah, d'accord.

Schoumpf

(bruit d'une flèche tirée à bout portant dans un postérieur bien charnu)

Aaaaaahhhhhhh

(cri d'un Chéri qui se sauve en courant tremblant de peur pour de faux devant un monstros hilare)

Encore papa !

Euh, la Puce, ça cingle un peu quand même !

Mouaip ! Pas mon problème !

Mrrrrrf

(Inferno Gran Mom, morte de rire)

Ca, on a bien rigolé avec Inferno Gran Mom. Surtout quand Gargamel est allé chercher son propre pistolet (dont je lui ai vicieusement rappelé où il était rangé) pour prêter main forte à son frère.

IMG_0344

IMG_0340

IMG_0342

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,