samedi 6 janvier 2018

Des poules, un loup, un renard, un bébé et Coco (mais pas la noix)

Qu'on se le dise, ce n'est pas parce qu'on hiberne qu'on est inactif, loin s'en faut. Avec les monstros, entre 2 grasses matinées, on s'est offert une sortie ciné (et il y en a d'autres de prévu d'ailleurs). Avec Chéri aussi accessoirement, pour voir le dernier Star Wars en amoureux, mais comme il ne nous a pas laissé un souvenir impérissable, je n'en parlerai pas.

Avec les monstros donc, nous sommes allé voir le dernier Disney Pixar : COCO.

coco

D'après le cinéma près de chez nous, c'est un film conseillé à partir de 6 ans. L'histoire se passe au pays des morts (dans le folklore mexicain donc pas de zombi baveux en perspective hein, c'est gai, coloré et vivant au possible ce monde des morts). On passe son temps à voir des squelettes, on voit même des esprits disparaître (eh oui, ils font mourir les morts chez Pixar, trop fort !). Il y est question de trahison, d'abandon et pire encore sur la fin mais je ne voudrais pas trop en dire. Alors effectivement, je ne recommanderai peut-être pas à plus jeune s'il est impressionnable. Mais bon, l'ambiance n'est pas glauque du tout, ça danse, ça chante, ça fait la fête et il n'y a guère que la scène finale qui soit vraiment très riche en émotion (Azraël était prêt à verser sa petite larmichette tout émotionné qu'il était tandis que maman pleurait comme une madeleine depuis longtemps). En tout cas, chez nous, malgré une âme sensible quelque peu obnubilée à l'idée de la disparition prochaine de sa mère indigne (j'ai arrêté de compter le nombre de fois où je dois assurer à Azraël que non, j'ai pas prévu de mourir dans les prochains jours ni même dans les prochaines années et que je l'aimerai jusqu'à la fin des temps même quand je serai morte), c'est passé comme une lettre à la poste que c'était trop bien, qu'il faudra absolument qu'on achète le DVD et quand est-ce qu'on va voir le 2 maman s'te plaît s'te plaît s'te plaît.

Euh, mais ça raconte quoi exactement ? Comment ressusciter les morts ? Meuuuh non, pas du tout. Coco, c'est l'histoire de Miguel. Eh oui, Coco n'est pas le nom du héros mais celui de son arrière grand-mère, une bizarrerie qui devient très claire à la fin car sans qu'on s'en doute, toute l'histoire tourne autour de cette arrière grand-mère.

Suite à l'abandon de l'arrière-arrière grand mère de Miguel par son musicien de mari, cette dernière a banni la musique de l'histoire familiale et s'est reconvertie dans la chaussure. Dans la famille de Miguel, tout le monde travaille donc dans la cordonnerie familiale et gare à celui qui ose seulement penser à l'idée de musique. Seulement voilà, Miguel, lui, ne pense qu'à ça : devenir musicien comme son idole Ernesto de la Cruz. Et pour prouver son talent à sa famille, il décide de participer au concours de talents de son village avec sa guitare fabriquée en cachette. Alors évidemment, quand sa grand-mère le surprend, de colère, elle brise la guitare.

Oooooh, c'est pas gentil ça ! Non hein ! Mais loin de se décourager, le petit Miguel réagit. Il lui faut une nouvelle guitare, pas de problème, il va emprunter celle de son idole, qui repose tranquillement dans le mausolée à sa gloire érigé dans le cimetière du village vu qu'il est originaire du même village que Miguel (huuum bizarre bizarre ça !). Mais chacun sait que c'est pas beau de voler les morts. Et bing, voilà notre Miguel maudit et expédié au pays des morts dont il ne pourra repartir que s'il obtient la bénédiction de son arrière-arrière grand mère (ou d'un autre membre de la famille mais comme ils obéissent tous à l'ancêtre, faut pas vraiment compter sur eux). Bien sûr, les conditions imposées par l'ancêtre pour obtenir sa bénédiction sont inacceptables pour Miguel (pensez donc, renoncer pour toujours à la musique) alors voilà notre héros parti en vadrouille à travers le pays des morts à la recherche de son arrière-arrière grand-père musicien pour obtenir sa bénédiction à lui (le seul capable de le comprendre bien sûr). Je m'arrêterai là pour l'histoire, sinon, vous n'aurez plus rien à découvrir.

Cette histoire est très sympa, le rythme est dynamique, l'histoire émouvante juste ce qu'il faut et parfois franchement drôle. Alors bien sûr, ça véhicule pas mal de clichés sur le milieu artistique (en gros, ils sont égocentriques et complètement à l'ouest) mais ça reste raisonnable. Les chansons et la musique sont plutôt réussies elles aussi même si je doute qu'elles obtiennent le succès de celles de la Reine des neiges ou de Vaiana auprès de nos chères têtes blondes.

Derrière l'histoire se cache une critique constructive de la pression familiale sur l'avenir des jeunes, de l'importance de la famille, de son histoire, de ses liens entre les générations qui, s'il faut les cultiver précieusement, ne doivent pas empêcher les enfants de s'épanouir, de faire leurs propres choix et leurs propres erreurs, bref, de les laisser grandir. Mais si la pression familiale, l'intransigence plutôt d'ailleurs, est clairement pointé du doigt, l'attitude de Miguel est elle aussi critiquée dans une moindre mesure. De son séjour au pays des morts, Miguel reviendra transformé, conscient des valeurs que sa grand-mère avait en vain cherché à lui inculquer (et accessoirement que les vitamines sont bonnes pour la santé).

Bref, un film plutôt réussi qui parle du conflit entre les générations en soulignant qu'avec un peu d'écoute de part et d'autre, on arrive à résoudre tous les problèmes mais aussi de l'importance de ne pas oublier ceux qui nous ont quitté et de cultiver leur souvenir dans la joie (car au Méxique, les morts ne nous quittent jamais vraiment mais veillent sur nous et reviennent nous rendre vite tous les ans pour faire connaissance avec les nouveaux venus). Si vous avez la chance qu'il passe encore près de chez vous, je vous le recommande donc. Quelque soit votre âge, vous devriez y trouver votre compte.

Euh, la Puce ? Oui ? Et les poules, le renard et le loup, quel rapport avec Coco ? Ah mais aucun. Ce sont les personnages d'un autre film pour enfants : Le grand méchant renard. Ce film est sorti il y a déjà quelque temps et ne passe certainement plus au cinéma mais on peut le trouver en DVD. Le titre complet est Le grand méchant renard et autres contes car il s'agit en fait de 3 histoires, prétendument 3 pièces de théâtre, racontées par des animaux : Un bébé à livrer, Le grand méchant renard et Il faut sauver Noël.

renard

Un bébé à livrer raconte comment une cigogne fainéante en manque de vacances refourgue le bébé qu'elle devait à livrer à un canard et un lapin idiots pour qu'ils le livrent à sa place. Bien sûr, face à ces 2 irresponsables (ils voulaient le catapulter à l'aide d'un sapin directement chez lui quand même), le cochon (super sérieux et intelligent le cochon) décide de prendre les choses en main. Au cours de leur périple pour livrer le bébé, nos 3 compères manquent de se faire boulotter par un loup, noyer dans un étang, emporter par un boucher, expédier en Chine et j'en passe. Mais mon moment préféré, c'est sans conteste quand le canard et le lapin prennent les commandes d'un avion cargo et lui font faire un créneau en plein ciel (eh oui, vous ne saviez pas que les avions pouvaient stopper net pour amorcer ensuite une marche arrière avec warning sonore le tout en plein ciel ? Mais c'est l'évidence même voyons !)

Le grand méchant renard, elle, est l'histoire d'un renard qui s'obstine à jouer les méchants alors qu'il n'est pas capable de faire de mal à une mouche. La preuve, même les poules se fichent de lui. Et pourtant, ce n'est pas faute de prendre modèle sur le grand méchant loup du coin (le même que celui de la pièce précédente soit dit en passant car la distribution de nos animaux acteurs est tout de même restreinte). En désespoir de cause, notre renard se rabat sur les créatures les plus innocentes du monde : des poussins encore dans leur coquille. Et le voilà qui chaparde 3 oeufs à la poule la plus vindicative du poulailler et les couvent dans le but de boulotter les poussins qui en sortiront. Je vous laisse imaginer ce que se produira à l'éclosion. Cette histoire est à priori la préféré de mes monstros, allez comprendre pourquoi.

La dernière est de saison puisqu'il s'agit pour notre canard et notre lapin idiots de la première histoire de sauver les fêtes de Noël. Pensez donc, ils ont accidentellement tué le père Noël ! Bon, je vous rassure tout de suite, comme tente vainement de le leur faire comprendre le cochon, c'est uniquement un père Noël en plastique qu'ils ont décapité et non le vrai. Mais impossible d'en convaincre nos 2 idiots qui décident de remplacer le père Noël pour distribuer les cadeaux à tous les enfants de la terre. Entre le traîneau bricolé maison qui explose, une bande de chien qui veut les dévorer, un père de famille qui cherche à les aplatir à coup de balai et le vrai père Noël à sauver d'une chute mortelle, nos 3 personnages ne chôment pas mais seront largement récompensés de leurs efforts à la fin évidemment.

Comme il se doit, à chaque fois, tout est bien qui finit bien. Toujours d'après mon cinéma où il est passé, ce film est conseillé à partir de 6 ans et si le contenu me semble effectivement parfaitement convenir pour cet âge (voir même un peu plus jeune), j'avoue que niveau vocabulaire, certaines répliques sont un peu limite (en tout cas, elles titillent mon sens de la politesse et du langage châtié). En tout cas, les monstros ont adoré d'emblée ce DVD. Ils me l'ont d'ailleurs tellement souvent réclamé et visionné qu'ils en connaissent la majorité des dialogues par coeur, signe par excellence de leur engouement. Niveau graphique, ça change totalement des Disney ou des Pixar. Ça fait penser plutôt des illustrations de livres pour enfants qui se seraient mises en mouvement. A ce propos, si le style graphique est un peu naif, l'animation est de très bonne qualité ce qui en fait un dessin animé agréable à regarder. Les histoires sont courtes (environ 25 mn chacune) ce qui est appréciable si on n'a pas le temps ou l'envie de rester planter devant la télé très longtemps car on peut parfaitement interrompre le visionnage à la fin d'une histoire et regarder la suite plus tard. Et pour mes monstros en manque de concentration sur la durée, ce format est parfait car il évite toute longueur inutile. Du coup, le film retient leur attention sur l'intégralité de sa durée.

L'unique but de ces petites histoires est de divertir. Ne cherchez donc pas trop de philosophie ou de grandes idées derrière. Si on devait chercher une seule valeur défendue à travers ses histoires, je pencherais pour la tolérance : tolérer les différences entre les êtres, entre leurs croyances, tolérer le comportement d'autrui ... Mais bon, je vais peut-être chercher un peu loin. En tout cas, si vous cherchez un film pour divertir vos enfants et passez vous-même un moment agréable avec eux (il ne vous mettra certes pas en extase mais il est sympa et certains passages sont fort drôles), je vous le conseille.

Posté par reyhaziel à 23:25 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


jeudi 4 janvier 2018

Tag du nouvel an

Euuuh coucou ? Y a quelqu'un ? La Puce ?

Huuum ? Mais oui, je suis là. Pas d'inquiétude. Laissez-moi juste le temps de sortir d'hibernation, je dors encore à moitié là. Faut dire qu'entre le stress de l'équipe éducative de Gargamel, les misères que me fait le Dragon Administration qui a repointé son nez, les cadeaux d'anniversaire divers et variés de Décembre/Janvier, les fêtes de fin d'année et leur cortège de cadeaux fait maison (honte à moi, j'ai même pas tout fini et j'ai encore des paquets à expédier bouhouuhouuu), je suis un tout chti peu en déficit chronique de sommeil. Et encore, je vous parle pas de la folie totale de cette fin d'année au bureau.

Fort heureusement pour moi, Inferno Gran Mom est là ! Parce qu'Inferno Gran Mom voyez-vous (bénie soit-elle, faudrait vraiment la canoniser d'urgence et de son vivant) rime avec grasse matinée, la vraie, la longue, celle que si t'as des enfants qui vivent encore à la maison tu connais plus depuis belle lurette et tu te demandes même si un truc pareil a jamais existé. Bref, pendant ma petite semaine de vacances, j'ai pu m'offrir le luxe extrême de pioncer jusqu'à 10h (voir même 10h30 certains jours !). Et c'était trooooop bien ! Trop court mais trop bien !

Alors, je sais, vous vous demandez pourquoi il faut qu'Inferno Gran Mom soit là pour que je puisse profiter de grasses matinées alors que Chéri pourrait très bien se lever et s'occuper des monstros. Ben c'est à cause de 2 choses toutes simples. Déjà, pour une obscure raison, j'ai pu constater que les rares fois où Chéri est debout avant moi, il a quelques difficultés (teuf teuf teuf, excuse-moi, je m'étrangle devant l'euphémisme) à faire en sorte que les monstros se tiennent tranquilles sans faire trop de bruit. Mais surtout, le problème majeur, c'est que Chéri semble souffrir de la même affection que la majorité de la population masculine : la surdité sélective. Il n'entend donc jamais lorsque les monstros ont des veilles nocturnes ou antérieur à 9h du mat. D'ailleurs, les monstros doivent avoir compris le truc depuis un moment puisque lorsqu'ils se réveillent, c'est toujours maman qu'ils appellent. Étrange non ?

Mais trêve de bavardage. On est déjà le 4 janvier, il serait donc grand temps de vous souhaiter à tous et toutes une excellente année 2018 accompagnée de tout son cortège de bons voeux.

Bonne année 2018 donc, qu'elle vous soit douce et vous comble de tous les bonheurs possibles et imaginables.

Et pour bien commencer l'année, j'ai décidé de ne prendre AUCUNE bonne résolution. Non c'est vrai quoi, ça m'évitera d'avoir mauvaise conscience l'an prochain en constatant que je n'en ai tenu aucune ou presque. Par contre, je vais me faire un plaisir de répondre à Nathnstyle qui m'a taggué il y a quelque temps maintenant (c'était adorable et merci d'avoir eu la patience d'attendre aussi longtemps que j'y réponde). Un petit tag intitulé La couture et moi lancé par Cousu by Nath avec 10 questions autour de la couture. Bizarre ... avec un titre pareil, j'aurai plutôt pensé qu'on parlerait dernières techniques de pointe en chirurgie mais il semblerait que faire des points de suture n'ai rien à voir avec la couture. Dommage, j'aurai pu vous raconter des trucs super sur le coupage de cornée, l'usinage oculaire au laser et la suture au point de zigzag de la surface de l'oeil (oups, désolée pour ceux qui virent au vert en lisant ces lignes).

Allez, c'est parti pour les questions/réponses :

1. As-tu été confronté(e) à des préjugés sur la couture ?

Franchement, à part le ah, tu fais tes ourlets toi-même, j'ai pas souvenir. Faut dire que comparé au tricot, une activité que j'ai pratiqué assidûment il y a une quinzaine d'année (et là, on peut dire que niveau préjugé, si on a moins de 80 ans, on est servi), je me suis mise à la couture assez tard (la première fois) et que je m'y suis remise encore plus tard (la 2ème fois donc), à une période où justement, cette activité semblait revenir à la mode.

2. Depuis quand couds-tu ?

Oula ! Difficile question ! Parce que la couture, j'ai bien fait quelques tentatives ado mais j'étais trop nulle et pas assez motivée pour que ça m'ait marqué ni pour persévérer. Mes premiers vrais projets couture, c'est il y a 12 ans que je les ai menés. Un vrai fiasco ou presque et un traumatisme Burdesque dont j'ai encore aujourd'hui du mal à me remettre. Parce qu'à l'époque, Burda, c'était la référence en matière de patrons de couture. On ne trouvait que ça dans les magasins de couture du coin. Autant vous dire que si je trouve toujours aujourd'hui leurs explications cryptiques, à l'époque, c'était encore pire. Mais comme on était un petit groupe de collègues à avoir décidé de se lancer et à se réunir pour des séances de couture collectives, ça aidait bien à entretenir la flamme.

De cette période, je garde le souvenir d'une multitude de projets débutés et jamais finis, d'une somme astronomique en tissu dépensée en pure perte, de franches séries de rigolade et de quelques rares projets réussis (5 en tout). En fait, je doute que je me serais sérieusement remise à la couture un jour si je n'étais pas tombé par hasard sur le blog de Chofie et ses patrons japonais. C'est en lisant ses commentaires sur ces patrons, en voyant ses cousettes et en découvrant que je pouvais me procurer ces patrons grâce à Internet que j'ai décidé de retenter ma chance (très certainement sous l'influence de Couturus bien qu'à l'époque, je ne le sache pas encore). C'était début 2014, il a 3 ans et demi donc.

3. Quel a été ton tout premier projet ?

Pour ma toute première tentative en couture il y a 12 ans, c'était une robe (étonnant non !) droite avec des grandes poches plaquées devant. Un vrai sac à patate, le flop total ! Jamais portée j'aime autant vous le dire.

Pour ma reprise couture en 2014, j'ai commencé par des costumes de Highlanders pour les monstros. Le costume complet avec kilt et tout et tout pour Azraël (gniarf gniarf gniarf, il était bien trop petit pour protester quand je lui ai mis une jupe!) et une version pantalon pour Gargamel.

4. Qu'est-ce que tu aimes le plus coudre ?

Des vêtements pour les petites filles sans aucune hésitation. Autant vous dire que je suis une frustrée de la robe fillette et que c'est pas prêt de changer apparemment. Pourquoi donc ? Parce que tous mes collègues de bureau ont des garçons ou des ados (et là, t'oublies la robe fillette, elles sont pas intéressées). J'avais encore quelques espoirs du côté des cousins mais paf ! le premier né de ce côté est aussi un petit gars ! Heureusement que j'ai les copines de blog pour m'aider à conserver ma santé mentale ! Merci les filles de me laisser habiller votre progéniture !

5. Au contraire, crains-tu de coudre certaines choses ?

Apparemment, la lingerie vu que je rêve d'en faire, que je me suis procurée tout ce qu'il fallait pour ça patron compris il y a plus de 8 mois et que je n'y ai toujours pas touché ! Couturus me fait visiblement un blocage démonique. Bien sûr, j'ai envisagé d'aller consulté un psy pour résoudre le problème mais Couturus m'a convaincu d'éviter. D'après lui, si j'explique au psy qu'une faille interdimensionnelle dans mon salon a conduit une horde démoniaque à me pousser à faire des activités à l'insu de mon plein gré mais que finalement je m'y suis faite et que j'aimerais qu'on les aide à surmonter leurs propres blocages pour que je puisse faire encore plus de trucs, il se pourrait qu'au lieu de rentrer gentillement chez moi guérie, je me retrouve rapidement interner dans l'asile le plus proche.

Vu qu'avant son arrivée, je ne cousais que des sacs à patates (cf question n°3), j'ai jugé plus sage de ne pas le contrarier. Mais je ne désespère pas de m'y mettre un jour (à faire de la lingerie hein, pas à le contrarier), ne serait-ce que pour faire de la place dans mes placards.

6. Quel est ton pire souvenir depuis que tu as débuté la couture ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas un vêtement raté ou difficile à faire mon pire souvenir. Non non ! Le pire du pire date de ce mois de décembre et d'un des coussins magiques que j'ai faits. Celui avec un appliqué renard. Parce que voilà, une fois toute la partie en appliqué terminée, j'ai voulu tailler la polaire peluche pile à la bonne dimension pour que la couture de la couverture soit facile. J'ai donc bien étalé mes tissus par terre, commencé à couper, été distraite par les monstros qui sont venus marcher sur mes tissus, continué ma découpe quand soudain ... huuum, bizarre ? Pourquoi c'est plus dur à couper depuis quelques coups de ciseaux ? Horreur, la partie en appliqué avait glissé sous le tissu polaire et j'étais en train de la découper en même temps que l'autre, sur 20 cm ! Le renard venait de perdre sa queue ! Une semaine de boulot de perdu. Oui, c'est sans conteste mon pire souvenir ! 

7. T'arrive t-il de faire des erreurs toutes bêtes ? Lesquelles ?

Bien sûr que non ! Je ne fais jamais d'erreur ! Impossible, Couturus est un modèle de perfection ! Naaaan, je blague. Évidemment, comme tout le monde, je fais des erreurs. Pas plus tard qu'il y a 2 jours, je me demandais pourquoi j'arrivais pas à épingler correctement 2 parties formant la moitié d'une capuche alors que je n'avais eu aucun problème avec l'autre moitié. Forcément, j'avais coupé 2 fois la même pièce alors qu'il m'en fallait 2 en miroirs. Mais ma grande spécialité, c'est de coudre des éléments à retourner en oubliant de laisser le trou pour pouvoir retourner la pièce.

8. Quelle est ta plus grande fierté lorsque tu crées quelque-chose ?

Que cela ait exactement l'allure que j'imaginais. Que ce soit en couture, en pâtisserie, en fimo ou en tricot, que ce soit facile à faire ou difficile, c'est pas vraiment important. Ce qui compte, c'est que j'obtienne l'effet que je voulais. Par exemple, j'aime beaucoup ma robe cousue pour le concours Inspiration végétale de T&N mais j'en suis bien moins fière que de mes sacs à dos Totoro. Simplement parce que le rendu de la robe ne correspond pas aussi bien à l'idée que j'en avais que les sacs. Et pourtant, ces derniers m'ont donné bien moins de travail.

9. Quels sont tes prochains projets couture ?

Dans le désordre, des chaussons et un coussin magique renard (à offrir), un trench Luzerne (pour moi pour moi pour moi), un pantalon cargo et un T-shirt pour Azraël, un T-shirt pour Gargamel.

10. Y a t-il du matériel de couture qui te fait rêver ?

Jusqu'à récemment, j'aurais dit non. Je ne suis pas une fille compliquée, le matériel que j'ai me suffit amplement et si je devais rêver devant quelque chose, ce serait plutôt devant des fournitures que du matériel. Des beaux tissus précieux, des magnifiques broderies, des rubans et des galons en dentelles, ça OUI ! Je pourrais me ruiner pour une belle dentelle ! Mais depuis quelques temps, l'idée de me procurer une machine pour découper le flex me titille. C'est le rapport prix/utilité que j'en aurais me rebute. Ceci dit, si je me mets à faire des T-shirt en série pour les monstros, il n'est pas impossible que je finisse par me laisser tenter.

Voilà, vous savez tout. Comme le dit l'auteur de ce tag, si vous voulez vous prêter au jeu, n'hésitez pas à vous autotagguer et sinon, quand elles auront 5 mn devant elles (même si je sais que ce sera difficile), j'invite Ozéli, Anne-Françoise et Téï à reprendre ces 10 questions et à y répondre à leur tour sans oublier un petit lien vers le tag de l'auteur.

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 20 décembre 2017

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 2

Ha ha ! J-5 avant Noël. Les monstros me rendent folle avec leur liste au Père Noël ! Mes cadeaux ne sont pas tous finis ! Mais c'est pas ma faute, je le jure, c'est la faute aux fournitures qui n'arrivent pas. A croire que mon fournisseur de tissu est encore en train de récolter le coton pour le tissu que je lui ai commandé et que mon fournisseur de chocolat est encore en train de torréfier ses fèves de cacao ! On vient seulement de faire le sapin, les cadeaux finis ne sont pas emballés et mes paquets pour les copines ne attendent toujours d'être envoyé. Bref, c'est la cata et rien n'est prêt !

Non mais qu'est-ce que tu racontes ? J'ai fini moi ! Regardes un peu.

Waouuuh ! J'y crois pas ! J'aurais une belle robe neuve pour Noël ! Oh merci Couturus !

Eh oui, si l'an dernier tout était prêt sauf ma tenue de fête, cette année, on a inversé la tendance. C'est après avoir vu un superbe velours noir stretch scintillant en solde chez Tissunet que j'ai craqué ! Il était trop beau ce velours. Il me le fallait absolument ! Après tout, j'avais impérativement besoin d'une robe neuve pour les fêtes. Sans compter que je n'ai aucune petite robe noire dans ma garde-robe. Absolument inadmissible non ! Il me fallait impérativement réparer ce manquement inacceptable au bon goût sous peine de voir ma vie sociale ruinée à jamais. Ni une ni deux et me voilà l'heureuse propriétaire d'un petit coupon de ce splendide velours.

IMG_2109

Oui, tous les petits points blancs sont en fait des paillettes qui scintillent

Mais que coudre ? C'est là que je me suis souvenue de la belle robe Madeline du magazine la Maison Victor (Edition 5 - sept/octobre 2017) cousue par Elisabeth du blog le Chat et la Marmotte. Ce serait un modèle parfait pour ma robe de fête et en prime, cette réalisation allait me permettre de participer à son défi rendez-vous avec Victor.

IMG_2111IMG_2112IMG_2113

Devant, coté et dos. Avec une petite ceinture métallique pour souligner la taille.

Cerise sur le gâteau, j'avais justement acheté ce n° lors de sa sortie (si c'est pas un signe du destin ça). Alors hop, je me suis lancée. D'après le tableau des mensurations, j'oscillais entre un 42 et un 46 mais vu que mon tissu était bien stretch, j'ai finalement opté pour un 42 et je ne le regrette pas. Question largeur, j'ai tout de même dû reprendre au dos afin de mettre en valeur ma chute de reins et mon popotin rebondi. Question longueur, c'était parfait pour moi grâce aux 4cm de rogner sur le buste. Eh oui, pour une fois, j'ai tout de suite pensé à raccourcir le buste pour que la ligne de taille soit bien passée au niveau de ma taille et non de mes fesses ! J'aurai d'ailleurs pu raccourci encore un peu car je la trouve toujours un peu basse.

IMG_2098

IMG_2100IMG_2101

Mais à part ces menus ajustements, ce modèle s'est quasiment cousu tout seul. J'ai longuement hésité sur le point à utiliser pour coudre ce tissu stretch et finalement, j'ai opté pour un point droit classique, quelques essais au point élastique m'ayant montrée que les coutures gondolaient. Et effectivement, sur ce tissu un peu épais, le point droit classique convient bien mieux qu'un point élastique. 

IMG_2102

Et voilà, parée à briller de milles feux. En prime, il me reste largement assez de tissu pour me coudre un boléro assorti (mais là, ça va devoir attendre).

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 16 décembre 2017

Encore et toujours des cadeaux

Couturuuuuuuuus ! Mais qu'est-ce tu fiches ? Plus que 7 jours avant qu'il ne soit trop tard pour envoyer les cadeaux et il en manque encore 6 !

Eh oui, c'est panique totale à bord. Le jour J approche à grand pas et je suis loin, très loin d'avoir fini mes cadeaux de Noël, ceux fait maison comme les autres d'ailleurs. Même le traditionnel sapin manque à l'appel. La loose totale ! Enquiquinus s'ingénie à me mettre des bâtons dans les roues, genre les monstros qui râlent que je fais trop de bruit, qui mettent des plombs à se coucher ou Chéri qui désespère de retrouver un jour sa télé dans un environnement sonore acceptable. Paraîtrait d'ailleurs que la définition d'un environnement sonore acceptable soit un niveau de bruit qui permet d'entendre les dialogues des films et pas seulement de regarder les images. Je trouve ça très restrictif personnellement. C'est vrai quoi, qui a besoin d'entendre les dialogues, TOUS les dialogues, d'un film. Un peu de temps en temps devrait suffire non ?

En plus, j'en veux terriblement à Couturus. Je ne sais pas comment il s'est débrouillé cette année mais il a monopolisé toutes les idées de cadeaux et bien sûr, il n'a pas choisi les projets les plus simples ni les plus rapides à coudre. Nooooon, il a privilégié les patrons maison ou les projets collaboratifs avec Pinterestus, bref, ceux où tu passes 15 jours à surfer pour avoir les idées claires sur ce que tu vas faire avant de te lancer, où tu changes 10 fois d'avis parce que finalement, cette nouvelle idée elle a l'air tellement mieux que la précédente et où tu cherches désespérément un tuto parce que c'est une idée cadeau géniale mais t'as trop peur de pas y arriver sans un peu d'aide.

C'est le cas du sac à dos Totoro dont j'ai vu pas mal de modèles sur Pinterest. Sauf que trouver un patron ou un tuto pour un sac Totoro, c'est déjà bien galère. Mais pour un sac à dos, c'est mission quasi impossible. Vous croyez que ça l'aurait découragé le Couturus ! Que nenni ma bonne dame ! Sachez que rien au grand jamais n'arrête un démon couturier quand il a une idée précise en tête. Et pour savoir ce qu'il voulait, il le savait ! Et voilà comment je me suis retrouvée à créer un patron de sac à dos Totoro à partir d'un mix de photos trouvés sur le woueb.

IMG_2029

Non, vous ne voyez pas double, il y en a bien deux.

L'idée de base, c'était d'avoir un petit sac (juste la taille pour mettre l'essentiel à emporter au centre de loisirs par exemple) qui aurait la "forme" de Totoro et non un appliqué décoratif à son effigie à coudre sur un sac classique. Pour le tissu, il me fallait donc quelque chose qui se tienne un minimum. Ça tombait bien, dans mon stock, j'avais un petit morceau de Softshell bleu turquoise, couleur du Totoro de taille moyenne (pour ceux qui connaissent pas, il y a 3 Totoro, le plus connu étant le gros gris). Après de longues heures de cogitation, j'ai fini par pondre coudre ça. En double exemplaire en plus, Azraël ayant manifesté une profonde désapprobation à l'idée que le premier exemplaire n'était pas pour lui (non mais comment voulez-vous que j'y arrive si Azraël me pique tous les cadeaux que je couds pour les garder pour lui ou les refiler à ses copines !)

IMG_1949

IMG_2024IMG_2027

Ce qui est chouette avec le Softshell, c'est que c'est un tissu déperlant (sympa donc pour un sac à dos) et avec une face genre polaire ce qui donne une jolie finition intérieure et permet d'éviter de doubler le sac. Et quand on est pressé et qu'on crée un patron de toute pièce, c'est bien sympa de limiter les sources de cafouillages ! Pour avoir de jolies finitions tout de même au niveau des surplus de couture, je me suis inspirée du Trench Luzerne : j'ai posé du biais sur toutes les coutures. D'une part c'est plus joli mais en plus, ça consolide l'ensemble ce qui devrait, j'espère, le rendre plus résistant à l'usage. Très agréable à coudre, le Softshell a une bonne tenue (un peu comme le simili cuir) associée à une épaisseur tout de même réduite qui fait que ma machine passait sans trop de problème jusqu'à 4 épaisseurs plus 2 épaisseurs de biais.

IMG_1948

Et une photo portée pour mieux se rendre compte de la taille

Pour la déco, comme souvent parce que c'est rapide et facile à utiliser, j'ai réalisé les appliqués en feutrine. J'aime beaucoup le résultat. Pour un coup d'essai, cela correspond parfaitement à l'idée que j'avais. J'en suis tellement contente que j'ai d'ailleurs prévu de vous en faire un tuto avec patron mais ce ne sera pas pour tout de suite (désolée).

Pour continuer avec les cadeaux pour enfants, j'ai craqué également sur une adorable chauve souris en peluche à laquelle je n'ai pas pu m'empêcher d'ajouter une boite à musique "Harry Potter". Elle m'a permis que quasiment liquider mes restants de polaire peluche bleu pétrole et je l'ai vite planqué dans un placard avant qu'Azraël me réclame la même ! Pour la faire, j'ai suivi ce tuto, en anglais mais avec plein de photos qui le rendent très facile à suivre. La seule difficulté, ça a été de coudre les ailes parce qu'avec la meilleure volonté du monde, je ne vois pas comment on peut les faire tenir simultanément entre les 2 épaisseurs du corps lors de l'assemblage de ce dernier. Je les ai donc cousu l'une après l'autre en faisant ressortir la première au maximum par l'ouverture prévue pour retourner l'ensemble. Mais à part ça, une petite journée suffit à tout faire, de l'impression du patron à la confection en passant pour la découpe des pièces etc ...

IMG_2068

IMG_2070

IMG_2073IMG_2077

Et pour finir cette nouvelle série de cadeaux maison, voici un petit organiseur de sac, basé sur le modèle que je me suis confectionné mais en un peu plus simple. Et bien sûr, toujours en utilisant au maximum mon matériel en stock (simili cuir et chutes de tissus).

IMG_1919IMG_1920

IMG_1922

un ruban pressionné pour attacher ses clés et arrêter de passer son temps à les chercher partout

IMG_1926IMG_1927

Allez, c'est pas tout ça. Haut les coeurs Milady et Couturus m'appellent !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 13 décembre 2017

Lapin blanc

Eh oui, comme le lapin blanc d'Alice, je suis en retard, je suis en retard ... pour à peu près tout d'ailleurs. J'ai beau courir partout, bosser et coudre jusqu'à pas d'heure, rien à faire pour combler ce retard chronique. Pensez donc que j'ai écrit mon dernier post dans le bus pour Cherbourg avec le portable sur les genoux et une connexion internet passant par mon téléphone (que je vais finir par exploser mon forfait moi !), tout ça entre 2 gestions d'emploi du temps et préparation de mes propres cours pour mes petits nétudiants adorés.

Mais le pire, c'est que je suis super en retard pour mes cadeaux maison. J'envisage même d'aller faire les MAGASINS ! L'horreur, la honte, trouvez moi une grotte que j'aille vite m'y cacher. Mon ego sur-dimensionné ne va probablement pas résister à l'épreuve ! Bouuuhouuuhouuu !

Mais trêve de lamentations et intéressons-nous plutôt au sujet qui passionne les foules ... Nooon ? Pas les foules ? Les lecteurs de ce blog au moins alors. Chéri a-t-il survécu à ces 2 jours et 3 nuits en solo avec les monstros ? Ou bien, littéralement débordé, incapable de cuisiner un petit plat, s'est-il retrouvé acculé au fin fond du salon et dévoré par des monstros affamés au risque de rendre mon beau tapis irrécupérable et bon pour la poubelle ? Et ma milady traumatisée par ce spectacle insoutenable sera-t-elle désormais incapable de coudre droit ? Couturus ne voudra-t-il plus réalisé que des vêtements gothiques ? Installez-vous confortablement, c'est parti !

Alors d'abord, j'ai le grand plaisir de vous informer que les monstros sont de profonds ingrats (youpi yes yes yeeeessssss !) puisque leur chère maman leur a bien manqué le premier soir (discussion à n'en plus finir au téléphone à l'heure du coucher pour dire bonne nuit) mais que dès la seconde, c'était une autre histoire.

Alors ça va maman ?

Mais oui mon Azraël

Bonsoir maman, bonne nuit maman

(et hop, rituel du soir remplacé par 10 secondes de conversation)

Euh bonne nuit Gargamel

Tu fais quoi maman ?

Ben je me prépare pour aller au dîner de gala avec mes élèves.

Je peux les voir ?

Ben non, ils se préparent dans leur chambre eux aussi mon coeur. Mais je prendrais une photo.

Et vous êtes combien ?

Environ 80

C'est quoi leurs noms ?

Ah ben je les connais pas tous

(c'est qu'on était plusieurs écoles sur place en fait donc, sur les 80, je n'en connaissais que 23)

Bon ben je regarde la télé. Au revoir maman !

Et hop, me voilà plantée là après 2 mn de conversation, ce qui doit rappeler quelques souvenirs à Inferno Gran Mom. Quant à la 3ème nuit, même pas un coup de fil ! Bref, des monstros pas traumatisés pour 2 sous ce que je trouve particulièrement réjouissant et qui nous amène au second point : Chéri.

Eh bien Chéri semble avoir warriorisé comme un chef (comme quoi, c'était pas la peine de stresser comme ça mon petit Modernus). Même que Chéri ben c'est un papa formidable. Alors certes, de son propre aveu, mes chères têtes châtaigne et blonde n'ont pas mangé très équilibré et oui, il y a eu quelques loupés dans les devoirs. J'ai même eu droit à un petit sms de panique le jeudi matin.

Elles sont où les classes des enfants ? Comment je fais pour les y amener ?

Je te rappelle qu'Azraël est en CE1. Ça fait longtemps qu'il va dans sa classe tout seul donc tu le lâches à l'entrée et il se débrouille.

(Meuh non, Chéri ne panique pas du tout là)

Ok mais Gargamel ?

Je te rappelle que sa maîtresse n'est toujours pas revenue, que l'organisation se fait au jour le jour et qu'il faut donc le laisser à la dame du portail. C'est elle qui s'en occupera.

(Si si, je vous jure, il est d'un calme olympien et se rappelle parfaitement toutes les instructions données avant mon départ)

J'ai rien à faire alors ?

Ben non, rien à part les amener.

Et faut que je récupère les 2 le soir ?

Ben oui, comme tu fais tous les jeudis depuis 2 mois.

(non non, vraiment, il était pas du tout en mode panique là)

Ok, ça roule

Mais en dehors de cet épisode hilarant de mon point de vue (je sais, c'est pas sympa mais j'étais vraiment pliée de rire au petit déj et ma collègue qui me regardait taper mes sms en me demandant des nouvelles l'était tout autant que moi), il a vraiment assuré et je suis très fière de lui. D'autant plus que cet intermède s'est quand même fini de manière assez trash puisqu'à mon retour, le jeudi soir sur les coups de 23h45, j'ai eu la surprise de découvrir vautré sur le canapé non pas un Chéri exténué mais un Gargamel pâlichon.

Bonsoir maman !

Ben mon Gargamel, qu'est-ce que tu fais là ? T'es pas couché ?

Yen a patout . Yai mal au ventre ! Padon maman !

Tout va bien, t'inquiètes pas mon coeur et reste tranquille.

Partout ! Y en a partout ! Il en a mis partout ! Et j'arrive pas à nettoyer !

(lamentation du Chéri surgissant dans l'escalier après m'avoir entendu rentrée)

Laisses moi deviner. Il a vomi ?

Ouuuuiiiiii !

(le cri du coeur du Chéri couvert de vomi, bon ok, les mains seulement mais c'est déjà beaucoup)

J'ai donc posé ma valise dans le couloir, envoyé Chéri se changer, lui ai expliqué que, non, utiliser une serpillière hyper sèche pour ramasser le vomi n'est pas très efficace (et sert plutôt à l'étaler copieusement partout) avant l'aller chercher le bon matériel pour réparer les dégâts pendant que mes hommes se remettaient de leurs émotions devant la télé.

Et à 1h30 du matin, Gargamel ayant achevé de vider son estomac, il a pu retourner se coucher dans un lit tout propre avec copine bassine à proximité.

Bon je vous rassure, Chéri s'est remis de l'épreuve. Quant à Gargamel, il a retrouvé la forme et presque l'intégralité de son appétit. Et si on a craint un moment que ce soit la gastro, au final, ce n'était qu'une petite grippe mais qui lui a bien retourné l'estomac.

Et Azraël dans tout ça me direz-vous. Ben il pionçait comme un bienheureux, s'est montré enthousiaste et généreux en câlins quand je suis allée le réveiller le vendredi matin et s'est précipité dans la chambre de son frère pour lui annoncer mon retour, persuadé de lui faire une merveilleuse surprise. C'est pas mignon ça !

tu vomiras plus hein

Tu vomiras plus quand je te garde hein Gargamel !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


jeudi 7 décembre 2017

Le samedi, c'est feuilletage garanti

Alors j'avoue, je suis hyper à la bourre dans mes cours de brioches ! Ben oui, je vous avais promis au moins 3 sortes de brioches différentes, de la plus facile à faire à la plus difficile et pour le moment, je vous ai seulement donné la recette de la brioche pour les nuls.

Eh bien rassurez-vous, vous allez continuer à rester dans l'ignorance niarf niarf niarf !

Pâtissus, arrêtes tout de suite !

Ben quoi, on a raté nos dernières brioches non !

C'est pas faux ça.

Et cette recette là, même ratée, elle est réussie alors c'est pas plus intéressant que la recette d'une bête brioche capricieuse.

T'as pas tort.

Donc c'est parti pour la brioche feuilletée !

Bon ben faudra vous faire une raison, la recette de la brioche pur beurre, ce sera encore pas pour cette fois. On va plutôt parler pains aux raisins ou chinois ou roulés à la canelle, c'est un peu comme vous voulez parce que la brioche feuilletée, ça peut se décliner de plein de façon. Perso, j'ai opté pour la déclinaison chinoise parce que les monstros adorent les pépites de chocolat.

Euh, la Puce, désolée de t'interrompre en plein monologue mais bon, comment dire, la pâte feuilletée, on connait, la pâte à brioche, ça va aussi, mais la brioche feuilletée ? C'est quoi ce truc ?

Alors c'est vrai, tout le monde connait la pâte à brioche et la pâte feuilletée. On est déjà nettement moins nombreux à connaître la pâte feuilletée levée. En fait, c'est la pâte à croissants tout simplement. Une pâte feuilletée dans laquelle, contrairement à la version classique, on introduit de la levure de boulanger. La brioche feuilletée, qu'on appelle aussi pâte à Danish (parce c'est celle qui permet de faire les Danish), c'est une pâte à brioche légère (un peu comme ma brioche pour les nuls mais avec moins de lait) qu'on utilise comme la détrempe de la pâte feuilletée. On va donc superposer une couche de pâte à briocher et une couche de beurre, beurre que l'on va enfermer dans la pâte à brioche avant d'étaler le tout, faire du pliage, donner des tours exactement comme une pâte feuilletée classique.

Au final, on réalise donc une pâte feuilletée où on a remplacé la détrempe classique par notre pâte à brioche. La recette que je vous présente ici, je l'ai piqué sur le blog Coté gourmandise où figure un joli pas à pas en images.

Bon ok, on voit le principe. Mais la Puce, c'est quoi l'intéret de cette recette par rapport aux autres pâtes ? L'intérêt par rapport à la pête feuilletée, c'est qu'elle est plus légère, au sens où on a moins l'impression de manger du beurre, encore du beurre et rien que du beurre parce que, dans les faits, il y en a autant, du beurre, dans cette pâte. Et puis elle se conserve mieux après cuisson. En prime, même quand on rate la levée, on obtient quelque chose de très agréable à manger (j'irai presque jusqu'à préférer la version ratée que celle réussie, mais presque seulement). Par rapport à la brioche classique, comme elle est très riche en beurre, ça se ressent gustativement (il n'y a pas photo) et le feuillatage apporte incontestablement un petit plus par rapport à la recette de chinois que j'ai pu vous présenter. La meilleure preuve, si Gargamel mangouille les chinois à base de pâte à brioche (il est légèrement anti crème patissière), il n'a pas hésité à demander un supplément de chinois à base de brioche feuilletée.

Dernier point particulièrement intéressant, la pâte à danish se congèle aussi bien que la pâte feuilletée. Une nuit au frigo pour la décongeler et vous pouvez l'utiliser direct pour vos réalisations. J'ai testé pour vous, je peux donc vous garantir que ça fonctionne au poil. Comme la pâte est assez longue à faire, je pense d'ailleurs que je ne procéderai plus que comme ça : faire une belle pâte à danish à l'avance et la congeler pour l'utiliser plus tard.

Ce qui nous amène justement à l'utilisation de cette pâte. Comme je le disais précédemment, j'ai choisi de la décliner sous forme de chinois (pains aux raisins sans raisins mais avec pépites de chocolat), donc des espèces d'escargot garnis de crème pâtissière et de pépites de chocolat. A quoi ça ressemble un chinois danois ? Ben à ça !

IMG_1900

IMG_1892

IMG_1896IMG_1893

C'est beau hein ! Ca donne envie moi je trouve. Mais ce qui m'a le plus bluffé dans cette recette, c'est que même si on foire complètement la levée, c'est super bon à manger. Attention quand même, quand je parle de foirage, c'est à un type bien particulier de problème que je pense, celui de la fuite éperdue du beurre honteux à l'idée de finir sur vos hanches/fesses/bidons/bourrelets et autres capitons. Vous ne voyez absolument pas de quoi je parle ? Alors je m'explique.

La brioche feuilletée, comme la pâte feuilletée, se compose de 2 parties, une détrempe (pâte à brioche) et du beurre (qui fait le feuilletage). Comme la détrempe contient de la levure de boulangerie, il faut faire lever vos chinois une fois façonnés avant de les cuire (exactement comme les chinois à base de pâte à brioche classique). Donc il faut placer les chinois dans une ambiance "chaude" pour que ça lève mais pas trop, 30°C max en fait. Sinon, le beurre du feuilletage fond et fiche le camp. On oublie donc la levée en étuve. Si si, on oublie ! J'ai testé et c'est un carnage. Enfin, disons plutôt que les chinois lèvent parfaitement tout en baignant allègrement dans leur beurre. Ce jour-là, je n'avais rien d'autre sous la main pour remplacer et mes beaux-parents attendaient gentillement dans le salon l'heure du goûter alors au lieu de tout jeter, j'ai tout cuit quand même. Bien m'en a pris car, comme je le disais, les chinois avaient peut-être perdu leur beurre mais il avaient tout de même gonflés et ont achevé leur "croissance" à la cuisson. Grâce à la crème pâtissière, ils sont restés moelleux, le bain de beurre leur a donné bon goût et ils étaient tout croustillants en prime, un peu comme s'ils avaient fris au four.

Bref, personne n'a soupçonné le moindre problème et tout le monde a adoré, y compris les monstros désespérés qu'il n'y en ait pas plus ! Si on respecte la température limite, le beurre reste bien dans la pâte. Curieusement, cela ne développe pas plus le feuilletage qu'avec la fuite de beurre. Ce serait plutôt l'inverse.

IMG_1897

IMG_1898

Le dessous où on distingue mieux le feuilletage

Par contre, ça modifie la texture et le goût. C'est davantage moelleux, un peu plus goûteux aussi (mais je n'ai pas le palais délicat alors je n'irai pas jusqu'à dire que le changement est transcendant) et bien plus joli visuellement. Navrée, vous ne pourrez pas comparés, j'étais tellement persuadée que la première fournée serait un désastre que je n'ai même pas pris le temps de la photographier.

IMG_1901

IMG_1902

Aaaah, si j'osais, je lécherais mon écran !

Mais assez parlé, place à la recette.

Chinois danois :

Pâte à danish (environ 950 g soit environ 24 à 28 chinois)

  • 375 g de farine T45
  • 25 g de sucre
  • 8 g de sel fin
  • 15 g de poudre de lait (entier ou demi-écrèmé peu importe)
  • 8 g de levure déshydratée (un sachet)
  • 60 g d'oeuf entier
  • 115 g d'eau minéral
  • 40 g de beurre mou
  • 250 g de beurre pour tourer (de préférence du beurre de poitou-charente, il est moins "humide")

Comme 60g d'oeuf correspondent à peu près à un gros oeuf entier, j'ai laissé les proportions pour cette quantité de pâte mais si vous avez peu de chinois à faire, je vous conseille de la couper en 2 après confection et d'en congeler la moitié. 425 g de pâte permet déjà de réaliser une quinzaine de chinois.

Réserver le beurre de tourage à température ambiante. Faites tiédir votre eau et mettez y votre levure à réhydrater (environ 10 mn ou dès que la levure remonte à la surface). Dans votre D'artagnen (votre robot quoi) ou un grand saladier, vous mettez tous vos ingrédients secs (sauf la levure donc) et bien mélanger avec une cuillère magique ou un fouet. Ajoutez l'oeuf et le mélange eau-levure. Commencez le pétrissage (vitesse lente au robot, comme vous pouvez à la main). Pétrissez environ 10 mn. La pâte doit être bien homogène et assez ferme. Ajoutez alors le beurre bien mou petit à petit si vous le faites au robot, en une seule fois pour un pétrissage à la main. On pétrie alors allégrement jusqu'à ce que la pâte forme une boule et se détache des parois. Elle doit être bien lisse et vaguement élastique (vaguement parce que c'est une notion que je trouve fort subjective en fait). C'est notre détrempe. On donne enfin à notre boule une forme à peu près rectangulaire histoire que ce soit plus facile pour l'étaler ensuite.

On emballe tout ça dans du film plastique et on met au frigo pour 1h30. Si notre beurre de tourage est à température ambiante, on va pouvoir le travailler. Sinon, on va attendre qu'il ramollisse un peu. Entre 2 feuilles de papier sulfurisé (ou dans un sac congélation de la dimension idoine), on va étaler le beurre en une couche de 6-7 mm d'épaisseur, de forme rectangulaire et on met de côté.

Après 1h30, on place notre rectangle de beurre au congel et on sort la détrempe du frigo pour l'étaler. Il faut lui donner une forme rectangulaire légèrement plus large que celle du beurre et 2 fois plus longue. Cette opération faite, le beurre a dû suffisamment durcir au congel pour être facilement détaché de son papier sulfurisé ou de son sac plastique. Le plus délicat ici est que la fermeté de la pâte doit être équivalente à celle du beurre. Ben pourquoi ben pourquoi mdame ? Ben pour que l'une ne s'écrase pas plus que l'autre quand on va vouloir étaler au rouleau les 2 ensembles. Ainsi, notre alternance beurre pâte sera bien régulière. Normalement, c'est le cas. Sinon, on fait durcir ce qui ne l'est pas assez. Dès que c'est bon, on place le beurre sur la moitié inférieure de la pâte et on replie la partie supérieure sur le beurre avant de souder la pâte tout autour. On obtient donc un chausson au beurre géant (ce qui est super pratique pour que le dit beurre ne se sauve pas quand on abaissera la pâte). 

Tourner alors la pâte d'un quart de tour pour avoir la pliure coté gauche et étaler en un rectangle de 6-7 cm d'épaisseur. Replier vers le haut la partie inférieure de la pâte au 2 tiers. Replier ensuite la partie supérieure pour qu'elle vienne au contact du rabat que vous avez fait précédemment.. Plier le rectangle obtenu en 2 toujours de haut en bas. On obtient ainsi un rectangle avec 4 épaisseurs de pâte superposées. Envelopper le pâton dans un film plastique et mettez au frigo 35 mn.

Sortez le pâton du frigo et placer la pliure à gauche (vous faîtes ainsi un nouveau quart de tour) puis étaler sur 6 mm d'épaisseur. Replier le tiers supérieur et recouverez le avec le tiers inférieur. Enveloppez à nouveau de film alimentaire et mettre au frigo pour 1h (ou 45 mn si vous êtes vraiment pressé).

Après ce délai, la pâte est prête à être utilisée ou congelée.

Pendant que la pâte repose, préparez votre crème patissière.

Crème patissière (pour la moitié de la pâte préparée soit 425 g environ)

  • 100 g de lait
  • 20 g de sucre
  • 1 jaune d'oeuf
  • 8 g de maïzena
  • extrait de vanille si on veut
  • 60-80 g de pépites de chocolat (noir, lait, blanc selon les goûts) : quantité approximative selon votre envie mais ça peut être encore plus ou encore moins.

Mettre le lait à chauffer. Dans un saladier, mettre sucre, jaune, maïzena et extrait de vanille. Bien mélanger. Quand le lait bout, on le verse progressivement sur le mélange tout en remuant à la cuillère magique ou au fouet pour éviter les grumeaux. On remet le tout dans la casserole et on met à chauffer sur feu assez vif (8 sur mes plaques qui montent jusqu'à 12). On remue sans arrêt à la cuillère magique ou au fouet et on coupe le feu dès que la crème commence à épaissir tout en continuant à remuer énergiquement. On doit obtenir une belle crème bien lisse. On l'étale dans un plat pour faciliter son refroidissement et on la met de côté à température ambiante en attendant que l'heure de repos de la brioche feuilletée soit finie.

On sort finalement notre pâte du frigo, On l'étale en un rectangle assez large pour y couper 12 à 15 chinois de 2 cm d'épaisseur et suffisamment long pour pouvoir la rouler entièrement sur elle-même pour former nos escargots. Mieux faut faire moins de chinois mais que ceux-ci soient suffisamment enroulés sur eux-mêmes.

IMG_1885

IMG_1887

On badigeonne notre rectangle de crème pâtissière en laissant une marge de 1 cm sur le bord inférieur (dans le sens de la largeur donc). On parsème avec les pépites de chocolat et on roule la pâte en un boudin le plus serré possible (sans que toute la crème se barre par les côtés bien sûr). On humidifie la bande libre en bas pour faire la soudure et que le boudin ne se défasse pas.

Si vous le souhaitez, vous pouvez mettre votre boudin au congel 5 mn pour qu'il durcit un peu. Sinon, vous pouvez procéder direct au découpage de vos chinois.que vous placez sur une plaque à pâtisserie garnie d'un papier sulfurisé ou d'une silpat au fur et à mesure en laissant un peu d'espace pour qu'ils puissent gonfler.

Mettre vos chinois à lever. Selon la température de la pièce, cela prendra entre 1h30 et 3h (oui, je sais, c'est long). Quand ils ont bien gonflés, préchauffer le four à 170 °C et dorer les  soit au lait seul soit un mélange oeuf battu lait. Enfournez quand le four est chaud pour 15 à 20 mn. Ils sont cuits quand ils sont bien dorés. Une fois cuit, mettre à refroidir sur une grille.

Reste la dernière étape : leur mettre leur habit de lumière. Les badigeonner de sirop quoi. Même si c'est une étape supplémentaire, je vous conseille de ne pas faire l'impasse dessus. Ca leur apporte vraiment beaucoup aussi bien au goût qu'au visuel.

Sirop :

Mettre à bouillir 50g de sucre avec 50 g d'eau. Faire bouillir pendant 2-3 mn puis étaler au pinceau sur les chinois. Surtout, évitez de recuire le sirop ou de le rallonger (en ajoutant sucre et eau et en remettant à cuire). Si vous faîtes ça, votre sirop va durcir et blanchir en refroidissant. Ca n'enlève rien au niveau gustatif mais c'est moins joli esthétiquement.

IMG_1891

On voit bien là, que j'ai recuit mon sirop.

Et voilà, vous n'avez plus qu'à vous régaler et vous l'aurez bien mérité !

Posté par reyhaziel à 22:44 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

mardi 5 décembre 2017

La Puce est libre ...

Et Chéri passe en mode warrior ! Oui, il va bien falloir ça si j'en juge par les cris désespérés de Modernus !

Non, c'est pas possible ! On va pas y arriver ! Non mais on va pas y arriver !

Mais si mais si ! De tout façon, y a pas le choix !

T'as rempli le frigo au moins ? Dis moi que t'as rempli le frigo !

Mais oui mais oui !

Et la lessive ? Les vêtements des enfants ? T'as préparé les vêtements des enfants ? Tu sais bien qu'il est incapable de reconnaître les vêtements tant qu'ils sont pas sur leurs dos !

Mais oui mais oui !

Et les rendez-vous ? T'as noté les rendez-vous ? Non parce que si c'est pas noté, c'est fichu !

Mais oui mais oui !

Et les menus, t'as préparé les menus ? Parce qu'il va être perdu sans les menus

Bon eh oh, t'as pas fini là ? Mais t'as fichu quoi depuis plus d'un mois Modernus, tu peux me le dire ? Le frigo est plein alors Chéri se débrouille ! C'est un grand garçon. Dis donc, ce serait pas toi qu'aurait besoin d'un coaching des fois ?

Pauvre Modernus. C'est vrai qu'il est parti de loin le pauvre petit et qu'il y en avait du boulot à faire pour transformer Chéri en papa poule père au foyer nounou d'enfer de compét. Et soyons honnête, il en reste encore beaucoup du taf avant d'être au point. Mais petit à petit, Chéri s'en sort. Avec pas mal de support technique derrière encore mais il s'en sort. Hystéricus n'a pas encore réussi à le faire craquer ce qui est plutôt bon signe. Mais attention, nous entrons à présent dans une nouvelle phase de la compétition. Et si Modernus est dans tous ses états, c'est que toutes ses leçons de ces dernières semaines vont être mises à dure épreuve lors qu'un grand test grandeur nature car accrochez-vous bien, pour la première fois en 7 ans, Chéri va gérer les monstros en solo pendant plus d'une journée (eh oui, les autres fois, Inferno Gran Mom était là pour lui prêter main forte).

Car voilà, je pars en vadrouille pour 2 jours et 3 nuits avec mes petits nétudiants adorés en voyage scolaire(ah, tu pars en classe verte comme moi maman. Oui oui mon grand, c'est à peu près ça). Au programme, mer, soleil et sable chaud ! Naaaannnn, je blague. On va visiter des centrales nucléaires, beaucoup moins glamour donc. Mais pendant ces 2 jours, plus rien à gérer, je suis juste la babysitter d'une vingtaine de grands enfants.

Ce qui ne m'empêche pas de partir un peu émue avec une larmichette aux coins des yeux, légèrement anxieuse aussi. Pas pour les monstros, ils sont indestructibles. Non, pour Chéri : Modernus a-t-il réussi son coaching ? Hystéricus viendra-t-il à bout de ses nerfs d'acier ? Enquiquinus va-t-il continuer à frapper fort ? Oui, par un curieux hasard, la maîtresse de Gargamel est malade justement toute la semaine ce qui va obliger Chéri à garder Gargamel un peu plus que prévu parce que sinon, ben ce serait pas drôle et ce ne serait pas un vrai test grandeur nature.

Bref, réjouissez vous pour moi, c'est presque les vacances ! Et si vous avez 5 mn, allez brûler un cierge pour Chéri, vu la surexcitation des monstros ce matin, j'ai comme l'impression qu'il pourrait en avoir besoin !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 30 novembre 2017

Opération Déstockage #9 : Noël fait maison

Eh oh la Puce, t'émerge là !

Huuuuumm ?? Koikinya ???

Mais c'est pas vrai ! Tu dors encore ? Mais tu fais que ça depuis 3 jours !

Rho, zut hein Couturus ! Laisse moi agoniser en paix !

(ok ok, j'étais nettement moins polie en réalité mais bon, je tiens à ce que ce blog conserve un certain standing)

Ouais ben je te rappelle qu'on est le 30 et que tu as un post à écrire Madame la marmotte ! Alors BOUGES TOI !

C'est donc contrainte et forcée que me voilà derrière mon clavier à rédiger un petit quelque chose pour le défi Déstockage de Ta'Thilde. Un tout petit quelque chose parce qu'entre le boulot, les monstros et les microbes, je suis entrée en phase active d'hibernation. En même temps, comme me l'a si gentillement fait remarquer mon docteur préféré, c'est un peu normal d'être fatiguée quand on cumule une extinction de voix, une laryngite, une otite et une "p'tite grippounette" (en gros, la grippe que vous vous choppez malgré la vaccination de l'an dernier et que ça vous apprendra à avoir oublié de faire la nouvelle en temps et en heure non mais des fois). Que voulez-vous ? Ça faisait trop longtemps que j'avais pas été malade, fallait bien que je me fasse remarquer d'une façon ou d'une autre.

Heureusement, juste avant de céder au chant de sirène de mon oreiller (il est vachement doué quand même en chant de sirène mon oreiller, si si, je vous jure, que même avec 2 monstros dans la maison, il arrive encore à m'avoir), j'ai réussi à coudre quelques bricoles. En premier lieu, un second coussin magique. Pas d'appliqués renard cette fois, l'âge vénérable de sa future propriétaire ne me paraissant quand même pas renard compatible. A la place, j'ai opté pour un travail de patchwork assez simple me permettant d'écluser mon restant de velours mille raies ivoire et d'utiliser un coupon de viscose qui traînait depuis des lustres dans mon placard. Pour doubler le plaid, là encore, j'ai sorti du stock un coupon de polaire double face achetée pour faire des joggings à Gargamel à l'époque où je reprenais tout juste la couture et jamais utilisée vu que Sieur Gargamel était alors allergique à toutes mes créations (fils ingrat va !).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_544

Le plaid déplié

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_541

Le motif en gros plan

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_548

Le plaid plié

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_549

Le coussin formé

J'avoue que j'aime bien le résultat final. Le contraste entre les 2 tissus est assez réussi, la polaire est bien douce et, même s'il n'est pas très épais, le plaid est bien chaud. Bref, un petit cadeau de Noël qui devrait faire son petit effet.

Pour continuer sur ma lancée des cadeaux fait maison, j'ai enchaîné avec une paire de chaussons et un masque pour globe-trotter. Oui parce que vous, je sais pas, mais moi, dès que je suis dans un vol long courrier, j'ai les pieds qui prennent 2 pointures et je n'ai plus qu'une seule idée, enlever mes chaussures. Sauf que rester pied nus dans un avion, c'est pas cool non plus. Avec ces petits chaussons tout légers mais bien chauds, faciles à transporter dans son sac à main, on est tranquille et on peut faire le voyage à l'aise et les doigts de pied en éventail. En plus, on peut même en profiter une fois à l'hôtel si on a envie. Pour les réaliser, un reste de velours fleuri super doux pour l'extérieur, de la polaire peluche pour l'intérieur afin d'avoir bien chaud à ses petons et du simili cuir pour la semelle.

IMG_1906IMG_1907

IMG_1912IMG_1914

Oui, ils sont un peu grands mais bon, c'est normal, c'est une pointure au dessus de la mienne. Normalement, ils devraient parfaitement être à la taille de leur future propriétaire.

IMG_1915

Le masque, quant à lui, est basé sur un modèle trouvé sur Pinterest et sur lequel j'ai craqué tellement je le trouvais chou. Mais bon, je suis fan de Totoro, et je ne suis pas la seule si j'en crois le sourire béat et les exclamations enthousiastes d'un Gargamel qui l'aurait bien gardé pour lui.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_54e

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_54f

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_54c

Un Gargamel qui a gentillement accepté de jouer les mannequins

Ooooh, mais qu'entends-je ? Le doux chant de sirène de mon oreiller recommence. Pauvre Couturus, j'ai l'impression qu'il va encore devoir attendre avant de zzzzzz rooooooon zzzzzzz rooooooooon zzzzzzzzz ....

Posté par reyhaziel à 22:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 27 novembre 2017

Gargamel développe ses arguments

Et c'est parti pour le post le plus court de l'histoire de ce blog (mais si mais si, je peux aussi faire court en faisant un grooooooooos effort), bien aidé par Gargamel qui, s'il développe son argumentaire, n'en est quand même pas à faire des grands discours. Mais ceux qui côtoient régulièrement des enfants TED seront à même d'apprécier à sa juste valeur le progrès indéniable que représente la justification d'un état de fait et non le simple énoncé du fait lui-même.

Maman maman ! Viens voir !

Oui, qu'est-ce qu'il y a Gargamel ?

Regardes ! Tadam ! J'ai gagné !

Oui Gargamel, c'est bien. Bravo !

(avec un gros soupir quand même parce que bon, il gagne souvent à Mario Galaxy le Gargamel et que mes brioches feuilletées me réclamaient là)

J'ai gagné parce que j'ai pas perdu

(ouh là, c'est nouveau ça)

Mais oui Gargamel !

Et Bowser il a perdu ! Parce que j'ai gagné !

Bon, ben voilà, un nouveau truc d'acquis. Le petit problème quand même maintenant qu'il a bien intégré l'enchainement logique victoire défaite tout ça tout ça, c'est qu'il se fiche allègrement de son petit frère quand celui-ci perd (à quelque jeu que ce soit d'ailleurs) en insistant lourdement sur le fait que l'autre a gagné, tout particulièrement quand l'autre en question est lui-même. Ce qui, bien sûr, n'est pas exactement du goût d'Azraël (on se demande bien pourquoi tiens !).

Je sens que le retour du calme à la maison n'est pas encore prévu pour tout de suite.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 22 novembre 2017

SOS Maîcresses en danger ! (et non, j'ai pas fait de faute d'orthographe)

Oui mes amis ! C'est un grand cri d'alarme que je pousse ! Ne vous laissez pas abuser par cette idée reçue que la Maîcresse ben c'est rin d'autre qu'une grosse fainéasse qui passe tout son temps en vacances ! Rien ne saurait être plus faux car rien n'est plus éprouvant, épuisant, éreintant, usant et même, même !,  DAN GE REUX que d'être une Maîcresse !

De parti pris ? MOI ? Parce qu'on est enseignante de mère en fille, soeur et tante depuis 3 générations ? Meuuuuh pas du tout ! C'est vrai quoi. Avouez que pour résister aux nez qui coulent en série tous les hivers, aux microbes qui vous sont toussés directement dans les naseaux, aux vomis sur vos baskets (oui, quand t'est Maîcresse et que tu dois passer tes journées à sprinter derrière des monstros survoltés, les escarpins dernière mode à hauts talons, ben t'oublies), aux cris tendance hurlements à perçage de tympan intégré, aux objets volants parfaitement identifiés (que des fois d'ailleurs on préférait vraiment ne pas savoir ce que c'est), aux commentaires sur ta tenue, ta coiffure, ton âge, aux verbes mal conjugués, aux explications 10 000 fois répétées, aux spectacles de fin d'année à préparer, aux parents d'élèves (parce que oui, il y en a qui sont graves de chez grave), au ... hum ? Quoi ? Vous en avez assez. Ok ok ,j'arrête là mais j'insiste, la liste est loin, très très loin d'être exhautive. Donc oui, avouez que pour résister à tout ça, il faut vraiment des nerfs d'acier et un moral à tout épreuve.

Alors certes, je suis parfaitement consciente que, malgré tous mes efforts, je n'arriverai probablement jamais à faire voter une loi proclamant haut et fort que la Maîcresse est désormais une espèce protégée. Mais est-ce une raison pour ne rien faire, pour rester les bras ballants et risquer l'éradication (non non, le terme n'est pas trop fort) de la Maîcresse de la faune scolaire alors que c'est si beau d'observer de loin (de très loin, du plus loin possible, je tiens à mes tympans moi) une Maîcresse au sein de son habitat naturel ? Et bien je dis NON ! Luttons pour la survie de la Maîcresse ! Fournissons-lui les armes pour se défendre contre ses ennemis naturels, ces terribles prédateurs dévoreurs d'espace vital : les monstros en général (et peut-être bien les miens en particulier tiens !).

Euh, la Puce ? Tu sais qu'avec Vigipirate tout ça tout ça, ben les armes à l'école, c'est peut-être pas une bonne idée. Hein ? Ah mais non, vous inquiétez pas, la Maîcresse étant non violente par nature (qui a dit par obligation ? Qu'il se dénonce immédiatement !), c'est d'un kit de survie dont je parle.

IMG_1884 

Des trousses cousues dans une suédine rose qui pique les yeux choisie par Azraël il y a au moins 2 ans pour me faire un sac

IMG_1870 

Étiquette en feutrine brodée main

IMG_1868 

Le fameux tissu d'ameublement dont je ne vois pas le bout (mais j'y arriverai un jour) pour la doublure

IMG_1869

Un petit pompon en coton à broder pour faciliter l'accès au nécessaire de survie 

Aaaah d'accord ! Et il y a quoi dans un kit de survie pour Maîcresse ? Du sparadrap pour faire taire les monstros ? Huum, ce serait une idée ça ? Mais je crois que l'usage du sparadrap sur monstros est interdit par la convention de Genève (et je me dis certains jours que c'est bien dommage). Non, dans un kit de survie pour Maîcresse, on va trouver :

  • des kits SOS chocolat chaud pour se réchauffer à la récré. Même pas besoin d'avoir du lait, 200 ml d'eau chaude suffisent car le lait est déjà intégré au kit (eh oui, toutes les Maîcresses n'ont pas du lait à portée de main mais on trouve souvent une bouilloire dans un nid de Maîcresses).

IMG_1853

Du lait entier en poudre, du chocolat, une pointe de sucre muscovado et des marshmallows

  • des douceurs pour le réconfort et l'énergie

IMG_1850

Dragibus et mini smarties (le truc au milieu, c'est bien pour tartiner mais pas pour manger on y reviendra)

  • un masque pour pouvoir piquer un petit roupillon tranquille au fond du nid de Maîcresses

IMG_1852

  • un baume aux huiles essentielles pour apaiser les maux de tête que ne manquent pas provoquer les douces voix mélodieuses d'une classe complète de monstros au sommet de sa forme

IMG_1861

En plus après, tu sens la fraîcheur de vivre hollywood chewing gum pour toute la journée !

  • une synergie d'huiles essentielles, judicieusement nommé Synergie ZEN, pour lutter contre l'envie de passer du kit de survie à un moyen nettement plus définitif de lutter contre ses prédateurs naturels

IMG_1860

  • un collier d'aromathérapie fait maison et décoré par les monstros themself (si si) pour profiter pleinement des bienfaits de la synergie ZEN

IMG_1862

IMG_1855IMG_1858

IMG_1859

  • et bien sûr la petite trousse pour ranger tout ça et l'emporter partout où on peut en avoir besoin

IMG_1876

Eh si, tout tient bien dans la petite trousse.

Reste à espérer qu'ainsi équiper, la Maîcresse va pouvoir prospérer. Bizarrement, je commence à me demander si ça ne ferait pas aussi un bon kit de survie pour une autre espèce en danger : la Maman Surmenée Hyper Stressée. Huuum, je vais me pencher sur la question et je vous tiens au courant.

IMG_1847

Posté par reyhaziel à 20:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,