samedi 18 octobre 2014

C'est reparti !

Yahou ! Youpi ! Marmottus est enfin allé voir sous d'autres cieux s'il ne pouvait pas pourri la vie de quelq'un d'autre. Ceci dit, il n'a pas eu à aller bien loin puisqu'Azraël a malencontreusement réalisé le rituel idoine pour qu'il lui tombe dessus. Le docteur a été formel : il finit sa laryngite et là, il vous fait une petite grippette. J'adore cette expression, grippette ! C'est juste que la fièvre elle monte pas à 40°C mais pour le reste, tout est là et en particulier l'humeur de chien de Sir Azraël qui est certainement le plus mauvais malade que l'univers ait jamais engendré (non franchement, à ce stade de ronchonnerie, chouinerie, pleunicherie, bouderie et mauvaise volonté, je réfute tout lien filiation quelconque avec l'individu concerné, et pourtant, je suis pas un cadeau !).

Enfin bref, ce détail mis à part (oui oui, je sais, j'exagère et je suis une mère indigne mais il n'avait qu'à pas me réveiller à 2h du mat puis à 4h puis à 7h non mais des fois), j'ai enfin recupéré l'énergie nécessaire pour retrouver le chemin de ma machine à coudre et c'est bien le plus important. Enfin, j'ai retrouvé le chemin de ma machine, c'est vite dit quand même. Parce que bizarrement, le silence couturesque de ces derniers jours a eu des effets pervers sur les monstros. Ils se sont soudain mis à se plaindre dès la mise en route de la MAC.

Mais euh mamaaaaan, arrêtes !

Hein ? Quoi ?

Arrêtes de faire du bruit, tu me casses les oreilles. M'entends plus le dessin mamimé !

Chut ! Pas de bruit !

...

(profond soupir de lassitude devant ce complot manifeste et un retard supplémentaire de ma couture)

J'ai tout de même réussi à négocier quelques heures de calme par çi par là (si si, j'ai dû négocier, vous ai-je dit que j'ai parfois l'impression de n'avoir aucune autorité sur ma démoniaque progéniture ?). Et voilà, ma fameuse robe chasuble est enfin terminée.

Alors ce n'est pas franchement ma réalisation la plus réussie ni ma préférée. Il s'agit du modèle 4a (parce qu'il y a aussi un modèle 4b et un 4c) du livre japonais 276. Je l'ai cousu dans des chutes de velours jaune pale (déjà utilisé pour la jupe de Bouclette) et dans de la suédine d'habillement bleue, tissus choisis parce que je voulais une robe d'automne, le modèle que j'avais choisi étant conçu principalement pour porter superposé à un T-shirt. Sauf que visiblement, j'ai enchainé les âneries et les erreurs de débutante.

D'abord, la suédine. Dans sa version habillement (parce qu'il en existe une version plus épaisse pour l'ameublement que j'emploie régulièrement pour faire des sacs et autres accessoires), c'est un tissu plutôt agréable à coudre. Il ne s'effiloche pas trop vite, se travaille bien et présente l'avantage de ne pas glisser quand on le pique à la machine. En plus, il a généralement un bon tombé. Malheureusement, il ne brille pas spécialement par sa souplesse et ça, c'est incompatible avec l'esthétique d'une robe trapèze. Oui, parce qu'un tissu raide pour une robe trapèze, ben ça donne un gros sac à patates ! Et en plus, on oublie rapido l'utilisation de la ceinture pour tenter de contrecarrer cet effet, ça ne fonctionne pas, la quantité de tissu à ceinturer étant nettement trop importante ! Pour poursuivre dans le mauvais choix des tissus, le velours de l'encolure. Ben lui, c'était l'inverse, beaucoup trop mou ! Résultat, une encolure qui a été une horreur totale à monter et ne cessait de faire des petits plis. Conclusion, des finitions tout juste acceptables (non, je ne vous montrerai pas de photos en gros plan des plis, j'ai trop honte !).

Bref, j'aurais carrément dû inverser le choix de mes tissus. En même temps, si je n'avais pas déjà été sous l'influence de Marmottus, j'aurais peut-être remarqué en recopiant le patron que c'était une robe de type trapèze au lieu de m'en apercevoir en assemblant les différents morceaux déjà coupés (mouais, je demande encore comment j'ai même réussi à la finir celle-là).

IMG_1858

La robe de face : on se demande vraiment comment j'ai fait pour pas voir le trapèze !

IMG_1860

Gros plan sur la dentelle rajoutée en bas pour rappeler la couleur de l'encolure

IMG_1861

Le petit plus de ce modèle, un empiècement pressionnable au niveau de la poitrine qui permet d'ajuster la robe à ce niveau

IMG_1854

La traditionnelle photo portée avec un T-shirt en dessous comme prévu par le modèle choisi

IMG_1857

Et la version été, sans le T-shirt

Bon, comme on peut le voir, le résultat est tout de même portable (à condition de ne pas être trop exigent) mais je sens qu'il ne va pas sortir souvent de mes placards.

Posté par reyhaziel à 23:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 15 octobre 2014

Marmottus 1 - Couturus 0

Eh, c'est pas comme ça qu'elle va avancer ta robe chasuble !

....

Oh ! Tu m'entends !

zzzzzzzz

Non mais c'est pas vrai ! Et comment je fais comment moi maintenant ! Pfff, elle vaut pas un clou en ce moment !

zzzzzzzzzzzzzzz

Si ça continue, je déménage !

Ah là là, le pauvre pauvre Couturus ! Mais qu'est-ce qu'il peut être frustré en ce moment ! Il faut dire qu'il n'a vraiment pas de chance en ce moment. La semaine dernière, avec le passage de LSDus démonicus et sa cohorte d'éléphants roses, ma production couturesque était proche du néant. Il se réjouissait donc à l'avance du départ de LSDus programmé vendredi dernier. C'était sans compter sur l'extrême générosité des petits camarades de classe d'Azraël. Car je rappelle, pour ceux qui n'auraient pas bien suivi, que vendredi, j'ai passé mon après-midi dans la classe d'Azraël à faire des jeux de société avec 17 bambins tous plus enrhumés les uns que les autres. Conclusion, dès dimanche, Azraël et votre humble servante commencions à présenter des signes alarmants de détérioration physique (toux, maux de gorge, fièvre, nez qui coulent et douleurs diverses et variées pour moi, toux et nez qui coule pour le monstros). Eh oui, car si les monstros font généralement dans la facilité question maladie, ben oui, ce ne sont que des petits joueurs dans le domaine, votre humble servante, elle, est une pro. J'aime donc faire dans la complexité et, tant qu'à être malade, autant que ce soit fun. Ce coup-çi, j'ai donc opté pour un cumul original, la laryngite surinfectée associée à une petite grippe de derrière les fagots.

Le seul truc que je n'avais pas prévu, c'est que cette combinaison particulière de maladies constitue apparemment le rituel d'invocation d'un nouveau type de démon, le Marmottus Démonicus (ou démon du syndrome de la marmotte), démon dont l'attaque principale consiste à vous plonger en état d'hibernation pour une durée indéterminée (mais longue de préférence). A cette attaque principale, vient d'ajouter une petite attaque secondaire provocant une crise majeure de fainéantite aiguë.

Alors autant vous dire que depuis 4 jours, Couturus ronge son frein et que ma petite robe n'a toujours pas avancé d'un iota, ni quoique ce soit d'autre dans la maison d'ailleurs. Par contre, mon oreiller, mon lit et moi vivons une histoire d'amour passionné.

Fort heureusement pour ce pauvre Couturus, il semblerait que Marmottus vienne de lâcher prise et d'aller chercher une autre victime ailleurs. Avec un peu de chance, j'aurai une nouvelle production couturesque à vous montrer d'ici peu.

Et Azraël dans tout ça me direz-vous ! Ben il a appris à faire les "bisous de loin" pour éviter de distribuer ses microbes à tout le monde, que quand on est malade, on ne peut pas manger de viande (ni de légumes verts d'ailleurs) parce que sinon on va vomir mais qu'il faut absolument manger des bonbons et des glaces parce qu'on en a besoin ! Mouais, il y en a quand même qui ont le chic pour profiter du moindre état de faiblesse !

Posté par reyhaziel à 23:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 12 octobre 2014

Mon samedi, par Azraël

Azraël, mais qu'est-ce que tu fais avec mon ordinateur ?

...

Azraël ?

Maman, vas faire ton cravail !

Et voilà, ouf, elle va me laisser cranqui. C'est vrai quoi, depuis le temps que je la vois taper là dessus et qu'elle me dit qu'elle écrit à mamie pour donner des nouvelles. C'est mon tour ! Moi aussi me veux raconter des choses à Inferno Gran Mom (c'est quand même un nom bizarre pour ma mamie d'Oyéyon ça !).

Alors moi, c'est Azraël ! Et toi, comment tu t'appelles ? Tu veux savoir ce que m'ai fait aujourd'hui ? Ben me rappelle pas ! Ah si, m'ai regardé un dessin mamimé avec Ponyo et Soké. Ponyo, c'est un poipon mais elle devient une petite fi. Et Ponyo aime Soké. Ben, tu comprends pas ? Bon, tant pis ! Pendant le dessin mamimé, maman, elle m'a caké les oreilles avec sa machine. Mais j'ai rien dit pasque c'était pour me faire un beau pantayon avec des gandes poches ! Il est beau hien !

20141011_170439

Vue de face du pantalon, fait en flanelle à carreaux et coton rayé

20141011_170502

Vue de derrière du pantalon

20141011_170618

Pantalon entièrement doublé dans le même tissu que les poches

20141011_172339

Moi suis crès beau !

Et puis après, m'ai joué à la tablet à manger de bonbons. C'est du, moi yarrive pas toujours. Ké bodel ! Alors me demande à Gagamel de m'aider.

20141011_160806

20141011_160908

Auyoudui, yavait du soyeiye alors m'ai allé zouer deyors. M'avais beaucoup de cravail dans le jardin. M'ai ramassé les noisettes, caké les noisettes et puis m'ai donné les bonnes à Papa pour qu'il les mange. C'est crès bon les noisettes mais moi m'aime pas ça.

20141011_15470720141011_15484720141011_154919

Mes belles noisettes                               M'ai casse les noisettes                              M'ai enyève la coqui

Et puis m'ai dessiné. M'ai fait un beau dessin de maman et des ronds autour des pati youilles.

20141011_171805

20141011_171808

20141011_171814

20141011_172401

20141011_172437

Maintenant m'ai patigué m'ai va au dodo.

 

Ajout de dernière minute :

C'est la Puce. Alors, je décline toute responsabilité sur l'orthographe déplorable de ce post publié à l'insu de mon plein gré par Azraël. Il a lâchement profité d'un instant d'inattention. Pour ceux qui ne disposeraient d'un décodeur d'Azraëlien intégré et qui s'interrogerait sur Ponyo et Soké, il s'agit de l'excellent dessin animé japonais "Ponyo sur la falaise" qui raconte la rencontre de Ponyo (fille de la déesse de la mer et d'un sorcier autrefois humain) qui ressemble à un poisson rouge à tête humaine avant de se transformer finalement en petite fille et de Sosuke, petit garçon de 5 ans. Une des rares oeuvres de Hayao Mihazaki que l'ont peu faire voir aux plus jeunes et une ode à la nature et à l'acceptation des autres et de la différence.

Et grâce au talent incontestable de portraitiste d'Azraël, vous avez enfin une idée précise de ma bobine !

Posté par reyhaziel à 09:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 11 octobre 2014

Gratitude ou Ingratitude, telle est la question

Vendredi matin, dans la voiture, en route pour l'école

Alors Azraël, aujourd'hui, c'est spécial ! Tu te souviens pourquoi ?

Non !

Ta maîtresse m'a invité à venir jouer avec vous dans la classe cet après-midi. Donc après la cantine, je vais venir dans ta classe et je vais rester avec toi et tes copains et copaines.

Oh oui ! T'es la meilleure, maman !

Vendredi soir, après un après-midi à faire des jeux de société avec 17 enfants surexcités, un monstros pas disposé pour un sou à partager sa maman et son espace vital avec ses camarades de classe, une bonne demi douzaine de super hyper mauvais perdants (dont le monstros), une autre demi douzaine de tricheurs de tout poil d'une mauvais foi inversement proportionnelle à leur taille (ah tiens, le monstros n'entre pas dans cette catégorie) et du chaussage en série.

Bonsoir

Bonsoir. Au fait, tu te rappelles que j'étais dans la classe d'Azraël aujourd'hui.

Ah oui, c'est vrai ! Alors Azraël, c'était bien l'école aujourd'hui ?

Ben oui.

Dis moi, c'était pas spécial aujourd'hui ? Y avait pas quelqu'un dans la classe ?

Y avait ma maicresse. M'adore ma maicresse

Maiiis, c'est tout ? Il y avait pas quelqu'un d'autre?

Mes copains et mes copines

Oui mais il y avait qui d'autre ?

Ben y avait Bouclette !

T'es sûr qu'il y avait personne d'autre ?

Ben oui !

...

Alors, alors, voyons voyons, comment vais-je le prendre ?

Posté par reyhaziel à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 8 octobre 2014

Elephants roses et écologie

Depuis quelques jours, deux petits démons se livrent une lutte acharnée pour la possession de ma petite personne. D'un côté, nous avons Couturus Démonicus, le désormais bien connu démon de la couture et de l'autre, un tout nouveau venu, LSDus Démonicus.

Oh oh, j'en vois là-bas au fond qui commence à se poser des questions sur mon sens moral. Alors là, je vous rassure tout de suite : OUI, il est extrêmement défaillant mais bon, pas au point de me lancer dans la culture intensive de cannabis ou autres substances illicites. De toute façon, je suis une serial killeuse de plantes vertes donc j'ai aucune chance d'y arriver même si je le voulais. C'est juste que, suite au blocage de mon trapèze droit (de mon cou quoi) le week-end dernier, je suis allée voir mon docteur adoré en la suppliant de faire quelque chose pour ne pas passer une 4ème nuit sans sommeil (ou presque). C'est là que LSDus est entré en action. Sous son influence pernicieuse (ou bienheureuse, je ne suis pas encore fixée), mon docteur adoré m'a prescrit un traitement de choc et m'a arrêté pour quelques jours.

Alors j'avoue, sur le moment, j'ai pas trop compris pourquoi un "simple" torticolis pouvait nécessiter un arrêt de travail. C'est vrai quoi, j'avais mal, j'étais crevée mais bon, j'étais pas à l'agonie non plus. C'est pas comme si j'avais eu la grippe. J'ai pas trop compris non plus son petit sourire quand elle m'a dit Vous verrez, ce médicament fait des miracles et il a des effets intéressants. Donc vous restez chez vous pendant tout le temps où vous le prenez. Mais j'ai vite, très vite compris ! Et effectivement, travailler (surtout s'il est question d'utiliser son cerveau et non simplement ses muscles), faut oublier !

Alors c'est vrai, il fait des miracles ce médic. Mais surtout, il ouvre tout grand la porte à LSDus pour qu'il prenne intégralement possession de votre corps et là, il vous emmène au pays des éléphants roses. Ah ça, on ne sent presque plus la douleur, c'est certain. On est bien trop occupé à planer ou à roupiller voir les 2 en même temps. Je viens donc de passer 3 jours à voir la vie en rose tellement que je suis détendue et complètement dans les choux. Même les pires âneries des monstros (genre renverser un grand verre de jus de fruit sur l'ensemble de leurs vêtements 2 mn avant de partir pour l'école) n'ont pas réussi à me mettre en colère, juste à me contrarier un poil. Je commence même à me dire que la prochaine fois que je verrais Hystéricus Démonicus pointer le bout de son nez, je devrais peut-être songer à me bloquer à nouveau un trapèze ! MIRACULEUX ce truc je vous dis.

Euh, d'accord la Puce ! On a bien compris. Mais, c'est quoi le rapport avec l'écologie là ?

Ah ben, y en a pas. LSDus, il s'en fiche royalement de l'écologie. C'est d'ailleurs bien ce qui a fortement contrarié Couturus qui lui s'est pris de passion pour le sujet et brûlait de finir le cadeau écologique qu'Inferno Gran Mom a remporté pour mon dernier concours en date.

De quoi ? Vous voyez pas de quoi je parle ! Oooooh, mais faudrait songer à suivre là ! Je vais finir par me vexer moi ! Ah non, Dumbo me signale que je ne suis pas d'humeur à me vexer et que j'ai pas non plus l'énergie pour ça. Ok alors je vous rafraîchis la mémoire. Suite au bilan des 4 ans d'Azraël, la pédiatre avait signalé un petit problème et la nécessité d'y remédier. La question était de savoir de quoi il s'agissait. Eh bien, c'est tout simple, Sir Azraël présente un léger retard au niveau psychomoteur et vient donc d'entamer un suivi par une psychomotricienne à raison d'une séance par semaine à domicile (non non, vous ne rêvez pas, j'ai bien dit à domicile). C'est donc entre 2 vols en haute altitude et de roupillons que Couturus a réussi à profiter de mon état de faiblesse pour me planter devant ma machine et me mettre au boulot. En tout cas, je suppose que c'est ce qu'il a fait puisque je viens de découvrir à travers mon brouillard comateux que le dit cadeau est effectivement terminé.

Ah, je vous sens trépignant d'impatience, vous demandant de quoi il peut bien s'agir et pourquoi je tourne autour du pot comme ça. Sans doute un effet secondaire des médics parce que j'ai vraiment pas les idées claires (et vu que je reprends le boulot demain, ça risque d'être drôle !). Alors voilà, sous vos yeux ébahis, mes premières lingettes démaquillantes écologiques.

Le principe de ces lingettes, c'est qu'elles remplacent les carrés de coton qu'on utilise généralement pour se démaquiller ou se nettoyer le visage avec un lait ou une lotion. Réalisées en tissu éponge et polaire duveteuse, elles passent à la machine (30°C) et sont donc réutilisables à l'infini (enfin, jusqu'à usure quoi). Et comme je ne voulais pas qu'elles trainent partout dans la salle de bain et pour le côté pratique si on veut les emporter avec soi en voyage, j'ai également fait un petit pochon de transport dans des coloris assortis en tissu Liberty et satin microfibre.

20141008_133842

Vue d'ensemble du pochon et des lingettes

20141008_13392020141008_133927

Recto verso des lingettes. Leur dimension est d'environ 12 x 9 cm

20141008_13404120141008_134020

Les lingettes dans leur pochon ouvert

20141008_134231

Les lingettes dans leur pochon fermé

Honnêtement, je me suis bien amusée à faire tout ça. Et naaaaan, c'est pas un effet secondaire des médics, j'avais commencé avant de prendre mon traitement. C'est juste qu'entre le blocage du cou et son déblocage, ma couture a avancé à la vitesse d'un escargot asthmatique en pleine crise. D'ailleurs, je prévois qu'en refaire une nouvelle fournée très prochainement parce que je trouve ça trop chou pour faire des petits cadeaux.

Posté par reyhaziel à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 6 octobre 2014

Coincée

Yeeeeessss ! Je viens de faire une découverte PHENOMENALE, un truc qui va faire faire un bond ENORME à la science médicale, c'est sûr et certain !

C'est quoi, c'est quoi la Puce, dis nous vite ? T'as trouvé un remède contre le cancer ? Pourquoi les baillements sont contagieux ? Comment certains monstros arrivent à mettre leur langue dans leurs narines (si si, véridique, Azraël est un pro en la matière).

Ben non, rien de tout ça. J'ai découvert ce week-end que, quand on mange des tartines faites de baguette beurrée un peu rassie, on sollicite certains muscles du cou dont j'ignorais jusqu'à l'existence (du cou hein, pas de la machoire, ça, c'était évident). Et les dits muscles, quand vous avez un monstrueux torticolis, ben croyez moi, vous la découvrez très vite, leur existence !

Vous l'aurez donc compris, j'ai eu la joie de me réveiller samedi matin avec le cou complètement bloqué. Et je vais donc m'empresser d'écrire un traité sur les 1000 et une façon dont un blocage carabiné du cou peut vous pourrir la vie. Parce que c'est fou le nombre d'ocassion en une seule journée qu'on a de soliciter ces fichus muscles. Plus de bisous des ou aux monstros, plus de portages de Gargamel de 26kg après saut périlleux dans vos bras, plus de recherche de jouets et autres bazars sous les meubles, conduire devient ...  un enfer en fait et faire un créneau, une séance de torture. Et je ne parle même pas de dormir, s'allonger ou se relever qui relève de l'expérience sado-masochiste.

Mais le pire, c'est que même assise à ma machine, ça fait mal !!!! De coup, côté productivité, c'est la chute libre. Heureusement, j'ai quand même réussi à finir le petit cadeau pour Bouclette dont c'est prochainement l'anniversaire.

Oh, et tu lui a fait quoi à Bouclette ? Une jolie robe ?

Ah ben non, pas de robes pour Bouclette. La petite demoiselle ne semble guère apprécier les robes (en tout cas, je ne l'ai jamais vu en mettre). Ceci dit, je couds assez de pantalons pour les monstros pour ne pas avoir eu très envie d'en faire un de plus, même plein de rubans ou de froufrous. Alors j'ai opté pour un compromis, une jupe culotte, en velours jaune très très pâle (presque crême) et tissu japonais bleu foncé à grandes fleurs. Un truc tout simple à coudre et qui peut se porter devant derrière comme on veut vu qu'elle est parfaitement symétrique. Et comme d'habitude, c'est un modèle tiré d'un de mes livres de couture japonais, le modèle 9 du livre "Collection privée filles et garçon" (ou livre 373-fr).

20141005_101916

Première face

20141005_102020

Deuxième face

C'est à l'occasion de l'essayage de la bête sur mon seul mannequin disponible, à savoir le sieur Azraël, que j'ai pu constater que ça y était, il faisait bien la distinction entre vêtements de filles et vêtements de garçons. Car autant quand je lui ai fait enfilé la robe confectionnée pour l'anniversaire de Totorelle (oui, je sais, je devrais avoir honte, je vais le traumatiser pour le reste de ses jours mais c'était ma première robe de petite fille alors niveau taille, j'avais de gros doutes. C'est vrai quoi, ça avait l'air tout petit !), je n'ai pas eu de problème, autant là, il m'a bien fait comprendre que non, il voulait pas, c'était pas pour les garçons. Bon, il a fini par céder quand il a compris que c'était pour vérifier la taille d'un cadeau pour sa Bouclette adorée mais à mon avis, c'est bien la dernière fois.

Conclusion, vous n'aurez droit à aucune photo portée ce coup-çi, le mannequin il a dit NON ! Mais il est d'accord pour un pantalon à poches.

Posté par reyhaziel à 12:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 4 octobre 2014

Les bons mots d'Azraël - tome 2

Vu le nombre de fois où Azraël nous en sort des spéciales ou des gratinées et les nouveaux talents linguistiques que manifestent Gargamel, je pense qu'il est grandement temps de créer une catégorie à part, dédiée uniquement à ces instants de pure félicité.

Et nous allons l'inaugurer avec le dernier bon mot en date d'Azraël.

Le vendredi matin, entre 11h30 et 12h30, Je fais le taxi pour aller chercher Sir Azraël à l'école, l'amener chez l'orthophoniste pour sa séance puis le ramener à l'école à temps pour qu'il déjeune à la cantine.

Comment ça je pourrais le garder avec moi pour déjeuner que ça lui ferait bien plaisir ! Non mais eh oh ! Puis quoi encore ! Je suis une mère IN DI GNE je vous rappelle. Bon et puis accessoirement, je bosse aussi. Déjà que je saute le déjeuner ce jour-là pour faire le taxi, faudrait pas pousser non plus là !

Enfin, bref, vendredi dernier, je le ramène à l'école et le conduis jusqu'à sa chaise à la cantine où, en bon monstros affamé, il s'installe immédiatement. En entrée, c'était oeuf mayo qui l'attendait déjà sur la table. Je m'apprêtais à partir tranquillement quand soudain ...

Attends maman

(et je vois Azraël qui se penche vers son assiette d'un air concentré, l'oreille pile au dessus de la mayonnaise artistiquement disposée sur son demi oeuf dur)

Oui Azraël qu'est-ce qu'il y a ?

Chuuut, écoutes

...

On entend la mer !

Hein ??? Tu veux aller à la mer ?

Mais non. C'est comme les coquillages, on entend la mer !

Ah bon ?!?! On entends la mer ?

Ben oui, t'avais dit. On entend la mer !

mrfffff, mrffff, mrffff

(ça, c'est Angel, l'ATSEM qu'elle est cro bien de la classe qu'est morte de rire, mais tout en discrétion)

Donc tenez-vous le pour dit. Les oeufs durs mayo, c'est comme les coquillages, on y met l'oreille et on entend la mer !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 3 octobre 2014

AESH : Aide Espérée Souvent Hypothétique

Aaah, ça faisait longtemps que j'avais pas râlé un bon coup sur la nullité nullissime du système d'aide à l'intégration (scolaire ou autre) des enfants handicapés. Mais là, ça fait une semaine que je suis sur des charbons ardents, qu'on échange mail sur mail avec les autres parents de la CLIS de Gargamel et la cocotte minute qui me tient lieu de cerveau a atteint un niveau de pression critique.

C'est donc l'heure de ma séance de blogothérapie ! Et c'est parti pour une tonne de blabla sur les joies de l'obtention d'une AESH !

Euh, la Puce, mais qu'est-ce donc qu'une AESH ?

Comment ? De kouaaa ? Vous connaissez pas !!! Ah non attendez. Mais oui, c'est normal, ça vient de sortir (en juin dernier pour être exacte). Ben AESH, ou encore Accompagnant de l'Elève en Situation de Handicap, est la nouvelle dénomination que l'on donne entre autres aux AVS (assistant de vie scolaire) depuis la sortie en juin dernier d'un nouveau décret. Elle regroupe à présent l'ensemble des personnes pouvant être intégrées dans le parcours scolaire d'un enfant handicapé pour aider à son insertion à l'école.

Ah ok ? Et alors, c'est mieux maintenant ?

Ben non, c'est pas mieux. C'est exactement pareil sauf qu'il paraîtrait qu'au bout de 6 ans d'emploi précaire, on puisse obtenir un CDI et qu'au lieu d'utiliser 3 termes différents, on en utilise plus qu'un seul. Alors, pour les parents nouveaux venus (et sur ce blog, et dans le monde de bisounours qu'est celui de parents d'un enfant pas comme les autres, je sais, il est tout pourri mon humour mais des fois, on se demande à quoi peuvent bien penser nos très chers dirigeants de quelque bord qu'ils soient), un petit flash back sur le monde merveilleux des AVS.

Dans le temps jadis, il y avait 2 types d'AVS, les AVS i (pour individuelles) et les AVS co (pour collectives). Les AVS i offrent une aide exclusive à un enfant au sein d'une classe normale à raison d'un certain nombre d'heures par semaine, nombre fixé par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de l'école et/ou du lieu de résidence de l'enfant. Les AVS co sont rattachés à une classe (CLIS ou ULIS) où elles se partagent entre tous les enfants. Comme je l'ai déjà expliqué dans le post sur le monde merveilleux des AVS, la coutume veut qu'en CLIS, il n'y ait pas d'AVS i vu qu'il y a une AVS co mais qu'heureusement, dès fois, on arrive à obtenir une exception comme pour Gargamel (et c'est tant mieux comme on va le voir plus loin).

Plus récemment, est apparu un 3ème type d'AVS, l'AVS m (pour mutualisée). L'AVS m offre une aide individuelle ponctuelle à plusieurs enfants au sein d'un même établissement, c'est-à-dire qu'elles les aident quand il y en a besoin car ces enfants ne nécessitent pas une aide en continu. Là, déjà, on sent bien la furieuse ressemblance entre le travail de l'AVS co et celui de l'AVS m. En fait, une AVS m fait la même chose, simplement les enfants n'appartiennent pas tous forcément à la même classe.

Alors pour simplifier tout ça, on a regroupé tout ce petit monde sous la même dénomination, l'AESH. Ca va, tout le monde suit ? Ok, on enchaine !

Pour fonctionner correctement, une CLIS a un besoin impératif d'une AESH à temps plein. Ben oui, je rappelle quand même que dans une CLIS, tous les enfants sont handicapés à des degrés divers et que la pauvre maîtresse ne peut pas tout faire toute seule, aussi géniale soit elle (que la nôtre soit bénie pour les siècles prochains, voir béatifiée parce qu'elle le vaut bien, si si je vous jure !). Et le premier qui me dit qu'avec toutes les vacances qu'elle a et son petit effectif réduit, faudrait quand même pas qu'elle se plaigne, je le mets au défi de tenir un mois tout seul avec une classe comme ça et une santé mentale intacte. De toute façon, c'est écrit dans les textes qu'une CLIS a droit à une AESH. Sauf que, dans les faits, notre système éducatif a 2 vitesses : le public et le privé. Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, le privé n'est pas gâté (le public non plus d'ailleurs mais le privé, c'est pire). Dans le public, c'est l'état, c'est à dire les académies, qui se charge de fournir les AESH, académies qui n'ont pas les moyens les pauvres et qui recrutent les AESH au compte-goutte, que ce soit pour faire le travail d'AVS i ou d'AVS m. C'est comme ça qu'un pauvre enfant pour lequel la MDPH a accordé des heures d'AESH dès septembre attend parfois plusieurs mois avant de bénéficier de cette aide. Et encore, il faut voir parfois ce qu'on obtient comme aide : un chômeur de longue durée sans aucune formation au handicap, voir aucune formation quelque qu'elle soit dans le domaine de l'éducation ou de l'enfance ou l'aide à personne, bref, une personne sous payée (parce qu'AESH, c'est le SMIC horaire et que c'est souvent pas un temps plein et même en temps plein, ça lui fait dans les 800€ par mois) et pas motivée pour un sou.

Dans le privé, ce n'est pas l'état mais c'est l'établissement qui doit recruter sur ses deniers (exactement le même type de personne, faut pas rêver hein). Ah, je vois que vous commencez à comprendre. Eh oui, dès qu'il s'agit de sortir les sous de sa poche, il n'y a plus personne. Résultat, tous les ans, on doit se battre contre les administrations qui se renvoient la balle (mais non, c'est pas à nous de payer, c'est à vous) pour qu'une personne arrive enfin pour s'occuper de nos enfants. Et cette année encore, ça n'a pas louper. Nous sommes en octobre, et la CLIS de Gargamel n'a toujours pas d'AESH ! Pourtant, à la rentrée, on y avait cru. L'administration de l'école semblait avoir enfin compris et admis que c'était bien à eux de recruter et de payer l'AESH et ils nous avaient dit que c'était prévu, qu'on avait plus qu'à trouver quelqu'un et que ce serait un CDI en plus (on aurait dû se douter que c'était trop beau). Pauvres naïfs que nous sommes ! On est donc resté sagement à attendre le recrutement. Mais il faut bien se rendre à l'évidence, on s'est fait pipeauter ! Et maintenant la pression monte (et le ton risque fort de suivre si la solution promise récemment n'est pas rapidement mise en place).

Euh, la Puce, si c'est plus facile à obtenir dans le public les AESH, pourquoi il va pas dans le public Gargamel ?

Pourquoi ? Ben pour 2 raisons. D'abord, c'est pas vraiment plus facile à obtenir dans le public. C'est juste que les interlocuteurs sont plus facilement repérables (ce qui permet aux parents despotiques et mal embouchés que nous sommes de trouver plus facilement quelqu'un à qui casser les pieds) et peuvent difficilement rejeter la responsabilité du recrutement sur quelqu'un d'autre. Ensuite, c'est que les places en CLIS sont chères. Alors quand on en a une, dans une bonne CLIS avec une super maîtresse, on n'a pas vraiment envie de prendre le risque de changer. Mais surtout, et ce dont il faut bien être conscient, c'est que les parents d'enfants handicapés qui les mettent dans le privé ne le font pas par snobisme ni pour une meilleure prise en charge, ils le font souvent, comme nous, pour avoir simplement une place à l'école parce que le public les a rejeté. Eh oui, parce qu'il est bien beau le principe de "l'école pour tous" mais quand un chef d'établissement vous dit Pas la peine de ramener votre enfant lundi, on n'en veut pas, on fait quoi ?

Alors voilà, ben j'en ai un chti peu raz la casquette ! Et encore, moi, je ne dois pas me plaindre car Gargamel est le seul enfant de sa CLIS à avoir obtenu des heures d'AESH en individuel auprès de la MDPH. Du coup, contrairement à tous les autres, et vu qu'il y avait des AESH en place à l'école qui avaient des heures de libre, il en a bénéficié dès la rentrée. Alors je suis contente pour lui mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir le coeur serré pour ses copains de classe, qui n'ont personne eux, et de trouver tout cela profondément injuste !

Posté par reyhaziel à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 1 octobre 2014

La beauté du (petit) diable

Quand j'étais très jeune ... Ah ben oui, j'étais forcément très jeune à l'époque vu qu'au jour d'aujourd'hui je suis toujours jeune et que je le resterais encore plusieurs dizaines d'années. Meuh si d'abord, même que récemment, un de nos visiteurs au labo m'a demandé dans quelle équipe je faisais ma thèse d'abord ! Bon, là, je me suis demandé si :

1) je devais dire merci à la coiffeuse qui avait fait ma couleur et si bien caché mes cheveux blancs (non pas que ça me traumatise. Vu que j'ai eu les premiers à 28 ans, j'ai eu largement le temps de m'habituer).

2) je devais me sentir flatter ... ou le contraire parce que c'est ma maturité scientifique qui en a pris un coup là !

3) je devais fortement suggérer au visiteur en question d'aller d'urgence chez l'ophtalmo faire contrôler sa vision.

Mais bref, on s'éloigne fortement du sujet là. Je disais donc que, quand j'étais jeune, je ne comprenais pas bien la fameuse expression "avoir la beauté du diable". C'est vrai quoi. Un grand bonhomme maigrichon tout rouge avec des pieds fourchus, une queue pointue (non, il n'y a là aucun allusion graveleuse, c'est un blog de standing ici non mais) et des cornes sur la tête, franchement, je ne voyais pas ce que ça avait de glamour et de sexy (maintenant non plus d'ailleurs). Depuis, j'ai appris 2-3 trucs sur le dénommé Lucifer et j'ai eu des enfants, dont un en particulier, Azraël, mais on va y revenir.

Qu'ai-je donc appris sur Lucifer ? Et bien qu'à l'origine, c'était l'un des plus beaux anges du paradis et l'un des préférés du grand patron aussi. Et qu'après sa chute, ben il n'avait en fait rien perdu de sa beauté et qu'il en usait et abusait pour nous tromper nous, pauvres mortels.

Mais quel est donc le rapport avec Azraël vous demandez-vous ! Le rapport, c'est qu'Azraël a une bouille d'ange (ok, vu que je montre jamais sa tête en gros plan, vous êtes obligé de me croire sur parole), qu'il vous fait de grands sourires, des tonnes de bisous et de câlins, qu'il répète tout le temps qu'il vous adore et qu'il est content de vous voir, qu'il vous cueille des fleurs et des feuilles, bref, on lui donnerait le bon dieu sans confession comme on dit. Alors qu'en fait, il est en train de vous avoir jusqu'au trognon ! Mais si ma bonne dame ! Il endort subtilement votre méfiance pour aller faire les pires bêtises en douce (genre s'installer tout habillé et chaussé dans la pataugeoire du jardin, pleine hein, sinon ce serait pas drôle, ou vider le bac de crème glacée du congélateur) ou pour vous faire faire tout ce qu'il veut (et surtout ne veut pas faire lui-même ce gros fainéant).

J'en ai encore eu un exemple flagrant pas plus tard que mardi, en le déposant à l'école, quand sa maîtresse du lundi-mardi m'est littéralement tombée dessus pour me parler de lui (oui, vous savez, la nouvelle directrice de son école qui m'avait fait une drôle d'impression le jour de la rentrée, impression qui s'est grandement améliorée depuis).

Ah Madame, alors Azraël, oh il est adorable vous savez !

Ah bon ?

Oh oui. L'autre jour, il s'est vraiment bien appliqué pour faire son découpage. Et puis il m'a fait de beaux traits verticaux aussi !

Ah, c'est bien ça !

Il est vraiment trop mignon ! Il me fait rire

(incroyable, 4 ans et déjà des techniques de séducteur aguerri !)

L'autre jour, il me disait coucou maîtresse en passant sur son vélo dans la cour

(ah oui, parce que dans cette école, il y a vélos et trottinettes à disposition des petits à la récré, trop coool)

Et là, je vous vois venir. Eh la Puce, normal que t'aies réviser ton jugement vu comment elle te parle d'Azraël maintenant. Que nenni mauvaises langues. J'avais revu mon opinion bien avant.

Il faut dire qu'après l'expérience désastreuse vécue avec son grand frère et forte de ma grande expérience de fille, petite-fille et nièce d'instits et profs qui en a vu et entendu des trucs sur les rapports parents-profs, il m'étais impossible de rester bloquer sur cette fameuse première impression et j'ai illico subito presto réclamé un petit entretien avec les maîtresses d'Azraël, d'autant que ne pouvant me couper en 2, j'avais raté la réunion de rentrée (ben oui, j'étais déjà dans la classe de son frère). Et déjà là, la rentrée étant passée, j'ai découvert une maîtresse nettement moins stressée et nettement plus à l'écoute.

Azraël a quelques petites difficultés niveau langage, alors il n'est pas toujours bien compréhensible mais il est suivi au niveau orthophonique.

Ah, c'est bien ça. Et elle en pense quoi l'orthophoniste.

La syntaxe est bonne et il a du vocabulaire mais y a un problème de praxis et une grosse différence entre langage spontané et langage contraint. Il a aussi un rapport difficile avec l'autorité mais ça s'arrange doucement. On y travaille.

Ah bon ? Ici, c'est vrai qu'il n'écoute pas toujours mais il est toujours très correct, pas agressif et très poli (YES !). Et puis il a toujours le sourire !

C'est vrai ça. Il est très fort pour vous faire du charme. Ah et puis il est bien plus autonome sur les gestes du quotidien qu'il ne veut le faire croire.

C'est à dire ?

Ben prenez les chaussures par exemple. Il sait parfaitement les mettre et les enlever quand c'est Super Nanny qui est là. Mais bizarrement, dès que c'est moi, il ne sait plus faire c'est cro dur !

Nooon, c'est pas vrai ! Ah ben mince alors, je me suis faite avoir ! Il m'a demandé de le faire hier parce qu'il savait pas ! Et je l'ai fait en plus !

Non moi je vous le dis, il a un charme dia bo lique cet enfant ! Fichue qu'elle est la maîtresse si elle n'y prend pas garde !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

lundi 29 septembre 2014

Une robe inspirée de Game of Thrones

Oh, non mais t'as vu ça ! Faut le faire ! Allez hop, au boulot !

Hein ? Mais quoi donc ? La belle jupe bleue de Sakiko ?

Mais non, voyons (encore qu'elle est pas mal la jupe). Le CONCOURS bien sûr !

Non mais ça va pas la tête ! J'ai pas que ça a faire moi ! Et puis est-ce que j'ai l'air de quelqu'un qui se lance dans les concours ?

Ben apparemment, je devais avoir l'air parce que, sans mon concours justement, jamais, non vraiment, faut être honnête, jamais le petit démon de la couture n'aurait pu m'entrainer sur ce coup-là. Alors voilà, cette fois, c'est fait, je me suis lancée dans mon premier concours de couture. Et je me demande encore ce qui m'a pris (devais avoir fumer la moquette ce jour-là).

Le concours en question, je suis tombée dessus tout à fait par hasard, en cherchant de l'inspiration sur mes blogs favoris et, justement, Sakiko Jones parlait du concours lancé par Thread and Needles (pour tous les détails, c'est par içi). Le thème, c'est l'art cousu ou, pour être plus explicite, faire un vêtement de tous les jours inspirés par une oeuvre d'art. Bon alors attention, c'est oeuvre d'art au sens très large qu'il faut comprendre puisque, comme précisé dans le réglèment, on peut s'inspirer de films, séries télé, dessins animés, affiches, dessin d'un illustre inconnu aussi bien que des oeuvres de Monet, Rubbens ou De Vinci. Et moi, comme disent les djeuns, je kiffe les robes de Game of Thrones. Je me suis donc empressée de lancer une recherche dans Gougle, catégorie image et je suis tombée sur CA !

Mathia_Arkoniel_Dany

Alors ok, on cherche le rapport avec la célèbre série. Ben en fait, c'est une version héroic fantasy de Daenerys Targaryen et j'ai complètement flashé sur les couleurs du costume. Alors à titre de comparaison, voilà une photo de l'actrice dans la série.

Dany-daenerys-targaryen-31374735-465-700

Ca, c'est donc Daenerys Targaryen dans la série. Vous voyez bien la ressemblance !

En plus, j'avais justement dans mes stocks un superbe coupon de liberty dans ces tons là pour lequel je cherchais l'inspiration depuis un moment et un reste de velours prune parfaitement assorti. Un signe du destin m'a immédiatement sussuré Couturus à l'oreille. Et voilà comment je me suis retrouvée à feuilleter tous mes magazines de couture à la recherche d'un modèle qui conviendrait à l'image de la robe que j'avais déjà en tête (oui parce que je n'en suis pas encore à concevoir moi-même mes patrons).

Alors là, on oublie immédiatement le coté bustier du splendide dessin à l'origine de mon inspiration. D'abord parce que j'ai pas du tout la morphologie pour un bustier. Et ensuite, je vous rappelle quand même que le but du concours, c'est de coudre un vêtement de tous les jours, pas un costume de carnaval (ou de théâtre ou de GN). Et puis, fidèle à mon habitude, je voulais quelque chose qui puisse se porter aussi bien l'été (oui, parce que le Liberty Tana Lawn, c'est léger léger comme tissu) qu'à la mi-saison parce que pas question d'attendre l'an prochain pour mettre ma belle robe. Et j'ai trouvé le patron idéal, le modèle 11 du livre Simple Chic (livre 2 en code JCA). Alors quand je dis idéal, je veux dire comme base de départ parce que je l'ai quand même quelque peu modifié. D'ailleurs, si vous voulez voir à quoi aurait dû ressembler le modèle original, je vous invite à aller regarder ici. Personnellement, j'ai commencé par l'augmenter d'une taille avant de transformer la jupe pour ajouter un empiècement rappelant la forme du bustier de ma source d'inspiration. Et puis j'ai enlevé les manches afin de pouvoir porter facilement la robe avec un T-shirt en dessous pour les températures fraiches.

Mais pourquoi t'embêter à mettre un T-shirt s'il fait froid ? En plus, t'en as que des noirs !

Et alors, le noir, ça va avec tout non ?

Franchement, un petit gilet assorti, ce serait autrement plus classe !

Peut-être mais j'ai plus de velours. Et un gilet en Tana Lawn, c'est un peu idiot quand même. Et ça ferait fade avec la robe.

Pfff, et ton beau jersey extensible alors ! Il a exactement la même couleur que ton velours et t'as du biais en satin pile poil de la même teinte dans ton stock.

Non mais qu'est-ce que vous voulez que je réponde à ça ? Et une fois de plus, je me suis faite avoir. Enfin, l'honneur est sauf. J'ai envoyé balader Couturus quand il a voulu que j'achète un nouveau magazine de couture rien que pour un modèle de boléro et je l'ai convainçu qu'on pouvait en faire un très bien en reprenant simplement le haut du patron de la robe et en en rallongeant les manches.

A ce stade de mon roman bloggesque, je tiens à faire quelques commentaires sur le choix de mes tissus et plus particulièrement sur leur matière. Alors, le Tana Lawn, comme d'habitude, c'était une merveille à coudre (dès qu'on met la bonne aiguille à sa machine). Pour le velours, il se travaille très bien également mais je suis positivement ravie d'être arrivée pratiquement au bout de ce coupon parce que qu'est-ce que ça peut pelucher. Ca vous met des saletés partout, jusqu'à l'intérieur de la machine : une HOR REUR ! Mais le pire, c'est le jersey extensible. Ca glisse, ça se tente, ça se détend, ça fait des coutures qui roulottent ou qui se gondolent, bref, c'est l'enfer à coudre. Encore heureux que pour l'occasion, j'ai appris à me servir du point droit extensible de ma MAC.

Enfin bref, trêve de bavardage, et voici sous vos yeux écarquillés de stupeur et d'admiration (euh, là, désolée, mais après 12 jours de boulot, j'ai besoin d'un max de cirage de pompe et on n'est jamais mieux servi que par soi-même qu'il paraît) les chefs d'oeuvre que je compte présenter au concours. Ah oui, parce que vous y avez droit en avant-première. J'suis sympa hein !

Alors voilà d'abord la robe

IMG_1809

La robe vu de face (faudrait un jour que je me décide à m'acheter un manequin de couture quand même !)

IMG_1810IMG_1814

Et un gros plan sur l'encolure et une vue du dos.

 

Ensuite, le boléro assorti

IMG_1849IMG_1850

Vue de devant pour bien montrer les appliqués en Liberty pour rappeler le tissu de la robe et vue du dos

 

Puis l'ensemble

IMG_1833

IMG_1835

No comment !

 

Et pour finir, différentes versions portées selon les occasions

IMG_1799

La robe portée seule

IMG_1837IMG_1842

L'ensemble robe + boléro vue de devant et de dos

IMG_1844

Porté avec un de mes éternels foulards (coloris assorti hien, faut pas rigoler quand même !)

IMG_1846

La version "Soir d'été un peu frais"

IMG_1852

La version "Temps de chien, il tombe des cordes aujourd'hui" (la preuve que je peux bien porter un T-shirt dessous et que le noir va effectivement avec tout)

Allez, il ne me reste plus qu'à aller m'inscrire au concours.

 

Posté par reyhaziel à 12:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,