samedi 11 août 2018

Le samedi, les miracles sont permis

Chez les Inferno, et moi la première il faut bien l'avouer, on déteste les aubergines, on exècre les poivrons, on a le moindre petit bout de gras dans la viande en horreur. Alors quand Pâtissus s'est mis en tête de préparer du bourguignon en tajine d'aubergine et poivron, j'aime autant vous dire que j'ai bien rigolé. Il courait à la catastrophe ce pauvre Pâtissus. Sans compter que son tajine, fallait le faire mijoter pendant 4h ! Non mais vous imaginez 4h ! Tout ce mal pour un truc qui finirait immanquablement à la poubelle en moins de 10 secondes.

Mais bon, vous commencez à le connaître le Pâtissus, une vraie tête de mule. Alors on l'a fait son tajine. Et contraint et forcé, sous la menace de se retrouver à manger de la tarte au citron sans sucre ou pire encore, des choux de bruxelles (le summum de la torture d'après Chéri), on l'a goûté et là ... Mazette ! ... On a tout englouti ! TOUT je vous dis, jusqu'à la dernière goutte de sauce ! Un vrai délice ce truc. Et le plus fou, le miracle des miracles, c'est qu'après avoir fait chanté Gargamel pour qu'il daigne y goûter. Oui, on l'admet, on est des monstres, des bourreaux d'enfants mais bon, face à l'atrocité d'une nouveauté culinaire, seul le chantage ou la torture décide Gargamel à faire un effort. Après qu'il ait goûté donc, il a déclaré que c'était très bon. Et quand on connaît Gargamel, croyez-moi, c'est un gage de qualité gustative indéniable.

IMG_2635

Comme souvent, c'est une recette que j'ai trouvé sur le site de Maîtresse Valérie et que j'ai pratiquement respecté à la lettre. Le secret de ce plat, comme elle le dit si bien, c'est la sauce secrète pas si secrète en fait, la sauce Worcestershire. Et puis la cuisson aussi, une cuisson qui m'a causé quelques surprises à la réalisation.

Alors, pour ce qui est de la sauce Worcestershire, Valérie dit qu'on la trouve partout de nos jours. Par chez vous, je sais pas mais par chez moi, un certain nombre magasin devait pas être au courant de la chose parce que la sauce Worcestershire, chez Auchan, Lidl et Leader Price, ben tu peux oublier.  Par contre, vous pouvez aller voir chez Leclerc ou Monoprix vous devriez en trouver.

Mais la plus grosse surprise est venue de la cuisine. En effet, Maîtresse Valérie prévoit 4h de cuisson sur feu au minimum mais à mon premier essai, le temps de cuisson est monté allègrement à 6h30 et j'aurais bien laissé 30mn de plus mais à 2h du mat, j'en pouvais plus. Et encore, je n'avais fait que la moitié de la quantité prévue dans la recette. Ben oui, je vous rappelle qu'on exècre aubergine et poivron alors tester, ok, mais en petite quantité ! Faudrait pas gâcher quand même. Mais vu que c'était super bon, je l'ai refaite cette recette. Et finalement, j'ai compris que le temps de cuisson était fortement dépendant du matériel utilisé et de la puissance du feu ou de la plaque de cuisson.

Valérie réalise cette recette dans un plat à tajine mais moi, j'en ai pas. Alors je l'ai simplement remplacé par une sauteuse munie d'un couvercle et ça change bien des choses. Du coup, pour avoir une bonne cuisson, c'est-à-dire un plat qui a longuement mijoté mais pas 12h non plus, avec des aubergines parfaitement compotées, un bourguignon bien tendre et une sauce réduite juste ce qu'il faut, je dois cuire pendant 1h avec mes plaques à induction en position 2/12. Commencer à feu doux est important car au début de la cuisson, il y a peu de sauce dans le plat. Il va falloir faire sortir l'eau des aubergines. Alors si on démarre la cuisson trop fort, on prend le risque de faire attacher les ingrédients au fond du plat avant que les légumes aient rendu suffisamment de jus. On poursuit ensuite la cuisson avec un peu plus de vigueur encore 3h en position 3/12 et on finit enfin par 30 mn en position 3 sans le couvercle pour achever de réduire la sauce. Bien sûr, ce n'est pas une science exacte, il vous faudra adapter ces temps en fonction de votre matériel. Le truc, c'est de garder à l'esprit qu'il faut éviter d'avoir à ajouter de l'eau en cours de cuisson donc cuire lentement et longuement mais sans que ce soit trop doux sinon ce sera beaucoup trop long.

Dernière info, cette recette est un peu longue niveau préparation mais si on s'y prend bien, il n'y a pas de temps mort car on peut préparer chaque étape pendant que l'étape précédente cuit. Vous comprenez rien ! Pas grave, ça va devenir limpide en regardant le dérouler de la recette. Allez, c'est parti.

Tajine de boeuf aux aubergines (pour 4 gourmands)

  • 600g de bourguignon (ou une autre viande à mijoter, c'est super bon aussi avec du sauté de veau)
  • 450g aubergine
  • 200g d'oignons jaunes
  • 200g de poivron rouge (ou d'une autre couleur, ça marche aussi mais j'aime bien le rouge)
  • 30g d'huile tournesol ou de colza (une huile neutre quoi)
  • 50g d'huile olive
  • 80g de sauce Worcestershire
  • 15g de moutarde
  • sel, poivre
On commence par peser sa viande, puis on la coupe en gros cube. Dans un plat à tajine ou une sauteuse, on fait chauffer les 30g d'huile neutre puis on fait revenir la viande à feu très vif (max ou presque) pendant 10 mn en remuant régulièrement pour éviter qu'elle ne brûle. Oui, je sais, 10 mn, ça parait super long et c'est un peu affolant mais en fait, passer les premières minutes, la viande va rendre pas mal d'eau et il faut bien 10 mn pour réussir à l'évaporer. On baisse ensuite un tout petit peu le feu et on cuit encore 5 mn pour la colorer correctement. Le but est ici d'obtenir une viande bien colorée et que toute l'eau se soit évaporée.

IMG_2621IMG_2622

La viande en début et fin de cuisson
Pendant que la viande colore, on épluche ses oignons et on en pèse 200g (entre 2 et 4 oignons selon leur taille). Il faut ensuite les découper en tranches très très fines. Franchement, je ne saurais trop vous conseiller de faire ça avec une mandoline réglée sur épaisseur minimum. Il n'y a pas mieux pour trancher rapidement une grande quantité d'oignons (avec un minimum de larmes en prime). En plus, on en trouve maintenant à des prix tout à fait raisonnable et vous pourrez en plus vous en servir pour faire du pâté de pomme de terre ! Si vous faîtes ça à la mandoline ou au robot, vous aurez fini largement avant la fin de la cuisson de la viande et vous pourrez vous attaquer à vos aubergines. On lave donc les aubergines puis on en coupe 450g en gros dés.
La viande doit être cuite à présent. On la sort de la sauteuse et on la réserve. Normalement, il reste un poil de jus et d'huile au fond de la sauteuse (on peut rajouter une cuillère à soupe d'huile neutre si on est vraiment inquiet). On verse les oignons émincés dedans et on met à cuire à feu moyen pendant 5 mn en remuant régulièrement tout en rangeant sa cuisine, ça fera toujours ça de moins à faire tout à l'heure. Les oignons une fois pré-cuits, on les verse dans un bol et on réserve (attention, on ne les met pas sur la viande en espérant faire des économies de vaisselle, non non non, on les réserve à part).

IMG_2623IMG_2624

Les oignons avant et après cuisson (ils ont absorbé les sucs de cuisson de la viande et sont translucides)

Normalement, les oignons ont absorbés sucs de cuisson de la viande et sauce et votre sauteuse sera suffisamment nette pour qu'il ne soit pas utile de la nettoyer avant de passer à la suite. Dans la sauteuse, vous versez environ la moitié de l'huile d'olive et vous placez la sauteuse sur feu moyen et vous ajoutez vos aubergines avant d'arroser avec le reste d'huile d'olive. Pourquoi ne pas mettre toute l'huile dès le départ vous demandez vous ? Parce que les aubergines vont littéralement boire toute l'huile. En procédant ainsi, on la répartit mieux ce qui n'empêche pas qu'il faut bien remuer bien tout ça, et le faire rapidement. Enfin on fait cuire pendant 10 mn en remuant régulièrement.
Pendant que les aubergines cuisent, on va s'occuper du poivron. On prend donc un beau poivron d'environ 200g et on l'épluche à l'épluche tomate si on en a un, à l'épluche légume sinon. On coupe les 2 extrémités, puis on le tranche en 2. On peut alors enlever facilement les pépins et le détailler en petits bâtonnets.

IMG_2625IMG_2626

Nos aubergines ont cuits pendant 10 mn, on va pouvoir leur ajouter les oignons et les bâtonnets de poivron. On sale (un peu), on poivre (un peu aussi) et on mélange bien.

IMG_2627

On ajoute la viande et on remélange. On préparer enfin la sauce en mettant dans un bol la sauce worcestershire et la moutarde et en mélangeant tout ça à la cuillère magique ou au fouet jusqu'à ce que la moutarde soit bien dissoute.

IMG_2629

On verse dans la sauteuse (vous verrez, on a l'impression qu'on aura jamais assez de sauce pour faire longuement mijoté tout ça) et on place celle-ci sur feu fort jusqu'à ébullition.

IMG_2630

On a ajouté la sauce mais ce ne se voit pas vraiment.

IMG_2631

Il faut bien chercher pour la trouver

Dès que ça bout, on met le couvercle en place et on redescend le feu en position 2 (pour moi, à voir pour vous). Et c'est parti pour 1h de cuisson. Au bout de ce temps, les aubergines ont rendu leur eau et on a plus de sauce qu'il n'en faut.

IMG_2633

Après 1h, on a largement assez de sauce pour faire longuement mijoté.

On remonte donc le feu en position 3 et c'est parti pour 3h de cuisson supplémentaire. Au bout de ce temps, la viande est tendre et les aubergines bien compotées mais l'aspect du plat n'est pas encore brillant car il reste trop d'eau.

IMG_2634

Après 3h supplémentaires, les aubergines ont bien compoté et le plat commence à prendre un aspect brillant

On va donc poursuivre la cuisson sans couvercle environ 30mn, une durée à adapter afin d'obtenir la bonne réduction de la sauce.
Et voilà, il ne reste plus qu'à se régaler.
Comme accompagnement de ce plat, vous pouvez servir avec des pois chiches comme suggéré par Valérie mais aussi des pâtes, de la semoule ou simplement des haricots verts, c'est absolument délicieux !

Posté par reyhaziel à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mardi 31 juillet 2018

Opération Déstockage # 15 : Ca gaze ... ou pas !

Il fait beau, il fait chaud, j'ai une tonne de boulot et des tas de kilos en trop (merci au régime sandwich depuis 3 semaines) sans compter les lessives en retard à gogo. Du coup, j'ai plus rien à me mettre sur le dos !

Alors bien sûr, j'aurais pu me mettre à jour dans mes lessives. J'y ai pensé d'ailleurs, j'avais même commencé (si si je vous jure). Mais Couturus m'a convaincu que me coudre une nouvelle petite robe serait bien plus efficace et rapide. Et comme je suis d'une naïveté abyssale (et d'une fainéantise question lessive encore pire), j'avoue n'avoir pas été bien difficile à convaincre. D'autant que dormait dans mes placards le tissu idéal pour une robe spéciale canicule : un beau petit coupon de double gaze de coton fleurie. C'est vrai quoi, la double gaze, il n'y a pas mieux quand il fait chaud. C'est tout doux, c'est tout léger, c'est super confortable. Je suis une adapte inconditionnelle même si j'ai beaucoup de mal à en trouver avec des motifs qui me plaisent. Son seul défaut : c'est un tissu un peu fragile qui supporte très très mal le découd-vite.

Restait à trouver le modèle à coudre et j'étais en manque sérieux d'inspiration. Jusqu'à ce que je tombe sur les dernières réalisations de Sakiko, une robe issue du Tendance Couture n°16 (le modèle 41 sans les manches), un modèle que j'avais déjà repéré puis oublié mais qui m'apparut soudain comme une évidence pour mon coupon. En plus, j'avais juste assez de tissu pour la faire et le patron était disponible dans ma taille, un 42. C'était forcément un signe ! Couturus avait raison : à bas la lessive et sus à la nouvelle robe !

IMG_8894

J'ai donc commencé immédiatement à recopier le patron. Et là, j'aurais dû me douter que Couturus m'avait pipeauté et que finalement, faire la lessive aurait été bien plus rapide et efficace. D'abord parce que recopier un patron violet clair mélangé avec des lignes noires, bleues foncées et rouges, c'est pas évident évident. Ensuite parce que sur le plan de coupe, la pièce 19 correspond à la fois au fond de poche et au devant de la jupe alors qu'elle a le n°18 sur la liste des pièces à recopier. Et puis, parce que le patron de la poche justement manque sur la planche de patron. Enfin parce que pour une raison qui m'échappe, le bustier devant est en 2 morceaux alors que la parmenture est en un seul morceau. Bref, tout ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille mais non. Parfaitement lobotomisée par un Couturus sur un petit nuage à l'idée de coudre enfin une petite robe et dans une matière qu'il adore, j'y suis allée sans me poser aucune question et sans réaliser le moindre ajustement dans le patron.

J'ai donc coupé mes pièces, assemblé, piqué, surpiqué, admiré, continué et une fois la robe pratiquement finie, j'ai essayé. Et là, là, j'ai pleuré ! Si si, c'était une vraie catastrophe. Le corsage était visiblement trop large, baillait complètement et tombait n'importe comment. Le décolleté était tellement profond qu'il devenait soutien-gorge incompatible. La ceinture, elle, n'était pas assez large. En gros, il n'y avait que la jupe qui tombait bien grâce à des petits plis plats au lieu de fronces (ça faisait pas très joli les fronces, trop bouffant) et elle était pile à la bonne longueur. Bref, au premier abord, il n'y avait rien à en tirer de cette robe ! Et Chéri, qui avait assisté au premier essayage, était mort de rire.

J'ai donc roulé ma robe en boule, je l'ai jeté dans un coin et je suis partie me coucher bien décidée à me remettre à la lessive dès le lendemain matin. Sauf que, bon, c'était de la double gaze quand même ce tissu. Et c'est trop bien la double gaze ! Alors j'ai déroulé la robe, je l'ai bien regardé, je l'ai enfilé sur Madonna malgré ses protestations et j'ai bidouillé. Comme d'habitude, j'ai pu constater que les modèles Tendance Couture ont une taille placée trop bas pour mon petit mètre cinquante cinq (si j'avais été moins pressée, j'y aurai pensé et j'aurai eu moins de problème). Comme les emmanchures étaient un peu trop grandes, j'ai pu réduire la hauteur de buste par le haut. En gros, j'ai réduit de 2 cm la hauteur en reprenant la couture d'épaule ce qui présentait le double avantage de ne pas avoir à découdre toute la ceinture (la double gaze n'y aurait pas résisté) et de réduire d'autant la profondeur du décolleté qui devenait acceptable mais baillait toujours autant. J'ai donc aussi dû créer des plis qui ont entièrement modifié la forme du décolleté simplement pour que le corsage ne baille plus et tombe à peu près correctement.

IMG_2614

Plus vraiment un décolleté en V n'est-il pas !

Restait le problème de la ceinture, pas vraiment possible à changer sans tout abîmer. C'est là que j'ai pensé aux pinces. Oui, vous savez, quand on veut cintrer davantage un vêtement, en particulier au niveau de la cambrure des reins, on peut faire des pinces. Ben là, j'ai fait exactement l'inverse sur une des coutures latérales. Au lieu d'enlever un morceau de tissu en forme de navette pour cintrer, j'ai ajouté un morceau de tissu en forme de navette. Cela me permettait de gagner les 2 cm d'aisance qui me manquaient au niveau de la ceinture sans augmenter la largeur du corsage à la poitrine (que j'avais déjà eu du mal à réduire) ni celle de la jupe où ce n'était pas du tout nécessaire.

IMG_2613

Ma petite navette de tissu rajoutée sur le coté

Au final, après 3 jours de retouche, j'ai obtenu une petite robe mettable (à condition de ne pas y regarder de trop près non plus), confortable et très agréable à porter par temps chaud. Mais qui ne ressemble plus du tout à celle que je pensais me faire.

IMG_2609IMG_2610IMG_2611

IMG_2618IMG_2620

Et voici donc ma participation à l'Opération Déstockage de Scrapaboom, avec un peu de retard pour cause de photos impossibles à publier (une horreur, rien que des carrés blancs j'avais et j'ai toujours pas compris pourquoi).

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 24 juillet 2018

Azraël a des goûts douteux

J'ai toujours eu conscience que les monstros avaient des goûts plutôt particuliers et qu'avec leur patience angélique et leur amour inconditionnel de la culture sous toutes ses formes (teuf teuf teuf excusez-moi, je m'étouffe à écrire des inepties pareilles), élargir leur horizon culturel serait simple comme bonjour (Aieeuux ! Ça fait mal ! Désolée, je viens de me faire foudroyer pour mensonge éhonté).

Mais franchement, je ne m'attendais quand même pas à ça. Car hier, Azraël était tranquillement en train d'hiberner dans sa grotte (alias sa maison en carton au milieu du salon car oui, elle résiste toujours, encore debout malgré travaux et tremblements de terre, perçage de trou d'espion, installation/désinstallation de toit, j'en passe et des meilleurs) pendant que Chéri regardait une émission sportive quelconque quand soudain, voilà qu'il sort en trombe de son carton et se plante devant la télé.

Ben Azraël, qu'est-ce qui se passe ?

Waouh, elle est trop bien cette chanson !

Ah bon, tu trouves ? Et c'est quoi qui te plaît ? La musique ? Les paroles ?

Les paroles ! Elles sont trop marrantes ! Ooooh, c'est fini. On peut l'écouter encore ?

Ah non, c'est pas possible. C'est la télé là.

Ooooohhhhhh !

(larmoyant à souhait et yeux de cocker en prime)

Mais je peux le mettre sur la tablette si tu veux

OUUUUIIIIII !

Mais quel est donc ce chef d'oeuvre de l'art lyrique qui passionne ainsi Azraël vous demandez-vous littéralement dévoré de curiosité ?  Et bien c'est ça !

Eh non, vous ne rêvez pas. Il s'agit bien de la pub pour le service à table de Mac Do ! Non mais franchement, il a pas des goûts musicaux douteux cet enfant quand même. Bien évidement, Azraël s'est empressé de réintégrer sa grotte afin d'y regarder la pub en boucle histoire de bien s'imprégner des paroles (et surtout les retenir histoire de m'en faire profiter à mon retour du boulot). Quand soudain, le voilà qui en ressort en trombe, oui encore, et se plante devant son père (toujours devant la même émission de sport).

Ben qu'est-ce qui se passe Azraël ?

J'AI COMPRIS !

...

(silence interloqué de Chéri cherchant à comprendre ce qu'Azraël pourrait bien avoir compris mais n'y comprenant que cht'i)

En fait, les objets y sont jaloux parce que les gens y préfèrent manger au Mac Do au lieu de jouer avec eux.

Paroles dignes des plus grands analystes publicitaires suivies d'une réintégration de grotte immédiate et d'un retour dans un état d'hybernation avancé.  Et d'après vous, qui c'est qui s'est tapé la pub Mac Do en boucle dans la voiture sur le chemin vers la pédo psy, pub chanté sur tous les tons, si si, tous les tons, du plus grave au plus aigu et avec mission de noter les interprétations pour trouver la meilleure. Hein, qui c'est ?

Posté par reyhaziel à 23:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 20 juillet 2018

Le samedi, on a la patate

De temps en temps - c'est rare - mais de temps en temps, je me souviens qu'il n'y a pas que la pâtisserie dans la vie d'une cuisinière. Et puis de temps en temps - mais c'est encore plus rare - je me souviens que le bonheur d'un homme (un grand, un vrai, Chéri quoi, pas les monstros) passe aussi par son estomac. Et puis de temps en temps - mais là, c'est exceptionnel - Chéri justement regarde par dessus mon épaule quand je surfe sur les sites de cuisine pour trouver la recette du prochain gâteau que j'ai envie de tenter.

Du coup, vous pensez bien que ça arrive à peu près tous les 36 du mois mais il arrive (et là je m'attends au minimum à ce qu'un astéroïde tombe sur la maison ou que les martiens débarquent) que Chéri prenne en main la souris pour regarder de plus près une recette et là :

Waouuuh, dis donc, elle donne drôlement envie cette photo. Ça a l'air vachement bon !

Huuum, fais voir ? Ah c'est des hasseldoff potatoes. Pourquoi ?

Tu voudrais pas en faire ? Au lieu du Saint Honoré.

Et voilà comment on se retrouve à cuisiner des pommes de terre en accordéon au lieu de choux à crème pâtissière. Ceci dit, je vous rassure, je ne les ai pas servi pour le goûter. Je ne suis pas suicidaire (encore que ça peut se discuter) et les monstros m'auraient probablement lyncher si je l'avais fait vu que l'un a horreur des patates et que les 2 ont horreur de l'ail, les 2 piliers de cette recette. Comme souvent pour les recettes que je tente, celle-ci est inspirée de la recette de maîtresse Valérie mais adaptée pour satisfaire aux goûts de Chéri (exit les anchois par exemple qu'il apprécie à peu près autant que les épinards à l'eau et les choux de Bruxelles). Comparativement à sa recette, celle-ci comprend plus de sauce et moins d'ail.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_674

Ce que je trouve particulièrement sympathique dans cette recette, c'est qu'on n'a pas à éplucher les pommes de terre vu qu'elles se cuisent avec la peau. Ca fait du boulot en moins, ce qui est appréciable surtout quand on est réfractaire à la corvée d'pluche. Attention toutefois à choisir des pommes de terre à peau fine afin que ce ne soit pas désagréable en bouche après cuisson. On fera également attention à la taille des patates. Pas trop petites parce que sinon c'est galère à couper en accordéon (mais ça se fait) et pas trop grosses sinon vous allez avoir du mal à les cuire à coeur. Des patates moyennes, voilà donc ce qu'il vous faut. Vous ne visualisez pas bien la taille de la patate ? Prenez un oeuf alors. Ben il faut que votre patate ait une taille comprise entre une à 2 fois celle d'un oeuf.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_673

Quelques pommes de terre accompagnant une escalope de poulet histoire de se rendre mieux compte de leur taille

Outre le fait que ce mode de cuisson fait de votre plat de patates un truc plutôt sympa à regarder qui ne détonnera certainement au milieu d'un repas raffiné, elle sont vraiment délicieuses pour peu que vous aimiez les plats sentant bien l'ail. Sinon, si vous êtes du style vampire, fuyez, vous n'y résisterez pas. Allez, c'est parti pour la recette.

Hasselback Potatoes (pour 3-4 personnes, selon votre gourmandise et l'accompagnement éventuel) :

  • 600g de pommes de terre pas trop grosses
  • 80g de beurre salé
  • 200g de crème liquide entière
  • 150g de bouillon (de poulet, de volaille ou de légumes)
  • 30g de parmesan râpé (avec du frais, c'est meilleur mais du tout prêt va très bien aussi)
  • 2 gousses d'ail
  • Quelques branches de thym et 3 feuilles de laurier sauce
  • Poivre

On commence par couper les pommes de terre en accordéon (surtout, on ne les épluche pas), c'est-à-dire qu'on y pratique des entailles sur pratiquement toute leur épaisseur, entailles espacées de 3-4 mm. Pour éviter de trancher complètement la pomme de terre et de se retrouver avec des tranches donc au lieu d'un bel accordéon, il suffit de placer la pomme de terre entre 2 baguettes japonaises et d'utiliser un couteau assez long pour prendre appui sur les 2 baguettes en même quand on tranche la pomme de terre.

Une fois coupées, on lave soigneusement les patates, en écartant bien les entailles de l'accordéon de façon à enlever l'amidon. Ceci permettra aux entailles de bien s'ouvrir pendant la cuisson. Ca n'a l'air de rien mais c'est important car, d'une part, esthétiquement, c'est plus joli, mais surtout, si les entailles restent collées, la pomme de terre a beaucoup plus de mal à cuire. Une fois lavées, on les essuie puis on fait fond au micro-onde les 80g de beurre salé.

C'est le moment de mettre son four à chauffer en chaleur tournante à 160°C. Une fois le beurre fondu, on badigeonne généreusement les pommes de terre avec, en tâchant de bien faire entrer le beurre dans les entailles. On dispose les pommes de terre enduites de beurre dans un plat allant au four et on arrose avec le restant du beurre (s'il en reste). Et hop, au four pour 45 mn. On surveillera la cuisson sur la fin. Les pommes de terre doivent être tendre mais pas colorées car la cuisson n'est pas encore terminée. On n'hésitera pas à les arroser avec le beurre de temps en temps et si elles semblent trop se dessécher, on peut les couvrir avec un film aluminium.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_66e

Une fois cette pré-cuisson terminée, on sort le plat du four, on met les pommes de terre de côté en laissant bien s'écouler le beurre que l'on va jeter (oui, je sais, c'est un peu gâché mais on ne garde pas le beurre, ce serait beaucoup trop gras sinon), on monte le four à 180°C et on nettoie son plat. On y verse alors les 200g de crème, les 150g de bouillon, les 2 gousses d'ail râpées à la microplane ou avec une râpe très fine et les 30g de parmesan râpé.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_66f

On mélange bien puis on ajoute enfin thym et laurier sauce et on poivre à son goût.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_670

On dispose les pommes de terre pré-cuites dans cette sauce et on remet le plat au four pour 30 mn.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_671

Après 30 mn, la sauce a réduit et s'est épaissi. Les pommes de terre ont fini de cuire et sont devenues bien fondantes. Il n'y a plus qu'à servir bien chaud et à se régaler.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_672

Ces pommes de terre sont meilleures quand on les déguste immédiatement à la sortie du four mais restent délicieuses réchauffer le lendemain. Il faut simplement prendre soin de les conserver dans une boite hermétique pour éviter de parfumer son frigo à l'ail et que la sauce se dessèche.

Posté par reyhaziel à 23:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 13 juillet 2018

Sacs en série

Ça se passait la semaine dernière (oui, je suis un chouia à la bourre question mise à jour de ce blog), mardi soir pour être précise. Les monstros étaient officiellement en vacances. Eh oui, leur école a fermé avec un peu d'avance pour cause de grands travaux mais comme ça fait un an qu'on était prévenu, on a eu le temps de prendre nos précautions. Enfin en théorie. Parce qu'avec ma petite tête, j'ai brutalement réalisé le dimanche précédent qu'il ne me restait que 3 jours avant la fin de l'école et que j'avais aucun cadeau de prêts pour les maîtresses et l'AVS de ma chère progéniture (et même pas d'idée de cadeau en plus). Et aussi qu'il ne restait que 6 jours avant la fête d'anniversaire d'Azraël et que je n'avais pas fait la moitié du boulot. Et le pire, c'est que je ne savais toujours pas exactement combien d'enfants seraient présents et que je n'avais aucun cadeau pour lui en stock non plus (sauf la piscine déjà en fonction offerte par Inferno Gran Mom et qui nous sauve bien la vie avec la canicule qu'il fait par chez nous en ce moment).

Bref, c'était panique à bord. L'horreur totale ! J'en étais même à me demander si je n'allais pas foncer au magasin le plus proche acheté un truc vite fait. LA HONTE ! Même que je l'ai fait en partie, à l'incrédulité la plus totale de Kokeshi (rapport au fait qu'elle m'a commandé des boucles d'oreille kokeshi), la maman d'un copain de Gargamel. Eh oui, pour une fois, j'ai osé acheter des boîtes de chocolat chez un chocolatier bien connu (chuuuut, je fais pas de pub). Quoi ? Tu les as pas fait ? Mais tu fais tout toi-même d'habitude ! qu'elle m'a dit. Mais heureusement, chez les Inferno, la horde démoniaque ne connaît aucun repos et c'est avec un plaisir évident que Pinterestus et Couturus se sont alliés pour me fournir une solution (au plus grand dépit de Conservatus qui espérait bien profité de l'occasion pour me faire acheter un tas de trucs inutiles et encombrants au possible). J'ai donc immédiatement pu rassurer Kokeshi qui voyait son univers s'effondrer et mon piédestal se fissurer. Mais si, j'avais quand même fait un truc de mes blanches mimines.

L'idée de génie (à ce niveau de panique et d'urgence, seul le génie pouvait apporter une solution) a donc été fournie par Pinterestus : ce serait un sac ! Oui, je sais, encooooore. Mais pas n'importe quel sac. Un sac dans un sac. Vous voyez pas ? Mais si, ce truc à la mode. Le sac pour les courses que, quand vous le pliez, il se range dans un sac cousu dessus (ou dedans, c'est selon). Comme ça, il devient une petite pochette qu'on met facilement dans son sac (à main celui-là).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6a3

Le sac rangé dans sa pochette

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_69b

Le sac prêt à être utilisé

Bon ok, ça fait beaucoup de sacs et ça a l'air compliqué c't'affaire mais en fait, c'est tout simple. Le tuto du sac vient des Lubies de Louise (ses tutos sont généralement très bien faits et très accessibles aux débutants). J'avais donc l'idée mais quid des tissus. C'est qu'il en faut quand même pour coudre 3 sacs et farfouiller dans mon énorme sac (oui, encore un) de chutes ne me tentait pas trop. C'est là que je me suis rappelée qu'Inferno Gran Mom et Kokeshi m'avaient toutes les 2 donné il y a un moment des restes de tissu. Il y avait un peu de tout, des petits et des tout petits coupons et puis quelques coupons de dimension moyenne. Et là, j'ai trouvé mon bonheur : un tissu rouge avec un motif imprimé en liseré qui serait très chouette (même s'il n'est pas du tout mon style mais comme on dit, à cheval donné ...) pour l'extérieur du sac en plaçant le liseré en bas et un tissu à fond noir et motifs géométrique pour la doublure, tous les 2 assez solides pour que les sacs soient costauds mais assez fin pour pouvoir être pliés assez facilement. Et, cerise sur le gâteau, les 2 coupons étaient assez grands pour que je puisse faire les 3 sacs à l'identique.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6a2UNADJUSTEDNONRAW_thumb_6a6 

Le motif imprimé et le sac bien plié dans son rangement

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_69e

Louise a estimé le temps de réalisation d'un sac à 1h30 environ et c'est effectivement à peu près ça (temps de création du patron inclus) pour un seul sac. Mais le gros avantage de pouvoir faire les 3 sacs dans les 2 mêmes coupons, c'est que ce temps n'est pas à multiplier par 3 pour finir les 3. Il m'a fallu moins d'un après-midi pause goûter incluse pour finir mes petits cadeaux.

Niveau difficulté, il n'y en a pas à la réalisation. En fait, le seul problème c'est de savoir comment plier le grand sac pour le faire rentrer dans le petit sac. Et comme j'ai oublié de faire des photos du pliage, vous resterez dans le flou jusqu'à ce que vous réalisiez le votre. Désolée !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_69f

La pochette cousue à l'intérieur du sac à courses

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_69d

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_69c

Le rabat servant à fermer la pochette permet aussi de fermer le sac à courses.

Je suis plutôt contente du résultat dont j'ai douté jusqu'au dernier moment (parce que vraiment, ce tissu rouge, c'est pas mon style et que j'ai énormément de mal à coudre un tissu que je ne prendrais pas pour moi) et ils ont beaucoup plus à leurs destinataires ce qui est bien le principal.

Posté par reyhaziel à 23:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 10 juillet 2018

Un anniversaire Détective Party

Inutile d'appeler la police, de lancer une alerte enlèvement, de crier au meurtre ni de visiter les hôpitaux de la région. Je n'ai pas disparu et j'ai même survécu (de justesse) à la Détective Party d'anniversaire d'Azraël. J'ai simplement été débordée par les préparatifs, pourtant nettement plus simples que ceux de son anniversaire Harry Potter, mais il faut dire que tout s'est ligué pour me compliquer la tâche. A commencer par les monstros eux-mêmes et tout particulièrement Gargamel. D'ailleurs, pendant que j'y pense, si vous aussi vous avez un enfant particulier à la maison, soyez rassuré. Ils font leur crises d'adolescence exactement comme les enfants ordinaires et sont tout aussi insupportables !

Comme je vous le disais dans mon post précédent, cette année, pour son anniversaire, Azraël voulait résoudre un mystère et c'est donc une Détective Party que j'ai organisé et dont je me propose de vous livrer tous les secrets. Plantons donc le décor.

Notre histoire se passe dans le très sélect musée égyptien de Villebon. Comment ? Vous ne saviez pas qu'il y avait un musée égyptien à Villebon? Eh bien si, mais il est réservé à une petite élite ce qui fait qu'il n'est guère connu et pourtant, on y expose un trésor inestimable ... le trésor de Toutanbonbon ! Un trésor sur lequel veille amoureusement la conservatrice, Mme La Puce et son assistant M. Chéri.

IMG_2490

La salle d'exposition du musée dont la pièce maîtresse est le fameux sarcophage de Toutanbonbon

IMG_2491

Le sablier géant a été découvert lors de fouilles archéologiques chez Casa. Le bandeau, la croix ank et la gravure d'Horus lors du chantier pharaonique du plus grand site archéologique du monde connu, le célèbre site de WOUEB.

De vulgaires copies de ces inestimables trésors sont disponibles dans notre boutique en fin de post.

IMG_2492

Les photophores dorés à l'or 24 carats garantis sans facture et leurs bougies électriques d'époque ont également été découverts lors des fouilles à Casa. Les colonnes pyramidales viennent de Woueb, tout comme la gravure d'Anubis et les papyrus de la photo ci-dessous. La statue du dieu Horus vient du trésor personnel de Mme La Puce et dont l'origine qui se perd dans la nuit des temps.

IMG_2493

Mais un beau matin de juillet, notre trésor disparaît, volé par le plus célèbre voleur de trésors gourmands, le redoutable Becsucré. Plutôt que de faire appel à la police (franchement, ça aurait tout de même été plus logique non ? Vous trouvez pas ça bizarre vous ?), Mme La Puce décida d'engager une équipe de petits détectives pour mener l'enquête et retrouver le trésor.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_690

On admirera le fabuleux sarcophage réalisé dans les matériaux les plus précieux et les plus nobles : coffrage en pur carton, plaquage en pur nacre de peinture acrylique blanche, gravures, dorures et autres incrustations en feutres Giotto décors métal et décors matérials.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_691

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_692

Sarcophage assemblé et scellé à la colle chaude homologuée par les prêtres d'Anubis garantie à l'épreuve des mimines inquisitrices de détectives trop curieux et/ou trop gourmands

Immédiatement, elle lança les invitations sous forme de loupes plastifiées et d'étiquettes à indice. Et comme elle est sympa, au cas où vous aussi vous auriez besoin de faire appel à une bande de détectives en culottes courtes (ou longues, ça dépend de la météo en fait), elle vous file le modèle au format powerpoint de ses invits à télécharger : invitation_modele.

IMG_2878

Visiblement, Becsucré ne l'entendait pas de cette oreille. Usant des stratagèmes les plus déloyaux (vacances, mariage et j'en passe), il chercha à mettre hors d'état de lui nuire notre fine équipe, éclaircissant progressivement ses rangs mais 5 d'entre eux résistèrent à toutes ses manoeuvres pour rejoindre finalement le lieu de l'enquête. Une pugnacité digne d'éloges mais insuffisantes pour convaincre notre conservatrice de la valeur d'enquêteurs de nos petits détectives. Elle décida donc de commencer par les mettre à l'épreuve en testant leur sens de l'observation et leur intuition.

Nos petits détectives ont ainsi dû retrouver un panda perdu au milieu de bonshommes de neige, des visages cachés dans une image, décodé des rubans codés et reconnaître les ombres de différents animaux.

jeu test

Silhouettes à identifier et rubans à décoder

jeu test2

Chercher le panda et les visages

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_694

Le principe du ruban à décoder : on enroule un ruban de papier sur un cylindre, on écrit un message dessus. Et quand le ruban est déroulé, le message n'est plus lisible. Pour le décoder, il suffit de l'enrouler à nouveau sur un cylindre de même taille que celui utilisé pour l'écrire.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_695

Une fois la démonstration de leurs aptitudes faite, Mme La Puce a bien dû s'incliner et leur distribuer leur équipement de détective, rangé dans des petits sacs de détective, avant de les conduire sur les lieux du crime.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_689

L'équipement de nos détectives et la casquette de détective d'Azraël dégotée au marché

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_68b

Détails de l'équipement du détective amateur : la pipe bien sûr (trouvée pour moins de 2€ chez oofete), des stylos à encre invisible qui apparaît à la lumière UV fournie dans le capuchon du stylo (trouvé chez amazon pour 1€ le stylo, il faut bien comparer les annonces car les prix varient d'un jour à l'autre et d'un fournisseur à l'autre), des crayons pour noter (récup de chez Ikéa), des escargots mètre ruban pour arpenter le jardin (trouvés chez Toto et à la maison d'Ursule), des loupes (chez amazon encore pour moins de 1€ par loupe) et des calepins.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_682

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_685UNADJUSTEDNONRAW_thumb_686

Petit sac réalisé dans un tissu d'ameublement choisi par Azraël chez Toto

Là, notre fine équipe a découvert une photo. En observant la photo et en la comparant au lieu du crime, 2 différences leur ont immédiatement sauté aux yeux : le sarcophage avait disparu et un papier blanc dépassait de dessous les papyrus. C'était un défi lancé par Becsucré et la première épreuve d'un jeu de piste devant leur faire parcourir l'intégralité du globe (le globe s'étant momentanément réduit à la surface de notre seul jardin, c'est ça la magie des fées du logis puisque je vous rappelle que je suis une vraie fée 100% garantie fée du logis).

IMG_2495

Vue d'une partie des éléments du jeu de piste

Leur première mission consistait donc simplement à retrouver leurs chiens policiers (lesquels les attendant sagement dans la cabane de jardin des enfants faisant provisoirement office de niche). Et comme ce sont des petits chiens très intelligents, ils avaient déjà dégoté l'indice suivant : un ruban à décoder (ben oui, vous pensiez quand même pas qu'on les avait entraînés au décodage de rubans juste pour le fun !). Et hop, en route pour le noyer au fond du jardin où ils ont découvert le rébus, lequel les a expédié à la recherche des capsules jaunes d'oeufs kinder du coté du sapin.

IMG_2496

Chaque capsule contenait un morceau de papier blanc numéroté. Une fois assemblés façon puzzle et éclairés avec les lampes des stylos à encre invisible, on voyait apparaître le dessin du portique du jardin et de son toboggan où nos petits détectives ont découvert une grille de mots à décoder et ses cartes de décodage.

IMG_2500

IMG_2501

Becsucré étant un sacré roublard, le décodage de la grille n'envoyait nulle part. Chaque carte de décodage permettait en fait de découvrir une des phrases d'une charade et c'est la résolution de la charade qui permettait de trouver le lieu du prochain indice. Après avoir découvert l'identité de Becsucré qui n'était autre que Mme La Puce (aaaahhhh, c'est donc pour ça qu'elle ne voulait pas appeler la police !) qui voulait se boulotter l'intégralité du trésor à elle toute seule, récupéré sa carte au trésor et suivi ses instructions en arpentant le jardin avec leur mètre ruban, ils ont fini par découvrir la cachette du sarcophage, éventrer ce dernier (si si éventer, y a plus de respect des antiquités ma bonne dame) et récupérer le fabuleux trésor.

Toutes ces déambulations ayant aiguisées les appétits, et pour se faire pardonner ses méfaits, Mme La Puce a immédiatement sorti le gâteau d'anniversaire, gâteau réalisé selon le cahier des charges du détective Azraël.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_699

Enfin, épuisés par ces années mois heures bon ok cette heure d'enquête, nos petits détectives ont choisi de clôturer en beauté leur carrière en prenant une retraite bien méritée à Villebon Plage. Ce seront d'ailleurs les seules photos de notre fine équipe, un incident majeur impliquant un Gargamel en plein pétage de plomb, son petit frère qui n'a rien vu venir (et moi non plus d'ailleurs) et l'allée en béton du jardin ayant obligé mon photographe désigné, Chéri, à s'exiler avec Gargamel dans les profondeurs de la maison. Il faut dire qu'avec 2 genoux abîmés, un avant bras et un coude sanguinolent et un front doté de couleurs absolument pas naturelles, ce pauvre Azraël en avait déjà vu suffisamment de toutes les couleurs comme ça pour ne prendre aucun risque. Mais du coup, impossible de prendre des photos tout en aidant les enfants à résoudre les énigmes.

IMG_2508

IMG_2509

Le gros avantage de la piscine, surtout quand il fait 30°C à l'ombre, c'est que ça occupe bien les détectives, même à la retraite,  avec un minimum de participation de notre part (juste un peu de surveillance) et que, comme la cuisine et la salle à manger donnent directement sur la terrasse où elle est installé, on a pu tout ranger avec Chéri tout en gardant un oeil sur eux. Ce qui nous évitait d'avoir à attendre le départ des enfants pour le faire. Et pouvoir se reposer dès tout ce petit monde parti, c'est très appréciable vous pouvez me croire. Au final (et malgré l'incident avec son frère), Azraël a été ravi de sa fête d'anniversaire et visiblement, ses petits camarades également. Reste maintenant à trouver une nouvelle idée pour sa prochaine fête, pas forcément d'anniversaire d'ailleurs vu qu'il veut remettre ça avant vu que quand même, il m'énerve trop Gargamel et il m'a tout gâché !

Boutique du musée égyptien de Villebon - Grande braderie annuelle : tout doit être téléchargé

horus

egpytianheadband_color2

croix_ank

colonne_pyramide

anubis

papyrus_ank

papyrus

Épreuves préliminaires pour détectives en herbe : image_jeu_observation1 et image_jeu_observation2

Posté par reyhaziel à 22:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 30 juin 2018

Opération Déstockage # 14 : un déstockage qui a du chien !

Nous sommes le 30 juin, le mois de Juillet approche à grand pas transportant dans son sillage les beaux jours et surtout, surtout, l'anniversaire d'Azraël. Pour la 3ème année consécutive, je me suis donc décidée à fêter dignement ce grand évènement avec organisation d'une fiesta à thème à la maison. Et puis ça nous changera des gulli parc et autres royal kid qui semblent être la grande mode en matière de fêtes d'anniversaire cette année. Attention, je ne jette la pierre à personne, les monstros ont toujours été plus que ravis de s'y rendre et c'est vrai que l'idée de ne rien avoir à ranger une fois la fête finie est très séduisante. Mais l'environnement est définitivement trop bruyant pour moi et puis je n'apprécie pas trop l'idée qu'on m'impose le gâteau, les boisson, les bonbons, le moment auquel manger, boire et ouvrir les cadeaux avant de me demander plus ou moins gentiment de débarrasser les lieux (si si, je vous jure, dans certains parcs, on vous met littéralement à la porte même que les parents du héros du jour ils étaient dégoûtés !). Cette année encore donc, la fête d'anniversaire d'Azraël se déroulerait à la maison et bien sûr, je lui ai demandé d'en choisir le thème.

Ainsi donc, après l'anniversaire Kermesse et l'anniversaire Harry Potter, voici venir l'anniversaire Détective Party ! Au programme, un grand mystère à résoudre pour une bande de 5 détectives en culotte courte. Mais on y reviendra dans un prochain post parce que sinon, celui-ci va encore atteindre une longueur astronomique.

Parmi les exigences de ma progéniture, outre le mystère à résoudre, il y avait le déguisement de détective. Sir Azraël voulait impérativement loupe, pipe et casquette pour tout le monde. Si les 2 premiers éléments n'ont pas posé de problèmes (merci Gougleu), pour la casquette, j'avoue ne pas avoir été motivée pour 2 sous. Pas envie d'en coudre une seule, d'autant que j'aurais dû me mettre en quête de tissu à carreaux type tweed dont j'ai horreur (ceci explique probablement cela d'ailleurs). Devant l'air dépité de Sir Azraël, j'ai proposé en lieu et place de la casquette, un chien policier en peluche pour lui et chacun de ses invités. Une proposition accueillie avec enthousiasme. Sur le moment, je pensais coudre des peluches réalistes. Par là j'entends au niveau des couleurs. Non mais quelle drôle d'idée, je vous le demande. D'un classicisme affligeant à la limite de la ringardise.

Heureusement, Azraël veillait au grain et a immédiatement mis bon ordre à cette horrible faute de goût mettant en péril sa vie sociale pour les décennies à venir en choisissant des tissus nettement plus appropriés, tous en provenance de mon stock de tissus polaire peluche et minky. Et me voilà donc ainsi avec une portée de 5 chiots policiers plus originaux les uns que les autres attendant avec impatience de se résoudre leur première enquête.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_676

De gauche à droite, Clifford le gros chien bleu, le chien Star, le chien Pirate, le chien la tête dans les nuages et le chien psychédélique

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_677

Plus gros que les autres, Clifford est en tissu élastique ce qui a provoqué des problèmes de raccord au niveau de la truffe

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_678

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_679

Et ce pauvre chien Psyché a les yeux et les oreilles de travers, l'épaisseur des yeux ayant provoqué le glissement du tissu à l'assemblage.

Niveau patron, vu que je suis quelque peu débordée (pour changer) et que j'en avais initialement une série de 7 à faire (mais elle s'est réduite à 5, 2 invitées s'étant finalement désistées), je voulais un truc tout simple et rapide à coudre mais qui ressemble quand même à un vrai chien pouvant tenir sur ses 4 pattes. J'ai trouvé le patron idéal sur le blog de Khofr-a-broder : il s'agit de son patron du chien Dora. Un truc tout simple mais qui fait son petit effet. Le patron pdf s'imprime sur 2 feuilles A4 qu'il n'y a plus qu'à assembler. Personnellement, j'ai fait le choix de considérer que des marges de couture de 1cm étaient déjà incluses dans le patron (normalement, il faut les ajouter). Mais comme il est impossible de recopier les patrons sur certains de mes tissus, c'était plus facile de considérer les choses comme ça. Du coup, on obtient une peluche juste assez grande pour ne pas paraître ridicule et suffisamment petite pour ne pas être trop gourmande en tissu et surtout en bourre de garnissage. A condition tout de même de choisir le bon tissu. Niveau temps de réalisation, une fois les pièces coupées, une petite soirée est largement suffisante pour fabriquer votre peluche. Cela peut vous prendre un poil plus de temps si, comme moi, vous voulez faire une truffe en appliqué et que vous fabriquez vous-même les yeux. Mais cela reste rapide et c'est sans problème à la portée des débutants en couture.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_67a

La plaque d'identification nonos

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_67b

La forme générale de la peluche et le collier

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_67d

Gros plan sur les yeux boutons

Niveau tissu donc, pour cette peluche, je vous conseille d'éviter les tissus élastiques parce qu'au remplissage, le tissu va se détendre et qu'il vous faudra énormément de bourre de remplissage pour lui donner une allure qui ressemble à quelque chose. En plus, comme le tissu se déforme, il faut apporter un soin particulier au remplissage pour qu'il soit bien uniforme, faute de quoi, vous allez vous retrouver avec un chien bossu. C'est d'ailleurs une constante pour toutes les peluches. Si vous ne voulez pas de mauvaise surprise (dans le même genre que celle de mon Nostenfer), on prend des tissus non élastique ou alors on les double à la vieseline.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_680

Un petit dernier pour la route, je ne résiste pas

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_681

Dans son patron, Khofr-a-broder utilise de simples boutons pour les yeux. Il me restait une paire d'yeux sécurisés pour peluches dans mon stock que j'ai utilisé pour le chien psychédélique à la demande d'Azraël mais c'était tellement galère ensuite pour assembler la peluche que j'ai décidé de fabriquer des boutons-yeux en fimo pour les autres. Une fois terminée, je me suis rendue compte que ma portée de chiots présentait un défaut majeur : ils étaient tous différents. Hors de question de faire choisir à chaque enfant sa peluche le jour J : pour avoir assisté une fois à un truc du genre, j'ai bien compris que c'était source de conflit garanti. Et puis je tenais à ce qu'Azraël soit certain d'avoir la peluche qu'il préférait. C'est vrai quoi, ce sera quand même SON anniversaire. Du coup, j'ai résolu le problème en lui demandant de choisir auquel de ses invités irait chacun des petits chiens. Avec des chutes de ruban et des boutons pression, j'ai fabriqué des colliers amovibles et avec des chutes de cuir, des plaques d'identification avec le nom des enfants dessus. Comme ça, chaque chiot est déjà attribué mais si les enfants ont envie de se les échanger, ils seront libres de le faire en changeant le collier.

Azraël est tout à fait ravi du résultat, j'espère que ses petits camarades le seront tout autant et voilà qui constitue ma participation au défi Déstockage. Si vous voulez voir les oeuvres des autres déstockeuses, rendez-vous sur le site de Scrapaboom.

Et pour ce qui est du grand mystère à résoudre (une histoire de vol dans un musée, celui d'un trésor pharaonique qu'il paraît, mais on n'a pas la moindre idée de quoi il s'agit), je vous donnerai tous les détails une prochaine fois.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 26 juin 2018

Azraël SDF

Il n'y a pas à dire, les enfants sont des petites bestioles parfois étonnantes. Car autant ils peuvent se passionner et montrer un savoir-faire incroyable pour tous les gadgets hightech que l'on trouve de nos jours, autant ils peuvent également jouer pendant des heures avec un bout de fil et un bâton.

De la même façon, influencé par leurs petits camarades de classe qui déménagent à tout va ou par les travaux dans l'école qui les obligent à déménager leur classe, ils peuvent rapidement devenir des obsessionnels compulsifs du déménagement.

Mamaaaaan, quand est-ce qu'on va dans la nouvelle maison ?

Hein ? Mais de quoi tu me parles ?

Ben oui, quand est-ce qu'on déménage ?

Mais on déménage pas. En tout cas, pas avant un sacré bout de temps !

La semaine prochaine alors

(oui, la notion du sacré bout de temps est toute relative pour Azraël)

Non ! Pas avant plusieurs années. Peut-être même jamais !

On aurait pu penser  que la discussion serait close et d'une certaine façon, elle l'a bien été. Mais entre temps, j'ai reçu par livreur les plaques de mousse EVA destinées à la création des costumes du spectacle de fin d'année, plaques livrées dans un très grand carton. Carton que, comme tous les grands cartons, Azraël s'est immédiatement approprié vu qu'il adore les transformer en ennemis à combattre et les réduire en charpie à grand coup de poing et d'épée. Sauf que cette fois ...

Maman, je peux avoir ton scotch ?

Mon scotch ? Ah tu veux parler du gros rouleau marron (le scotch d'emballage)

Oui c'est ça.

D'accord mais tu veux faire quoi avec ?

Ben construire ma maison !

Et voilà le résultat ! Depuis 15 jours, Azraël habite dans sa nouvelle maison, maison qui trône dans le salon (ce qui est évidemment du plus bel effet lorsque l'on reçoit vous pensez). Il en est tellement fier que, si je l'écoutais, il y prendrait même ses repas !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_66c

Par contre, n'espérez pas qu'il vous invite chez lui. Il a tenté l'expérience avec Gargamel et n'est pas près de recommencer. Il paraîtrait que l'impact gargamelien sur la structure d'une maison en carton s'apparente à un séisme de magnitude 9 sur l'échelle de Richter. Autant vous dire qu'elle a souffert un p'tit poil.

Posté par reyhaziel à 23:21 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

samedi 23 juin 2018

Hommage a une marmotte ...

... ou à un chat, c'est comme on veut. Toujours est-il qu'il y a quelques mois, au détour du blog d'Elisabeth (le bien connu Chat et la marmotte), je suis tombée sur ça :

ob_2285e2_dscn6896

Désolée Elisabeth, je t'ai chourré une photo parce qu'il est vraiment trop beau ton sac !

Troooop beauuuuu ce sac ! Immédiatement, tous mes instincts primaires se sont réveillés et Couturus s'est retrouvé dans un état d'excitation insensé ! Seul mon corset m'a sauvé à l'époque d'une expédition shopping immédiate pour aller acheter de quoi confectionner pareille merveille dans la seconde. Mais l'idée et l'envie sont restées bien présentes.

Il faut dire que ça m'arrive très rarement, mais dès que j'ai vu ce sac, j'ai su très exactement pour qui je voulais le coudre et pour quelle occasion j'allais l'offrir. Il y a des fois comme ça, certaines choses apparaissent comme une évidence. Je savais même dans quelle matière j'allais le faire : du cuir ! Car j'avais dans mes stocks des morceaux de cuir trouvés en solde aux coupons Saint Pierre que je prévoyais justement de transformer en sac.

Sauf que bien sûr, j'avais juste du bleu et du blanc/rose. Pas de quoi faire ce joli pavage coloré. Certes, ce n'est pas le tissu qui manque à la maison et j'aurais pu remplacer les couleurs manquantes par un autre type de tissu mais non, je voulais absolument faire un sac tout en cuir. Alors avec Couturus, on a pris notre mal en patience et surfé régulièrement sur les sites de fournisseurs ou de bonnes affaires (type ebay ou etsy) à la recherche de chutes de cuir dans des coloris variés à un prix abordable. Et après 2 mois de recherche, oui oui, 2 mois, c'est dingue la patience d'un Couturus qui a une idée fixe non ? Après 2 mois donc, c'était bon, on avait de quoi confectionner un joli petit sac tout simple. Enfin tout simple. Je parle de la forme du sac, une forme cabas basique sans poche intérieure ni fermeture. Je le voulais du type fourre-tout ce sac mais assez grand pour y loger des cahiers ou magazine format A4.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_63a

Voilà, un sac cabas tout simple où on peut mettre tout un tas de bazar !

Pour la première face du sac, j'ai donc éhontément copié le sac d'Elisabeth, les surpiqûres des coutures d'assemblage en moins car je craignais de trop abîmer le cuir. Ben oui, mes chutes de cuir étant assez fines (cuir d'habillement de 1 à 1,5 mm d'épaisseur je pense), j'avais peur de le fragiliser à faire trop de petits trous dedans.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_637

Le côté type patchwork : j'ai en fait utiliser exclusivement l'envers de mon cuir pour lui donner un aspect daim.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_63b

Sauf pour le fond où j'ai utilisé l'endroit car cette face est moins salissante que l'envers.

J'étais prête à continuer sur ma lancée avec la seconde face quand j'ai soudain eu envie de changer et de faire un sac bi-face. Pour la seconde, j'ai donc choisi la technique de l'appliqué inversé. Le gros avantage du cuir dans ce domaine, quand on a en plus un excellent cutter sous la main, c'est qu'il est possible de récupérer les découpes faites dans le panneau principal pour s'en resservir comme appliqués dans un autre projet.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_634

 

Le panneau en appliqué inversé. On a en fait découpé le panneau orange et placé derrière les morceaux de cuir colorés à coudre.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_635

La longueur des anses est un tout petit peu limite pour le porter sur l'épaule mais ça passe. Il faut dire que j'ai dû limiter leur longueur à celle de ma plus grande chute. Pour la doublure, n'ayant aucune idée de la solidité de mon cuir, je voulais un tissu assez costaud. J'ai finalement opté pour une chute de toile de Jouy donnée par une copine qui avait pile poil les bonnes dimensions.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_639

J'adore le résultat final et j'envisage sérieusement de m'en faire un pour moi aussi dès que j'aurai le temps (c'est-à-dire pas avant un moment vu que j'ai les cadeaux des maîtresses, les cousettes pour l'anniversaire d'Azraël et plusieurs vêtements pour moi et les monstros à faire avant).

Niveau difficulté technique, le côté patchwork est un peu délicat si on veut quelque chose de bien net, surtout si on fait des courbes au lieu de coutures droites. Je ne le conseillerai donc pas à une débutante, surtout avec un matériau aussi onéreux que le cuir. Par contre, la face en appliqué inversé est d'une simplicité enfantine avec ce type de matériau. Ca gondole pas, ça ne bouge pas quand on coud (et encore moins si, comme moi, vous prenez la précaution de mettre un peu de colle à bâtir pour ne pas avoir à épingler le cuir parce que, comme ça, on ne fait pas de trou dedans).

On dit aussi souvent qu'il faut un pied presseur en Téflon et mettre un papier sous le cuir pour le coudre sinon on l'abime ou alors le mécanisme d'entraînement de la machine n'arrive pas à le faire avancer. Perso, soit j'ai de la chance, soit j'ai une bonne machine mais j'ai gardé mon pied standard et je n'ai rien mis sous le cuir. J'ai simplement veillé à mettre une grande longueur de point et tirer légèrement le cuir pour faciliter son entraînement. Tout s'est très bien passé et rien ne s'est abîmé. Par contre, j'ai utilisé une aiguille spéciale cuir pour éviter la casse, plutôt fine vu qu'à part à certains endroits, j'avais finalement une épaisseur assez réduite à assembler.

Merci à Elisabeth donc pour sa splendide source d'inspiration sans laquelle mon premier sac en cuir attendrait probablement encore que je me décide à le coudre !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 20 juin 2018

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 4

Celles et ceux d'entre vous qui me suivent sur ce blog le savent, niveau couture, je bosse essentiellement pour ma pomme (ben oui quand même, soyons égoïste !), Azraël, ses fiancées et toutes les filles des copines sur lesquelles j'arrive à mettre la main (c'est-à-dire pas assez à mon goût je suis une pauvre frustrée de la robe fillette c'est horrible ma bonne dame).

Et là bien sûr, vous vous insurgez ! Mais pourquoi donc suis-je une Puce indigne qui ne coud jamais rien pour son homme ? Ben parce qu'il veut pas ! Non, je vous jure. J'ai bien demandé mais c'est refus CA TE GO RIQUE ! Et vu la quantité de fringues pour Azraël que je couds déjà, je ne me sens pas frustrée du caleçon ni du pantalon pour 2 sous alors je ne vais pas insister non plus j'aime autant vous le dire.

Mais et Gargamel alors me direz-vous ! Pourquoi faire si peu de vêtements pour lui ? Ben c'est à cause d'une maladie très rare que j'ai attrapé après lui avoir cousu son 5ème jogging. La joggingnïte aiguë qui cause une réaction épidermique virulente avec éruption de pustules, furoncle et tout et tout rien qu'à l'idée de coudre un seul jogging supplémentaire. Ou un T-shirt tout con d'ailleurs, du genre que tu trouverais à moins de 5 € à la supérette du coin. Mon sex-appeal n'ayant aucune chance de résister à une crise de joggingnïte, j'ai donc dû, la mort dans l'âme, renoncer à l'idée de coudre des basiques à Gargamel.

Mais ça, c'était avant Elisabeth et son défi Victor. Et avant que l'improbable se produise : que je dégote le Maison Victor de mai juin 2018 tout à fait par hasard. Et qu'il y ait dedans un splendide patron de polo pour homme ET enfant. Et que le polo taille jusqu'à 16 ans. Et que j'ai justement acheté 2 jours avant chez Toto le restant d'un coupon de jersey au magnifique imprimé cactus d'un petit mètre idéal pour un polo. ET que ... Ah non, ça s'arrête là. Mais bon, c'était un signe du destin à n'en pas douter. Alors ni une ni deux, c'était plié. Pour le défi d'Elisabeth, ce serait un polo Milano pour Gargamel et puis c'est tout ! Faut dire qu'il est vraiment chouette ce patron. Un vrai polo de grand avec patte de boutonnage, joli col, bracelets de manche et petite poche. Et comme j'avais un morceau de jersey vert assorti aux cactus en stock, c'était parfait pour faire le dessous de col, la patte de boutonnage et les bracelets de manche en tissu contrastant avec le fond blanc des cactus. Bref, j'étais remontée à fond, prête à tous les défis !

Allez Couturus, je compte sur toi. On doit réussir ! J'en ai marre des T-shirts, il est grand temps que Gargamel change de style !

Moi je veux bien, mais un polo, c'est plein de boutons. Et Gargamel, il m'semble bien qu'il aime pas les boutons. Même en dessin ! Alors en vrai !

Aie ! C'est vrai ça ! On fait comment alors ?

Des pressions peut-être ?

Nan il aime pas non plus !

Fermeture éclair ?

Il n'en veut que sur les gilets

(oui, Gargamel est très très très psychorigide du vêtement d'où ma mauvaise volonté à coudre pour lui autre chose que des déguisements)

Huuuum, on raccourcit la fente, on la bloque en bas et on laisse ouvrir naturellement sans rien mettre !

Mouaiiiis, ça pourrait marcher. On y va !

Et pour y aller, on y est allé. Enfin, on a essayé parce que pour être parfaitement honnête, j'ai bien passé une semaine à cogiter avant de simplement recopier le patron. Parce que je réfléchissais à cette histoire de fermeture du col ? Que nenni ! C'était tout bonnement parce que je ne comprenais rien de rien aux instructions de montage du col et de la fente d'encolure ni aux repères du patron concernant ces 2 éléments. D'ailleurs, je n'ai toujours rien compris à ce jour et j'y suis allée au petit bonheur en me disant que j'arriverai toujours bien à quelque chose.

Et là, ça a été le carnage ! Pourtant, je jure que j'ai essayé de suivre ces damnées instructions au mieux mais quand j'ai épinglé les pattes de boutonnage à ma fente de col ... horreur totale ! Rien à faire ! La fente n'était pas au milieu de l'encolure mais complètement sur le côté. J'avais inversé les repères de coupe sur le patron. Faut dire honnêtement que moi, quand je vois une ligne pleine et à côté 2 repères indiquant le début et la fin d'une ligne parallèle à la ligne pleine, je me dis qu'on doit couper le long de la ligne pleine et pas entre les 2 repères ! Vous n'auriez pas fait la même chose vous ? Ben apparemment non ! Mais comme j'ai rien compris au montage, j'en jurais pas non plus.

Alors certes, j'aurais pu recommencer. J'ai encore assez de tissu dans mon coupon. Sauf qu'il est tout petit mon coupon et qu'Azraël aimerait bien un truc dans ce qui reste. Et puis ça me cassait les pieds de perdre un morceau de ce beau tissu alors que je n'avais même pas la garantie que Gargamel accepterait de porter le polo au final. Alors j'ai bidouillé et j'ai fini par rattraper le coup. C'est loin d'être parfait mais si on n'y regarde pas de trop près, ça passe.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_64f

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_655

Pour le col, même topo. Avec mes bidouilles, les pièces n'étaient plus franchement raccord (et je vous parle même pas du liseré de col) mais j'ai fini par en tirer quelque chose et j'en suis d'autant plus fière que je n'ai pas la moindre idée du début du commencement du montage normal de la chose.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_651

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_654UNADJUSTEDNONRAW_thumb_650

Heureusement pour le reste, c'était du classique et j'ai donc pu achever sereinement mon ouvrage (bon, j'ai quand même laissé tomber la poche de poitrine). Et là, j'ai eu un choc. La longueur ! Parce que voyez-vous, si au niveau ampleur le 14/16 ans était parfait pour Gargamel et devrait même lui faire un peu de profit, niveau longueur c'est court ! Très court ! Vraiment très très court ! Surtout quand on est habitué aux modèles Ottobre où on passe son temps à raccourcir manche et longueur de buste. Là, si je devais le refaire, je rajouterais bien 10 cm de long. Heureusement, il reste tout à fait portable et j'ai donc pu le mettre sur le dos du bestiaux.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_659UNADJUSTEDNONRAW_thumb_658

Regardes Gargamel. Je t'ai fait un beau polo !

...

(Silence assourdissant du monstros qui scrute le polo sous toutes les coutures à la recherche des boutons honnis !)

Non non, Gargamel, tu peux y aller, il n'y a pas de bouton

...

(silence méfiant d'un monstros qui daigne tout de même enfiler le polo)

Rhoooo, qu'est-ce que t'es beau comme ça mon Gargamel ! Hein Chéri

Oh oui ! Magnifique !

...

(silence perplexe d'un monstros fixant avec une intense concentration la fente d'encolure)

MAMAAAAAAAAN ! IL EST TOUT CASSE ! C'EST PAS MOI ! PARDON MAMAAAAAAAN !

(hurlement déchirant d'un monstros en crise persuadé qu'il a déchiré son nouveau T-shirt parce qu'il y a une grande fente en plein devant)

Bon, c'est très cruel, on en est bien conscient mais sur le coup, avec Chéri, on a éclaté de rire. Et puis on a expliqué à Gargamel que tout était parfaitement normal, que c'était comme ça un polo et qu'il n'avait absolument rien fait de mal. Depuis, le polo est adopté et je sens qu'il va avoir des petits frères. Enfin, dès que j'aurais compris comment monter cette fichue fente !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_65c

Huuuum ? Y a comme un truc sur cette photo !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_65d

Ah oui, y a un Azraël sur cette photo !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_65f

Et un Gargamel qui prend sa revanche !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,