vendredi 28 juillet 2017

Au pays des dragons

Décidément, cette année, c'est l'année du dragon, en tout cas par chez nous. Après Isodore (petit dragon sympathique quand il ne casse pas des poteries en éternuant mais si vous n'avez pas 6-7 ans et n'êtes pas dans la classe d'Azraël vous pouvez pas comprendre), après Céladon, après les bébés dragons d'Hagrid, c'est une véritable invasion de ces énormes lézards qui s'est produite à Paris.

Bien évidemment, dès que Sir Azraël en a entendu parler, il s'est empressé de se porter volontaire pour y mettre bon ordre et renvoyer illico ces fauteurs de troubles au fin fond de leurs grottes. Et puis c'est qu'une convention de dragons, ça interpelle. Vous imaginez un peu la quantité d'or, de bijoux, de pierres précieuses et de demoiselles en détresse qu'on doit y trouver au mètre carré ! Non vraiment, c'était une occasion à ne pas rater. D'autant que Sir Azraël cherche activement sa promise en ce moment !

Secondé par son fidèle compagnon de toujours, j'ai nommé Sir Gargamel, Sir Azraël s'est donc rendu sur le sinistre territoire de DragonLand, dans les terres perdues du Parc des Expositions. Histoire de mettre toutes les chances de son côté et d'être certain de venir à bout des monstres écailleux, il s'est adjoint les services de la terriiiiible sorcière Super Nanny et de la fée Pupuce (nettement moins impressionnante à ce qu'il paraît, me demande si je dois me vexer ou non moi là !). Eh oui, la fée Pupuce ne fait pas que coudre, elle se procure également au marché noir féerique des tickets magiques assurant un accès express à la convention des dragons (bon ok, elle avoue, elle s'est simplement procuré un ticket famille sur le site en ligne de la convention mais n'empêche, ça permet d'éviter de faire la queue à l'entrée et ça revient moins cher). A noter tout de même qu'une convention de dragons, comme on pourrait s'en douter, c'est pas donné (ben oui, le dragon n'est pas franchement réputé pour ses largesses). Il faut donc quand même compter 49€90 pour un pass famille soit 2 adultes et 2 enfants acheté sur place (ajouter 5€ pour un achat en ligne d'un billet coupe-file), 15€90 pour un billet adulte seul et 13€90 pour un billet enfant, toujours acheté sur place (sinon ajouter 2€ par billet cette fois).

C'est donc fièrement, armés de leur seul courage et de leur audiophone spécial enfants (il y en a aussi des "spécial parents" mais je peux pas vous dire la différence car faisant visiblement infiniment moins que mon âge (je ne pensais pas ma crème anti-âge si efficace) j'ai eu droit à la version enfants moi aussi), que mes 2 chevaliers en short (oui, l'usage de la culotte courte se perd de nos jours ma bonne dame) ont franchi le portail d'entrée du monde fascinant des dragons de tous poils (ou plutôt de toutes écailles et toutes plumes).

dragon1

Alors DragonLand, c'est comment ? Ben c'est bien ! Encore que mon sens critique et mon cynisme d'adulte me fasse presque dire qu'un billet un peu moins cher, ça aurait quand même été mieux. Mais bon, on va pas chipoter, de toutes les sorties "culturelles" qu'on a pu faire avec les monstros, c'est celle qui a le mieux marché. Pourquoi je dis ça ? Parce que la visite dure normalement environ 1h30 et qu'on l'a faite en .... TADAM ! 50 mn chrono montre en main. Et pour les monstros, ben croyez moi, c'est un record de lenteur !

Les raisons de ce succès sans précédent ? 2 choses très simples. D'abord, le décor ! Franchement, c'est très bien fait. On se croirait dans des châteaux médiévaux. On franchit des portails de pierre, on monte aux créneaux, on observe les dragons dans leur habitat naturel. Même la première partie de l'expo, nettement plus style musée est sympa.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_442

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_445

Faux squelette de dragon fabriqué avec les os de différents animaux existants.

Ensuite, les audiophones. Contrairement à ceux qu'on a pu tester jusqu'à présent, ils ont vraiment été pensé pour les enfants avec des explications simples, compréhensibles et surtout COURTES ! Du coup, au lieu de s'ennuyer et de cesser rapidement de l'utiliser, les monstros se sont mis à la recherche des panneaux indiquant l'usage de l'audiophone pour passer de commentaires en commentaires. Et rester 2 mn en place le temps d'écouter ce qu'on leur racontait. Et puis bien sûr, il y a tous ces dragons grandeur nature (ou presque) animés. Rien de tel pour retenir l'attention des enfants.

dragon2

Oui hein ! Ça impressionne quand même la hauteur du bestiaux non ?

dragon3

dragon4

Que serait un dragon sans son oeuf ?

dragon5

Ou sans ses multiples têtes ?

Attention toutefois, si ce sont les sensations fortes que vous recherchez, allez voir ailleurs. Certes, ils sont animés mais ça ne va pas très loin. Ça bouge un peu, ça ouvre la gueule et c'est à peu près tout. Je doute fortement qu'il y ait de quoi traumatiser même un tout petit. Pas d'effet de fumée ou de lumière non plus. Mais c'est divertissant et les enfants aiment bien attendre pour voir ce que va faire exactement le dragon. Et personnellement, mon passé de rôliste m'ayant fourni moult informations sur ces monstres écailleux, j'ai quand même réussi à y apprendre 2-3 trucs que je ne connaissais pas.

dragon7

dragon8

Histoire que nos chevaliers puissent prouver leur valeur, il leur est possible d'immortaliser leur victoire sur l'espèce dragonesque grâce à une photo souvenir entièrement GRATUITE (si si) puisqu'elle est prise par vous même avec votre propre appareil. En gros, on vous fournit l'épée et la bestiole à trucider. Les monstros peuvent même démontrer leur maîtrise du dressage en montant un des dits bestiaux et en le faisant tourner en bourrique rond (oui, il y a un petit train dragon entièrement gratuit aussi sur place).

dragon6

dragon9

La visite se clôture bien évidemment avec l'inévitable traversée de la boutique. Mais là encore, ce fut une assez bonne surprise. On y trouve de tout, depuis les boules à neige dragon jusqu'à l'agenda dragon en passant par les calepins genre grimoire et autres figurines. Sans oublier bien évidemment les valeurs sûres (des Crocmou, Harold et autres personnages de la série "Dragon", des épées et boucliers, des livres et même des ombrelles ornées de dragons chinois). Quant aux prix, là aussi, on a de tout. Il est donc tout à fait possible de faire plaisir à vos monstros sans se ruiner complètement et c'est assez rare pour être souligné.

En résumé, si vos monstros aiment les dragons et que vous habitez en région parisienne, c'est une petite sortie sympa que je vous recommande malgré son prix un peu élevé à mon sens.

Posté par reyhaziel à 22:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 24 avril 2017

On surnage !

Euuuh ? Youhouuuuuu ? Y a quelqu'un ? La Puce ?

Bizarre ça, on dirait qu'il n'y a personne dans ce blog. Mais elle est passée où la Puce ?

Huuum, attendez une minute, vous entendez pas des drôles de bruits ?

Oulala, vite vite, appelez les pompiers, le samu, la police ou non tiens plutôt les gardes-côtes ! C'est la Puce là-bas au large, entre la Pointe de l'Expertise et le cap du Pakéd'kopy. Elle est en train de se noyer dans un océan déchaîné de paperasserie en tout genre. Et visiblement, elle va pas tenir encore bien longtemps d'autant que se profile à l'horizon l'arrivée d'une très grosse tempête ménagère !

Argh, je crois bien que cette fois, elle est fichue ! Adieu la Puce ! Ah non, attendez, j'aperçois Sir Azraël, le champion incontesté des Bonnes Intentions, qui arrive sur son aspiro-balai. Muni de son légendaire chiffon à vitres (Inferno Gran Mom s'en souvient très certainement encore), il la tire laborieusement jusqu'à la Plage du Ciné de Quartier.

Piouuuu, ben on a frôlé la catastrophe ! Alors la Puce, ça va mieux ?

Oui oui, merci la voix off. Ça va mieux. Après avoir failli me noyer à 2 reprises, il semblerait que les éléments déchaînés, et tous ligués contre moi bien sûr, se décident à se calmer un peu. Faut dire que dernièrement, c'était la folie totale au bureau. Pensez donc, malgré tous mes efforts pré-vacances de Pâques (boulot soir et week-end quand même), impossible de finir tout mon taf dans les temps. Pour la première fois depuis plusieurs années, j'ai dû me résoudre à emmener du boulot pendant ma petite semaine de vacances ! Et pas n'importe quoi en plus : des dossiers à expertiser pour des demandes de financement sur des sujets de recherche hyper pointus ! Ah la la, qu'est-ce qu'on ferait pas pour la science quand même. Heureusement, grâce à Inferno Gran Mom (bénie soit-elle, faut vraiment que je me renseigne sur la procédure de canonisation là), qui s'est occupé des monstros, j'ai pu boucler tout ça rapido et profiter tout de même de mes vacances (je vous raconte ça bientôt promis). Et j'en avais bien besoin, surtout avec la reprise sur l'échappeau de roues qui a suivi.

Mais ça y est. J'aperçois enfin à l'horizon l'île dorée du Retour à la normale. J'ai troqué mon hors-bord hyper rapide mais super stressant pour un joli voilier et je devrais aborder le rivage de la Baie de la Couture à gogo d'ici 15 jours grand maximum. La félicité quoi !

Ceci dit, je dois une fière chandelle à Azraël et son aspiro-balai. Grâce à ses efforts ménagers dans mon salon ... il a consciencieusement aspiré toute la poudre de craie qu'il avait préalablement râpée et dispersée partout dans le dit salon, d'ailleurs, maintenant que j'y pense, s'il l'avait pas râpée cette craie, on aurait pas eu besoin de nettoyer ! Bref, grâce à ses efforts donc, la Plage du Ciné de Quartier était libre de toute cohue quand nous y avons abordé dimanche ce qui nous a permis de profiter tranquillement d'une des derniers diffusions de Baby Boss. Oui, il perd pas le nord quand il vient me sauver le Azraël, il a quand même une petite idée derrière la tête.

BOSS+BABY+2

Ok, là, j'en vois qui se demande ce que c'est que ce truc là Baby Boss. Ben c'est le dernier né (sans mauvais jeu de mots je vous le jure) des studios Dreamworks. Après Cigognes et Cie, c'est donc encore une histoire de bébé dont je vais vous parler mais le concept est entièrement différent.

L'histoire en gros : Imaginez une usine à bébés (bon, si vous avez vu Cigognes et Cie, vous serez pas dépaysés) avec une grosse production en série de mignons petits bouts de chou qui ne demandent qu'une chose, une gentille petite famille. Sauf que, parfois, parmi tous les bébés produits, il y en a qui ne sont pas comme les autres. Ceux-là ont un corps de bébé mais dans leur tête, ce sont déjà des bussiness man (ou woman). D'ailleurs, ils savent d'office marcher et parler comme vous et moi. Ceux-là, on les expédie directement à la direction de ... Babycorp, société spécialisée dans la production de bébés. Notre baby boss (oui, on l'appellera comme ça vu qu'il n'a un nom qu'à la fin du film et que pendant tout ce temps on l'appelle baby boss, bébé ou encore, mon préféré, Eh toi) fait donc partie de ces bébés particuliers et se retrouve expédié dans la maison de Tim dont il devient le petit frère. Bon, ok, jusque là, c'est un peu bizarre mais pourquoi pas. Sauf que les parents de Tim, eux, sont persuadés qu'il s'agit bien de leur bébé, un bébé parfaitement normal qui plus est, qui se traîne à 4 pattes, fait des areuh areuh et tout et tout. Et à ce petit jeu, Baby boss est l'archétype du parfait acteur jusqu'au jour où Tim, qui ne supporte pas d'avoir "perdu" l'amour de ses parents (en gros, il ne supporte pas de partager leur affection, et surtout leur temps, avec son petit frère), découvre la vérité. Son prétendu petit frère n'en est pas un mais c'est un agent envoyé en mission secrète. Bon, j'en dirais pas plus, ça vous casserait le suspense. J'ajouterai juste que Baby Boss n'est pas seul sur le coup mais qu'il est secondé par une mirifique équipe de bébés à peu près aussi performante que ... ben des bébés normaux en fait.

Ce qu'on en a pensé : ben si j'en crois la réaction de Gargamel qui a lâché la sacro sainte tablette pour mieux suivre le film, d'Azraël tellement concentré qu'il en a oublié de me poser des questions en rafale sur l'histoire pendant toute la projection, les éclats de rire dans la salle et le fait que je me suis bidonnée une bonne partie du temps, je dirais qu'il est pas mal du tout. Alors certes, il y a des trucs que je comprends pas trop (pourquoi vouloir rester absolument des grandes personnes dans des corps de bébé par exemple), l'histoire en elle-même n'est pas transcendante et côté vraisemblable, alors là, faut carrément oublier. Mais c'est plein d'humour et cela aborde avec une approche plutôt sympa le problème de l'arrivée d'un bébé dans une famille et la rivalité et le sentiment d'abandon que cela peut provoquer chez le grand frère ou la grande soeur. La seule chose que je n'ai pas vraiment aimé, c'est l'idée que l'amour existant dans le monde est limité (vu qu'on en fait un camembert pour illustrer sa répartition et que la part revenant aux bébés est en baisse alarmante). Pour moi qui prêche en ce moment à Azraël que mon amour pour lui est infini, que j'en aurais toujours même si je lui en donne tous les jours et que cela ne m'empêche pas d'en donner tout autant à son grand frère, c'est quand même un peu gênant. D'ailleurs, ce fait entre en contradiction avec d'autres éléments du scénario mais bon, abstraction faite de cela, c'est un bon film à aller voir en famille et petits et grand devraient passer un bon moment.

Bref, si vous ne l'avez pas encore vu et qu'il passe toujours par chez vous, je vous le recommande.

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 5 mars 2017

Une histoire de robot

Ayant vu passer à de nombreuses reprises la bande annonce de Sahara sur leurs tablettes respectives, Azraël et Gargamel (enfin, Azraël surtout) me réclamaient instamment d'aller le voir. Peine perdue, notre ciné tout près de la maison mais aux horaires loufoques (oui, je vous rappelle que notre ciné à nous projette les films spécial enfants en plein pour l'heure du déjeuner, entre 11h30 et 13h15 grosso modo) a décidé de ne pas le projeter.

Euh, il sort quand exactement Sahara ?

Mais il est déjà sorti madame. Mais on le projettera pas nous.

Ah bon ? Ben pourquoi ?

Ben, oui, vous comprenez, on a déjà projeté Tous en scène et on va projeter Lego Batman le film.

Et ... ?

Ben ça fait déjà beaucoup de films d'animation donc on n'en prévoit pas d'autre pour le moment.

Ok donc voilà, on pratique dans la ségrégation cinématographique par chez nous apparemment et si tu es un enfant, soit tu te contentes d'une sortie correcte par mois soit tes parents acceptent de t'emmener voir des trucs hyper naze. Non parce que Lego Batman, franchement,  je suis bon public mais là, je dis non ! Vous avez vu la bande annonce ? C'est consternant ! Et avec les monstros qui répètent tout ce qu'ils entendent, c'est un coup à être exclu de l'école si certaines répliques ressortent.

Bref, c'était râpé pour Sahara mais ça m'a permis de tomber sur la séance mensuelle spéciale junior, le truc où qu'on va quasiment jamais parce que les 3/4 du temps, c'est tout pourri ce qu'ils proposent. Et pour une fois, ça avait l'air drôlement sympa. Au programme, Le géant de fer. En toute honnêteté, ce qui m'a accroché, c'est que c'était fait par le même réalisateur que Ratatouille et Les Indestructibles, 2 films forts appréciés des monstros. Et puis une histoire de robot géant quand on est maman de 2 garçons, c'est toujours bon à prendre ! Et c'est donc plein d'entrain qui nous nous sommes rendu dimanche matin à l'unique séance proposée. Et là, je peux vous dire que j'ai souffert, et pas qu'un peu !

GEANT+DE+FER

Ooooh, pauvre Puce ! C'était si nul que ça ? Non non, pas du tout, c'est super au contraire, avec des passages hilarants que toute la salle se bidonnait, parents comme enfants. Et moi aussi malheureusement. Car avec ma chirurgie dentaire, dès que je rigole, j'ai mal. J'ai le rire et le sourire crispé en ce moment je vous dis pas ! Et là, j'ai passé 1h25 à me faire mal régulièrement. Mais je ne le regrette pas un instant.

Niveau histoire, rien de bien extraordinaire, c'est du classique. Un robot géant qui tombe du ciel et se planque dans une forêt près d'une petite ville (on se demande d'ailleurs comme il peut bien arriver à rester planquer vu sa taille et son extraordinaire discrétion naturelle ! Un petit garçon le trouve, ils deviennent amis mais bien sûr le gouvernement envoie un agent spécial pour vérifier une histoire d'envahisseur extraterrestre et le méchant agent gouvernemental ne pense qu'à détruire ce gentil géant. Les créateurs l'ont d'ailleurs fait particulièrement bête cet agent, encore plus bête que méchant. En toile de fond, notre petit bonhomme se lie également d'amitié avec le ferrailleur du coin, artiste à ses heures et comme il a une maman célibataire ... Par bien des aspects, ce film est une ode à l'amitié, à l'acceptation de la différence et au rejet de la peur que ces différences peuvent générer. Apprendre à juger les autres à leur acte et non à leur aspect, c'est un peu la conclusion qu'on pourrait en tirer.

Enfin bref, je n'en dirais pas plus parce que, comme je le disais, c'est du classique mais c'est bien amené et c'est ce qui rend ce film si divertissant. La meilleurs preuve, Gargamel m'a carrément refilé sa Sacro Sainte Tablette pour mieux se concentrer sur le film, lui qui d'habitude la conserve histoire de pouvoir jouer un peu au cas où le film ne l'intéresserait pas. Ce qui porte à 2 les films pour lesquels il a daigné se séparer la SST, c'est tout dire !

Si ce film passe encore par chez vous (vu qu'il date pas d'hier, rien n'est moins sûr), je vous le recommande. Sinon, sautez dessus quand il sortira en DVD, vous ne devriez pas le regretter.

Posté par reyhaziel à 22:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 21 février 2017

Des sorties, des sorties, encore des sorties !

Comme promis, les monstros ayant repris l'école, voilà un petit bilan de la seconde semaine de nos vacances culturelles avec pour commencer LE super bon plan, enfin, vraiment super bon si vous êtes les heureux parents d'un enfant reconnu handicapé par la MDHP. Parce que sinon, c'est juste une sortie sympa.

Ah ah, j'en vois qui trépigne d'impatience. C'est quoi ce super plan ? Ben c'est le Muséum National d'Histoire Naturelle, le MNHM pour les intimes.

Ah oui, c'est si bien que ça la Puce ? Oh oui, c'est trèèèès bien. D'abord, parce qu'il y a 2 expos permanentes, la Grande Galerie avec plein de trucs intéressants sur tous les animaux de la terre, leur évolution et plein d'autres choses. C'est très visuel avec beaucoup de reproductions grandeur nature ou à l'échelle d'animaux (des faux animaux empaillés en fait), des petits quizz interactifs, des petits films. Bref, c'est varié comme support et ça évite aux enfants de s'ennuyer. Il y a encore mieux avec la Galerie des enfants, spécialement conçue pour les enfants ET les enfants souffrants de handicaps divers et variés. Là, je ne peux que supposer que c'est bien car on n'a pas pu la faire. Les monstros étaient arrivés à saturation et comme on n'avait pas pensé à réserver une place avant d'y aller, il n'y en avait plus de toute façon quand on est arrivé devant. En plus de ces 2 expo permanentes, il y a en ce moment l'expo temporaire Espèces d'Ours. Au départ, Azraël avait vu la pub sur cette expo à la télé et réclamé à y aller (j'en suis d'ailleurs restée comme 2 ronds de flan tellement j'y croyais pas). Je pensais qu'il s'agissait d'une simple expo photos mais pas du tout.

aff-ours2016-40x60-sanslogo-fab_0

Comme pour les expos permanentes, on a beaucoup de photos mais aussi des faux animaux empaillés, des petits films, des quizz interactifs, des squelettes et même des animations et ateliers l'après-midi (nous, on y est allé le matin donc on n'a pas testé non plus) bref, on en prend plein les mirettes et les monstros étaient enchantés. Certes, on a encore été dans les visiteurs les plus rapides, limite supersoniques mais on a tout fait, dans le calme, en testant quelques quizz et en commentant abondamment ce qui était montré. Il y avait donc vraiment de quoi se réjouir et c'est d'ailleurs la première fois qu'on arrive à passer près de 1h30 dans un musée.

Bon, ok la Puce, c'est un chouette musée mais en quoi c'est un super bon plan ? Pourquoi ? Ben parce que si vous avez un enfant titulaire d'une carte handicapé ou d'un justificatif de handicap de la MDPH, vous avez une entrée spéciale (pas besoin de faire la queue avec les visiteurs sans billet), on vous fait passer devant tout le monde à la caisse pour demander vos billets et .... c'est gratuit pour la personne handicapée et son accompagnateur ! TADAM ! Résultat des courses, entre Gargamel et sa carte handicapée et Azraël et son attestation, on a eu 4 billets (Super Nanny était avec moi pour m'aider à gérer les monstros) pour les 3 expos, tout ça sans débourser un sou ! Alors, c'est pas beau ça !

Bon, sinon, pour ceux que cela intéresserait et qui ne bénéficierait pas de ces avantages, les tarifs sont relativement raisonnables si on tient compte de l'intérêt des expos pour les enfants. L'expo temporaire revient à 11€ par adulte et 9€ par enfant, le forfait Grande galerie+ galerie des enfants, c'est pareil et si on se contente de la grande galerie, cela revient à 9€ par adulte et 7€ par enfant (l'âge des enfants allant quand même jusqu'à 25 ans !). Bref, vous l'aurez compris, c'est une sortie en famille que je recommande et qui, pour les enfants handicapés pour lesquels on souhaite tester les visites de musée, est idéale car si cela se passe mal, ça ne vous aura coûté que du temps et le déplacement.

Les 2 dernières sorties des vacances ont également concernées la culture mais plutôt physique cette fois avec une sortie au bien connu Acrochat et à la patinoire (mon dieu mon dieu, ça faisait bien 30 ans que j'étais pas remonté sur des patins !). Et dans le cas d'Acrochat, la déception a été grande (en tout cas la mienne). Car voilà, j'avais l'habitude d'aller à Thiais Village avec les monstros mais l'Acrochat qui se trouvait là-bas est maintenant un Gulli Parc (est-ce le cas pour tous, je n'en sais rien) et on sent bien qu'on est là pour faire de l'argent ce qui n'était pas le cas avant.

Au niveau de la structure, elle a peu été modifiée mais plutôt rafraîchie ce qui n'est pas un mal. L'espace dédié aux tout petits a été transformé en piste de "kart" électrique, une activité appréciée par les monstros mais à petite dose car le circuit est vraiment tout petit, les engins roulants très lents et le nombre de véhicules disponibles très limités. Ils fonctionnent avec des jetons et sont en libre service, c'est donc la loi du premier arrivé premier servi et tu lâches ton engin uniquement quand tu n'as plus de jeton pour le faire avancer. Du coup, ça peut vite être l'anarchie totale surtout si les parents ne prennent pas leurs responsabilités pour imposer un minimum de discipline et de savoir-vivre. Cerise sur le gâteau, la durée du tour soit à peu près le temps mis par un poisson rouge pour faire le tour de son bocal. Bon, en même temps, comme ça, à moins d'avoir une monstrueuse réserve de jetons, les enfants sont bien obligés de le lâcher rapidement leur kart.

Autre nouveauté, des jeux type arcade comme un jeu de la pince, un babyfoot et autres joyeusetés ont été installés. Comme les karts, ils fonctionnent avec des jetons et ce sont vraiment mais alors vraiment de GROSSES ARNAQUES. Un exemple : le babyfoot. Déjà, il est sous verre. Une drôle d'idée qui s'explique parfaitement quand on voit qu'un jeton vous donne droit à 2 balles qui arrivent directement sur le plateau. Et à peine le but marqué, la balle tombe dans un réceptacle où vous la récupérez pour la garder car c'est une balle rebondissante (un jouet donc) qu'il est ensuite impossible de remettre sur le plateau de jeu à cause de la plaque de verre justement. Résultat, 30 secondes de partie, 2 buts et c'est fini. Et tous les autres jeux sont comme ça, quand ils fonctionnent au lieu de simplement vous manger votre jeton. Je vous dis pas le taux de frustration atteint par les monstros. C'était l'horreur !

Enfin, ce qui me hérisse le plus, vous ne payez plus en arrivant. Non non, vous payez en sortant en fonction de ce que vous avez fait, des jetons que vous avez consommé etc ... Bref, rien de tel pour vous faire dépenser sans vous en rendre compte. Du coup, il y a désormais fort peu de chance qu'on y retourne un jour et c'est bien dommage.

En revanche, un franc succès pour la patinoire (nous sommes allés à la patinoire des Lacs de Viry Chatillon). Étrangement, les monstros ont rapidement pigé le truc et Gargamel en particulier a été étonnant dans la maîtrise de son équilibre. Comparativement aux patins à roulettes, le patin à glace semble donc nettement plus facile à aborder par les enfants. Niveau tarif, ce n'est pas donné mais cela reste raisonnable avec 10,70€ location de patins comprise pour les adultes et 7,30€ pour les enfants (et c'est pratiquement moitié prix si vous faîtes partie de l'agglomération de commune de Viry Chatillon). Par contre, on fait la queue pour entrer et c'est assez long quand même (enfin je dis ça mais avec les monstros tout est toujours trop long). En tout cas, on s'est bien amusé et on y retournera très certainement.

Bon allez, faut que j'aille convaincre Azraël qui vient de voir passer une bande annonce pour Harry Potter et les reliques de la mort que non, c'est pas une bonne idée du tout de le regarder (dans 8 ans mon bonhomme, dans 8 ans et pas avant !)

Posté par reyhaziel à 21:29 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 14 février 2017

Du ciné, du musée et des playmobils

Eh oui, une semaine de vacances déjà écoulée et la seconde qui commence avec plein d'activités de prévu. C'est donc l'heure d'un premier bilan niveau occupations pour monstros déjantés. Alors certes, j'aurai pu attendre la fin des vacances mais bon, faire une critique de film sur un truc qu'on ne peut plus voir qu'au fin fond de la campagne la plus profonde ne présente plus beaucoup d'intérêt et donner un tuyau sur des visites de musée actuellement en promo niveau tarif sur Vente Privée, c'est mieux que le faire une fois la vente achevée non ?

Alors c'est parti. Après les vacances de Noël glandouille à la maison et leur douloureux effet secondaire du "je veux pas école je veux maison mais pourquoi on peut pas rester à la maison maman je veux pas travailler je suis fatigué", j'étais fermement décidée à organiser une multitude de sorties éducatives pour les monstros ce coup-ci avec LE truc qu'on fait jamais d'habitude : la visite de musée. Oui, car soyons clair, pour les monstros, un musée est un lieu formidable doté de superbes couloirs où courir à fond de train et de salles où se planquer pour faire BOUUUUUUH quand son frangin ou sa pauvre mère morte de honte se pointent ! Mais bon, les monstros ayant grandi, j'ai décidé qu'ils étaient devenus sages (non, pitié, laissez moi rêver un peu et ne me casser pas ma baraque merci !) et que le musée, ce serait les doigts dans le nez. Faut dire aussi que pour cette première sortie culturelle, j'avais misé sur une valeur sûre : Disney ! Eh oui, en ce moment, au musée des arts ludiques, il y a une expo sur les films d'animation des studios Disney.

1homeMickey

Eh alors, la Puce, c'était bien ? Oui et non. Commençons par le positif. Il y a des mini extraits de dessins animés pour certains grands classiques de la maison. Les enfants s'y retrouvent donc sans peine et en règle général, les monstros ont eu l'air d'apprécier. Mais ces séquences sont très peu nombreuses, l'essentiel de l'expo étant constitué d'extraits de story board et de dessins préparatoires. Ces dessins justement sont une bonne base pour expliquer aux enfants le processus d'élaboration d'un dessin animé et tout le travail qu'il y a à faire. Bon, bien sûr, ils ne comprennent pas tout et ont parfois de drôles de questions.

Mais maman, comment ils fabriquent la galette ?

La galette ?

Mais oui, tu sais le dessin animé.

Ben je viens de te l'expliquer

Mais non, je te parle du dessin animé maman enfin

(sur le ton du t'es bête où quoi)

euh, je comprends pas là

(apparemment, oui, je suis bête)

Maiiiis mamaaaan, le DVD enfin. Il est fabriqué comment le DVD.

Bon là, j'ai honteusement menti en prétextant une totale ignorance de la chose, baissant visiblement considérablement dans l'estime de ma progéniture mais je ne me voyais pas du tout expliquer le principe de la gravure laser à Azraël. Parce que le laser pour les nuls, ok, mais le laser pour les monstros, ça non, je passe !

Autre point positif, des audio guides sont gratuitement mis à disposition. On y apprend plein de trucs très intéressant sur l'historique des dessins animés présentés, les techniques utilisées etc ...

Les points négatifs maintenant : en premier lieu, le tarif parce qu'à 16€50 pour les adultes et 11€ pour les enfants soit une sortie à 55€ dans notre cas, ce n'est vraiment pas donné. D'où le tuyau sur Vente privée où le billet famille est actuellement à 30€ au lieu de 55, le billet 2 adultes à 19€ au lieu de 33 et le billet 1 adulte à 10€ au lieu de 16,5. Ensuite, si vous avez des enfants dénués de patience à tendance hyperactive, soyez prêts à sortir frustré de l'audio guide (vous n'aurez jamais le temps de tout écouter) voir frustré du détail des gravures originales car vous allez quand même faire les salles au pas de course. Mais bon, ce dernier point demeure très spécifique à notre petite famille.

Au final, sans être un immense succès, la visite s'est bien passée, on a tout regardé (plus ou moins vite), les monstros ont été plutôt sages et ont visiblement apprécié puisqu'ils sont prêts à y retourner. Mais la prochaine fois, j'attendrais quand même de tomber sur des billets en promo. Bref, si vous aimez Disney, si vous voulez en savoir plus sur l'histoire secrète de leurs dessins animés et si vous avez des enfants moins agités que les miens, c'est une expo intéressante. Pour info, elle dure encore jusqu'au 3 mars ce qui vous laisse un peu de temps pour y aller.

Pour poursuivre mon opération Vive la culture, après l'art de l'animation, nous nous sommes intéressés à l'art musical teuf teuf teuf (excusez-moi je m'étrangle) avec Tous en scène, le dernier né d'Illumination Entertainment. Alors alors, que dire de ce film ? Ben si vous aimez la Star Ac, foncez, il est fait pour vous. Oui parce que franchement, ce dessin animé c'est la Star Ac animalière, je ne vois pas meilleure façon de le résumer. Il y a tout : les auditions avec leurs candidats époustouflants et les autres qui nous font bien marrer, les participants gentils et adorables et les gros vilains méchants qui ne pensent qu'à la victoire et sont prêts à tout pour y arriver, les séances de préparation, les répétitions plus ou moins foireuses etc ... Bon, perso, j'ai jamais regardé la star ac mais j'en ai entendu parler et ça a l'air tout pareil. Heureusement, le film ne se limite pas qu'à ça.

L'histoire en gros, c'est un Koala amoureux de son théâtre qui n'a jamais réussi à produire que des fours et qui, pour s'en sortir, décide de lancer un nouveau spectacle avec en vedette monsieur et madame tout le monde, bref, le commun des mortels mais avec un incroyable talent (pour la danse et le chant uniquement car notre koala ne donne que dans le spectacle musical). Suite à une bourde de sa secrétaire gâteuse d'au moins 100 balais et à oeil de verre sur ressort qui se fait régulièrement la malle (beurk maman c'est dégoutant), l'annonce du concours pour les sélections précisaient que le vainqueur gagnerait un prix de 100 000 $ ce qui, comme vous l'imaginez, a motivé les foules pour auditionner, pour la plus grande joie de notre koala (puis sa plus grande angoisse vu qu'il n'avait absolument pas cette somme en caisse). Parmi ces candidats, on va retrouver un jeune gorille, Johnny, rejeton du chef d'un gang de braqueurs de banque, une cochonne, Rosita, mère de famille (25 rejetons tous du même âge quand même) et bricoleuse de talent à ses heures, un cochon, Gunter, adapte des tenues à paillettes et du piggy power, une porc-épic, Ash, dont j'aurai personnellement bien empalé à l'ancienne le petit copain méprisant, imbu de lui-même et macho au possible, une souris, Mike, qui mériterait de se faire évicer par un chat (si si, il est parfaitement imbuvable c'te souris, car c'est un mec, mais il chante trop bien c'est pas juste) et une jeune éléphante, Meena, hyper talentueuse dotée d'un trac tellement monstrueux qu'elle devient aphone à peine le pied posé sur la scène. Chacun de ces personnages a ses propres problèmes ce qui offre un certain richesse en terme de réflexion à ce film où on aborde les questions des mères débordées, démotivées et devenues quelque part invisible aux yeux de leur famille, de l'avenir des enfants qui refusent de suivre les traces de leurs parents, de la confiance en soi, de l'indépendance, de la tolérance et plein d'autres encore, le tout abordé avec humour et légèreté et parfois beaucoup de finesse (mais parfois seulement parce que dans l'ensemble, on met plutôt les pieds dans le plat). Si j'avais un reproche majeur à faire à ce film, c'est que, comme pour Trolls, niveau musical, il n'y a rien d'original. On prend des vieux succès et on vous les ressert toutes les 5 mn. Bon, certes, ils sont bien choisis mais ça reste de vieux succès et j'aurais apprécié la création de quelques chansons originales tout de même.

Une de nos préférées à moi et à Azraël, la chanson finale de Johnny.

En bref, on a bien swingué, on a bien rigolé, on a passé un excellent moment et je suis certaine qu'un jour prochain, cette chanson finira bien par me sortir de la tête et que j'arrêterai de me trémousser dans ma cuisine. Si ce film passe encore par chez vous, n'hésitez pas. Ce n'est certes pas un grand chef d'oeuvre du 7ème art mais on passe un excellent moment.

Et pour clôturer en beauté cette première semaine culturelle, Azraël est allé parfaire sa culture playmobilière au Playmobils Fun Park.

Euh, la Puce, t'exagères pas un peu là ? Les playmobils ? De la culture ? Et Gargamel alors, t'en as fait quoi ? Bon ok, j'avoue, Azraël n'avait pas de place au centre de loisirs, il fallait bien que j'en fasse quelque chose et j'avais pas, mais alors pas du tout, envie de faire une sortie Acrochat ou Bowling en laissant Gargamel sur le côté. Alors le Playmobil Fun Park, c'était parfait. Parfait parce que pas cher : 6€ tout compris. Parfait parce que pas trop loin de la maison quand même et parfait parce que les Playmobils, Gargamel il n'en a rien à faire du tout du tout du tout. Pas besoin de culpabiliser donc à se faire cette journée spéciale rien qu'avec Azraël. Si le tarif de cette sortie est peu élevé, de mon point de vue, ce fut l'un de ses seuls avantages.

Alors c'est quoi le Playmobils Fun Park. Un espace entièrement dédié aux Playmobils. Dans un grand local, des tonnes de Playmobils sont à disposition des enfants, installés dans des espaces dédiés aux différents univers (médiéval, pirate, maisons, féerique, avions/police/pompiers, bateaux etc ...) donc si vos enfants sont fans, cela devrait leur plaire. Côtés positifs, comme je le disais, c'est pas cher et il y a beaucoup de choix d'univers différents. Si vos enfants sont socialement ouverts et se lient facilement, ils trouveront des tas de petits camarades avec lesquels s'inventer des tonnes d'histoires. Et puis en période de vacances, il y a des animations de prévu qui permettent de gagner des petites bricoles (nous, on n'a pas fait mais c'est possible).

Les points négatifs : alors on n'a peut-être pas eu de chance mais il y avait un monde fou ce jour-là ce qui signifie énormément de bruit (on s'entend pas parler à un bras de distance). En règle général, c'est la loi du "t'as pas le jouet dans la main donc je peux m'en emparer" qui règne. Si vos enfants ne sont pas prêteurs ou timides, ils vont se faire systématiquement dépouiller ou au contraire passer leur temps à se bagarrer ce qui n'est pas forcément simple à gérer. Azraël a eu un peu de mal au début et se faire piquer son dragon le temps de regarder un chevalier a failli signer la fin de la sortie à grand renfort de larmes de crocodile. Il a fallu atteindre un endroit un peu délaissé par les autres enfants pour qu'Azraël commence vraiment à s'amuser et à passer un bon moment. En gros, c'est vraiment une sortie pour laquelle j'étais contente d'être toute seul avec Azraël car Gargamel n'aurait sûrement pas supporté une telle ambiance. Enfin, dernier écueil, la boutique à traverser obligatoirement pour sortir ou comment entamer la guerre avec votre progéniture parce que Non Azraël, tu n'auras pas la boîte de la super ferme à 110€, je suis pas crésus et c'est pas ton anniversaire. Vous êtes prévenu, préparez-vous à des derniers instants un peu pénibles si vous n'avez pas prévu cette boutique dans votre budget. D'autant que, pour une obscure raison, les tarifs y sont prohibitifs.

Et voilà, c'est fini pour cette fois mais il reste encore cette semaine pour se culturer.

Posté par reyhaziel à 23:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 15 janvier 2017

Des vacances au taquet - épisodes 2

Chose promise, chose due comme on dit. Après la super sortie anniversaire à Disney, voici le reste des sorties des vacances pour les monstros, essentiellement hautement culturelles avec Opéra, Musée et Théâtre bien évidemment. Naaaan, je blague ! Et pourtant, j'aimerais bien mais c'est certainement pas pour demain la veille vu le caractère de mes 2 petits gremlins !

Nos sorties culturelles se sont donc réduites à de simples sorties cinéma mais elles étaient particulièrement chouettes. Au programme, l'incontournable Vaiana, un Disney au sujet duquel la grande polémique du moment est de savoir s'il va ou non détrôner La reine des neiges au hit parade de nos chères têtes blondes. Pour les monstros, je sais pas, mais pour moi, il n'y a pas photo : c'est beauuuuuucoup mieux !

vaiana

L'histoire en 2 mots (ou peut-être un peu plus, il paraît que je suis légèrement bavarde) : Maui, demi-dieu de son état, a volé le coeur de la déesse de la création. Non, ce n'est pas le début d'un grand roman d'amour, il a vraiment volé le coeur, c'est à prendre au premier degré. Mais il lui a pas arraché non plus hein, c'est un Disney je vous le rappelle ! Malheureusement, il n'était pas le seul à le vouloir et en affrontant un grand méchant, il le perd, ainsi que tous ses pouvoirs, au fond de l'océan. A partir de cet instant, les ténèbres commencent à se répandre sur le monde, anéantissant la vie. Bien des années plus tard (plusieurs centaines quand même, les ténèbres ne sont pas pressés), sur une île, une princesse voit le jour et l'océan est son ami. Il décide de lui confier le coeur de la déesse avec une grande mission, le lui ramener pour chasser les ténèbres. Pour cela, elle aura besoin de l'aide de Maui et doit donc commencer par le trouver. Et à eux 2, ils s'embarquent pour sauver le monde.

On s'arrêtera là pour le résumé. Alors franchement, j'ai adoré. D'abord, parce que la princesse est sympa comme tout. Pas bimbo pour 2 sous, elle est volontaire, indépendante, décidée avec ses moments de doutes et de faiblesse comme tout le monde. Mais elle fait face à l'adversité sans jamais abandonner ni se décourager. Pas de grands sentiments un peu gnangnan non plus. Ça parle plutôt du respect de l'autre, des traditions, de la culture (et de la planète au passage pour faire bonne mesure). Mais notre personnage préféré, aux monstros et à moi, c'est le gros carré (dixit Azraël) alias Maui, métamorphe, demi-dieu du vent et de la mer, idole des Hommes ... et des Femmes (il veut pas de problème !), bref, le mâle macho imbu de lui-même par excellence mais qui cache en fait un énorme complexe de rejet et un coeur gros comme ça. J'avoue avoir piquer quelques fous rires devant les réactions caricaturales du gros carré et les dialogues entre nos 2 héros sont savoureux et plein d'humour.

Dernière preuve de la haute qualité du dernier né des studios Disney, à peine sortis, les monstros voulaient qu'on se précipite acheter le DVD (et ça, c'est bien la première fois) et Azraël m'a tanné pendant une semaine pour retourner le voir au cinéma (là aussi, c'est une première).

Dans un style tout à fait différent, nous sommes également allés voir Ballerina, une production franco-canadienne si j'ai bien compris. J'avoue qu'en regardant la bande-annonce, j'étais restée assez dubitative. J'avais un peu l'impression d'une histoire de Candy à la sauce bretonne. Ben oui, notre héroïne est une gentille orpheline bretonne qui monte à Paris pour réaliser son rêve d'être danseuse mais se heurte à l'hostilité d'une vilaine méchante petite fille riche qui la rabaisse. Sauf qu'en fait, cette impression est quand même un peu réductrice. Niveau histoire, soyons honnête, il n'y en a pas beaucoup et ça ne casse pas 3 pattes à un canard. On a la classique histoire d'amour non partagé avec l'ami d'enfance, la rivalité entre adultes qui se poursuit à la génération suivante, l'apparition du jeune premier qui s'intéresse à notre héroïne, bref, rien de bien transcendant mais c'est plaisant, ça se laisse regarder et c'est une bonne leçon sur le thème Accroches-toi à tes rêves, bosse dur et tu pourras y arriver. En prime, cerise sur le gâteau, perso, je me suis bien marrée.

ballerina

Bon, faut dire que mon cas est particulier car voilà, dans mon jeune temps, j'ai quand même fait 11 ans de danse classique. Alors ce monde ne m'est pas tout à fait inconnu. Du coup, voir une parfaite débutante sans aucune formation ne connaissant même pas les positions de base classiques savoir faire un grand écart dès le premier jour (alors qu'elle n'en avait jamais fait un avant) et être en passe d'obtenir le premier rôle dans le prochain ballet de l'opéra de Paris au côté de la danseuse étoile au bout d'une semaine, ça ne pouvait que me faire bien rigoler. Là encore, les monstros ont beaucoup apprécié et étaient partant pour le voir de nouveau le plus rapidement possible (même si je me demande quand même un peu pourquoi).

Bref, si vous voulez passer un moment agréable au cinéma et que ces films passent encore près de chez vous, n'hésitez pas.

Posté par reyhaziel à 23:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 6 décembre 2016

La loi des séries

Décidément, on ne peut pas dire que je sois vernie question prestation cinématographique en ce moment. Après le Harry Potter de la mort dont Azraël commence seulement à se remettre, après l'invasion disco et pétomane des Trolls, c'est le tour de Kubo et l'armure magique d'entrer en scène. 

kubo

Ce petit chef d'oeuvre d'animation en stop motion (car si, c'est un petit chef d'oeuvre il faut le reconnaître) nous vient des studios Laika (c'est américain paraît-il) et j'ai vraiment passé un excellent moment à le regarder, en tout cas quand la mitraillette à questions d'Azraël daignait s'enrayer quelques minutes.

Alors là, je vous vois venir. S'il était si bien que ça, pourquoi je râle en disant que j'ai pas de chance ? Je m'en vas t'expliquer tout ça ma brave dame !

En fait, tout tient dans l'histoire, une histoire qui se déroule au japon à l'époque des samouraïs. Il était une fois donc, une des 3 filles du roi Lune (qui est un être un peu surnaturel qui vit sur ... ben la lune voyons. Faut suivre un peu). Elle tomba amoureuse d'un mortel et, comme il se doit, un enfant naquis, le petit Kubo. Seulement voilà, grand papa Lune n'était pas du tout du tout d'accord. Très fâché, il arracha un oeil au petit Kubo et était très déterminé à lui arracher le second quand le papa de Kubo s'en mêla et sacrifia sa vie pour permettre à sa femme et à son fils de s'échapper.Au cours de leur fuite, comme il se doit toujours, la maman de Kubo se blessa à la tête qu'elle semble ensuite perdre peu à peu. Bien sûr, Grand papa Lune, lui, reste déterminer à prendre son dernier oeil à notre jeune héros et envoie ses 2 autres filles à sa poursuite dans ce but. Pour se protéger, Kubo est donc obligé de partir à la recherche de l'armure magique, en compagnie de M. Singe (qui se révèle finalement être une Mme Singe) et d'un cloporte qui fut autrefois un samouraï et qui a complètement perdu la mémoire.

Ah oui ! Et n'oublions pas également que Kubo a des pouvoirs magiques, notamment celui de donner vie à ses origamis (qui se plient tous seuls en plus le veinard) simplement en jouant de la guitare (ou de la mandoline ou du youkulélé je sais pas trop).

Bon évidemment, raconter comme ça, ça fait un gore. Et encore, pour ne pas vous gâcher la surprise, je vous parle pas de toutes les tuiles qui s'abattent sur le pauvre garçon. Alors bien sûr, ce n'est absolument pas relaté en ces termes dans le dessin animé où, très pudiquement, le roi Lune n'a arraché aucun oeil, il s'est juste contenté de le voler (ben voyons !) et aimerait bien que Kubo se laisse gentillement "prendre" le second.

Bref, vous l'aurez compris, l'histoire sur le fond est tout de même assez raide et ça, je ne m'y attendais pas vu que, dans mon ciné préféré, qui est très pointilleux sur les tranches d'âge d'habitude, à l'époque où il passait mais qu'on avait pas pu y aller, il était noté à partir de 6 ans.

Alors c'est vrai que, visuellement parlant, il n'y a pas de quoi avoir peur (enfin, si on fait abstraction des masques des tantines complètement barges de Kubo parce qu'à moi, elles m'ont filé la chair de poule). D'ailleurs, c'est apparemment passé comme une lettre à la poste, même chez Azraël. Mais tout de même, j'y réfléchirais à 2 fois avant d'y emmener une âme un peu sensible.

Par contre, pour les plus grands, c'est vraiment un film très riche, qui pousse à s'interroger sur la famille, sur les valeurs morales, la vie après la mort et tout et tout. Quant à la fin, contrairement à la plupart des films du genre, elle est particulièrement originale. Un bon film donc mais pas pour n'importe quel public à mon avis.

Posté par reyhaziel à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 25 novembre 2016

La fièvre du dimanche après-midi !

C'est fou ce qu'il peut y avoir comme sortie cinéma pour les monstros en ce moment. Enfin, quand je dis sortie, je parle pas vraiment des tous derniers films à l'affiche parce qu'en fait, ce serait plutôt l'inverse. Il y a plein de films que les monstros veulent voir et qu'on a intérêt à aller voir en vitesse parce que ce sont leurs derniers jours de diffusion dans le secteur.

On était allé voir Cigogne et cie il y a peu et ce week-end, c'était le tour de Les Trolls, le dernier né des studios Dreamworks, un film classé Tous public (huuuum méfiance méfiance) et qui s'est révélé ... ben Tous public en fait. A condition toutefois de faire abstraction de la scène où on voit les fesses roses (vraiment vraiment rose, rose fuchsia quoi) du roi troll, scène d'une indécence insoutenable et qui pourrait heurter la sensibilité des plus jeunes. Et des moins jeunes aussi vu que je suis restée sur ma faim n'ayant pu contemplée béate l'autre versant de l'anatomie trollienne (comment ça je suis une horrible perverse à l'esprit placé !).

9782012710559-001-X_0

Alors c'est quoi l'histoire ? Contrairement au folklore traditionnel, dans ce film, les trolls sont de petites créatures de la taille de fées ou de lutins, extrêmement colorées, toujours heureuses et ne pensant qu'à chanter, danser et faire la fête. Et je vous parle même pas de leur tignasse hirsute capable de faire des trucs absolument incroyables, un vrai délire capillaire ! Et tout le monde vivait tranquille et heureux jusqu'à l'arrivée des Bergens. Les Bergens sont des créatures aussi grises que les Trolls sont colorés, fort moches et jamais heureuses, jusqu'au jour où l'un d'entre eux ... mangea un troll. Dès cet instant, les Bergens se sont persuadés que la seule façon pour eux de connaître le bonheur, c'est de manger un troll et chaque année, le jour du Trollstice, ils ne se gênent pas pour le faire.

Seulement voilà, pour le premier Trollstice du jeune prince Bergens dont j'ai oublié le nom, il fut décider qu'il allait manger la princesse Troll Poppy. Vous pensez bien que le roi Troll ne pouvait pas laisser faire ça. Voilà donc tous les Trolls, qui étaient jusqu'alors retenus prisonniers à Bergenville, qui se font la malle et trouvent refuge dans la forêt où il vont réussir à se cacher pendant des années. Comme on s'y attend, les Bergens vont finir par leur remettre la main dessus, par la faute de Poppy évidemment, et notre courageuse (et atrocement culpabilisée) princesse va partir à la rescousse de ses amis enlevés. Pour mener sa mission à bien, elle s'octroie, en utilisant des moyens aussi machiavéliques que répréhensibles, l'aide de Branche, le seul Troll malheureux angoissé chronique allergique au câlin, à la danse et au chant du monde. Et on s'arrêtera là pour le résumé, je vais pas voir raconter toute l'histoire non plus.

Ok la Puce mais dis un peu, c'était bien ce film ? Était-ce bien ? En fait, ça dépend de quel point de vue on se place parce que soyons clair, ce film est trèèèès loin d'être un chef d'oeuvre du genre. L'histoire est convenue et pas bien riche, on devine la fin presque tout de suite et à part que le bonheur se trouve au fond de chacun de nous, il n'y a pas grand message à en ressortir (bon, c'est un excellent message quand même alors crachons pas dans la soupe). Mais si vous et/ou vos enfants aimez le disco, les vieilles chansons anglo-saxonnes en VO et en VF (oui, parce que certaines sont chantées en français et d'autres pas mais sous-titrées ce que je trouve quelque peu aberrent pour un film destiné à des enfants se sachant pas encore lire mais bon passons), le scrapbooking, les arcs en ciel et les cupcakes, ce film est fait pour vous. Perso, j'aime bien le disco et je dois avouer que par moment, je me serai bien levée pour m'éclater sur le dancefloor. Et si j'en crois l'enthousiasme des monstros, ils auraient bien fait pareil. En gros, c'est un gentil petit dessin animé sympa quand on apprécie la musique (parce qu'il y en a vraiment vraiment beaucoup, ça tire très nettement sur la comédie musicale) et qu'on n'est pas exigent sur l'originalité de celle-ci (vu que c'est tout du réchauffé de tubes du temps jadis) et qu'on a un coeur d'artichaud pour s'émouvoir comme il se doit aux passages adéquats, ce qui est généralement le cas des jeunes enfants. Mais ne vous attendez surtout pas à un grand moment de cinéma, vous seriez très déçu.

Ah si, j'oubliais un détail fondamental. Si votre monstros est en pleine phase scatologique, n'y allez SURTOUT pas. Non parce que voir un Troll entièrement en paillettes argentées passer son temps à péter (désolée, j'ai pas d'autres mots) des paillettes avec son derrière pour arroser tout le monde lors des méga fiestas troll, je vous raconte pas l'effet que ça a sur le monstros en question. Perso, Azraël a passé le reste de l'après-midi à me présenter ses fesses en me disant qu'il m'arrosait de paillettes. Des instants mémorables je vous assure (mais qui n'ont pas duré ouf !).

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 12 octobre 2016

Avant tout le monde

Aujourd'hui sort en salle "Cigognes et compagnie", le dernier dessin animé de la Warner Bros. Et bien nous (les monstros et moi quoi), nous avons eu l'immense privilège de le voir dès dimanche dernier en avant première. En règle générale, je fuis les avant premières comme la peste : une foule pas possible, des horaires pas possibles et des monstros impossibles ! Mais là, bizarrement, c'était programmé un dimanche matin à 11h15 (comme toutes les séances habituellement programmées pour les enfants au ciné de Palaiseau) et je ne regrette pas du tout d'y être allée.

Cigognes-et-compagnie-critique1

D'abord, parce qu'il n'y avait pas plus de monde ou à peine que les autres dimanches où nous avons pu y aller. Ensuite, parce qu'on est reparti avec des petits cadeaux pour les monstros et enfin parce que le film, ben il était bien !

Alors c'est quoi l'histoire ? En gros, les cigognes ont arrêté depuis longtemps de livrer des bébés : trop pénible comme métier. Alors quand l'une d'elle s'est mise en tête de garder le bébé qu'elle devait livrer, qu'une bagarre s'est déclenché, que le système permettant de savoir où livrer le bébé a été cassé et que les cigognes se sont retrouvées avec une petite fille dénommer Tulipe à élever sur les bras, elles ont décidé de se reconvertir dans la livraison de colis commandés sur internet. Seulement voilà, les années ont passé et Tulipe a grandi, se révélant un Gaston Lagaffe puissance 10, la fainéantise en moins (oui parce qu'alors elle, elle n'arrête jamais et c'est bien là le problème pour nos cigognes). Alors quand Junior la confine au tri du courrier pour limiter les dégâts croit-il (car bien sûr, ça fait bien longtemps que les cigognes ne reçoivent plus de courrier, celui-ci étant exclusivement réservé aux commandes de bébés), l'impensable se produit : une lettre arrive. La suite, vous la devinez tout de suite. Notre Tulipe remet en marche la machine à fabriquer les bébés et un bébé est fabriqué !

La suite de l'histoire raconte donc toutes les péripéties de nos 2 héros pour livrer leur précieux paquet sans qu'aucune autre cigogne ne soit mise au courant (vu que c'est devenu strictement interdit) mais pas seulement. Car voilà, en parallèle des aventures de Tulipe et Junior, nous avons celle de Denis (enfin je crois que c'est son nom mais j'ai un doute), le petit garçon qui a commandé un petit frère et donc tout déclenché.

Pour les adultes que nous sommes, cette histoire est une réflexion plutôt sympa sur l'importance de la famille, que ce soit d'en avoir une comme pour Tulipe ou simplement d'avoir des parents qui passent du temps avec vous comme pour Denis. Mais elle aborde aussi l'importance de savoir ce que l'on veut dans la vie, ce qu'on en attend et comment construire son avenir, le tout avec beaucoup d'humour.

Pour les enfants, c'est vraiment très divertissant. En tout cas, les monstros ont adoré et Azraël n'a pas cessé de poser des questions et de faire des commentaires tout au long du film ce qui prouvait d'une part son intérêt et d'autre part sa compréhension sur bien des points. Certains passages, en particulier ceux faisant intervenir la meute de loups ou la bande de pingouins, sont tout simplement hilarants.

Alors certes, vous me direz que le film est bourré d'invraisemblances mais en même temps, avec un film où les cigognes et leurs livraisons sont à l'honneur, fallait un peu s'y attendre non ? Bref, si vous avez l'occasion d'aller le voir, n'hésitez pas. Petits (dès 5 ans à mon avis peut-être même un peu avant) et grands sont assurés de passer un bon moment.

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 18 août 2016

Mickey : un bon plan sortie pour les enfants handicapés

Bon allez, on va commencer par un peu d'humour noir (mais tout finit bien je vous rassure tout de suite). Ce message s'adresse à tous les parents qui rêvent d'emmener leur progéniture chez Disney mais qui freinent des 2 pieds à l'idée des heures de queue à faire pour accéder aux attractions. Pour vous, chers parents, j'ai LA solution miracle : je vous loue Gargamel pour la journée.

Non mais qu'est-ce qu'elle raconte la Puce ? Elle a grillé son unique neurone survivant ou quoi ? Que nenni, je suis très sérieuse (enfin, pas quand je parle de louer Gargamel quand même hein. Quoi que ?). Vous voulez que je vous raconte. Allez, c'est parti.

Ayant la chance de bénéficier de la connaissance encyclopédique disneylandesque de Super Nanny (oui, super Nanny est une grande habituée de Disneyland) et les monstros ayant grandi, cette année, j'ai décidé de tenter l'expérience et de les y emmener. Car voilà, bien que Disney ne vous fasse bénéficier d'aucun avantage financier du fait que vous êtes handicapé ou parents d'enfants handicapés, ils font quand même 2 trucs méga géniaux : le parking à 5 mètres de la porte d'entrée et le Saint Graal de tout parent d'enfants hyper actifs ou TED incapables de faire la queue plus de 2 mn d'affilée, le COUPE FILE.

Au début, j'y croyais quand même pas trop à cette histoire de passe-droit qui nous simplifierait la vie. Et puis je craignais que cela ne concerne que la personne en situation de handicap et son accompagnateur (comme c'est le cas à peu près partout ailleurs) mais bon, depuis le temps qu'Azraël me bassinait avec son envie de voir Mickey en vrai et que moi, j'avais envie que les monstros puissent faire des sorties comme tous les enfants de leur âge, j'ai décidé de sauter le pas. J'ai prévu le budget qui allait bien (oui, il faut prévoir un GROS budget quand on va à Disney parce que tout est hors de prix, rien que le tarif d'entrée pour une journée varie de 40 à 62€ pour les enfants et de 47 à 69€ pour les adultes), j'ai réservé une place dans un vrai resto (tant pis pour le prix justement) parce que la restauration rapide sur place est immangeable (dixit Super Nanny confirmé à posteriori par des collègues au bureau) et que le pique-nique avec les monstros, c'est no way. Et puis je me suis assurée que Super Nanny pourrait nous accompagner sur toute la journée comme ça, j'avais mon guide touristique perso doublé d'un garde chiourme pour monstros. En théorie, c'était parfait. Et en pratique, à part que j'ai fini les pieds en marmelade et le porte-monnaie raplapla, c'était parfait aussi.

Afin d'éviter au maximum l'affluence (Gargamel supporte très mal l'affluence, ça l'angoisse et ça l'excite et il devient vite ingérable), j'avais choisi d'y aller un jour de semaine, vendredi dernier pour être précise, week-end de 15 août, et d'arriver tôt le matin vu qu'on y passait seulement la journée, que c'est grand et que j'avais un billet d'accès pour les 2 parcs Disneyland et Disneystudio (les 2 pour le prix d'un qu'ils faisaient en promo). On s'est donc pointé comme des fleurs à 10h à l'entrée voitures. Pour ceux qui connaissent pas, l'entrée voiture ressemble à un péage d'autoroute et pour cause, on paie 20€ pour avoir accès aux différents parkings. C'est ici qu'il ne faut surtout pas oublié de préciser à la gentille guichetière que vous allez au parking handicapé car vous aurez besoin d'un code pour y accéder et c'est elle qui vous le donnera. Et ça, c'est écrit nulle part ! Heureusement pour nous, j'ai eu le réflexe de demander où était ce parking sinon on aurait été comme des c...ns.

Alors petit aparté concernant le stationnement handicapé. Pour en bénéficier, il vous faut impérativement une carte de stationnement mais sachez que cette carte n'est pas réservée exclusivement au handicap moteur. Toutes les formes de handicap peuvent vous permettre de l'avoir si votre situation le justifie. Dans le cas de Gargamel, son handicap est mental puisqu'il est TED (une forme d'autisme pour ceux qui ne connaissent pas). Et pour des raisons de sécurité (comme le fait qu'il court partout sans forcément regarder où il va et notamment traverse les rues à l'aveugle yahouuu), j'ai demandé cette carte que l'on m'a accordé. Alors n'hésitez pas à la demander. Elle peut vous rendre bien des services et si on vous l'accorde, c'est que vous y avez droit. Donc ne culpabilisez pas.

Bref, nous avons donc suivi les panneaux indiquant le stationnement réservé aux personnes handicapées. Et là, oh joie, on est arrivé quasiment au pied de la grille d'accès aux parcs même. Dès votre arrivée, précipitez vous au City Hall munis de la carte handicapé de votre bambin ou d'un certificat médical justifiant sa situation de handicap et demandez votre carte d'accès prioritaire. Ce qui est formidable dans l'opération, c'est que non seulement votre monstros va bénéficier d'un accès privilégié sur la quasi totalité des attractions (toutes sauf 2 en fait et elles sont dans le parc Disney Studio si je me rappelle bien), c'est-à-dire qu'au lieu d'aller faire la queue avec tout le monde, vous allez vous diriger vers une entrée spéciale où une personne va entièrement vous prendre en charge et vous faire passer devant tout le monde que vous aurez rien à faire et aucune question à vous poser tout est fait pour vous simplifier l'existence, mais encore que toute votre petite famille va pouvoir en profiter avec lui. Eh oui, l'accès privilégié ne se réduit pas à la personne handicapée et son accompagnateur. Chez Disney, on ne sépare pas la famille. Et pour que tout soit clair, le nombre de personnes bénéficiant d'un passe droit est noté sur la carte d'accès qu'on vous remet au City Hall.

Ok la Puce, c'est cool mais, est-ce que ça marche vraiment ? Et bien oui. Ça marche même du tonnerre. Il n'y a pas eu une seule attraction où on ait fait plus de 5 mn de queue. C'était tellement rapide que, on a commencé les attractions à 10h30, on a fait 1h30 de pause déjeuner, on est parti à 16h30 parce que mes pieds n'en pouvaient plus mais les monstros eux seraient bien restés encore et on a fait TOUTES les attractions (sauf Indiana Jones parce que les monstros n'avaient pas la taille requise et celles qui étaient fermées pour travaux) et plusieurs fois, jusqu'à 4 pour certaines. Jamais j'aurais cru ça possible. En fait, le seul passe-droit que vous n'ayez pas, c'est pour faire les photos avec les personnages dans les rues. Là, il vous faudra vous armer de patience comme tout le monde.

IMG_0688

On a eu la chance qu'Azraël aperçoit Plutôt en train de gagner son point de rendez-vous et lui saute directement sur le poil.

Bon et qu'est-ce qu'on trouve comme attraction au juste alors ? Oh la mais plein de chose. Ce qui a fasciné le plus les monstros, c'est le dragon (un automate grandeur nature dans sa caverne qui pionce avant de se réveiller pour vous balancer de la fumée. Les monstros s'amusaient à crier pour le provoquer en s'imaginant que c'était EUX qui le réveillaient. Que voulez-vous, c'est naïf un monstros).

IMG_3951

Ici, mes photos sont toutes pourries parce que je pouvais pas mettre le flash. Le gros gros kif de Gargamel fut sans conteste le Space Mountain, des wagons qui descendent d'une hauteur vertigineuse en quasi chute libre. Enfin, je crois. J'y étais pas, trop occupée à consoler Azraël qui n'a pas eu le droit d'y aller parce qu'il n'atteint pas encore le 1m32 réglementaire. Déjà qu'avec son frère, il s'était fait refouler des montagnes russes Indiana Jones, mais là en plus, son frère pouvait y aller et pas lui, c'était la fin du monde et DisneyLand c'est nul maman je peux aller nulle part c'est trop nul je pourrais jamais y aller de toute ma vie. Si vous ne craignez pas le vertige, vous avez également quelques manèges qui tournent gentillement mais haut, très haut, très très haut (bon, ok, peut-être pas si haut que ça mais bon ça impression quand même). Et puis bien sûr, vous avez l'éternel carrousel de petits chevaux (quasiment les seules photos que vous aurez des monstros en action parce que pour tout le reste, c'était simplement pas possible d'en prendre) et les pseudo trains fantômes.

IMG_0689IMG_3968

Je dis ça parce que je ne sais pas trop comment appeler autrement ces attractions nommées Blanche-neige et les 7 nains et les Voyages de Pinocchio. Imaginez que vous grimpez dans un train fantôme sauf qu'au lieu d'un parcours où on vous fait peur, vous faîtes un parcours qui vous raconte l'histoire de Blanche-neige et celle de Pinocchio (c'est 2 attractions différentes je précise). Perso, je comprends pas trop l'intérêt mais les monstros n'ont pas cessé d'en redemander et on a justement fait Blanche-Neige 4 fois. Deux autres attractions sortent également du lot par leur côté interactif : Buzz l'éclair, toujours le principe du train fantôme mais vous êtes ici muni d'un pistolaser et vous aidez Buzz à sauver la galaxie et les petites voitures à conduire vous-même.

IMG_0746

Les monstros n'étaient pas peu fiers de piloter eux-mêmes leur bolide (sur un parcours prédéterminé donc il est impossible de dévier que même un enfant de 2 ans peut le faire je vous rassure tout de suite). Et puis il y a aussi les différentes galeries d'exposition sur les thèmes des films de Disney qu'on peut admirer tranquillement.

Et le resto alors ? Comme je le disais, j'ai préféré réserver dans un vrai restaurant pour l'occasion et bien que cela ait été vraiment cher (39€ le menu enfant, 59€ le menu adulte mais il y en a quand même des un peu moins), je ne le regrette pas. D'abord, parce qu'on a très bien mangé et à ce prix là, ça compte ! Les menus inclus tous un cocktail sans alcool, une entrée, un plat et un dessert. Pour les enfants, on a le choix entre 2 possibilités à chaque fois et le choix est plus vaste pour les adultes. Ensuite, parce qu'on a eu une fois de plus l'occasion d'admirer Azraël faire du charme aux serveuses et avec beaucoup plus de succès cette fois (et Gargamel ne voulant pas être en reste s'y est mis aussi). Mais surtout, s'il était aussi cher, c'est parce que sans le savoir, j'avais réservé dans un restaurant à personnages (pourtant, c'était bien écrit sur le descriptif du site internet mais j'ai pas fait gaffe) et ça, c'est trèèèès cool.

Euh, c'est quoi un resto à personnage ? C'est un resto où les personnages de Disney correspondant à sa thématique (pour nous, on était l'auberge de Cendrillon donc c'était petites souris, princes et princesses) viennent vous voir à votre table, câlinent vos enfants et se laissent prendre complaisamment en photo sans même que vous ayez à lever le postérieur de votre chaise. Et ça mes petits amis, quand on voit les yeux des monstros s'illuminer, ça n'a pas de prix (bon, ok, si ça a un prix mais à ce stade, on s'en tape ! ).

IMG_3974

Eh le Prince, t'as réussi à me piquer Cendrillon mais la prochaine princesse est à moi.

IMG_0734

Vous pouvez pas vous en rendre compte mais Azraël regarde Arielle d'un air totalement énamouré !

Aaaaah ma princesse !

IMG_0738

Bon, les autres m'ont échappé mais toi, je te lâche pas !

IMG_0701IMG_0712

Cayiiiin, bisouuuus !

Et effet secondaire appréciable, c'est qu'ensuite, les monstros n'ont plus jamais réclamé à faire la queue pour être prix en photos avec d'autres personnages de Disney dans les rues ce qui faisait parfaitement mes affaires vu que, je vous le rappelle, c'est le seul truc pour lequel on n'a pas droit au coupe-file.

Une sortie que je recommanderais donc à tous les parents d'enfants souffrant d'un handicap car vraiment beaucoup de choses sont faites pour vous simplifier la vie (y compris une carte où les attractions compatibles avec les différents types de handicap sont inscrites). Une magnifique journée donc dont les monstros gardent un souvenir émerveillé. Ils attendent d'ailleurs impatiemment d'y retourner et j'ai eu un mal de chien à leur expliquer que non, on pouvait pas y retourner demain, mon porte-monnaie n'étant pas en mesure d'accéder à leur demande (et mon boss non plus).

Posté par reyhaziel à 19:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,