Ah, le retour du soleil ! Et les retrouvailles avec ma Milady chérie ! Oui parce que, rappelons le, je ne le dirai jamais assez, je suis une mère indigne et j'en suis fière. Pendant ma petite escapade, les monstros ne m'ont donc absolument pas manqué! Tiens, maintenant que j'y pense, il semblerait que je sois une femme indigne aussi puisque Chéri est à ranger dans le même panier que les monstros. Mais ma machine à coudre par contre, c'est une autre histoire !

Euh, la Puce, tu deviendrais pas un peu obsessionnelle de la couture là ?

Meuh non, rassurez-vous. C'est juste que je mourrais d'envie d'utiliser un tout nouveau type de tissu que j'avais jamais cousu avant. Mais comme j'ai pour principe (un des rares que j'arrive à tenir) de ne jamais commencer un nouveau projet avant d'avoir fini le précédent, j'avais encore pas pu m'y mettre.

Ah ? Et c'est quoi ce tissu ? Tu vas en faire quoi ? Une pochette de voyage encore ? Que nenni, fini les pochettes pour le moment, je suis bien équipée. Non, ce tissu, c'est pour une robe de printemps. Oui parce que sur un des blogs couture où je vais régulièrement, je suis inscrite dans le groupe "Robe de saisons". Comme son nom l'indique, on y coud une robe par saison, robe qui doit répondre à des critères fixés à l'avance par vote de l'ensemble des membres du groupe. Et pour la robe de printemps, le thème, c'était coudre une robe japonisante. Pour moi qui suis fan des trucs japonais en général et des livres de couture japonais en particulier, avouer que je ne pouvais pas rester les bras ballants à ne rien faire ! Sauf que je n'avais plus de tissu en provenance du Japon (ben oui, ils sont tellement bien que je les ai déjà tous utilisés) ni de tissus à imprimé tendance japon. Qu'à cela ne tienne, le woueb est venu à mon secours. Et pour une fois, j'ai fait des infidélités à mon fournisseur de tissus japonais préféré parce qu'aucun de leurs imprimés ne m'inspirait.

Le tissu idéal, je l'ai trouvé dans une petite boutique du site alittlemercerie. Et dès que je l'ai vu, j'ai su qu'il me le fallait (et j'ai pas dû être la seule parce qu'il n'y en a plus). Un rouge splendide comme ça, avec des fleurs de cerisier, je ne pouvais vraiment pas le laisser passer. Et pourtant, j'ai longuement hésité avant de l'acheter.

autres-tissus-tissu-japonais-chirimen-crepe-fleu-5191525-20-449ea-08b49_570x0

Pourquoi me direz-vous ? Parce que ce tissu, c'est du Chirimen et que je n'avais absolument aucune idée de ce que cela pouvait bien être. Et parce que les photos, c'est bien beau mais ça ne renseigne pas beaucoup sur le tombé ou le touché d'un tissu. Mais là, je ne regrette vraiment pas mon achat.

Bon, c'est bien gentil tout ça la Puce, mais ça donne quoi alors le Chirimen ? Le Chirimen, encore appelé crêpe japonais, est un tissu très fluide et souple. Sur ces 2 points, il se comporte exactement comme un jersey viscose, en beaucoup beaucoup moins élastique. En plus, comme il est plus lourd qu'un jersey viscose standard, il a un magnifique tombé et surtout, il ne roulotte pas. Au niveau du tissage, il est constitué d'une trame de fils tordus ce qui lui donne un aspect très structuré (on le voit bien sur la photo quand on l'ouvre en gros plan). Les petites vaguelettes du tissu proviennent du tissage en lui-même et non de l'imprimé. Mais même si sa surface n'est pas lisse comme une cotonnade ou un Tana Lawn, il est doux et vraiment très très agréable à porter, en particulier quand il fait chaud car il a un touché frais sur la peau. Et en prime, il possède la brillance d'un tissu type satin. Malgré sa fluidité et sa brillance, son coté structuré l'empêche de glisser comme un satin ou une soie (attention hein, ça glisse quand même mais on est loin du dérapage incontrôlable du satin ou de la soie) et c'est un vrai bonheur à coudre. Un tissu sans défaut donc ? Ben non, faut être honnête, il a quand même quelques défauts. Vu qu'il glisse tout de même un peu, il faut faire bien attention quand on patronne sinon on peut vite se retrouver avec des pièces de guingois. Il possède une extensibilité dans le biais un peu surprenante (plus importante qu'on pourrait le supposer car le tissage n'est pas très serré) et il faut faire attention quand on coupe des pièces dans le biais ou des pièces qui tournent (genre quart de jupe avec une couture dans le droit fil et une couture dans le biais) ou bien on risque de se retrouver avec des coutures qui gondolent mais surtout, il s'effiloche facilement. On évitera donc de couper les pièces avec des marges trop réduites ou on les surfilera rapidement. Et on utilisera de préférence une aiguille assez finie pour ne pas trop écarter les fils du tissage lorsqu'on le coud. Mais franchement, malgré ces touts petits défauts, j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à faire ma robe.

Ce qui m'amène à cette fameuse robe justement. Histoire de coller à fond à la thématique de la Robe de printemps, j'ai choisi de réaliser un modèle tiré d'un livre .... tadam ... japonais bien sûr, le désormais fameux Simple Chic (aka  le livre 2 des JCA). Le modèle pour lequel j'ai opté, c'est le modèle 3, l'archétype de la petite robe noire. Pour une robe rouge, fallait oser non ! Techniquement, c'est un modèle ultra simple et tout à fait sans surprise. Alors bien sûr, je n'ai pas pu m'en empêcher. Il fallait IMPÉRATIVEMENT que je fasse des modifications. J'ai donc changé l'encolure, trop raz du cou à mon goût pour un V que j'ai créé à l'identique dans le dos. Pour casser l'uniformité du modèle, les encolures devant et dos sont bordées d'un large biais maison en jersey noir. Au niveau de la jupe, je voulais qu'elle ait plus d'ampleur (c'est que j'ai un énorme bidon à planquer moi, et je vous parle même pas du popotin), beaucoup plus d'ampleur même que le modèle d'origine. Mais en même temps, je voulais que la robe reste chic. Oui, je sais, je suis une fille compliquée. En même temps, à quoi ça me servirait de coudre si je ne faisais pas les vêtements exactement comme j'ai envie qu'ils soient. J'ai envisagé un moment une simple jupe cercle mais elles ont tendance à être très gourmandes en tissu ce qui ne faisait pas mes affaires. C'est que je voulais en garder assez pour me faire une petite veste boléro assortie. Et pour conserver le côté chic, les fronces sont en général à éviter. J'ai donc finalement fait le choix d'allonger de 20 cm la largeur de la jupe et de placer plusieurs plis creux pour retrouver au final la circonférence voulue, ainsi que de remonter un peu la ligne de taille. Et pour lui donner de la tenue et faire un rappel de l'encolure, j'ai remplacé l'ourlet par un biais de coton noir.

IMG_0626IMG_0630IMG_0628

Le triptyque habituel : devant coté dos. On ne voit pas bien le décolleté en V du dos. Il faudra que je le creuse davantage la prochaine fois.

IMG_0631

Un gros plan sur l'encolure

IMG_0635

IMG_0638

IMG_0637

J'adore le résultat final. Je sens qu'elle va devenir une de mes tenues favorites pour les beaux jours. Elle est hyper confortable à porter et je me sens très élégante avec. J'ai hâte de me faire mon petit gilet et que les températures grimpent pour aller me pavaner. Allez, je n'ai plus qu'à me trouver des chaussures rouges assorties et ce sera tout bonnement PARFAIT !

Ah oui, pendant que j'y pense, j'ai oublié de donner une date limite au petit concours de mon Blogoversaire. Alors je le fais maintenant : ce sera le 25 mars. Bon courage !