Bienvenue en enfer (ou le monde de la parentalité)

dimanche 12 mai 2019

Le samedi, on est passionné !

Le problème quand on se procure un litre de purée de passion pour faire une bûche de Noël, c'est qu'une fois les 250g nécessaire à la confection de la dite bûche utilisés, on se retrouve avec 750g de purée de passion sur les bras. Et au prix que ça coûte, j'aime autant vous dire qu'on a vraiment, mais vraiment, envie d'en faire quelque chose.

Et vu qu'on peut pas manger de la bûche tous les jours et que mon congel est tout petit, ben des glaçons de purée de passion, c'est bien mais faudrait pas qu'ils y restent trop longtemps. Heureusement, l'avantage quand on a des gros gourmands à la maison, c'est qu'ils ont généralement plein d'idées de douceurs qu'ils aimeraient manger. Et vu qu'Azraël ne cessait de me demander des glaces pour son dessert, j'ai sauté sur l'occasion d'écouler une partie de mon stock de purée de passion en la transformant en crème glacée. Attention, je parle bien de crème glacée (donc un truc avec des oeufs et de la crème) et pas d'un sorbet.

IMG_3812

Comme toutes les crèmes glacées, la base de la version à la passion est une crème anglaise où on remplace une partie du lait par de la purée de passion. Toutefois, contrairement à une crème glacée plus standard (genre vanille, chocolat ou menthe), on peut avoir de très mauvaises surprises lors de la réalisation si on ne procède pas dans le bon ordre. J'ai pu le constater à mes dépends à plusieurs reprises alors je me suis dit que ce serait une bonne idée de vous faire partager mon expérience.

Généralement, quand on prépare une crème glacée, il n'y a pas vraiment d'ordre ni de règles. On fait chauffer les liquides d'un côté, on met les jaunes battus avec le sucre de l'autre et puis on mélange et on fait cuire pour obtenir sa crème aromatisée que l'on place en sorbetière quand c'est froid et voilà. Sauf que si l'arome en question vient d'un jus de fruit acide, c'est la cata assurée. Dès que vous allez mélanger lait et jus, vous allez vous retrouver avec un magnifique lait caillé !

IMG_3813

La première fois que ça m'est arrivé, c'était pour de la glace au citron et j'ai pas tilté. Et vu que j'avais plus de jus de citron, j'ai pas cherché à comprendre. Avec celle à l'orange, rebelotte mais comme les monstros m'avaient cassé les pieds en pleine réalisation, je leur ai tout collé sur leur dos, c'était plus simple que de chercher ce qui avait mal tourné (en dehors du lait bien sûr)(eh oui, je sais, elle est facile celle-là). Mais quand ça s'est reproduit pour ma glace passion, là, ça m'a gavé grave alors j'ai enfin pris 5 mn pour réfléchir. Et comme j'avais déjà 2 désastres à mon actif, j'ai vite percuté sur le rapport avec l'acidité des fruits.

IMG_3814

Heureusement, la méthode pour éviter de faire cailler le lait est simple : on ne verse jamais le jus directement dans le lait. On le verse dans la préparation à base d'oeufs. Cela oblige à cuire la crème anglaise plus longtemps mais ça évite au lait de tourner. Allez, c'est parti pour la recette.

Pour un litre environ de glace passion

  • 150 g de purée de passion
  • 130 g de sucre
  • 4 jaunes d'oeufs
  • 200 g de lait demi-écrémé
  • une brique de 20cl de crème liquide entière bien froide
  • facultatif : 3g de stabilisateur pour crème glacée

Dans un saladier, mettre le sucre et le stabilisateur et bien mélanger. Ajouter les jaunes d'oeufs et battre au fouet ou à la cuillère magique. Pas la peine de faire blanchir tout de même. Ajouter la purée de passion et bien mélanger à nouveau.

Dans un casserole, mettre le lait à bouillir. Dès les premiers bouillons, couper le feu et versez le lait chaud sur la préparation à base d'oeuf tout en battant à la cuillère magique ou au fouet. Normalement, rien d'extraordinaire ne se passe et le lait ne tourne pas. Reverser le tout dans la casserole et cuire la crème anglaise à feu doux (moi, je mets à 5-6 sur mes plaques qui montent à 12) sans cesser de battre. Il faut que la préparation monte à 83°C. Si vous n'avez pas de thermosonde, il faut cuire jusqu'à ce que la préparation épaississe et nappe une cuillère. Pour les débutants, on dit qu'une crème nappe une cuillère si, quand on la plonge dans la préparation, qu'on la ressort et qu'on passe son doigt sur le dos de la cuillère, on fait une ligne nette.

Quand la crème anglaise est cuite, on la verse dans un saladier et on y ajoute la crème liquide bien froide. Cela va abaisser la température du mélange qui sera ainsi utilisable plus rapidement. Bien mélanger et placer au frigo ou au congélateur selon que vous êtes plus ou moins pressé. Si vous mettez au congélateur, il faudra aller remuer régulièrement pour éviter qu'une partie reste chaude pendant que l'autre gèle.

Quand la préparation est bien froide, placer dans une sorbetière et turbiner jusqu'à ce que la glace soit prise. Là, si vous aimez la glace italienne, vous pouvez déguster de suite. Sinon, vous placez au congélateur pour une heure ou 2 qu'elle finisse de prendre.

Et voilà, il ne vous reste plus qu'à vous régaler.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 10 mai 2019

Défi Je couds (ou je tricote) pour un homme #2 : Le pyja-illot de bain

Bon ok, je vous vois venir d'ici. Non mais c'est quoi ce truc imprononçable (et inécrivable aussi d'ailleurs) ?

Et bien ce truc, ami(e) lecteur(trice), c'est le maillot de bain le plus moche et mal taillé de la création que même mon arrière-arrière-arrière grand-père en avait des plus seyants mais tellement hyper méga confortable qu'Azraël a décrété qu'il voulait absolument dormir avec. Bref, un maillot de bain pyjama quoi !

Alors une fois n'est pas coutume, nous parlerons donc de flop couturesque qui file grave la honte d'autant que cette réalisation était prévue pour le défi de Nabel et que, quand on participe à un défi, généralement, on ambitionne de présenter un truc chouette. En plus, initialement, j'avais bien choisi mon sujet : un nouveau maillot de bain pour Sir Azraël qui était jaloux du beau maillot de son grand frère (et qui en avait bien besoin en prime vu que tous ses autres maillots étaient largement trop petits). Sauf qu'il semblerait qu'en ce moment Azraël me file la poisse puisque c'est quand même ma 2ème réalisation d'affiler pour lui qui tourne pratiquement à la cata. Oui, je vous rappelle que, déjà pour sa chemisette à hiboux, c'était tout juste parce que le patron taillait très juste justement. Et là, c'est carrément l'inverse : ça taille grand, très grand, et n'importe comment en prime.

Comme je disais, au départ, j'étais partie sur un modèle qui avait fait ses preuves pour son grand frère, le modèle 15 dénommé Mr Leopard du Ottobre 6/2016. Seulement voilà, au moment de reporter mon patron sur mon tissu, je me suis aperçu que ça ne tiendrait pas. Mes chutes n'étaient pas assez grandes. Je vous dis pas comment Couturus s'arrachait les cornes ni la profondeur abyssale du désespoir de mon petit monstros. Et puis brusquement, voilà que je me rend compte que Mr Leopard existait également en version slip et pas uniquement boxer.

IMG_3872

Déjà, vu la hauteur de taille, on sent bien l'effet pépéisant du bignou !

IMG_3873

Toute guillerette, me voilà donc lancée dans la confection de cette nouvelle version qui tenait, elle, pile poil dans mes chutes, persuadée que si le boxer taillait pile poil, le slip serait tout aussi bien. Pauvre innocente ! Alors certes, en regardant les différentes pièces, je les trouvais bien un peu grande. Mais bon, j'ai tout le temps l'impression que c'est grand et finalement, une fois sur les monstros, ça va très bien alors je ne me suis pas inquiétée plus que ça.

Mais une fois l'assemblage terminé, j'ai eu la très nette impression que même mon auguste postérieur aurait ses aises à l'intérieur de ce slip de bain (bon, j'ai pas poussé le vice jusqu'à tester pour confirmation mais c'était pas loin). Fort dubitative, j'ai tout de même fait essayer la bête à ma bestiole et j'aime autant vous dire que j'ai pas été déçue du voyage. Ça baillait de partout, ça gondolait au niveau du postérieur et ça semblait mal taillé vu les endroits bizarres où tombait les coutures. Mais Azraël l'ayant immédiatement adopté au point de vouloir dormir avec, je n'ai pas osé lui dire que c'était du grand n'importe quoi. Et puis j'espérais bien qu'une fois mouillé, il passerait son temps à glisser et que mon monstros y renoncerait donc de lui même.

IMG_3869IMG_3870

On remarquera les magnifiques plis aux fesses et l'effet taille haute. Avec un poil d'effort, Azraël arrive pratiquement à en faire un body !

Et bien croyez le ou non mais Azraël l'a arboré fièrement durant les vacances de Pâques chez Inferno Gran Mom (qui a eu du mal à se remettre de cette vision d'horreur et non, j'exagère à peine) lors de notre sortie au centre aquatique. Et en plus, figurez-vous que le pyja-illot de bain n'a pas bougé d'un poil de son popotin rebondi ! Du coup, il est encore plus enthousiasmé par son nouveau maillot.

IMG_3867

Ma préférée : un Azraël fier comme un paon dans son nouveau maillot !

Bon d'accord, c'est bien là l'essentiel après tout. Et puis une fois dans l'eau, on ne le voit plus le maillot mais tout de même, j'en suis vraiment pas très fière de mon slip de grand-père !

Bon allez, je file voir chez Nabel les réalisations des autres participantes !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 30 avril 2019

Opération Déstockage # 22 : Premières amours couturesques

Rhaaaa, quand même ! Ils me manquent !

Oh oui ! A moi aussi ils me manquent mon petit Couturus ! Ils étaient si faciles, si simples, sans prétention quoi !

Et tellement rapides !

Et puis fiables ! Avec eux, on n'était jamais déçu ! Ou si rarement !

Bon alors, t'es d'accord ? On leur saute dessus ?

Si j'étais d'accord ? Un peu que j'étais d'accord. Alors ni une ni deux, j'ai sauté sur mes étagères à patrons et j'ai exhumé mes ..... tadam, roulements de tambour ... patrons japonais ! Et pour être tout à fait précise, j'ai ressorti mon bouquin spécial robes trapèze.

Après tout ce temps, ça m'a fait un peu bizarre de me remettre à un modèle aussi simple mais j'ai vraiment un problème avec ma garde-robe qu'il faut que je réapprovisionne d'urgence. D'abord parce que je n'ai plus grand chose à me mettre sur le dos (la faute au stress et à la prise de kilo qui l'accompagne invariablement chez moi). Et ensuite parce que j'avais froid. Je sais, avec le beau soleil de ces derniers jours et la remonter des températures, ça peut sembler bizarre, mais il caillait quand je l'ai cousu cette robe. Et enfin parce que j'avais un superbe tissu qui me faisait de l'oeil dans mon placard depuis un petit moment. Alors c'est sans remord aucun que j'ai ressorti le patron du modèle 12B du Les robes trapèzes pour me coudre une petite robe sans manches idéales pour la mi-saison, ou l'hiver avec un T-shirt ou un gilet. Un modèle très simple que j'ai rendu simplissime en utilisant l'élasticité de mon tissu pour supprimer l'ouverture du dos.

IMG_3772

IMG_3773

IMG_3774

Aucune difficulté technique à l'horizon donc si ce n'est mon choix de tissu : un superbe ersatz de velours (un truc qui ressemble à du velours mais qui n'en est pas) très doux mais qui accroche toutes les peluches et poussière passant à sa portée bleu d'une teinte bleue canard sur une face, l'envers étant tissu doudou super doux plutôt turquoise niveau couleur (en provenance de chez Toto je crois). Pour avoir de jolies finitions, j'ai posé du bord-cote plutôt que du biais sur les emmanchures et l'encolure et ajouter un galon de dentelle.

IMG_3777

IMG_3779

Gros plan sur l'encolure et les emmanchures

IMG_3778

Le galon de dentelle et un petit noeud monté sur broche et amovible

J'adore le résultat et elle a déjà été pas mal portée mais je n'ai malheureusement pas trouvé le temps de prendre des photos portées (la loose !). Mais bon, Madonna étant sympa, elle a accepté de poser pour moi ce qui me permet de participer à l'Opération Déstockage de Scrapaboom.

J'en profite pour annoncer les résultats du tirage au sort de mon anniblog : c'est Nabelmumu qui a été désignée et qui n'a plus qu'à me dire ce qui lui ferait plaisir.

 

Posté par reyhaziel à 23:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 20 avril 2019

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 8 - et un gang de hiboux

Yahou ! Youpi ! Victoire ! Je l'ai trouvéééé, je l'ai trouvééééé ! Youhouhou !

Ben, qu'est-ce qui t'arrive la Puce ?

Regardes un peu ça Couturus ! J'ai enfin trouvé le dernier maison Victor ! Celui avec plein de modèle de caleçons ! C'est pas trop cool !

Yeeeeees, on va enfin pouvoir coudre des sous-vêtements dignes de ce nom aux monstros !

Eh oui, depuis sa sortie, je désespérais de le trouver ce numéro de LMV. Il faut dire que, pour une obscure raison, j'ai toujours un mal de chien à le trouver ce magazine. Mais celui-là, avec tous ses modèles pour femme, homme et enfant, je le voulais vraiment vraiment vraiment ! Et j'avais trop trop hâte de coudre ses petites merveilles pour ma progéniture en mal de boxers sans trous. Autant vous dire qu'à peine dégoter, Couturus et moi, on a sauté sur Milady dare dare.

Un recopiage de patron, un reportage sur tissu, un découpage et un assemblage de pièces et hop, c'était parti pour la réalisation d'une splendide, une adorable ... chemisette pour l'été !?!?

Oui, je sais, vous vous demandez brusquement pourquoi une chemisette alors que j'ai acheté ce magazine pour ses sous-vêtements. Ben le problème voyez-vous, c'est qu'en fouillant dans mon placard à tissus à la recherche de mes chutes de jersey, je suis retombée sur un splendide coupon de velours milles raies bleu canard trop trop beau. Et super doux à l'intérieur en prime. Et là, Couturus a disjoncté : il fallait absolument coudre un pantalon super classe à Azraël. C'était IM PE RA TIF ! D'autant qu'à ce moment-là, il caillait encore et qu'on était en déficit grave de pantalons à la taille de Sir Azraël. En parcourant mes Ottobre (oula, on s'éloigne de Victor qui commence à faire tête), j'ai trouvé un petit modèle de chino sympa qui s'annoncait parfait pour mettre en valeur mon beau velours, le modèle 25, Casual Everyday, du Ottobre 4/2018. Ni une ni deux, me voila au travail quand, au moment de couper les poches, je me suis dit que ce serait bien de jouer sur le contraste et de changer de tissu pour une cotonnade. En plus, ça ferait moins épais à coudre ce qui ne serait pas plus mal.

IMG_2915

Oui, je sais, elles sont super pourries mes photos !

IMG_2916

IMG_2917IMG_2925

Non mais visez moi ce hibou qui n'en revient pas de squatter l'illustre popotin de Sir Asraël !

Alors hop, j'ai fouillé à nouveau dans mon placard et je suis tombée sur un tout petit coupon de coton Robert Kauffman acheté il y a au moins 3 ans avec un magnifique imprimé hiboux tons bleu et vert sur fond blanc. Et là, Couturus a disjoncté (oui, je sais, encore) : il fallait absolument coudre une chemise à Azraël assortie au pantalon parce qu'il aurait vraiment mais vraiment trop la classe. C'était IM PE RA TIF ! D'autant qu'à ce moment-là, ça caillait toujours mais il y avait du soleil et que, de toute façon, il est en déficit grave de chemise le Azraël (normal vu qu'il n'a pas une seule chemise en fait).  En parcourant mes Ottobre (aie, il est de plus en plus désespéré le Victor, il sent bien qu'après avoir eu tant de mal à atterrir sur mon étagère, il risque d'y rester bloqué un petit moment), j'ai trouve un petit modèle sympa qui s'annoncait parfait pour mettre en valeur mon beau tissu à hiboux. Ni une ni deux, me voila au travail quand, soudain, je réalise que mon coupon est bien trop petit pour faire tenir toutes mes pièces. Oui, je suis très lente parfois. Là, je me suis dit que, puisque tout ne tenait pas dans mon coupon, j'avais qu'à jouer sur le contraste en trouvant une autre cotonnade pour couper les pièces manquantes.

Alors hop, j'ai fouillé une 3ème fois mon placard à tissu et je suis tombée sur un gros reste de voile de coton bleu-vert absolument parfait. Et là, Couturus a disjoncté ... ? ah ben non, il a pas disjoncté en fait, il a plutôt égrainé tout un chapelet de jurons parce qu'il avait beau tourné le problème dans tous les sens, ça tenait toujours pas ! Le patron ayant un dos d'un seul tenant, il aurait fallu couper le dos et les devants dans 2 tissus différents et ça faisait trop bizarre.

C'est alors que Victor s'est mis à me faire du gringue. C'est qu'il peut se montrer charmeur quand il veut le Victor. J'étais prête à le rembarrer que j'avais pas le temps pour un caleçon quand je l'ai vu ! Elle était là qui attendait sagement qu'on la réalise, la chemisette Oliver du LMV mars-avril 2019. Et avec son empiècement dans le dos et son col mao, ça tenait tout juste dans mon tissu à hiboux.

IMG_2901

IMG_2908

IMG_2903

IMG_2904

J'ai donc rassemblé mes différentes pièces de différents tissus et patrons et j'ai réussi à convaincre Couturus que, bon, maintenant, on pouvait peut-être enfin se mettre au boulot. Et après 3 semaines, Azraël avait un superbe pantalon et une splendide chemisette ... immettables ! Ben oui, j'avais absolument rien qui convenait comme boutons. Alors pour le pantalon, à la limite, avec sa taille à moitié élastiquée, on aurait pu s'en passer mais la chemisette, c'était une autre paire de manches ! (ouais, je sais, elle est facile celle-là). Bon, pas grave, Fimus est venu à la rescousse. Je lui ai dessiné le modèle de bouton que je voulais et il me l'a réalisé en pâte Fimo. Une réalisation entièrement maison sans l'aide d'aucun tuto vidéo et donc je suis très fière, je l'avoue.

IMG_2906IMG_2921

Résultat de tout ça : un ensemble parfaitement coordonné dans lequel, comme prévu, Azraël est trop trop classe ! Pour l'occasion, j'ai poussé mon abnégation maternelle jusqu'à réaliser l'intégralité du pantalon en couture anglaise pour que ça ne gratte pas au niveau des coutures. Le modèle est assez facile à réaliser à part la braguette qui m'a posé quelques difficultés.

IMG_3834IMG_3835

Pour la chemisette par contre, j'avoue être un peu déçue niveau taille. Moi qui ai l'habitude que ça taille plutôt grand le LMV, ben là, ça taillerait plutôt petit. Rendez-vous compte, du haut de ses 8 ans et 9 mois, Sir Azraël porte tout de même du 16 ans là ! Y a comme un truc moi je dirais ! D'ailleurs, le tableau des mensurations n'a rien à voir avec celui d'Ottobre ce qui m'a beaucoup étonné. Autre truc étonnant, l'empiècement du dos, et uniquement l'empiècement, est doublé. Et franchement, je n'en comprends pas l'intérêt. A part pour avoir de plus jolies finitions, ça ne fait guère que compliquer la tâche. Du coup, je ne l'ai pas doublé et je ne m'en porte pas plus mal.

IMG_3825

IMG_3828

IMG_3829

Azraël est trop content de son bel ensemble et il a raflé tous mes boutons hiboux en rab pour mettre dans son coffre aux trésors ce qui le réjouit encore davantage. Et en plus, cela me permet comme prévu de participer au défi Victor d'Elisabeth. Et ça, c'est top !

Posté par reyhaziel à 22:29 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 14 avril 2019

La tradition de l'anniblog en retard

Et oui, pour la seconde année consécutive, nous fêtons en ce 14 avril les 5 ans et UN MOIS de ce blog (je suis en passe de devenir la spécialiste mondiale de l'anniblog avec un mois de retard).

Alors même si ces derniers temps, nouveau boulot oblige, j'ai comme qui dirait un peu de mal à poster (faut dire aussi que si j'étais moins bavarde, j'écrirais peut-être moins lentement et plus souvent), je suis plutôt contente et fière de tenir bon dans cette belle aventure. Et comme un anniversaire n'en serait pas un sans petit cadeau, je vous propose un petit tirage au sort pour fêter ça. Pour participer, c'est comme d'habitude. Il suffit de laisser un petit commentaire et vous avez jusqu'au 26 avril pour ça.

Le gagnant ou la gagnante recevra un petit colis surprise. Bien sûr, rien ne l'empêchera de faire des suggestions et pour vous donner de l'inspiration en la matière, voilà les derniers petits cadeaux réalisés de mes blanches mimines pour des monstros actuellement fans de Lady Bug et Chat noir, les héros de la série Miraculous LadyBug.

ladybug

A la demande insistante d'Azraël, rapidement épaulé par son frangin tout aussi fan que lui, j'ai donc dû fabriquer à l'insu de mon plein gré deux exemplaires de la bague de Chat noir. Fort heureusement pour moi, en prenant comme support une bague en métal ajustable, c'est un objet simple et rapide à fabriquer à base de pâte FIMO.

IMG_3770

Je me suis donc procurée 2 anneaux que j'ai ensuite réglé aux doigts d'Azraël et de Gargamel avant de les recouvrir de Fimo noir irisée. J'ai ensuite ajouté une empreinte de patte de chat en Fimo fluorescente pour la plus grande joie des monstros qui ont passé leur temps à activer la Fimo avant de se mettre dans le noir pour voir la patte de chat brillée.

IMG_3764IMG_3747

IMG_3748

IMG_3749

Bien évidemment, comme on pouvait s'en douter, Azraël s'est immédiatement lamenté que sa Tout p'ti peu amoureuse n'avait pas les boucles d'oreilles de Ladu Bug pour jouer avec lui. Et devinez un peu qui s'est fendu d'une paire de boucles coccinelles.

IMG_3766

IMG_3767

Paire longuement testée par les monstros avant d'être offertes à leur nouvelle propriétaire. Et je dois avouer que les monstros portent plutôt bien les boucles d'oreilles même si je regrette vivement de ne pas avoir pu prendre de photos pour enrichir ma collection de photos compromettantes.

Posté par reyhaziel à 23:34 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 8 avril 2019

Cauchermars Land

Rhaaaaa, noooooon, pitiiiiiééééé, pas encooooooooore !

Tel fut le cri intérieur totalement désespéré qui raisonna sous mon crâne dimanche soir à l'heure du coucher d'Azraël. Car brutalement, j'ai cru revenir à l'époque maudite d'Harry Potter 3. Mais si, souvenez-vous, quand Azraël avait une peur panique des loups garous suite au visionnage du "tout public" Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban et que je passais mes soirées dans sa chambre en attendant qu'il daigne s'endormir.

Même que ça a duré jusqu'à ce que je lui couse son hypogriffe! Une éternité ! Alors forcément quand Azraël a commencé son cirque, ça m'a rappelé des souvenirs.

Allez, c'est l'heure de dormir maintenant. A demain mon petit coeur.

...

(silence boudeur et yeux tout brillants)

Ben alors mon Azraël, ça va pas ?

...

(signe de tête négatif et yeux encore plus brillants)

Bon, qu'est-ce qui se passe ?

J'arrête pas de penser à la petite fille et son papa !

La petite fille et son papa ? Aaah, tu veux dire dans le film quand elle a peur qu'il arrive quelque chose à son papa si elle part en colo de math ?

Oui ! Et s'il arrivait quelque chose à papa quand on sera à l'école et toi à ton travail ! Ça me donne mal au ventre et je vais faire des cauchemars !

Mais enfin Azraël, ce n'est qu'un film. Et papa sait très bien s'occuper de lui. Il n'est pas comme le papa de la petite fille.

Mais j'arrête pas d'y penser !

(avec trémolos plein la voix et larmes dévalant des joues toutes rouges d'émotion)

A ce stade, j'ai arrêté de discuter, ressorti la potion anti-cauchemar et le sirop qui fait dormir et installer mon petit coin dans sa chambre pour faire le planton jusqu'à endormissement.

Et alors là, vous vous demandez quelle horreur, en bonne mère indigne, je l'ai laissé regarder pour le mettre dans un éta pareil ! Eh bien non, ce n'était pas Harry Potter et les reliques de la mort. Non non ! Nous sommes tout simplement aller voir Le parc des merveilles au ciné dimanche matin, un film normalement conseillé dès 5 ans.

parc des merveilles

Ce film raconte l'histoire de June, une petite fille débordante d'imagination qui invente avec sa maman un parc d'attraction magique et merveilleux tenus par des animaux parlants. Dans le monde réel, ces animaux ne sont autre que les peluches préférées de June. Parmi ces peluches, il y a Peanuts, le chimpanzé, à l'oreille duquel il suffit de murmurer les attractions que l'on voudrait qu'il crée pour qu'il les réalise à l'aide de son crayon magique. Et dans le monde magique du parc des merveilles, car ce monde existe bien, Peanuts entend cette voix comme portée par le vent et qui est la source de toute son inspiration.

Mais bien sûr, l'histoire ne s'arrête pas là car June et sa maman sont des bricoleuses hors paire alors pour faire plaisir à sa fille, elles recréent toutes les 2 en maquette ce parc merveilleux qui envahit peu à peu toute leur maison et fait la joie des tous les enfants du quartier. Jusqu'au jour où la maman de June tombe malade, si gravement malade qu'elle doit quitter la maison pour une durée indéterminée pour se faire soigner.

June reste alors seule avec son papa, incapable de continuer à s'occuper de son parc en modèle réduit. Rongée par l'angoisse liée à l'absence de sa maman et sa peur de la perdre, elle efface toute trace du parc dans la maison et développe un sentiment sur-protecteur à l'égard de son père, contrôlant tout ce qu'il boit, mange, fait etc ... Bref, la pauvre devient totalement névrosée !

Afin de la faire sortir de sa coquille et de ses obsessions, son père l'envoie avec les matheux de sa classe en colo de math mais à peine partie, June se met à imaginer ce qui va arriver à son papa pendant son absence : chute sur des balles de golf, jambe cassée, goinfrage de pizza, de soda et de glace, corbeaux guettant le faux pas dans le frigo, grille-pain défectueux carbonisateur de tartines et finalement explosion de la maison. Et là, vous comprenez soudain l'origine des angoisses d'Azraël (bizarrement, la maman très malade l'a laissé de marbre mais j'avoue que personnellement, ça m'a tiré une petite larme).

Et voilà notre June qui fait le mur pour aller rejoindre son papa au plus vite afin de lui éviter un sort funeste. Sauf qu'en cours de route, elle va atterrir dans le parc des merveilles. Mais un parc en ruine, assailli par une armée de singes en peluche ne pensant qu'à le détruire et à occire tous les êtres vivants s'y trouvant pour les offrir à la nuée noire qui y est apparue.

Bon, je m'arrêterai pour le résumé, je ne vais pas tout vous raconter non plus. Mais cela vous donne déjà une bonne idée de la charge émotionnelle qu'il peut contenir. Ajouter à ça des passages où on sous-entend que Peanuts a subi un sort funeste et que les héros n'arrêtent pas de frôler la mort à cause de singes en peluches et cela n'arrange pas franchement les choses. Bref, si vos monstros sont un tant soit peu sensibles ou facilement angoissés, ce n'est pas franchement un dessin animé que je vous recommanderai.

Et c'est dommage d'ailleurs parce que sinon, le sujet dont il parle, à savoir le fait qu'il faut faire face à ses angoisses, les surmonter et ne pas les laisser diriger notre vie, est plutôt bien traité. Tout comme l'idée qu'avec un peu d'imagination et beaucoup de persévérance, on peut réaliser de grandes choses. Mais les concepts de mort et de destruction n'en demeurent pas moins omniprésents avec des passages parfois anxiogènes. J'ai d'ailleurs rapidement regretté d'y avoir emmené les monstros même si les angoisses d'Azraël n'ont finalement pas la source que j'attendais.

En résumé, un film intéressant, plutôt bien fait mais que je déconseille fortement aux plus jeunes et aux âmes sensibles. Quant à moi, il semblerait que je puisse conserver mes soirées car Azraël reprend déjà le dessus. Ce soir, il réclamait la potion anti-cauchemar et le sirop pour dormir mais maman a pu redescendre blogger au lieu de rester coincée dans sa chambre.

Posté par reyhaziel à 22:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 mars 2019

Opération Déstockage # 21 : Merci Terpsi !

Je l'ai déjà dit et je le maintiens : ce qu'il y a de chouette avec les blogs, c'est les chouettes rencontres qu'on y fait (et je vous parle même pas de toutes les idées trop cools qu'on peut aller y chiper en plus). Alors quand Terpsi (qui coud des tutus qui me font regretter d'avoir passé l'âge de reprendre la danse classique) m'a demandé mon aide pour les cadeaux de Noël de ses enfants, je n'ai pas hésité. Bon, ok, Noël c'est en décembre alors je sens bien que vous cherchez le rapport avec le déstockage de mars l'Opération Déstockage de Scrapaboom.

Ben c'est que pour me remercier, Terpsi m'a envoyé un superbe colis plein de merveilles que j'ai bien évidemment boulotté pour ce qui se mangeait (bon, pas toute seule, les monstros ayant eu la malencontreuse idée de se pointer au moment du déballage) et dispatché partout dans mon stock pour toutes les fournitures de couture, le tout sans avoir rien photographier évidemment et que, là maintenant tout de suite, j'ai bien trop la flemme de rassembler pour vous montrer. Mais parmi toutes ces petites merveilles, il y avait ... tadam ... du lycra bi-stretch top qualité !

Bon, d'accord, on cherche toujours le rapport avec le déstockage de mars mais ça va arriver. Le truc, c'est que début mars justement, Gargamel a commencé à râler parce qu'il voulait aller à la piscine. Et qui dit piscine, dit maillot de bain. Mais à part ma première tentative de maillot qui ressemble plus à un boxer qu'à un maillot (mais en même temps, pour un patron de boxer, c'est peut-être un peu normal), il n'avait plus aucun maillot à sa taille le Gargamel. Que faire donc ? Lui mettre son boxer de bain au risque de se faire éjecter de la piscine pour plongeon en sous-vêtement ou lui mettre un vieux maillot au risque qu'il se craque sous la pression et qu'on se fasse éjecter de la piscine pour exhibitionnisme ? Un choix qui aurait pu se révéler cornélien sans la générosité de Terpsi.

J'ai donc sorti de mon stock le lycra précieusement rangé et je me suis attelée à la confection d'un maillot de bain de compet pour Gargamel. Ma première version lui allant toujours comme un gant, je suis partie sur la même base, le modèle 15 dénommé Mr Leopard du Ottobre 6/2016, mais en modifiant les pièces du devant pour casser l'effet boxer.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_861

Le devant

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_862

Le derrière (sans mauvais jeu de mots)

Niveau difficulté, le patron est toujours aussi simple à coudre. Par contre, j'ai eu quelques surprises avec les aiguilles de ma machine, ce qui prouve bien que je cousais un vrai lycra digne de ce nom pour la première fois. Car voyez-vous, j'ai eu beau testé mes aiguilles universelles, mes aiguilles à micro-fibres, mes aiguilles à jersey, à jean et à cuir, rien à faire. Quand j'arrivais à coudre un point sur 5, j'ai bien de la chance ! Et puis au détour d'un rayon chez Toto qu'est-ce que je vois qui me tend sa petite pointe acérée ?

Euuuh, Couturus, c'est quoi ce truc ?

Des aiguilles spécial tissu stretch !

(ton quelque peu agacé d'un Couturus se demandant si je suis analphabète ou juste bête)

Euuuh Couturus, c'est pas justement ça qu'il me faudrait pour coudre le maillot de Gargamel

Ben si

(ton encore plus agacé d'un Couturus penchant sérieusement pour la seconde opinion à ses pensées précédentes)

Euuuh Couturus, c'est donc de ces aiguilles qu'elles causent les filles qui cousent des maillots et des tutus sur leur blog ?

Ben oui

(sous-entendu non mais t'en tiens vraiment une couche ma pauvre fille)

Euuuh Couturus, je suis un vrai boulet là non ?

Je ne te le fais pas dire la Puce, je ne te le fais pas dire !

J'aime autant vous dire que j'ai sauté dare dare sur les dites aiguilles. Et là, miracle, ça s'est cousu tout seul. Résultat, un superbe nouveau maillot pour un Gargamel aux anges et qui me permet de participer au défi Déstockage ce mois-ci. Mais maintenant, c'est Azraël qui est un peu jaloux et qui lorgne sur les coupons qui restent pour avoir son propre maillot de bain. Il devra quand même se faire une raison et attendre que je sois allée admirer les merveilles des autres déstockeuses d'abord !

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_863

Terpsi, Gargamel te dit un grand merci et moi aussi !

Posté par reyhaziel à 23:50 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 28 mars 2019

Le samedi, la polenta est de sortie

Décidément, je ne remercierai jamais assez le père Noël pour avoir pris le temps de me dégoter "Biscuits, sablés, cookies, la bible des tous petits gâteaux" de Martha Stewart. C'est pas pour lui faire de la pub mais il y a vraiment d'excellentes recettes dedans. Celle que je veux partager avec vous aujourd'hui (ben oui, il est devenu introuvable ce bouquin et ce serait vraiment trop bête de passer à côté de cette recette), c'est une recette de biscuits sablés à la polenta.

Rhaaaa, la polenta ! Mais quelle horreur !!! Ca va craquer sous la dent ou faire des grumeaux ! Beurk beurk beurk ! Allons allons, comme dirait ce bon vieux Pâtissus (oui, depuis sa recette de cookies topissimes dont le succès ne s'est toujours pas démenti, Pâtissus est mon meilleur ami pour la vie), il y a Polenta et Polenta. En gros, il y a la Polenta de super marché, parfaite pour les recettes salées et tout plein d'autres choses mais à éviter pour les biscuits sablés. Et puis il y a la Polenta italienne super fine trouvable en magasin spécialisé (ou dans le rayon produits du monde de certains super marchés si on a du bol). En théorie, c'est celle-là qu'il nous faut.

Ah ben c'est pas mieux, faut un ingrédient super difficile à trouver pour les faire tes gâteaux ! Eh bien pas du tout. Parce que cette fameuse polenta, on peut tout à fait la remplacer par de la simple farine de maïs trouvable en grande surface et magasin bio. Attention hein, je parle bien de FARINE de maïs, pas de FÉCULE ! La maïzena est donc à proscrire parce que là pour le coup, ça n'irait pas du tout.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_874

Bon ok, mais ça donne quoi alors ces fameux sablés ? Ça donne un truc qui ressemble un peu aux spritz mais en beaucoup moins sucré, en nettement moins gras et avec pourtant un petit goût de beurre absolument sublime. Avec un thé ou un café, c'est une tuerie ! Mes nouveaux collègues ne s'y sont pas trompés d'ailleurs si j'en juge pas le nombre d'entre eux n'ayant hésité à passer dans mon bureau se resservir et qui m'ont demandé la recette ! Franchement, une des meilleures recettes de sablés que j'ai testé. Et en prime, ils sont très simples à faire et plutôt rapide. J'ai parfumé les miens à la vanille mais on peut également y mettre des zestes d'orange ou de citron, de la fève de tonka ou ce qu'on veut. Je déconseillerai tout de même les épices trop fortes pour ne pas perdre ce petit goût de beurre tout à fait divin. 

Allez, je ne vous fais pas languir plus longtemps. C'est parti pour la recette.

Sablés à la polenta (ou farine de maïs) (pour 30 biscuits de 4-5 cm de diamètre)

  • 125 g de farine T55
  • 60 g de polenta très fine (non précuite) ou de farine de maïs
  • 2,2 g de sel
  • 115 g de beurre bien mou
  • 70 g de sucre
  • 1 oeuf moyen (environ 50g)
  • facultatif : un truc pour aromatiser. Perso, j'ai mis une 1/2 cuillère à café de vanille en poudre. Si vous parfumez avec des zestes, prévoir une cuillère à café de zestes finement râpés.

On commence par préchauffer le four à 180°C en chaleur tournante. Dans un saladier, on met la farine de blé, la farine de maïs, le sel et la vanille en poudre (pas de zeste dans le mélange sec surtout). On mélange au fouet ou à la cuillère magique pour bien homogénéiser tout ça.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_86e

Dans un autre récipient, on met le sucre, les zestes si on a choisi d'en utiliser et le beurre bien mou. On va battre tout ça au batteur électrique (pas la peine de sortir son robot pour ces quantités mais rien ne vous empêche de le préférer à un simple batteur) pendant 2 mn environ. Il faut que le mélange blanchisse bien. On ajoute alors l'oeuf et on bat à nouveau jusqu'à ce qu'il soit parfaitement incorporé au mélange sucre-beurre.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_86c

Le mélange blanchi auquel on ajoute l'oeuf

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_86d

Et une fois l'oeuf parfaitement incorporé

On arrive à l'étape la plus délicate. On verse sur notre mélange beurre-sucre-oeuf environ un tiers de notre mélange de farine et on donne un petit coup de batteur juste ce qu'il faut pour incorporer à peu près la farine. On ajoute le 2ème tiers et on bat à nouveau. Puis le dernier tiers, un petit coup de batteur et on finalise le mélange à la marise. L'idée est de battre le moins possible pour que la pâte reste bien fondante après cuisson.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_86f

La pâte avec un tiers de la farine incorporée

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_870

Et quand toute la farine a été ajoutée

On obtient au final une pâte assez ferme qui conservera bien sa forme au cours de la cuisson. L'inconvénient, c'est qu'elle est presque trop ferme pour dresser les biscuits à la poche à douille. J'ai utilisé mes poches les plus solides et une douille cannelée mais j'ai tout de même eu un peu de mal à ne pas déchirer la poche. J'ai dans l'idée que la consistance de cette pâte serait parfaite pour une presse à biscuit mais comme je n'en ai pas, je ne peux pas vérifier. Bref, mettez la pâte dans une poche à douille munie d'une douille cannelée et formez des cercles de pâte de 4-5 cm de diamètre sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en prenant soin de les espacer de 3-4 cm. Rien ne vous empêche de faire des biscuits plus grands. Vous en ferez simplement moins.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_871

Les biscuits juste avant la cuisson

Sinon, si vous n'êtes pas à l'aise avec la poche à douille, faites un boudin avec la pâte. Mettez au frigo pour 1h et ensuite coupez simplement des tranches de 1 cm d'épaisseur, ça marche très bien aussi.

Il ne vous reste plus qu'à enfourner vos biscuits pour 15 à 20 mn selon leur taille et votre four. Les biscuits sont cuits quand ils sont bien dorés. Il ne reste plus qu'à les laisser refroidir sur une grille avant de se régaler.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_872

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_873

Dans un sachet hermétique, ces biscuits se conservent environ une semaine. Comme ils sont riches en beurre, passé ce délai, ça a tendance à rancir !

Posté par reyhaziel à 22:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 24 mars 2019

Père Noël de printemps

Coucouuuuuuuu ? Y a quelqu'uuuuuunnnnn ? Je suis lààààààààà ! Mais si ! Regardez bien !

Le truc totalement vanné et liquéfié sur son clavier, ben c'est bien moi !

Il faut dire qu'après pratiquement 3 semaines à errer dans le labyrinthe infernal de la Plaine des 2 boulots, j'aperçois enfin la sortie. Enfin, je crois, j'ai encore un petit doute ! Non franchement, je ne sais pas qui l'a mis au point ce labyrinthe mais il est hyper fortiche le gars. Ce labyrinthe est tellement truffé de pièges en tout genre que même avec mon entraînement face à Agendus, j'ai cru ne jamais réussir à m'en sortir. Et puis il est aussi un brin retorse limite sadique ce gars. Pensez donc que certains soirs, j'ai vraiment cru m'en être échappée et pouvoir rejoindre ma petite Milady chérie. Mais non, c'était juste une illusion d'optique destinée à m'attirer plus facilement près du canapé soporifique Et hop, adieu petite robe, joli pantalon et adorable chemise. Et je ne vous parle même pas des recherches entamées sur le net pour en trouver la sortie ou de mes tentatives d'appel au secours par post interposé qui n'ont eu pour conséquences que de me faire tomber dans le piège diabolique du mail en retard !

Enfin, le pire semble être derrière moi. D'ici une semaine, je devrais avoir désamorcer le dernier piège de ce labyrinthe infernal et pouvoir pénétrer triomphalement dans la douce Vallée du boulot unique.

Fort heureusement, de temps à autre, j'arrivais à mettre la main sur une faille interdimentionnelle bien planquée dans ce maudit labyrinthe. Et devinez un peu où elle me transportait cette faille ... Alors ... Vous donnez votre langue au chat ? Ben elle me parachutait en plein pôle nord, pile dans l'atelier du père Noël. Si si, je vous assure.

IMG_3789

IMG_3793

Alors bon, je n'ai pas eu la chance de le rencontrer en personne. A cette époque de l'année, il dort pour se remettre de sa course folle du 24 décembre et ses elfes sont partis dans les îles pour des vacances bien méritées. Mais ça faisait bien mes affaires tout de même parce que figurez-vous que pour le carnaval de cette année, Azraël voulait un costume de père Noël. Du coup, à chacune de mes incursions, j'ai réussi à récupérer des éléments pour son costume. Un pantalon par çi, un sweat par là.

IMG_3794IMG_3795

En plus, il faut croire que les elfes et moi, on a les mêmes sources en matière de patrons parce que je suis certaine que d'avoir reconnu les modèles 36 du Ottobre 4/2016, le Grey Marl Jogger pour le pantalon et 28 du Ottobre 1/2019, le City Camo pour le sweat. Je le demande même si Bricolus et Tricotus n'auraient pas leurs entrées dans l'atelier du père Noël parce que cette fourrure tricotée en Mellow Irresistibly soft fur est tout à fait dans leur style à ces 2 là.

IMG_3796

Sans même parler de cette fausse barbe de père Noël en feutrine blanche et laine collée au pistolet à colle qui est franchement du Bricolus tout craché.

IMG_3797

IMG_3799

Toujours est-il que ces petites incursions m'ont bien dépannées puisque grâce à elles, je n'ai plus rien à préparer pour le carnaval. Ah décidément, il n'y a pas à dire. Azraël a bien raison de dire qu'il travaille nettement mieux que sa maman le père Noël.

IMG_3786

IMG_3784

IMG_3788

Reste juste à espérer que lui et ses lutins ne m'en voudront pas trop de ces chapardages !

Posté par reyhaziel à 23:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 10 mars 2019

Défi Je couds (ou je tricote) pour un homme #1 : Le manteau magique

Eh oui, c'est ma première participation au défi de Nabel. Étonnant quand on pense que je ne suis entourée que de mecs et une vraie frustrée de la robe fillette. Heureusement que les copines sont là pour me prêter les leurs (de fillettes), ça compense un peu. Pour en revenir au défi de Nabel, je m'étais toujours imaginé que ce genre de défi s'adressait uniquement à de la couture pour les adultes, et pas pour mes petits hommes. Allez savoir pourquoi. Or il se trouve que les dons d'exorciste de Chéri sont infiniment plus puissants que les miens. Pour un peu, je lui demanderai des leçons. Sa parade aux attaques du Couturus Démonicus notamment est tellement efficace que non seulement il ne s'approche jamais à moins de 2 mètres de Milady (c'est pas demain la veille qu'il va se coudre un caleçon moi je vous le dis) mais en plus, il est hautement allergique à l'idée même de porter une de mes créations.

Alors vous pensez bien que ça fait belle lurette que j'ai fait mon deuil de la jolie chemise cousue avec amour ! Mais Nabel m'ayant rassuré - la couture pour les petits hommes, ça compte aussi - je me suis empressée de m'inscrire. Ça tombait super bien en plus, je venais de finir un superbe manteau d'hiver pour Azraël.

IMG_3567

IMG_3568

Damned, avec la lumière électrique, mon beau bleu parait gris !

Oui, bon, je sais, je fais un manteau d'hiver alors que le printemps arrive. Mais c'est pas ma fauuuuute ! Parce que voilà, d'abord, j'ai eu plusieurs manteaux à coudre pour ses copines et comme lui, il avait son nouveau manteau en Softshell et polaire minky qui lui tenait bien chaud, j'estimais que ça pouvait attendre un peu. Sauf que les manteaux des copines ont épuisé mon stock de drap de laine et impossible d'en retrouver dans des couleurs qui lui plaisent et qui soit à un prix abordable. Oui parce que Sir Azraël a décidé que le rouge n'était plus sa couleur préférée, maintenant il lui faut du bleu ciel et uniquement du bleu ciel. Ou alors du violet. Et moi, 120€ le coupon dans le coloris trouvant grâce aux yeux de sa seigneurie, même de 3 mètres (le coupon hein, pas sa seigneurie), ben je m'y fais pas ! Alors forcément, de semaines en semaines de recherches infructueuses, il s'est mis à grelotter le Azraël.

IMG_3569

IMG_3570

IMG_3571

C'est là que Couturus m'a fait remarqué que, puisque j'étais radine au point de refuser d'acheter du drap de laine et cachemire à 40€ le mètre, je n'avais qu'à faire un manteau triple épaisseur : softshell pour l'extérieur, polaire minky pour la douceur et molleton de laine pour la chaleur. Car figurez-vous que ça existe, le molleton avec de la laine dedans qui vous tient bien au chaud. J'ai trouvé le mien chez Butinette et je ne le regrette pas. S'il est un peu épais, avec 50% de laine mérinos à l'intérieur, il tient bien chaud et se coud facilement. Cerise sur le gâteau, il passe à la machine jusqu'à 30°C (ce qui n'est pas le cas de sa version 100% pure laine).

Signe du destin supplémentaire, je suis tombée tout à fait par hasard sur du Softshell bleu clair magique à moitié prix. Et là, je vois vos cerveaux commencer à cogiter : mais c'est quoi donc que ce truc là ? Et bien c'est un tissu avec un traitement sur surface qui fait apparaître un motif quand il est mouillé. Démonstration !

Et oui, vous ne rêvez pas, de jolies étoiles sont bel et bien apparues. Il était dingue le Azraël quand il a vu ça. Histoire d'ajouter un peu de peps, j'ai mis des empiècements contrastants toujours en Softshell mais imprimé cette fois, trouvé chez Butinette également. Et pour la doublure, j'ai utilisé une polaire minky que j'avais en stock depuis des lustres avec des petits moutons dessus, comme un clin d'oeil à la composition du molleton. Niveau patron, j'ai repris celui de son dernier manteau vu qu'il l'adore, c'est-à-dire le modèle 35 Junior Uniform du Ottobre 6/2017. Comme il s'était plaint du côté amovible de la capuche, j'ai fait quelques modifications pour qu'elle soit solidaire du manteau cette fois.

IMG_3555

Le résultat correspond parfaitement à ce que j'espère à un petit détail près. L'épaisseur du molleton au niveau des manches rend celles-ci étroites une fois tout assemblé. Du coup, pas question de mettre un sweat ou un T-shirt épais avec ce manteau sinon ça coince un peu. Si vous vous lancez dans ce type de réalisation, pensez-donc à augmenter d'au moins une taille la largeur de vos manches.

IMG_3557

En tout cas, Azraël était positivement ravi, même avec ce petit défaut. Il n'a d'ailleurs pas résisté à l'envie de mouiller son manteau pour bien montrer les étoiles magiques à tout le monde.

IMG_3558

Une critique tout de même à l'égard de ce Softshell magique. D'après la notice, il est sensé passer à la machine à 30°C et certes, il ne bouge pas quand on le lave. Mais c'est seulement au sens il ne rétrécie pas. Parce qu'après un seul lavage, il perd considérablement son pouvoir magique au point qu'on devine à peine les étoiles à présent, même en mouillant copieusement. Heureusement donc pour moi que je l'ai eu à moitié prix parce que sinon, je ne serai pas très contente !

Allez, si vous voulez voir les réalisations des autres participantes, c'est par ici.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,