Bienvenue en enfer (ou le monde de la parentalité)

vendredi 2 décembre 2016

Le samedi, c'est bizarrerie !

Oh la la, serait-ce une semaine de trucs étranges qui s'annonce ? Car après le machin chose qui se prenait pour un hippogriffe, c'est au tour de la brioche de se prendre pour un kouglof, sûrement sous l'influence des fêtes qui se profilent à l'horizon.

Le kouglof, vous connaissez ? Non ! C'est une sorte de pâte briochée pleine de raisins secs parfumés au kirsch typiquement alsacienne. Et chez les Infernos, à une certaine époque, le kouglof, c'était une institution de Noël vu que tout un côté de la famille a élu domicile il y a fort fort longtemps en Alsace, pas très loin de Strasbourg. J'ai même des souvenirs lointains d'Inferno Gran Mom faisant sa séance de musculation version pétrissage de la pâte à kouglof et croyez-moi, c'était du sport !

Je m'étais d'ailleurs juré que jamais, au grand jamais, je n'en ferai parce que, quand même, les épaules de camionneur et les bras de déménageur, c'était pas trop mon truc. Ajouter à ça que j'ai l'alcool en horreur, que je n'apprécie que modérément les raisins secs dans la pâtisserie et pas du tout de me retrouver avec les doigts tout poisseux à cause du sucre glace dont les kouglofs sont généralement recouverts (quand ils ne sont pas arrosés au sirop et tartinés de beurre), bref, la seule chose que j'aime vraiment (mais vraiment beaucoup en fait) dans le kouglof, c'est la pâte ! Mais j'avais vraiment pas le courage de la faire. Jusqu'au jour où je suis tombée par hasard sur une recette ultra simple, celle de la cuisine de Bernard. Pas besoin de pétrir pendant des heures, de laisser lever, de repétrir. Non non, juste une bonne dose de patience et d'huile de coude au début (faut bien compter 20 mn de pétrissage quand même) et c'est tout.

J'avoue avoir longuement hésité avant de me lancer parce que ce n'est pas la première recette de Bernard que je tente et que j'ai très très souvent été déçue (attention, je critique pas, c'est juste que ses recettes sont définitivement trop sucrées et/ou trop grasses à mon goût à l'exception de ses pastéïs qui sont sublimes faudra absolument que je vous en reparle). Mais, comme un signe du destin, voilà que je découvre une recette de kouglof toute récente sur le blog de Maîtresse Valérie, une recette avec tout ce qui fait du kouglof la séance de torture culinaire parfaite (pétrissage qui n'en finit pas, levée, repétrissage, arrosage au sirop, au beurre et saupoudrage au sucre, la totale quoi). Normalement, à ce stade, j'aurais dû m'enfuir en courant sauf qu'en regardant bien, je trouvais quand même la liste des ingrédients de ces 2 recettes fort semblable.

Alors voilà, j'ai décidé de faire un mélange des 2 pour réaliser un kouglof à ma façon. Et c'est la recette que je vous propose aujourd'hui. Vu qu'à la maison, seul Chéri apprécie un tant soit peu les raisins secs, je les ai remplacé par des carrés de chocolat au lait coupés en petits morceaux. Pas de poudrage au sucre ni de sirop ni de beurre, une simple brioche nature comme je les aime. Et comble de l'hérésie, comme j'ai pas de moule à kouglof, je l'ai dans un moule à ... ben cake bien sûr. Malgré tout ça, l'avis fut unanime : un délice ! Personne n'en a laissé une miette et les monstros en ont même repris (2 fois pour Azraël qui aurait bien voulu se resservir encore). C'est à peine si j'ai eu le temps de prendre une photo avant que tout ne soit englouti.

IMG_1348

IMG_1350

La brioche Kouglof (pour un moule à cake standard)

  • 250 g de farine type 45 (ou de gruau)
  • un sachet de levure déshydratée (soit 8g)
  • 100 g de lait
  • 35 g de sucre en poudre
  • 5 g de sel
  • 50 g d'oeuf entier (environ un oeuf moyen)
  • 85 g de beurre bien bien mou
  • environ 100 g de pépites de chocolat au lait ou de carrés coupés en morceaux grossiers

Si vous aimez ça, rien ne vous empêche de mettre des raisins secs bien sûr à la place du chocolat. Dans ce cas, il vous faudra 100g de raisins secs, de préférence blanc moelleux (pour qu'ils ne soient pas trop secs). Si vos raisins sont très secs, pensez à les faire tremper dans de l'eau pendant 48h avant de commencer la recette. Egouttez les parfaitement et laissez les macérer dans 15 g de kirsch juste avant de commencer la recette.

Faire tiédir 50 g de lait et verser dedans la levure déshydratée pour qu'elle se réhydrate. Mettez sucre, oeuf, sel et 50 g de lait dans un saladier et bien mélanger avec un petit fouet ou une cuillère magique. Versez la farine sur le mélange puis la levure délayée dans le lait. Et c'est parti pour la phase 1 du pétrissage. On mélange, on malaxe, on étire pendant 10 mn. Normalement, on obtient une pâte assez ferme qui s'est bien lissée à la fin du pétrissage. On ajoute alors le beurre en une seule fois et c'est reparti pour 10 mn de pétrissage. Normalement, à la fin, on obtient une pâte qui se détache facilement des bords de la cuve, bien lisse et brillante.

On peut enfin ajouter le chocolat (ou les raisins) et on malaxe une dernière fois, juste le temps de s'assurer une répartition homogène. Il ne reste plus qu'à graisser son moule à cake (ou à kouglof si vous avez la chance d'en avoir un). On fait un boudin de la longueur du moule (approximativement) avec la pâte et on la met dedans. On laisse alors pousser au chaud (l'idéal, c'est son four en mode étuve à 30°C sinon à 40-50°C, ça va encore malgré la quantité de beurre importante). On peut considérer que la pâte a suffisamment poussée quand elle est prête à déborder du moule soit après 2h environ (moi, j'étais coincée dans la chambre d'Azraël alors j'ai un peu dépassé le temps de pousse ce qui explique que ma brioche se soit largement échappée du moule et qu'elle ait de drôles d'oreilles).

On sort la brioche du four et on met celui-ci à chauffer à 160°C en chaleur tournante. Et quand le four est chaud, on enfourne à mi hauteur pour 40 mn à 1h selon votre four. C'est cuit quand une pique plantée dedans ressort sèche et que c'est bien doré, y compris à l'intérieur du moule (parfois, au démoulage, on voit une croûte toute blanche pour le dessous ou les côtés de la brioche et il faut remettre à cuire un peu dans ce cas).

On démoule aussitôt et on laisse à refroidir sur une grille. Comme toutes brioches, ce pseudo kouglof est à manger rapidement (dans les 2-3 jours) sinon on perd beaucoup au niveau gustatif. Si vous le souhaitez, rien ne vous empêche de le badigeonner de sirop et de beurre comme maîtresse Valérie ou simplement de sucre glace comme Bernard. Personnellement, je trouve que ce kouglof se suffit à lui-même. Je n'ai rien mis de particulier dessus ... et personne ne s'en est plaint !

Bon appétit.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 30 novembre 2016

Le machin chose ?

Pour ceux qui ne me suivraient pas régulièrement (rhoooo, c'est pas bien ça) et pour ceux qui auraient perdu un peu le fil (c'est bien normal vu comment qu'elle est bavarde la Puce), je rappelle que dans les épisodes précédents, vous aviez découvert à quel point j'étais une horrible maman parfaitement indigne et complètement à l'ouest. C'est qu'il faut bien ça pour traumatiser ses monstros à coup de Harry Potter pas de leur âge. Grâce à vos conseils éclairés (encore un gros merci à Anne-Françoise et à Napi), j'avais donc enclenché la grande opération Azraël lache moi les baskets avec ton loup-garou et laisse moi mes soirées tranquilles, une opération qui passait par la réalisation d'un filtre magique anti-monstre (temps de réalisation 5 mn chrono) et d'un nouveau doudou, un hippogriffe (temps de réalisation .... beaucoup plus long). 

Non mais, la puce, c'est quoi toutes ces peluches noires partout ?

Ah ça ! C'est rien, c'est le tissu à doudou d'Azraël. C'est l'horreur ce truc. Dès que tu coupes, t'en mets absolument partout !

Le tissu d'Azraël ?

Ben oui, tu sais bien, celui qu'il a choisi au magasin avec moi pour son nouveau doudou. Tiens, regarde, ça prend forme non ? T'en penses quoi ?

Euh, franchement ?

Ben oui.

C'est quoi ce machin exactement ? Un poulet ?

Bon, là, j'aurais pu me vexer ! Mais je l'ai pas fait. Parce que je suis parfaitement consciente de mes limitations créatives et que pondre un hippogriffe (tiens, est-ce que ça se pond d'ailleurs un hippogriffe ?) à partir de rien, c'est pas facile facile je vous prie de le croire. Et c'est vrai que le résultat final est quelque peu éloigné des photos qui m'ont servi de base. Jugez plutôt.

420px-Hippogriffe

Celle-ci m'a servi surtout pour les ailes

3188089413_1_2_fjESDaWJ

Et celle-là pour la tête et les pattes avant.

IMG_1361

IMG_1356IMG_1360

Ouais, je sais. Un hippogriffe avec un pelage pareil, c'est choquant !

Mais bon, même si c'est pas super ressemblant, tout y est et sans erreur car vous n'imaginez pas le nombre de fois où, au cours de mes recherches dans l'espoir insensé de trouver un tuto ou un patron pour le bestiaux, j'ai pu constater que les gens confondaient griffon et hippogriffe ou encore faisaient un splendide mix des 2. C'est pas que je fasse sur fixette sur l'exactitude du bestiaire des animaux fantastiques mais j'ai quand même un louuuuurd passif de rôliste spécialisée en Héroic Fantasy alors forcément, ça me titille un peu.

griffon

Ça, c'est un griffon

hybride

Et ça, c'est un TRUC, un mix entre le griffon et l'hippogriffe mais je connais pas le nom. Un hippofon peut-être  Ou un grigriffe, tiens, ça sonne bien !

Car le griffon a un corps de lion, une tête d'aigle et des ailes alors que l'hippogriffe est un cheval pour toute sa partie postérieure (queue comprise je vous prie) et un aigle pour toute la partie antérieure ailes comprises (géant l'aigle bien sûr parce que sinon avec son popotin de cheval, il aurait l'air un peu ridicule le bestiaux). Bah oui, on se culture aussi de temps en temps sur ce blog.

Bref, j'ai enfin réussi à terminer ce damné hippogriffe dimanche soir (ou lundi matin, je sais plus très bien), tout petit doudou d'1,50m d'envergure (bon, on va pas chipoter sur la taille, faut ce qui faut pour vaincre un loup garou quand même).

IMG_1363

 

C'est fou, on dirait un ptéranodon là je trouve !

IMG_1367

 

Ouuulààà, c'est haut ! Et j'ose pas me lancer. Azraêl, au secours !

IMG_1368

IMG_1369

Piouuuu, ça m'a crevé moi cette séance photo !

 

Bonjour Azraël. T'as bien dormi ?

Nooon. J'ai pas bien dormi. J'ai pas mon hip .. mon gif ... mon pogiffe !

(oui, Azraël n'était pas bien réveillé)

Ah ben tu devrais vite te lever alors. Il a une surprise qui t'attend en bas.

Et après une véritable cavalcade dans l'escalier.

Ouiiiiii, mon hippogriffe ! Oooooh, il est beau mon bébé. C'est un bébé maman!

Si tu le dis.

Ooooh, il est tout doux. C'est quoi ça maman.

C'est sa queue. Elle est toute douce aussi. Alors t'es content.

Oh oui maman, t'es la meilleure !

(et je vous jure que c'est pas moi qui me lance des fleurs)

Bref, machin chose ou pas, vous l'aurez compris, l'hippogriffe a été immédiatement adopté et baptisé du doux nom de Arc en ciel hippogriffe (cherchez pas à comprendre, vous allez chopé la migraine).

IMG_1370

J'ai donc l'extrême plaisir de vous informer qu'un nouveau rituel du coucher vient d'être inauguré dans l'Inferno House. On commence par arroser copieusement la chambre (et le couloir et la chambre de Gargamel et celle de papa et maman parce qu'il faut bien protéger tout le monde) avec la potion fabriquée grâce aux pouvoirs magiques de fée de maman. Huuum ? Comment ? Vous saviez pas que j'étais une fée. Mais si voyons !

Heiiin ? T'es une fée maman ?

Mais oui mon chéri. Bien sûr. Comme toutes les mamans !

(ma modestie naturelle m'a empêché de m'attribuer le titre de déesse du foyer, mais j'ai longuement hésité)

Ah bon ?

Oui ! Je suis une fée du logis ! Tiens, papa arrives. Tu peux lui demander si tu veux.

Papa papa, c'est vrai que maman est une fée ?

Heiiin ?

C'est vrai que maman c'est une fée du logis ?

Oh mais oui ! C'est tout à fait vrai.

(Avec un air très convaincu au vu de mon regard noir très convainquant !)

Je sais, il n'y a pas de quoi être être fier mais au grand mot les grands remèdes. Et après l'arrosage à la potion et l'histoire du soir, c'est le coucher avec Arc en ciel Hippogriffe. A ce stade, j'ai bien senti qu'il fallait pas non plus pousser le bouchon trop loin ni surtout trop vite en plantant là le monstros avec son pansement psychologique. Nous avons donc opté pour le compromis, choisi d'un commun accord : installation dans le noir de maman pour un tour d'étoile musicale soit 10 mn. Comparé aux 45 mn minimum (et souvent plus) des soirs précédents, je sors largement gagnante de l'opération. La première soirée fut un succès. Et il ne reste plus qu'à croiser les doigts pour que cela continue.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 27 novembre 2016

Ailes de fée ou de papillon - le tuto

Et voilà, j'ai terminé mon second costume de fée. Dans la foulée, j'ai bien sûr dû réaliser une paire d'ailes supplémentaire pour Azraël qui bavait littéralement devant les 2 autres paires. Si ma première réalisation misait sur le rose, pour la seconde, c'est le bleu qui est à l'honneur.

IMG_0250

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_171

IMG_0254UNADJUSTEDNONRAW_thumb_173

Du coup, quand j'ai demandé à Azraël de quelle couleur il voulait les siennes, devinez un peu ce qu'il m'a répondu.

IMG_0233

IMG_0240IMG_0238

IMG_0236IMG_0242

Pour fixer les ailes, on peut soit les nouer autour des bras soit croiser les rubans sur la poitrine.

Et non, vous ne rêvez pas. Rose en haut et bleu en bas, telle fut bien sa réponse. Et je sens que je ne vais pas tarder à devoir faire une 4ème paire car Gargamel lorgne dangereusement sur les ailes de son frère !

En tout cas, après 3 paires de réaliser (soit 12 morceaux d'ailes), j'ai pu largement valider la technique employée et je vous ai donc préparé un petit tuto au cas où vous auriez envie de vous lancer. En faire autant m'a également confortée dans ma première impression. C'est très facile à faire mais c'est long ! N'espérez donc pas boucler ça en une soirée mais plutôt en 3 ou 4, ne serait-ce qu'à cause du temps de séchage de la peinture.

Allez, voilà le tuto à télécharger : Tuto_ailes_de_fee

Posté par reyhaziel à 21:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 25 novembre 2016

La fièvre du dimanche après-midi !

C'est fou ce qu'il peut y avoir comme sortie cinéma pour les monstros en ce moment. Enfin, quand je dis sortie, je parle pas vraiment des tous derniers films à l'affiche parce qu'en fait, ce serait plutôt l'inverse. Il y a plein de films que les monstros veulent voir et qu'on a intérêt à aller voir en vitesse parce que ce sont leurs derniers jours de diffusion dans le secteur.

On était allé voir Cigogne et cie il y a peu et ce week-end, c'était le tour de Les Trolls, le dernier né des studios Dreamworks, un film classé Tous public (huuuum méfiance méfiance) et qui s'est révélé ... ben Tous public en fait. A condition toutefois de faire abstraction de la scène où on voit les fesses roses (vraiment vraiment rose, rose fuchsia quoi) du roi troll, scène d'une indécence insoutenable et qui pourrait heurter la sensibilité des plus jeunes. Et des moins jeunes aussi vu que je suis restée sur ma faim n'ayant pu contemplée béate l'autre versant de l'anatomie trollienne (comment ça je suis une horrible perverse à l'esprit placé !).

9782012710559-001-X_0

Alors c'est quoi l'histoire ? Contrairement au folklore traditionnel, dans ce film, les trolls sont de petites créatures de la taille de fées ou de lutins, extrêmement colorées, toujours heureuses et ne pensant qu'à chanter, danser et faire la fête. Et je vous parle même pas de leur tignasse hirsute capable de faire des trucs absolument incroyables, un vrai délire capillaire ! Et tout le monde vivait tranquille et heureux jusqu'à l'arrivée des Bergens. Les Bergens sont des créatures aussi grises que les Trolls sont colorés, fort moches et jamais heureuses, jusqu'au jour où l'un d'entre eux ... mangea un troll. Dès cet instant, les Bergens se sont persuadés que la seule façon pour eux de connaître le bonheur, c'est de manger un troll et chaque année, le jour du Trollstice, ils ne se gênent pas pour le faire.

Seulement voilà, pour le premier Trollstice du jeune prince Bergens dont j'ai oublié le nom, il fut décider qu'il allait manger la princesse Troll Poppy. Vous pensez bien que le roi Troll ne pouvait pas laisser faire ça. Voilà donc tous les Trolls, qui étaient jusqu'alors retenus prisonniers à Bergenville, qui se font la malle et trouvent refuge dans la forêt où il vont réussir à se cacher pendant des années. Comme on s'y attend, les Bergens vont finir par leur remettre la main dessus, par la faute de Poppy évidemment, et notre courageuse (et atrocement culpabilisée) princesse va partir à la rescousse de ses amis enlevés. Pour mener sa mission à bien, elle s'octroie, en utilisant des moyens aussi machiavéliques que répréhensibles, l'aide de Branche, le seul Troll malheureux angoissé chronique allergique au câlin, à la danse et au chant du monde. Et on s'arrêtera là pour le résumé, je vais pas voir raconter toute l'histoire non plus.

Ok la Puce mais dis un peu, c'était bien ce film ? Était-ce bien ? En fait, ça dépend de quel point de vue on se place parce que soyons clair, ce film est trèèèès loin d'être un chef d'oeuvre du genre. L'histoire est convenue et pas bien riche, on devine la fin presque tout de suite et à part que le bonheur se trouve au fond de chacun de nous, il n'y a pas grand message à en ressortir (bon, c'est un excellent message quand même alors crachons pas dans la soupe). Mais si vous et/ou vos enfants aimez le disco, les vieilles chansons anglo-saxonnes en VO et en VF (oui, parce que certaines sont chantées en français et d'autres pas mais sous-titrées ce que je trouve quelque peu aberrent pour un film destiné à des enfants se sachant pas encore lire mais bon passons), le scrapbooking, les arcs en ciel et les cupcakes, ce film est fait pour vous. Perso, j'aime bien le disco et je dois avouer que par moment, je me serai bien levée pour m'éclater sur le dancefloor. Et si j'en crois l'enthousiasme des monstros, ils auraient bien fait pareil. En gros, c'est un gentil petit dessin animé sympa quand on apprécie la musique (parce qu'il y en a vraiment vraiment beaucoup, ça tire très nettement sur la comédie musicale) et qu'on n'est pas exigent sur l'originalité de celle-ci (vu que c'est tout du réchauffé de tubes du temps jadis) et qu'on a un coeur d'artichaud pour s'émouvoir comme il se doit aux passages adéquats, ce qui est généralement le cas des jeunes enfants. Mais ne vous attendez surtout pas à un grand moment de cinéma, vous seriez très déçu.

Ah si, j'oubliais un détail fondamental. Si votre monstros est en pleine phase scatologique, n'y allez SURTOUT pas. Non parce que voir un Troll entièrement en paillettes argentées passer son temps à péter (désolée, j'ai pas d'autres mots) des paillettes avec son derrière pour arroser tout le monde lors des méga fiestas troll, je vous raconte pas l'effet que ça a sur le monstros en question. Perso, Azraël a passé le reste de l'après-midi à me présenter ses fesses en me disant qu'il m'arrosait de paillettes. Des instants mémorables je vous assure (mais qui n'ont pas duré ouf !).

Posté par reyhaziel à 09:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 23 novembre 2016

Les bons mots d'Azraël - tome 11

Un matin, dans l'Inferno House, au moment de partir pour l'école.

Je veux pas à l'écoooooole ! Je veux ma maison !

Mais enfin Gargamel, c'est pas TA maison c'est NOTRE maison !

Noooooon, c'est MA maison. T'es méchant Azraël !

Gargamel, ça suffit. C'est ta maison mais c'est aussi celle d'Azraël et celle de maman et celle de papa.

Exactement ! Et si tu dis que c'est que ta maison seulement à toi, elle va avoir le coeur brisée et elle pourra plus parler !

Ah bon ? Je savais pas ça Azraël. Dis donc, t'en connais des choses !

Bien sûr, je suis fort moi.

Alors si elle n'a pas le coeur brisé, notre maison pourrait parler ?

Mais non enfin maman !

Ah bon ? Ben je croyais pourtant.

Mais maman, on n'est pas dans un livre voyons. On est en vrai ! Ça existe que dans les livres des maisons qui ont un coeur et qui parlent ! 

(vous l'entendez aussi vous le t'es bête ou quoi)

Voilà voilà ! C'est fou comme parfois, les enfants ont le chic pour nous donner l'impression qu'on est complètement à côté de la plaque. Ceci dit, je vous rassure, je me suis vengée gnarf gnarf gnarf.

Oooooh, t'as fait quoi la Puce ? T'as pas osé le priver de dessert quand même ? Naaan, j'ai fait bien pire. Je lui ai expliqué que les maisons n'avaient peut-être pas de coeurs mais que parfois, quand on s'y sentait bien, quand elles étaient remplies d'amour,  elles avaient ... une âme ! Je vous raconte pas la discussion hautement philosophique qu'on a eu sur le sujet jusqu'à l'arrivée à l'école.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


lundi 21 novembre 2016

Azraël donne des indices

Les débuts de soirée se suivent et se ressemblent dans l'Inferno House et mon distingué postérieur commence sérieusement à râler face au régime plancher bien dur et frisquet tous les soirs. Mais suite à vos conseils et avis éclairés, j'ai décidé de passer à l'offensive ce week-end pour que mon petit froussard d'Azraël recommence à s'endormir tout seul.

Ainsi, inspirée par le commentaire d'Anne-Françoise, j'ai proposé à Azraël de lui coudre un nouveau doudou : un bon gros dragon pour faire fuir tous les monstres qui l'inquiètent en ce moment. Cette idée a immédiatement enthousiasmé le monstros sur le principe, mais pas sur le choix du doudou. Et la discussion qui en a suivi fut fort révélatrice de ce qui pourrait avoir déclenché ces soudaines crises d'anxiété. Car figurez-vous qu'apparemment, tout serait la faute à Harry Potter (et la mienne aussi accessoirement et à ma plus grande honte, car il faut rendre à César ce qui appartient à César).

Alors Azraël, qu'est-ce que tu dirais d'un beau doudou dragon pour chasser tous les monstres qui te font peur ?

Oh ouiiii ! Mais pas un dragon, c'est pas assez fort un dragon !

Ah bon ?

Non, les loups garous, ça a pas peur des dragons !

(oui, un des monstres les plus terrifiants pour Azraël en ce moment, c'est les loups garous et ça aurait dû me frapper)

Ben, tu veux quoi alors ?

Je veux le grand truc blanc qu'est plus fort qu'un loup garou!

Hein ???

Mais si, tu sais, dans Harry Potter. Le truc comme un cheval qui fait peur au loup garou !

...

(mon cerveau en manque de sommeil surchauffe avant de se mettre enfin à carburer)

Aaaaah, tu veux dire Buck, l'hyppogriffe.

Oui, c'est ça ! Je veux un pogripe ! Tout blanc ! Et super doux !

D'accord, on ira voir pour du tissu tous les 2 et tu pourras choisir.

C'est là que j'ai compris qu'Azraël avait dû être quelque peu perturbé par Harry Potter n°3 (ou encore "et le prisonnier d'Azkaban). Alors certes, sur ce coup, je me sens terriblement fautive. C'est vrai quoi, au départ je ne voulais pas que les monstros le regardent car je le pensais trop impressionnant. Mais je suis faible, ils s'étaient tellement passionnés pour les 2 premiers et ils me pompaient tellement l'air pour regarder le troisième que j'ai fini par céder. Et puis après tout me disais-je dans mon incroyable naïveté, c'est un film tout public non ? C'est bien écrit sur la boite du DVD non ?

Et on en vient à la raison principale de ce post, une raison qui, malgré mon sentiment de culpabilité vis-à-vis d'Azraël ou plutôt à cause de lui, m'oblige à parler dans l'espoir que ma mésaventure n'arrive pas à d'autres. Vous, les parents de jeunes enfants qui faîtes confiance aux classifications des cinémas et des DVD, arrêtez immédiatement ! Tous public mon oeil oui ! Et si j'avais regardé cette fameuse classification sur les autres DVD de la série (vu qu'on les a tous), j'aurais tout de suite compris que c'était n'importe quoi étant donné qu'ils sont tous classés Tous Public.

Alors suite à cette édifiante conversation et à ce constat incroyable, j'ai pris quelques renseignements et j'ai eu de sacrés surprises. Notamment que, déjà, les 2 premiers opus de la série ne seraient pas conseillés avant 8 ans (alors que certains cinémas les proposaient à l'époque dès 6 ans). Quant au n°3, il serait en fait déconseillé aux moins de 10 ans, voir 12 ans. Et je ne vous parle même pas des 2 derniers. Alors je peux vous dire que dorénavant, hors de questions de faire confiance aveuglément aux classifications. Je ferai davantage confiance à mon instinct et j'irai me renseigner sur le net.

En attendant, il ne me reste plus qu'à concocter un patron d'hyppogriffe et à le coudre dans la splendide fourrure minky noire à tête de mort choisie par Azraël. Oui, je sais, on est loin de l'hyppogriffe tout blanc du début mais en même temps, on a échappé à l'hyppogriffe rose à motif nounours. Bon en fait, je pense qu'on aurait réussi à tuer les loup-garous tout pareil. Simplement avec le tissu à nounours, ils seraient mort de rire bien avant d'être terrassés par l'hyppogriffe !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 19 novembre 2016

La Puce part en croisade

Il était une fois, au royaume de Villebon sur Yvette, un jeune prince pas tout à fait comme les autres dénommé Gargamel.

Comme dans tout bon conte de fées, ce prince était aimé et choyé par sa famille. Le roi et la reine ses parents, soucieux d'assurer l'avenir de leur fils et qu'il puisse tenir avec toute la prestance princière voulue son rôle au sein de la famille royale, l'inscrivirent dès sa naissance (ou presque) dans la prestigieuse académie royale palaisienne des princes et princesses extraordinaires, la célèbre ULIS école ! Et le jeune prince, comme tous l'espéraient, s'y épanouit pleinement (ou presque aussi parce que bon, même dans les contes de fées, tout n'est pas rose faut pas se leurrer).

L'histoire aurait pu s'arrêter là mais alors, cela n'aurait plus été un conte de fées. Ben oui, qui dit conte dit méchant, un chevalier noir, une sorcière ou un dragon que sais-je. Dans cette histoire, il s'agit d'un dragon, un bon gros vilain dragon bien méchant et bien vicieux, terriblement jaloux de tous ces princes et princesses sachant si bien se distinguer du commun des mortels. Incapable de gérer sa jalousie (la psychanalyse du dragon est une science qui n'en est encore qu'à ses balbutiements), notre dragon, le terrible Administration, ne pouvait s'empêcher chaque année de semer embûches et chausse-trappes afin de perturber l'éducation princière de nos petits héros. Hélas, voyant qu'il n'arrivait pas à ses fins, Administration décida de frapper un grand coup. Puisqu'il n'arrivait pas à venir à bout de la résistance de l'académie royale ULIS école, il capturait le plus possible d'enfants pour les jeter dans les oubliettes intersidérales du grand néant scolaire. Il s'allia donc avec la sorcière MDPH (oui, il y a aussi une sorcière dans mon histoire, et une bonne fée, elle va bientôt arriver). En conjuguant leurs pouvoirs maléfiques, ils jetèrent un sort sur tout le pays, changeant subrepticement les lois auxquelles l'accadémie royale devait se plier.

Les conséquences furent dévastatrices (en tout cas sur la santé mentale de la reine, maman du prince Gargamel, qui péta 2-3 durits comme dirait le prince Azraël et liquida une boite de mouchoirs dans la foulée qui n'avait pourtant fait de mal à personne la pauvre). Songez donc, après seulement 4 années sur les 5 que compte normalement l'apprentissage délicat du métier de prince héritier, si notre duo maléfique n'était pas vaincu, le jeune Gargamel se verrait dénier le droit de rester à l'académie. INCONCEVABLE !

Aussitôt, le vaillant chevalier La Puce, défenseur acharné de la veuve, de l'orphelin et des monstros, fut alerté. Promptement équipé de son étincelant bouclier téléphonique, sa plume la plus affûtée sortie du fourreau, notre héros s'en fut quérir l'aide de la bonne fée Super Ortho (je vous avais bien dit qu'il y avait une bonne fée) et quittons 5 mn le mode narratif pour entrer dans le mode théâtral avec du dialogue, de l'émotion, du suspens et tout et tout.

Oui, je m'inquiète là parce que la notification MDPH s'arrête à l'été 2017. C'est pas normal, c'est 5 ans le primaire et Gargamel en a fait que 4.

Effectivement. Normalement, vous devez pouvoir demander une prolongation. J'ai des patients qui sont même restés 6 ans en ULIS en attendant d'avoir une place ailleurs.

Bon alors je vais faire une demande de prolongation.

A ce propos, il faudrait aussi prévoir la suite. L'hôpital vous en a parlé ? Il vous aide dans vos démarches ?

Euh, non !

Ben va falloir qu'ils se bougent parce que là, c'est plus possible. J'ai eu la maîtresse au téléphone et elle aussi s'inquiète. C'est maintenant qu'il faut prévoir la suite vu les délais d'attente.

Ça, je m'en doute mais c'est quoi les délais d'attente. Et puis il pourrait faire quoi exactement Gargamel ? Parce que moi, je pensais à l'IMPro mais c'est pas avant 14 ans ça. Et si l'ULIS école c'est encore 1 an, il n'aura que 11 ans. Il va où entre temps ?

C'est tout le problème ! Il y a les IME mais bon, il n'a pas trop le profil et les délais d'attente c'est 1 à 2 ans. Pour les ULIS collège, il n'est pas assez autonome pour l'instant et pour avoir une place, c'est 2-3 ans. Quant aux SESSAD dans la région, c'est 3-4 ans pour avoir une place. Et c'est pareil pour les IMPro.

Mouais. Donc faut tout planifier maintenant en fait.

Ben oui. Et allez démarcher les instituts pour montrer votre motivation et avoir une chance de décrocher le Saint Graäl

(oui, quand même, c'est un conte de fée je vous le rappelle)

Je sais pas pourquoi, j'ai comme l'impression que ça va pas être simple.

Comme vous dites. J'ai des familles qui, aujourd'hui, n'ont rien et dont l'enfant reste à la maison parce qu'ils ne savent pas où le mettre. Et là, il faut vraiment que l'hôpital vous aide.

Redoutables d'efficacité le dragon Administration et la Sorcière MDPH non ? Nullement découragé (bon, en fait si, totalement déprimé pendant une semaine mais rattrapé par son humeur combative au bout du compte), le chevalier La Puce décida de partir en croisade afin d'extorquer à l'enchanteur Hôpital de jour la formule magique salvatrice capable d'éviter au prince Gargamel de sombrer dans les oubliettes intersidérales du Grand Néant Scolaire (à ce stade, les majuscules partout me semblent impératives). Ca tombait bien, l'académie royale ULIS école organisait justement jeudi son grand congrès annuel, congrès aussi appelé l'équipe éducative, et qui réunit les plus éminents enchanteurs, fées et têtes couronnées du pays. Une occasion en or de prendre l'enchanteur Hôpital de jour entre 8 yeux (oui, Hôpital de jour est un enchanteur à 3 têtes).

Hum, attendez. La notification MDPH s'arrête en 2017 ?

Ben oui

(c'est qu'on leur a dit l'an dernier déjà mais bon, moi aussi j'avais pas tilté et c'est Maîtresse Adorée qui parle)

Ah mais c'est que pour nous, on avait encore un an et on n'a pas réfléchi là

(on se demande quand même ce qu'ils ont fichu depuis 1 an)

Ok mais vous préconisez quoi pour Gargamel ?

Ah ben pour l'IME, il a pas le profil

(ça, on savait déjà)

et puis il est trop vieux

(ah ben ça, c'est nouveau tiens)

Il sera jamais pris.

(oh mais c'est qu'ils sont encourageants en plus)

C'est pourtant exactement ce qui arrive à un de nos élèves qui a été refusé en ULIS Collège et pour lequel la MDPH a demandé un IME.

(intervention fort judicieuse de l'enchanteresse Enseignante Référente)

Ah bon ? Et il a une place ?

Ben oui

Mais Gargamel ne pourrait pas aller en ULIS Collège ?

Pour l'instant, il n'est pas assez autonome. Un temps plein en ULIS Collège ne paraît pas une bonne idée. Ce serait très très anxiogène pour lui.

Mais je ne comprends pas. Pourquoi faut-il décider ça maintenant ? il faut demander son maintien en ULIS école et on verra l'an prochain pour la suite.

Mais mon cher enchanteur, ce n'est pas possible. Si on attend l'an prochain, on n'aura jamais la notification MDPH à temps et Gargamel n'aura nulle part où aller.

Oh mais vous me semblez bien au courant ma chère enchanteresse Enseignante Référente. Bien, vous allez prêter main forte au chevalier La Puce !

(vous remarquez l'absence totale de participation à la conversation du chevalier La Puce, bien trop occupé à compter les points)

Et voilà comme l'enchanteur Hôpital botta en touche (alors qu'il ne sait même pas jouer au rugby en plus) pour refiler la patate chaude à cette pauvre enchanteresse Enseignante Référente déjà complètement débordée et qui en voit tellement des cas désespérés qu'on se demande comment elle n'est pas déjà passée du côté obscure de la Force.

En résumé, au cas où vous l'auriez pas bien compris, je crise à mort. Car voilà, la situation est très claire. D'ici janvier, il me faudra rédiger un dossier MDPH avec un projet de vie à la fois parfaitement clair et parfaitement flou. Dedans, faire ressortir de façon incontestable que le maintien en ULIS école est IN DIS PEN SABLE, ceci afin de gagner 1 an et que Gargamel ait le temps d'acquérir plus d'autonomie. Une demande qui n'est pas gagnée d'avance et qu'on peut parfaitement me refuser. Dans le même temps, il me faudra montrer qu'on a réfléchi à son avenir à long terme en visant l'IMPRO pour ses 14 ans et qu'on a aussi envisagé des solutions pour l'entre-deux tout en restant parfaitement évasif sur le sujet car à l'heure actuelle, aucune solution n'est vraiment idéale et qu'il nous faut donc garder ouverte toutes les possibilités. Je le sens bien ce dossier, je le sens bien ! Mais allez, je me console en me disant que ça pourrait être pire. Je pourrais avoir un 2ème fils officiellement handicapé nécessitant la présence impérative d'une AVS qui n'aurait été accordée que pour 1 an et donc être dans l'obligation de concocter un second dossier MDPH pour leur extorquer (non, je vous jure, le terme n'est pas trop fort) un renouvellement d'AVS en sus du dossier somme toute simplissime de Gargamel. Huum, attendez un peu ... Ah ben si tiens, justement ! Je suis exactement dans ce cas. Trooooop coooool !

Comme dirait Chofie, on pourrait pas faire une pétition pour virer le mois de novembre du calendrier. Il est vraiment trop pourri ce mois !

chouette des dossiers tordus a faire

Yeah baby, encore des dossiers tordus à faire, et à refaire, et à refaire et ...

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 17 novembre 2016

Arzaël a la frousse

Eh oui, depuis quelques temps, c'est de mal en pire. Azraël a la frousse. Impossible de savoir pourquoi ni ce qui se passe dans sa petite tête. Tout a commencé un soir comme les autres il y a quelques semaines de cela, au moment du coucher.

Dis maman, tu peux rester dormir avec moi. S'il te plaît !

Ah mais non. Toi tu dors dans ta chambre et moi dans la mienne.

Mais hier dans longtemps t'as dormi dans ma chambre !

(oui, Azraël et la notion du temps, ça fait encore au moins 2)

Heiiiin ?

Mais si t'étais là sur un matelas ! (en désignant le pied de son lit)

Ok, je vois. Mais Azraël, je ne fais ça que quand tu es très malade. Allez, maintenant tu dors.

Bien évidemment comme vous vous en doutez, le lendemain au coucher, Azraël m'a fièrement annoncé qu'il était crès crès malade et qu'il avait envie de vomir. Bizarrement, la perspective d'être privé de bonbons, glaces et gâteaux (incompatibles avec une envie de vomir) et mis au régime carottes l'a brutalement guéri. Mais quelques soirs plus tard.

Maman, tu peux venir avec moi aux toilettes ?

Ben pourquoi ? T'es plus un bébé, tu peux y aller tout seul.

Mais maman j'ai peur. Il y a un monstre aux toillettes qui veut me manger !

...

(énorme soupir)

Il n'y a pas de monstres aux toillettes. Allez, dépêche toi.

Et toute la semaine, on a continué dans le même registre. Un coup, il avait peur la nuit à cause du miroir dans sa chambre où il croyait voir un monstre. On a donc recouvert le miroir d'un drap. Ensuite c'était les reflets dans les vitres le problème, on a donc réinstallé un rideau. Et plus le temps passait, plus les larmes de crocodiles perlaient à ses yeux pour finir enfin il y a 3 semaines par une vraie crise de larmes. Et là, j'ai cédé. J'ai pris mon portable, j'ai mis la luminosité de l'écran au minimum et je me suis installée dans sa chambre pour bouquiner jusqu'à ce qu'il s'endorme.

Ok, je vous vois venir. Vous vous dîtes que là, elle s'est faite avoir en beauté la Puce. Certes, c'est de l'ordre des choses possibles. Et en temps normal, je n'aurais pas cédé seulement voilà. En plus de se retenir au point d'en mouiller parfois son pantalon plutôt que d'aller tout seul aux toilettes et de voir des monstres partout dans sa chambre, Azraël a piqué une véritable crise d'angoisse au beau milieu d'un après-midi tranquille à la maison en sortant de son bain (juste que vous compreniez

comment qu'il m'a bien prise par surprise ce coup là).

Dis maman, elle est où mamie d'Oléron ?

Ben elle est à Oléron dans sa maison. Mais elle va venir à Noël.

Et pourquoi tu l'appelles maman ? C'est pas une maman c'est une mamie !

Alors Azraël, Mamie c'est ta mamie à toi mais c'est aussi ma maman à moi. C'est à la fois une mamie et une maman.

Et toi t'es aussi une mamie ?

Ben non, mais un jour, j'espère bien.

Hein ? Comment c'est possible ?

Eh bien tu vas grandir et un jour, j'espère que tu auras des enfants toi aussi. Et moi, je serai ta maman à toi et leur mamie à eux.

Et tu vas devenir vieille ?

Ben oui.

Noooon, je veux pas que tu meures ! Je vais être cro criste !

Et voilà mon Azraël transformé en fontaine larmoyante. J'ai mis 20 bonnes minutes à le consoler et à lui expliquer que mon décès n'était pas pour tout de suite et que non non, je n'allais pas mourrir. Alors certes, depuis plusieurs semaines, Azraël passe son temps à mourir lui-même pour des raisons aussi diverses que variées et à tuer tout le monde accessoirement et il paraît que c'est un passage obligatoire dans l'évolution d'un enfant. Mais là, ça commence à prendre de drôles de proportions.

Quant à moi, j'ai dû renoncer momemtanément à mes séances couture du soir (autant dire que mes projets couture avancent à la vitesse d'un escargot) vu qu'il n'y a rien à faire pour le déstresser et que je suis coincée avec lui tous mes débuts de soirée. Alors si vous avez vécu la même chose, je suis preneuse de toutes les bonnes idées pour remédier à la situation. Et je croise les doigts pour que la psy qu'on doit enfin rencontrer pour la première fois la semaine prochaine ait une solution miracle parce que j'avoue qu'en bonne mère indigne, ça commence à me gonfler sérieusement cette histoire.

Enfin, en même temps, je suis tranquille pour blogger !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 15 novembre 2016

Poussière or not poussière ?

Le jour du goûter viking, la valkyrie Blondinette a convié le fier guerrier Azraël à un banquet au Valhalla afin de fêter dignement la fin des temps de sa 5ème année (vous avez rien compris ? Je traduis : Azraël a été invité par Blondinette à sa fête d'anniversaire et elle aura 6 ans). Fort désireuse de mettre un peu de douceur dans ce monde de brutes (si si, vu comment les guerriers Azraël et Gargamel passent leur temps à se taper dessus en ce moment, on est dans un monde de brutes, petites certes mais brutes tout de même), Puce Freya a immédiatement décidé qu'il était temps de changer de registre thématique et d'oublier hache et épée en mousse pour entrer sans attendre en Faërie. Exit donc Asgard et bienvenue dans la Vallée des fées.

Oui, c'est bien beau tout ça mais bon, pour atteindre la vallée des fées, je vous rappelle qu'il faut quand même rejoindre la 2ème étoile à droite (ou à gauche, ah ben je sais plus, j'ai ma dyslexie qui ressort là) et voler tout droit jusqu'au matin. Alors non seulement, ça fait une trotte mais en plus, il faut des ailes. Et comme à ma connaissance, le papa de Blondinette n'est pas multimilliardaire, je doute qu'il ait à sa disposition un jet privé (mouais, faut que j'arrête les Harlequin Azur là, je suis vraiment tombée bien bas pauvre de moi !) pour suivre cet itinéaire somme toute minimaliste. Dans ces conditions, une seule solution. Comme pour Poucelina, il fallait fabriquer des ailes de fée pour Blondinette. Aussitôt dit, aussitôt fée (oui, je sais, elle est facile celle-là). Ah ben non finalement. Car rappelez-vous, ce n'est pas la première fois que je fabrique des ailes de fée. Dans ma première version pour Azraël, j'ai mis en avant un certain nombre de défauts, le principal étant le caractère trop facilement déformable du fil de laiton. Et si vous voyez l'état actuel de ces ailes, vous comprendriez immédiatement pourquoi je ne pouvais pas utiliser la même technique pour en réaliser de nouvelles. Non, il me fallait quelque chose de plus rigide et de plus fiable. Dans un premier temps, j'ai bien pensé à la poussière de fée. Seulement voilà, outre que je n'ai absolument pas la main verte et que j'aurais probablement fait dépérir le Grand Arbre rien qu'en lui jetant un oeil, je suis allergique à la poussière. Non, c'est vraiment des ailes qu'il me fallait.

J'ai donc convoqué à une réunion de crise l'ensemble de mes conseillers démonico-féériques, à savoir Bricolus (incontournable pour l'occasion), Couturus (en prévision du reste du costume), Conservatus (pour recycler un max de chose vu qu'il y avait urgence dans la réalisation quand même, l'anniversaire ayant lieu dans une dizaine de jours) et le couple Hystéricus/Enquiquinus (histoire de bien leur expliquer que sur ce coup, ils avaient intérêt à me lâcher la grappe s'ils ne voulaient pas avoir de sérieux problèmes avec le reste de la clique démoniaque). Et je dois dire que pour l'occasion, Bricolus a été épatant car il m'a dégoté au fin fond de Youtube un tuto de fabrication d'ailes de fée du tonnerre.

Non, c'est vrai la Puce ? Tu nous en fais profiter ? Ah ben j'aimerais bien tiens, mais figurez-vous qu'il vient juste d'être interdit de diffusion pour je n'ai pas bien compris quelle raison (et je me dis que j'ai eu un pot monstrueux sur ce coup d'avoir pu suivre le tuto avant qu'il ne soit trop tard). Mais rassurez-vous, j'ai pris plein de photos en cours de réalisation et je vais vous en préparer un parce que franchement, c'est trop bien comme technique. Regardez un peu ce qu'on obtient une fois les ailes terminées !

IMG_0190

Alors, elles sont pas belles ces ailes de fée papillon. Et en plus, pour peu que vous ayez un petit stock de fournitures pour faire des activités manuelles avec vos monstros (moi, j'ai toujours de la peinture acrylique, des strass, des paillettes et un pistolet à colle dans mes placards), cela ne vous coûtera pas très cher car la structure des ailes est tout simplement à base de fil de fer et de mi-bas (en chaussette quoi).

Allez, on entre un peu dans les détails ? C'est parti. Au départ, on fait un gabarit indiquant le contour de l'aile pour sa partie supérieure et sa partie inférieure. C'est pas indispensable mais c'est préférable si vous voulez obtenir une paire d'ailes identiques pour les parties droite et gauche. Pour l'armature, comme je le disais, il vous faut du fil de fer de 15 ou de 18 (c'est le diamètre du fil et préférez le 18, ça se tient vraiment mieux). Pour en trouver, vous avez 3 solutions, de la plus chère à la moins chère : aller dans un magasin de loisirs créatif type Rogier et Plé, aller dans un magasin de bricolage type Leroy Merlin ou recycler des vieux cintres. Perso, j'avais pas assez de vieux cintres et en acheter des nouveaux m'auraient coûté plus cher que d'acheter un rouleau de fil de fer, j'ai donc opté pour le rouleau.

A ce stade, un petit détail, éviter de faire des ailes trop grandes. Plus c'est grand, moins c'est stable. Pensez aussi que vous serez limité par la taille des chaussettes. Pour des enfants, dans l'idéal, la partie supérieure doit tenir dans un format A4 à A3 mais pas plus. La partie inférieure peut être plus petite ou de la même taille (plus grande, ça serait encore plus stable mais moins joli esthétiquement parlant).

IMG_0154IMG_0158

Les armatures des parties supérieures et inférieures.

Une fois l'armature prête, il vous faut des chaussettes mi-bas, en mousse de préférence plutôt qu'en voile car ce sera plus élastique. Si vous avez la chance d'en trouver dans la couleur de fond des ailes que vous souhaitez, c'est parfait, vous aurez moins de boulot. Sinon, comme moi, il vous faudra peindre l'intégralité des ailes dans la couleur souhaitée, mais après avoir fait les découpes, surtout pas avant. On va donc recouvrir l'ensemble de l'armature avec cette chaussette que l'on va bien tendre dessus puis nouer à la base de l'armature. Et voilà, notre aile est presque prête à être décorée.

IMG_0156

Et quand la chaussette recouvre l'armature.

Dernière étape avant mise en beauté : faire les jolies petites découpes le long des ailes. Et là, je sens votre affolement. C'est des collants quoi !. Si on fait des trous, ça va filer de partout et ce sera la cata ! Eh bien pas du tout grâce à la technique magique du bâton d'encens. Mais kescékesa ? Très simple. Vous prenez un bâton d'encens (un bâton hein, pas un cône !), vous l'allumez et quand la flamme s'éteint pour laisser l'encens se consumer doucement, vous avez un mini tison à votre disposition. Il ne vous reste qu'à approcher ce dernier de votre aile pour y faire fondre le collant (qui ne file donc pas ou très très peu) laissant de jolis petits trous bien nets. Et voilà, l'aile est prête pour la décoration.

IMG_0164

Le mini tison

IMG_0166

Le collant une fois trouyauté

Niveau déco, c'est au choix. Il y a un seul grand principe à respecter. On doit impérativement peindre toute la partie trouée à la peinture acrylique.

Ah oui ? Et pourquoi ça la Puce ? Pour consolider la structure. La peinture acrylique a le même effet que le vernis à ongles.  Et normalement mesdames, ceci doit vous parler. En effet, qui n'a pas sorti son flacon de base vernis pour empêcher un collant de filer davantage. Le fait de peindre sur les trous avec de la peinture acrylique va d'une part faire ressortir les trous (c'est donc plus joli) et d'autre part former un film qui empêchera ceux-ci de filer et/ou de s'agrandir. Mais en dehors de ça, on fait ce qu'on veut.

IMG_0167

Et voilà l'aile une fois le fond blanc peint.

Pour ces ailes, comme je n'ai pas trouvé de chaussettes blanches, j'ai peint intégralement les ailes en blanc avant d'ajouter des dégradés de rose et de jaune. Pour que ça brille, j'ai ajouté des paillettes roses et dorées et des strass. Pour assembler les 4 parties formant la paire d'ailes ensemble, on utilise du Scotch électrique que l'on camoufle ensuite comme on veut (moi, avec des fleurs en feutrine) et enfin, des rubans permettent de fixer les ailes sur le dos de notre Poucelina. Et voilà, après 2 jours de boulot, on obtient de splendides ailes à faire pâlir d'envie Clochette et ses copines.

IMG_0173

Les paillettes déposées directement sur la peinture fraîche

IMG_0178

Les ailes assemblées 2 par 2. Elles seront ensuite assemblées ensemble de la même façon.

IMG_0194

L'assemblage au Scotch noir après dissimulation par des roses en feutrine.

Après tout ce travail, forcément, on a envie de se reposer sauf qu'on a encore le reste de la tenue de fée à fabriquer. On va donc adopter les meilleures techniques de fainéants (le tutu multicolore en tulle sans couture ni élastique et la baguette magique en masking tape et feutrine) aussi appelées Comment obtenir un max d'effet sans se fatiguer. Pour le tutu, j'ai piqué le tuto ici. En gros, on découpe des bandes de tulles souples de la couleur qu'on veut, on les noue sur un ruban et c'est fini. Pour la baguette, un bâton décoré au masking tape rose et or pour rester dans les couleurs des ailes, une étoile en feutrine assortie aux fleurs décoratives des ailes, des strass et des rubans et le tour est joué.

IMG_0203IMG_0208

IMG_0210

IMG_0215

IMG_0219

Voilà donc la panoplie complète de la parfaite petite fée. Le gros avantage, de ce déguisement, c'est qu'il va pouvoir suivre la taille de votre monstros pendant longtemps car tout est ajustable en taille. Reste juste à espérer que votre demoiselle n'est pas allergique aux fées parce que sinon, il va tomber à plat ce cadeau d'anniversaire !

IMG_0225

Bon allez, c'est que j'ai 2 autres paires d'ailes sur le feu moi. Finalement, je me demande si je ne devrais pas braver la rhinite allergique et pendre le risque de faire dépérir le Grand Arbre moi. Ça a l'air nettement plus reposant la poussière de fée !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 13 novembre 2016

Qui se souvient de Prosper ?

Prosper. Ça vous dit quelque chose ? Non ?

Eh bien pour moi, ce prénom est intimement lié au ... pain d'épices. Il suffit que j'entende Proper ou Pain d'épices pour que je me mette à chanter Youpla boom ! Eh oui, que voulez-vous, mon enfance a été bercée par cette publicité que je ne résiste pas d'ailleurs à partager avec vous.

Pourquoi je vous parle de ça d'un seul coup ? Mais parce que Noël approche à grand pas et que, qui dit Noël dit petits sablés et pain d'épice. Certes, cela fait bien longtemps que je ne mange plus de pain d'épices Prosper (est-ce qu'on en trouve encore d'ailleurs ? Je me demande), beaucoup trop fort en épices et bien trop sucré pour mon goût comme tous les pains d'épices industriels. Je ne suis pas non plus très fan en général du pain d'épices artisanal typique de certaines régions de France, trop compact et trop dosé en épices pour moi. Bref, vous l'aurez compris, à vu de nez, le pain d'épices, c'est pas franchement mon truc (même si j'en mange quand c'est du bon et pas de l'industriel, celui-là, je ne peux plus le regarder en peinture).

Sauf que voilà, il n'y a que les imbéciles qui refusent d'essayer de nouvelles choses et j'ai un régime à IG bas à respecter. Or après 5 semaines et demi de régime, j'ai eu envie d'autre chose que de pain intégral pour mon petit déjeuner (aussi bon soit-il) et j'ai commencé à chercher de nouvelles recettes quand je suis tombée sur ça : Pains d'épices ultra moelleux et à IG bas (une recette pêchée chez Fromage ou Dessert ?). Alors déjà, IG bas, ça me parlait bien. Mais l'association des mots moelleux et pain d'épices alors là, j'ai cru halluciner, parce que pour moi, ces mots sont totalement antinomiques (ha ha, faut le placer celui hein !). Ben oui, jusqu'à aujourd'hui, les seuls pains d'épices que j'avais côtoyé n'étaient pas à déguster avant un plongeon à la piscine sous peine de rester coller au fond vu la densité des bestiaux (une tranche de Prosper et tu es lesté pour la journée). Bref, il fallait absolument que j'essaie. En plus, je me disais que ce serait parfait pour garnir les boîtes à déjeuner des maîtresses si c'était si bon que ça. Et franchement, je n'ai pas été déçue du tout !

IMG_0131

Ici, j'ai fait 4 mini cakes pains d'épices. Ca ne se voit pas bien mais ils sont dorés à souhait. Et je vous dis pas comment ça embaume !

Avec cette recette, parfaitement compatible avec mon régime donc, on obtient des pains d'épices avec une petite croûte craquante à l'extérieur et bien moelleux à l'intérieur s'ils sont dégustés le jour même. Quelques jours plus tard (mes mini cake pains d'épices se sont gardés sans problème 10 jours dans un sac hermétique), la croûte a perdu son craquant mais n'est pas dure et les pains ont perdus en moelleux mais sans être rassis. Bref, ils sont toujours très bons. Alors certes, c'est assez sucré niveau goût (c'est qu'il y a la dose en miel quand même) mais pas excessivement non plus, ce n'est pas sirupeux du tout et si le goût des épices est bien présent, il n'est pas écrasant et sait parfaitement rester discret.

IMG_0135

IMG_0138

Cerise sur le gâteau, c'est ultra simple et rapide à faire et comme on ne trouve pas de la farine intégrale à tous les coins de rue, seule farine de blé autorisée dans le régime IG bas, sachez que la recette est facilement adaptable pour une version non régime compatible, ce que je vous indique d'ailleurs dans la liste des ingrédients. Depuis que j'ai fait mes mini pains d'épices, je me suis procurée des moules silicone fantaisie avec des sujets de Noël ce qui me permettrait de faire des tous petits pains parfaits pour offrir pour les fêtes et à déguster avec le café (ou au petit déjeuner). Promis, dès qu'ils seront faits, je vous montrerai une photo.

Donc si vous n'avez jamais mangé de pains d'épices, si vous avez besoin de vous réconcilier avec le pain d'épice ou tout simplement si vous aimez le miel et les gâteaux aux épices, n'hésitez pas à tester cette recette. Même Chéri qui, lui, n'aime pas du tout le pain d'épices, a décrété qu'ils n'étaient pas si mauvais ces petits pains (en en réclamant une tranche supplémentaire).

Pain d'épices à IG bas (pour 4 mini pains de 75 g environ ou un gros pain de 300g, ou 6 muffins)

Entre parenthèses, vous trouverez l'ingrédient que l'on peut utiliser si on ne suit pas le régime IG bas

  • 100 g de miel d'acacia (n'importe quel miel au goût tout de même pas trop prononcé)
  • 30 g de sucre de coco (cassonade)
  • 75 g de farine de blé intégrale T150 (farine de blé classique T55 ou T65)
  • 38 g de blancs d'oeufs
  • 25 g de son d'avoine finement mixé (on ne fait pas l'impasse sur le son, il contribue à la légèreté des pains et c'est excellent pour le transit)
  • 25 g de poudre d'amande
  • 5 cl de lait d'amande (lait demi écrémé)
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 1/2 cuillère à café de cannelle
  • 1 cuillère à café d'épices à pain d'épices

Préchauffer le four à 180°C. Dans un bol, mettre le sucre de coco et le miel (uniquement le miel si vous utilisez de la cassonade) et faites chauffer 30s au micro onde. Versez dans un grand saladier. Ajouter le son d'avoine finement mixé et la poudre d'amande (ainsi que la cassonade si vous faîtes la version non régime compatible).

En ce qui concerne le son d'avoine, on en trouve en grande surface facilement maintenant. Il est important de le conserver dans la recette car il contribue à donner cette texture moelleuse au pain. Il est préférable de le mixer finement pour que ce soit agréable à manger mais si vraiment vous n'avez pas le matériel pour, on peut se passer du mixage.

On mélange bien jusqu'à ce que ce soit homogène. On ajoute les blancs d'oeufs et on mélange bien à la cuillère magique, puis la farine que l'on aura tamisée avec la levure chimique, la cannelle et les épices et on mélange bien pour éviter les grumeaux. Enfin, on ajoute le lait et on mélange une dernière fois. Voilà, la pâte est prête.

On graisse son ou ses moules, on répartit la pâte à l'intérieur (on n'oublie pas que ça va gonfler à la cuisson) et on enfourne sur le second gradin en partant du bas pour 20mn environ, cela dépend du moule et de sa contenance. Quand c'est doré et que la pointe d'un couteau ou d'un cure-dent piqué dedans ressort sèche, c'est cuit. On sort du four et on met immédiatement à refroidir sur une grille. Il ne reste plus qu'à se régaler.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,