Bienvenue en enfer (ou le monde de la parentalité)

mardi 30 août 2016

Un popotin au paradis

Il y a maintenant 16 ans, il est entré dans notre vie, à Chéri et à moi. Dès qu'on l'a vu, ça a été le coup de foudre. Il nous tendait les bras et on l'a accueilli des étoiles plein les yeux. Dans notre appartement de l'époque, on lui a aménagé un petit coin douillet et on se serrait amoureusement tous les 3. Aaah, c'est qu'on en a passé des heures ensemble.

Bon, je peux bien vous l'avouer, il m'est même arrivé de passer la nuit avec lui, abandonnant Chéri seul dans notre grand lit. Que voulez-vous, on est si bien blotti dans ses bras fermes, qui vous soutiennent et vous réconfortent efficacement quand vous avez une crève de tous les diables ou une monstrueuse gastro. Et puis un jour, ce fut le drame, une véritable déchirure ! La mort dans l'âme, avec Chéri, on a décidé de faire comme si de rien n'était. On l'a caché, comme un honteux secret.

Non mais attends là ? De qui tu parles la Puce ? Ben, je parle de notre premier canapé voyons ! Le tout premier canapé qu'on a acheté avec Chéri quand on a emménagé tous les 2. Même qu'on avait cassé notre tirelire pour ça parce que cuir et bois massif, c'est pas donné je vous prie de le croire. Alors quand après 16 ans de bon et loyaux services une couture de l'assise a lâché et que le cuir s'est déchiré, on était désespéré avec Chéri. D'autant qu'en dehors de ce trou, l'assise était en excellent état et remplissait parfaitement sa fonction, à savoir accueillir complaisamment nos augustes postérieurs. Alors on a négligemment jeté un plaid dessus en se disant que ça cacherait la misère en attendant de dégoter une housse. Mais ça, c'était sans compter sur les monstros et leurs petites mains maléfiques. Parce qu'après quelques mois (oui, il est bizarre notre canapé. L'assise se sort entièrement du cadre en bois. Alors trouver une housse s'est avérée trèèèèès compliqué parce qu'elle devait être intégrale), la petite déchirure ressemblait à ça.

IMG_4133

Non mais quelqu'un peut me dire comment ils ont réussi à passer d'une petite déchirure de 3 cm à un dépiautage total d'un tiers de l'assise !

L'horreur totale non ? Si bien qu'au bout d'un moment, j'ai craqué. Puisque je ne trouvais pas de housse, j'allais en faire une. Mouais, facile à dire ça. Mais on fait comment en pratique ? Non parce qu'il n'y a pas d'infos sur le sujet dans les bouquins de couture, ni dans les magazines déco d'ailleurs (en tout cas, moi, j'ai rien trouvé). Et pas de patrons donc. C'est là que j'ai commencé à vouer un culte et un amour sans borne à Pinterest. Parce que, si je n'y ai pas trouvé de patron (eh  non, ça aurait été trop simple), j'y ai trouvé les explications en images sur comment faire une housse à un fauteuil bergère, le genre de truc parfaitement adaptable à un canapé quelque soit sa forme.

La méthode ? En gros, vous prenez un énorme rouleau de nappe en papier, vous la plaquez sur votre canapé et vous y taillez un patron grossier. Vous découpez les pièces correspondantes dans le tissu prévu pour faire votre housse, vous bâtissez, vous enfilez à l'envers sur votre canapé et vous corrigez le bâti directement sur la bête. Il ne reste alors plus qu'à faire les coutures définitives et le tour est joué.

Il m'aura quand même fallu ronger mon frein avant de passer à la réalisation une fois mon patron fait vu l'impossibilité de trouver un tissu convenable près de chez moi. Bon, ok, il y en avait. Mais faire une housse de canapé pour la première fois sans aucune garantie de succès dans un tissu à 24€ le mètre sachant qu'il m'en faudrait pas loin de 8m, euuuuh ... comment dire ... non décidément, j'arrivais pas à l'envisager. Même Couturus a reconnu que c'était pas raisonnable.

Heureusement pour moi, cette année, j'ai complètement raté les soldes. Comment ça vous voyez pas le rapport ? Ben c'est parce que ça m'a décidé à aller jeter un oeil au Marché Saint Pierre à Paris, le paradis des couturières parait-il. Alors le Paradis, je suis pas sûre. Je dirais plutôt l'enfer de la tentation. D'autant que tout autour du "Marché" proprement dit, il y a plein de boutiques où on peut acheter des coupons de 3 mètres à des prix très attractifs. Au marché lui même, on peut vraiment trouver de tout niveau tissu au mètre, avec un choix plus ou moins vaste selon les tissus. Par exemple, j'ai été horriblement déçue par leur rayon jersey mais leur choix en suédine m'a enthousiasmé. Question prix, ce n'est pas avec les tissus au mètre que vous ferez de formidables économies (même s'il y a quand même un coin des bonnes affaires) mais c'est quand même clair que c'est moins cher que dans les magasins de tissus à côté de chez moi (entre 3 et 7€ de moins pour des tissus que j'ai vu dans les 2 magasins, ce qui aurait porté le tissu que j'avais repéré pour ma housse à 17€ au lieu de 24 ce qui reste beaucoup trop cher quand même). Mais si vous avez en tête un tissu bien précis et que vous êtes près à y mettre le prix, cela vaut la peine d'aller voir s'il n'y est pas.

Coup de chance pour moi, justement dans les bonnes affaires, j'ai pu trouver un tissu convenant à mon projet à moins de 5€ le mètre. Un prix tout à fait acceptable donc pour un essai de housse. Aussitôt acheté, aussitôt coupé et assemblé. Et après un après-midi de travail, voilà notre canapé comme neuf et joliment habillé. D'ailleurs, les monstros n'ont pas traîné pour y prendre leurs aises.

IMG_4136

IMG_4137

IMG_4140

IMG_4139

IMG_4135

Il est bien maman le nouveau canapé. Je veux le gader toute la vie !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 28 août 2016

Le samedi, c'est rhubarbe Kosmik

Il y a plusieurs semaines de cela, j'ai fait ma petite récolte annuelle de rhubarbe (oui, on en a quelques pieds au fond du jardin que je laisse vivre leur vie), rhubarbe rapidement transformée en tarte (la recette est ) et dévorée encore plus vite.

Mais cette année, à notre retour de vacances, SURPRISE : une nouvelle récolte de rhubarbe nous attendait, encore plus importante que la première. Allez comprendre. Nouvelle tarte en perspective ? Ben non, j'en avais un peu assez de faire toujours la même recette. Après en avoir écoulé une partie en Rhubarbe curd (merci Téï pour ta recette), j'avais envie d'autre chose pour écouler le reste de mon stock. C'est à ce moment qu'au détour de Pinterest, Gustus m'est tombé dessus par surprise.

Huuum, ça a l'air sympa ce Kosmik Fraise !

Oui sûrement, mais j'ai pas de purée de fraises. Et puis c'est ma rhubarbe que je veux écouler moi.

Et alors, fraises et rhubarbe, ça va super bien ensemble.

Ah bon ? Non mais regarde, il y a encore une dacquoise dedans. J'en ai marre moi de la dacquoise.

Ben qu'est-ce que tu lui reproches ?

C'est très bon mais c'est tout mou. Et moi j'ai envie de croquant. Et j'ai pas envie de faire un croustillant en plus. Suis fatiguée aujourd'hui.

Mais Pâtissus Gustus n'avait pas dit son dernier mot. Quand il a une idée derrière la tête ce petit démon, il s'accroche et il ne vous lâche plus. Je voulais du croquant sans effort, il allait m'en trouver : ce serait palet breton maison. Un biscuit avec juste ce qu'il faut de croquant car contrairement à ceux du commerce, il sait aussi rester relativement moelleux (pour un sablé hein). Et une recette toute simple ultra rapide à faire et déjà validée par les Inferno. On a donc le croquant désiré sans avoir une pierre à manger ou un biscuit trop sec. Pour élaborer cette recette, Gustus est donc parti du Kosmik Fraisier de Michalak (dacquoise, purée de fraises, fraises fraîches et chantilly au mascarpone) et l'a modifié pour correspondre à mes attentes.

Euh dis donc la Puce, c'est quoi encore ça, un Kosmik ? Ouais, je sais, moi aussi je me demande où ils vont chercher leurs noms de desserts les grands pâtissiers de nos jours. Alors en gros, ce sont des verrines (ou des bocaux car Michalak a créé cette recette pour qu'elle soit facilement transportable et vend donc les siens dans des bocaux) où on trouve un biscuit, une purée de fruits ou une crème parfumée avec un goût fort, des morceaux de fruits ou un coulis et une chantilly.

C'est donc en partant de ce principe d'association que j'ai élaboré le Kosmik Rhubarbe à ma façon. Il est composé d'un palet breton maison (je vous déconseille le palet industriel qui, pour le coup, serait vraiment trop croquant) recouvert d'une compotée gélifiée de rhubarbe, de fraises fraîches et d'une chantilly vanille et mascarpone. Et je peux vous dire que ces Kosmik ont été dévorés jusqu'à la dernière bouchée en un temps record.

IMG_4088

IMG_4089

Ca donne envie non ? Mais avant de passer à la recette, quels mots à propos de la rhubarbe. Jusqu'à un passé très récent, la rhubarbe, c'était un truc que j'avais en horreur, pas à cause du goût mais de la texture. Un truc filandreux comme ça ! Beurk ! Très peu pour moi. En tarte ou en confiture, je ne voulais pas en entendre parler. Seulement voilà, mon aversion n'était motivée que par le fait que, pour des raisons esthétiques (sa jolie couleur rose-rouge quoi), dans la plupart des cas, les gens la cuisinent sans l'éplucher. Ben vous oubliez. La rhubarbe, ça peut s'éplucher et pour cette recette, ça DOIT s'éplucher. Et ça se fait tout seul en plus, à l'économe si vous avez envie sinon, il suffit de tirer sur la peau et elle part toute seule avec un maximum des fibres dures qui sont si désagréable au palet. Alors d'accord, on n'a plus la jolie couleur rose mais on s'en fiche.

Cette recette est relativement rapide à faire. On peut donc envisager une préparation le matin pour le jour même. Toutefois, si vous voulez vous organiser à l'avance, vous pouvez faire les palets, la compote de rhubarbe et la crème anglaise (qui va dans la chantilly mascarpone) la veille. Allez, c'est parti pour la recette.

Kosmik Rhubarbe à ma façon (pour 5 verrines de gourmands, de la taille d'une coupe à dessert quoi)

Palets breton maison (je vous redonne la recette pour que vous n'ayez pas à aller la rechercher)

  • 1 jaune d'oeuf
  • 30 gr de sucre
  • 2,5 gr de levure chimique
  • 63 gr de farine
  • 50 gr de beurre pommade

Compotée gélifiée de rhubarbe

  • 300g de rhubarbe épluchée
  • une demi pomme (peu importe laquelle, moi, j'ai mis une golden)
  • 30g de sirop de glucose (à défaut du sucre inverti ou du miel au goût neutre genre acacia mais il faudra alors diminuer la quantité de sucre)
  • 30g de sucre (pas plus de 10g si vous utilisez du miel ou du sucre inverti au lieu du glucose)
  • 2g de pectine NH ou 10g de vitpris (gélifiant pour confiture)

Chantilly au mascarpone

  • 115g de crème liquide entière
  • 22g de jaune d'oeuf (le jaune d'un gros oeuf devrait faire l'affaire)
  • 30g de sucre
  • 120g de mascarpone bien froid (qui sort du frigo quoi)
  • 2g de gélatine
  • une belle gousse de vanille
  • 320g de fraises

Un petit mot à propos du sirop de glucose. On en trouve maintenant facilement dans les rayons pâtisserie des supermarchés. Le sirop de glucose est un produit qui apporte de la souplesse à une préparation. Dans les glaces, par exemple, il peut remplacer le stabilisant en évitant qu'elle soit trop dure et pleine de petits cristaux. C'est ça aussi qui rend les confiseries plus molles. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser en entendant le mot glucose, le sirop de glucose ne sucre que très très peu. C'est donc une solution bien plus intéressante que le miel pour assouplir une préparation déjà assez sucrée. Dans cette recette, j'ai volontairement réduit la teneur en sucre de la compotée de rhubarbe, d'abord parce que j'aime bien comme ça et ensuite parce qu'entre le palet assez sucrée et la crème chantilly assez riche, il fallait une compotée assez acidulée pour éviter que le dessert ne soit écoeurant. Mais rien ne vous empêche de sucrer davantage si vous le souhaitez.

On commence donc par éplucher la rhubarbe et la 1/2 pomme et les débiter en petits morceaux. On met tout dans une casserole et on fait mijoter à feu moyen jusqu'à ce que la rhubarbe se délite et que la pomme soit bien tendre. Normalement, la rhubarbe rend suffisamment de jus pour qu'il ne soit pas nécessaire d'ajouter d'eau mais si ce n'est pas le cas, vous pouvez ajouter un 1/2 verre d'eau. Quand c'est cuit, on passe au mixer plongeant pour avoir une compote bien lisse. Laissez refroidir à température ambiante le temps de préparer les palets bretons.

Préchauffer votre four à 170°C en chaleur tournante. Pour réaliser ces palets, soit vous mettez tous les ingrédients dans un robot et vous le laissez bosser jusqu'à obtention d'une pâte bien sablée, soit vous mettez tous les ingrédients sauf l'oeuf dans un saladier et vous sablez la préparation (vous mélangez à la main jusqu'à ce que la préparation ait l'aspect du sable). On ajoute alors l'oeuf et on mélange jusqu'à obtention d'une pâte homogène. Avec cette quantité de pâte, vous allez pouvoir réaliser 5 palets de 7 cm de diamètre environ (moi, j'ai utilisé des moules à muffin en silicone pour les faire de 8 cm en haut mais seulement 6,8 cm en bas). Enfournez vos palets à mi-hauteur pour 12 mn. Mettez à refroidir sur une grille dès la sortie du four. Si vous faîtes les palets à l'avance, stockez les dans une boite hermétique une fois qu'ils sont bien froids.

IMG_4074

La compote de rhubarbe est normalement assez froide à présent pour y mettre la pectine. On mélange donc la pectine au sucre puis on ajoute le mélange à la compote et on fouette à la cuillère magique ou au fouet. On porte à ébullition pendant 1 mn. A ce stade, vous avez le choix. Soit vous réservez dans un saladier à température ambiante pour une utilisation immédiate. Soit vous conservez au frigo pour une utilisation le lendemain. Dans ce dernier cas, pensez que la compote va gélifier. Elle restera tout de même très très souple, on peut même l'écraser sans problème pour bien la répartir comme on veut. Mais elle ne coulera pas. Perso, j'ai choisi de la répartir au préalable dans les moules qui m'avaient servi pour les palets  afin de faciliter la répartition dans les coupes. Si vous choisissez de le conserver dans un saladier, il vous suffira de mélanger à la marise avant l'utilisation pour lui rendre toute sa souplesse.

IMG_4075

IMG_4076

On voit bien ici qu'on peut répartir comme on veut la compote mais qu'elle se tient et ne coule pas du tout.

On va s'attaquer à la chantilly mascarpone. Si vous préparez tout le jour même, commencez par mettre le récipient dans lequel vous monterez votre chantilly au congélateur. Pour une préparation à l'avance, ce n'est pas la peine. On commence par hydrater la gélatine (on la plonge dans l'eau froide si elle est en feuille, on la mélange à 10g d'eau froide si elle est en poudre). On va à présent faire une crème anglaise. Dans une casserole, mettre le sucre, les graines de vanille et le jaune d'oeuf et bien mélanger (utile de faire blanchir tout de même). Ajouter le lait et bien mélanger à nouveau puis mettre à chauffer sur feu assez fort (7-8 sur ma plaque monte à 12) jusqu'à 83°C sans jamais cesser de remuer au fouet ou à la cuillère magique. Si vous n'avez pas de sonde, il faut regarder la consistance. Dès qu'on a l'impression que ça épaissit, il faut arrêter. Si ça frémit, vous avez déjà dépassé la température donc stoppez tout avant que ce soit la cata. Hors du feu, on ajoute la gélatine (bien essorée pour les feuilles) et on remue jusqu'à être sûr que la gélatine a fondu. On filtre alors la préparation en la versant dans le récipient qu'on a mis au congélateur préalablement. On stocke ensuite au frigo jusqu'à refroidissement total. Il faut que la crème anglaise soit aussi froide que le mascarpone avant de pouvoir l'utiliser. Le fait d'avoir placé le récipient au congélateur va aider à refroidir la crème plus vite.

Si vous préparez en avance, versez simplement la crème dans le récipient où elle sera montée et réservez au frigo. Ne vous inquiétéz pour la gélatine. La crème va figer mais comme on va la monter, cela ne se sentira pas. Quand la crème est bien froide, on ajoute le mascarpone, on sort son batteur électrique et c'est parti pour la chantilly. Il faut monter ce mélange très délicatement. On y va donc très progressivement et commencer à petite vitesse. Quand la crème est bien montée, elle forme un superbe bec d'oiseau. Stockez la dans une poche munie d'une douille canellée.

IMG_4078

IMG_4080

Il est temps de laver et de couper les fraises. On peut alors procéder au dressage. Dans 5 coupes, placer un palet breton. Recouvrez le de compotée de rhubarbe puis de morceaux de fraises fraiches. Finissez par une couronne de crème chantilly mascarpone. Réservez au frais jusqu'au moment de servir et régalez vous.

IMG_4083

IMG_4086

 

Posté par reyhaziel à 23:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 24 août 2016

Petits pois et nains de jardin

Il y a quel temps, suite à une surexposition bloggo-couturesque, particulièrement ici chez Anne Françoise ("Coudre ou ne pas coudre") et chez Mia ("L'arbre à sucettes"), je me suis retrouvée atteinte d'une grave affection oculaire : la tâchetite aiguë. Cette maladie extrêmement rare fait danser des petits pois multicolores devant vos mirettes. Impossible de regarder une surface unie sans la voir se consteller de petits points. Un symptôme qui s'amplifie encore davantage quand la surface en question est un tissu.

Devant l'incompréhension des médecins, comme vous vous en doutez, je me suis tournée vers mes grimoires, pensant être victime que quelques odieux sortilèges. Mais non, rien trouvé. Le phénomène étant apparemment amplifié lorsque les tissus étaient impliqués, après avoir longuement hésité (c'est qu'il boude depuis que Tricotus s'est installé à la maison), je me suis finalement résolue à demander l'avis de Couturus.

Non franchement Couturus, t'aurais pas une idée de ce que j'ai ?

Ben si, c'est la tâchetite !

Hein ? C'est quoi ce truc.

Un virus. Faut attendre que ça passe.

Et ça prend longtemps ? Non parce que c'est gênant quand même.

Quelques semaines ou plusieurs mois. Ca dépend des gens.

Kouaaaa ! Ah non mais c'est pas possible ça ! Y a pas un traitement ?

On peut diminuer les symptômes en achetant du tissu à pois et accélérer la guérison en cousant un truc avec.

Pffffff ...

(profond soupir fataliste)

La mort dans l'âme, pleine d'abnégation et mon sens du sacrifice légendaire gonflé à bloc, je me suis donc partie à la quête du tissu à pois qui me rendrait une vue correcte. Eh, on arrête de rigoler là ! Comment ça je dis n'importe quoi ? Meuh non je cherchais pas du tout une excuse pour acheter de nouveaux tissus. Pô du tout !

Bref, après avoir bravé les éléments déchaînés (si si, parce que ma quête, c'est en avril que je l'ai entreprise et j'aime autant vous dire que le temps, c'était pas ça) pendant des jours pour écumer les magasins de tissus du secteur, plongé pendant des heures dans les profondeurs insondables du woueb, résolu des énigmes d'une complicité insensée (alors, en 110 de large, me faut quel métrage pour une robe, oui mais en 145, ça tomberait à combien, ah ben celui c'est du 90, non mais c'est quoi c'te largeur !), finalement, je l'ai trouvé, lui, LE tissu synonyme de guérison, le Gnomeville à pois avec des petits nains. Eh non, je n'invente rien, c'est son nom tel que présenté chez Modes4U, mon fournisseur préféré de tissus originaux que tu trouves nulle part ailleurs ou pour biiiiiiien plus cher. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un tissu de la collection "Gnomeville" de Michael Miller, un tissu américain donc, plutôt haut de gamme avec le prix qui va avec (faut quand même compter dans les 13€/m). Ceci dit, les tissus de cette gamme semblent valoir leur prix car aucun de ceux que j'ai acheté jusqu'à présent ne m'a déçu. Pur coton, des couleurs bien marquées qui ne bavent pas et ne déteignent pas au lavage, un imprimé de qualité, lavage machine à 40° et sèche linge autorisé (pas trop chaud quand même). Certes, il faut repasser mais même le repassage est plus facile que pour certaines chemises de Chéri. Que demander de plus ! Alors malgré une grande fresque en lisière de 35 cm de largeur avec un motif de 59 cm de long qui se répète, j'ai craqué. Et quand il est enfin arrivé, je me suis empressée de l'enterrer au fond de mon placard. Parce qu'un tissu comme ça, ça se respecte Madame ! Oui oui oui, il faut trouver LA robe à faire avec. Sinon, point de guérison. Et ça prend un sacré bout de temps de trouver le modèle idéal.

IMG_4110

IMG_4112

A défaut des pois, voilà déjà la fresque

C'est que j'avais une idée très précise de ce que je voulais : une robe ajustée, mais pas trop pour être confortable, avec une taille empire pour cacher mes rondeurs, mais une ceinture quand même pour éviter l'effet montgolfière et une jupe pleine de plis pour utiliser toute la longueur de mon coupon et ne pas perdre un centimètre de ma fresque gnomesque. On aurait pu penser qu'avec la tonne de bouquins que j'ai à la maison, j'aurais trouvé le modèle à coudre dans le quart d'heure. Ben non. Rien, panne totale d'inspiration ! Et ça, jusqu'à il y a 15 jours quand je suis tombée sur ça.

DIY grey and lace ModCloth dress tutorial

J'adore cette forme de robe. Si ça vous intéresse, c'est ici. Je sens que je vais la tenter bientôt en jersey. 

Je me suis dit immédiatement que c'était le modèle parfait pour mon tissu et ma silhouette. Et en plus, la gentille madame expliquait comment elle avait modifié son patron pour arriver à ce résultat. Mais attendez ... mais ça va pas ... j'ai aucun patron de cette marque moi ! Bon, aucune importance, j'ai compris le truc, je vais bien dégoter un patron que je pourrais modifier pour arriver au même résultat. Bingo ! Le modèle 11 du livre Simple Chic (livre 2 en code JCA), un modèle que déjà largement utilisé ici, ici et .

Après avoir modifié la forme des emmanchures, changé celle du décolleté, virer les découpes arrondies et transformer le devant du bustier de 2 pièces en une seule avec la forme qui va bien, créer une nouvelle ceinture là où il n'y en avait pas, totalement transformer la jupe et créer un décolleté en V dans le dos, j'étais fin prête ! J'avoue avoir eu un peu peur au début que toutes mes pièces ne tiennent pas dans mon coupon à cause de ma fameuse fresque en lisière. Et effectivement, si j'avais prévu des parmentures pour le corsage, ça n'aurait pas été. Mais comme j'ai préféré faire des finitions au biais, je n'ai eu aucun problème. Et au bout de quelques jours, j'ai obtenu cette jolie robe qui fait déjà ma joie vu les chaleurs actuelles.

IMG_4100IMG_4099IMG_4098

Devant, coté et dos.

IMG_4104IMG_4109

Et gros plan sur les encolures

 

Alors Chéri, t'en dis quoi ?

Huuuum ... T'as pas l'intention de la mettre pour aller au bureau, j'espère ?

Ben si pourquoi ?

Non mais l'imprimé, ça va pas là !

Ben qu'est-ce qu'il a ?

Tous ces champignons et ces nains ! C'est un tissu pour les gosses ça !

...

Bon, c'est définitif, Chéri et moi n'avons pas franchement les mêmes aspirations couturesques (enfin pas tout le temps). Je me demande ce qu'il dira quand il verra mon tissu à petites licornes mauve tiens. De toute façon, je suis encore une toute jeune fille donc tout me va et voilà !

Dans le modèle d'origine, il y a 4 boutons décoratifs. Au début, je pensais en mettre des tous simples, puis des blancs à pois rouge mais finalement, j'ai décidé d'en créer moi-même en pâte FIMO avec un motif de champignon conception perso.

IMG_4113IMG_4114

Alors, ils sont pas beaux mes boutons ?

IMG_4107

J'en suis d'autant plus fière que j'ai même réussi à y mettre des brins d'herbe et que pour la première fois, je me suis intégralement passée de tuto. Bon, ok, ils ne sont pas particulièrement mis en valeur dans le tissu à pois mais je m'en fiche, je suis cro fière de moi !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

lundi 22 août 2016

Quand un "Ca marche pas" peut en cacher un autre

Il y a quelques jours, Gargamel m'aura flanqué ce qu'Azraël qualifierait de super méga frousse de tous les diables.

Maman, ça marche pas !

Huuuum ? Qu'est-ce qui marche pas ?

ÇA MARCHE PAS MAMAN !

(répété en criant et en montrant véhément sa console de jeu vu que maman est décidément un gros boulet qui comprend rien à rien)

Eh oh, tu te calmes là Gargamel ! Sinon plus de console !

Noooooon !

Alors tu cries plus.

Ça marche pas maman !

Ben si ça marche ! Faut enlever la pause enfin !

ÇA MARCHE !

Environ 5 mn plus tard, rebelote mais parce qu'il n'arrivait pas à finir son niveau. Résultat, nouvelle série de ça marche pas maman sur tous les tons du désespéré à l'agressif en passant par le fataliste. Puis 10 mn plus tard encore, c'était reparti.

Bon ça suffit maintenant Gargamel. T'as le choix. Soit tu prends un autre jeu, soit tu ranges la console et tu vas faire autre chose. J'ai le déjeuner à préparer et je vais pas continuer à m'interrompre toutes les 5 mn !

Pour une fois, très fâché après sa console de jeu, Gargamel n'a pas discuté et a pris la tablette pour regarder des vidéos des Lapins crétins sur youtube (pas sûre que j'ai gagné au change sur ce coup).

Mamaaaaan, ça marche paaaaaas !

MAIS QUOI ENCORE !

(oui, je l'admets, je commençais à être un tout petit chouia énervée)

Ça marche pas maman !

Mais c'est rien. C'est le réseau qu'est un peu lent. Faut que t'attende que ça charge. Bon, je peux être un peu tranquille là.

Et 5 mn plus tard, alors qu'il semblait s'être calmé en montant dans sa chambre.

Mamaaaan, ça marche pas !

Et ben je m'en f.... Débrouilles-toi !

Ça maaaaarcheuuuu pas !

Mais qu'est-ce qui se passe ?

C'est Gargamel qui me casse les pieds avec ses lapins crétins qui se chargent pas. Et là, j'en ai franchement assez, j'ai autre chose à faire.

Dis maman ?

Oui Azraël ?

Pourquoi il a des allumettes Gargamel ?

KOUAAAAAAA ! KOUAAAAAA!

Et oui, pendant que j'avais le dos tourné, car les monstros savent très bien qu'ils n'ont pas le droit de toucher aux allumettes, Gargamel était monté dans sa chambre avec une bougie et la boite d'allumettes. Et ce qui ne marchait pas, c'est que nos allumettes étant trèèèès vieilles et donc trèèèès difficiles à enflammer, il n'arrivait pas à allumer sa bougie !

J'aime autant vous dire qu'il s'est fait copieusement enguirlander (et Azraël a eu droit à un petit laïus sur le sujet pour faire bonne mesure) et je suis allée m'enfermer dans ma cuisine pour y piquer une petite crise de nerfs en paix (faut dire que la matinée avait déjà été électrique entre les 2 frangins et que la série des ça marche pas venait clôturer 2h de cris, chamailleries et échange de coups divers et variés). Curieusement d'ailleurs, je l'ai bien eu la paix, tout le temps de ma petite crise de nerfs. Étonnant non ?

Une fois tout le monde calmé, Chéri a décidé de clôturer l'épisode de façon constructive, en enseignant à Gargamel la différence entre tenter de faire une énorme bêtise en cachette et réaliser l'action souhaitée avec la bénédiction et l'aide de papa et maman. Il a donc ressorti bougie et allumette pour montrer à Gargamel comment allumer sa bougie et l'a laissé s'entrainer sous sa surveillance.

Bon, je ne sais pas si c'était une bonne idée mais Gargamel était ravi et fier de lui après avoir réussi. Et il n'a fait aucune difficulté pour éteindre ensuite la bougie (non sans s'être brûlé le doigt parce qu'il voulait absolument vérifié qu'on lui racontait pas d'histoire quand on disait que la flamme pouvait le brûler s'il mettait le doigt dedans ce qu'il s'est donc empressé de faire).

Ce qui n'empêche que j'ai trouvé une nouvelle cachette pour les allumettes parce que franchement sur ce coup, j'ai vraiment eu très chaud !

200

Non mais ça va pas de prendre les allumettes en cachette !

 

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 20 août 2016

Les bons mots d'Azraël - Tome 9

Il y a quelques jours, Azraël a perdu une dent de lait. En fait, elle bougeait beaucoup et il aurait pu l'avaler à tout moment en mangeant alors on l'a un peu aidé en tirant dessus.

IMG_0694

Et puis mardi, en revenant de promenade avec Super Nanny, trempé de transpiration ...

Mamaaan ! T'es rentré !

Ben oui.

Maman, j'ai crèès chaud. Je peux sauter dans la piscine tout habillé ?

Huuum, d'accord.

OUIIIIII

Mais t'enlève tes chaussures d'abord !

OUIIIIII

Et tes chaussettes !

D'ACCOOOOOORD !

Et tes dents !

...

Mais qu'est-ce que tu racontes papa ? Je peux pas enlever mes dents.

Mais si, t'as bien enlevé ta dent il y a pas longtemps.

Mais non, tu dis n'importe quoi. Je peux pas enlever mes dents moi !

Ah bon.

Ben non, je suis pas un vieux !

Voilà voilà. Des commentaires ?

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


jeudi 18 août 2016

Mickey : un bon plan sortie pour les enfants handicapés

Bon allez, on va commencer par un peu d'humour noir (mais tout finit bien je vous rassure tout de suite). Ce message s'adresse à tous les parents qui rêvent d'emmener leur progéniture chez Disney mais qui freinent des 2 pieds à l'idée des heures de queue à faire pour accéder aux attractions. Pour vous, chers parents, j'ai LA solution miracle : je vous loue Gargamel pour la journée.

Non mais qu'est-ce qu'elle raconte la Puce ? Elle a grillé son unique neurone survivant ou quoi ? Que nenni, je suis très sérieuse (enfin, pas quand je parle de louer Gargamel quand même hein. Quoi que ?). Vous voulez que je vous raconte. Allez, c'est parti.

Ayant la chance de bénéficier de la connaissance encyclopédique disneylandesque de Super Nanny (oui, super Nanny est une grande habituée de Disneyland) et les monstros ayant grandi, cette année, j'ai décidé de tenter l'expérience et de les y emmener. Car voilà, bien que Disney ne vous fasse bénéficier d'aucun avantage financier du fait que vous êtes handicapé ou parents d'enfants handicapés, ils font quand même 2 trucs méga géniaux : le parking à 5 mètres de la porte d'entrée et le Saint Graal de tout parent d'enfants hyper actifs ou TED incapables de faire la queue plus de 2 mn d'affilée, le COUPE FILE.

Au début, j'y croyais quand même pas trop à cette histoire de passe-droit qui nous simplifierait la vie. Et puis je craignais que cela ne concerne que la personne en situation de handicap et son accompagnateur (comme c'est le cas à peu près partout ailleurs) mais bon, depuis le temps qu'Azraël me bassinait avec son envie de voir Mickey en vrai et que moi, j'avais envie que les monstros puissent faire des sorties comme tous les enfants de leur âge, j'ai décidé de sauter le pas. J'ai prévu le budget qui allait bien (oui, il faut prévoir un GROS budget quand on va à Disney parce que tout est hors de prix, rien que le tarif d'entrée pour une journée varie de 40 à 62€ pour les enfants et de 47 à 69€ pour les adultes), j'ai réservé une place dans un vrai resto (tant pis pour le prix justement) parce que la restauration rapide sur place est immangeable (dixit Super Nanny confirmé à posteriori par des collègues au bureau) et que le pique-nique avec les monstros, c'est no way. Et puis je me suis assurée que Super Nanny pourrait nous accompagner sur toute la journée comme ça, j'avais mon guide touristique perso doublé d'un garde chiourme pour monstros. En théorie, c'était parfait. Et en pratique, à part que j'ai fini les pieds en marmelade et le porte-monnaie raplapla, c'était parfait aussi.

Afin d'éviter au maximum l'affluence (Gargamel supporte très mal l'affluence, ça l'angoisse et ça l'excite et il devient vite ingérable), j'avais choisi d'y aller un jour de semaine, vendredi dernier pour être précise, week-end de 15 août, et d'arriver tôt le matin vu qu'on y passait seulement la journée, que c'est grand et que j'avais un billet d'accès pour les 2 parcs Disneyland et Disneystudio (les 2 pour le prix d'un qu'ils faisaient en promo). On s'est donc pointé comme des fleurs à 10h à l'entrée voitures. Pour ceux qui connaissent pas, l'entrée voiture ressemble à un péage d'autoroute et pour cause, on paie 20€ pour avoir accès aux différents parkings. C'est ici qu'il ne faut surtout pas oublié de préciser à la gentille guichetière que vous allez au parking handicapé car vous aurez besoin d'un code pour y accéder et c'est elle qui vous le donnera. Et ça, c'est écrit nulle part ! Heureusement pour nous, j'ai eu le réflexe de demander où était ce parking sinon on aurait été comme des c...ns.

Alors petit aparté concernant le stationnement handicapé. Pour en bénéficier, il vous faut impérativement une carte de stationnement mais sachez que cette carte n'est pas réservée exclusivement au handicap moteur. Toutes les formes de handicap peuvent vous permettre de l'avoir si votre situation le justifie. Dans le cas de Gargamel, son handicap est mental puisqu'il est TED (une forme d'autisme pour ceux qui ne connaissent pas). Et pour des raisons de sécurité (comme le fait qu'il court partout sans forcément regarder où il va et notamment traverse les rues à l'aveugle yahouuu), j'ai demandé cette carte que l'on m'a accordé. Alors n'hésitez pas à la demander. Elle peut vous rendre bien des services et si on vous l'accorde, c'est que vous y avez droit. Donc ne culpabilisez pas.

Bref, nous avons donc suivi les panneaux indiquant le stationnement réservé aux personnes handicapées. Et là, oh joie, on est arrivé quasiment au pied de la grille d'accès aux parcs même. Dès votre arrivée, précipitez vous au City Hall munis de la carte handicapé de votre bambin ou d'un certificat médical justifiant sa situation de handicap et demandez votre carte d'accès prioritaire. Ce qui est formidable dans l'opération, c'est que non seulement votre monstros va bénéficier d'un accès privilégié sur la quasi totalité des attractions (toutes sauf 2 en fait et elles sont dans le parc Disney Studio si je me rappelle bien), c'est-à-dire qu'au lieu d'aller faire la queue avec tout le monde, vous allez vous diriger vers une entrée spéciale où une personne va entièrement vous prendre en charge et vous faire passer devant tout le monde que vous aurez rien à faire et aucune question à vous poser tout est fait pour vous simplifier l'existence, mais encore que toute votre petite famille va pouvoir en profiter avec lui. Eh oui, l'accès privilégié ne se réduit pas à la personne handicapée et son accompagnateur. Chez Disney, on ne sépare pas la famille. Et pour que tout soit clair, le nombre de personnes bénéficiant d'un passe droit est noté sur la carte d'accès qu'on vous remet au City Hall.

Ok la Puce, c'est cool mais, est-ce que ça marche vraiment ? Et bien oui. Ça marche même du tonnerre. Il n'y a pas eu une seule attraction où on ait fait plus de 5 mn de queue. C'était tellement rapide que, on a commencé les attractions à 10h30, on a fait 1h30 de pause déjeuner, on est parti à 16h30 parce que mes pieds n'en pouvaient plus mais les monstros eux seraient bien restés encore et on a fait TOUTES les attractions (sauf Indiana Jones parce que les monstros n'avaient pas la taille requise et celles qui étaient fermées pour travaux) et plusieurs fois, jusqu'à 4 pour certaines. Jamais j'aurais cru ça possible. En fait, le seul passe-droit que vous n'ayez pas, c'est pour faire les photos avec les personnages dans les rues. Là, il vous faudra vous armer de patience comme tout le monde.

IMG_0688

On a eu la chance qu'Azraël aperçoit Plutôt en train de gagner son point de rendez-vous et lui saute directement sur le poil.

Bon et qu'est-ce qu'on trouve comme attraction au juste alors ? Oh la mais plein de chose. Ce qui a fasciné le plus les monstros, c'est le dragon (un automate grandeur nature dans sa caverne qui pionce avant de se réveiller pour vous balancer de la fumée. Les monstros s'amusaient à crier pour le provoquer en s'imaginant que c'était EUX qui le réveillaient. Que voulez-vous, c'est naïf un monstros).

IMG_3951

Ici, mes photos sont toutes pourries parce que je pouvais pas mettre le flash. Le gros gros kif de Gargamel fut sans conteste le Space Mountain, des wagons qui descendent d'une hauteur vertigineuse en quasi chute libre. Enfin, je crois. J'y étais pas, trop occupée à consoler Azraël qui n'a pas eu le droit d'y aller parce qu'il n'atteint pas encore le 1m32 réglementaire. Déjà qu'avec son frère, il s'était fait refouler des montagnes russes Indiana Jones, mais là en plus, son frère pouvait y aller et pas lui, c'était la fin du monde et DisneyLand c'est nul maman je peux aller nulle part c'est trop nul je pourrais jamais y aller de toute ma vie. Si vous ne craignez pas le vertige, vous avez également quelques manèges qui tournent gentillement mais haut, très haut, très très haut (bon, ok, peut-être pas si haut que ça mais bon ça impression quand même). Et puis bien sûr, vous avez l'éternel carrousel de petits chevaux (quasiment les seules photos que vous aurez des monstros en action parce que pour tout le reste, c'était simplement pas possible d'en prendre) et les pseudo trains fantômes.

IMG_0689IMG_3968

Je dis ça parce que je ne sais pas trop comment appeler autrement ces attractions nommées Blanche-neige et les 7 nains et les Voyages de Pinocchio. Imaginez que vous grimpez dans un train fantôme sauf qu'au lieu d'un parcours où on vous fait peur, vous faîtes un parcours qui vous raconte l'histoire de Blanche-neige et celle de Pinocchio (c'est 2 attractions différentes je précise). Perso, je comprends pas trop l'intérêt mais les monstros n'ont pas cessé d'en redemander et on a justement fait Blanche-Neige 4 fois. Deux autres attractions sortent également du lot par leur côté interactif : Buzz l'éclair, toujours le principe du train fantôme mais vous êtes ici muni d'un pistolaser et vous aidez Buzz à sauver la galaxie et les petites voitures à conduire vous-même.

IMG_0746

Les monstros n'étaient pas peu fiers de piloter eux-mêmes leur bolide (sur un parcours prédéterminé donc il est impossible de dévier que même un enfant de 2 ans peut le faire je vous rassure tout de suite). Et puis il y a aussi les différentes galeries d'exposition sur les thèmes des films de Disney qu'on peut admirer tranquillement.

Et le resto alors ? Comme je le disais, j'ai préféré réserver dans un vrai restaurant pour l'occasion et bien que cela ait été vraiment cher (39€ le menu enfant, 59€ le menu adulte mais il y en a quand même des un peu moins), je ne le regrette pas. D'abord, parce qu'on a très bien mangé et à ce prix là, ça compte ! Les menus inclus tous un cocktail sans alcool, une entrée, un plat et un dessert. Pour les enfants, on a le choix entre 2 possibilités à chaque fois et le choix est plus vaste pour les adultes. Ensuite, parce qu'on a eu une fois de plus l'occasion d'admirer Azraël faire du charme aux serveuses et avec beaucoup plus de succès cette fois (et Gargamel ne voulant pas être en reste s'y est mis aussi). Mais surtout, s'il était aussi cher, c'est parce que sans le savoir, j'avais réservé dans un restaurant à personnages (pourtant, c'était bien écrit sur le descriptif du site internet mais j'ai pas fait gaffe) et ça, c'est trèèèès cool.

Euh, c'est quoi un resto à personnage ? C'est un resto où les personnages de Disney correspondant à sa thématique (pour nous, on était l'auberge de Cendrillon donc c'était petites souris, princes et princesses) viennent vous voir à votre table, câlinent vos enfants et se laissent prendre complaisamment en photo sans même que vous ayez à lever le postérieur de votre chaise. Et ça mes petits amis, quand on voit les yeux des monstros s'illuminer, ça n'a pas de prix (bon, ok, si ça a un prix mais à ce stade, on s'en tape ! ).

IMG_3974

Eh le Prince, t'as réussi à me piquer Cendrillon mais la prochaine princesse est à moi.

IMG_0734

Vous pouvez pas vous en rendre compte mais Azraël regarde Arielle d'un air totalement énamouré !

Aaaaah ma princesse !

IMG_0738

Bon, les autres m'ont échappé mais toi, je te lâche pas !

IMG_0701IMG_0712

Cayiiiin, bisouuuus !

Et effet secondaire appréciable, c'est qu'ensuite, les monstros n'ont plus jamais réclamé à faire la queue pour être prix en photos avec d'autres personnages de Disney dans les rues ce qui faisait parfaitement mes affaires vu que, je vous le rappelle, c'est le seul truc pour lequel on n'a pas droit au coupe-file.

Une sortie que je recommanderais donc à tous les parents d'enfants souffrant d'un handicap car vraiment beaucoup de choses sont faites pour vous simplifier la vie (y compris une carte où les attractions compatibles avec les différents types de handicap sont inscrites). Une magnifique journée donc dont les monstros gardent un souvenir émerveillé. Ils attendent d'ailleurs impatiemment d'y retourner et j'ai eu un mal de chien à leur expliquer que non, on pouvait pas y retourner demain, mon porte-monnaie n'étant pas en mesure d'accéder à leur demande (et mon boss non plus).

Posté par reyhaziel à 19:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 16 août 2016

Le samedi, on se raffraîchit

Suite à une série de plébiscites enthousiastes, pour répondre à la demande d'Inferno Gran Mom et parce que chose promise, chose due, Pâtissus Gustus a décidé généreusement de vous faire partager sans attendre la sublime recette de la tarte royale aux pêches (recette piquée une fois de plus à Maîtresse Valérie mais ai-je vraiment besoin de le préciser).

Cette tarte, je l'ai déjà fait 3 fois, en version pêche-verveine et pêche-menthe. Et je compte bien tenter une pêche-romarin la prochaine fois. Pour l'instant, surtout par temps chaud, c'est la pêche-menthe qui a définitivement ma préférence, pour son côté rafraîchissant encore plus marqué. Mais je vois vos yeux se plisser de concentration, une lueur interrogative brillant tout au fond. Qu'est-ce que c'est donc qu'une tarte royale aux pêches ?

IMG_3846

IMG_3850

C'est l'association diabolique d'une pâte sucrée (le truc qui ressemble à la pâte sablée mais qui n'est pas une pâte sablée), d'une crème diplomate parfumée à la verveine ou la menthe et d'un palet gélifié de purée de pêche blanche et de morceaux de pêches jaunes. Comme elle l'explique très bien dans sa recette, Valérie a rencontré un certain nombre de difficultés quand elle a réalisé cette recette. Je l'ai donc légèrement modifié et je n'ai personnellement eu aucun problème. Par contre, c'est au niveau des proportions que j'ai eu des surprises. Pâtissus Gustus ayant bien cogité, c'est donc une version modifiée de cette tarte que je vous propose aujourd'hui.

IMG_3845IMG_3854

Un bonheur n'arrivant jamais seul et vu les chaleurs des jours derniers, Pâtissus Gustus dans son immense bonté. Oui, faut que je le brosse dans le sens du poil en ce moment le Gustus, parce qu'il a une liste de desserts longue comme le bras qu'il veut essayer et moi, j'ai pas trop le temps donc il me faut impérativement le conserver de bonne humeur si je ne veux pas me retrouver devant mes fourneaux à 2h du mat. Dans son immense bonté disais-je, Gustus a décidé de partager avec vous 2 autres recettes spéciales grosses chaleurs, la salade pastèque feta (melon en option) et les crèmes glacées maison menthe et praliné. Non, vous ne rêvez pas, j'ai bien parlé de crèmes glacées maison. Mais attendez, il y a encore mieux. Non seulement elles sont maison et très bonnes mais surtout, elles sont réalisables intégralement par les monstros. Oui madame ! Non mais vous imaginez un peu la fierté de vos adorables têtes blondes lorsqu'ils vont déguster des glaces qu'ils ont réalisé eux-mêmes (bon, ok, avec un peu d'aide quand même mais vraiment très peu).

IMG_3917

IMG_4048

Allez hop, on traîne pas, les fourneaux nous attendent. C'est parti pour les recettes, du plus simple au plus compliqué.

 

Salade pastèque-feta (inspirée par Pinterest, pour 2 gourmands)

  • 300g de pastèque
  • 100g de feta
  • 1 demi oignon (moyen à gros selon vos goûts)
  • du poivre
  • 2 CàS d'huile de noix (ou à défaut de l'huile d'olive)
  • 15 feuilles de menthe fraîche
  • en option : 150g de melon et 2 figues séchées

Détaillez la pastèque (et le melon) en morceaux, ni trop petits ni trop gros. Ça vous renseigne hein ! Coupez ou émiettez la feta en petits morceaux. Émincez finement l'oignon et ciselez les feuilles de menthe fraîches (et détaillez les figues en petits dés). Mettre l'ensemble des ingrédients dans le saladier de service, au moment de servir et seulement à ce moment là si vous avez des invités. C'est très important car la pastèque va rendre de l'eau et votre salade sera nettement moins présentable si elle est préparée à l'avance car elle baignera dans le jus de pastèque. Alors que si vous dressez au dernier moment, vous pouvez enlever le jus en surplus. Pour un usage "domestique", ce n'est cependant pas un problème. Vous pouvez la préparer à l'avance et même la veille si ça vous chante (mais je ne conseille quand même pas la veille). Poivrez puis mélangez un peu les ingrédients. Arrosez avec l'huile de noix. Il n'y a plus qu'à déguster.

IMG_3918

Grâce à la pastèque et sa richesse en eau, c'est une salade très rafraîchissante (encore plus avec la menthe fraîche) et le côté craquant de la pastèque est surprenant. C'est typiquement le genre de salade qu'on peut préparer le matin pour emmener en pique-nique car elle ne s'abime pas. Comme je disais, c'est juste la pastèque qui dégorge. D'habitude, je n'aime pas la feta que je trouve trop salée et d'un goût trop fort mais là, ça passe vraiment tout seul. Si vous aimez le côté sucré-salé, je vous conseille vivement l'ajout des figues. Elles se marient vraiment très bien avec le reste des ingrédients.

 

Glace facile sans sorbetière version menthe (pour 600ml environ)

  • 260g de crème liquide entière
  • 130g de lait concentré sucré
  • 5g de stabilisateur pour glace (facultatif mais ça apporte vraiment un plus pour que ça ne fonde pas trop vite)
  • 10g de sucre en poudre si vous utilisez du stabilisateur sinon c'est pas la peine
  • pour la version menthe : 10 gouttes d'huile essentielle de menthe ou 2g de feuilles de menthe fraiche

Bon alors, il y en a qui vont dire que j'exagère, que c'est la fan d'aromathérapie qui parle et que fut ma réserve d'huiles essentielles, c'est pas étonnant que je veuille en caser partout mais franchement, pour cette recette, je plébiscite l'usage de l'huile essentielle de menthe. C'est vraiment simplissime comparé à la menthe fraîche, ça vous permet de préparer votre glace le matin pour le goûter ou le dîner et ça rend la recette entièrement réalisable par un monstros, même hyper actif et avec la capacité de concentration d'un poisson rouge. En plus, on en trouve dans n'importe quelle pharmacie. Mais bon, si vous préférez la menthe fraîche, je vous indique aussi comment faire.

La veille, on commence par mettre le lait concentré sucré et la crème fraîche au frigo pour qu'ils soient bien froids le jour J. C'est mieux, mais ce n'est pas indispensable non plus.

Si vous optez pour la menthe fraîche, commencez par hacher grossièrement 2g de menthe pendant que vous aurez mis votre crème fraîche à bouillir. Dès les premiers bouillons, versez la crème sur les feuilles de menthe hachées. Laissez infuser 30 mn puis passer au mixer plongeant. Laissez à nouveau infuser 5 mn et filtrez. Réservez 180 g de crème dans un récipient où vous pourrez la monter en chantilly et placez au congélateur. Mettre les 80g de crème restant dans un récipient haut et étroit, typiquement le bol livré avec votre mixer plongeant et réservez au réfrigérateur. Bon alors, vous voyez pourquoi votre monstros aura un peu de mal sur ce coup-là et que l'huile essentielle de menthe c'est le saint graal !

Car si vous optez pour l'huile essentielle, vous oubliez tout ce qui précède, vous mettez simplement 180g de crème dans un récipient où vous la monterez en chantilly que vous placez au congel et vous passez directement à la suite de la recette.

Quand la crème est bien bien froide (en gros, les bords se sont congelés sur 1 cm environ), la sortir du congel et la monter immédiatement en chantilly (en crème fouettée en fait car il n'y a pas de sucre dedans). Pour cela, on commence à la fouetter au batteur en vitesse min puis on monte progressivement la vitesse. Attention à ne pas la monter trop ferme sinon on aura de mal pour faire le mélange ensuite. Pour ceux et celles qui douteraient que réaliser une crème fouettée soit facile, je vous jure qu'avec la technique du congel, Azraël a monté la sienne tout seul comme un grand et il a seulement 6 ans. Donc oui, la chantilly, c'est un jeu d'enfants ! On réserve la crème fouettée au frigo et on passe à la suite.

Dans un petit bol, bien mélanger le sucre et le stabilisateur. Dans un récipient haut et étroit (type bol vendu avec votre mixer plongeant), versez les 130g de lait concentré sucré froid, les 80g de crème liquide froide et le mélange sucre-stabilisateur. Si vous utilisez les huiles essentielles, c'est le moment de les mettre dans le mélange. Un bon coup de mixer plongeant dans tout ça pour bien homogénéiser.

Sortez la crème fouettée du frigo et versez 1/3 du mélange précédent dedans. Mélangez délicatement à la marise (même un monstros n'est pas nécessairement une brute). Le but est de détendre la chantilly sans qu'elle retombe. Ajouter le reste du mélange et mélanger toujours délicatement. Le truc génial si cette étape est réussie, c'est qu'on peut complètement oublié le turbinage.

Euuuh, la Puce, pause là ! C'est quoi le turbinage. C'est l'opération qu'on fait normalement à la sorbetière et qui consiste à éviter la formation de cristaux de glace dans la glace et d'y incorporer de l'air pour en aérer la texture. Quand on n'a pas de sorbetière, on peut faire un turbinage de la glace alors qu'elle est en train de prendre au congèl en la sortant toutes les 10 mn et en la mixant au mixer plongeant jusqu'à ce qu'elle ait trop épaissie pour que ce soit possible. Autant vous dire que c'est long (entre 40mn et 1h30) et galère. Dans ce cas, on fera prendre la glace dans le bol du mixer plongeant.

Bien sûr, si vous avez raté l'étape crème fouettée et son mélange, vous pouvez toujours turbiner (à la sorbetière ou au mixer) et si vous ratez le turbinage, vous aurez quand même une glace mangeable (si si, je vous jure) mais la technique que je vous propose donne vraiment une glace bien plus onctueuse.

Vous avez réussi votre mélange ? C'est parfait. Vous n'avez plus qu'à verser la préparation dans un bac à glace (moi, je recycle mes pots de crème glacée vides de 1l) et à laisser prendre au congélateur au moins 4h. Si vous passez par un turbinage, vous ne verserez le mélange en bac qu'une fois le turbinage achevé. Il ne reste plus qu'à déguster.

Vous pouvez remplacer la menthe par n'importe quelle huile essentielle de votre choix pour parfumer votre glace mais aussi par du cacao en poudre de bonne qualité (40g) pour une glace au chocolat, de l'extrait de café (1CS je pense) pour une glace au café etc ... Tant que vous ajoutez peu de liquide ou de masse, vous pouvez conserver ces proportions pour les ingrédients de la recette. Et bien sûr, on peut également agrémenter de copeaux de chocolat, de miettes de biscuits et de tout ce qu'on veut. Ces derniers ingrédients seront à ajouter au mélange final s'il est réussi, sinon, après le turbinage mais surtout pas avant (ben oui, sinon votre mixer plongeant va les réduire en purée).

IMG_4030

Bon, ok, pour la couleur, j'ai triché. Azraël voulait absolument une glace verte alors j'ai mis un peu de mes colorants en gel. Effet langue verte après dégustation garanti !

 

Glace facile sans sorbetière version praliné (pour 600ml environ)

  • 260g de crème liquide entière
  • 130g de lait concentré sucré
  • 5g de stabilisateur pour glace (facultatif mais ça apporte vraiment un plus pour que ça ne fonde pas trop vite)
  • 10g de sucre en poudre si vous utilisez du stabilisateur sinon c'est pas la peine
  • pour la version praliné : 50g de lait (demi écrèmé ou entier) et 70g de praliné en pâte, pas en poudre

On va faire court pour le dérouler de la recette, tout est détaillé ci dessus.

On fait sa crème fouettée comme précédemment.

On mélange le sucre et le stabilisateur et on l'ajoute au 50g de lait froid. On mélange bien. Dans un récipient haut et étroit, on met le lait concentré, les 80g de crème liquide, les 70g de pralin et le mélange lait-sucre-stabilisateur. On mélange le tout au mixer plongeant.

On incorpore délicatement à la marise 1/3 du mélange à la crème fouettée puis les 2/3 restants. On met en bac et on place au congel pour au moins 4h.

Pour une glace à la pistache, on remplace simplement les 70g de pralin par 70g de pâte de pistache, pour une glace aux marrons, on remplace le pralin par de la crème de marron mais là, j'ai pas les proportions parce que la crème de marron, c'est plus sucré que le praliné et j'ai pas eu le temps de faire cet essai encore.

IMG_4049

Ajout d'éclats d'amande caramélisés SUR la glace et pas DANS la glace parce qu'Azraël n'aime pas ça. Mais on peut sans problème les mettre dedans normalement.

 

Tarte royale pêche menthe (pour un moule de 24 cm et un insert 20 cm)

En réalisant les choses dans l'ordre présenté ici, vous devriez optimiser votre temps de préparation et finir votre tarte en moins de 3 heures.

Insert aux pêches

  • 1 boite de pêches au sirop (1/2 boite de 240g)
  • 300g de purée de pêche blanche toute prête (j'ai trouvé la mienne chez Zodio)
  • 15g de sucre
  • 6g de pectine NH
  • 40g de sirop de glucose ou de sucre inverti ou de miel d'acacia
  • un sachet de nappage type "Jolitarte" de Vahiné

On ouvre la boite de pêches au sirop. On sort les pêches mais on conserve précieusement le sirop (il va nous servir pour le nappage). On les éponge. Elles se présentent en principe comme des demis pêches. On coupe en lamelle 2 demi pêches et on taille le reste en cubes grossiers. On prend un cercle de 20 cm et on filme le fond avec du film alimentaire pour éviter les fuites quand on versera le coulis à gélifier dedans. On installe le cercle sur une plaque rigide ou une planche à découper (pour le transport tant que l'insert n'est pas pris). On dispose les lamelles de pêche à l'intérieur du cercle pour avoir un joli rendu (le fond deviendra le dessus de la tarte au final et on ajoute les cubes en veillant à ce qu'ils ne dérangent pas la disposition des lamelles de pêches.

Dans une casserole, on verse le coulis de pêches. On ajoute la pectine préalablement mélangée avec les 15g de sucre et on mélange bien à la cuillère magique (on peut donner un coup de mixer plongeant si on a l'impression que le mélange a fait des grumeaux). On porte alors à ébullition en remuant bien à la cuillère magique ou au fouet et on laisse cuire 1mn à partir de l'ébullition. Versez le coulis dans le cercle sur les morceaux de pêches. Laissez refroidir à température ambiante 15 mn avant de mettre au congel pour 2h environ, le temps que l'insert soit bien congelé.

Pour cette recette, il serait important de prendre de la pectine plutôt que de la gélatine. Il semblerait qu'on se heurte à un problème de rendu d'eau par les pêches avec la gélatine lorsqu'on décongèle l'insert. Je rappelle que la pectine peut être remplacée par du vitpris si on n'en trouve pas près de chez soi. Il faut compter environ 34g de vitpris pour remplacer 6g de pectine NH.

Pâte sucrée

  • 100g de beurre pommade bien bien mou
  • 50g de sucre glace
  • 200g de farine T55
  • 2g de sel
  • 40g d'oeuf (précisément)
  • 15g de poudre d'amande
  • un jaune d'oeuf + 1/5 de son poids en crème liquide

Dans un saladier, mettre tous les ingrédients sauf l'oeuf. Mélangez pour bien "sabler" l'ensemble. Ajouter alors l'oeuf et travaillez juste ce qu'il faut pour avoir une pâte homogène. Il ne faut pas insister. Faire une boule et l'étaler entre 2 silpat ou 2 feuilles de papier sulfurisé sur une épaisseur de 2-3 mm. On la place alors au frigo pour qu'elle durcisse et soit facilement manipulable pour chemiser notre moule, ce qui prend environ 30-40 mn. Pendant ce temps, mettre le four à chauffer à 160°C en chaleur tournante et passez à la réalisation de la crème diplomate.

Quand la pâte à durcir, la sortir du frigo et enlever une des silpat (ça se décolle tout seul normalement). Retourner la pâte sur le moule à tarte ou le cercle de 24 cm et enlever la 2ème silpat. Chemisez le moule, couper le surplus (il en reste pas mal normalement) et piquez bien. Normalement, on devrait remettre au four pour 1h mais si vous êtes pressés, enfournez au milieu du four immédiatement. J'ai fait les 2 et franchement, j'ai pas vraiment vu la différence. Et c'est parti pour 15 mn de cuisson.

Mélangez le jaune d'oeuf et la crème. Après 15 mn, sortez le fond de tarte du four et badigeonnez tout le fond et le bord avec le mélange. Cela va imperméabiliser la pâte. Remettre au four pour 15 mn environ. La pâte doit être bien dorée mais pas trop sinon elle devient très dure. Laissez le fond de tarte refroidir sur une grille.

Crème diplomate

  • 2,70g de gélatine (ou 1,5 feuilles de 2 g)
  • 10 gouttes d'huile essentielle de menthe ou de verveine (la soluce zéro boulot) ou 2g de feuilles de menthe ou de verveine citronnelle (galère comme on l'a vu avec la glace)
  • 167g de lait (demi écrémé ou entier)
  • 34g de sucre
  • 17g de maïzena
  • 27g de jaune d'oeuf
  • 14g de beurre
  • 134g de crème liquide entière très froide

Si on a opté pour les 2 g de menthe ou verveine, on procède comme pour la glace pour faire infuser mais dans le lait au lieu de la crème sinon, on ajoutera l'huile essentielle à la fin et on commence par hydrater la gélatine en poudre dans 16g d'eau. Versez la crème liquide dans le récipient où vous la monterez en chantilly et placer l'ensemble au congélateur.

Dans un saladier, versez jaune d'oeuf, sucre et maïzena et bien mélangez (mais inutile de blanchir) à la cuillère magique ou au fouet. Mettre le lait (infuser ou non) à chauffer. Au premier bouillon, hors du feu, versez doucement sur le mélange sucre, oeuf, maïzena en mélangeant bien. Remettre dans la casserole et remettre à cuire à feu vif en fouettant constamment. Dès les premiers signes d'épaississement, retirez du feu sans cesser de remuer. Quand la crème est bien lisse, ajouter la gélatine réhydratée et bien mélangez puis le beurre coupé en petits dés et mélangez. La crème obtenue doit être lisse et brillante. Étalez la crème sur un film plastique, un papier sulfurisé ou dans un plat et laissez refroidir à température ambiante, surtout pas au frigo ou bien la gélatine commencerait à prendre.

Normalement, votre crème liquide est assez froide pour être monter en chantilly. Sortez la du congel et montez la au batteur électrique en chantilly pas trop ferme. Réservez au frigo jusqu'à ce que la crème pâtissière soit froide. Quand elle est froide, mettre cette dernière dans un saladier (normalement, elle se détache sans problème). Détendez là en la remuant avec une marise pour qu'elle retrouve toute sa souplesse. Ajoutez 1/3 de la crème fouettée et mélanger pour achever de la détendre. On peut alors ajouter le reste de crème fouettée et mélanger délicatement à la marise pour ne pas faire retomber la chantilly. Mettre dans une poche munie d'une douille cannelée et réservez au frigo pendant 1h.

Normalement, à ce stade, votre fond de tarte est froid et votre insert est pris. Il va falloir le napper. On sort l'insert à la pêche du congel et on le dispose sur une grille. On prépare le nappage en suivant les instructions sur le sachet et en utilisant le sirop de pêche en guise de liquide (qu'on complète avec de l'eau si besoin). On peut éventuellement ajouter de la vanille en poudre ou des graines de vanille. Une fois le nappage prêt, on le verse directement sur l'insert congelé. Il faut faire vite car l'iinsert étant congelé, il va prendre immédiatement. On laisse de côté l'insert nappé et on s'attaque au garnissage du fond de tarte.

On place le fond de tarte sur le plat de service. On sort la crème diplomate du frigo et on en garnit le fond de tarte en partant du bord et en gagnant le centre. On place alors l'insert bien au centre. On poche la crème tout autour pour la déco. On peut également mettre quelques lamelles de pêche fraîches sur le dessus de l'insert pour la déco.

On réserve au frigo pendant quelques heures, le temps que le palet de pêches se décongèle. Il ne reste plus qu'à se régaler.

Posté par reyhaziel à 19:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 14 août 2016

Après 9 ans d'abstinence

Gniarf gniarf gniarf. Ah ah ah ! Je l'ai enfin retrouvé !

Hum, mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?

Ça fait 9 ans que je ronge mon frein, que petit à petit je détruis les barreaux de ma prison mais cette fois, je suis liiiiiiibre. Et ma vengeance sera terrible !

Oh oh, c'est quoi cette alarme ? De kouaaaa ? Tricotus s'est libéré ?

Ah, te voilà la Puce ! Tu n'imaginais quand même pas que les monstros allaient te protéger encore longtemps !

(oui, je vous rappelle que des monstros constituent un moyen d'exorcisme particulièrement efficace vis-à-vis de certains démons)

Attends 2 secondes, je vais m'occuper de toi. On a un paquet de temps à rattraper tous les 2.

Noooon, Tricotus ! Piété ! C'est beaucoup trop long le tricot ! Couturuuuuus, au secouuuurs !

Non mais vous vous rendez compte, en être réduite à appeler un démon à la rescousse pour me protéger d'un autre ! Et en plus, il s'est fait laminer le Couturus. Tricotus l'a emporté haut la main. Faut dire que c'est un peu ma faute aussi. Mais quel besoin j'ai eu de zyeuter les tricots sur Threadandneedles, ou d'aller admirer les magnifiques réalisations de Téï. Bon, mes protections anti Tricotus auraient sans doute tenu encore quelques temps mais comme une idiote, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller cliquer sur le lien vers le site d'Hélène Magnusson trouvé sur le post de Téï présentant son splendide pull islandais. Erreur fatale ! Éblouie par des modèles tous plus merveilleux les uns que les autres, toutes mes défenses se sont effondrées, Couturus a été balayé et ma carte bleue s'est mise à chauffer. Tricotus était entré en action, déterminé à prendre sa revanche. Et il n'y est pas allé de main morte.

J'aurais pu espérer que, pour une première attaque démoniaque, il tâterait le terrain et irait en douceur. Que nenni ! Il a tapé direct dans le châle dentelle islandais, un truc bourré de jeté, de mailles torse, de motifs à répétition et d'effets miroirs. Le truc où au début t'es tout content parce que t'enchaine les rangs. Évidemment, tu commences avec 7 mailles en tout et pour tout ! Mais rapidement tu déchantes parce que tu augmentes ton nombre de mailles d'au moins 2 tous les 2 rangs, que tu finis avec 178 mailles minimum et que tu mets 40 mn pour tricoter un seul malheureux petit rang ! Et ton tricot monte à la vitesse d'un escargot. Et à un moment, tu le regardes. Et là tu te demandes ce que c'est  que ce truc qui veut pas s'applatir et qui pourra jamais devenir le châle du modèle. C'est qu'il ressemble à rien ce truc ma petite dame. Et t'entends Tricotus qui ricane tout content du mauvais tour qu'il t'a joué jusqu'au moment où tu comprends que tout est normal parce qu'en fait, tu le tricotes en biais ce fichu châle et qu'il s'applatira donc quand il sera fini et que tu l'auras bloqué.

IMG_3923

IMG_3924IMG_3926

Mais bon, finalement, il m'a plutôt rendu service au final le Tricotus. Ben oui, parce que j'ai eu beau le cajoler et le brosser dans le sens du poil, Chéri est resté intraitable : pas de MAC en vacances (pfff, sous le fallacieux prétexte qu'on n'a pas une remorque pour emporter le coin couture). Et cette année, au lieu de déprimer loin de ma Milady chérie et de me gaver de romans repose neurones, j'ai donc sauté sur mon tricot. Gnarf gnarf gnarf, tel est pris qui croyait prendre Tricotus ! Et un premier cadeau fin prêt pour Noël prochain, un ! Admirez un peu le travail.

IMG_3927IMG_3929

IMG_3937

Tricotus est tombé en arrêt devant ce fil. Forcément, c'est du bleu canard et en plus, il y a un petit fil brillant ton sur ton qui fait scintiller le tricot au soleil. Et les démons adorent les trucs qui brillent !

Il s'agit du modèle brennunjalfr (non, j'ai pas fait de fautes d'orthographe) d'Hélène Magnusson, réalisé en Phil Diamant (marque Phildar), un fil mélangeant acrylique et polyester. Une pelote et demi ont été suffisantes ce qui le rend très économique je trouve. Bon, en même temps, c'est un tout petit châle.

Comment la Puce, il n'est même pas en vraie laine ton châle ! Ben non. Pour cause d'allergie, la laine de mouton ne passera jamais par moi, ni portée ni tricotée, j'ai pas envie de me gratter en permanence merci ! Et pour le mohair, l'angora ou le cachemire, c'est mon porte monnaie qui me fait une grosse allergie !

Bon ok. Mais ce châle alors, il était difficile à tricoter ? Franchement ... non, c'était pas difficile, seulement très très long. A croire que le tricot, c'est comme la bicyclette, ça s'oublie pas. Mais tout aussi franchement, je ne suis pas une référence niveau difficulté technique en tricot car les différents points ne m'ont jamais posé de difficultés, même à mes débuts. Mais ne me demandez pas de faire un jacquard, j'ai jamais été fichu d'en faire un correct.

IMG_3946IMG_3947

IMG_3950

On admira au passage ma nouvelle coupe de cheveux. Ça se voit pas bien mais ma couleur tire sur le rouge sombre en fait. Si si, je vous jure !

Bon allez, c'est pas tout ça mais j'ai constaté que Tricotus avait acheté 2 couleurs de laine. Il y a donc fort à parier qu'il me prépare une seconde attaque et j'ai donc intérêt à réinstaller mes protections vite fait moi !

Posté par reyhaziel à 16:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 11 août 2016

Le samedi, c'est du tout cuit

Bon, c'est pas parce que c'est les vacances qu'il faut abandonner les bonnes habitudes pâtissières. D'ailleurs, même loin de ma cuisine à moi et de tout mon attirail, j'ai pas pu m'empêcher d'emporter à Oléron tout le nécessaire pour faire un super dessert des fois qu'on invite du monde à dîner.

Euh, la Puce, t'exagèrais pas un peu là quand même ! Emporter ton matériel de pâtisserie en vacances voyons ! Oui oui, je sais, je suis une obsessionnelle compulsive tendance psychorigide mais qu'est-ce que vous voulez, Pâtissus Gustus est EXTRÊMEMENT persuasif quand il s'y met. Inferno Gran Mom et Mme J. (une de ses copines qui nous fournit généreusement en bons oeufs tout frais de ses poules) ont donc eu le plaisir de goûter à une tarte royale pêches/menthe, que c'est un vrai délice pour l'été. Mais ce ne sera pas la recette d'aujourd'hui. Ben non, on l'a pas mangé un samedi ! Mais promis, je vous la livrerai bientôt.

Vendredi soir dernier, nous étions donc de retour dans nos pénates après notre séjour oléronnais. Et après 3 week-ends sans les voir, Papy P. et Mamie M. mourraient d'envie d'admirer le splendide bronzage des monstros. Une petite visite s'imposait donc. Et qui dit visite des parents de Chéri, dit la Puce au fourneau pour le goûter du samedi ! Oui sauf que retour un vendredi soir + frigo quasi vide = qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire pour le goûter ? Il me fallait une recette rapide, avec que des ingrédients standards qu'on a tout le temps dans sa cuisine et un minimum de trucs qu'on trouve au frigo. Heureusement, on était reparti avec un stock d'oeufs tout frais de Mme J. J'avais du chocolat dans mes placards et un reste de beurre encore mangeable. J'étais sauvée, ce serait mi-cuits pour le goûter.

Ah tiens ? J'en vois qui se gratte la tête au fond du blog. Vous savez pas ce que c'est qu'un mi-cuit ? Vous inquiétez pas, Chéri non plus savait pas. Et pourtant, il en avait déjà mangé un certain nombre, des mi-cuits industriels, mais dans les magasins, ils ont tendance à appeler ça des fondants coeur coulant ou des fondants chocolat. Il s'agit donc de petits gâteaux individuels au chocolat que l'on déguste tiède et dont le coeur est encore liquide et coule quand on le coupe pour le manger. Bref, ça ressemble à ça.

IMG_3499

IMG_3569

Un mi-cuit dans sa version moyennement coulante

En soi, préparer un mi-cuit, c'est tout simple et très rapide. En plus, cela réclame peu d'ingrédients. La seule difficulté, c'est la cuisson qu'il vous faudra adapter en fonction de votre four, de vos moules et de vos goûts (plus ou moins coulant quoi). Mais quand on a déjà une évaluation du temps de cuisson (que je vous donne ici), on s'en sort sans problème. La recette, comme souvent, je l'ai piqué à Maîtresse Valérie et j'y ai apporté d'infimes variations pour que les gâteaux soient au goût des monstros tout en restant au mien. L'originalité de la recette de Valérie, c'est qu'elle utilise un mélange beurre doux et beurre salé et franchement, l'emploi du beurre salé, ça change tout niveau goût. Alors certes, on n'a pas tous dans nos cuisines du beurre salé. Et puis on peut aussi être au régime sans sel. Rassurez-vous, on peut également faire la recette uniquement au beurre doux mais vous allez quand même raté quelque chose ! Donc à part le régime sans sel, si vous n'avez que du beurre doux, n'hésitez pas à rajouter du sel fin, 2 belles pincées soit 1,5g environ. Mon conseil, c'est de goûter la pâte crue pour rectifier cet assaisonnement. Ce n'est pas l'idéal mais ça fonctionne. La seconde grosse différence de cette recette par rapport aux mi-cuits de supermarché, c'est qu'elle est "peu" sucrée. Tout comme le gâteau au chocolat de Cyril Lignac dont je vous ai déjà parlé, ces mi-cuits ne vous donnent pas envie de boire une pleine carafe d'eau juste après les avoir mangé. Si vous êtes fan de chocolat, c'est vraiment le dessert idéal pour vous. Toutefois, il peut s'avérer trop peu sucré pour les enfants (ou trop fort en goût), raison pour laquelle je vous le propose en 2 versions. Cette recette peut être réaliser juste avant la dégustation (on sert alors directement à la sortie du four ou presque) ou le matin ou la veille. Conservez les alors au réfrigérateur et sortez les 1h avant pour qu'ils reviennent à température ambiante (moins longtemps s'il fait chaud). Il faudra ensuite les passer 10 à 20 secondes au micro onde au moment de servir. Bon allez, c'est parti pour la recette.

Mi-cuit au chocolat (pour 8 moules silicone de 8 cm de diamètre et 5 cm de haut) :

  • 165 g de chocolat noir à 70% ou 100g de chocolat noir à 70% et 65g de chocolat au lait à 40% de cacao (les monstros se sont jetés sur cette dernière version)
  • 225g d'oeufs (environ 4 gros oeufs)
  • 67,5g de beurre doux
  • 67,5g de beurre salé
  • 60g de farine T55 tamisée (si vous n'avez que de la farine T45, ça marche aussi)
  • 180g de sucre en poudre
  • beurre fondu et farine ou bombe aérosol pour graisser les moules.

On commence par préparer ses moules. Vous les graissez soit avec un coup de bombe type Ouragan (inutile de fariner ensuite), soit en les badigeonnant de beurre à peine fondu puis en les saupoudrant de farine. On tapote alors pour enlever l'excédant de farine. On met de côté et on préchauffe son four à 210°C en chaleur tournante.

IMG_3483

Graissage à la bombe : ça prend 10 s, c'est trop top !

[J'en profite pour faire un aparté parce qu'on m'a demandé plusieurs fois si ça valait la peine d'acheter une bombe de graissage. Personnellement, je ne pourrais plus m'en passer tellement je trouve ça pratique. La bombe coûte moins de 7€, je m'en sers au moins une fois par semaine (mais souvent plus) et la première que j'ai acheté a duré 10 mois. J'estime avoir donc largement rentabilisé mon achat. Ça prend 10 s pour graisser un moule et je trouve qu'on met moins de gras que lors d'un graissage au beurre.]

Dans un récipient, on met le chocolat (ou les chocolats) coupés en morceaux et les beurres coupés en dés. On fait fondre au micro-onde à 440W pendant 3 mn environ. Surtout, l'oubliez pas de couvrir le récipient car le beurre peut "sauter" et vous en auriez partout dans le micro onde. Sortez le bol du micro onde et mélangez bien beurre et chocolat. Si le chocolat n'a pas suffisamment fondu, remettez 1 mn au micro onde. On doit obtenir un mélange lisse et homogène. Mettez de côté.

IMG_3486

Dans un saladier, mélangez les oeufs et le sucre (et le sel si vous n'avez pas de beurre salé et n'êtes pas au régime sans sel) avec une cuillère magique ou un petit fouet. Attention, on fouette le moins possible. Pas question de faire blanchir le mélange. Il s'agit d'obtenir un mélange homogène en y incorporant le moins d'air possible.

IMG_3485

Là, on voit une fine couche de bulles et c'est déjà presque trop

On ajoute ensuite le mélange beurre chocolat. On s'assure tout de même avant qu'il n'est pas trop chaud (idéalement à 45°C et si on a pas de thermomètre, on doit pouvoir y plonger son petit doigt sans se brûler) et on mélange à nouveau sans faire de bulles jusqu'à ce que ce soit bien lisse.

IMG_3491

La pâte épaissie légèrement après le mélange en raison du refroidissement du beurre. Elle va s'épaissir encore un peu mais conserver cet aspect après ajout de la farine.

Versez alors la farine tamisée et mélangez à nouveau. Il est important de tamiser la farine car comme on mélange le moins possible, si on ne tamise pas avant, on a de gros risques de faire des grumeaux. Remplissez à présent vos moules jusqu'à un bon centimètre du bord. Oui, il faut laisser un peu de marge car la bordure des mi-cuits va monter à la cuisson pour redescendre ensuite quand ils refroidissent. Si vous n'avez pas 8 moules, pas d'inquiétudes. Vous pouvez très bien cuire les premiers gâteaux, nettoyer les moules, les regraisser et cuire les suivants jusqu'à concurrence de 8.

IMG_3492

Passons à présent à la cuisson. Ma technique préférée consiste à mettre une silpat (feuille silicone) sur ma plaque à pâtisserie et disposez les moules dessus avant d'enfourner le tout au milieu du four. Pourquoi ? Parce que l'ajout de la silpat m'assure une cuisson homogène entre le fond du mi-cuit et le dessus. Si vous voulez un fond plus épais, posez les moules directement sur la plaque à pâtisserie. La chaleur du métal sous le silicone des moules fera cuire le fond plus vite. Pour la durée de cuisson, il vous faudra sûrement faire des essais pour trouver le temps optimal en fonction de votre matériel mais en gros, c'est ça. Pour des mi-cuits très très coulants avec mes moules, c'est 8mn30 de cuisson (attention, ils sont fragiles au démoulage dans ce cas, il faut y aller délicatement), moins coulant, c'est 9mn et pas coulant du tout 11mn (c'est comme ça qu'Azraël les aime).

IMG_3493IMG_3496

La petite bosse au milieu est tout à fait normale, elle vient du fait que le coeur n'est pas cuit contrairement aux bords. Si vous ne l'avez pas, c'est que vos mi-cuits sont trop cuits. On la voit bien cette différence entre  le centre et le tour lors de la cuisson. Surveillez donc dans votre four les premières fois pour vous aider à repérer le temps de cuisson idéal pour vous. Sur les photos, c'est la cuisson intermédiaire qui est présentée, celle qui satisfait le plus grand nombre chez nous. Quand c'est cuit, sortez du four et attendez quelques minutes avant de démouler. Vous avez alors le choix. Vous pouvez faire le service tout de suite ou alors les mettre à refroidir sur une grille et les réchauffer au moment de servir.

IMG_3498

IMG_3501

Le plus cuit de la fournée, nettement trop cuit à mon goût à moi mais parfait pour Gargamel.

S'ils sont déjà délicieux tels quels, ils sont encore meilleurs accompagnés d'une boule de glace à la menthe ou à la vanille. Miam, ça m'a donné faim tout ça. Je vais peut-être filer me faire un mi-cuit moi !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mardi 9 août 2016

Dans le mille

Dimanche dernier, alors que mes hommes étaient à table attendant que j'apporte les assiettes garnies de tout un tas d'horreurs à manger (oui oui, d'horreurs car autant j'aime faire de la pâtisserie, autant faire la popote de tous les jours me filait presque de l'urticaire et j'ai une forte tendance à donner dans le plat tout prêt), depuis le fin fond de ma cuisine, j'entendais les monstros qui s'excitaient.

Niah ah ah, l'a pédu, l'a pédu !

Gniiiii, vazy vazy. Ohhh, l'a presque réussi !

L'a gagné, Azraël, l'a gagné !

Mais non il a pas gagné, c'est pas au miyeu !

Mais qu'est-ce que vous regardez qui vous excite comme ça ?

On regarde Robin des bois maman

C'est Robin des bois !

Ben Chéri ? Je croyais que tu regardais les JO ?

Oui oui, c'est bien ça. On regarde l'épreuve de tir à l'arc.

Oui, c'est plein de Robins des bois !

Comme quoi, il n'y a pas que les dessins animés dans la vie. Les JO, ça peut aussi passionner les enfants. Faut simplement choisir des sports qui leur parlent. Ceci dit, si j'en crois les monstros, les champions olympiques sont nuls vu qu'aucun n'a su faire aussi bien que le VRAI Robin des bois en mettant sa flèche en plein centre. Leur verdict fut sans appel : ils ont tous perdu !

robin aux JO

Non non non, il ne suffit pas de s'habiller en vert pour gagner ! Aaah, ces athlètes alors !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,