Bienvenue en enfer (ou le monde de la parentalité)

mercredi 24 mars 2021

Jive vais ... ou pas !

C'est arrivé l'année dernière. Après une mémorable attaque de Pinterestus, qui m'avait encore prise par surprise ce traitre, et plusieurs heures passées sur la toile à la recherche d'idées de cadeaux de Noël fait maison (oui, je sais, ça date mais je vous avais prévenu) pour les hommes, le Saint Graal m'est soudain apparu : Jive, une sacoche pensée pour ces messieurs, un patron de l'incontournable Sacôtin.

IMG_4863

Alors il y en a qui vont dire que je fais de la pub mais honnêtement, c'est le seul fournisseur de patron de sac que j'ai trouvé jusqu'à maintenant qui me permette de coudre, sans me poser de questions, des sacs qui semblent hyper compliqués à fabriquer alors que ses pas à pas sont si bien faits que c'est finalement pas si compliqué que cela. Avant Jive, j'avais déjà cousu un Mambo et 3 Complices. Et à chaque fois, le résultat a été au rendez-vous sans se prendre le chou. Bref, si vous débutez dans la couture et que vous voulez vous faire un joli sac un peu technique, c'est par là que je commencerai. Il y a tout de même un truc qui me laisse perplexe : le prix. Non pas qu'il soit exorbitant (6€60 TTC le patron pdf, c'est somme tout assez raisonnable même s'il faut se l'imprimer et se le découper derrière). Mais le truc qui demeure un mystère pour moi, c'est que TOUS les patrons sont au même prix, quelque soit le modèle. Pourtant, franchement, il y en a qui sont bien plus complexe que d'autres ... Enfin je crois ... Je sais pas ... Comprends pas ... Et voilà, j'ai à nouveau la tête à l'envers.

Bref, j'avais trouvé mon Saint Graal disais-je et je me voyais déjà coudre une petite série de Jive pour le plus grand bonheur d'un Couturus tellement en manque de réalisations qu'il a dû entreprendre une psychothérapie démoniaque pour ne pas tomber dans la déprime. Il y aurait même eu des rumeurs de divorce entre lui et sa Milady chérie mais heureusement, ce projet est arrivé juste à temps pour entamer une thérapie de couple autour d'une première version en cuir.

IMG_4864

IMG_4865

Rien n'étant trop beau pour renouveler ses vœux auprès de sa Milady d'amour, Couturus avait sorti le grand jeu : un patron aux explications limpides où il suffisait de se laisser porter, nubuck bleu jean et cuir d'agneau naturel gris clair comme tissu extérieur, jean en coton comme doublure. Du beau, du costaud, du viril ! Le top pour homme quoi ! De quoi séduire la plus exigeante des machines. Nos amoureux allaient-ils pouvoir laisser libre court à leur passion ? Que nenni, cela aurait été trop simple !

Les premières disputes conjugales se sont produites dès les premiers assemblages, quand Milady a refusé de coudre en jolis points réguliers les différentes pièces de cuir ensemble. Elle freinait des 4 fers la coquine ou plutôt de son unique pied. Couturus a eu beau la cajoler, habiller son joli pied de teflon ou d'une molette, rien n'y a fait. Finalement de guerre lasse, il lui a jeté au visage un morceau de feuille à patron en lui disant qu'elle n'avait qu'à se la mettre sous le pied. Et ma foi, cela a fonctionné.

IMG_4866

IMG_4867

Attention toutefois à la longueur des points. Pour une belle couture solide, les points ne doivent pas être trop espacés. Mais ne les serrez pas trop non plus sinon vous aurez beaucoup de mal à déchirer le papier pour l'ôter de votre réalisation sans laisser plein de petits morceaux coincés dans la couture. 3 mm de longueur, c'est le réglage qui donnait les meilleurs résultats pour moi.

La paix revenue dans le couple, les roucoulades auraient dû reprendre tranquillement mais c'était sans compter sur le choix délicat des anneaux et autres passants métalliques de la bandoulière. Des anneaux couleur Or ? Trop féminin ! Argent alors ? Trop banal ! Bronze peut-être ? Trop classique ! Rien ne semblait vraiment du goût de Couturus qui aurait voulu trouver des anneaux bleu métallisé assortis aux tissus. Au final, il a dû se contenter de ce qu'il y avait de disponible en magasin et se faire une raison. Quant à Milady, ravie de pouvoir enfin poursuivre son ouvrage, elle a pardonné à son Couturus obstiné.

IMG_4869

De leurs amours est né un joli petit Jive. Mais Couturus et Milady étant des parents indignes, ils ont décidé de ne pas le garder et de le faire adopter (si c'est pas honteux quand même). J'espère donc qu'il fera le bonheur de son papa adoptif, enfin s'il lui parvient un jour parce que là, c'est mal parti mais bon, c'est une toute autre histoire que je vous raconterai peut-être un autre jour, l'histoire d'un paquet qui ne voulait pas arriver à destination.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 14 mars 2021

Message d'anniblog

Oulala, mais ça fait une éternité que je n'ai pas pu prendre le temps de publier un petit message moi !

Bon, je promettrais bien de régler le problème et d'être une blogueuse assidue à l'avenir mais comme je le dis toujours aux monstros, je ne fais jamais de promesses que je ne peux pas tenir. Et franchement, avec Mr COVID à l'affût (oui, perso, j'ai décidé que COVID était du type masculin), mon quotidien est juste hors de contrôle ! Au point que ma Milady Chérie est couverte d'une couche de plusieurs centimètres de poussière et que j'ai développé une immunité totale envers Couturus Démonicus, Fimus Démonicus, Bricolus Démonicus et Pâtissus Démonicus. D'ailleurs, j'envisage d'organiser une conférence sur l'usage des virus en matière d'exorcisme. Parce que ça a l'air super efficace !

Bref, si je ne peux pas promettre de publier souvent, ce n'est pas une raison pour ne pas fêter comme il se doit l'anniversaire de ce blog. Et oui, 7 ans déjà que j'écris ici. En plus, il a besoin qu'on lui remonte le moral ce pov petit. Il se sent tout seul et abandonné. Et comme un anniversaire ne serait pas un anniversaire sans cadeaux, j'ai décidé d'organiser un petit concours avec de jolies choses à gagner. Il faut dire que, suite à l'organisation de l'anniversaire alchimique d'Azraël, j'ai découvert la résine UV et les petites merveilles que l'on peut réaliser avec, ainsi que la fabrication de bijoux en fil de cuivre.

IMG_4915

Une galaxie en pendentif (résine UV, poudre de mica, perle de sirène et micro billes) : bon, ça vaut pas encore celle des Mens in black mais j'y travaille.

IMG_4912

Ma coque de portable du moment (fil de cuivre, résine et poudres de mica)

IMG_4922IMG_4921

Bracelet souple en "noeud de sailor" (fil de cuivre traitement argent)

IMG_4907

Boucles d'oreille en grappe de perles (perles de résine avec incrustation en feuille de cuivre et résine colorée, breloque en cristal Swarovski) : je vous dis pas le temps que j'ai mis à fabriquer chaque perle !

Ok, je vois déjà la question qui se profile Mais, la Puce, si tu n'as pas le temps pour la couture, la Fimo, la pâtisserie et le bricolage, comment tu trouves le temps pour la résine ? Alors c'est simple, c'est parce que c'est une activité silencieuse. Ben oui, la couture et la pâtisserie, ça fait du bruit. Et vu que je finis actuellement mes journées à 22h largement passées, c'est pas facile facile. Idem pour le bricolage le plus souvent. Quant à la Fimo, dès qu'Azraël soupçonne que j'y touche, il me harcèle pour que je lui fabrique des Among Us à distribuer à ses copains et copines. Et vu que j'en suis déjà à une dizaine, j'en ai plein les bottes des Among Us moi ! En prime, c'est tout sauf un challenge de faire un bidule pareil en Fimo, même la version avec un rouleau de PQ sur la tête (non mais ils ont de ces idées les gosses de nos jours). Du coup, quand j'arrive à trouver un peu de temps, en ce moment, c'est résine (et peut-être bientôt le retour du tricot parce qu'il me faut absolument un beau grand châle pour le jour où je me rends à mon bureau vu comment je m'y gèle).

Alors pour participer, rien de plus facile. Vous me laissez un petit mot avec, dans l'ordre de vos préférences, vos 3 réalisations préférées parmi celles-ci dessous. Le concours est ouvert jusqu'au 31 mars. Je tirerai 3 personnes au sort parmi celles qui m'auront laissé un petit mot et lui attribuerai, dans l'ordre du tirage au sort, son cadeau préféré s'il n'a pas déjà été attribué (d'où le classement de 3). Et pour vous faciliter la tâche, je vais les numéroter.

1) Un marque page tout simple avec une galaxie en résine et une perle en verre. La monture du cabochon en résine est faite en fil de cuivre traitement argent et fil d'acier.

IMG_4906-1

2) Boucles d'oreille imitation cloisonné. La structure est réalisée en fil de cuivre traitement argent. Le motif du cloisonné est réalisé en résine UV coloré avec des poudres de mica Pearl Ex.

IMG_4910

3) Clous d'oreille fleurs de cerisier en résine UV avec incrustation de feuille d'or et de fleurs séchées. Breloque en cristal Swarovski.

IMG_4859

4) Coque de portable pour Iphone6 ou compatible. Pétales de fleur en fil de cuivre non traité et strass en acrilique.

IMG_4913

5) Clous d'oreille en fil de cuivre et résine UV. Incrustation en fleurs séchées, perle de sirène et cristaux Swarovski.

IMG_4885IMG_4886

6) Pic à cheveux (un truc absolument génial pour des chignons instantanés) décoré de fleurs en résine UV, fil de cuivre traitement doré et perles de sirène

IMG_4888IMG_4889

7) Orchidée en fil de cuivre traitement argent

IMG_4882

Allez, je vais faire des vœux pour ne pas rester très longtemps sans donner de nouvelles et retrouver bien vite le chemin de ma Milady chérie.

Posté par reyhaziel à 22:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 novembre 2020

Défi Je couds (ou je tricote) pour un homme #6 : Quand le boxer serre

Il y a quelques semaines, dans l'Inferno Home :

Rhaaaa, j'en ai marre. Je vais devenir fou !

(ton désespéré limite larmoyant d'un Azraël au bord des larmes se tortillant en tous sens)

Ben qu'est-ce qui t'arrive encore Azraël ?

(ton excédé d'une Puce face à un monstros dont le sport favori du moment semble être de se plaindre)

Je déteste ce boxer ! Il est nul ! Il arrête pas de remonter !

(ton que t'as juste une envie, c'est de le lui enlever le fichu boxer et d'en profiter pour claquer ses petites fesses toutes nues)

Oui ben il est tout neuf et tous les autres sont trop petits alors tu va faire avec !

(non mais des fois screugneugneu de screugneugneu)

Mais Maman, je peux pas avoir celui avec les minions dessus que tu as fait ? Tu sais, celui qui était à Gargamel !

Ah bon ? Pourquoi celui-là ?

(ton interloqué et quelque peu surpris)

Parce qu'il est trop bien. Je voudrais qu'ils soient tous comme ça. Tu pourrais m'en faire d'autres ?

(d'un ton plein d'espoir que comment tu veux que je reste agacée après ça)

Et voilà comment je me suis retrouvée à extirper de mon étagère à patron celui du boxer Matthew du Maison Victor de mars 2019. Un modèle que j'avais donc déjà cousu pour Gargamel il y a un petit moment maintenant et dont Azraël avait hérité pour son plus grand bonheur.

Toute joyeuse à l'idée de réutiliser mon patron déjà tout prêt et de participer au défi de Nabel, me voici à chercher dans mes vieux coupons de jersey celui qui aurait l'insigne honneur de finir sur les fesses de Sir Azraël. Eh oui, avec ce défi, j'aurai pu participer en prime à l'opération déstockage de Scrapaboom et au défi Victor d'Elisabeth. Et vu mes stocks de jersey motif enfantin datant des jeunes années des monstros, autant vous dire que j'ai de quoi couper et coudre des tonnes de boxers. Bref, j'ai rapidement mis la main sur le coupon idéal et je m'apprêtais à recopier religieusement mon patron dessus quand ...

Ben La Puce, qu'est-ce qui t'arrive ? Je t'entends râler depuis là-haut. Euh, tu devais pas coudre un truc pour Azraël ?

SI ! JE DEVAIS ! Mais j'ai perdu ce P...N de patron ! Impossible de mettre la main dessus !

Ah, et c'est grave ?

Grave, il me demande si c'est grave ? Non mais vous y croyez vous ? (faut dire que Chéri n'a aucun sens des réalités couturesques de ce monde) C'est une catastrophe oui ! Non mais rendez-vous compte que je vais devoir recopier à nouveau ce fichu patron. Et tout ce temps perdu alors ! Et cette énergie dépensée en vain ! Et ce ... Oui bon d'accord, j'avoue. Je suis juste une grosse fainéasse qui n'aime pas recopier les patrons. Mais Azraël m'implorait avec ses yeux de chien battu en mal de boxer qui remonte pas à l'entrejambe alors, je l'ai recopié le patron. Et puis j'ai bossé tout mon week-end pour lui coudre avec amour.

Et finalement le dimanche soir, le boxer était fin prêt pour l'école le lendemain. C'est là que je me suis dit qu'il fallait quand même un petit essayage juste au cas où.

Ben mes aieux, j'aime autant vous dire que j'ai bien fait parce que je m'étais juste trompée d'une taille en recopiant le patron et de 10 cm dans la longueur de l'élastique du tour de taille. Il était plus moulé par son boxer le Azraël, il était carrément saucissonné ! Autant vous dire qu'il avait pas la moindre possibilité de remonter à l'entrejambe celui-là. Il aurait déjà fallu qu'il y monte pour ça ! Verte, j'étais verte ! Et Azraël plus désespéré que jamais. D'autant que je ne voyais pas trop quand j'aurai à nouveau du temps pour lui en faire un.

IMG_4717

Allez, devinez un peu lequel est à la bonne taille !

IMG_4718

IMG_4719

On voit bien les découpes du haut qui moulent bien le popotin !

Heureusement pour lui, une petite semaine de congé étant passée par là, j'ai enfin pu recopier à nouveau le patron (dans la bonne taille cette fois) et mesurer correctement la longueur de l'élastique de ceinture. Et dans la foulée, ce n'est pas un mais 2 boxers que je lui ai fait pour son plus grand bonheur.

IMG_4740

IMG_4741

Il ne me reste plus qu'à trouver le temps de lui en faire une série parce que tout de même seulement 3 boxers pour la semaine, ça va faire juste et que je risque vraiment de finir dans les faits divers si je continue à l'entendre pester comme il le fait à chaque fois qu'il met un boxer du commerce !

Allez, je file voir les réalisations des autres participantes au défi de Nabel.

Posté par reyhaziel à 08:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 2 novembre 2020

Concours d'alchimie - partie 1

Oui, partie 1 parce qu'il m'en faudra bien une seconde pour tout vous raconter.

D'ailleurs, avant de commencer, allez préparer le litron de café, installez-vous confortablement dans votre canapé et prenez votre mal en patience. Ca va être long, très long, très très long car elle remonte à loin cette histoire.

Tout a commencé à Noël dernier. J'étais hyper à la bourre dans la préparation de mes cadeaux de Noël et d'anniversaire de décembre/janvier (oohhhh, comme c'est étonnant me direz-vous) et en manque d'idée en prime quand Papa Noël de mon école d'ingé à moi que j'ai a eu l'idée d'offrir des bouquins aux monstros comme cadeaux.

Parmi ces livres, il y avait L'alchimiste, le tome 1 des secrets de l'immortel Nicolas Flamel par Micheal Scott. Bon, je ne ferai pas une critique littéraire du bouquin (même si perso je l'ai trouvé pas mal) mais à force d'en lire un chapitre tous les soirs à Azraël, l'idée de fabriquer un coffret d'alchimiste a fini par éclore dans mon cerveau en surchauffe.

512bZE2qlHL

Après plusieurs séances intensives de recherche googlesque, d'interviews hyper pertinentes des plus grands maîtres alchimistes de notre temps, de fouilles minutieuses des fonds de tiroirs de tous les apothicaires du secteur et des cours intensifs de chaudronnerie/tonnellerie, enfin, un beau matin, un coffre d'alchimiste flambant neuf et bien garni a vu le jour dans mon salon, accompagné de son grimoire de formules en tout genre.

IMG_3292

IMG_3293

IMG_3291

Alors là, je vous vois venir Euh La Puce, c'est quoi les formules d'un alchimiste ? Et puis il y a quoi dans ton coffret ?

Ben l'Alchimiste version La Puce, c'est un mixte entre un physicien, un chimiste et un magicien. Du coup, dans son coffret, l'alchimiste va trouver des tas de composants plus ou moins rares (allant de l'eau des marais à la sueur d'hippogriffe en passant par la morve de fée et la sueur de gnome) pour réaliser pleines d'expériences rigolotes et/ou spectaculaires : couleurs magiques, pop corn magnétique, courbure de l'eau, pile patate, larmes de sirènes, explosion maléfique et j'en passe. Tout cela réalisable avec des monstros en culotte courte qui s'émerveilleront de l'aspect magique des choses ou avec des monstrados qui pourront cogiter grave pour comprendre le pourquoi du comment.

IMG_3295

Normalement, l'histoire aurait dû en rester mais, d'une part, mon apothicaire était en rupture de stock de sueur d'hippogriffe et de venin d'araignée ce qui a repoussé l'envoi du cadeau jusqu'à l'arrivée des ingrédients et, d'autre part, le confinement nous est tombé dessus qui a encore repoussé l'envoi (autant vous dire que je n'ai jamais livré un cadeau aussi en retard que celui-là). Alors du coup, l'alchimie était restée là, dans un coin de ma tête, attendant l'heure de se rappeler à mon bon souvenir. Un souvenir bien entretenu lors du confinement car, pour occuper les monstros, on s'est livré à une bonne partie des expériences décrites dans le grimoire de Nicolas Flamel (le mien hein, parce qu'il n'y en a pas dans le bouquin). Même qu'on en a filmé certaines avec Azraël pour distraire ses petits camarades de classe et qu'il a été très fier de son succès et des compliments reçus. Alors forcément, quand la question de la thématique de sa fête d'anniversaire s'est posée, l'alchimie a repointé le bout de son nez.

Adieu toutefois Nicolas Flamel (trop ringard le bonhomme visiblement) et bonjour Chasseur de Troll (pour ceux qui me suivent, je rappelle que cette série de Guillermo del Toro est une des favorites d'Azraël et m'a déjà valu de forger épée et armure). En fait, pour être précise, bonjour Maître Merlin créateur de l'amulette du chasseur de Troll, grand mage et, chose méconnue jusqu'à maintenant, grand alchimiste également.

Bon, je vous avouerai que, sur le moment, j'ai pas compris pourquoi Azraël insistait autant pour que le maître alchimiste auteur de son grimoire et grand examinateur de son concours d'anniversaire soit Merlin et non Nicolas Flamel. Très naïvement, je pensais que c'était parce qu'il était bien plus fan de la série de Guillermo que des Harry Potter. Mais j'ai vite compris que la question n'était pas là du tout.

Maman, tu te souviens quand tu m'as fait mon épée de chasseur de Troll ?

Oh ça oui, mon Azraël. Je suis pas près de l'oublier

Et quand tu m'as fait mon armure, tu t'en souviens ?

Mouiiii, je m'en souviens

(d'un ton hésitant accompagné de frisson le long de la colonne vertébrale parce que je subodore une grosse arnaque)

Et c'était difficile à faire dis maman ? Ca t'a pris longtemps ? T'as utilisé quoi ?

Bon Azraël, et si tu me disais ce que tu veux !

(d'un ton ferme en levant les yeux au plafond et en croisant les doigts pour que la dite demande soit raisonnable)

Ben pour mon anniversaire alchimiste je voudrais que tu me fasses le bâton de mage de Merlin et j'ai déjà dis à mes copines, parce que CC elle connait tout du chasseur de Troll et qu'elle est super fan, que tu allais me le faire parce qu'on ferait un anniversaire alchimiste et que ce serait moi le mage et que je désignerai le vainqueur du concours avec mon bâton.

(lâché d'une traite et sans reprendre son souffle avec des yeux de chien battu)

C'est beau quand même cette confiance aveugle en mes capacités de cosplayeuse vous ne trouvez pas ! Après une petite mise au point pour expliquer à Azraël que oui, j'étais capable de lui fabriquer son bâton mais que :

  • j'avais pas le matos pour le faire et que je devais le commander
  • qu'il n'était pas dit que le matos en question soit disponible rapidement (je vous dis pas la tête qu'il a fait à la perspective que je n'ai pas le matos à temps)
  • ça prenait un sacré bout de temps à fabriquer un spectre et que j'avais aussi tout le reste à préparer y compris des galaxies miniatures et des yeux de dragon (et j'avais jamais vu un monstros aussi enthousiaste à l'idée de m'apporter son aide pour les taches ménagères afin que me libérer du temps à la forge)
  • que la prochaine fois, il serait bien avisé de me parler avant d'annoncer des trucs pareils à ses copines

Après cette mise au point donc, je l'ai fabriqué, le fameux bâton. Sans être une partie de plaisir, l'expérience acquise avec la fabrication de l'épée et de l'armure de chasseur de Troll m'a bien servie et j'ai mis moins d'une semaine pour le réaliser intégralement.

Au cas où vous auriez envie de vous lancer dans une telle réalisation, le corps est constitué de 3 épaisseurs de mousse EVA (plaque de 1 cm d'épaisseur) collée ensemble avec de la colle néoprène. Afin de donner davantage de rigidité à l'ensemble, des baguettes de bois de 5mm de diamètre sont insérées dans la structure. Un logement aménagé dans la poignée permet de dissimuler le boitier alimentant le fil lumineux qui permet d'illuminer la gemme du bâton. Une fois assemblé, le bâton est enduit de plusieurs couches de colle à bois avant d'être peint et décoré à la peinture acrylique noire et argent. Comme finition et afin de protéger la peinture, j'ai appliqué sur l'ensemble une couche de vernis brillant.

IMG_4691

La gemme, elle, est constitué de pièces en "plastique fou" cuit ce qui leur donne une excellente rigidité. Les différentes pièces sont assemblées et collées à la colle néoprène avant d'être recouverte d'une couche de résine colorée en vert nacré.

IMG_4692

Azraël était ravi de son bâton et a pris son rôle de maître alchimiste très au sérieux.

InkedIMG_4694_LI

IMG_4696

Allez, la prochaine fois, je vous montrerai le grimoire de Charlemagne le dévoreur et les différentes épreuves insurmontables qu'ont dû affronter nos alchimistes en herbe lors du concours organisé par Maître Azraël.

Posté par reyhaziel à 23:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 20 octobre 2020

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 11 - Maurice, mais pas le poisson rouge !

Non mais j'y crois pas ! 5 mois, C.I.N.Q. MOIS ! Que j'ai pas pu toucher à ma Milady chérie. Bon ok, c'est pas tout à fait vrai. J'ai cousu des masques pour les monstros. Des masques ! Juste des masques ! Et des basiques en prime, pas des jolis avec une belle forme ergonomique, anatomique et tout et tout. Naaaaaan, des bêtes masques à plis. J'en pleurerais !

5 mois aussi que mon pauvre petit blog se morfond dans son coin, désespéré de mon silence et se demandant ce qu'il a bien pu faire pour être traitreusement abandonné comme ça dans son coin. Que sa psychothérapie suite au traumatisme causé par cet honteux abandon va me coûter une petite fortune. A ce propos, si vous connaissez une bonne thérapeute pour blog, n'hésitez pas à me filer ses coordonnées, il semblerait que ce soit rare. Hein ? C'est moi qui ait peut-être besoin de voir quelqu'un ? Huuuum, vous n'avez peut-être pas tort mais je travaille activement à essayer de retrouver un semblant de vie normale (enfin, un semblant de vie tout court).

Alors, cette fois, je ne vais pas promettre que ce sera mon grand retour dans la blogsphère parce que, soyons réaliste, Mme COVID (si si, il paraît que COVID est une fille) s'est installée durablement dans nos vies et qu'elle a fichu un bazar monstrueux dans la mienne. Il paraîtrait même qu'Enquiquinus Majorus aurait trouvé là son maître et solliciterait activement ses conseils sur les 1001 méthodes pour me pourrir la vie !

Enfin bon, entre l'apparition de 2 clusters d'étudiants, l'organisation des cours en présentiel avec des capacités d'accueil de salles de cours qui changent tous les 4 matins, la gestion des collègues qui partent en vrille (ou qui partent tout court), des profs qui ont trop peur de venir bosser en présentiel et des étudiants qui n'en peuvent plus d'étudier en distanciel, j'ai tout de même réussi à gérer la crise du futal d'Azraël.

Parce que voilà, le Azraël, ben il explose tous ses pantalons et que depuis la rentrée, on tourne sur 3 pauvres malheureux petits futals (dont un jogging que je ne devrais même pas compter, c'est pas vraiment un pantalon un jogging non ?) pour recouvrir son petit postérieur rebondi. Alors je me suis prise en main, ou plutôt j'ai pris mon Maison Victor en main, et je me suis lancée dans un petit patron tout simple : Maurice , modèle du n°3 de mai-juin 2020.

IMG_4699

IMG_4700

Alors Maurice, c'est vraiment le petit pantalon sans prétention, tout simple avec ses 2 poches plaquées, sa taille élastiquée et des jambes bien (trop) larges. Rapide à coudre donc, sans aucune difficulté technique et plutôt confortable à porter si j'en crois Azraël. Pour ce premier essai, je l'ai cousu dans un tissu jean tout fin (autant vous dire qu'Azraël ne va pas le mettre longtemps vu les températures actuelles) qui trainait dans mon placard depuis des lustres (que j'aurais sans problème pu participer au défi Déstockage de Scrapaboom) au point qu'il souffrait de décoloration sur les lignes de pliure !

IMG_4701

IMG_4702

IMG_4705

Le résultat final malgré la qualité médiocre du tissu n'est pas mal du tout mais pas entièrement satisfaisante à mon goût. En effet, je trouve les jambes de pantalon vraiment trop large, à croire qu'il a vraiment abusé de la mousse au chocolat Maurice ! Vous comprenez pas la blague ? C'est qu'on n'a pas les même référence publicitaire alors et mes plus sincères excuses pour la nullité de la dite blague. Bref, cette largeur de jambe lui donne un petit effet sac, effet encore amplifié par l'embonpoint de mon monstros adoré (merci COVID, merci confinement et pour le coup, merci mousse au chocolat c'est définitivement pas le poisson rouge qui l'a mangé). Mais pour le reste, il taille plutôt bien alors je pense en coudre une nouvelle version dans un tissu approprié aux températures et en réduisant cette largeur de jambe sur la partie la plus basse.

Et grâce à cette première réalisation post-confinement, je peux enfin participer au défi Victor d'Elisabeth.

Sur ce, je file voir ce qu'on fait les autres participantes.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 18 mai 2020

Le samedi, on révèle les secrets des viennoiseries

Comme je le disais dans un précédent message, le confinement n'aura pas été une sinécure. Et le déconfinement ne s'annonce pas mieux en fait car, par chez nous, rien n'a changé. Tous les Infernos sont toujours coincés à la maison, l'IME n'ayant pas repris pour Gargamel et ses maîtresses étant absentes pour Azraël qui continue la classe à la maison du coup.

Mais s'il m'a été impossible de trouver du temps pour coudre, bricoler et autres passe-temps, manger des gâteaux industriels jour après jour, ça, j'ai pas pu. Alors au bout d'un mois de régime pitch Pasquier et barre bretonne Auchan, j'ai craqué. Je voulais des croissants tout chauds, des pains au chocolat goûteux et des brioches pur beurre moelleuses comme des nuages ! Mais sans faire la queue de 6 mètres de long devant le boulanger du quartier.

Alors devinez un peu qui s'est pointé tout content avec ses petites recettes simples comme bonjour qu'il disait ?

Oh mais la Puce, tu vas voir, les croissants, il n'y a pas plus facile à faire ! C'est à la portée d'un enfant !

Huum, t'es sûr Pâtissus ? Parce que c'était pas ça mon dernier essai.

Mais oui j'en suis sûr ! Fais moi confiiiiiaaaannnnncccccceeee !

(comme disait Kâ à Mougli)

Et forcément, totalement hypnotisée par un Pâtissus au sommet de sa forme, je me suis lancée dans une fournée de croissants pur beurre et de pains au chocolat de compet ! Comme d'habitude, j'ai utilisé la recette que je vous ai déjà présentée et dont, avec le temps, j'ai découvert le côté excessivement aléatoire niveau réussite. D'Artagnan (mon robot de cuisine pour les nouveaux venus ou les anciens qui auraient oublié que j'aime bien donner des petits noms mes ustensiles préférés) s'est donné à fond les ballons, j'ai touré amoureusement ma pâte, découpé et façonné artistiquement mes viennoiseries, cuis le tout avec d'infinies précautions et .... FOIRAGE TO TAL ! Tout ce que j'ai obtenu, c'est des trucs informes, comme brûlés à l'extérieur et crus à l'intérieur, baignant dans le beurre fondu ! Infâmes ! Beurk ! Dégoûtant !

Rhaaa, y en a marre ! Je veux mes croissants ! Pâtissus, t'es trop nul ! Fais quelque chose !

Eh oh ça va hein ! C'est pas ma faute si elle va pas ta recette !

Comment ça c'est la recette ? Tu pouvais pas le dire avant et m'en trouver une autre non !

Ah euuuh, c'est pas faux ça !

Tu m'étonnes que c'est pas faux non mais des fois.

Après un bon remontage de bretelles donc, voilà mon Pâtissus en pleine opération spéléologie du woueb pour trouver LA recette de croissants inratables. Et au détour d'une onde WIFI, le voilà qui me dégote une chaîne Youtube de cuisine très prometteuse : Meilleur du Chef. Il faut dire que la chaîne s'adosse à un site web où le chef et son équipe vendent tout un tas de trucs pour les pâtissiers et chefs cuisiniers amateurs (ou ayant vocation à passer le CAP). Attention, je ne fais pas de pub, je ne leur ai rien acheté et n'en ai absolument pas l'intention car, depuis le temps que je pâtisse, je n'ai besoin de rien. Mais tout de même, j'ai pu noter le côté pro des vidéos explicatives youtube (on sent bien le marketing derrière certaines avec des références pas subtiles pour 2 sous aux produits vendus sur le site) qui fournissent des tas d'astuces pour réussir les recettes. Convaincue qu'ils auraient fait faillite depuis longtemps (ou au moins que les commentaires négatifs pulluleraient) si les recettes n'étaient pas fiables, c'est confiante et sereine que je me suis lancée et après 2 jours de boulot (parce que les croissants, ça se mérite) ... FOIRAGE TOTAL ... encore !

Bon, non, là, c'est pas possible !

Je confirme, c'est pas possible !

On a fait tout comme il a dit !

Oui, tout comme il dit !

On a forcément raté un truc.

Oui forcément, on a raté un truc !

Bon t'arrête de répéter tout ce que je dis.

Ok, j'arrête de répéter tout ce que tu dis

...

(soupir consternée d'une Puce désespérée du croissant)

Alors j'ai repris calmement les 1h18min de vidéo (oui quand même mais c'est parce que le chef présente plein de façonnage de viennoiseries différentes) spéciale CAP sur la pâte levée feuilletée pour découvrir ce qui clochait. Et là, d'un coup, ça m'a paru évident. Vous allez rire, le problème, c'était la levure ! Bon, c'était le problème principal mais cela n'enlève rien à toutes les astuces que j'ai pu découvrir lors de tous mes essais.

Ce post ne présentera donc pas de recettes (je les présenterai plus tard, j'ai pitié de mes lecteurs) mais une compilation des trucs que j'ai découvert et que je voulais partager avec vous. Tout d'abord, les viennoiseries, c'est une affaire de levure et de patience.

Truc n° 1 :

Niveau levure, jusqu'à maintenant, j'utilisais exclusivement de la levure déshydratée parce que c'est pratique, qu'on en trouve partout et tout le temps (sauf peut-être quand il y a confinement) et que ça marche super bien. Enfin ... super bien ... c'est vite dit. Car depuis le temps que j'en utilise, ben je remarque enfin que ça marche super bien tant que la pâte ne contient ni trop de beurre ni trop d'oeuf. Ce qui explique pourquoi je n'ai jamais eu aucun problème avec mes pains briochés, mes petits pains ou mes pains au lait (encore que le temps de pousse soit nettement plus long pour ces derniers) mais que je n'ai jamais réussi une seule brioche pur beurre (celle où il y a presque autant de beurre que de farine) et que ma pâte levée feuilletée ou ma brioche feuilletée soit hasardeuse.

Bref, pour des viennoiseries réussies à coup sûr, il n'y a pas à tortiller, il faut de la levure de boulanger FRAÎCHE ! Eh oui, ça change tout. Sans rire, depuis que j'en utilise, je n'ai plus raté une seule viennoiserie et j'en ai fait pas mal : briochettes, brioche tressée, brioche vendéenne, croissants, pains au chocolat, brioches feuilletées au sucre (une tuerie ce truc), chinois feuilletés et brioches suisses !

IMG_4391

Briochette pur beurre avec grain de sucre et briochette à tête en arrière plan

Pour info, si la levure fraîche n'est pas toujours facile à trouver en magasin, de très très nombreux boulangers en vendent bien qu'elle ne soit pas présenté en rayon. Il suffit généralement de demander. Mon boulanger vend sa levure au détail, il débite son gros bloc de la quantité que je demande. Le plus souvent, c'est 42g ce qui correspond à une utilisation pour 1kg de farine en moyenne car la plupart des recettes demande 10g de levure fraîche pour 250g de farine. Il la place dans un sachet en papier, sachet que je garde pour sa conservation.

Pour la conserver justement, je la laisse donc dans son sachet et je la place dans une boite hermétique au frigo. La levure respirant, elle produit de la condensation dans la boite que le papier absorbe. Cela permet que la levure ne sèche pas. Et pour qu'elle ne se détrempe pas non plus, j'essuie régulièrement l'intérieur de ma boite si la condensation est trop importante.

IMG_4478

Chinois à base de crème pâtissière et brioche feuilletée

Truc n°2 :

A quoi reconnaît-on de la levure encore utilisable d'une levure trop vieille ? Si votre levure s'émiette quand vous l'écrasez, elle est toujours bonne. Mais si elle s'écrase comme de la pâte à modeler, sans s'émietter, c'est qu'elle est trop vieille. J'ai pu conserver ma levure 3 semaines environ avant qu'elle n'en arrive à ce stade.

Ensuite, le pétrissage est essentiel à la réussite d'une bonne viennoiserie. Il n'a en soit rien de compliquer mais il est long, voir trèèèès long si vous n'avez pas de robot ! Avec D'Artagnan, il faut compter entre 10 bonnes minutes et 20 min selon le type de pâte. Comme j'ai fait toutes mes pâtes au robot, je vais parler uniquement de cette technique. A la main, il faudra simplement pétrir jusqu'à obtenir le même résultat.

Au robot, on commence toujours le pétrissage à vitesse minimale. Quand il ne reste plus de matière sèche au fond du bol, on monte la vitesse d'un cran pendant 2 mn puis on met son robot à vitesse médiane, en gros, à la moitié de sa vitesse max. Chez moi, D'Artagnan (un Kichenaid) possède des vitesses graduées comme suit : 1-2-4-6-8-10. La vitesse médiane est donc 4. Attention, il ne faut pas dépasser cette vitesse sous peine de trop faire chauffer le moteur et de le détériorer. Une fois à vitesse médiane, il faut compter au moins 10 mn de pétrissage pour obtenir le résultat souhaité, c'est-à-dire un réseau glutineux bien développé.

Le réseau glutineux est ce qui assure l'élasticité de la pâte. Grâce à lui, vous pourrez façonner vos viennoiseries sans trop de risque que la pâte se déchire dans l'opération. Il contribue également au moelleux et au caractère filant de la mie. Pour s'assurer que la pâte est suffisamment pétrie, il ne suffit pas qu'elle se détache des bords (même si c'est une condition nécessaire). Il faut également que, si vous étirez celle-ci, vous puissiez le faire suffisamment pour qu'elle devienne assez fine pour être translucide sans se déchirer comme sur la photo ci-dessous.

IMG_4368

On arrive à distinguer les doigts derrière la pâte étirée très finement sans qu'elle se déchire

Le second intérêt de ce long pétrissage est qu'il va faire monter votre pâte en température suffisamment pour qu'elle atteigne 24°C (les pro le vérifient avec un thermomètre sans contact), température qui va activer la levure et permettre le pointage.

Truc n°3 :

Autre chose importante, tous les temps de levée et/ou de repos comptent, à commencer par le pointage.

Euh, la Puce, c'est quoi ça, le pointage ? Ben le pointage, c'est simplement le terme technique pour le temps de levée de 30 mn qu'on laisse à la pâte juste après le pétrissage. Ce temps est important car c'est lui qui, avec la température atteinte par la pâte, va amorcer la pousse de celle-ci. En gros, la température a activé la levure, le pointage lui laisse le temps de commencer son boulot. Après 30 mn, on dégage la pâte en l'écrasant et on passe à la suite de la recette.

Dans la plupart des cas (en gros, dans tous les cas que j'ai essayé hormis la brioche vendéenne et la brioche suisse où ce n'est pas obligatoire), il est fortement conseillé, après le pointage, d'emballer la pâte dans plusieurs feuilles de film plastique et de la laisser passer la nuit au frigo. Ce long temps de repos assure des brioches ultra légères et moelleuses. Et accessoirement, en raffermissant des pâtes très molles en raison de leur haute tenue en beurre, facilite grandement le façonnage.

IMG_4407

Vu qu'on parlait justement de brioches suisses !

Les raisons des autres temps de repos variant selon les recettes, je ne vais pas en faire la liste ici (à nouveau, j'ai pitié de vous, ce post est déjà bien assez long comme ça mais on est presque au bout rassurez-vous).

Truc n°4 :

Dernière chose fondamentale pour réussir ses viennoiseries, la température et le temps de pousse. La première chose à savoir, c'est que plus il y a de beurre et d'oeuf, plus le temps de pousse est long et la température de pousse est basse.

Pour une brioche pur beurre, on ne doit pas dépasser les 28°C sinon le beurre va suinter de la pâte et il faut bien compter 2h de pousse. Quand après 1h, on a l'impression que la pâte n'a pas levé d'un poil, il faut savoir résister à la tentation de monter la température de pousse. C'est encore plus vrai pour une pâte feuilletée levée ou une brioche feuilletée où on tourne autour de 25°C et où on ne dépasse jamais 26-27°C. Sinon le beurre fond et s'échappe de la pâte et alors, bonjour la cata ! Le temps de pousse peut alors monter à 3h facile.

Si vous n'avez ni chambre de pousse ni de fonction sur votre four vous permettant de contrôler une température inférieure à 30°C, je vous donne une astuce. Positionnez dans votre four la grille sur laquelle vous prévoyez de poser la plaque avec vos brioches ou autres viennoiseries à faire pousser de sorte à pouvoir glisser une casserole dessous. Faites bouillir de l'eau dans la dite casserole et quand elle bout à gros bouillons, placer la casserole dans le four vide et refermer la porte. Attendez quelques instants, placer vos viennoiseries dans le four et sortez la casserole. L'eau bouillante va avoir réchauffer temporairement l'intérieur du four tout en apportant de l'humidité (ce qui est tout bénef). Il ne faut pas laisser la casserole une fois les viennoiseries à l'intérieur car la vapeur est trop chaude et ferait trop chauffer votre plaque à pâtisserie et fondre le beurre des viennoiseries situées juste au dessus.

Si la température du four redescend trop, il suffit de remettre l'eau à bouillir et de passer rapidement la casserole dans le four sous la plaque (rapidement pour que rien ne fonde et sous la plaque pour retenir la vapeur le temps de refermer la porte dès la casserole enlevée. J'ai testé la méthode plusieurs fois et tant qu'il ne fait pas trop froid dans votre cuisine, ça fonctionne très bien.

Voilà. J'espère que ces petites astuces vous permettront de bien réussir vos viennoiseries. La prochaine fois, promis, je vous mets la recette d'une des réalisations présentées aujourd'hui.

Posté par reyhaziel à 22:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 10 mai 2020

Défi Je couds (ou je tricote) pour un homme #5 : Le Birder d'Azraël

Juste avant de sombrer dans un monde parallèle uniquement peuplé de petits nétudiants en panique et d'enseignants traumatisés par l'informatique, à l'époque fort fort lointaine où j'avais un peu de temps pour moi mais pas pour la lessive, Azraël a brusquement vu son stock de pantalons réduits à néant. Faut dire que j'étais totalement imperméable aux attaques de Lessivus Démonicus, que ça en devenait même inquiétant !

Plus aucun futal propre à se mettre ? Aucun problème, j'allais de ce pas faire chauffer Milady. Comment ça je ferais mieux de me mettre à jour dans mes lessives ça va plus vite ? Vous êtes sûrs ? Huuum, mouiii, ptêt ben ! Mais c'est bien moins amusant ! Alors forcément, ce n'était pas ces considérations hautement métaphysiques qui allaient me faire renoncer à mon idée première, à savoir agrandir la garde-robe d'Azraël avec un nouveau jean.

Après avoir longuement cherché le Saint Graal, un pantalon assez large pour s'enfiler sans avoir à coudre une vraie braguette (vu qu'Azraël est persuadé que les fermetures éclair et les boutons sur les pantalons, c'est nul) mais pas trop pour ne pas ressembler à un sac à patates, j'ai fini par trouver mon bonheur dans le Ottobre Automne 4/2015. Il s'agit du modèle 39, le Birder, un pantalon cargo avec plein de détails sympas : une vraie braguette pour celles/ceux dont les monstros ne trouvent pas ça nul, des poches italiennes, des poches arrière à rabat assymétrique et pris dans la couture de coté et des poches à soufflet sur les côtés des jambes. Oui, il faut aimer les poches avec ce modèle parce qu'il y en a un certain nombre.

IMG_4396

IMG_4398

J'avais déjà décidé que j'utiliserais un restant de jean strech imprimé camouflage mais vu le métrage, il était évident que quelques poches devraient se sacrifier au cours de l'opération commando. Après un combat acharné entre pièces de patron déterminées à survivre au cloaque du restant de tissu, c'est la poche à rabat qui, seule, a réussi à s'extirper du marigot. Exit la poche à souflet et médaille du courage au rabat asymétrique !

IMG_4397

IMG_4399

IMG_4400

Niveau difficulté technique, ça peut aller. Avec un tissu élastique, il faut certes faire attention à ses coutures droites si on ne veut pas que les rabbats ressemblent à des chemins de terre creusés d'ornière. Il faut également éviter les tissus trop épais (mon jean était limite) car avec le rabbat pris dans la couture de côté, l'ensemble des épaisseurs de tissu à cet endroit est assez conséquente. En fait, la partie la plus délicate, c'est l'assemblage de la ceinture avec son élastique qui ne fait pas tout le tour car il faut tendre le tissu au fur et à mesure de l'assemblage sans prendre l'élastique dans la couture. Et parfois, j'aurais bien aimé avoir 3 mains pour tout contrôler.

IMG_4401IMG_4403

IMG_4402

Mais au final, je ne regrette pas mes efforts (juste le manque flagrant de bonne volonté d'un certain monstros à poser pour des photos pas trop pourries). La coupe du pantalon est plutôt sympa et, même réalisé une taille au dessus afin qu'il fasse un peu de profit à Azraël, il ne fait pas sac à patates. Et Azraël l'ayant immédiatement adopté sans ronchonner, j'en déduis qu'il est plutôt confortable (bon, en même temps, c'est la 2ème fois que je couds ce modèle alors j'ai pas vraiment pris de risques). En plus, grâce à lui, je peux participer au défi de Nabel, Je couds (ou je tricote) pour un homme, alors il a vraiment tout pour plaire de futal moi je vous le dis !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 8 mai 2020

Ma vie de Directrice en confinement et gif animé

Eh oui, je suis toujours vivante, en parfaite santé, sans l'ombre d'un virus (corona ou pas) à l'horizon depuis le début du confinement. Pourquoi ce long silence alors, d'autant que j'avais pris des bonnes résolutions à la nouvelle année. C'est juste que, croyez le ou pas, mais quand on est dans l'éducation, le confinement, c'est très très loin d'être une sinécure.

Dire que je me plaignais d'avoir trop de boulot avant, mais alors depuis la crise sanitaire, c'est le pompon. Entre la mise en place de tous les cours à distance (et avec notre système de cours à la carte ou presque, c'est quand même pas loin d'une soixantaine de cours qu'il a fallu mettre en place et tous les examens correspondant, sans oublier les examens de rattrapage pour les cours s'étant achevés avant le confinement soit juste une petite trentaine), le suivi de mes petits nétudiants pour m'assurer qu'ils avaient bien accès aux cours en ligne, aux infos sur les changements de programme, qu'ils allaient bien et n'étaient pas malades, et le suivi de mes profs complètement paumés pour certains avec les nouveaux outils d'enseignement à distance mis en place, le premier qui me dit que le télétravail c'est cool parce qu'on a plein de temps pour faire les trucs chez soi qu'on pouvait pas faire avant, je t'étripe !

Et pendant ce temps, ma pauvre Milady se morfond dans son coin en prenant la poussière, Couturus est déprimé au possible (parce que coudre quelques malheureux masques, c'est loin, très loin de satisfaire ses ambitions couturesques), Bricolus tourne en rond dans mon salon désespéré de n'avoir rien à faire, Fimus est en train de se boulotter la fimo périmée histoire de s'occuper et Patissus ronge son frein à défaut d'avoir un beau gâteau à se mettre sous la dent en attendant que j'ai à nouveau une vie (ou au moins un semblant).

Alors je ne vais pas vous mentir, à commencer mes journées de boulot à 8h le matin, à les finir à minuit très très régulièrement, à y passer une partie de mes week-end, quand j'ai un poil de temps devant moi, j'ai tendance à comater sur mon canapé plutôt que de prendre mon clavier ou ma machine mais c'est promis, je vais essayer de m'y remettre. Sûrement pas très régulièrement mais je vais essayer.

Et comme il faut bien rire un peu en cette période difficile, je vous propose de reprendre mes posts avec quelques gifs animés illustrant certains temps fort de ma vie de Directrice 1ère et 2ème d'année d'école d'ingé.

Quand une des profs de math m'annonce qu'elle pourra pas faire cours en distanciel parce que, vraiment, son cours ne peut se faire qu'au tableau blanc

 

Quand j'en suis au 20ème mail d'intervenants de cours qui me demande de lui ouvrir son accès à notre outil de gestion de support de cours dématérialisé parce qu'il n'arrive pas à y accéder (sachant qu'il aurait dû activer son compte il y a plus de 6 mois).

 

Quand un responsable de cours fait suivre le mail de son intervenant sur ses difficultés d'accès à ce même outil de gestion de support de cours (le 21ème donc faudrait peut-être songé à suivre là !) en précisant que je fais des miracles

 

Quand j'ai enfin compris comment paramétrer correctement l'activité "rendu de devoir" sur notre outil de gestion des supports de cours à distance et pu faire un tutoriel vidéo pour les enseignants

 

Quand j'imagine mes petits nétudiants de retour sur les bancs virtuels de l'école après les vacances de Pâques

 

Et après que le BDE (bureau des élèves) m'a fait un retour sur leur état réel.

retour de vacance

 

Quand je commence à corriger mes copies de mécanique quantique que j'ai pris la précaution de prendre avec moi juste avant de partir en confinement.

 

Et quand j'en suis à la moitié, les étudiants de la première moitié n'atteignant même pas la moyenne (oui, j'avais le paquet de copie le plus pourri de la promo à corriger)

 

Quand on me demande où j'en suis de la constitution de l'emploi du temps des 1ère et 2ème année pour la rentrée prochaine en prenant en compte qu'on pourrait décaler celle-ci de 1, 2, 3 ou 4 semaines ou même faire une reprise en distanciel on sait pas encore

 

Parce que si je devais vraiment faire 5 versions différentes, c'est dans cet état que je finirai !

 

Quand un de mes petits nétudiants, alors que cela fait des semaines que la date de l'examen de math est confirmé, me demande s'il peut avoir le sujet en avance parce qu'il vient de prendre un billet de train pour rejoindre sa famille vu qu'on déconfine enfin et qu'il ne pourra pas rendre son devoir dans les temps sans cela.

 

Allez, sur ce, je vais tâcher de réconforter Pâtissus en améliorant ma technique de brioches et autres viennoiseries (c'est qu'on en a plein de dos des gâteaux industriels chez les Infernos).

Posté par reyhaziel à 17:56 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 26 janvier 2020

A Noël, on danse le Mambo ?

Mais non, voyons, on ne danse pas le Mambo à Noël. La valse éventuellement. Non, à Noël, le Mambo, on le coud ! Et avec un peu d'avance car ça fait un très chouette cadeau. Car Mambo, c'est le nom d'un des patrons de sac de Sacôtin que j'ai découvert grâce à Nabel. J'avais déjà réalisé un porte-monnaie/porte-chéquier de cette marque dont j'étais ravie alors forcément, j'ai eu envie de tester un autre des patrons de Sacôtin.

Et une fois de plus, pour l'occasion, j'ai sorti mes beaux morceaux de cuir, achetés tout expres pour réaliser la plupart de mes cadeaux de Noël cette année. Pour ce sac, j'ai choisi d'associer du cuir d'agneau naturel gris et du cuir d'agneau velours bordeaux, dont je trouvais que les couleurs formaient un beau contraste, et je l'ai réalisé en taille S.

IMG_3212

IMG_3214

IMG_3213

Bien évidemment, vous êtes en train de vous demander ce que c'est que du cuir naturel, vu que, par définition, le cuir est un produit naturel. Eh bien le cuir naturel est un cuir pleine fleur (une des meilleures qualités de cuir correspondant à la partie de la peau où pousse les poils de l'animal et qui doit être sans défaut) non traité ce qui en fait une matière particulièrement douce, souple et résistante. Par contre, n'ayant reçu aucun traitement, c'est aussi un cuir qui se tâche facilement : à manipuler avec précaution donc.

Et le cuir velours alors me demanderez-vous ? Le cuir velours est un cuir dont on a entièrement poncé la fleur (le dessus du cuir). Il est donc très doux et souple mais plus fragile que le cuir pleine fleur. En revanche, il est nettement moins cher car le ponçage permet d'être beaucoup moins regardant sur les défauts de la fleur du cuir. En gros, le ponçage uniformise le cuir et gomme tous les défauts.

Oh la la, mais t'es trop forte La Puce ! T'en sais des choses ! T'as suivi une formation de tanneur ? Mais non mais non. C'est simplement qu'en cherchant des grandes pièces de cuir qui ne me ruinent pas complètement, je suis tombée sur le site Cuir en Stock. Indépendemment des prix proposés que j'ai trouvé très intéressant, le site fournit plein d'informations sur les différentes qualités de cuir, leurs qualités respectives et leurs usages. J'ai ainsi appris qu'à épaisseur de cuir égale, le cuir de chèvre est plus doux, plus souple mais aussi plus résistant que le cuir de vache et que le cuir naturel, s'il se tâche infiniment plus facilement que le cuir traité, est aussi plus résistant. Informations dont j'ai pu tester la véracité, ayant acheté différentes qualités de cuir.

IMG_3201

IMG_3203

Sur ces photos, on peut apprécier les dimensions de 2 des pièces de cuir qui je me suis procurée. Pour avoir une idée des dimensions, j'ai placé dessus les pièces du patron du sac Mambo en taille S que j'ai réalisé et une règle de 30 cm. Ces pièces font environ 70 cm x 60 cm et m'ont coûté moins de 20€ pièce.

Évidemment, à ce stade, vous vous dites que, soit j'ai des parts dans l'affaire et que c'est pour ça que je fais la pub, soit c'est trop beau pour être vrai du cuir à ce prix-là. Et vous auriez bien raison, c'est trop beau (parce que je ne fais pas de pub et que j'ai pas de parts dans l'affaire). Si les prix sont aussi intéressants, c'est parce que les pièces vendues ont des défauts : trous, coupure, défaut de teinture, tâche etc ... Ça les rend inapte à une commercialisation auprès des professionnels mais permet aux particuliers que nous sommes d'acquérir des grandes pièces à des prix intéressants. A noter également que les défauts ne sont parfois visibles que sur l'envers des pièces, parfois sur l'envers et sur l'endroit. Pas de miracle donc.

IMG_3205IMG_3204

IMG_3210IMG_3208

Pour ce sac, mes peaux étant assez fines, j'ai donné de la tenue en utilisant de la mousse sur résille. Grâce aux explications détaillées de Sacôtin, le sac Mambo se coud sans difficulté à part pour l'empiècement de la poche de devant. Mais la difficulté vient de la matière et non du modèle. En effet, le cuir accroche au niveau du pied presseur et comme il est en prime légèrement élastique, si on n'y prend pas garde, il peut vite se mettre à gondoler au niveau de la couture. Du coup, la réalisation de la découpe en V devient un peu délicate et on peut rapidement se retrouver avec une poche qui gondole et toute tordue.

IMG_3215

IMG_3218

Grand compartiment intérieur avec une poche dans la doublure

IMG_3219

Poche extérieur sur le devant

J'ai d'autre part été agréablement surprise par la rapidité d'exécution de ce modèle qui se coud en quelques soirées. Le résultat final me plaisant beaucoup, j'envisage sérieusement de déroger à mon principe du "tu changeras de sac à main quand celui que tu as sera fichu", ceci d'autant que, m'étant cousu mon dernier sac à main, je m'aperçois que le fait maison a une longévité bien supérieur au commercial de base. Reste à espérer que Mamie M, aura apprécié son cadeau de Noël.

IMG_3221

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 22 janvier 2020

Miraculous : le retour de la boîte de Maître Fang

Ahhh, les Miraculous et la fameuse boîte de Maître Fang, leur gardien ! Je crois bien que, de tous les trucs que j'ai pu faire, c'est celui qui m'a valu le plus de messages (privés ou pas) concernant des infos, des conseils, des fichiers et ... des commandes !

Alors comme je viens justement d'en réaliser une seconde, j'ai décidé de vous faire un petit retour dessus, histoire de souligner les points les plus délicats et d'en profiter pour vous mettre les fichiers que j'ai utilisé à télécharger (vu le nombre de personnes qui me les ont demandé, j'ai comme dans l'idée que cela pourrait servir).

IMG_4249

Boîte de Maître Fang version 2

IMG_4244

IMG_4245

J'ai bien évidemment suivi le même tuto pour la réalisation de cette seconde boîte que pour la première. Tout d'abord, concernant les matériaux. Définitivement, pour une boîte destinée à des enfants, je recommande un carton de 2,4 à 3 mm d'épaisseur. Le carton de 2 mm utilisé par la réalisatrice du tuto est, certes, très bien mais pas assez costaud à mon goût pour les petites mains de monstros turbulents.

Une des premières étapes consiste à réaliser le couvercle. Cette étape demande de découper 2 épaisseurs de carton et, dans l'une d'elle, faire une découpe octogonale sur laquelle on va coller le motif chinois de décoration du couvercle. Pour cette étape, la première fois, j'avais mis trop de colle et le carton avait gondolé. Cela m'avait pris plusieurs semaines et l'utilisation de poids pour aplanir tout ça. Je peux donc vous confirmer que la bonne technique pour le collage du motif imprimé sur papier consiste à :

  • mettre des repères sur le dessous de l'octogone et sur la bordure dans laquelle on le réinsérera. C'est important car il est impossible de faire des découpes parfaites et on aura beaucoup de mal à retrouver comment ajuster au mieux les pièces si on ne les repère pas.
  • étaler une très fine couche de colle sur la moitié du support carton et d'y coller le motif délicatement.
  • On fait ensuite attention à bien chasser les bulles d'air avant de déposer une fine couche de colle sur la seconde moitié du carton et de finir de coller le motif.
  • On place ensuite la plaque de carton décoré sous une pile de livres le temps que ça soit bien sec soit au moins une nuit. Cela permet d'obtenir un couvercle bien plat.

Dans la boite achevée, la partie centrale peut s'enlever car il s'agit en fait d'une cachette à trésors. Dans la vidéo, la découpe où insérer la boite se fait tardivement, une boite les différents étages assemblés. C'est ce que j'ai fait la 1ère fois et c'est particulièrement galère. Cette fois, j'ai réalisé mes découpes au fur et à mesure de la construction, en les faisant un peu plus grande que la taille de la boite afin de conserver un peu de jeu au cas où l'alignement des étages ne serait pas parfait. Sauf pour la toute dernière découpe que j'ai fait pile à la bonne taille. Ça a parfaitement fonctionné et c'est nettement plus facile à faire.

IMG_4233

Premier étage et ses tiroirs assemblés

IMG_4234

Percement du logement de la boite à trésor au fur et à mesure du montage des étages. Ici, il y a 2 étages et on voit que les trous sont déjà très bien alignés.

IMG_4235

Pour ce qui est de la pose des charnières, la colle chaude ne résiste pas aux petites mains des monstros. Dans ma première version, j'ai dû emprisonner les charnières dans plusieurs épaisseurs de carton et coller à la colle néoprène. Esthétiquement, j'ai eu du mal à rattraper tout ça. Cette fois, j'ai profité du fait que mon épaisseur de carton est conséquente pour utiliser les vis fournies avec mes charnières. J'ai utilisé les vis elles-mêmes pour percer le carton. Une fois visées, j'ai dévissé délicatement, enduit le pas de vis de colle néoprène et revissé dans les charnières avec le couvercle en place. Ça donne une fixation assez solide et propre. Une couche de carton de camouflage permet de finir la fixation du couvercle. Et pour plus de sûreté, j'ai également installé à l'intérieur un fil permettant de retenir le couvercle à l'ouverture.

Niveau peinture, il faut privilégier pour le noir une peinture acrylique bien couvrante qu'on ne dilue surtout pas. Certes, cela consomme plus de peinture sans obtenir un meilleur rendu mais, d'une part, le carton absorbe rapidement la peinture qui sèche alors très vite. Ceci permet de passer rapidement à la peinture de finition rouge sans avoir à attendre une nuit que le noir sèche. D'autre part, cela évite que le carton se détrempe et gondole après la phase de peinture.

IMG_4236

Montage et habillage du corps de boîte achevé, paré pour la phase "peinture"

Pour la peinture de finition rouge/bordeaux, il faut la diluer avant de l'appliquer par petites touches. Toujours garder des mouchoirs ou sopalin à porter de main pour estomper si nécessaire. Là aussi, la peinture séchant rapidement, il faut y aller progressivement et ne pas essayer de couvrir une zone trop importante avant d'estomper.

Enfin, dernier conseil. Une fois la boîte peinte, n'hésitez surtout pas à la vernir avec un vernis brillant. D'une part, cela va protéger les couleurs, d'autre part, cela va imperméabiliser (un peu) le carton ce qui est appréciable. Et enfin, ce vernis, en mettant en relief les "défauts" du carton, donne un rendu bois encore plus réaliste. Après avoir testé le vernis spécial peinture en bombe et le vernis pour Fimo, je vote définitivement pour ce dernier. Mais je suppose qu'il en existe plein d'autres sortes. A vous de faire vos propres essais.

IMG_4252

Aspect brillant après vernissage

Voilà, j'espère que ces quelques remarques vous seront utiles si vous vous lancez dans la réalisation de cette boîte. Attention, si vous n'avez que vos soirée à y consacrer, je vous conseille de prévoir un bon mois pour cette réalisation. Il y a tout de même énormément de pièces à découper (on approche les 250 tout de même), ce qui est long et fastidieux et finit par donner mal aux mains et aux poignets. Il est donc nécessaire d'anticiper.

Et à présent, les fichiers promis. Cliquez simplement sur les images pour les agrandir et les sauvegarder. Attention, il faut bien ouvrir l'image d'abord en cliquant dessus avant de sauvegarder. Si vous faites une sauvegarde directement de l'image qui s'affiche ici, vous perdrez beaucoup en résolution.

image du dessus de la boîte :

tapa

image pour l'intérieur de la boîte :

plantilla-interior

symboles sur les boutons de tiroirs :

MFC_Buttons

 

 

 

Posté par reyhaziel à 23:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,