Il y a 20 et quelques années, Chéri est allé consulter un médecin gifois suite à l'apparition de petites plaques rouges sur les bras et les jambes qui le grattaient et est reparti avec une jolie crème contre les champignons. Quelques semaines plus tard, les petites plaques s'étaient transformées en de jolies et nettement plus grandes plaques rouges fluo avec des squames (des écailles de peau blanches qui s'en vont et vous donne une peau de crocodile). Cette fois, le médecin a diagnostiqué un psoriasis, a conseillé à Chéri de consulter un dermatologue pour confirmation puis lui a montré des tonnes de photos de patients atteints de cette maladie à un stade avancé. Je vous raconte pas l'état psychologique de Chéri en rentrant à la maison. Quant à moi, je l'ai prévenu que PLUS JAMAIS il ne mettrait les pieds dans ce cabinet.

Quelques jours plus tard, on s'est donc retrouvé chez un dermatologie gifois (oui, j'insiste sur la ville vous allez vite comprendre pourquoi).

Alors, on a le résultat de la biopsie de vos plaques rouges. C'est pas du psoriasis finalement.

Piouuuuf

(soupir de soulagement de Chéri)

Ben c'est quoi alors ?

C'est une forme assez rare de maladie apparantée au psoriasis, le parapsoriasis. Ca évolue un peu pareil et de toute façon, ça peut pas se guérir.

Glurp!

(sorte de couinement effectué par un Chéri en état de décomposition émotionnelle avancée proche de l'état catatonique)

Bon mais y a un traitement pour les symptômes non. Alors, il va avoir quoi comme type de crème ?

Ah ben rien. C'est pas un psoriasis, ça se traite pas. Les crèmes et les UV ça marche pas.

...

(silence radio d'un Chéri tombé en état de coma profond)

Vous rigolez là ! Et comment ça se fait que ça s'atténue quand il se met au soleil alors ?

C'est sûrement une coïncidence. De toute façon, il n'y a rien à faire.

Et on s'est gentillement mais sûrement fait bouler du cabinet. Quand je vous dis que le médicus corpus et moi, c'est une longue, très longue histoire d'amour ! Et que le médicus corpus gifois en particulier n'est pas près de me revoir un jour. Vu que 2 mois plus tard, les plaques de Chéri étaient de plus en plus grandes, de plus en plus rouges, de plus en plus squameuses et que ça le démangeait pire qu'une colonie de fourmis rouges en plein festin, on s'est retrouvé dans le cabinet d'un dermatologue orsayien.

Les analyses ont dit que c'était un parapsoriasis. Mais vous me trouvez un traitement parce que là, c'est simplement plus supportable !

Alors les crèmes aux corticostéroïdes sont moins efficaces que pour un psoriasis mais ça donne des résultats tout de même. Je ne comprends pas qu'on ne lui en ai pas prescrit, au moins pour voir si ça fonctionnait.

Piouuuuf

(soupir de soulagement de Chéri qui entre-aperçoit une lumière au bout de son tunnel)

Pas de commentaire. Je serais désobligeante.

C'est bien aussi de se mettre au soleil mais à petites doses.

Ok.

Ah et le stress est un facteur déclenchant des poussées, comme pour les exzémas. Donc ce serait bien qu'il se détende.

...

(silence interloqué d'un Chéri qui n'est déjà pas causant chez le médecin et qui se demande comment il pourrait se détendre alors qu'il n'a plus aucune vie sociale tellement il est mal à l'aise avec ses ÉNORMES plaques rouges sur les bras et les jambes)

Ben avec des trucs pareils qui vous empêchent de dormir tellement ça gratte, c'est pas gagné.

Et depuis 20 ans et quelques maintenant que cette maladie s'est déclarée, Chéri a définitivement abandonner les shorts, les T-shirts à manches courtes, l'exposition au soleil,la plage et la piscine, ce qui est bien dommage car l'exposition solaire est une des rares choses soulageant un peu les poussées. Car même si les crèmes soulagent effectivement les démangeaisons en calmant un peu l'inflammation, elles ne font pas disparaître les plaques rouges épaisses et squameuses (fichu type para). Et comme parmi les facteurs favorisant les poussées, on trouve le stress au premier plan, autant vous dire que dernièrement, avec l'état de santé précaire de mamie M et l'efficacité mirifique des transports en commun avec la canicule, le niveau de stress de Chéri atteint des sommets et les plaques fleurissent plus vite que les primevères au printemps.

Sauf qu'en 20 ans, si le médicus corpus n'a fait aucun progrès (ou alors il garde jalousement son secret parce qu'on a jamais rien vu venir nous), j'ai personnellement développé une théorie toute personnelle. Si les produits chimiques ne fonctionnent pas, utilise ta tête, l'aromathérapie et les produits naturels.

Bon, y en a marre. T'arrête de te gratter au sang. Je vais te faire une crème moi !

Pffff! Ca sert à rien

(oui, le Chéri déprimé négativise à mort)

Et le baume à lèvre des enfants alors ? Il a pas fonctionné peut-être ? De toute façon, t'as rien à perdre !

Et j'ai gagné ma cuisine pour préparer ma petite tambouille. Au programme, confection d'une huile aux huiles essentielles (oui, je sais c'est redondant) formulée spécifiquement contre le psoriasis et l'exzéma (histoire que ça puisse aussi servir aux enfants), huile qui a fait merveille sur les lésions les moins inflammées, les faisant disparaître VISUELLEMENT. Oui, le terme est important car en fait, les plaques sont toujours bien là (on peut les sentir à la texture de la peau qui est différente à cet endroit) mais elles ne sont plus rouges. Sur les lésions très fortement inflammées, l'huile a seulement stoppé la progression. Mais rien ne saurait résister à une Puce déterminée. Et si on augmentait le dosage un peu léger de certaines huiles essentielles ? Nul doute que l'odeur fera fuir en vitesse toutes les plaques (oui parce que si l'efficacité de l'huile était proportionnelle à l'agressivité de son odeur, on aurait dû tout faire partir en une seule application !) Mais  vu que Chéri ne s'en plaint pas, c'est peut-être moi qui ait un problème. Ou alors il est trop content que ça marche pour faire des remarques.

Mais il me fallait aussi quelque chose pour que Chéri retrouve sa peau de bébé. Pour ça, j'ai chopé sur mon site d'aroma cosméto maison préféré une recette de lait apaisant spécial peau psoriasitique, atopique et desquameuse. Bien sûr, j'ai adapté la recette à ma sauce en changeant quelques ingrédients pour d'autres que je jugeais plus efficace ou que j'avais déjà sous la main et j'ai ajouté quelques huiles essentielles traitantes et d'odeur agréable cette fois. Et après seulement quelques applications, l'effet du lait a vraiment été miraculeux. Disparition des squames quasi totale. Au niveau de la texture, Chéri a bel et bien retrouvé une peau de bébé. Alors certes, il y a encore du boulot parce que certaines plaques sont encore inflammées mais je ne désespère pas de réussir à le traîner à la plage et en short cet été (d'autant que j'ai encore une nouvelle crème à tester pour régler ce qui reste du problème). Bref, si vous avez vous aussi une peau de croco, ou une peau très sèche, ou très déshydratée, je vous la recommande. Et comme je suis une fille super sympa, je vais même vous donner la recette.

Lait visage et corps peaux ultrasèches et atopiques

Composition :

  • 3,5gr / 3,8ml d'huile végétale de Chaulmoogra : particulièrement efficace pour apaiser les peaux abîmées, irritées et desquamées. Elle est anti-bactérienne et peu comédogène.
  • 7gr / 7,6 ml d'huile végétale de macadamia : assouplissante, nourrissante, cicatrisante et apaisante, elle active la microcirculation localement. Huile au toucher sec, elle va favoriser la pénétration rapide de l'huile précédente et éviter ainsi la sensation de film gras sur la peau.
  • 3,5 gr / 3,9 ml de beurre de kpangnan. Ce beurre a une forte action réparatrice et apaisante et fait moins de grumeaux que le beurre de karité.
  • 46 gr / 46 ml d'eau minérale
  • 4,9 gr/ 5ml d'urée : cet actif cosmétique a une action d'hydratation intense associée à un fort pouvoir kératolytique (il élimine en douceur les squames). Ses propriétés en font un allié de choix dans le traitement des peaux atopiques et très sèches.
  • 0,07 gr de Xanthane : produit gélifiant qui sert uniquement à stabiliser l'émulsion dans le temps.
  • 14 gouttes de cosgard : conservateur synthétique mais certifié Ecocert. Les conservateurs sont indispensables dans la confection des émulsions car la présence d'eau rend ces produits susceptibles de moisir. Il existe des conservateurs d'origine végétale mais les commentaires vu sur le web indique des efficacités aléatoires ce qui n'est pas le cas pour ce produit.
  • 4 gouttes de vitamine E
  • 30 gouttes de lavande (vraie, fine ou aspic) : utilisée pour ses vertues antispetiques, son odeur agréable et sa synergie avec l'huile d'hélichryse italienne
  • 15 gouttes de petit grain bigarade : anti inflammatoire et cicatrisante, elle a une action régénératrice sur la peau
  • 10 gouttes d'hélichryse italienne : cicatrisante et anti-inflammatoire

Les laits résultent en fait de l'émulsion d'huiles dans de l'eau. Pour qu'une émulsion réussisse, à l'image d'une mayonnaise, il faut donc fouetter le mélange vigoureusement. Mais comme pour la mayo, ce n'est pas suffisant. Laisser une mayo au soleil et vous allez voir l'huile ressortie, voir la mayonnaise faire des grumeaux. Les ingrédients se séparent car cette émulsion n'est pas stable dans le temps. En cosméto, pour réussir et stabiliser ses émulsions, il faut donc ajouter un émulsifiant. Le choix de ce dernier dépend grandement de vous et n'a que peu d'influence sur l'efficacité du produit fini. C'est surtout une affaire de goût car ils rendent les crèmes et lait plus ou moins fluides, gras, pénétrants etc ... Ils n'ont pas non plus exactement les mêmes efficacités en protection de la peau et hydratation. Pour cette recette, j'ai utilisé de l'Emulsan et de l'Emulsifiant VE.

  • 1,83 gr d'Emulsan : il donne des émulsions très pénétrantes et très hydratantes mais peu épaisses et non grasses. On l'associe généralement à un autre émulsifiant pour augmenter la consistance de l'émulsion.
  • 1gr d'Emulsifiant VE : émollient, il permet d'assouplir la peau et augmente la consistance de l'émulsion.

Fabrication :

  • Mélanger les huiles, le beurre et les émulsifiants dans un bol. Mettre l'eau dans un autre bol. Porter les 2 bols à 70°C au bain marie.
  • Ajouter l'urée à l'eau et mélanger jusqu'à dissolution puis verser lentement le mélange huile-beurre-émulsifiant dans le mélange eau-urée en fouettant vigoureusement avec un fouet pendant 3 mn. Le mélange blanchit et s'homogénéise.
  • Sans cesser de battre, placer le bol dans un fond d'eau froide pour accélérer le refroidissement et fouetter encore 3 mn.
  • Ajouter le reste des ingrédients un par un en mélangeant bien à chaque ajout.
  • C'est fini, vous n'avez plus qu'à mettre en bouteille.