C'est fou ce qu'il peut y avoir comme sortie cinéma pour les monstros en ce moment. Enfin, quand je dis sortie, je parle pas vraiment des tous derniers films à l'affiche parce qu'en fait, ce serait plutôt l'inverse. Il y a plein de films que les monstros veulent voir et qu'on a intérêt à aller voir en vitesse parce que ce sont leurs derniers jours de diffusion dans le secteur.

On était allé voir Cigogne et cie il y a peu et ce week-end, c'était le tour de Les Trolls, le dernier né des studios Dreamworks, un film classé Tous public (huuuum méfiance méfiance) et qui s'est révélé ... ben Tous public en fait. A condition toutefois de faire abstraction de la scène où on voit les fesses roses (vraiment vraiment rose, rose fuchsia quoi) du roi troll, scène d'une indécence insoutenable et qui pourrait heurter la sensibilité des plus jeunes. Et des moins jeunes aussi vu que je suis restée sur ma faim n'ayant pu contemplée béate l'autre versant de l'anatomie trollienne (comment ça je suis une horrible perverse à l'esprit placé !).

9782012710559-001-X_0

Alors c'est quoi l'histoire ? Contrairement au folklore traditionnel, dans ce film, les trolls sont de petites créatures de la taille de fées ou de lutins, extrêmement colorées, toujours heureuses et ne pensant qu'à chanter, danser et faire la fête. Et je vous parle même pas de leur tignasse hirsute capable de faire des trucs absolument incroyables, un vrai délire capillaire ! Et tout le monde vivait tranquille et heureux jusqu'à l'arrivée des Bergens. Les Bergens sont des créatures aussi grises que les Trolls sont colorés, fort moches et jamais heureuses, jusqu'au jour où l'un d'entre eux ... mangea un troll. Dès cet instant, les Bergens se sont persuadés que la seule façon pour eux de connaître le bonheur, c'est de manger un troll et chaque année, le jour du Trollstice, ils ne se gênent pas pour le faire.

Seulement voilà, pour le premier Trollstice du jeune prince Bergens dont j'ai oublié le nom, il fut décider qu'il allait manger la princesse Troll Poppy. Vous pensez bien que le roi Troll ne pouvait pas laisser faire ça. Voilà donc tous les Trolls, qui étaient jusqu'alors retenus prisonniers à Bergenville, qui se font la malle et trouvent refuge dans la forêt où il vont réussir à se cacher pendant des années. Comme on s'y attend, les Bergens vont finir par leur remettre la main dessus, par la faute de Poppy évidemment, et notre courageuse (et atrocement culpabilisée) princesse va partir à la rescousse de ses amis enlevés. Pour mener sa mission à bien, elle s'octroie, en utilisant des moyens aussi machiavéliques que répréhensibles, l'aide de Branche, le seul Troll malheureux angoissé chronique allergique au câlin, à la danse et au chant du monde. Et on s'arrêtera là pour le résumé, je vais pas voir raconter toute l'histoire non plus.

Ok la Puce mais dis un peu, c'était bien ce film ? Était-ce bien ? En fait, ça dépend de quel point de vue on se place parce que soyons clair, ce film est trèèèès loin d'être un chef d'oeuvre du genre. L'histoire est convenue et pas bien riche, on devine la fin presque tout de suite et à part que le bonheur se trouve au fond de chacun de nous, il n'y a pas grand message à en ressortir (bon, c'est un excellent message quand même alors crachons pas dans la soupe). Mais si vous et/ou vos enfants aimez le disco, les vieilles chansons anglo-saxonnes en VO et en VF (oui, parce que certaines sont chantées en français et d'autres pas mais sous-titrées ce que je trouve quelque peu aberrent pour un film destiné à des enfants se sachant pas encore lire mais bon passons), le scrapbooking, les arcs en ciel et les cupcakes, ce film est fait pour vous. Perso, j'aime bien le disco et je dois avouer que par moment, je me serai bien levée pour m'éclater sur le dancefloor. Et si j'en crois l'enthousiasme des monstros, ils auraient bien fait pareil. En gros, c'est un gentil petit dessin animé sympa quand on apprécie la musique (parce qu'il y en a vraiment vraiment beaucoup, ça tire très nettement sur la comédie musicale) et qu'on n'est pas exigent sur l'originalité de celle-ci (vu que c'est tout du réchauffé de tubes du temps jadis) et qu'on a un coeur d'artichaud pour s'émouvoir comme il se doit aux passages adéquats, ce qui est généralement le cas des jeunes enfants. Mais ne vous attendez surtout pas à un grand moment de cinéma, vous seriez très déçu.

Ah si, j'oubliais un détail fondamental. Si votre monstros est en pleine phase scatologique, n'y allez SURTOUT pas. Non parce que voir un Troll entièrement en paillettes argentées passer son temps à péter (désolée, j'ai pas d'autres mots) des paillettes avec son derrière pour arroser tout le monde lors des méga fiestas troll, je vous raconte pas l'effet que ça a sur le monstros en question. Perso, Azraël a passé le reste de l'après-midi à me présenter ses fesses en me disant qu'il m'arrosait de paillettes. Des instants mémorables je vous assure (mais qui n'ont pas duré ouf !).