Pendant 15 jours, Gargamel nous a fait l'extrême plaisir d'arrêter un peu ses sempiternels refrains issus de jeux vidéos et de dessins animés. Fini le générique de Trotro en boucle, alléluia. Mouais, bof, pas vraiment en fait. Car en remplacement, on a eu droit à ça.

Maman, je veux Mario s'il te plaît maman.

Mario ? Euh, mais lequel tu veux. Cherches dans le placard.

(oui, l'ensemble des jeux pour les DS des monstros sont dans le même placard que l'ensemble de leurs DVD et ça commence à faire du monde)

Maman, il est où Marioooooooo !

Ben t'as regardé dans le placard ?

Il est où Marioooooooooooooooooo !

Ça, c'était pendant les 4 premiers jours. On a eu beau sortir l'intégralité de la collection de jeux des monstros, rien à faire. Gargamel appelait désespérément Mario et se révélait incapable de nous expliquer son problème. C'est là que j'ai eu l'idée de poser LA question qu'il fallait pas.

Mais Gargamel, je comprends pas ! Tu veux un nouveau de Mario ?

OUIIIIIIIIIIIIII ! Je veux Mario. Mario au magasin !

(où encore, en version développée, maman emmènes moi au magasin qu'on aille acheter un nouveau jeu et fissa fissa)

Et là, on s'est heurté à un gros problème. C'est qu'il les avait déjà tous les jeux avec Mario sur la DS. On a eu beau expliquer, raisonner, se fâcher, tous les jours, c'était le même refrain. Gargamel appartenant à la catégorie des joueurs hyper doués capables de te finir un Super Mario Bros avec 230 vies d'avance en moins d'une semaine, il avait fait le tour de ce qu'il avait sous la main et il s'ennuyait. Et comme en plus, c'est un pro du visionnage de vidéo sur Youtube, il était parfaitement conscient qu'il existait d'autres jeux avec le célèbre plombier, il n'avait juste pas compris qu'ils fonctionnaient avec d'autres consoles. Et ça en était arrivé au stade des crises de larmes de sa part sous l'effet de la frustration et de l'incompréhension et de la mienne sur l'effet de l'exaspération. On a bien tenté de résoudre le problème en sortant nos vieilles consoles de salon d'il y a plus de 15 ans, manque de chance, elles étaient toutes HS.

Alors après 10 jours à ce régime, j'ai craqué et j'ai emmené Gargamel au magasin constater de visu qu'il n'y avait pas de nouveaux jeux pour lui. Risqué oui, je sais. Mais on avait prévu le coup et après en avoir longuement discuté avec Chéri, on s'était dit que ça faisait maintenant 3 ans qu'on refusait de céder aux demandes de Gargamel pour une console de salon et que cette fois, il la demandait, on dirait oui, ce qui n'a pas loupé évidemment. On est donc reparti avec une Wii U, quelques jeux et tout ce qu'il faut pour qu'Azraël puisse également en profiter (c'est vrai quoi, vu le prix, y a pas de raison).

Parmi les jeux rapportés ce jour-là, il en est un que je n'aurais jamais choisi moi-même mais sur lequel Gargamel s'est littéralement jeté, comme s'il savait exactement ce que c'était, repoussant toute autre proposition quand je lui expliquais que sur les 6 qu'il aurait voulu que je prenne, il n'avait droit qu'à un seul (ben oui, je ne suis ni un pigeon ni crésus quand même). C'est quoi ce jeu ? C'est MARIO MAKER. Et j'ai vite compris pourquoi Gargamel le voulait. Avec ce jeu, il avait le contrôle ABSOLU de ce pauvre plombier et de tout son environnement. Oui, de TOUT ! Pour un enfant TED, un peu obnubilé du contrôle, avouez que c'est franchement tentant. C'est donc avec un sentiment de toute puissance que Gargamel a pu construire le niveau dans lequel Mario allait évoluer, positionnant à sa guise obstacle, monstres, surprises, récompenses et passages secrets, pouvant interrompre à sa guise la progression du personnage pour modifier ce qui ne lui plaisait pas et reprendre la partie à l'infini de l'endroit exact de son choix ! Si c'est pas beau ça.

Petit exemple de Gargamel jouant puis modifiant le niveau où évolue notre plombier.

J'aime autant vous dire que l'effet maître du monde dieu le père a rapidement contaminé son petit frère qui n'a pas perdu de temps pour comprendre le pourquoi du comment de la chose et se mettre lui aussi à martyriser ce pauvre plombier.

Azraël m'expliquant comment on doit créer le niveau où va évoluer Mario.

Et depuis, on a à nouveau la paix à la maison. Mouais, bof, pas vraiment en fait. Maintenant c'est la guerre entre les monstros parce qu'ils peuvent jouer à 2 à Mario Kart et qu'il n'y en a pas un qui accepte de perdre face à l'autre. Pitiéééé, achevez moi !