Il y a quelque temps, nous avons eu la chance d'aller voir Yéti et Compagnie, le dernier film d'animation des studios Warner, en avant première dans le cinéma pas loin de chez nous. Et si je dis la chance, c'est qu'il s'agit probablement de la meilleure séance de ciné à laquelle j'ai assisté en compagnie des monstros. Non mais imaginez un peu. Toute une séance sans qu'Azraël me bombarde de questions à propos de ce qui était en train de se dérouler et sur ce qui allait se passer ensuite (puisqu'il est évident que je connais par coeur tous les films de la création, y compris ceux auxquels leurs auteurs n'ont même pas encore pensé). Toute une séance avec un Gargamel tellement pris par l'histoire qu'il en avait oublié de me réclamer la sacro-sainte tablette et qu'il criait et trépignait en même temps que les personnages, vivant l'histoire à fond les ballons ! Au point que j'étais régulièrement obligée de lui rappeler qu'on était au ciné et qu'au ciné, on reste calme et silencieux.

yeti et compagnie

Et pourtant, elle n'est pas vraiment mémorable cette histoire. La preuve, je serais bien en peine de vous en donner les détails ni même simplement de me rappeler les passages qui m'ont fait bien rire. Ce qui n'a nullement empêché les monstros d'être proprement captivés, et moi de passer mon temps à rigoler. Bref, on est ressorti de la séance avec une banane jusqu'aux oreilles et une pêche d'enfer. Comme quoi !

Je vous rassure, je me rappelle tout de même de quelques trucs alors je vais vous en faire profiter.Yéti & compagnie raconte l'histoire de Migo, un jeune yéti destiné à devenir sonneur de gong comme son père, un travail essentiel puisque, comme chacun sait, si on n'a pas un coq sous la main, seul un sonneur de gong peut faire lever le soleil. Eh oui, on a de drôles d'idées chez les yétis. Migo, donc, jeune yéti bien sous tout rapport (quoi qu'un peu trop curieux peut-être) secrètement amoureux de la fille du gardien des pierres, le chef du village et garant des lois, voit sa vie bouleversée le jour où un avion lui tombe littéralement dessus. Pourquoi donc ? Mais parce qu'il y découvre un être légendaire : le "petit pied". Malheureusement pour lui, ce dernier disparaît avant qu'il puisse apporte la preuve de sa découverte au village et il se retrouve banni. C'est que les pierres disent que les petits pieds, ça n'existe pas et qu'on rigole pas avec les pierres. C'est vrai quoi, quand c'est gravé dans la pierre, ben c'est gravé dans le marbre et puis c'est tout ! Déterminé à retrouver sa place au village, Migo va vite se retrouver enrôler par une équipe de bras cassés ayant formée un club secret déterminé à prouver l'existence de cette créature mythique qu'est le petit pied.

Parallèlement à la quête de Migo, nous avons celle de l'humain sur lequel il va tomber lors de ses recherches et dont j'ai complètement oublié le nom. Cet humain, ancien animateur à succès d'une émission animalière, a vu progressivement son émission perdre en audimat (et son intégrité chuter de façon proportionnelle) et cherche à présent par tous les moyens, y compris les vidéos truqués, à renouer avec le succès.

Ce film raconte cette rencontre et toutes les conséquences qu'elle va avoir : comment elle va changer la vie de nos 2 héros, comment elle va mettre au jour les mensonges du gardien des pierres, comment elle va bouleverser les croyances de yétis et des humains. Contrairement à souvent, il n'y a pas de méchants dans cette histoire. Si si, je vous jure. Bien évidemment, on n'échappe pas à l'avalanche de bons sentiments mais au delà de cela, ce film nous explique qu'il faut savoir se montrer curieux, chercher à comprendre le monde qui nous entoure, avoir l'esprit ouvert et que l'ignorance ne rend pas nécessairement bienheureux. Le tout avec énormément d'humour.

Bref, si vous cherchez une sortie ciné sympa à faire en famille, n'hésitez pas. Chez nous en tout cas, l'enthousiasme a été telle que Gargamel me réclame déjà le DVD pour pouvoir le regarder à nouveau et se montre désespéré à l'idée qu'il va devoir l'attendre un bon moment.