Oyé oyé gentes dames et gentils seigneurs, le chevalier La Puce est enfin de retour des croisades ! Mais oui ami(e) lecteur(trice), souviens-toi ! Au mois de novembre dernier, le chevalier La Puce avait entrepris une croisade afin de terrasser le terriiiiible dragon Administration et la sorcière MDPH. Non, tu te rappelles pas ? Bon alors va lire ça pour les détails. Sinon, en résumé et pour faire court (qui vient de dire que je suis incapable de faire court ? Qu'il ose se dénoncer pour voir !), on s'était aperçu en début d'année scolaire que Gargamel était sensé quitter son ULIS École en juillet sans avoir aucune place dans un quelconque établissement pour la prochaine rentrée sachant que, pour lui avoir une place quelque part, les délais d'attente varient de 2 à 4 ans selon l'établissement spécialisé envisagé. En gros, c'était l'angoisse et nous nous étions quitté sur un insoutenable suspens.

Aujourd'hui, après plusieurs mois de combats titanesques dignes d'une super production hollywoodienne, nous allons enfin entamé un nouveau chapitre de notre conte de fée. Le prince Gargamel va-t-il pouvoir poursuivre son éducation princière ? Le chevalier La Puce va-t-il découvrir la cachette du Saint Graal ? Notre conte de fée va-t-il avoir une fin heureuse ? Est-ce qu'il y aura de la mousse au chocolat à la courgette pour le désert ce soir ? Vous le saurez en lisant ce qui suit.

Le chevalier La Puce était donc parti en croisade, assisté de l'enchanteresse Enseignante Référente et de la bonne fée Super Ortho mais lâchement abandonné par l'enchanteur Hôpital de jour. Si l'objectif a long terme du chevalier était de trouver le Saint Graal (pour mémoire à ceux qui se poserait la question, le Saint Graal est une place en IMPro pour le prince Gargamel pour ses 14 ans soit dans 4 ans maintenant), l'urgence restait de lever le mauvais sort lancé par le dragon Administration et la sorcière MDPH, un mauvais sort visant à priver notre petit Prince du droit de poursuivre son éducation princière auprès de Maîtresse Adorée. La lutte fut acharnée, presque désespérée par moment. Affaibli par l'absence de l'enchanteur Hôpital de jour, seul enchanteur du royaume à connaître la formule magique du "Bilan d'évaluation", le pauvre chevalier La Puce ne dut son salut qu'à un contre-sort lancé par une copine fée de Super Ortho, le "Bilan cognitif". Armé de la formule idoine, notre chevalier s'élança vaillamment sur le champ de bataille jonché de papiers bouillons et autres tentatives de dossier MDPH avortés, taillant dans le vif à grand coup de plume affûtée. L'encre coulait à flot (tout comme les carrés de chocolat noir à 90% parce qu'on trouve le réconfort où on peut quand on est au régime IG bas), Administration semblait mortellement blessé mais MDPH faisait encore de la résistance quand soudain .... mais oui, cette lumière si pure, ces trompettes qui résonnent ... c'était bien cela, la victoire était acquise. Le dragon Administration était vaincu et la sorcière MDPH venait de s'incliner.

Après un combat héroïque, notre preux chevalier revenait donc de croisade auréolé de gloire (et les yeux tout humides de larmes de soulagement). Le petit prince Gargamel allait pouvoir rester à l'académie royale ULIS école. Mieux encore, s'il n'avait pas découvert le Saint Graal, La Puce rentrait avec une carte au trésor indiquant le possible emplacement de ce dernier (ou encore, en langage ordinaire, une notification permettant d'entreprendre les démarches administratives en vu de la poursuite de la scolarisation de Gargamel.

Autrement dit pour ceux qui auraient un peu de mal avec les contes de fée, j'ai remporté cette première bataille. On a gagné un an pendant lequel Gargamel va pouvoir rester dans sa classe actuelle et grâce à ma notification, je devrais pouvoir dès à présent entamer les démarches pour lui trouver une place dans un établissement spécialisé pour la rentrée 2018 (ça fait juste niveau délai mais au moins, c'est jouable cette fois). Bref, la guerre n'est pas encore gagné mais ça ne m'empêche nullement de savourer cette victoire. Avec un peu de chance, je vais même pouvoir recommencer à dormir la nuit (non parce que même si c'est sympa d'avoir des soirées assez longues pour enchaîner cuisine, couture, tricot et lecture d'un harlequin entier, faire des nuits de 3-4 heures maxi à la longue, ça fatigue un chouia quand même).

Bon allez, c'est pas tout ça, mais j'ai des enchanteurs et des fées à prévenir moi, histoire de préparer la suite de cette petite guerre d'usure. Haut les coeurs, on va y arriver ! Dans la vie, faut jamais jamais jamais désespérer ! Même s'il n'y a pas de mousse au chocolat à la courgette au dîner mais bon, on peut pas tout avoir non plus !

on la fait

Oui oui oui, on l'a fait, on l'a eu, on a gagné !

Glossaire à l'usage du parent débutant qui se demande bien ce que c'est qu'un bilan d'évaluation et un bilan cognitif.

Bilan d'évaluation (ou compte-rendu c'est pareil) : document d'une ou plusieurs pages sur lequel l'hôpital de jour note l'évolution de l'enfant, les points forts, les points faibles et donne son avis sur la suite du traitement et l'orientation scolaire à envisager, voir, quand on est super veinard, pose enfin le diagnostic du handicap dont il souffre. Autant dire que si vous n'en avez pas à joindre à votre dossier MDPH, vous entamez sérieusement votre capital "chance de succès".

Bilan cognitif : c'est un bilan réalisé par une psychologue homologuée pour ce type de bilan (sans être un oiseau rare, ça se dégote pas comme ça) et qui coûte bonbon. Perso, j'ai dû débourser 300€ pour le mien (enfin, celui de Gargamel). Ce bilan permet d'évaluer votre enfant sur le plan cognitif, c'est-à-dire ses capacités à s'exprimer, à raisonner, à apprendre etc ... En gros, ça ressemble à un test de QI, ça peut en être un mais pas forcément, tout dépend de la nature et du niveau de handicap. Sans un tel bilan, jamais la MDPH ne se prononcera sur une orientation scolaire puisqu'il va définir la capacité d'apprentissage de l'enfant.

En résumé, pour une orientation scolaire, un bilan cognitif est indispensable, le bilan d'évaluation de l'hôpital de jour est un plus indéniable mais si vous êtes à court d'énergie, c'est sur le premier qu'il faut se battre pour l'obtenir. Le second est nettement moins indispensable, surtout si d'autres professionnels de santé suivent votre enfant et vous donne leur propre bilan à verser au dossier.