lundi 29 juin 2015

Mise au parfum

Il y a quelques jours, au beau milieu d'une séance intensive de surf sur le site T&N.

Ben, mais pourquoi qu'on cause de cadeaux home made pour les maîtresses ? C'est pas maintenant la fin de l'année.

Ah tiens, au fait, c'est qu'ils finissent l'école les monstros ?

Le 3 juillet.

Euh, tu sais que c'est dans moins de 15 jours alors ?

De kouuuuâ ! Non mais ça va pas du tout ça ! Et je leur offre quoi moi aux maîtresses ! Couturuuuuuus, Bricoluuuuuuus non mais qu'est-ce que vous fichez ?

C'est vrai ça. Quitte à se faire squatter par des démons, autant qu'ils se rendent utiles. Et depuis le temps, ils devraient savoir que j'ai aucun sens du temps qui passe et qu'il faut en permanence me rappeler les échéances importantes!

Mais, euh, c'est si important que ça de leur offrir un truc aux maîtresses ?

Tu rigoles là ? Tu poses pas sérieusement la question ?

Ben si.

S'en est suivi une petite explication de texte spécial instit (faut dire que j'ai une hérédité chargée de ce coté bien que je ne sois pas instit moi-même) à Chéri qui avait momentanément oublié que les monstros ont un caractère de chien doublé d'une énergie quasi inépuissable et que les autres gamins de leurs classes respectives sont plus ou moins du même modèle. Et qu'en conséquence, être instit est plus qu'un métier, c'est un sacerdoce qui devrait conduire instantanément à la cannonisation (je parle ici évidemment des instits qui sont bien et pas de la minorité à laquelle j'ai malheureusement eu le déplaisir d'avoir affaire il y a quelques années). Bref, qu'elles ne l'ont pas volé leur petit cadeau de fin d'année scolaire.

Mais ce n'était pas cette chtite mise au point qui faisait avancer mon problème. Hors de question d'aller écumer les magasins : j'y trouve rarement des trucs qui me plaisent  (et je suis pas capable d'offrir un truc qui me plairait pas) à des prix raisonnables (ben oui, faut pas pousser quand même) et en plus, j'avais pas vraiment le temps. Certes, à Noël, j'avais réussi à faire pratiquement tous mes cadeaux de mes blanches mimines mais là, avec moins de 15 jours, ça me paraissait un peu compromis (surtout que j'avais d'autres trucs de prévu à coudre).

Hum hum !

Hien ? Qu'est-ce que c'est ? T'es qui toi déjà ?

...

(soupir démoniaque légèrement contrarié)

Aromathus Démonicus voyons.

Oui ben c'est pas trop le moment là. Je cherche des idées de trucs rapides à coudre pour les maîtresses. Les monstros et Chéri ont tout ce qu'il leur faut merci !

Ben justement.je te rappelle que t'as tout un stock d'huiles essentielles et de produits pour faire des cosmétiques. Et ça, ça prend seulement une ou 2 soirées à faire !

Ah mais c'est vrai ça !

Et puis, l'été arrive. Le baume pour coups de soleil, c'est sûr que ça ferait un cadeau sympa. Et là, y a une recette de lait après soleil qu'est très bien aussi. Ou alors une petite huile de massage nourrissante et relaxante, c'est pas mal non plus non ?

Argh, l'idée était plus qu'intéressante mais comment choisir parmi toutes ces merveilles laquelle réaliser. Incapable de me décider (suis sûre qu'Aromathus l'a fait exprès), j'ai finalement décidé de tout faire mais en petite quantité. Face au succès de son collègue, Couturus s'est évidemment vexé et a tenu à ajouter son grain de sel. Les emballages aussi seraient donc fait maison : de petits sachets en chute de tissu et de ruban et leurs étiquettes nominatives en tissu également. En moins d'une semaine, produits et emballages étaient confectionnés, offerts et apparemment grandement appréciés. Et je parle même pas de la fierté des monstros à faire leur distribution de petits cadeaux.

IMG_1095IMG_1094

Les cosmétiques maison préparés pour les maîtresses et les ATSEM

IMG_1096IMG_1097

La notice descriptive glissée dans les sachets résumant les principales propriétés des produits et gros plan sur une des étiquettes faites maison

IMG_1099

Un assortiment de sachets cadeau.

IMG_1101IMG_1102

Gros plan sur les sachets pour qu'on puisse admirer la variété des chutes de tissus utilisées : double gaze, coton japonais, liberty et microfibre.

 

Posté par reyhaziel à 23:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 26 juin 2015

Mais pourquoi tu couds ?

Ah, la joie des fins d'année scolaire quand on est à la fois parent et enseignant-chercheur vaguement impliqué dans la vie d'administrative de son école ! Mes journées sont actuellement rythmées par les sorties scolaires des monstros (seulement 5 de prévu pour la semaine prochaine, autant dire que je veux bien être gentille mais qu'on ne me verra pas aux 5), les conseils d'administration et autres, les commissions d'admission de nouveaux petits nétudiants, les entretiens avec les dits nétudiants, les derniers examens et les premiers rattrapages sans compter toutes les réunions annexes parce qu'avec les vacances qui arrivent, on sait pas quand est-ce qu'on va pouvoir passer 3h30 d'afilée à palabrer de sitôt ! Sans oublier que j'ai déjà tout le planning de Gargamel à prévoir pour la rentrée prochaine. Eh oui ma bonne dame, ça se programme dès maintenant pour placer les différentes séances de soin entre les demi journées à l'hôpital, trouver les taxis pour les transports et prévenir la maîtresse qu'elle pourra espérer le voir le reste du temps. Le pied total quoi !

Du coup, mes collègues n'arrêtent pas de m'entendre ronchonner parce que j'ai les cadeaux des maîtresses à finir (c'est que, depuis Noël, je suis restée à fond dans mon trip "rien que du fait maison"), les pantalons des monstros à faire, des robes et des tuniques à coudre pour faire des cadeaux et que je suis DE BOR DEE ! Alors forcément, au bout d'un moment, on m'interroge.

Oh, c'est joli ça. C'est toi qui l'a fait.

Hum, oui oui.

Mais tu fais tous tes vêtements alors maintenant.

Oui, à peu près. Et j'essaie de faire ceux des enfants aussi.

Et tu fais quoi en ce moment.

Ah ben je viens de finir les costumes de la fête de l'école d'Azraël et là, je m'attaque à une robe à offrir pour sa fête à une petite fille. J'espère l'avoir fini bientôt parce que j'aimerais l'envoyer cette semaine.

Non mais ça doit te prendre beaucoup de temps ! Pourquoi tu t'embêtes ?

Et voilà la grande question récurrente qui revient à chaque fois qu'on découvre que je fais de la couture. Mais pourquoi donc est-ce que je "embête" à coudre ?

Alors d'abord, soyons clair, je ne m'embête pas. J'ai beau être une grosse poire par moment, je ne suis pas masochiste au point de pratiquer de façon intensive une activité qui me casserait prodigieusement les pieds. Non, ce qui m'embête, ce serait plutôt que les monstros viennent me déranger quand je m'installe à ma machine ou que Chéri me fasse comprendre que non, décidément, il n'arrive pas à suivre son film quand je couds et qu'il serait de bon ton que je laisse tomber. J'envisage d'ailleurs sérieusement de demander l'asile couturesque à Couturus Démonicus et à le suivre dans sa dimension démoniaque avec tout mon matos histoire de pouvoir oeuvrer enfin tranquille.

Ensuite, je couds pour me passer les nerfs (toujours aussi fragiles aux dires de certains mais que j'ai d'acier aux dires d'autres alors allez savoir) parce que les livres repose-neurones, c'est bien mais à force, ça vous ramollit le cerveau. Non mais imaginez un peu qu'il n'y a pas longtemps je me demandais quel effet ça faisait de danser la valse pour de vrai dans les bras d'un lord anglais ! A ce niveau d'atteinte cérébrale, il n'y a pas, faut se sevrer de romance historique dare dare (ou demander à la fée Pupuce de transformer Chéri en lord anglais mais je soupçonne le cas d'être désespéré et de largement dépasser ses compétences) ! Certes, je pourrais passer à une lecture nettement plus intellectuelle (je l'envisage d'ailleurs) mais la couture présente l'avantage de me vider tout aussi bien la tête et surtout elle me permet de créer quelque chose. Alors au final, j'en retire nettement plus de satisfaction.

Ce qui m'amène à la dernière raison, mais pas la moindre, pour laquelle je couds. Je couds parce que j'aime ça, j'aime créer un vêtement et m'admirer ensuite dedans (ah vanité, quand tu nous tiens !), j'aime regarder le visage des enfants de la classe d'Azraël s'illuminer à la vue de leurs costumes, j'aime le sentiment de fierté d'Azraël parce que sa maman a fait tout ça pour lui et ses copains (et qu'il sait qu'il va pouvoir aller frimer devant tout le monde), j'aime la joie qu'expriment les monstros quand je leur donne un nouveau pantalon à essayer (comme Azraël ce matin dont l'air extasié devant son pantalon d'anniversaire à l'école valait bien que je passe toute ma soirée à le lui faire). Ça me console, ça m'apaise et ça me remonte le moral. Alors quand ça va pas, je couds, pour moi et pour toutes les personnes à qui cela pourrait faire plaisir. Et en ce moment, je ne vous le cache pas, je couds beaucoup, autant que je peux, jusqu'à ne plus pouvoir penser, et ça me fait du bien. Du coup, j'ai tout plein de choses à vous montrer, aujourd'hui et dans mes prochains posts.

Parmi les tissus que j'aime le plus coudre (en dehors du Liberty mais il est hors catégorie), il y a la gaze double de coton dont j'ai déjà fait l'appologie quand je me suis cousu un petit ensemble. Et il y a plusieurs mois, quand j'ai vu ce coupon avec des pâtisseries miniatures imprimées dessus, j'ai tout de suite imaginé une jolie petite robe d'été pour une adorable petite fille. Bien sûr, vous me connaissez, j'ai craqué et j'ai acheté le coupon.

Pour le choix du modèle, j'ai fait un mix entre la robe J et la robe L du livre Vêtements de filles pour concert, un livre dont je rêve de coudre les robes depuis un sacré bout de temps. Entre parenthèse, à moins de lire couramment le japonais, ce livre est à oublier pour les débutantes. Il contient certes plusieurs pas à pas mais il est très difficile de retrouver à quels modèles sont destinés les différentes explications et les photos sont bizarrement moins claires que les schémas faits habituellement (enfin, ce n'est que mon opinion). Normalement, les différentes robes du livre sont des "robes de soirée" pour petites filles et elles sont toutes doublées. Dans mon cas, faire une doublure aurait fait perdre beaucoup de son charme et de son intérêt à l'utilisation de la gaze de coton et je n'ai donc pas doublé la partie jupe. Par contre, pour la partie corsage, afin d'avoir de belles finitions, j'ai réalisé une doublure dans les chutes de mon voile de soie et coton utilisé pour ma robe de cocktail. Et pour faire un peu plus habillé, j'ai ajouté une belle bordure de dentelle bleue marine contrastante au niveau de la ceinture.

il_570xN

Voilà la couverture du bouquin et le modèle présenté est justement le modèle J

Pas de difficulté technique particulière sauf pour la pose de la fermeture éclair dont je me demande si j'arriverai un jour à les poser correctement. Je suis particulièrement fière de ma bordure de dentelle dont le raccord au dos tombe parfaitement pour une fois ! Il ne reste plus qu'à espérer que je ne me suis pas trompée dans la taille et que cela plaira à la demoiselle. Pas de photo portée cette fois, Gargamel ayant obstinément refusé de jouer les mannequins (on se demande bien pourquoi) à la plus grande satisfaction de Chéri (on se demande bien pourquoi aussi).

IMG_1079IMG_1088

Devant et dos de la robe

IMG_1082IMG_1089

Gros plan sur l'encolure devant et dos avec les petites manches que j'adore

IMG_1085

Un zoom sur la bordure de dentelle (semblerait que je sois vraiment une fan de dentelle moi)

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 23 juin 2015

Et Gargamel alors ?

Hum ? Oui ? Vous avez dit quelque chose ? Hein ? Comment ça j'exagère ? Comment ça il n'y en a que pour Azraël ? Je suis une mère indigne qui ne dit pas un mot sur le spectacle de fin d'année de Gargamel ?

Meuh pas du tout. C'est juste que cette année, la classe de Gargamel n'a pas fait de spectacle. Enfin, pas vraiment. Et puis si je vous avais tout mis dans le même post, il aurait été définitivement trop long. Mais s'il n'y a pas eu de spectacle, qu'ont donc fait les élèves de la CLIS pour la fin de l'année vous demandez-vous ? Et bien ils nous ont fait une exposition de leurs chefs d'oeuvre.

Eh oui, car pendant plusieurs mois, ils sont allés une fois par semaine à la MJC près de l'école pour suivre un atelier de poterie. Et quand on sait que, petit, Gargamel ne supportait pas de toucher à la pâte à modeler (et qu'il s'y refuse toujours obstinément à la maison), on était en droit de se demander ce qui allait bien pouvoir en ressortir. Bien sûr, comme prévu, les débuts furent difficiles. Rendez-vous compte ! Une nouvelle activité (beurk) qui oblige en plus à mettre les mains dans un truc gluant et humide (rebeurk) et à le malaxer (triple beurk). Brrrrrrr, quelle horreur ! Mais petit à petit, grâce à la patience des animatrices, le sieur Gargamel s'est laissé apprivoiser et finalement, le résultat est loin, très loin d'être ridicule (et en tout cas, il n'a rien à envier à ses petits camarades). Admirez plutôt !

 IMG_0273IMG_0274

Un joli pot

IMG_0276

Un chouette hibou

IMG_0277

Un arlequin

IMG_0278

Et un autoportrait

En guise d'introduction avant le vernissage, la maîtresse avait organisé, un peu au dernier moment, une sorte de scènette où les enfants racontaient ce qu'ils avaient fait pendant l'année : lecture aux nains et cendrillons du royaume de Moyenne Section, atelier chocolat au royaume de Petite Section, théâtre pour certains etc ... . Chaque enfant avait son petit moment de gloire, Gargamel un peu moins que les autres mais bon, vu qu'il n'est pas très causant quand il faudrait (oui parce que quand il faudrait pas, c'est fou tout ce qu'il peut hurler raconter), cela n'avait rien d'étonnant ni de choquant. On ne peut donc pas dire qu'il ait fait une prestation grandiose sauf que .... eh en quelque sorte si. Car voilà, ce n'est pas la performance en elle-même qui a été remarquable mais plutôt son absence.

Non mais qu'est-ce que tu nous raconte là, la Puce ? C'est n'importe quoi ce que tu dis ! Non non, c'est très clair en fait. Car voyez vous, année après année, le spectacle de l'école n'est rien d'autre qu'une véritable torture que je continue pourtant à m'infliger en priant qu'un miracle se produise. Dans le meilleur des cas, Gargamel se plante dans un coin et ne fait rien. Dans la majeure partie des cas, il crie, râle, gêne tout le monde, quand ce n'est pas encore pire que ça. Sans oublier qu'il s'arrange aussi pour perturber le spectacle des classes passant avant ou après la sienne (et parfois même les 2). Bref, dans le domaine du "comment vous pourrir votre fête de l'école en moins de 30 secondes", ses performances ont toujours été époustouflantes (et je tiens à remercier ses maîtresses d'avoir continué à lui laisser sa chance et les autres pour leur tolérance).

Mais cette année, je sais pas, il avait dû trouver un lexomil qui traînait et le prendre avant de partir parce que ça a été le calme plat. Oui, bon, pas si plat que ça le calme. On a quand même eu droit à la Pat'Patrouille par moment mais, dans l'ensemble, il est resté sagement à sa place sans mettre le bazar et ça, je vous prie de croire que c'était un ÉNORME progrès. Allez, quelques moments choisis !

On se prépare, on laisse la maîtresse tout mettre en place et on reste assis sagement, non mais vous avez vu, on reste AS SIS !

On laisse les copains faire leur présentation sans mettre le bazar, mais sans oublier que la Pat'Patrouille pourrait avoir besoin de nous.

Et enfin on a son petit moment de gloire à l'issu duquel on n'oublie pas de remercier (abondamment). Et on oublie pas la petite chanson pour la fête des pères.

Si vous ajoutez à ça que les monstros ont pu en sus profiter pour la première fois des jeux de la kermesse, ce fut sans conteste la meilleure fête de l'école qu'on ait eu jusqu'à présent.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 21 juin 2015

Libérééééée, délivrééééée ...

... Pupuce ne coudra plus jamais ais ais ... euh, ben si en fait, elle continuera vu qu'elle aime trop ça ! Mais c'est une autre histoire. Attaquons nous donc plutôt à ce qui est vraiment important, le 3ème opus de la trilogie des aventures fabuleuses de la fée Pupuce et du mage noir Azraëlus (pour les 2 premiers opus, c'est ici et ).

Il était donc une 3ème fois, au pays de Moyenne Section, 9 nains et 8 cendrillons qui, grâce aux costumes magiques confectionnés par la fée Pupuce, étaient devenus de séduisants princes et de non moins splendides princesses des bonbons. Hein ? De quôa ? Notre envoyé spécial sur place nous informe à l'instant qu'un incident magique a eu lieu ! Une potion se serait renversée sur le livre de conte en transformant la fin (sûrement un coup d'Azraëlus ça !). Pas princes ni princesses en vue. Mais en quoi donc se sont finalement transformés nos nains et nos cendrillons alors? Quel sort funeste est devenu le leur ? Nous tremblons d'angoisse en imaginant le pire. Si si, ami(e) lecteur(trice), inutile de nier, tu trembles ! Attendez, j'aperçois un messager qui arrive. Horreur et damnation, le plus terrible est arrivé. Hein ? Mais non, ils n'ont pas tous disparus. C'est bien pire ! Ils sont tous malades, atteints d'une maladie extrêmement rare et hyper contagieuse ? Non non non, pire que ça encore !

Ils se sont tous transformés en ... aaaahh, j'ose pas le dire ... en ... en ... mannequins de haute couture voilà c'est dit ! Adieu donc valses viennoises et mariages romantiques avec des biches, des petits lapins et des oiseaux en guise de spectateurs. Bonjour le défilé de monde au son d'une musique endiablée. Quelle pitié quand même ! Je sais je sais, vous êtes horriblement déçu. Et histoire de vous mettre définitivement le moral dans les chaussettes, sachez que notre envoyé spécial nous a rapporté des images du désastre et que vous allez être obligé de les regarder vu que la potion qui a ensorcelé le livre de conte a également ensorcelé ce blog, provoquant une malédiction qui oblige tous les lecteurs à visionner entièrement toutes les vidéos jusqu'à la dernière seconde. Vous allez SOUFFRIIIIIIIIIIIR !

Bon, vous êtes remis du choc du visionnage. Tant mieux, car votre épreuve continue. Eh oui, car une fois leur défilé terminé, devenus trop vieux pour le mannequinat (si si, après 2h de pause déjeuner, on est vieux et faut songer à son avenir), nos 17 mannequins ont choisi de se reconvertir comme ... acteurs, ben oui, c'est la suite logique non. Et pas n'importe quel sorte d'acteurs en plus, des acteurs de théâtre !

 

 

Bizarrement, il semblerait que personne parmi la noblesse de Moyenne Section n'en ait voulu à la fée Pupuce pour cet incident, bien au contraire. On me glisse dans l'oreillette que plusieurs contes et ducs se seraient même extasiés et répandus en compliments devant l'excellence de son travail. Mais nous éviterons de le lui rapporter, il ne faudrait quand même pas que notre petite fée couturière chope la grosse tête. Les deux souveraines, positivement enchantées (c'est que agents de 17 mannequins sur les cartes de visite, c'est quand même autre chose que préceptrices de 9 nains et 8 cendrillons tout de même), ont donc condescendu à lui rendre sa liberté avec un petit cadeau bonux en prime.

Mais c'est au mage noir Azraëlus que je laisserais le mot de la fin, mot prononcé lorsque les souveraines ont rendu sa liberté à la fée Pupuce en lui offrant, en guise de récompense supplémentaire, des fleurs.

Ooooh, maman ! Bravo ! On a gagné le trophée !

IMG_1072

Il est chouette hein, le trophée

 

Posté par reyhaziel à 13:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

samedi 20 juin 2015

Azraël pose des questions ...

... et parfois, c'est un peu délicat.

Tous les soirs, le rituel est immuable. Azraël monte dans sa chambre, s'installe dans son lit et attend en faisant un gros bisou à son papa (et quelques bêtises en prime) que maman arrive pour lire l'histoire du soir avant de faire dodo. Et ce soir là, après un bisou sur une joue, suivi d'un bisou sur la seconde joue de Chéri, Azraël a décidé d'opérer une petite variante en poursuivant sa série de bisous.

Papa, papa, un bidou sur le nez !

Bon d'accord, mais c'est le dernier là.

Papaaa, un bidou sur le front !

Azraël, t'exagère là !

Mais me veut faire un bidou sur le front à papa.

Ok vas-y mais après tu écoutes maman.

Papa ? Me peux faire un bidou sur ta tête. Si te plaiiiiis.

...

(énorme soupir résigné de Chéri qui n'a jamais su dire non à un bisou)

Papa ? C'est quoi ça ? Pourquoi t'as pas de cheveux là ?

Euuuh ...

(et un Chéri bien embarrassé vu qu'il fait déjà le complexe de la photo prise en plongée, un)

Alors là, Azraël, tu vois, ça s'appelle une tonsure.

Une tonture ?

Oui, et c'est parce que papa réfléchit beaucoup dans son travail alors son cerveau il chauffe beaucoup et ça fait tomber les cheveux.

Aaah d'accooord.

Et maintenant on va raconter l'histoire.

Oui, je sais, je devrais avoir honte. Mais bon, on sauve les meubles comme on peut hein. Et Chéri a quitté la chambre mort de rire.

 

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


vendredi 19 juin 2015

La complainte de l'écrevisse

Le week-end dernier, il faisait super beau et c'était tant mieux vu qu'on avait invité des copains à la maison pour dévorer à belles dents les brochettes grillées sur le barbecue et jouer un remake de massacre à la tronçonneuse. Dans les rôles principaux, il y avait bien sûr Chéri mais aussi un de ses grands copains depuis la maternelle le lycée, j'ai nommé le Glouton, rapport à son coup de fourchette (ce que j'adore parce que j'ai toujours l'impression de faire la meilleure cuisine du monde quand il vient à la maison). Au programme, de la sueur, du sang et du découpage en rondelle à grand coup de tronçonneuse généreusement apportée par le Glouton.

Ah tiens, j'en vois qui s'affole au fond du blog, qui s'imagine déjà que, depuis le temps que je prédis l'infanticide, j'ai sauté le pas et qu'on a dégusté les monstros en brochettes pour effacer les preuves. Ben si vous voulez mon avis, vous faites une chtite overdose de Dexter là. Non mais qu'est-ce que vous allez vous imaginer ! Ce sont tout simplement 2 arbres du jardin qui ont obligeamment tenu le rôle des victimes dans notre super production.

Allons bon, maintenant ce sont les écologistes qui s'insurgent que de pauvres arbres aient été maltraités pendant le tournage. Ouais ben on se calme ! Le premier arbre était mort depuis 1an et demi (on a donc débité un cadavre et de toute façon j'en avais marre de me faire démarcher par tous les élagueurs de passage à son sujet) et le second cumulait une quasi absence de feuillage, une moitié complètement desséchée et une production de fruits non comestibles ressemblant étrangement à des cerises et qu'Azraël s'échinait à essayer de boulotter en douce au risque de tomber très malade. Alors écologie ou pas, il DEVAIT y passer ! Non mais des fois. Mais c'est pas le sujet d'abord.

Durant le week-end donc, nous avons passé énormément de temps dans le jardin, au plus grand bonheur des monstros qui ont passé leur temps dans la pataugeoire, au mien qui ait passé mon temps à côté d'eux à l'ombre à les surveiller mais nettement moins à celui de Chéri qui, lui, a passé son temps sous le cagnard à scier, débiter et mettre en sac les branches et troncs des 2 condamnés à la tronçonneuse. Et comme un fait exprès, il a oublié de mettre sa casquette. Et là, comment dire ... vous connaissez le joli tableau indiquant l'action du soleil sur les différents types de peau ? Ben Chéri, il est situé à la première ligne du tableau : peau blanche avec de nombreuses taches de rousseur (peau de roux quoi), brûle toujours ne bronze jamais. Alors à la fin du week-end, en plus du massacre à la tronçonneuse, c'était massacre aux UV ! Une belle écrevisse le Chéri. Mais le pire, c'est qu'avec lui, les premiers soleils ne s'arrêtent à la terre brûlée, non non, le lendemain, c'est l'éruption du Vésuve qui survient et elle dure plusieurs jours. Sa peau se couvre alors de centaines de boutons type acné, ce qui le traumatise profondément. Pensez donc, un grand ado boutonneux de 47 ans, il y a vraiment de quoi vous traumatiser un homme ! Alors dimanche soir ...

Quand-je-maperois-que-jai-perdu-ma-cl-USB-sur-laquelle-figurait-mes-livrets-remplis-aprs-une-semaine-de-boulot-de-dingue

Ça, c'est à peu près la réaction de Chéri quand il se rend compte que son front est rouge flamboyant.

 

Aaaaah, regardes, j'ai chopé un coup de soleil. Je vais encore être couvert de boutons !

Huuum ? Ah ben oui, on dirait bien.

T'aurais pas un truc à mettre ? Pour que j'ai pas de boutons ?

T'as de la chance, je viens juste de fabriquer un baume spécial coup de soleil. Avec des huiles essentielles et tout et tout.

(oui parce que je me suis lancée depuis peu dans la confection de cosmétiques maison en sus de l'aromathérapie)

Murfff !

(bruit de nez hyper dubitatif face à ma proposition)

Dois-je te rappeler l'effet quasi magique du baume pour les lèvres des monstros ?

Bon ok, vas-y.

(avec un grand soupir résigné)

Et me voilà donc à tartiner un Chéri guère convaincu mais suffisamment désespéré pour tenter le coup. Le lundi matin, après examen, aucun bouton en vue ce qui en soit tenait déjà du miracle. Le mardi matin, sortie relativement discrète de toute une série de petits points rouges, lesquels sont restés rouge jusqu'au mercredi soir où ils avaient tous disparu. Et le jeudi soir ...

Dis donc la Puce

Oui ?

J'ai l'impression qu'elle a bien fonctionné ta crême.

...

Tu pourras m'en remettre.

Ah là là, c'est beau la confiance moi je vous le dis !

Bon allez, comme je suis hyper sympa, je vais vous donner ma recette de baume, recette adaptée de celle trouvé sur le site de mon fournisseur préféré avec des explications sur l'action de ses différents composants. Allez, c'est parti !

Baume apaisant au Cyprès bleu

Composition :

  • 21.5 gr (24.5 ml) de beurre de kpangnan. Ce beurre a une forte action réparatrice et apaisante et fait moins de grumeaux que le beurre de karité.
  • 9 gr (10 ml) de macérat huileux de calendula. Le calendula est un anti inflammatoire très puissant qui possède également des propriétés antioxydantes, cicatrisantes et assouplissantes. Très utilisé pour soulager les problèmes cutanés, en particulier les irritations, crevasses et brûlures.
  • 9 gr (10 ml) d'huile végétale d'amande douce. Bien connue des mamans pour les massages des tous petits, cette huile a des vertues adoucissantes et apaisantes.
  • 3.5 gr (4 ml) de dicaprylyl carbonate. Malgré son nom très "chimique", c'est un composé 100% végétal. De la classe des émollients (substance permettant une meilleure pénétration des produits dans les tissus), non comédogène, il rend les produits finis plus pénétrants et moins gras au toucher.
  • 18 gouttes de bisabolol. Composé actif tiré de la camomille, le bisabolol a de puissantes propriétés apaisantes et cicatrisantes. Il est recommandé pour les peaux sensibles.
  • 4 gouttes de vitamine E. Reconnue pour son action anti-âge, la vitamine E est utilisé ici en tant que conservateur pour préserver la préparation du rancissement.
  • 16 gouttes d'huile essentielle de Cyprès bleue. Huile rare, elle est rafraîchissante, calmante et régénérante. Particulièrement recommandé dans tous les cas de brûlure.
  • 80 gouttes d'huile essentielle de lavande vraie. Cicatrisante, régénérante et antiseptique. Choisie pour son odeur (ben oui, c'est bien si ça sent bon quand même) et son action anti-acnée.
  • 18 gouttes d'huile essentielle de Hélichryse italienne. Cicatrisante et anti-coagulante, elle est utilisée en synergie des 2 huiles précédentes dont elle renforce l'action.

Fabrication :

  • Faire fondre le beurre au bain marie. Une fois fondu, enlever du bain marie.
  • Ajouter l'huile d'amande, le calendula et l'émollient. Bien mélanger. Laissez refroidir à température ambiante 5 mn puis placer au congélateur.
  • Quand les bords commencent à blanchir, sortez du congélateur. Mélangez bien pour homogénéiser.
  • Ajouter un à un tous les autres ingrédients en mélangeant bien à chaque ajout pour avoir au final un produit bien homogène.
  • Mettre dans un pot muni d'un couvercle et laisser durcir à température ambiante ou au frigo si vous êtes pressé.

IMG_1061

IMG_1069

Les proportions données ici permettent de remplir largement un pot de 50 ml ou 2 pots de 30 ml (un peu moins remplis alors). Le baume est à conserver à l'abri de l'air, de la lumière et de la chaleur. Moi, je préfère le garder au frigo mais ce n'est pas indispensable.

Précaution d'emploi : Cela n'a l'air de rien comme ça mais les huiles essentielles sont des composants très concentrés et très puissants. On ne peut donc pas les administrer sans précaution. Par principe, ayant de jeunes enfants, je fais très attention à la composition de mes produits pour les rendre inoffensifs pour eux. En raison de la présence de Cyprès bleu (l'HE dont l'action est la plus importante ici), ce baume est déconseillé aux femmes enceintes mais compatible pour les enfants à partir de 3 ans.

PS : pour celles et ceux qui voudraient se lancer mais ne savent pas où se procurer les produits, je ne fais pas de pub mais perso, je me fournis beaucoup chez Aroma zone car on y trouve vraiment tout le nécessaire des composants jusqu'au matériel de fabrication (en plus il y a plein de conseils et de fiches recettes sur leur site). On trouve également pas mal d'huiles différentes sur le site d'Aroma Zen (huiles en provenance des grandes enseignes pharmaceutiques mais moins chères qu'en pharmacie) et sur ebay (mais attention à la provenance dans ce cas).

mardi 16 juin 2015

C'est celui qu'en rêve qui le fait !

Pour le mariage de ma cousine, il y a un petit bout de temps maintenant, j'ai dû faire un truc dont j'ai horreur : courir les boutiques de vêtements pour me trouver une robe vu qu'à l'époque, je n'étais pas encore capable de me la faire. A cette occasion, j'ai beaucoup souffert. Ben oui, c'est hautement déprimant de voir une jolie robe, de l'essayer et de constater qu'elle tombe n'importe comment sur votre corps pourtant admirablement sculpté mais dont les mensurations n'entrent pas dans le standard de la bimbo anorexique de 1m68 (et j'insiste sur le 1m68, c'est important pour la suite). Si j'ai fini par trouver un truc mettable, je suis ressortie de l'expérience fatiguée et frustrée d'autant que certains modèles vu pour l'occasion avaient réveillé mes gènes de princesse en sommeil. Et depuis, j'en ai rêvé de ma robe de soirée sur mesure. J'avais même dégoté un site où on pouvait donner ses vrais mensurations et on vous faisait la robe de soirée de vos rêves pile poil à votre taille ! C'est vous dire si j'étais atteinte (mais le prix m'a tout de même stoppé net).

Mais un jour, le 8 mai très exactement, j'ai découvert le thème de la "robe d'été" du défi "robe de saison" des Threadandneedle, une robe Cocktail. C'est là que Couturus s'est réveillé et est venu susurrer dans mon oreille.

Ooooh, voilà un thème intéressant ! Et si tu te faisais la robe de cocktail dont tu rêves depuis longtemps.

Hum, tu crois ? Ça a l'air compliqué une robe pareille.

Eh, quand on en arrive à coudre ses propres manteaux, on peut coudre une robe de soirée !

Mouais, il avait pas tort le Couturus. C'était décidé, j'allais relever le défi. Restait à trouver une source d'inspiration, des tissus et le patron idéal, tout quoi ! Pour l'inspiration, comme d'hab, Gougleu est venu à la rescousse. Je savais déjà que je voulais un bustier ajusté et une jupe ample et légère, en voile ou en dentelle et j'ai flashé sur ce modèle-là dont j'aimais particulièrement les encolures en V.

MB621C01J-K11@12MB621C01J-K11@13MB621C01J-K11@10

A 1000€ la robe (non non, j'ai pas fait d'erreur, il y a le bon nombre de zéro) même pas en soie en plus, aucune chance que je l'achète un jour celle-là !

Bon, j'avais ma source d'inspiration. Il ne restait qu'à trouver un patron qui s'en approcherait et surtout, les tissus. Pour ces derniers, j'ai opté pour une dentelle d'un violet très très foncé (tellement qu'il en paraît noir mais on voit très bien les reflets violet au soleil). De la dentelle japonaise en plus! Et en 150 cm de large!  Et avec les DEUX bords festonnés (parfait pour éviter d'avoir des ourlets à faire donc idéal pour la grosse fainéante que je suis). La dentelle étant transparente, et vu que j'ai quand même un minimum de décence, il me fallait un truc pour doubler la robe. Oh joie, un joli coupon de voile de soie et coton rose pâle tout doux et souple, idéal pour ce projet et toujours made in japan (pourtant, je vous jure que je l'ai pas fait exprès) me tendait justement les bras.

Coté tissu, j'étais donc parée. C'était au tour du patron. J'avais bien dans mon bouquin japonais préféré (Élégance et Simplicité) un truc qui aurait convenu et que je m'apprêtais d'ailleurs à recopier et modifier quand je suis tombée sur la revue de presse de Sakiko du dernier Tendance Couture (pour celles qui connaîtrait pas, c'est en fait une compilation de patrons pochette Simplicity). Et j'ai vu ça.

IMG_8883IMG_8901

Oooooooh, Couturus, t'as vu ça !

Mouais, pas mal. Mais il n'y a pas d'encolure coeur sur le devant !

M'en fiche ! On peut facilement faire un V. Et le modèle 11 a des petites manches et une encolure dos exactement comme je veux.

D'accord mais t'as vu qu'il avait des poches ?

Rhaaaaa, laisse tomber les poches ! Regarde un peu le dessin technique bon sang ! Tu remarques rien ?

Huuuuum, attends voir ... Ah ben ça alors ! Le bustier a pratiquement la forme d'un corset ! Trop fort !

Eh oui, un de mes grands fantasmes, c'est de me coudre un jour un corset, avec les baleines, les lacets et tout et tout. Alors là, forcément, j'ai pas pu résister. J'ai foncé à la librairie du coin me procurer le magazine en question, le Tendance couture n°16, et je me suis mise à l'ouvrage en priant que, pour une fois, un patron non japonais me convienne.

Bien évidemment, j'ai transformé l'encolure ronde du devant en V. Et pour faire ressortir le côté corset du bustier, j'ai également changé mon choix de tissu pour ce dernier. Adieu soie et dentelle, bonjour coton japonais imprimé de grandes fleurs ton violet et rose (décidément, faut que j'arrive à mettre du japonais d'une façon ou d'une autre dans ma couture moi !) J'aurais pu couper en 2 la grande pièce devant pour peaufiner l'effet corset (je le ferais d'ailleurs si j'en couds une nouvelle version) mais là, sans doute l'influence de mon bouquin à l'eau de rose du moment qui se passait au moyen-âge, j'ai trouvé que ça donnait un petit côté robe d'époque et j'ai laissé tel quel.

2fjl7d0s

Un peu comme ça avec beaucoup beaucoup d'imagination

Côté réalisation, j'ai connu quelques frayeurs car le guide des tailles des patrons Simplicity, c'est un peu n'importe quoi pour moi. Imaginez un peu. Normalement, je fais plus ou moins du 42 (en fait, je ferais plutôt du 40 en haut mais mes hanches et mon popotin sont pas d'accord) et là, d'après le tableau des mensurations, j'aurais plutôt fait un 46 voir un 48 ! Bon, m'en fiche, je me fais un 44 et advienne que pourra. De toute façon, le patron va pas plus haut en taille. Techniquement, ce n'est pas un modèle difficile à coudre si on enlève les poches (c'est nettement plus chaud sinon) mais il est long à réaliser vu le nombre de pièces (13 pour le bustier et 4 pour la jupe, 8 en comptant la doublure). Le souci, c'est qu'il faut coudre intégralement le bustier avant de pouvoir l'essayer ou plutôt le faire essayer à Madonna et la dentelle sur tulle, en cas de problème, ça se découd très mal ! Du coup, j'angoissais un peu. Alors oui, je sais, les couturières confirmées me diraient que je n'avais qu'à faire une toile (un brouillon quoi) avant. Seulement je n'arriverais probablement jamais à m'y résoudre. Enfin bref, ce premier essayage n'a fait que conforter mes angoisses. Imaginez un peu, ça baillait comme pas permis au niveau de la poitrine et ça voulait pas fermer sur les hanches. L'HORREUR ! Ce qui ne m'a pas empêché de assembler la jupe et de poser provisoirement la fermeture éclair histoire d'être sûre de positionner correctement la robe sur le mannequin et de trouver ce qui clochait.

Au final, il semblerait que :

  • niveau nichons, les modèles Simplicity taillent grand (celui-là en tout ça)
  • niveau bidon, ce soit correct
  • niveau croupion, ça taille petit (et on saluera l'effort sur les mots en "on")

Mais en fait et surtout, la ligne de taille, non indiquée dans le patron (ou alors je l'ai raté parce que moi, désolée, mais je parle pas allemand et que les planches de patron elles sont pas traduites ça c'est pas cool du tout m'sieur dame) ne se trouve pas DU TOUT au niveau de ma taille à moi mais bien 3-4 cm en dessous. Logique, mon petit 1m55 n'ayant rien à voir avec les 1m68 de nos voisines allemandes ! Argh, et comment que c'est-y que j'allais faire moi maintenant ! Eh ben là, j'ai dit encore une fois merci à Chéri pour m'avoir offert Madonna vu que, grâce à elle, j'ai pu constater qu'en raccourcissant les "bretelles" de 2 cm, on remontait suffisamment la ligne de taille pour permettre à mes hanches voluptueuses et mon fessier rebondi de rentrer dans la robe. Alors vous me direz oui mais là, ça t'a drôlement réduit les emmanchures. Du coup, tes bras vont plus passer. Que nenni, car j'ai encore une fois profité des départs de bras de Madonna pour retailler les emmanchures avec la robe directement en place sur le mannequin. Dans l'opération, l'encolure qui baillait déjà s'est mise à bailler encore plus et j'ai donc dû faire une pince pour remettre tout ça d'équerre.

Bon, c'est bien joli tout ça mais elle ressemble à quoi finalement ta robe la Puce ? Ah, ben elle est cro cro belle ! Et en plus, grâce au feston de la dentelle, elle a même une petite traîne à l'arrière. Voyez plutôt.

 IMG_1049IMG_1048IMG_1047

Le trio devant (avec le grand panneau central), coté et dos (avec la petite pointe de la jupe au centre)

IMG_1051IMG_1052

 L'encolure devant et l'encolure dos

IMG_1056

Et un gros plan sur le feston et la doublure

 Ce n'est pas la robe la plus confortable que j'ai pu faire. En toute honnêteté, la dentelle gratte un peu au niveau du bustier et je me demande si je n'aurais pas dû la doubler aussi finalement. Mais je voulais conserver la transparence. Ceci dit, Chéri trouve qu'elle me va plutôt bien alors je ne regrette rien. A vous de juger.

IMG_1031IMG_1042IMG_1039

Eh oui, j'en suis tellement fière de ma robe de cocktail que je ne peux pas m'empêcher de prendre la pose !

IMG_1034

J'adore cette encolure dans le dos. Rien que pour ça, je serais capable de recoudre ce modèle.

IMG_1040

Pour voir l'ampleur de la jupe

Posté par reyhaziel à 23:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

samedi 13 juin 2015

La puce et l'invasion des sucettes

Il était une deuxième fois, il y a fort fort longtemps (si si, à ce stade, après déjà 9 gilets magiques, je vous assure que le temps finit par paraître long, trèèèès long) au pays de Moyenne Section, une pauvre fée surexploitée qui cousait, qui cousait, qui cousait ... des kilomètres et des kilomètres de tulle de toutes les couleurs.

Bon ok, peut-être pas des kilomètres... 24 mètres seulement en fait. Mais je peux vous dire qu'après avoir cousu et foncé 24 mètres de tulle, la fée Pupuce se considérait comme une championne du monde tout catégorie de la fronce en tulle (ou du tulle froncé, c'est au choix). C'est qu'il en fallait tout de même du métrage pour transformer les 8 cendrillons au service des 2 terribles reines dirigeant le pays en 8 splendides princesses pour les 9 gnomes princes nouvellement transformés. Fort heureusement, notre fée s'était préparée intensivement, n'hésitant pas à requérir l'assistance du roi des fées, Gougleu le magnifique. Et des formules magiques pour coudre le tulle, il lui en a donné ... des tonnes ! C'est fragile, le tulle lui répétait-il inlassablement. Milady le déchirera de ses griffes accérés (que celles du Gruffalo à côté, c'est peanuts). Il faudra mettre du papier de soie ou du papier toilette dessous pour éponger le sang et éviter la boucherie, qu'il disait ! Et pour assembler 2 morceaux de tulle, il te faudrait une divine surjeteuse ou à défaut un point zigzag bien serré.

Déterminée à respecter les délais imposés par les reines, la fée Pupuce s'attela vaillamment à la tâche, demandant à un petit ver à soie de lui confectionner le précieux papier. Hein ? Comment ça les vers à soie fabriquent pas de papier ? Mouais ben c'est mon conte de fée et c'est moi qui raconte alors c'est comme je veux et c'est moi qui décide c'est pas toi comme dirait le nain mage noir Azraëlus (et là, j'ai comme l'impression que mon lourd passé de rôliste maître de donjon est en train de me rattraper). Un premier assemblage de tulle plus tard, force était de constater que la technique du papier de soie laissait quelque peu à désirer. Non pas que la couture fut délicate, non non, pas du tout mais elle était moche, mais alors vraiment très moche. Et la pauvre fée s'arrachait les cheveux en arrachant le papier (qui aurait soit disant dû partir tout seul selon le grand maître Gougleu). Bon, un essai au papier toilette alors ? Pareil, mais en pire ! Le désespoir le plus noir menaçait de submerger la pauvre Pupuce. Arriverait-elle à faire ces jupes en tulle et retrouver ainsi sa liberté ? Ou serait-elle condamnée à être montrée du doigt par toute la noblesse du royaume de Moyenne Section pour avoir échoué lamentablement ?

Non, elle ne serait pas vaincue par quelques kilomètres mètres de tulle ! Milady étant un être d'exception, la fée Pupuce était convaincue que boostée par les formules magiques adéquates, rien ne lui était impossible, en particulier coudre du tulle comme n'importe quel autre tissu, sans papier d'aucune sorte. Aiguille standard et fil de couleur assorti au tulle en place, point magique zigzag serré (mais pas trop, on fait pas une boutonnière non plus) largeur maximale programmé et hop, c'était parti pour une couture sans aucun problème, sans déchirure et avec un rendu tout à fait acceptable. Elle était sauvée ! Et au fin fond d'un salon villebonnais, huit jupes de princesses à rubans accroche-sucettes furent forgées. Forgées à froid tout de même hein parce que le tulle, ça n'aime pas beaucoup le fer à repasser.

IMG_1010IMG_1011

Les 8 jupes. Les photos ne leur rendent pas justice au niveau des couleurs qui sont bien plus lumineuses en vrai.

IMG_1012

La jupe violette avec la taille légèrement resserrée

IMG_1015

Un gros plan pour admirer la ceinture ajustable grâce à un bouton et de l'élastique à boutonnière. On pourra également admirer la magnifique couture d'assemblage des 2 bandes de tulle formant la jupe en bas légèrement sur la gauche, couture réalisée en fil assorti à la couleur du tulle (merci Scolarus et son sens du détail).

IMG_1016IMG_1017

Les jupes bien étalées histoire de bien voir les rubans attache-sucettes. Scolarus a frappé encore une fois puisque si tu fais bien attention ami lecteur, tu remarqueras que la jupe violette n'a pas de ruban violet contrairement à la jupe verte et que la jupe verte n'a pas de ruban vert contrairement à la violette (ben oui, on les aurait moins bien vu sinon).

Nos 8 Cendrillons étaient désormais prêtes à se transformer en princesses mais il manquait encore un catalyseur pour activer toute la puissance magique des jupes. Et c'est là que Scolarus est intervenu, jetant sans remord ses sortilèges démoniaques sur la pauvre fée Pupuce, qui, épuisée par son dur labeur, fut totalement incapable de lui résister. Comment une Cendrillon pourrait-elle devenir une princesse sans bijoux, lui susurrait-il à l'oreille ? Et que serait une princesse des bonbons sans bijoux en forme de bonbon ? Et voilà la petite fée à nouveau auprès de Gougleu le magnifique pour recevoir religieusement son enseignement sur la fabrication de bijoux bonbon en FIMO (oui, vous savez, le truc qui ressemble à de la pâte à modeler et qu'on fait cuire pour que ça devienne dur). De ses blanches mimines (plus très blanches ensuite parce que mine de rien, ça colore les doigts la pâte FIMO), elle malaxa, roula, tordit la pâte colorée pour en faire des sucettes montées en pendentif, chaque sucette ornée d'un ruban d'organza de couleur assortie aux jupettes (ben c'est qu'il a le souci du détail le Scolarus).

IMG_1018

Vue d'ensemble des 8 pendentifs sucettes (corps en FIMO ou CERNIT, bâton en cure dent, ruban organza)

IMG_1020

Premier zoom sur quelques pendentifs (les cordons ont été réalisés par mes soins, comme j'ai pu et avec les moyens du bord)

IMG_1021IMG_1022IMG_1023

Gros plan sur quelques sucettes (initialement, il aurait dû y avoir du jaune pour le contraste mais mon jaune a viré au marron à la cuisson !)

Cette fois, tout était prêt. Les reines étaient satisfaites (oui, la modestie naturelle de la fée Pupuce lui interdit de dire que les souveraines étaient béates d'admiration devant son travail, mais comme moi, je suis pas modeste pour un sou, je vous le précise sans vergogne) et notre petite fée était enfin libre.

Comment se terminera notre histoire ? Nains et cendrillons deviendront-ils bien princes et princesses ? Pour le savoir, ne ratez le dernier épisode de notre passionnante trilogie : le grand bal des bonbons ! Sortie prévue le 20 juin.

PS : à celles qui voudraient se lancer dans la couture du tulle (paraît que les jupes en tulle, c'est super à la mode). Mon tulle à moi était du tulle rigide (type tulle à tutu qui se tient). Ce détail a son importance car moins souple et plus solide que d'autres, il est moins susceptible de se déchirer lors de sa couture à la machine. Ceci dit, je viens également de coudre du tulle fin et souple pour une robe de cocktail et ça passe sans problème aussi. Ce qui fait la différence, c'est une bonne machine à coudre en fait. Dernier détail. Est-il possible de casser une aiguille standard en cousant du tulle ? La réponse est OUI ! Si comme moi vous vous laissez distraire par un monstros particulièrement casse-bonbon, ne faîtes plus attention à votre couture et laissez un bourrage se produire, l'aiguille casse ! Le secret, c'est de coudre à vitesse réduite. Cela permet de maîtriser le glissement du tulle, évitant déchirures et bourrages éventuels.

Posté par reyhaziel à 19:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 10 juin 2015

Le boulet

Ben Chéri, qu'est-ce qui t'arrives ? Ça a pas l'air d'aller ?

Oui, je sais pas ce que j'ai. Je me traîne aujourd'hui !

T'as pas bien dormi ? T'as mal quelque part ?

Mal ? Non non, j'ai mal nulle part. Mais j'arrive pas à faire fonctionner ma jambe gauche correctement. Je comprends pas pourquoi ?

Tu veux que je jette un oeil ?

Pourquoi pas.

Ah, je vois le problème. C'est rien. T'as juste oublié d'enlever le boulet que t'as d'accroché au pied.

 

IMG_0983IMG_0986

IMG_0987IMG_0989

Le boulet en question, complètement hilare. Et en bonus, le sol du salon a été parfaitement récuré.

 

Posté par reyhaziel à 22:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 8 juin 2015

Les règles du jeu selon Azraël

S'il est une chose que le sieur Azraël ne supporte absolument pas depuis quelques temps déjà, c'est de perdre ! Et quand on sait qu'il fait une compétition de tout et de n'importe quoi, depuis finir son assiette le premier à grimper dans son siège auto le premier sans oublier tous les jeux de société auxquels on peut jouer, je vous laisse imaginer le nombre de caprices et autres comédies auxquels on a droit de façon journalière.

Or ce week-end, avec les monstros, on s'est regardé le DVD de Pirates. Hein ? Comment ça c'est pas un film pour les enfants ? Non mais faudrait pas confondre avec Pirates des Caraïbes. Ce Pirates là (titre complet Pirates, bons à rien, mauvais en tout), c'est un film d'animation pour les enfants dont les héros sont une bande de pirates totalement incompétents niveau piraterie justement.

Bon, je vais pas vous faire un résumé du film (même s'il est très chouette), vous avez qu'à aller lire la critique de Superchouette, qu'elle est très bien aussi. Seuls les points suivants sont importants. A un moment dans l'histoire, le capitaine Pirate (chef de la bande de bras cassés) est amnistié par la reine Elisabeth (qu'elle fait très peur la reine dixit Azraël). Un peu plus tard, il remporte le trophée de pirate de l'année pour ses exploits mais le Roi Pirate entend parler de l'amnistie et décrète que le capitaine Pirate n'est plus un pirate et reprend le trophée. Il n'a donc plus gagné. C'est à cet instant précis qu'Azraël entre en jeu.

Maman, pourquoi il prend le trophée le roi pirate ?

Parce que le capitaine pirate a été amnistié par la reine alors c'est plus un pirate.

Mais il a gagné !

Ah ben non, il a pas gagné. Il a triché en fait.

Maiiis ! C'est bien de tricher !

Ah non, c'est pas bien. Faut pas tricher.

Ben si, faut tricher. Sinon tu peux pas gagner ! Faut tricher, c'est la règle !

Okayyyy ! Ben voilà, maintenant on sait pourquoi Azraël passe son temps à tricher au morpion et au jeu de l'oie. C'est pas parce qu'il veut gagner. Nooon, c'est parce que c'est la règle !

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :