Rhaaaa, c'est la cata ! Comment puis-je encore me regarder dans le miroir ? Comment ose-je encore écrit des billets dans ce blog ? C'est terrible, c'est horrible, c'est MONS TRU EUX ! J'ai renié tous mes grands principes, bafoué mes convictions les plus profondes, foulé au pied mon Honneur (si si, avec un grand H, j'y tiens beaucoup à mon honneur moi !). Alors certes, on pourrait argumenter en disant que j'ai des circonstances atténuantes, qu'en fait, tout est la faute du père Noël qui, malgré une vigilance de tous les instants, s'est fait lamentablement manipulé par Pâtissus, que si les super promos de Noël n'existaient pas rien ne serait jamais arrivé ! Mais la vérité vraie, la seule, l'unique, c'est que l'impensable s'est produit. Non, vous ne rêvez, accrochez-vous bien, car après avoir soutenu mordicus que cela n'arriverait jamais ... oh la la que j'ai honte ... je suis au regret de vous annoncer que c'est fait : Pâtissus a gagné ! Un splendide nouveau robot trône dans ma cuisine !

Voilà, j'ai avoué, vous pouvez y aller, sortez les bâtons je suis prête !

IMG_0435

 En même temps, regardez comme il est beau ! Comment voulez-vous résister ?

Ben alors la Puce ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Comment qu'il s'y est pris le Pâtissus pour te convaincre ? C'est qu'il n'a pas eu beaucoup d'efforts à fournir pour y arriver le Pâtissus. Le développement d'épaules de camionneur, des histoires d'hygiène, mon grand âge et l'âge canonique de mon batteur électrique (surtout l'âge canonique de mon batteur en fait qui a bien dans les 30 ans tout de même) ont suffi à me faire perdre tout sens moral et à me jeter à la tête du premier robot venu (que voulez-vous, les fées du logis se laissent facilement séduire !).

Hein ! Non mais c'est quoi ces histoires d'hygiène. Ne nous dis pas que tu fais des gâteaux contaminés avec plein de germes et de bactéries tout ça tout ça quand même ! Meuuuh non. Et c'est justement parce que je veux que ça continue que j'ai changé de robot. Car mon ancien modèle (qui fonctionne encore très bien et que je garde dans un recoin de la cuisine) a un grooooos inconvénient. Les lames, couteaux et autres accessoires se fixent à l'intérieur du bol mixer sur un pignon rotatif. Résultat, la nourriture vient se glisser sous le pignon lui-même, au niveau du joint d'étanchéité (pas toujours très étanche en plus), et c'est chaque fois la galère pour nettoyer et s'assurer qu'on ne risque pas de contaminer la préparation suivante. Et ça, franchement, ça me refroidissait drôlement pour faire un certain nombre de choses. Ajouter à ça les efforts intensifs que demande le pétrissage manuel (ça me dérange pas quand c'est de temps en temps mais là, j'en étais arrivée à faire du pétrissage toutes les semaines). Et aussi le changement de couleur de mon batteur électrique sous l'action d'une utilisation intensive, couleur passée progressivement de blanc immaculé à jaune soutenu, allié à une action chaufferette à main à la limite de la poêle chaude qui m'indiquait que le seul outil hautement indispensable dans ma cuisine pouvait me lâcher à tout instant.

IMG_0436IMG_0442

Mon batteur avec le fil de la couleur d'origine du batteur. Initialement, le corps aussi était de ce blanc. Costaud quand même le bestiaux non !

Alors quand, au détour d'un rayon chez Boulanger, j'ai vu le seul robot qui éventuellement m'intéressait en promo et que la sorbetière de la même marque était quasiment offerte avec, j'ai eu comme une absence. En ressortant du magasin, bizarrement, je n'avais pas dans les mains l'aspirateur que j'étais venue acheter mais un nouveau robot de cuisine et sa sorbetière. Heureusement, Chéri, grand prince, a décrété que ce serait mon cadeau de Noël (je le soupçonne d'ailleurs d'avoir remercié Pâtissus en douce de lui avoir évité d'aller faire les magasins en période de fête).

Aujourd'hui, je peux l'avouer, après 1 mois d'utilisation, je ne regrette aucun de ses 2 achats et Pâtissus et moi sommes les meilleurs amis du monde. Grâce à ça, j'ai eu le courage de me lancer dans des tests de nouvelles recettes de brioches pur beurre, la mise au point de la parfaite recette de pain brioché version IG bas ainsi que dans celle de 2 recettes de crèmes glacées pour régime à IG bas qu'on dirait pas qu'elles sont de régime. Des recettes que je compte bien partager avec vous (mais pas toutes aujourd'hui, j'ai pitié). Et vu les flocons qui tombent doucement dans le secteur, on va rester dans le thème en commençant avec les crèmes glacées.

IMG_0464

Rien qu'à les regarder, j'ai envie de foncer sur mon congélateur m'en servir une petite coupe !

Les 2 recettes d'aujourd'hui concernent donc une crème glacée menthe aux copeaux de chocolat et une crème glacée coco-praliné. Personnellement, je les ai passé à la sorbetière mais, en théorie, vu que la technique utilisée est identique à celle de mes glaces précédentes, ce n'est pas obligatoire. Le gros avantage de la sorbetière ici, c'est que les glaces sont prêtes à être dégustées bien plus vite. Autre précision utile, dans cette version IG bas, tous les ingrédients sont d'origine végétal. C'est donc le dessert idéal si vous ou vos invités suivez une alimentation végane. 

Crème glacée menthe chocolat (pour environ 500 ml)

  • 20 cl de crème de coco bien bien froide
  • 70 g de sirop d'agave
  • 110 g de lait d'amande ou de soja
  • 15 g de fructose
  • 3 g de stabilisateur
  • 35 gouttes d'huile essentielle de menthe poivrée
  • 30 g de copeaux de chocolat à 70% ou plus
  • optionnel : colorant vert

IMG_0447

Concernant la crème de coco, je vous conseille la marque Kara (briquette verte de 20cl à ne pas confondre avec la bleue qui est du lait de coco). C'est pas pour faire de la pub (elle n'est pas meilleure qu'une autre, enfin je trouve) mais elle monte vraiment bien en chantilly. Concernant le stabilisateur, je le conseille vraiment dans cette version régime, pas pour son action anti cristaux, le sirop d'agave se charge déjà du problème mais pour son action épaississante. Sinon, le lait d'amande est un peu trop liquide et fait retomber la chantilly de coco. Si vous avez prévu de turbiner, pas de souci, ce ne sera pas un problème et vous pouvez donc fort bien vous en passer. Sinon, vous aurez quand même une bonne glace mais vous perdrez grandement en onctuosité (et ça, c'est bien dommage). Enfin, je vous conseille de mettre le saladier où vous monterez la chantilly au frais au moins 30mn avant histoire qu'il soit bien froid quand vous mettrez la crème pour la monter.

Allez, c'est parti pour la recette. On mélange bien le fructose et le stabilisateur. Dans un récipient étroit et haut, on met le sirop d'agave, le lait d'amande et le mélange fructose stabilisateur.

IMG_0445UNADJUSTEDNONRAW_thumb_271

On fouette à la cuillère magique ou au fouet pour bien tout mélanger. On ajoute l'huile essentielle de menthe poivrée (plus le colorant vert éventuellement pour son effet purement psychologique) et on refouette un coup. Dans le saladier bien froid, on met les 20 cl de crème de coco (la crème liquide restante) bien froide et on monte en chantilly.

IMG_0450IMG_0451

IMG_0454

La chantilly obtenue est généralement très ferme. Inutile de chercher à faire un bec d'oiseau, ça ne fonctionne pas avec la crème de coco.

Pour cela, on commence par battre à petite vitesse avant d'augmenter progressivement. On verse la moitié du mélange précédent sur la chantilly (pas comme sur ma photo) et on mélange délicatement à la marise avant d'ajouter le restant et de finir le mélange.

IMG_0456IMG_0457

Ici, j'ai mis la chantilly dans la préparation liquide car je préparais 2 parfums différents en même temps. Mais du coup, le mélange a été plus délicat et la chantilly est un peu retombée.

Normalement, si on a bien travaillé, on obtient une texture mousseuse assez liquide, un peu comme une mousse au chocolat pas encore prise. Si on n'a pas prévu de turbinage, c'est le moment d'ajouter les copeaux de chocolat et de mélanger délicatement une dernière fois. Si on turbine à la sorbetière, les copeaux seront à ajouter au dernier moment, quand la glace commence à prendre.

IMG_0444

Pour obtenir de jolis copeaux, on prend sa plaque de chocolat et on la râpe sur les gros trous de sa râpe à fromage. Ça donne la taille idéale de copeaux pour une crème glacée. Surtout, on évite les pépites qui seraient bien trop dures sous la dent.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_274

 

Petite remarque sur la quantité d'huile essentielle de menthe : dans la version IG bas, on est obligé de forcer la dose en huile essentielle de menthe car le goût de la coco venant de la crème de coco est très présente. Il faut donc une quantité importante d'huile pour couvrir ce goût. Cette glace a donc un effet glaçon très prononcé, genre starmint ou menthe qui pique, ce qui n'est pas au goût de tout le monde. Pour les palais délicats, je conseille donc plutôt la version non IG bas moins dosée. Ensuite, si le mélange coco menthe ne vous gêne pas, rien ne vous empêche de réduire la quantité de menthe dans votre glace IG bas.

Crème glacée coco-praliné (pour environ 500 ml)

  • 20 cl de crème de coco bien bien froide
  • 70 g de sirop d'agave
  • 110 g de lait d'amande ou de soja
  • 15 g de fructose
  • 3 g de stabilisateur
  • 75 g de purée de noisette (de purée, pas de pâte c'est important)

Comme on peut le voir, la différence dans la recette est minime. On remplace simplement la menthe par de la purée de noisettes (et on oublie colorant et copeaux de chocolat, ou pas d'ailleurs). Pourquoi de la purée de noisette et pas de la pâte. Pour info, la pâte de noisette toute prête se trouve en magasin spécialisé (genre zodio par chez moi). C'est du 100% noisettes torréfiées au goût bien prononcé mais pour laquelle très souvent, la pulpe et l'huile se sont séparées. On obtient alors une masse compacte et dure de pulpe de noisette au fond du pot et dl'huile de noisette qui surnage. Pour la confection de la pâte à tartiner maison, ce n'est pas un problème car on va longuement mixer avec un robot assez puissant. Mais ici, cela peut poser un souci. La purée de noisettes, qu'on trouve en épicerie bio (et dans le rayon bio de certains supermarchés), se fait généralement à partir de noisettes non torréfiées (le goût est donc moins prononcé) et reste beaucoup plus liquide (genre miel épais). Elle convient donc nettement mieux à cette recette. Ceci dit, vous pouvez parfaitement faire votre purée vous-même (ça vous coûtera beaucoup moins cher en plus). Il suffit de torréfier des noisettes entières puis de les broyer longuement avec un robot jusqu'à ce que l'huile ressort et transforme la poudre de noisette en pâte (n'essayez surtout pas de faire la même chose à partir de poudre de noisettes, cela ne fonctionne pas).

Pourquoi je ne le fais pas moi-même ? D'abord par fainéantise pur et simple. Ensuite parce qu'on a beau faire, avec notre matériel de ménagère lambda, il est quasiment impossible de donner à la purée de noisette une texture parfaitement lisse. Du coup, la version commerciale est quand même plus agréable en bouche.

Pour la réalisation, on fait exactement comme pour la glace à la menthe, la seule différence, c'est le mélange au mixer plongeant et non au fouet. On met donc au frais saladier et crème de coco. On mélange fructose et stabilisateur (on peut s'en passer ici, la purée de noisette épaissie déjà bien la préparation), on y ajoute lait d'amande, sirop d'agave et purée de noisettes et on mélange au mixer plongeant.

IMG_0459IMG_0460

On monte la crème de coco en chantilly et on y incorpore le mélange précédent à la marise. On place alors au congélateur ou en sorbetière. Et il ne reste plus qu'à se régaler.

IMG_0461

La glace après 20mn en sorbetière puis 1h au congel pour la maturation. A titre comparatif, il faudra plusieurs heures au congélateur pour avoir le même résultat sans passage en sorbetière.

PS : Pour celles que ça intéresse, mon robot est un Kitchenaid. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Serait-ce le meilleur robot au monde ? J'en sais rien (et puis je m'en fiche, il fonctionne très bien et a bonne réputation, ça me suffit). Non, si j'ai choisi celui-ci, c'est d'une part parce qu'il répondait à mon critère d'hygiene (le bol est un "simple saladier", pas de pignon rotatif à l'intérieur). Bien sûr, il en existe de nombreux autres modèles nettement moins chers, pour lesquels il n'est pas nécessaire de sortir une blinde pour se procurer les accessoires et qui sont nettement plus polyvalents (car soyons honnête, le Kitchenaid de base ne brille pas par la multiplicité de ses accessoires). Seulement voilà, à mes yeux, il possède LA qualité indispensable : c'est le moins encombrant que j'ai pu trouver sur le marché (et peut-être le moins moche aussi, surtout en rouge mais le rouge n'était pas en promo allez savoir pourquoi). Mais en toute honnêteté, si j'avais eu plus de place dans ma cuisine, même avec la sorbetière en cadeau, ce n'est pas celui-ci que j'aurais choisi.