samedi 2 février 2019

Le samedi, on bûche avec passion

Bon, ok, Noël est passé depuis un petit moment mais après tout, pour une bonne bûche, il n'y a pas de saison. Alors je ne résiste pas à l'envie de vous présenter celle que j'ai faite pour Noël, une bûche chocolat passion qui a fait l'unanimité à la maison. Même Gargamel a apprécié. D'accord, d'accord, c'est pas vraiment la bûche qu'il a aimé mais le pot de mousse au chocolat prévu exprès pour lui. En même temps, vu qu'il n'aime ni les entremets, ni les purées de fruit dans les gâteaux (encore qu'il se soit récemment mis aux beignets fourrés compote de pomme alors tous les espoirs sont permis), j'estime que c'est un franc succès.

Il faut dire que j'ai bien galéré cette année pour trouver une recette de bûche que j'aurais envie de faire. Avec la fin de l'année toute pourrie que j'ai eu, le stress et les mauvaises nouvelles l'avant-veille des vacances, la santé chancelante de mamie M. (qu'on pensait même pas la voir et que finalement si donc il fallait d'urgence prévoir un repas de Noël pour 7 qui plaise à tout le monde et croyez moi c'est pas évident par chez nous), j'étais tout sauf inspirée. Même Pâtissus a failli jeter l'éponge. Et puis finalement, il a estimé que j'étais une grande fille avec suffisamment d'expérience pâtissière pour me dispenser de suivre une quelconque recette à la lettre et que je pouvais très bien improviser ma bûche en faisant un mix entre plusieurs recettes.

Alors j'ai cogité, j'ai planché, j'ai surfé, j'ai pinteresté, j'ai compilé et finalement ... ben j'ai tout jeté ! Adieu la bûche ? Nooon ! J'ai simplement pris le problème à l'envers et lister les trucs que les monstros aiment tous les 2 manger (sachant que les adultes sont en général d'accord pour tout en matière de gâteau). A charge de faire une bûche qui tienne la route à partir de ces éléments.

Ma chère progéniture ayant développé une passion pour les palets bretons maison, ce choix s'est naturellement imposé pour la base craquante de la bûche. D'autant que la recette que je réalise habituellement est parfaite car le biscuit obtenu, s'il est un peu croquant, reste suffisamment moelleux pour être facile à couper (rien à voir avec le palet breton de supermarché). Comme je ne voulais pas que Gargamel se sente exclu au moment du dessert, lui qui n'aime pas trop les gâteaux pâtissiers en dehors du Royal chocolat et de l'éclair au chocolat, et vu que la mousse au chocolat fait l'unanimité en général, c'est cette dernière qui m'a tenu lieu d'entremet. Comme cela, je pouvais lui en mettre un petit pot de côté, histoire qu'il mange un peu comme les autres.

IMG_2831

Pour éviter que l'ensemble ne paraisse trop sucré, et donc écoeurant, j'ai ajouté de l'acidité avec un insert à la passion mais la framboise ira également très bien si vous n'avez pas de purée de passion sous la main. Et pour l'occasion, j'ai ressorti mon kit Stella del Circo de Silikomart (que j'ai trop rarement l'occasion d'utiliser alors c'était le moment ou jamais).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7ee

A gauche, le moule extérieur, à droite, le moule à insert

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7ef

Cavité du dessous du moule extérieur, de même dimension que le moule à insert et parfaite pour les biscuits dont on souhaite garnir l'intérieur des entremets

A ce stade, je me suis souvenue que ce moule, même s'il n'en a pas l'air, a un volume assez important et qu'il faut donc faire attention à la quantité de mousse par rapport au reste. Et j'ai donc décidé un peu au dernier moment d'ajouter une couche d'un gâteau moelleux pour équilibrer tout ça. Et pour changer de la dacquoise dont les monstros ne raffolent pas (ooooh le doux euphémisme), j'ai opté pour un gâteau creusois. Bon ok, c'est aussi parce que j'avais prévu de faire un creusois de toute façon et que piquer un peu de pâte pour mon biscuit faisait bien mes affaires.

IMG_2839

IMG_2843

Avec un rayon de soleil, on apprécie nettement mieux la belle couleur orange de l'insert passion

Franchement, c'est pas pour me jeter des fleurs, mais je suis ravie du résultat obtenu (en même temps, si c'était pas le cas, je ne publierai pas la recette). On obtient une jolie bûche d'une belle couleur chocolat qui permet même de se dispenser de flocage, glaçage et autres sprays velours. J'ai juste ajouté quelques éléments pour la déco et ça allait très bien comme ça. La mousse au chocolat se tient très bien, la bûche se découpe très facilement et se conserve sans problème au réfrigérateur d'un jour sur l'autre (probablement même davantage mais elle a été engloutie tellement vite que j'ai pas pu tester).

IMG_2833

 Le voile un peu blanc, c'est parce que la bûche est encore en cours de décongélation

IMG_2835

IMG_2837

Et on peut étaler sa préparation sur plusieurs jours si nécessaire sachant qu'elle est à préparer au minimum la veille. Perso, j'ai procédé selon le calendrier suivant :

  • J-2 : préparation de l'insert passion, du biscuit breton et du biscuit creusois
  • J-1 : préparation de la mousse au chocolat et montage
  • J : démoulage, déco, décongélation et dégustation (dans cet ordre)
  • J+1 : pleurer parce qu'il ne reste qu'une petite part de bûche sur laquelle vos monstros ont déjà mis une option

Maintenant, si vous vous y mettez le matin, vu qu'il ne faut que quelques heures pour congeler l'insert passion, vous pouvez parfaitement tout faire la veille dans la même journée.

Dernière précision : dans le déroulé de la recette, je vous mets les proportions pour les biscuits (breton et creusois) nécessaires à la réalisation de la bûche pour ce moule. Mais rien ne vous empêche de vous référer aux recettes de palets bretons et gâteau creusois que j'ai déjà publié. Vous pourrez alors prélever les quantités nécessaires pour les biscuits de la bûche et vous régalez, en attendant de l'avoir achevée, de beaux gâteaux fait avec les restants de pâte.

Bûche Chocolat Passion pour le kit Stella del Circo (ou un moule de 1,4 litre)

Insert Passion :

  • 200 g de purée de passion (ou de framboise ou d'un autre fruit acide)
  • 70 g de sucre (attention, si vous utilisez de la framboise, moins acide que la passion, il faudra réduire à 40 g la quantité de sucre)
  • 4,5 g de pectine NH

Dans un bol, on mélange le sucre et la pectine. Dans une casserole, on met la purée de passion. On ajoute le mélange sucre-pectine et on mélange vigoureusement à la cuillère magique ou au fouet pour éviter les grumeaux. On porte ensuite à ébullition sur feu vif (7-8 sur une plaque montant à 12) sans cesser de remuer. On laisse bouillir 1mn et on verse dans le moule à insert du kit. Dès que l'insert a suffisamment refroidi, on le place au congélateur pour au moins 2h qu'il prenne bien et soit facile à démouler.

Biscuit breton :

  • 62,5 g de farine (T45 ou T55)
  • 50 g de beurre pommade (bien bien mou quoi)
  • 30 g de sucre
  • 2,5 g de levure
  • 1 jaune d'oeuf

Alors avec ces quantités, il va nécessairement vous rester de la pâte mais coupé un jaune d'oeuf en morceau me semble un peu du gâchis quand même. alors autant faire des palets bretons à boulotter le jour même avec le reste. Ca donne pas plus de travail et c'est trop bon. On met le four à chauffer à 170°C en chaleur tournante.

Rien de plus simple pour faire cette pâte à biscuit. Si vous avez un robot, vous mettez tout dedans en vrac et hop, le tour est joué. On mélange jusqu'à ce que ce soit homogène et c'est terminé. Sinon, on met tout en vrac dans un saladier et on mélange à la spatule ou à la main. La pâte étant particulièrement molle et collante, je vous suggère plutôt la spatule même si c'est un peu galère.

Quand la pâte est prête, on garnit la cavité du dessous du moule extérieur du kit et on met à cuire pour 10-12 mn. Le biscuit doit commencer à colorer sans devenir tout bronzer. Pour le reste de pâte, on fait des petites boules qu'on dispose sur une plaque sur du papier sulfurisé et on met à cuire, même température et même temps de cuisson.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7ec

Bon, là, c'est le biscuit creusois mais c'est pareil pour le biscuit breton

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7ed

Quand c'est cuit, on sort du four, on démoule avec précaution (histoire de pas casser son biscuit) et on met à refroidir sur une plaque. On nettoie dare dare son moule, on va en avoir besoin pour le biscuit creusois.

Biscuit creusois

  • 21 g de sucre
  • 21 g de cassonade (ou vergeoise ou muscovado ou sucre)
  • 18 g de farine (T45 ou T55)
  • 27 g de beurre
  • 28 g de blanc d'oeuf (environ 1 blanc ce qui convient très bien vu qu'on vient d'utiliser un jaune pour le sablé breton)
  • 30 g de poudre de noisettes

On commence par faire fondre le beurre au micro-onde (attention aux projections) et on met son four à chauffer à 160°C. Dans un saladier, on mélange tous les ingrédients secs à la cuillère magique ou au fouet. On ajoute le beurre fondu et on mélange à la marise. Quand le mélange est homogène, on ajoute le blanc d'oeuf tel quel et on mélange à nouveau. On verse la pâte dans la cavité du dessous du moule extérieur du kit Stella del Circo et on met à cuire au four pour 15 mn environ. Le biscuit est cuit quand il commence à se colorer.

Une fois cuit, on démoule et on met à refroidir sur une grille.

A ce stade, tous vos éléments sont prêts, il ne vous manque que la mousse au chocolat. Donc soit vous enchaînez, soit vous remettez au lendemain selon la date où vous comptez manger votre bûche.

Pour ce qui est de la mousse, il faut bien s'organiser.

Non mais qu'est-ce qu'elle veut dire par là, La Puce ? Ce que je veux dire, c'est qu'avant même que vous ayez commencé à la faire, il faut installer à porter de main le moule où vous ferez le montage et les biscuits, avoir démoulé l'insert et l'avoir rangé dans le congélateur de façon à le récupérer rapidement car cette mousse fige très vite. Si vous ne voulez pas vous retrouver avec des grosses bulles d'air au montage parce que la mousse ne sera plus assez "liquide", il faut donc être rapide.

Mousse au chocolat pour entremet (oui, c'est pas tout à fait la mousse au chocolat classique et elle est super bonne)

  • 240 g de crème liquide entière (30% de matière grasse) très froide
  • 48 g de jaune d'oeuf
  • 72 g d'oeuf entier (oui, je sais, ça fait beaucoup d'oeufs tout ça)
  • 66 g de sucre en poudre
  • 18 g d'eau
  • 170 g de chocolat noir 70%
Si vous n'avez pas placé récipient et crème au frigo la veille pour que ce soit bien froid pour monter la crème en chantilly, vous pouvez appliquer la méthode dit "du congel", technique tout à fait personnelle mais qui a fait ses preuves. Elle consiste à mettre au congélateur le récipient dans lequel on compte monter sa crème, rempli de la dite crème. Dès que la crème commence à geler sur les bords du récipient, c'est le signe qu'elle est assez froide pour être montée.

En attendant que notre crème soit prête à être montée, on peut s'occuper en pesant tous les autres ingrédients de la mousse et en préparant tout ce qu'il faut pour le montage de la bûche.

Dès que la crème est assez froide, on la monte en crème fouettée. Pour cela, il faut la fouetter longuement à petite vitesse. Vraiment à petite vitesse, j'insiste. Sur mon vieux batteur électrique 3 vitesses, la position 1 suffit. Avec D'Artagnan (comme tous les grands séducteurs, il sait y aller tout en douceur), la vitesse 8 (il va jusqu'à 12) suffit largement. Si vous essayez d'aller trop vite, ça ne va pas monter et vous obtiendrez simplement un beau morceau de beurre. La crème doit faire le bec d'oiseau (pas trop ferme donc) sinon vous aurez du mal à la mélanger à la préparation au chocolat. Une fois montée, on la met de côté (à température ambiante à moins qu'il ne fasse vraiment trop chaud dans votre cuisine).

C'est le moment de faire fondre le chocolat : environ 4mn30 au micro-onde à 400W. Si tout n'est pas fondu, mélangez bien à la marise, c'est souvent suffisant pour faire fondre les morceaux récalcitrants et si ça ne suffit pas, on prolonge un peu la cuisson toujours à 400W. Une fois bien fondu, on réserve.

Dans une casserole, on met le sucre et l'eau. Dans un grand saladier ou dans le bol de votre robot, mettre les jaunes et l'oeuf entier. Attention, il faut que les jaunes et l'oeufs soient à température ambiante, c'est trèèèèèèès important. On fouette alors à vitesse max, comme si on voulait monter les jaunes en neige. Pendant que les oeufs "montent", on fait chauffer le mélange sucre et eau jusqu'à 118°C. Si vous n'avez pas de sonde thermique, cela revient à peu près à porter le sirop à ébullition et à laisser bouillir 2 mn. Quand les oeufs ont bien montés (c'est vraiment tout mousseux) et que le sirop est à température, on coupe le robot, on verse tout le sirop d'un coup sur les oeufs (on peut racler un peu la casserole mais pas trop, il faut être rapide) et on remet illico le robot en route à vitesse max. Normalement, si tout se passe bien, le sirop va cuire vos oeufs sans faire de cristaux ou autres petits morceaux et vous obtiendrez un magnifique sabayon. Il est impératif ici que les oeufs soient à température ambiante (20-25°C quoi ou même plus s'il fait 30°C en plein été dans votre cuisine) mais surtout pas froid. Sinon, vous allez vous retrouver avec une masse de sucre figé au fond de votre saladier en guise de sabayon.

On laisse le robot battre le sabayon à vitesse max pendant 3 à 5 mn, le temps que la préparation redescende complètement en température. On peut alors ajouter le chocolat fondu (on a coupé le robot là hein, pas de blague! ). On mélange délicatement à la marise et quand le mélange est homogène, on ajoute la crème fouettée (en une seule fois, normalement, il n'y a pas de problème mais vous pouvez le faire en 2 fois si vous êtes inquiet). On mélange à nouveau délicatement à la marise pour obtenir une mousse bien homogène et sans grumeaux. Mettre la mousse dans une poche à douille (sans douille) si vous en avez, ça simplifie grandement le montage.

D'ailleurs, c'est justement le moment d'y passer, au montage ! On commence par remplir à 1/3 le grand moule du kit Stella del Circo, on récupère notre insert passion au congel et on le place dans le moule. On presse délicatement pour faire remonter la mousse sur les bords. On recouvre l'insert de mousse et on en poche une hauteur supplémentaire sur toute la périphérie du moule (c'est pour essayer d'éviter les bulles d'air inesthétiques au démoulage. On place notre biscuit creusois. Si on veut solidariser les 2 biscuits, on peut ajouter une fine couche de mousse sur le biscuit creusois avant d'ajouter le biscuit breton. On tasse bien, on poche à nouveau de la mousse tout autour du biscuit breton s'il y a du vide à combler et on égalise bien tout ça.

Il ne reste plus qu'à faire prendre au congélateur pour 1 nuit minimum.

Le jour J, il n'y a plus qu'à démouler votre buche quelques heures à l'avance et la laisser décongeler au frigo tranquillement après l'avoir décoré.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 30 janvier 2019

Opération Déstockage # 20 : Jogger d'intérieur et d'extérieur

Hein ? Quoi ? Qu'est-ce ? Rhaaaaa, mais on est le 30, c'est la deadline du défi Déstockage de Scrapaboom. Et moi qui n'ait même pas fini de préparer mon post avec une super recette de bûche de Noël (qui, non mais qui a osé dire que je suis en retard dans mes publications ? Qu'il se dénonce immédiatement !).

Quand je pense que ma participation au défi est cousue depuis des semaines et j'ai failli oublier de publier ! Non mais quelle honte quand même. Bon, ben la bûche, ce sera pour la prochaine fois. Allez, trêve de bavardage (aie, c'est dur ça j'avoue) et entrons tout de suite dans le vif du sujet. Entre 2 cousettes pour anniversaires, j'ai pris le temps de renouveler un poil la garde-robe d'Azraël. Il faut dire que ce jeune homme ne cesse d'allonger (bon, ça, ça va) et de s'élargir (mouais, va quand même falloir songer à arrêter là bonhomme). Conclusion, il ne rentre plus que dans les derniers pantalons d'été que je lui ai cousu et avec les températures actuelles, c'est un peu ... comme dire ... limite quoi !

Et comme ça fait des mois que j'ai dans mes placards un magnifique jersey gris à tête de mort double face, la seconde face étant un genre de fourrure minky, dégoté pour pas trop cher chez Toto, c'était le moment de lui faire un beau petit pantalon. Pour l'occasion, je voulais un truc confortable avec lequel il puisse aller en cours de sport. Alors quand je suis tombée sur le modèle 36 du Ottobre 4/2016, le Grey Marl Jogger, ça m'a paru comme une évidence. Tout comme il m'a paru tout aussi évident de simplifier le modèle en ne faisant qu'une poche zippée au lieu de 2 (j'avais qu'une seule fermeture éclair en stock de toute façon) et pas de poche arrière (bien trop petit et donc d'aucune utilité).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_813

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_816

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_818

Oui, je sais, elles sont toutes pourries mes photos mais Azraël n'était pas franchement coopératif

Pour un jogging, ce modèle est vraiment pas mal. Avec ses poches zippés, sa poche arrière et sa fausse braguette (pas faite non plus, j'étais particulièrement pressée et je suis allée au plus simple), il s'approche plus du pantalon de ville que du jogging tout en restant particulièrement confortable. Et quand on est pressé comme moi, la ceinture directement intégrée permet un gain de temps indéniable et offre une simplicité de montage des plus appréciables.

Dans l'ensemble, à part la poche zippée, ce modèle ne présente aucune difficulté technique. La poche est par contre un peu délicate à réussir, surtout si on a un tissu un peu épais. Attention également si vous vous imaginez pouvoir faire l'impasse sur la fermeture éclair et que vous imaginez que la poche va "tenir tout seule". C'est clairement pas possible. Sans elle, votre poche ne ressemblera plus à rien, baillera en permanence et votre monstros aura une dégaine plus que négligée (c'est du vécu, je vous dis pas comment j'ai galèré pour rajouter la fermeture éclair à posteriori).

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_80f

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_80e

Comme j'étais bien lancée et que ce Jogger me plaisait vraiment beaucoup, j'ai décidé de ne pas m'arrêter en si bon chemin. Et puis Azraël attendait depuis un moment que je lui couse un nouveau pyjama tout doux dans les superbes velours jersey bordeaux et ivoire trouvés chez Toto. Alors j'ai simplifié le patron au max (je n'ai donc gardé que les jambes de pantalon avec la ceinture intégrée) et j'ai fait du Jogger un pantalon de pyjama. Pour aller avec, j'ai repris le modèle de T-shirt déjà largement validé, le Cross Country Skier, modèle 26 du Ottobre 6/2016. Et voilà un pyjama doudou qu'Azraël a bien du mal à quitter le matin.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_80b

Non vraiment, Azraël n'était pas coopératif pour les photos ce jour-là

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_80d

Et si je vous disais que es 2 pantalons font exactement la même longueur d'après le patron, vous me croyez ? Parce que je vous jure que c'est le cas. J'ai toujours pas compris ce qui s'est passé ???

Allez, je vous laisse. J'ai un post sur une certaine bûche de Noël à finir, les créations des autres déstockeuses à aller admirer et un sacré retard de mails et de visionnage de mes blogs préférés à écluser !

Posté par reyhaziel à 12:42 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 23 janvier 2019

Les bons mots d'Azraël - tome 16 et tirage au sort

Décidément, il n'y a pas à dire, Azraël se spécialise en humour en dessous de la ceinture et une fois de plus, je ne résiste pas à l'envie de vous faire partager ça (je devrais pourtant, non vraiment, je devrais pas).

Il y a un truc qu'il faut savoir à propos d'Azraël, c'est que du jour où il a arrêté de porter des couches, il a dû subir un traumatisme psychologique quelconque, un manque, un besoin, un truc, un ... quelque chose quoi ! Parce que d'un seul coup d'un seul, il s'est mis à mettre des peluches, généralement suivies de près par une main, dans son pantalon. Et qu'il agitait ensuite hilare son énorme popotin (si si, quand on arrive à faire entrer un nounours de 50 cm de haut dans son pantalon, ça fait un gros popotin) sous notre nez.

Alors bien sûr, on lui a fait la leçon sur le côté hygiénique de la chose et sur le fait que passer son temps la main dans le futal, ça ne se faisait pas (en plus ça lui donnait un côté Al Bundy très très loin d'être flatteur). Mais rien à faire, à intervalles réguliers, il fallait qu'il remette ça.

Huuum, tout va bien Azraël

Hein ? Oui oui, ça va ! Pourquoi tu dis ça ?

(avec un air tellement innocent qu'on lui donnerait le bon dieu sans confession)

Ta main !

Ben quoi ? Ah ça !

(l'air toujours aussi innocent)

Elle a rien à faire dans ton pantalon !

Oui, je sais ... mais c'est tellement agréable !

(avec un léger soupir de regret infini pour faire bonne mesure)

Voilà voilà ! Vous, je sais pas, mais Inferno Gran Mom et votre humble servant étions morte de rire, autant devant ces paroles venues du fond du coeur que devant l'air de profond regret d'un Azraël visiblement très dépité de s'être fait démasqué et d'être obligé d'extraire sa main du futal. Et une fois de plus, je m'interroge. Est-ce là une caractéristique typiquement masculine ou est-ce que j'ai hérité de 2 phénomènes uniques en leur genre (ah oui, parce que Gargamel a la même manie sauf que lui se cantonne généralement à sa main) ?

Hein, quoi ? Ah oui, c'est vrai ça. Ma horde démoniaque me fait gentiment remarquer que je n'ai pas procédé au tirage au sort de mon petit concours. Alors voilà, c'est chose faite par l'intermédiaire de la main absolument pas innocente d'Inferno Gran Mom. Et c'est Floryne qui a été désignée par le sort. J'attends donc l'adresse où t'envoyer ton petit paquet et tes préférences si tu en as. Félicitations !

Posté par reyhaziel à 21:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 11 janvier 2019

Les bons mots d'Azraël - Tome 15

Alors là, c'est trop beau, c'est trop énorme, je ne peux pas résister à l'envie de partager avec vous la dernière d'Azraël. Et pourtant, on va sombrer dans le graveleux, on va taper en dessous de la ceinture et on va se payer la tête de Chéri. Allez, on s'accroche, c'est parti.

C'est arrivé ce matin même, au moment de partir pour l'école, quand j'ai envoyé Azraël dire au revoir à son père et qu'il s'est précipité pour tomber nez à nez avec un Chéri en slip en train de s'habiller.

Waouh papa, avec ton slip, on voit bien la forme de ton kiki !

Euh, Azraël, j'arrive. T'attends une minute.

Il est ENOOORME ton kiki !

... ...

(ricanements étranglés d'une Puce et d'une Inferno Gran Mom qui attendent impatiemment la chute qui ne saurait tarder)

Il est aussi gros qu'une châtaigne !

(ton admiratif et tout à fait persuadé de faire le compliment du siècle)

Mouaaaahaaahaaa Mouaaaahaaahaaa

(explosion de rire d'une Puce et d'une Inferno Gran Mom pas du tout déçues par la chute tant attendue)

Il a dit quoi ?

Eh oui, trop occupé à se dépêcher de planquer sa châtaigne dans son jean, Chéri n'avait entendu la conclusion de son fiston qu'on s'est fait un plaisir de lui répéter. Et forcément, en voyant notre hilarité, Azraël n'a pas pu s'empêcher de faire dans la surenchère mais restons sobre et n'allons pas plus loin.

Quand même, il va falloir que je lui montre une châtaigne en vrai à Azraël parce que son sens de la proportion laisse un tantinet à désirer !

la chataigne de cheri

T'inquiètes pas Chéri, il t'en sortira des pires ! Et puis, moi, je t'aime comme tu es !

Posté par reyhaziel à 12:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 9 janvier 2019

Veste douillette et petit concours

Pour bien commencer l'année, ou pour bien la finir j'avoue que je ne sais pas trop là, je voulais vous présenter la petite veste d'intérieur bien douillette cousue comme cadeau de Noël pour Mamie M. Ce sera l'occasion de vous donner mon opinion sur le magazine Fashion Style dont je cousais un modèle pour la première fois.

fashion_style__16

Le modèle que j'ai choisi est le modèle 11 (un peu modifié par mes soin) du magazine n°16 et il s'agit d'un patron de veste type kimono. Une particularité de ce modèle, c'est qu'il est présenté avec quelques variations (changement de longueur du corps, changement de longueur des manches, changement de forme du col) et autre truc sympa, c'est qu'on obtient un résultat totalement différent selon le tissu choisi et les variations. En " tissu à veste" et version courte, on obtient un modèle chic ou décontracté. En tissu très fluide genre satin ou viscose et version longue, on obtient un peignoir/kimono d'intérieur. Et dans ce même tissu en version courte et avec la forme de col adhoc, on a une jolie veste de pyjama. Pour mamie M., dont la santé déclinante et l'état d'extrême fatigue l'oblige à passer beaucoup de temps enfermée chez elle à se reposer, je voulais une veste courte bien douce, bien souple, bien confortable et bien chaude (c'est qu'il caille chez mamie M.). Alors j'ai opté pour le kimono (manches supposées longues mais on y reviendra), donc le modèle 11, mais raccourci à la longueur de la veste courte soit la longueur du modèle n°9, cousue dans une polaire minky gris clair à points argentés, le même tissu que pour la doublure du manteau de la tout ptit peu amoureuse d'Azraël mais dans un autre coloris. Comme j'avais ce coupon dans mon stock pour coudre tout à fait autre chose, je n'avais pas assez de tissu pour tous les éléments de la veste et pas du tout envie d'affronter la cohue dans les magasins à cette période. Oui, je vous rappelle que c'est d'un cadeau de Noël dont je parle donc un truc cousu fin décembre. Alors j'ai complété avec un reste de double gaze noire à fleurs qui faisait un joli contraste avec mon gris et ajoutait une petite touche plutôt classe à l'ensemble.

FS_16_11

Bien sûr, j'ai aussi viré les poches du modèle

Comme je le disais, c'est la première fois que je cousais un patron Fashion Style et honnêtement, il va me falloir un petit moment pour m'en remettre et coudre autre chose en provenance de ce magazine. Non pas que le modèle en lui-même soit compliqué. Franchement, côté difficulté technique, c'est à la portée d'une débutante. Ce n'est pas non plus un problème d'instructions de montage cryptiques : le modèle ne présentant aucune difficulté à mes yeux, je ne les ai même pas regardé. Bon, en fait, j'exagère un peu et j'y ai jeté un oeil. Je ne peux pas juger de leur qualité, j'ai juste regardé comme ça sans faire vraiment attention mais j'ai par contre pu remarquer que la qualité de la traduction n'était pas terrible. Car en fait, Fashion Style est la traduction française du magazine Knipmode, un magazine néerlandais. En même temps, le problème de traduction, c'était peut-être juste ce numéro est les autres sont traduits nickel. Aucune idée. Non, ce qui m'a fait m'arracher les cheveux c'est d'une part la planche à patron et d'autre part le guide des tailles.

IMG_2823

IMG_2826

La planche à patron : comme pour beaucoup de magazines, elle est très difficilement lisible, particulièrement quand chaque modèle existe de la taille 36 à la taille 56. J'ai vraiment dû m'arracher les yeux pour recopier mon modèle. Mais le pire, c'est qu'elle n'est pas traduite : les annotations sont donc en néerlandais. Et quand un modèle existe en plusieurs déclinaisons, il devient assez difficile de savoir quel trait correspond à quel modèle. Le pompon de la perplexité revient au patron de la manche. Car très clairement, les manches du modèle 11 sont plus longues que celle du modèle 9. Sauf que sur la planche, j'ai désespérément cherché la ligne de coupe sur le patron de la manche correspondant au modèle 11 et que je la cherche toujours. J'ai donc recopié le patron le plus long et, comme ça me paraissait toujours un peu court, j'ai rajouté 10 cm en pensant finir les manches avec un simple ourlet. La bonne blague ! C'était toujours trop court et il m'a fallu ajouter des bracelets de manche dont j'espérais me passer pour atteindre une longueur correcte.

IMG_2825

Le guide des tailles : autre truc assez dingue, c'est que, comme la planche à patron est en néerlandais pas traduit, les tailles aussi. Du coup, dans le magazine, on vous explique que, si vous voulez coudre une taille 40 française, vous devez repérer la taille 38 de la planche à dessin. Mamie M. et moi ayant à la base une carrure similaire (même si elle a pas mal maigri ces derniers temps à cause de la maladie), j'ai misé sur une taille 44 vu que la veste est destinée à être portée par dessus ses vêtements, comme un manteau, et que je voulais un maximum de confort. En toute logique, j'aurai donc du tailler un 42 sur la planche à patron. Sauf que, en y regardant bien, j'étais pas convaincu. Ca me semblait bien petit tout ça. Alors j'ai recopié un 44 (c'est à dire un 46 français tout de même) et figurez-vous que j'ai bien fait puisqu'une fois achevé, il taillait tout juste pour moi.

IMG_2827

Gros plan sur l'encolure ...

IMG_2830

... et sur le tissu minky à points argentés

Une dernière chose à savoir, c'est que la femme néerlandaise moyenne mesure 1m72. Pour vous, je ne sais pas mais pour moi, ça signifie clairement que je vais devoir me prendre le choux pour remonter la ligne de taille d'un bon nombre de centimètre si je veux avoir une chance que leur modèle tombe correctement sur ma petite personne (encore pire que chez Burda et Tendance Couture).

Tout ça pour dire que l'expérience m'a quand même quelque peu refroidie, ce qui est bien dommage car ils ont tout de même de bien jolis modèles sur certains de leurs numéros.

Bon allez, c'est pas grave. On va pouvoir se boulotter une bonne galette pour se remettre de nos émotions. Ah ben non, mince, c'était dimanche ! Un petit concours alors ? Ok, va pour un petit concours ! Après tout, j'ai bien dit qu'il fallait qu'elle commence bien cette nouvelle année.

Pour participer, rien de plus simple. Comme d'habitude, il suffit de laisser un petit commentaire. Mais qu'est-ce qu'il y a à gagner me demanderez-vous ? Ma reconnaissance éternelle ! Pas suffisant ? Bon ok, un petit cadeau surprise alors mais le(la) gagnant(e) aura le droit de faire des suggestions sur ce qu'il(elle) aimerait recevoir. Vous avez jusqu'au 20 janvier pour participer. Le(la) gagnante sera tiré(e) au sort parmi les participant(e)s.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


mardi 1 janvier 2019

2019 : Perdue pour la science

Ah ça, 2018 vient de finir et je vous avouerais que ce n'est pas trop tôt parce qu'elle m'en aura fait voir de toutes les couleurs cette année de m... ! Angoisse de trouver un point de chute à Gargamel pour la rentrée, intégration dans un nouveau groupe de recherche à enfin réussir (au bout de 2 ans, il serait temps), hyperactivité d'Azraël en augmentation à gérer, fracture d'une vertèbre, petits nétudiants à traumatiser, intervenants industriels dégoûtés par mes petits nétudiants à convaincre de revenir faire cours parce que la nouvelle fournée de nétudiants sera mieux c'est promis juré craché (gare au premier qui dit beurk), réactions de l'hydre IME à combattre ... Ah ça, on pourra dire que les vacances de Noël étaient plus que bienvenues. Il ne reste plus donc qu'à espérer que 2019 sera l'année du renouveau et surtout ... SURTOUT ... des bonnes nouvelles !

En même temps, côté renouveau, ça s'annonce plutôt bien parti vu que votre humble servante est sur le point de basculer du côté obscur de la Force. Alors je vous rassure tout de suite, non, ce n'est pas la dépression qui guette (quoique ... parfois ... ça me tenterait presque). Quand on est enseignant-chercheur, la Force, c'est les manips, la recherche, l'analyse des résultats, la mise en place de solutions, les discussions avec les collègues et même les cours pour moi (vu qu'en fait, j'en donne pas beaucoup des cours donc j'ai pas trop la pression). Et le côté obscur alors ? Ben c'est tout l'administratif qui va avec : les dossiers à monter pour obtenir des contrats de recherche, les rapports à rédiger, les rapports à lire, les réunions sans fin, la gestion des plannings, l'organisation des soutenances, les audits, les évaluations HCERES à préparer et j'en passe.

Par chez vous, je ne sais pas comment ça passe mais dans mon labo, plus tu avances en âge et tu prends du galon, plus tu te fais envahir par le côté obscur. Alors évidemment, ça se fait graduellement. Au début, confiante dans ta maîtrise de la Force, tu passes ton temps en salle de manip à t'éclater sur tes lasers. Et puis tout doucement, tu commences à obtenir tes premiers contrats de recherche avec tes rapports trimestriels à rédiger, ta synthèse annuelle et ton dossier de renouvellement. Et là on te demande de faire quelques cours supplémentaires alors tu délègues une partie des manips à des stagiaires, des doctorants et des collègues. Puis de prendre la responsabilité pleine et entière d'un cours, puis d'un module de cours et enfin d'un master et tu délègues un peu plus à chaque fois. Et sans que tu t'en aperçoives, un beau jour, tu réalises que t'as pas posé un orteil en salle de manip de toute l'année. Et là, ils t'en veulent à mort tes orteils, ils se rebiffent, ils renâclent, ils menacent de se chercher une autre paire de pieds parce qu'ils en ont assez que tu aies troquer tes chaussures plates et confortables pour des escarpins à talon nettement plus classe quand tu pars en réunion à l'extérieur avec des gens importants.

Bref, tu te retrouves à un tournant de ton existence où il te faut choisir : soit tu retournes dans la lumière soit tu t'abandonnes au côté obscur sans espoir de retour. Et pour peu qu'au même moment des agents Sith te proposent de régner sur un des mondes de l'empire, t'as fortement tendance à opter pour la seconde solution.

Alors je l'avoue, je suis faible. Les agents Sith m'ont convaincue. Je m'apprête donc à quitter le labo pour rejoindre la maison mère, mon école d'ingé, non plus comme simple enseignante-chercheur mais comme directrice des études. Une opération qui sera l'occasion d'échanger ma vingtaine de petits nétudiants à traumatiser contre un cheptel de plus d'une centaine d'individus à torturer à l'envie. A moins que je n'ai pas bien compris ma mission et que ce soit moi qui me fasse torturer, allez savoir !!!

directrice

Tremblez petits nétudiants !

Eh oui, La Puce est perdue pour la science, quoique, j'aurais certainement l'occasion de continuer à oeuvrer pour elle mais sur un autre registre. N'empêche que ça va me faire un sacré changement, et à la maison aussi parce que le rythme de travail ne va pas franchement être le même. Et en attendant de voir ce que ça va donner, je vous souhaite à tous et à toutes une excellente année 2019, pleine de joie, de bonne santé, de bonne humeur, de bonnes nouvelles, de chouettes coutures, de bricolages encore plus chouettes et de lecture de posts passionnants !

Mais mais, La Puce, et tes résolutions du nouvel an alors ? Mes résolutions du nouvel an ? J'en ai une seule en fait, mais pas très politiquement correct : faire la peau à l'hydre IME qui m'a mise dans une rage noire. Mais je vous raconterai ça une autre fois. En ce premier jour de l'an, restons zen !

Bonne année

Attention, attention, elle arrive ... Tadam ! Voilà la nouvelle année !

Posté par reyhaziel à 23:15 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 30 décembre 2018

Opération Déstockage # 19 : La folie des Fury

Décidément, ce Noël aura été celui de la peluche. Dans tous les sens du terme d'ailleurs et pour le plus grand désespoir de Chéri (légèrement tombé dans la maniaquerie depuis son domptage de l'aspirateur).

Il faut dire que vu la quantité de trucs cousus en peluche minky pour les fêtes (couverture, doudous, vestes d'intérieur et j'en passe), le pauvre pouvait passer l'aspirateur dans le salon tous les jours qu'on trouvait encore des peluches de tissu en vadrouille un peu partout. Et encore, je ne vous parle même pas de la réalisation de mon second Monster Book et de son incontournable passage chez le coiffeur !

Une fois n'est pas coutume, ces peluches là n'ont pas quitté la maison puisqu'elles étaient destinées aux monstros. Ben oui, à force de voir partir les doudous que je cousais, Azraël a fini par se rebiffer et exiger le sien. Or il se trouve que cette rébellion tout à fait inadmissible a coincidé avec le visionnage de la bande-annonce de la sortie de Dragons 3, une trilogie dont les monstros ont particulièrement apprécié les 2 premiers opus. Et comme, par un heureux effet du hasard, Cholyknight avait justement sorti un patron gratuit de peluche Krokmou que je rêvais de tester depuis un moment et que j'avais une chute de polaire minky noire et une blanche qui m'encombrait et dont je rêvais de me débarrasser rapidement, la rébellion azraëlienne m'a soudain semblé parfaitement acceptable finalement.

Alors pour ceux qui connaissent un peu la série Dragons (oui, c'est aussi une série en plus d'une trilogie) mais pas la bande-annonce du 3, vous vous demandez sûrement pourquoi j'aurai besoin de polaire minky blanche. Et bien parce que dans ce troisième volet, Krokmou se trouve une petite copine : une fury nocturne pas vraiment nocturne puisqu'elle est d'un blanc éclatant ! J'ai donc proposé à Azraël de coudre à la fois son Krokmou adoré et sa petite copine, ce qu'il a accepté avec enthousiasme. Et du coup, j'ai cousu 2 dragons : un Krokmou, adorable Fury nocturne tout noir à part sa fausse queue rouge (dont a hérité Azraël) et une demoiselle Krokmou toute blanche (dont a hérité Gargamel). Un projet couture réalisé dans la discrétion afin qu'Azraël ne puisse pas voir le résultat avant le jour J (et donc ne me pourrisse pas mes journées en demandant quand est-ce qu'il pourrait enfin récupérer sa peluche), une discrétion qui, les monstros croyant encore dur comme fer au Père Noël, n'a pas été sans conséquence.

Oh tiens Azraël, regarde, il y a encore ce gros paquet pour toi.

Oooh, qu'est-ce que c'est ? Waouuuh, un Krokmou, t'as vu maman, un Krokmou.

Oui oui Azraël, je vois. Alors, il est beau ? Il te plaît ?

Oh oui, il est trop beau. T'as vu Gargamel ?

C'est Krokmou ! Il est noir.

Oh mais, toi aussi t'as un dragon.

Oui, il est blanc, c'est la fille !

Maman maman, t'as vu ! Il y a la fille. Il est trop gentil le père Noël hein maman. Comme ça, t'auras moins de travail ! T'es contente !

Bon alors, comment dire ... Ben en fait j'ai rien dit, à part me répandre en remerciements au Père Noël pour sa gentille attention vu qu'il était hors de questions de casser leur baraque à des monstros ravis (si c'est pas de l'abnégation ça !). Et pour être ravis, ils l'étaient et c'est bien là l'essentiel.

IMG_2851

IMG_2852

IMG_2854IMG_2857

Pour celles et ceux d'entre vous qui auraient envie de se lancer dans la réalisation de cette peluche, quelles remarques sur le niveau de difficulté. Comme d'habitude, les patrons de Choly sont plutôt bien faits donc il n'y a pas de difficultés insurmontables, même pour une débutante. Toutefois, ce modèle présente quelques passages délicats et surtout, il est plus long à réaliser que ses modèles habituels car il y a plein de petits éléments à coudre.

IMG_2858

IMG_2859

IMG_2860

La tête ne présente aucune difficulté si on prend bien soin de bâtir les 6 petites cornes sur le devant de la tête avant de l'assembler au dos de la tête afin que rien ne bouge à l'assemblage. On vient ensuite y coudre les oreilles qui ont été réalisées séparément. Les ailes également sont faites à part et fixées ensuite sur le dos du corps avant assemblage au ventre du corps. Le point le plus délicat est cet assemblage justement car on doit réussir à coudre le ventre et le dos ensemble alors qu'il faut faire tenir à l'intérieur du corps en cours d'assemblage les 2 bras rembourrés et les ailes, sans rien prendre dans la couture d'assemblage.

Pour faire cela proprement, le plus simple est de réaliser la couture d'assemblage en 2/3 1/3. Vous épinglez les 2/3 de la couture d'assemblage en laissant dépasser bras et ailes de la partie non encore assemblée et vous cousez. Il sera alors plus facile de tasser les bras et les ailes le long de cette couture pour épingler proprement le tiers restant.

Une fois la tête et le corps réalisés, il faut s'armer de patience pour ajouter les ailerons de la queue, les pieds et surtout, fixer la tête sur le corps (là, c'est franchement gonflant car on cherche à fixer 2 trucs ronds l'un sur l'autre alors forcément, ça bouge un chouia !). Mais on y arrive et le résultat est trop choupinou à mon goût.

Grâce à ce projet, j'ai entièrement terminé ma polaire noire et pratiquement fini mon stock de blanc. Et vu que pour tout le reste, aileron rouge et grands yeux, j'ai également puisé dans mon stock, je peux sans complexe participer au défi Déstockage de Scrapaboom.

En bonus, quelques photos de mon second Monster Book of Monsters, version carnet celle-là, destinée à offrir comme ma version boite, mais que je ne considère pas valable pour l'opération Déstockage vu que j'ai dû me procurer 2 carnets pour le réaliser. Mais tout le reste vient bien de mon stock.

IMG_2791

IMG_2793

IMG_2794

Les 2 carnets ont été assemblés à la colle chaude pour donner plus d'épaisseur sans quoi il devenait trop difficile de faire la "bouche" du livre. Sa langue est constituée d'une longue bande de drap de laine rouge qui fait ainsi office de marque-page (comme dans le Monster book d'origine en fait).

IMG_2801

IMG_2807

Pour tout le reste, j'ai procédé exactement de la même façon que pour la version boite. Un 3 ème était également prévu, Azraël ayant réclamé son propre exemplaire pour compléter sa panoplie Harry Potter pour son déguisement du carnaval mais sa réalisation reste en suspens. Ma chère tête blonde a en effet décidé depuis qu'il voulait un déguisement de Père Noël, avant de demander un déguisement de Grinch puis de revenir contraint et forcé au déguisement de Père Noël devant mon refus clair et net de coudre une combi intégrale de peluche verte (non mais eh oh, faut pas pousser non plus).

Posté par reyhaziel à 22:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 20 décembre 2018

Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Victor # 6

Avec la période des fêtes et la réalisation de mes petits cadeaux maison, je n'ai guère eu de temps à consacrer à ma garde-robe. Moi qui aurait pourtant bien besoin de nouvelles robes chaudes et confortables pour l'hiver, j'ai dû faire une croix sur mes rêves de robes cocooning. En revanche, vu l'état de décrépitude avancée de la plupart de mes gilets, j'ai bien été obligée de m'y coller sous peine de me transformer rapidement en glaçon. Apparemment, et vu le rhume carabiné que je me paie, je n'ai tout de même pas été rapide mais bon, passons !

Côté tissu pour mes gilets (oui, dans l'absolu, j'ambitionnais de m'en faire plusieurs mais finalement, je n'ai eu le temps d'en coudre qu'un seul pauvre de moi à ce compte je vais me geler tout l'hiver), j'avais trouvé mon bonheur : de la maille toute douce, fine, légère et surtout sans laine de mouton vu mon allergie à ce pourtant si noble matériau. C'est que niveau gilet, je suis légèrement psychorigide. Je les aime chaud mais pas trop, juste ce qu'il faut, ample mais pas trop, juste ce qu'il faut, souple mais pas trop, juste ce qu'il faut, à manche large mais pas trop, juste ce qu'il faut, long mais pas trop, juste ce qu'il faut, et court aussi mais pas trop, juste ce qu'il faut et puis ... hein, quoi, faut que je m'arrête ! Bon, vous l'aurez compris, je suis difficile question gilet, ce qui explique probablement l'état des miens que je mets depuis des années vu que je ne trouve pas l'équivalent pour les remplacer.

Mais cette fois, j'étais décidée à réussir. Alors j'ai cherché dans ma patronthèque et ...rien, nada, quetchi, des nèfles ! Oh j'avais bien quelques patrons de gilet mais c'était soit des montgolfières, soit bien trop près du corps à mon goût. C'est que j'aime porter mes gilets par dessus mes T-shirts ou mes robes à manches longues alors il faut des manches qui soient suffisamment larges pour qu'on ait une bonne aisance.

Je désespérais de trouver un patron qui me convienne quand je suis tombée sur le blouson SARA du dernier n° de la maison Victor, celui de Nov/Déc 2018. Sans poches, sans fermeture éclair, sa forme convenait parfaitement à ce que je voulais. Niveau longueur, c'était pile ce que j'aime pour un gilet court et comme à l'origine, c'est un blouson, on avait la bonne aisance au niveau des manches.

IMG_2810

IMG_2812

IMG_2813

Cerise sur le gâteau, comme je n'avais pas l'intention de le doubler, il devenait très facile et rapide à faire. Du moins en théorie. Parce qu'en pratique, ce n'est pas allé si bien que ça. C'était probablement dû à mon choix de tissu, pas vraiment la matière normalement prévue pour ce modèle mais je reste quand même dubitative concernant la forme des manches.

Ces manches sont de type raglan mais pour obtenir un bel arrondi au niveau de l'épaule, il y a un découpe de prévu sur la tête de manche. En assemblant cette découpe bord à bord, on crée un arrondi qui doit en théorie épouser la forme de l'épaule. Sauf qu'à ma première tentative, j'ai surtout obtenu une couture gondolante et une belle pointe qui rebique en plein sur mon épaule. Super moche ! Alors j'ai repris l'arrondi que j'ai adouci tout en le faisant plus long et maintenant, ça passe à peu près.

IMG_2814

La couture de tête de manche que j'ai dû allonger 5 bons centimètres

Autre problème imprévu, les parmentures. Comme je ne doublais pas, elles n'arrêtaient pas de se retourner sans arrêt au niveau du col. J'ai donc dû les coudre au point invisible directement sur le gilet.

IMG_2819

IMG_2821

Rhaaa, elles sont vraiment pourries mes photos mais pas eu le temps de faire mieux. Désolée !

Au final, ce n'est pas parfait mais ça remplit son office et le tissu est tellement doux que je lui pardonne volontiers ses imperfections. Et puis cela me permet de participer au défi Victor d'Elisabeth. Mais si je devais m'en refaire un, je modifierai le patron pour supprimer cette découpe sur la tête de manche. Allez, je file voir les réalisations des autres participantes.

Posté par reyhaziel à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 18 décembre 2018

Chéri, le roi de l'aspi

Il n'y a pas à dire. Depuis qu'il est homme au foyer, Chéri se transforme peu à peu en véritable homme moderne. Preuve en est qu'après un an de pratique laborieuse, ça y est : il a enfin dompté l'aspirateur. Au point que ce dernier est pratiquement devenu son meilleur ami. Inferno Gran Mom, actuellement en villégiature à la maison, peut en témoigner entre 2 attaques de Lessivus Démonicus. Eh oui, Lessivus adoooooore Inferno Gran Mom, d'autant plus qu'elle est particulièrement sensible à ses attaques alors que votre humble servante semble posséder une immunité quasi totale face à ce petit démon (ben quoi, faut bien que je résiste à un truc de temps en temps tout de même !).

Bref, Chéri est véritable devenu le roi de l'aspirateur tout azimut et c'est tant mieux car des trucs à aspirer, il y en a un bon paquet en ce moment. Des peluches (les petites bourres de polaire, velours et autres) essentiellement vu ma production intensive de peluches (les trucs tout doux pour les enfants) pour Noël.

Le roi de l'aspi s'est donc vu confier la délicate mission de lutter contre une invasion de peluches blanches en provenance directe de Poudlard suite à l'arrivée d'une Hedwige musicale. Au cas où vous seriez intéressé, la patron de cette petite chouette vient de chez Cholyknight et fait partie de ses patrons gratuits.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7c7

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7c8

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7c9

J'aime toujours autant les créations de Choly qui sont généralement très "kawai" et dont les patrons sont plutôt bien faits, avec le niveau de difficulté associé qui est indiqué par un code couleur. Cerise sur le gâteau, la plupart de ses modèles, comme celui-ci d'ailleurs, sont tout à fait à la portée d'une débutante, même non anglophone (eh oui, tout est en anglais) car il y a de nombreuses photos dans les explications de montage et de réalisation. Le tissu utilisé est une polaire peluche qu'on pourrait dire double face vu que l'envers et l'endroit sont aussi doux l'un que l'autre. Mais sur l'endroit, on a plein de petits points argent.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7c6

J'ai trouvé ce tissu chez Toto et il existe en différents coloris (blanc, gris, vert d'eau, rose, noir jusqu'à présent) mais les approvisionnements sont assez erratiques (du moins pour le Toto près de chez moi) si bien que je ne garantis pas que vous trouviez le même par chez vous.

Histoire de ne pas faire le trajet seule depuis la célèbre école de sorcellerie, Hedwige s'est faite accompagnée d'un petit griffon. Griffon qui a laissé dans son sillage une avalanche de peluches blanches et marrons sur lesquelles Chéri a fondu sans coup férir, éradiquant promptement la menace.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7e3

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7e7UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7eb

Pour une obscure raison, initialement, j'étais persuadée de coudre un hippogriffe jusqu'à ce que je réalise que la queue de la bestiole n'était pas une queue de cheval mais de lion. Bon, en même temps, avec un patron appelé Griffin, j'aurais peut-être dû m'en douter. S'il provient toujours de chez Cholyknight, cette fois, il s'agit d'un de ses patrons payants.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7e4

Gros plan sur la queue de lion

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7e8

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7e9

Après toutes ces émotions, on aurait pu penser que Chéri irait tranquillement se reposer sur ses lauriers mais c'était sans compter sur l'arrivée de Mentali, forme évoluée d'Evoli et pokémon qu'on ne croise pas à tous les coins de rue. Pour cette peluche, je suis partie du patron d'un évoli, patron ayant déjà servi de base à un Noctali (autre évolution d'Evoli) et que j'ai cette fois fait évolué (désolée, j'ai pas pu m'en empêcher) en Mentali en modifiant oreilles et queue et en ajoutant les trucs bizarres sous les oreilles.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7db

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7dcUNADJUSTEDNONRAW_thumb_7df

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_7e1

Il semblerait qu'en plus de ses attaques mentales habituelles, Mentali soit doté d'une attaque peluchifère foudroyante : l'attaque Tempête de peluches violettes. Tout à fait terrifiante comme attaque aux dires d'un Chéri pratiquement prêt à rendre les armes. Mais au terme d'une lutte acharnée de plusieurs jours, mon héros est enfin venu à bout de l'invasion.

Reste à espérer qu'après toutes ces batailles, Chéri pourra enfin goûter à un repos bien mérité mais vu qu'un couple de Furies Nocturnes est en approche, j'en doute quelque peu. Enfin, l'avenir nous le dira !

Posté par reyhaziel à 22:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 14 décembre 2018

Le chevalier La Puce rend les armes

Oyé oyé gentes dames gentils messieurs ! C'est avec une infinie tristesse qu'il me faut vous apprendre que s'en est fini des glorieux exploits du chevalier La Puce. Notre noble et fier guerrier, suite à un dernier affrontement particulièrement éprouvant face à l'hydre IME, vient de rendre les armes. Il s'est avoué vaincu et c'est l'oreille basse et l'oeil vitreux qu'il s'en retourne se terrer au fin fond de son donjon.

Il faut dire que notre pauvre chevalier s'est retrouvé cette fois face à forte partie. Honteusement trahi par l'enchanteur Hôpital de jour, harcelé sans relâche par un Hormonicus Démonicus déchaîné, affaibli par un Enquiquinus Majorus en grande forme, épuisé par un Hystéricus lui-même au bord de l'hystérie à force de ne plus savoir où donner de la tête (c'est vous dire l'état de nerfs général chez les Inferno), passé à la moulinette de la douche écossaise, bref, totalement flagada, le chevalier La Puce s'est fait surprendre par une attaque surprise (bon, en même temps, c'est le propre d'une attaque surprise non ?) foudroyante de l'hydre IME. Désemparé, le malheureux n'a pas su trouver la parade à sa plus terrible attaque : l'imparable frappe neuneuisante également appelée attaque de la camisole chimique ou encore le tu le bourres de médoc ton gamin sinon c'est pas la peine de le ramener.

Alors, la mort dans l'âme, notre preux chevalier sans reproches. Si si, sans reproches, parce que vu tous les efforts fournis, il a décidé qu'il était définitivement sans reproche notre chevalier et toc ! Mais certainement pas sans peur par contre et c'est bien dommage je vous prie de le croire !

Notre preux chevalier sans reproches donc a dû se résoudre à conduire le (plus si) petit (que ça) prince Gargamel dans les cachots les plus sombres où il a été soumis aux tortures les plus insoutenables afin de déterminer si oui ou non, l'hydre allait pouvoir le transformer en légume avant de le boulotter tranquillement.

Ces 2 derniers mois, notre duo a donc fait le tour des cachots de la région avec un enthousiasme de plus en plus délirant en commençant par l'antre de l'ElectroEncéphaloGramme, EEG pour les intimes. Eh oui, car aussi curieux que cela puisse paraître, pour devenir un bon légume, il faut avoir un cerveau en bon état (et non, les troubles TED ne sont pas considérés comme un dysfonctionnement du cerveau). Pour les néophytes en la matière, sachez qu'EEG applique une technique de torture très subtile : l'application de gel bien froid dans les cheveux ce qui conduit généralement à l'issu de la séance de torture à une seconde forme de supplice appelé communément : le shampoing ou lavage de cheveux.

Hum, je vous sens septique quand au niveau de souffrances insoutenables générées par ces subtiles tortures. Pourtant, je vous jure que si vous aviez entendu les "NOOOOOON ATTENDS ATTENDS ME FAIS PAS MAL" déchirants littéralement hurlés par Gargamel au contact du gel et des petites électrodes, vous n'auriez absolument aucun doute sur le caractère incommensurable de la douleur ressentie.

Et pourtant, ce n'était rien comparé à la torture nettement moins subtile de la ventouse, une technique ancestrale pratiquée avec délectation par un maître en matière de petites et moyennes ventouses, j'ai nommé ElectroCardioGramme (ECG pour les intimes) car il faut avoir le coeur bien accroché pour résister à l'attaque neuneuisante. Pour ceux qui ne connaîtrait à nouveau pas, précisons que la première forme de torture pratiquée par ECG est la technique de la prise de rendez-vous également connu sous le nom du j'espère que t'es pas pressée tu l'auras pas avant 7 mois ton rdv. Bon, ça, c'est si vous insistez pour vous faire torturer dans le même cachot que celui où sévit EEG (l'hôpital du coin quoi). Mais si vous n'êtes pas regardant niveau cachot, vous pouvez considérablement réduire le temps d'attente en acceptant d'allonger ... ben quelques écus ! Encore que, notre chevalier étant particulièrement près de ses sous (eh oui, le chevalier La Puce est fort radin par moment), il a immédiatement répliqué que le petit prince Gargamel étant un enfant extraordinaire qui n'avait jamais demandé à se faire torturer et que bon on lui forçait quand même légèrement la main là faudrait songer à pas pousser mémé dans les orties merci. Donc, quitte à se faire torturer, Gargamel était en droit de se faire torturer gratos (et c'est bien là un des seuls avantages à la torture du montage administratif nécessaire à la prise en charge à 100% des soins liés à une affection de longue durée reconnue par la MDPH).

Après une nouvelle séance de hurlements donc, notre tour régional de cachots s'est poursuivi avec la découverte par le prince Gargamel de l'antre d'Analyses Médicales. Et là, soyons clairs, on a atteint des sommets niveau torture, auditive principalement la torture, et en décibel les sommets. Il faut dire qu'Analyses Médicales doit être totalement miro car il s'est totalement trompé de sujet à torturer vu qu'au final, c'est essentiellement le chevalier La Puce qui a souffert, enfin, ses oreilles principalement. Gargamel, lui, n'a même pas eu un bleu !

Ce petit périple s'est achevé par la visite de l'antre du docteur BigDaddy, le maître-tortionnaire prescripteur de toutes les séances de tortures sus-mentionnées. Un type sympa ce BigDaddy (oui, je sais, c'est paradoxal pour un tortionnaire) qui milite depuis fort longtemps pour épargner l'épreuve de l'attaque neuneuisante à ses petits prisonniers mais qui y arrive rarement (vu que l'hydre IME est vraiment trop fortiche à ce jeu). Et puis il a toujours des compliments à faire concernant Gargamel et ça, ben ça fait rudement du bien à notre pauvre chevalier ! En plus, avec son air débonnaire et son tour de taille à concurrencer le père Noël, il inspire confiance le docteur BigDaddy. D'ailleurs le (pas si) petit prince Gargamel l'apprécie beaucoup. Sauf que ce jour-là, sous l'influence résiduelle des multiples séances de torture subies, notre (pas si) petit prince est brutalement passé du côté obscur de la force !

C'est bon Gargamel, on a fini. Tu peux aller chercher maman.

Maman maman !

Oui Gargamel, je suis là

Maman, le docteur a un gros ventre !

...

(silence consterné)

A pas de bébé dedans ! L'est seulement gros !

...

(silence plus que consterné assorti d'un méga piquage de fard)

Non Gargamel, tu as raison, il n'y a pas de bébé. Allez, tu viens maintenant je dois discuter avec ta maman

(ton parfaitement calme d'un BigDaddy parfaitement stoïque).

...

(silence découragé d'un chevalier qui doute de recevoir sa dose trimestrielle de compliments sur son (plus si) petit (que ça) mais vraiment pas poli protégé)

Fort heureusement, il n'est pas rancunier le docteur BigDaddy alors finalement, le chevalier La Puce a bien eu droit à sa dose trimestrielle de compliments. Des compliments qui ont rapidement été suivi par un verdict implacable : Gargamel étant apte à survivre à l'attaque neuneisante, ben il allait devoir la subir.

Et voilà comment, au terme de 5 ans de combats acharnés, la défaite de notre chevalier héroïque est consommée et le petit prince Gargamel prend à présent tous les jours 2 adorables petits cachets bleus tout mignons censés le rendre tout doux et tout gentil. Bon, en tout honnêteté, j'aurais pas été contre un peu plus de douceur et de calme chez ma chère progéniture vu que mon point de rupture approche dangereusement de sa limite. Mais après 8 jours de traitement, force est de reconnaître qu'on cherche encore le côté neuneuisant des petites pilules bleues (non, pas celles -là, les autres, arrêtez d'avoir l'esprit mal tourné) chez Gargamel. Et pour le côté tout doux tout calme, on repassera. Mais il paraît que l'attaque est de faible amplitude pour l'instant. Alors bon, rendez-vous dans un mois pour voir où on en sera !

Posté par reyhaziel à 00:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,